N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Le cas nara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 88
Rang : C

Message(#) Sujet: Le cas nara Mar 20 Fév 2018 - 22:00

Il est tôt ce matin, le soleil est à peine orangé et déjà tu déambules dans les rues. Voilà quelques jours que tu es revenu de mission... si tu peux appeler ça comme ça... ton échec te pèse encore beaucoup. Oh, tu n'es pas démoralisé pour t'entraîner encore, tu en as vu d'autres, mais disons que tu te rends compte que tu a peut-être sous-estimé ton voyage ici. Tu as beaucoup de mal à t'habituer à ce village du futur. Tout est nouveau ici, tu ne connais rien, et tu es toujours obligé de demander. En plus, tu sais pas encore lire, et c'est chiant, car ici, ça te limite pas mal.

Soupirant, tu n'as pas pu fermer l'œil de la nuit, à tel point que tu t'es dit qu'aller marcher un moment dans les rues presque vide de Konoha allait peut-être te vider l'esprit avant de te torturer le cerveau toute une journée à l'académie. Les mains dans les poches tu choisis donc au hasard les rues que tu prends, sans te soucier des personnes qui t'entoure, profitant juste de l'air frais du matin qui te frotte les joues. Tu admires de temps en temps le beau lever de soleil que tu regardais souvent chez toi, mais que tu as un peu oublié depuis que tu es ici.

Au fur et à mesure tu décides même de rester assis sur un toit quelques minutes pour laisser tes yeux se faire absorber par la beauté de l'astre levant comme au bon vieux temps, un peu nostalgique. Que sont devenus Shang et Kotaï ? et Akida ? et tous les autres du village ? Ont-ils pu se reconstruire ? Tu te dis qu'une fois tu devrais aller les voir, ils te manquent en fait...

Puis, soupirant encore, tu redescends et continue à marcher. Tout va bien jusqu'à ce que tout à coup, tu sentes quelques chose de bizarre... c'est comme si... si ton corps ne répondais plus comme tu voulais. Tu tentes de faire un pas, ta jambe ne bouge pas, et en plus, ton bras fais ce qu'il veut, sans que tu ne lui aies rien demander...

Mais qu'Est-ce que...

Tes sourcils se froncent. Tu tentes de lutter contre cette mystérieuse force qui te contrôle, mais rien à faire, ton corps te dit fuck et fais ce qu'il veut...

c'est quoi ce bordel ?? murmures-tu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 40
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le cas nara Ven 2 Mar 2018 - 13:29


Nobusada avait quelques emplettes à faire pour sa mère, et concéda quelques efforts pour aller au marché du coin afin de visiter les différents étalages. Tous les parfums des produits frais lui semblaient être un festival de saveurs, et son ventre gargouillant lui rappela qu'il avait pris un petit-déjeuner peut-être trop léger pour supporter sans broncher la diète que lui imposait pourtant cette promenade. Il succomba au désir de se goinfrer en s'achetant de la viande séchée, dont il s'empiffra en cachette.

Le mal fait, il commença à rebrousser chemin pour rejoindre son domicile, mais songea que cette matinée était somme toute un peu trop plate pour lui correspondre. Qu'allait-il faire ensuite ? Il ne le savait guère, et cette incertitude le frappait comme un ennui mortel qu'il décida d'attiser par un imprévu. L'imprévu en question possédait en l'occurrence un visage aux traits fins et gracieux, qu'un doux crin noir venait draper de haut en bas, trouvant sa coupe dans la chute des épaules. Katsuki semblait se promener les yeux tournés vers le passé. Elle déambulait sans savoir que sa route l'amenait à croiser un énergumène qui rendrait sa journée pire ou meilleure qu'elle n'avait commencé ; dans tous les cas, cependant, cette étrange rencontre l'aiderait probablement à regarder un peu plus vers l'avenir.

Nobusada posa ses courses sur un toit de baraque avant de disparaître dans un taillis. Il exécuta parfaitement les mundras de son clan, avant que son ombre de se détache de lui et entame sa petite glissade vers celle de l'inconnue. Katsuki, prise dans la toile du Nara, s'interrogea sur sa situation. Visiblement, elle ne comprenait pas la nature de son trouble et elle exécuta les quelques mouvements que Nobusada lui imposa sans montrer la moindre forme de résilience. C'était parfait. Le quidam prenait un malin plaisir à réaliser son forfait, tout en sachant pertinemment que cela n'était pas très... courtois, dirons-nous. Il étouffa un petit ricanement.

Le bras levé sur la côté, Katsuki ne pouvait guère contrôler ses faits et gestes, et cela, le Nara comptait bien en profiter. Vicieux, il aperçut bientôt un homme vêtu d'un costume kaki, les cheveux grisonnants et une canne comme troisième jambe. D'aucuns auraient respecté l'âge avancé du papy, mais le jeune Nobusada avait une toute autre idée en tête. Il força Katsuki à pivoter son poignet, et à lever son majeur.

Tout droit en direction du vieillard. Un joli doigt d'honneur adressé au troisième âge. Résisterait-elle à cette mauvaise farce ou serait-elle la cible du courroux du vieillard ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 88
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le cas nara Mar 6 Mar 2018 - 10:22

Nan mais c'est pas vrai, déjà qu'il y a des gens qui peuvent s'enflammer sans crâmer et d'autres qui peuvent transférer le mal d'une poupée à une personne, voilà qu'apparemment, y en a qui peuvent contrôler ton propre corps à distance, c'est quoi ce village de tarés ?? y avait pas tout ça chez toi, vous étiez juste... normal quoi... et pourquoi toi ?? Est-ce que c'est les quelques camarades de classe que t'as envoyé bouler parce-qu'ils étaient trop chiant à se moquer du fait que tu sois analphabète ?? Tu leur a juste fait une clé de bras, c'est pas méchant pourtant...

Alors bon, déjà tu t'énerves parce-que t'arrives pas à te défaire de cette emprise, parce-que tu ne comprends pas qu'une simple ombre en est la responsable, mais en plus, alors qu'un vieillard s'approche de toi pour te demander ce qui ne va pas, au lieu de lui répondre poliment que tu ne contrôles plus ton corps et que tu sais pas d'où sa vient, ton géôlier trouve plus drôle d'exécuter un joli fuck au gentil monsieur.

Tu deviens pâle. Ce signe tu le connais. Bon tu saisis pas toute sa signification, mais tu as déjà vu que quand quelqu'un le fait, il est plus trop apprécié, et là... ça pue.

Euh.. nan pardon, je... c'est pas ce que je voulais faire....

Le vieillard s'offusque, prend un visage outré.

Ben merde la jeunesse est encore plus insolente que je ne le croyais.... espèce de mal-élevé

Alors que tu tentes encore de justifier ton geste totalement involontaire, tu te reçois un coup de canne sur la tête.

Aoutch !

Démerde-toi et à jamais j'espère !

Tu n'as même pas le loisir de te frotter la tête pour atténuer la douleur...

Bordel, si je tiens le salopio que me fait ça, je lui fais bouffer mes bouquins.... murmures-tu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 40
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le cas nara Mar 6 Mar 2018 - 12:34


Nobusada étouffa un ricanement qu'il eut beaucoup de mal à contenir, absolument satisfait de sa plaisanterie. Le coup de canne dont avait écopé la jeune promeneuse était le clou du spectacle, la cerise sur la gâteau, la dernière chips d'un Akimichi. La chute de cette piteuse blague était tout simplement formidable à ses yeux, aussi ignora-t-il les menaces qui pourtant étaient proférés à son encontre. Il finît par détacher son ombre et sortir de son taillis, et se rendît de son propre chef vers la jeune guerrière analphabète en proie à une visible colère. Comme s'il n'était absolument pas concerné par l'affaire, il s'avança nonchalamment.

Au bout de quelques pas, il se trouva nez-à-nez avec la victime. Un courant d'air chaud venait balayer son visage et il réajusta son bonnet, de peur qu'il s'envole. Sa veste rouge ceinturait ses hanches et il avait dans les yeux les traces de la nonchalance systématique des Nara : jouant sur cet aspect, son visage semblait nier qu'il avait une quelconque relation avec cette affaire. Pourtant, la raison de sa présence était une coïncidence que Katsuki pouvait facilement juger coupable, malgré les courses que portaient le jeune garçon et qui pouvaient lui servir d'alibi. Qu'importe, le Nara pouvait encore réfuter, et c'est à ce nouveau jeu qu'il souhaitait s'engager désormais : celui du parfait innocent. Un parfait innocent qui, de fait, aurait constaté l'attitude visiblement outrancière de la demoiselle, et qui pouvait tout à fait se permettre de défendre le vieillard, en faisant quelques remontrances à l'insolente.

    - Madame, bonjour. Je tenais à vous témoigner de mon chagrin de voir à quel point vous vous permettez de manquer de respect à ce monsieur. Je ne comprends pas bien ce qui pousse des jeunes comme nous à se montrer si vulgaire à l'égard de ceux qui doivent nous servir d'exemples. Vous m'expliquez ?

En disant ces paroles, il prenait un air franchement accusateur et chaque mot déferlait sur sa victime comme autant de coups de poignards qu'il aurait pu lui loger dans l'âme. Ses yeux plongèrent dans ceux de Katsuki avec la ferme intention de l'exhorter à donner une justification à ce qu'elle ne pouvait pourtant pas contrôler. Rempli de malice, le petit Nobusada exprima son impatience en se rapprochant encore davantage de son interlocutrice, comme s'il voulait étudier son regard à la loupe, car l'on sait que les yeux ont la réputation d'être une fenêtre sur l'âme.

Sur les pavés de Konoha, les deux genins se scrutaient l'un et l'autre, étrange duo sur la table d'un échiquier malsain. Baigné dans la lumière, le village caché du pays du Feu abreuvait ainsi les jeunes graines de sa prospérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 88
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le cas nara Ven 9 Mar 2018 - 15:00

Après une belle humiliation en place publique et en bonne et dûe formes, tu sens à nouveau ton corps t'obéir. C'est comme un poids qui s'enlève de tes épaules. Tu tentes de te frotter la tête à l'endroit où la canne à frapper, et tu y arrives sans problème. Après quelques essais de mouvement, tu confirme que oui, ça y est, ce sale gosse t'as lâché. Machinalement, tu regardes autour de toi, pour voir si tu vois pas quelqu'un en train de rire ou de s'enfuir, mais tu ne vois rien. Si tu chopes le coupable, il a intérêt à être solide, t'es pas du genre timide quand on t'emmerde... Tu comptes aller voir derrière les maisons quand un garçon se déplace tels le mollusque jusqu'à toi pour te sermonner. Oh ça y est... déjà que t'as pas faire fort en mission, voilà que tu te payes une réputation d'emmerdeuse dans le civil... Y a des jours franchement, on aurait meilleur temps de rester au lit. Agacée, tu lâches sur le ton franc qu'on te connaît dans ton village natal.

Ce qui m'a poussé à faire ce malheureux et involontaire signe au vieil homme, c'est un fumier qui a pris contrôle de mon corps à distance, j'avais aucun intérêt à emmerder quelqu'un aujourd'hui, j'ai déjà assez de problème.

Tu soupires. La journée s'annonçait sarcastiquement bien... Continuation d'observer les environs, tu finis par demander au Nara, sans savoir que c'était lui le plaisantin à qui tu voulais casser les dents.

D'ailleurs, toi qu'a vu la scène, t'as pas vu quelqu'un caché quelque part qui semblait me contrôler par hasard ? Histoire que j'aille y refaire le portrait...

Il devait bien rire sous cape celui qui te faisait tourner en bourrique depuis 10 minutes... espérons que tu t'en rende compte, histoire que tu puisses lui faire comprendre ta façon de penser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 40
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le cas nara Lun 12 Mar 2018 - 19:58


Nobusada et Katsuki étaient ainsi l'un en face de l'autre, discutant dans une atmosphère de tension qui maquillait secrètement la friponnerie du Nara qui décidément avait bien joué son coup, chose qui néanmoins était prévisible de la part d'un expert du shoji ayant appris par le passé l'art du bluff. L'art du bluff dont il montrait toute l'étendue en prétextant encore une fois sa parfaite ignorance sur la situation, si ce n'est qu'il avait constaté la familiarité notoire avec laquelle Katsuki avait brandi malgré elle ce doigt d'honneur à l'égard de ce triste vieillard.

Cependant la victime du larcin plaidait son innocence avec une grande ardeur, ce qui pourtant n'était pas crédible pour un sous pour un quelconque passager qui se promènerait par là. Le bluffeur n'était pas dupe à ce sujet et singeant ce rôle, il fit preuve de répartie pour que la guerrière ravale un peu sa langue et se prosterne devant cette inéluctable fatalité : elle était coupable sans l'être, voilà tout.

- Dîtes, je ne veux pas jouer les rabats-joie, mais quelqu'un qui aurait contrôler ce geste à votre place... cette histoire n'est pas crédible pour un sous, madame.

Il la pointa du doigt en se montrant encore plus ferme.

- C'est encore pire que ce que je pensais. Vous pourriez au moins avoir la politesse d'assumer vos actes et de ne pas nier l'évidence ! Surtout avec des bêtises pareilles !

Peu à peu, Katsuki s'enfonçait encore plus dans sa solitude. Et le Nara ne comptait pas la tirer de ce pétrin en jouant franc-jeu : il était bien trop mesquin pour cela, et comptait bien profiter de sa blague jusqu'au bout.

Sur le village de Konoha, le soleil continuait de disperser les flammes. Rien ne semblait vouloir perturber cette rencontre inopportune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 88
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le cas nara Dim 18 Mar 2018 - 19:55

bon ben raté... le garçon te croit pas... qu'Est-ce qui t'a pris de te lever aussi tôt toi... pourtant, t'es pas du genre à mentir, dans ton village ça se faisait pratiquement, et il faut dire que t'as pas l'habitude... Tu trouves ça tellement con de le faire en plus... Les quelques fois où tu as essayé, on a découvert le pot au rose, et tu t'es pris une bonne fessée des familles. Alors bon, au bout d'un moment t'as compris la leçon quoi... Tu réponds du tact au tact à sa première réplique.

Crédible ou pas je m'en fous, c'est ce qui c'est passé c'est tout...

C'est alors que le Nara s'emporte, t'engueulant ouvertement et fortement en pleine rue. ça a le don de t'énerver encore plus parce-que de un tu y es pour rien, et de deux tu ramasses tout à la place du petit fils de Nara... euh... nan mauvaise expression... bref, tu te prends tout à la place de celui qui t'a contrôlé, et en bonne porteuse de la justice, tu ne peux pas supporter cette accusation mensongère. Du coup, tu éclates à ton tour.

Mais ferme-là j'ai rien fait je te dis !

Tu soupires

Vous avez tellement de capacités bizarre chez vous, pourquoi ça ne serait pas crédible de dire qu'un de vous a utilisé des capacités de contrôle sur moi, qui n'ai aucun pouvoir et qui ne suis là que depuis un peu plus d'une année hein ?? Et pis, quel intérêt j'aurais à manquer de respect aux vieux de ce village ?? dans le mien on les respectait, on s'amusait pas à les emmerder !! J'ai reçu une éducation moi ! Je suis juste venue ici pour apprendre à se battre, pas pour tirer des doigts aux passants, j'ai autre chose à faire !

Tu prends quelques secondes pour te calmer et inspirer un peu avant d'à nouveau soupirer d'agacement. Décidément parfois, ton village natal te manque un peu...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 40
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le cas nara Ven 23 Mar 2018 - 17:41


Au fil de la discussion, Nobusada en découvrait davantage sur la guerrière. Si au départ il lui avait semblé qu'il ne s'agissait que d'une simple passante, il apprit bientôt que vraisemblablement il s'agissait d'une étrangère et qu'elle n'était pas tournée vers les arts ninjas par nature. Le cas N.Osore l'intéressa soudain au plus haut point, comme s'il avait quelque chose à tirer de cette situation anodine qui se dirigeait inéluctablement vers une zone de conflit que Nobusada cherchait depuis le départ, étant un piètre farceur.

Il cessa de la pointer du doigt aussitôt qu'elle révéla ces informations qu'il prit rigoureusement le soin de mémoriser afin de poursuivre l'échange. Elle jouait décidément franc jeu et c'était pour le joueur de shoji quelque chose qu'il ne fallait négliger sous aucun prétexte, car cela risquait de trahir le bluff qu'il avait échafaudé depuis le départ.

Il porta ses doigts à son menton pour réfléchir un instant, constatant que le ton montait et qu'à tout moment cela pouvait partir en dérapage. Puis, avec une assurance il décida de lui répondre, convaincu qu'il y avait encore quelque chose à jouer avec cette fille.

"Hmm... vous me semblez presque crédible..."

Il attendît, plongeant ses yeux dans le regard désespéré de Katsuki comme s'il cherchait à voir à travers. Mais il n'avait aucune sorte de talent pour cela, alors il poursuivît.

"Vous dîtes que vous avez été contrôlée par une force inconnue ? Ca m'a tout l'air d'un coup monté pour vous mettre dans l'embarras. Nous, les Nara, avons l'habitude d'enquêter sur ce genre de phénomènes. Voudriez-vous que je vous aide à savoir ce qu'il s'est passé ?"

Il continua d'observer la demoiselle. Au fond de son âme, son esprit de singe se préparait à jouer un nouveau coup de poker.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 88
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Le cas nara Sam 31 Mar 2018 - 11:01

Apparemment, te mettre en colère et balancer tout ce que tu penses est une bonne méthode, car après quelques hésitations, le garçon devant toi baisse le doigt et commence d'admettre ta version des faits. Tu restes silencieuse pour l'instant, satisfaite de lui avoir quand même fait entendre raison. Pas pour ton ego, mais pour le sentiment de justice que tu portes en toi. Il te demande alors te confirmer une dernière fois que tu as été contrôlé, ce à quoi tu réponds un simple

Oui.

Il croit au coup monté ensuite, ce qui te rassure un peu. Il pourrait vraiment t'aider à retrouver le petit emmerdeur qui t'a pourri ton matin ? Attendez... qu'Est-ce qu'il dit là ? N... Nara ? hey mais tu as déjà entendu ce nom... oui... dans ta classe, y en a qui portent ce nom de famille... y en a même une avec tu t'entends pas trop mal et d'autres à qui tu prêterais bien les mâchoires mais tu t'abstient pour pas avoir de problème avec l'école, et par respect pour le village qui t'accueilli. Mais bref, quand tu discute avec la fille Nara, il arrive qu'elle te fasse une démo des techniques de son clan et il s'avère que ce clan excelle dans....

Ton regard s'assombrit. Tu commences à comprendre ce qui t'arrive ce matin et surtout par qui tu te fais si aisément berner. Tes poings se serrent.

Tu as dit... Nara ? demande-tu à ton interlocuteur, d'une voix qui trahit la colère que tu essaies de contenir. Finalement, tu n'es sûre qu'à 90% que c'est lui.

Malgré tout, tu ne peux t'empêcher de le choper par le col et de planter tes yeux autoritaires dans les siens.

Est-ce que tu serais pas en train de te foutre de moi ?

Tu lèves une main

Donne-moi une bonne raison de ne pas te la coller dans la joue...

Le ton que tu donnes lui laisse encore une chance, mais il a intérêt à avoir une bonne explication pour que tu le lâches...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Le cas nara

Revenir en haut Aller en bas
 

Le cas nara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Quartiers Civils-