N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 La guerre des commerçants [Akio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Message(#) Sujet: La guerre des commerçants [Akio] Ven 23 Fév 2018 - 21:13

mission:
 


C'était une fort belle journée qui s'annonçait. Le temps semblait clément, et ses « compagnons » ne paraissaient pas d'humeur joueuse. Peut-être allait-il enfin passer une matinée tranquille. Quoi que, au vue de ce qui semblait arriver sur lui, une jeune pousse, au vue de sa taille et de sa voix lorsqu'il l'interpella, ça semblait compromis. Eikichi savait qu'il ne devait pas se fier à l'âge des shinobi du Feu. Il avait vue ces mômes bien plus alerte et maître que lui. Sans le décourager, ça l'avait plus d'une fois fait réfléchir sur ses propres capacités et sur le côté réalisable de son plan.
Les mains dans les poches de son long manteau, noir, comme le reste de son accoutrement, le Mamoru pose son regard argent sur l'enfant qui, en l'appelant par son « nom » lui tend un parchemin. En déroulant le papier, il écarquille les yeux et la bouche a demi ouverte tente de rappeler l'enfant qui déjà s'était éclipsé. Une blague de mauvais goût ?

Une mission, il allait devoir faire une mission et avec un type qu'il ne connaissait ni d’Ève ni d'Adam. Non seulement ça ne l'enchantait pas, mais pire, ça le révulsait. Serrant la missive entre ses doigts fins, le brun se hâta de la mettre dans une flamme d'un foyer non loin, regardant brûler le papier et l'encre avant de tourner les talons. Malgré tout, la curiosité le fit poser quelques questions à la gente féminine autour de lui, non sans leur offrir un peu de douceur, des friandises, une petite ballade ou quelques mots délicats. Qui était ce Naïto Akio ? Tout ce qu'il parvint à apprendre fut son physique et sa maîtrise des sabres. Voilà une bonne chose, si ça dégénérait, il pourrait compter sur son physique... Un instant, depuis quand pensait-il à la mission et pourquoi ressentait-il tout d'un coup cet engouement à y participer ? Personne lui en voudrait de ne pas se présenter pour résoudre l'affaire si ? Après tout il n'était ici que pour canaliser son don, le maîtriser, même s'il ne pouvait le montrer ouvertement.
Et pourtant, quelque chose le poussait à aller résoudre ce conflit entre ces deux familles. Il doutait pouvoir trouver une perle rare chez les enfants, une jolie jeune femme à séduire, mais il ne doutait pas que cette histoire pouvait être intéressante, socialement parlant, pour lui.

Haussant les épaules, il se rendit finalement dans le dit quartier, sans avoir cherché à rentrer en contact avec son partenaire pour le coup. Eikichi espérait juste qu'il aurait la même logique que lui. Les deux hommes ne se connaissaient pas, et quoi de mieux que se trouver sur le terrain pour commencer leur enquête, ne serait-ce que de voisinage.
Contrastant fort avec les couleurs du quartier, comme un chat noir dans un lot de chats blancs, le Mamoru observait paisiblement le quartier, sans retirer ses mains des poches de son long manteau. Ses bottes sur le sol résonnent et quelques regards s'attardent sur lui. Il sourit, amusé de la situation, non sans savoir que ça pouvait bien lui attirer des ennuis.
Lorsqu'il fut devant les maisons voisines, le son caractéristique d'une querelle de grande envergure parvint à ses oreilles. Les patriarches de chaque famille se lançaient les pires insultes que le Yuukan puisse porter et les matriarches n'étaient pas en reste, allant jusqu'à se lancer quelques bribes de vaisselles.
Arquant un sourcil, il opta pour attendre que la foudre passe. Après tout, il n'avait nul envie de finir écharpé dans un accès de colère des uns et des autres. D'ailleurs, des pas se laissaient entendre dans son dos. Sans doute son partenaire?
Sans se retourner, il continua d'observer le manège, prenant note des noms dont l'une des familles affublait l'autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 57
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: La guerre des commerçants [Akio] Mer 28 Fév 2018 - 15:51

Ce n'était pas la grande joie aujourd'hui..... J'avoue me demander si un jour j'avais déjà eu une grande joie qui avait illuminé ma vie... Je me creusais la tête un long moment avant de cesser toute tergiversation tellement le film de ma courte ne m'inspirait guère.

Cependant, j'étais anxieux. Je n'avais pas encore reçu le diagnostic médical suite à l'inhalation de cette fumée violette lors de ma dernière mission et je demeurais du coup dans l'inconnu. Allais-je subir des effets secondaires ? Ma peau allait-elle se teinter de violet ou de mauve ? Ou peut-être allais-je être enfin débarrasser de l'Autre !! Je souris à cette perspective, comme quoi la journée n'était pas si mal que ça...


« Tu rêves !! Tu ne vas jamais réussir à prendre le dessus sur moi petit avorton ! Tu ne pourras jamais m'empêcher de l'espérer. Oh tu serais bien triste et démuni sans moi, comme tu l'as toujours été. Si tu le dis... »

Un pigeon se pose sur mon épaule. Fait surprenant pour tout civil mais pour un Shinobi, pas forcément. Comme je le prévoyais, un petit bout de papier était accroché à sa patte. Qui pouvait bien quérir mon attention ?

Je décrochais délicatement le morceau de papier, libérant ainsi le volatil de sa mission. Il s'envola sans demander son reste tandis que je prenais connaissance du contenu du message...... Une mission !!?? Déjà !!? Je suis peut-être contaminé par je ne sais quelle sorcellerie et on m'envoie déjà sauver le monde..... mouais..... régler un conflit de voisinage.


« Honneur et gloire !!!! MOUAHAHAHAHAHAHAHA !!! La ferme.... Si c'est une mission, c'est qu'il y a une importance capitale à sa résolution. C'est ça, fais-toi des idées petit Akio, c'est beau de rêver. La réalité par contre... c'est autre chose... »

Je me mords la lèvre à l'idée de penser que pour cette fois, je ne pouvais pas vraiment le contredire. Mais bon, j'étais devenu Shinobi pour aider mon prochain, et ce genre de mission faisait partie du lot.

Par contre, je me rends compte que j'ai un partenaire pour cette mission. Je ne le connais absolument pas. J'avais entendu parler d'équipe de Shinobis qui agissaient souvent ensemble... Bon, visiblement, on a cru bon de ne pas s'acquitter de ce genre de formalité avec moi. Pourquoi pas, je restais ainsi plus ou moins un électron libre qu'on pouvait solliciter à tout moment.


« Un bon toutou ! La ferme !! »

Je devais donc, avec le concours de mon équipier, m'acquitter d'un litige entre deux familles de commerçants. J'allais devoir laisser mon Wakizashi ranger dans son fourreau. La parole allait être mon arme dans cette histoire.

« Ca t'arrange n'est-ce pas ? N'oublie cependant pas que je suis toujours là. Je ne l'oublie pas malheureusement.... comment le pourrais-je... »


Toutefois, une chose attire on attention. Aucun lieu de rendez-vous n'est précisé sur l'ordre de mission. J'en déduis donc que je dois me rendre sur place et y retrouvé mon équiper, un certain Yasashi Eikichi. Quand on y réfléchissait un peu, ces cumulations de camarades me permettait de connaître, petit à petit, du beau monde. Ce n'étais pas plus mal. Aucun d'entre eux ne connaissait mon passé et j'en resté rassuré. Pourvu que ça dure.

Après un bref passage dans mes quartiers pour récupérer mon équipement de mission, me voilà parti pour le quartier indiqué.


« Allez !!! Allons taper la causette, ça risque d'être marrant !! Nous verrons bien... »

Je suis très vite attiré pour un brouhaha assourdissant. Au vu des insultes lancées de tous les côtés, des insultes dont j'ignorais même l'existence pour certaines, je me dis que je dois toucher au but. Mon regard s'attarde sur un personnage qui achève de confirmer mes pensées.

L'individu qui se dresse à quelques mètres de moi porte l'insigne des Shinobis de Konohagakure. Vêtu d'un long manteau noir, il observe d'un air morne deux maisons d'où provient l'agitation. Je m'approche de lui pour le saluer.


« Salut, je suis Akio. Je suppose que tu dois être Eikichi. Enchanté de faire ta connaissance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La guerre des commerçants [Akio] Dim 18 Mar 2018 - 19:07

C'était à la fois désespérant et déplacé. Aller jusqu'à impliquer des membres de leurs familles éloignées dans cette histoire, en tous les cas, par les noms lancés par dessus les murs délimitant leur propriété, était loin d'être une manière noble de régler la chose. Eikichi redressa ses yeux sur l'ombre dans son dos après s'être fait interpellé. Ca devait être son binôme pour la réalisation de cette mission.
Sans avoir l'envie de sourire, il inclina tout de même avec respect son visage et confirma les suppositions du bretteur.

- Yasashi Eikichi oui, enchanté également.

Mais alors qu'il aurait aimé que la situation se calme, les choses prirent une toute autre tournure, pour le plus grand damne du Mamoru. Devant eux sortaient les deux patriarches des familles, manches retroussées, prêts à en découdre avec leurs poings avant de voir les deux jeunes hommes les observer. Ils les prirent à parties :

- Hey les mômes, vous avez vue comme il est à insulter mes filles à tout va ?
- Non mais tu te fiche d'eux, tu as pas vue comment tu rabaisse ma femme et mes enfants ?


Et le ton monta, encore, toujours, comme s'ils ne savaient que se crier dessus pour communiquer. Eikichi retira juste les mains de ses poches. Non, il n'allait pas jouer au super héro, il était tout sauf doué pour ça, et puis, il n'y avait pas de demoiselle à protéger alors à quoi bon. Les mots n'étaient pas les plus dur à encaisser, pas toujours.
Observant les hommes d'âge mur devant eux, il tourna ses yeux gris sur Akio.

- Je ne sais pas pourquoi je suis sur cette mission avec toi. Je suis loin d'être bon diplomate. Alors... une idée pour les arrêter ?

La voix des hommes couvrait petit à petit celle du Mamoru qui commença a trouver le temps long. Ca faisait quelques minutes qu'il écoutait les noms d'oiseaux et les bruits de vaisselle brisée, maintenant il avait envie de calme, de silence, et son poing droit serré fermement montrait aisément son impatience du moment.
Bien vite les fils et filles sortirent des bâtisses à leur tour pour se faire face, continuant à se lancer toute sorte d'objets qui étaient à porté de leur main. Eikichi regarda voler une assiette juste à côté de son visage et de celui de son binôme. Plissant les yeux, il fit un pas en avant en donnant de la puissance dans sa jambe pour faire résonner son talon sur le sol. Un claquement sec qui ne sembla hélas pas atteindre les protagonistes du conflit.

Tout ce qu'il voulait, finir rapidement cette mission absurde. En quoi ça le concernait que ces familles se disputent et que le voisinage soit déranger ? Ils n'avaient qu'à résoudre l'affaire entre eux, les séparer ou leur faire retrouver une compétition dans les règles de l'art.
Reculant finalement de deux pas et esquivant un énième objet-volant-non-identifié dans sa direction, Eikichi soupira et replaça ses mains dans ses poches. Sans doute son compagnon serait plus à même de faire quelque chose. De son côté, avec sa maigre force et son envie de ne rien faire, il ne serait pas à même d'être d'un grand secourt. Malgré tout, s'il s'avérait qu'Akio soit en fâcheuse posture et uniquement par le fait qu'il s'agisse d'un confrère shinobi envoyé à ses côtés sur une mission, il interviendrait, mais, à cette seule et unique condition. Eux, il les haïssait, et il n'était pas le seul. Pourtant les démons devaient bien aimer les querelles et se nourrir de la haine, mais là, tout comme ces gens l'agaçaient, ils semblaient l'agacer LUI aussi.


Dernière édition par Mamoru Eikichi le Lun 19 Mar 2018 - 16:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 57
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: La guerre des commerçants [Akio] Dim 18 Mar 2018 - 22:52

L'endroit et l'humeur n'était pas du tout propice à la discussion. Nous allions devoir travailler ensemble alors que nous étions de parfaits inconnus l'un pour l'autre. Parfois, je me demandais comment les instances supérieures procédaient pour désigner une équipe.

Toutefois, nous voilà dans le bain à présent, et au vu de la situation, effectivement, il était temps d'agir. Les patriarches sortent et commencent à nous invectiver. Quel manque de tact... enfin j'étais plutôt mal placé pour parler : chaque fois qu'Il intervenait, je me retrouvé dans des situation plus que cocasses... Je me contente de hausser les épaules à l'intention de deux énergumènes qui nous demandent de prendre partie.


« Regarde-moi ça... Si ce n'est pas navrant. Notre Seigneur l'Empereur mort, voilà à quoi ressemble le monde maintenant. Vous soldats ou ninjas peu m'importe... être réduit à régler de tels litiges. Finalement, j'ai pitié de toi pauvre Akio. Garde ta pitié je n'en ai pas besoin. Nous ne sommes peut-être pas sur un champ de bataille mais nous avons notre utilité. Je suis désespéré. Au moins tu me laisseras un peu en paix. »

Eikichi sort ses mains des poches, je me rassure de constater qu'il s'apprête à intervenir... Perdu, je suis surpris de constater qu'il tente de me refiler le bébé. Nous sommes tous deux envoyés dans une mission diplomatique bien que nous ne sommes pas vraiment spécialistes. Et ma dernière mission était loin du sujet, bien qu'avant mes dernières pérégrinations, je me suis toujours mieux servi d'une plume que d'une lame. Alors soit, on avait confiance en nous, jetons-nous dans l'arène, au risque de briser quelques assiettes nous aussi.

« Je n'ai pas l'habitude de régler de tel litige, je crois qu'on s'est joué de nous Eikichi. Mais bon, puisque nous sommes là, autant régler cette affaire rapidement. Bien que le travail qui nous attend là me semble de longue haleine. Si ton partenaire n'est pas assommé avec cette tirade, on aura de la chance. Tu devrais me laisser gérer ça à coups de Wakizashi, le calme reviendrait rapidement. Hors de question que tu fasses quoi que ce soit cette fois. Comme si tu pouvais en décider... »

J'observe un peu la situation. J'évitais de prendre des notes sur la situation. A part un cours avancé sur l'argot, il n'y avait rien de bon à tirer de cette situation. Mais voilà que les familles respectives se joignent à la fête. Très vite, un concours de frisbee version porcelaine est organisé et ce n'est que de justesse que nous évitons, Eikichi et moi, une assiette. La situation s'envenime, évidemment et ça n'a que trop duré. Je sens mon partenaire excdé et probablement pour éviter l'esclandre, il se recule, me laissant l'opportunité d'agir.... l'esclandre..... s'il savait de quoi Lui est capable...

« Alors, que vas-tu faire petit Akio. Tenter ma chance... »

Je m'avance de quelques pas, plissant les yeux, pestant de ne pas être sourd au vu des "critiques argumentées" que se lancent les protagonistes en scène. Je lève une main amical pour attirer l'attention..... premier blanc, visiblement, rien n'intéresse ces gens si ce n'est  pourrir la vie des autres.

« Excusez-moi.... Pardon..... Messieurs dames s'il vous plaît..... Excusez-moi..... est-ce que je peux.... MOUHAHAHAHAHA !!! Jette une pierre dans l'eau, ça fera le même effet ! HO LES ZIGOTOS VOUS ALLEZ M'ECOUTER UN PEU OUI !!! »

Touché, plus de lancers de vaisselles, plus de joutes verbales.... Par contre, si je remplaçais les yeux qui convergeaient vers moi par des poignards, je pense que j'aurai l'effet escompté. Bref, je profitais de cette minute de calme avant de reprendre la parole.

« Bravo, digne de moi ! La ferme ! Ca commence à faire beaucoup de fois que tu demandes de la fermer pour aujourd'hui, il va falloir que ça cesse jeune insolent. Mesdames et messieurs, j'ai une question à vous poser..... Pensez-vous que vous êtes seuls à Konoha ? Très sérieusement, pour qui vous prenez-vous pour troubler le calme ambiant à propos d'une querelle plus farfelue. Voyez un peu l'activité dans ces rues.... Ne croyez-vous pas qu'il serait plus judicieux de votre part et surtout beaucoup moins bruyant si vous cherchez une solution afin de réaliser des profits chacun de votre côté. Peut-être en partageant la ville en deux, ça peut être une idée... Qu'en dites-vous ? »

Pendant une poignée une seconde qui me paraissent alors une éternité, tout le monde m'observe.... Ai-je touché un point sensible jamais évoqué alors....... Le vacarme reprend de plus belle comme si mon intervention n'avait représenté que la pause entre deux rounds. Bon raté. Je gratte mon seul œil valide et me retourne vers Eikichi, un peu échaudée par cet échec...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La guerre des commerçants [Akio] Lun 19 Mar 2018 - 16:36

Il était chanceux que le bruit des disputes couvrent parfaitement sa voix, sinon Eikichi l'aurait prit pour un fou, ou pire. Lui qui faisait tout son possible pour ne pas porter la moindre attention à son « compagnon », il ne comprendrait pas le fait que son binôme parle « tout seul ».
Lorsqu'il capta les mots à son intention, le Mamoru arqua un sourcil le temps d'une seconde. Oui, il serait bien de régler le problème le plus vite possible pour qu'il puisse retourner à ses journées paisible à converser.
Mais, alors qu'il comptait bien tourner les talons et s'en aller, son partenaire tenta de prendre les choses en mains après la volée d'objets dans leur direction, comme s'ils y étaient pour quelque chose. Curieux, il garda ses yeux gris posés sur lui et un léger rire s'étouffa entre ses lèvres. Et pourquoi pas, pourquoi ne pas rentrer dans le jeu, ça serait certainement plus amusant qu'écouter Akashita à longueur de journée.
Une ombre fugace apparu dans le dos de l'un des deux patriarches. Fronçant les sourcils, Eikichi vint à la hauteur de son partenaire et tout en lui posant une main sur l'épaule pendant une brève seconde, juste pour le soutenir dans la tentative qu'il avait entreprit, le Mamoru donna de la voix à son tour, bien plus qu'il ne l'aurait cru d'ailleurs, elle surpassa celle des deux familles.

- MAIS VOUS N'AVEZ PAS FINIT BANDES DE DEMEURES ! VOUS ETES PIRES QUE DES GOSSES DE CRECHES A QUI ON CEDERAIT TOUT ! VOUS SAVEZ LA REPUTATION QUE VOUS VOUS FAITES ?

Des regards tout aussi méprisant que lors de l'intervention d'Akio se braquèrent sur lui. Un long et glacial frisson lui parcouru l'échine mais il ne se démonta pas pour la première fois. Incapable de laisser son partenaire dans la panade, le voilà à s'égosiller pour une mission et une situation qui l'ennuyait. Oui, cette mission ne l'intéressait pas, sauf que l'ombre qu'il avait vue, elle l'intéressait. Ca pouvait être rien comme un esprit farceur ou un démon. Ca pouvait être juste son manque de discernement et sa volonté de toujours trouver une raison spectrale à toute situation.

- Vous êtes en train de vous faire voir comme les pires commerçants du village ! Qui viendrait acheter chez vous après ce que vous dites ? Qui viendrait louer vos services après votre spectacle ? Qui oserait vous demander quelque chose après vous avoir vue jeter les objets à tour de bras ? Vous êtes commerçants ? Vous vous croyez tout permis parce que vous avez de l'argent, une assise au sein du village ?

Il s'égosillait mais ne pouvait pas s'arrêter là. Il fallait découvrir le pourquoi du comment, mais bien vite son élan de courage le quittait. Les mains dans les poches étaient fermées, serrées à tel point qu'il s'en faisait mal, mais il ne devait pas flancher.

- A ce rythme là vous ne posséderez bientôt plus rien. Quel commerçant ne se soucie pas du bien être de ses clients et de sa réputation ? Vous êtes... pathétique... je ne sais même pas pourquoi les hautes instances de Konoha se sont donnés du mal pour vous sortir de ce mauvais pas... vous ne méritez pas leur aide...

Il se retourna, montrant son dos couvert entièrement par son long manteau. Son tein déjà pâle devint rapidement livide et son visage emplie d'assurance se décomposa. Si l'un d'eux tentait quelque chose contre lui, il ne pourrait rien faire, il se sentait maintenant pétrifié de peur mais contenait encore tant bien que mal ses tremblements. Seul son binôme pouvait voir son visage et sa crainte maintenant.
S'il lui posait par la suite des questions, il se sentirait bien mal de lui répondre, mais l'heure n'était pas là encore. Toujours est-il que sa prise de parole suivant celle d'Akio sembla faire mouche puisqu'on pouvait aisément entendre les rires des rues voisines et le brouhaha ambiant du quartier commerçant à quelques pâtés de maisons plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 57
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: La guerre des commerçants [Akio] Mar 20 Mar 2018 - 16:59

Ma tentative infructueuse, Eikichi entre en scène. Il vient se placer à ma hauteur et pose une fraction de seconde sa main sur mon épaule en guise de soutien. Mesurant probablement toute l'ampleur de la tâche à accomplir, il devait sûrement compatir un tant soit peu.

Je suis toutefois surpris lorsqu'il s'époumone afin de faire cesser le conflit. Tout comme moi, l'effet est immédiat et la dispute cesse. Les paroles de mon partenaire sont cinglantes et n'invite pas du tout aux badinages...... et en effet..... la diplomatie ne semble pas son plus grand atout. Pourtant, ses paroles ont du sens et se veulent percutantes.


« Qu'il est passionnant de voir un Shinobi en action.... Silence et observe un peu. Observer quoi ?? Il n'y a rien à voir !! Silence je te dis ! »

Là où j'avais tenté la voie de la raison, Eikichi utilise une méthode diplomatique plus agressive mais pour le moins efficace. Ce conflit devait être vite réglé, c'était son souhait et il mettait toutes les choses de son côté. Déjà, des passants s'arrêtaient à quelques distances pour observer la situation. Je gardais à mon seul œil valide les commerçants et leur famille, des fois que l'idée de prendre pour cible mon binôme ne traverse leur esprit tordu. A la place, seule la haine semblait les gagner. Surtout que les curieux gagnaient tranquillement en nombre et ça, pour le business, c'est mauvais. Effectivement, pour rectifier le tir, ils allaient devoir revoir leur copie.

Cependant, l'attitude de mon partenaire me fait arquer un sourcil et m'inquiète. Il se retourne face à moi et la transformation de son visage me trouble.... de la peur.... ?... Oui... Oui c'est bien cela que je décèle dans son regard. Un rapide regard sur le reste de l'attroupement m'empêche d'intervenir auprès de lui car déjà certains opportunistes commencent à entrevoir la chance de punir l'impétueux qui a osé salir leur réputation. Le stress me gagne quelque peu, et ça, c'est plutôt mauvais signe.... car je commence à L'entendre rire au fond de moi.

Tentant de garder mon calme pour L'empêcher de mettre son grain de sel, je décide d'intervenir pour laisser l'opportunité à Eikichi de se reprendre bien que j'ignorais totalement ce qui lui arrivait.


« Alors messieurs dames, qu'allez-vous décider ? Poursuivre vos querelles sans queue ni tête ou trouver une solution profitable pour tous ? Mon collègue a entièrement raison vous savez. Passer du temps à de telles enfantillages ne peut être que nuisible à votre activité. Votre perte en terme de chiffre d'affaire ne peut en être que conséquente, ne croyez-vous pas ? Allons, soyez raisonnables et arrêtez tout de suite ! »

L'un des patriarches s'avance pour se planter devant moi.

« Dis moi merdeux, qu'est-ce que tu en connais en commerce toi pour nous juger ? Si tu allais un peu t'occuper de tes affaires et embarque ton copain loin de nous s'il ne veut pas que mes fils et moi on lui refasse le portrait. »

Un bref regard derrière moi m'apprend qu'Eikichi semble toujours plonger dans le trouble et le voilà sans défense, impossible de laisser pourrir la situation.

« Bon ça a assez duré cette comédie ! »

Oh non pas ça....

« Oh les va-nu-pied, ce n'est un peu fini vos conneries !! Je perds mon temps à vous écouter et je m'ennuie. Si on passait un peu aux choses sérieuses. »

Il récupère quelques Kunaïs que je conservais dans ma sacoche et Il les jette au sol.

« Voilà. Maintenant, vous pouvez vous entre-tuer en toute liberté. Ca permettra un retour au calme rapide et une résolution de cette affaire sordide plus que plaisante. Qu'on y pense bande de bons à rien : vous pensez être les seuls commerçants de ce village prospère ? Que vous êtes naïfs. Les seuls à qui vos querelles débiles profitent, ce sont vos autres concurrents. Et le peu que vous parvenez à leur prendre va disparaître aujourd'hui, lorsqu'on aura débarrasser la rue de vos cadavres puants... Ca suffit maintenant !!.....»

Je parviens à Le faire reculer de quelques pas et à m'imposer de nouveau. J'halète, sourcils froncés, avant de regarder autour de moi. Je crois que je suis devenu la cible à présent. Malgré tout, Son intervention pouvait peut-être m'être utile.


« Comme quoi... La ferme ! Ce que je voulais dire, c'est qu'au lieu de perdurer dans des disputes interminables qui ne régleront jamais vos différends, peut-être devriez-vous observer l'avenir sous un autre angle. Si au lieu de vous concurrencer vous mettiez vos techniques de vente en commun afin de devenir beaucoup efficaces, vos gains en serez démultipliés et vous pourrez vous les répartir équitablement... »

Les patriarches s'observent quelques secondes de manière suspicieuse au premier regard mais la réflexion semble tout de même de mise. Parfait, ça me laissait un bref instant de répît pour m’enquérir d'Eikichi.

« Est-ce que tout va bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La guerre des commerçants [Akio] Dim 25 Mar 2018 - 12:08

Tout au fond de lui, sa poitrine le serrait, si fort qu'il aurait aimé l'arracher pour faire stopper cette peur en lui, si fort, qu'il avait peur de le laisser apparaître devant tant de monde. Il ne fallait pas, et même si l'avenir promettait un peu de douceur dans sa peur, il ne savait pas comment réagirait la foule.
Relevant une main qu'il sortit d'une poche vers son cœur, il serra son vêtement, les yeux rivés sur le sol. Il n'entendait ni la foule ni les deux familles de commerçants. Tout ce qu'il entendait était son rire dans sa tête. Pour une fois il aimerait lui tenir tête mais, il savait que tout ce que ferait le démon serait de rire car, depuis toutes ses années passées à ses côtés, ils se connaissaient trop bien.
Mais au fond, peut-être que leur filer une trouille monstre serait la solution la plus viable ? Peut-être que s'il le laissait apparaître en lui demandant de se faire passer pour un esprit vengeur ça pourrait marcher.

Avec toutes ses suppositions, il ne revint à lui que lorsqu'Akio lui demanda si tout allait bien. Déglutissant lentement, Eikichi reprit une inspiration et se rendit compte que pendant de longues secondes il n'avait pas du respirer. Fermant les yeux pendants une fraction de secondes, son visage se tourne vers son partenaire.

- Ca ira oui.

Relâchant sa main qui tenait son manteau à son cœur, il sortit celle dans la poche de son manteau et laissa ses bras le long de son corps avant de redresser son visage et son corps. Dans le fond de ses yeux gris une lueur rouge, qui n'augurait rien de bon s'il ne contrôlait pas ses émotions, se laissait voir de plus en plus nettement.
Juste pas maintenant, c'était tout sauf l'idéal. A la base Eikichi souhaitait s'enquérir de l'une puis de l'autre des familles et non pas les retrouver à s'écharper en pleine rue. La vie réserve toujours des surprises et même si parfois il s'en passerait, pour l'heure, ça lui avait été plutôt bénéfique, même s'il devait lutter contre sa peur de les affronter et de le voir apparaître.
Se retournant vers les familles et tentant de faire fi de la foule qui s'amassait pour assister au spectacle du jour, le Mamoru planta ses yeux sur les kunai au sol en arquant un sourcil. Il n'avait rien perçu, trop perdu dans ses pensées, du coup il se demandait ce qui avait bien pu se passer durant ces quelques instants.
S'avançant de quelques pas, de la poche droite de son manteau il tira une paire de lunette de soleil qu'il posa devant ses yeux, les masquants totalement avant de s'agenouiller pour récupérer les armes au sol.

Tout dans son attitude défiait les hommes de venir le « corriger » et tout dans son attitude le leur déconseillait.
Plus ça allait, plus la peur et la colère grandissait en lui et plus ses yeux rougeoyaient. Il en avait conscience, il avait apprit à force de se cacher différemment. Ses diverses rencontres lui avait au moins apprit ça.
Serrant ses mains sur les manches des armes, il se laissa partir dans ces sentiments d'angoisses, de haine viscérale et repensa même à son clan qu'il voulait détruire pour l'avoir ainsi abandonné. Dans le ciel un éclair déchira le calme précaire et une créature toute blanche et violette voleta dans l'air, bien visible mais immatérielle tout de même. Dans ses mains griffu comme une lance de foudre menaçait de s'abattre sur le groupe de marchands. Son rire déchira le ciel, provenant de nul part et partout à la fois alors qu'Eikichi regardait droit devant lui. Il luttait pour ne pas se cacher une fois encore mais, qui pouvait voir le rouge flamboyant de ses yeux masqués par les lunettes ?
Doucement le démon se rapprochait du sol, menaçant de son arme toute aussi immatérielle que lui les deux patriarches, encore fallait savoir qu'il ne pouvait rien faire.

- Humains pitoyables... vermines... vous oser me faire perdre mon temps ? Amusez-moi... entretuez-vous... au moins je ne serais pas venu pour rien...

Il s'approcha dangereusement d'Akio et l'observa au travers de son masque un instant avant de s'éloigner et de venir surplomber Eikichi, comme il aimait à faire, se montrer à la fois supérieur envers lui et protecteur. Après tout, le Mamoru était sa passerelle vers ce monde et même si ce n'était pas parfait, un jour il y parviendrait, à lui donner consistance ici, et ce jour là...

Un frisson glaça l'échine d'Eikichi alors qu'il écoutait le rire qu'il connaissait par cœur d'Akashita, le démon de foudre.
Il fit quelques pas pour se rapprocher d'Akio, et peut-être malgré lui signaler qu'il ne fallait rien lui faire.
Les curieux et les marchands restèrent scotchés. Certains fascinés, d'autre en proie à la peur. Maintenant qu'il était là, comment allait réagir ces hommes et ces femmes et surtout, comment pourrait-il le faire partir au moment opportun ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 57
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: La guerre des commerçants [Akio] Mar 27 Mar 2018 - 21:39

L'attitude d'Eikichi m'intriguait beaucoup. Sa réponse ne me satisfait guère, j'ai l'impression qu'il n'est pas sincère. Il est toujours aussi livide et je commence à m'inquiéter. Ai-je raté quelque chose ? Quelqu'un aurait-il empoisonné mon partenaire sans que je puisse m'en rendre compte. Impossible.

« Tu n'es pas gâté hein ? Déjà que tu n'es pas bien utile, on a trouvé pire que toi. Regarde ces individus. Ils ne savent même plus quoi faire. Je suis sûr qu'ils ont déjà oublié la véritable raison de leur conflit. Tu aurais dû les laisser s'entretuer, ça aurait été divertissant au moins. Pas maintenant ! »

Je l'observe un instant tandis qu'il se dirige vers mes kunaïs. Son regard avait changé mais je ne savais dire pourquoi ni comment. Simplement, quelque chose me poussait à me tenir sur mes gardes... mon instinct probablement...

« Ou moi ! Mais oui bien sûr... »

Mes soupçons se creusent lorsque mon équipier sort une paire de lunettes de soleil afin de masquer ses yeux. Qu'avait-il à cacher ? Le soleil n'était pas si éclatant que cela. Le voilà qu'il ramasse mes armes de jet. J'avais l'impression qu'il voulait défier les familles commerçantes de l'attaquer. Cependant, ces derniers semblaient comme subjugués par l'attitude d'Eikichi. Utilisait-il une sorte d'envoûtement ?.... Réflexion trop simpliste et futile. Alors que les mains de mon partenaire se raffermissent sur le manche des Kunaïs, un éclair me fait presque sursauter... Pourtant aucun nuage à l'horizon..... pas de nuage non mais une silhouette qui me paraissait peu amicale avait fait son apparition, déduction faite certainement à cause de la lance qu'il pointait sur la petite assemblée..... dont nous faisions partis.

« Eikichi ! Eikichi !! Dans le ciel, regarde !!! Tu sais ce que c'est ? »

Aucune réponse mais un rire démoniaque finit de me dire que les choses se gâtaient. La chose se rapprochait. Un être éthéré... un Spectre ? Je n'en étais pas sûr. Les paroles du démon résonnent dans ma tête et je Le sens s'agiter, vouloir intervenir de nouveau. Je devais lutter, je n'osais imaginer un duel d'ego, les démons, si je me souvenais bien, n'avaient pas la réputation d'être modestes. Mais le démon fonce sur moi et se fige à quelques centimètres de mon visage. Instinctivement, ma main se porte sur la garde de Dokugãnryu. Le "Spectre" se recule et vient se poster au-dessus d'Eikichi. Etonné, je me demande alors qu'ils étaient tous les deux liés... Ou peut-être désirait-il s'en prendre à mon équipier.

« Allez Akio, c'est le temps d'agir. Fais preuve, une fois dans ta vie, de courage et combats cet être démoniaque que seul un Shinobi peut invoquer. Tu te trompes mais pour l'heure, je suis d'avis de sortir Eikichi de ce guêpier ! »

Commençant à sortir mon Wakizashi de son fourreau, je vois mon partenaire s'avancer vers moi comme pour m'inciter à ne pas agir. A court d'idées, je décide de lui faire confiance. Mais les curieux autour de nous me dérangeaient. Surtout que quelques-uns restaient presque en admiration devant l'être apparu devant eux et qui pourtant n'invitait pas à festoyer... Je devais donc réveiller tout ce monde. Dis quelque chose Akio, n'importe quoi...

« Bon vous voyez !!?? Vos querelles incessantes ont même réussi à réveiller Sobuto, le.... le..... Protecteur des.... lois divines..... du commerce.... équitable !.... Non mais je rêve !! Qu'est-ce que je tu nous fais là !! La ferme, j'improvise ! Alors si Sobuto est là, c'est que vous êtes allé trop loin. Le seul moyen d'apaiser sa colère, c'est de trouver un accord équitable et profitable entre vos deux familles... Sinon... et bien, je ne réponds pas de Sobuto... Ce n'est pas pour rien que l'on nous envoie régler ce litige qui n'a que trop duré... Désespoir total... »

Les mots étaient sortis comme ça. Mais mon inquiétude se renforçait pour Eikichi. Je ne savais vraiment pas quoi faire pour lui venir en aide et le sortir de ce pétrin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: La guerre des commerçants [Akio] Lun 9 Avr 2018 - 16:55

Il lui semblait si difficile de résister à la peur, à la colère, à l'angoisse, et à tous ces sentiments qui le rendait si prompt à rire de lui. Satané démon, ne peux-tu pas pour une fois rester tranquille ? Ne peux-tu pas pour une fois le laisser se débrouiller sans toi ?
Pourtant, le regard éberlué ou admiratif des passants le fait sourire. Sourire comme lorsqu'on veut paraître fort devant l'adversité. Mais, Eikichi est tout sauf fort, il est tout sauf résistant et il ne faudrait qu'un souffle pour le faire vaciller et tomber, qu'un mot pour le voir s'effondrer à terre, brisé. Hors, lorsqu'il intima à son partenaire de ne rien faire contre l'apparition démoniaque, ce dernier obtempéra. Cette seule action l'avait détendue et Akashita l'avait sentit.

Va-t-en !

Hurla-t-il en lui, persuadé que le démon pouvait le comprendre. Mais il avait tord. Bien que très lié, il ne pouvait l'entendre que s'il lui parlait. Maudit lien ! Maudit et puissant lien. Seule puissance dont il pourrait tiré profit pour sa vengeance.
Derrière ses lunettes, ses yeux brillaient, de colère, intense. Il en voulait à ces commerçants de lui faire perdre son temps. Il en voulait à ces gens de se laisser fasciner par la puissance des démons, il en voulait à sa famille d'avoir tout fait pour qu'il se retrouve là, seul. Eikichi les détestait tous, et ses poings serrés sur les armes laissaient entrevoir l'intensité de sa haine.

En revanche, le démon lui laissa son rire tonner plus fort encore lorsque le samurai donna un nom. Il ne connaissait pas de compagnon démon de ce nom là, mais l'idée de se faire passer pour un autre l'amusait au plus haut point. Il ne fallait pas grand chose pour le distraire.

- Ce déchet a totalement raison.

Il ne fallait pas croire que ça le rendait aimable pour autant. Rabaisser, torturer, énerver les autres et surtout le Mamoru, était son passe-temps favori.

- Tuez-vous et vous m’apaiserez, ou trouvez un compris, et je me montrerais peut-être magnanime.

Eikichi fait un pas vers ces familles, assuré, alors qu'il tremble de toute son âme. Son regard fixe l'un des deux hommes devant lui, froid, à la limite de le vouloir mort pour essuyer cette peur qui hante son propre cœur.
Puis il fait volte-face et tout en inspirant profondément, écarte ses bras, sans relâcher les kunais. Il faisait face au démon qui, d'un rire, s'abaissa à son niveau.

- Que veux-tu insecte ?
- A... Sobuto... apaisez... votre colère... je vous prie...


Le démon voulu se tordre de rire, à la place il lança dans le ciel sa lance de foudre qui tonna dans les oreilles de tous les protagonistes. Pourtant, le ciel était toujours aussi clair au dessus de leurs têtes. A cette suite, il passa au travers du corps de son protéger et fit face tour à tour à tous les membres des familles en querelles.

- Si vous ne vous mettez pas d'accord, je charge ces deux shinobi de m'amener les deux aînés de chaque famille comme sacrifice et alors apaiserez ma colère. Vous disposez d'un délais jusqu'à ce soir minuit... après quoi, je vous hanterais, vous, et toutes vos générations jusqu'à la fin des temps.

Il recula jusqu'à se placer derrière Akio, le surplombant comme il l'avait fait pour Eikichi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 57
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: La guerre des commerçants [Akio] Mer 25 Avr 2018 - 15:38

Le démon qui était apparu s'amuse de mon idée... chance ou erreur... J'allais probablement être vite fixé. Il se met à rire très fort et entre dans mon jeu. Ces suggestions restent cependant très .... risquées. Mais cela faisait effet. Les commerçants ne savaient plus si c'était du lard ou du cochon et se regardaient les uns les autres sans trop savoir que faire. Je devais pourtant continuer à occuper le démon pour donner du temps à Eikichi de trouver un moyen de reprendre le contrôle.

« Je pense que les paroles de Sobuto. Il n'invite guère aux badinages, vous en conviendrez. Je suis suis certain du conflit qui vous oppose, vous avez la possibilité de trouver une solution pacifique profitable à tous. Réfléchissez plutôt à cela au lieu de vous entre-tuer... »

Le stress me gagnait et ce n'était jamais bon car du coup, Il n'était jamais loin. Et avec la présence du démon, s'Il prenait le contrôle, je craignais vraiment le résultat...

Enfin, Eikichi se décide à agir. Il avance vers les familles mais finit par faire volte-face et tend ses bras vers le démon. L'échange entre les deux me glacent le sang... Tout était limpide à présent... Eikichi n'avait aucun contrôle sur le démon... Il était libre d'agir à sa guise. La situation se désagrège alors car je ne sais pas vraiment quel tactique adopté. A tout moment, le démon pouvait perdre patience et s'en prendre à la foule qui nous entourait.

Reprenant ma contenance, je décide d'intervenir à nouveau. Mais je suis coupé de court par le démon qui projette sa lance dans le ciel, lâchant une déflagration détonante. La créature passe ensuite au travers d'Eikichi comme s'il était éthéré et se place devant chacun des membres des familles de commerçants. Ses menaces sont claires et je ne doute pas à cet instant qu'il ne mettra pas à exécution s'il n'obtient pas satisfaction.

Je me tourne alors vers les deux chefs de famille.


« Vous avez entendu, les ordres sont clairs. Et moi-même, vous comprenez que je ne pourrais désobéir à Sobuto. Je serai contraint de vous livrer tous les deux à son bon plaisir et vous l'avez compris, il n'a que dans l'idée de vous faire souffrir. L'ultimatum est donné, à vous de choisir quelle destinée vous entrevoyez. »

Le démon vient se placer juste derrière moi, m'hérissant le poil. Je serre les dents parce que je ne sais pas de quoi il est réellement capable.

« Frappe-le Akio, maintenant !! Non !! Fais-le bon sang !!! Laisse-moi !!! Frappe !! J'AI DIT LAISSE-MOI !!! »

J'avais hurlé sans m'en rendre compte et les regards convergeaient vers moi. Je savais que s'Il intervenait, ce ne serait pas bon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: La guerre des commerçants [Akio]

Revenir en haut Aller en bas
 

La guerre des commerçants [Akio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Quartiers Civils-