N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 L'irrécupérable [Jinmenju]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 335
Rang : B+

Message(#) Sujet: L'irrécupérable [Jinmenju] Lun 5 Mar 2018 - 17:21


Dehors, le vent soufflait sur les Vertigineuses, ces montagnes immenses qui gardaient la cité ninja en otage et qui lentement se laissaient sombrer dans la nuit. Il y avait fort à parier qu'en ces temps décousus, chacun s'affairait à sa petite mission, et mettait un peu de sa petite personne pour contribuer à la prospérité de ce petit village prisonnier des falaises mortelles. Des efforts solennels et valeureux pour se défendre de tous les oppressions, que le climat inhospitalier de ces régions escarpées n'était pas le seul à nourrir. En dépit de tous leurs efforts et malgré toutes ces Vertigineuses autour d'eux, les Iwajins demeuraient en ces temps troubles une proie visible et vulnérable, convoitée par bien des prédateurs. En cause, plusieurs facteurs auxquels chacun prêtait une somme d'importance, en fonction des opinions diverses et variées. Dans son isolement, la Citadelle construite par les Jisetsu souffrait de bien des agressions.

Après la victoire de l'opération Tabula Rasa grâce à laquelle, impitoyable, le Tsuchikage avait assis sa position souveraine sur les vallées de Tsuchi no Kuni, les ninjas de la Roche avaient essuyé divers attaques. La première concernait un village au Sud, victime d'une sombre menace qui causa la perte de toute une partie de la population locale. Intrépide et loyale, la somptueuse guerrière Kosobayui Mi fut la première à s'envoler vers les opprimés ; mais qui sait ce qu'il advint d'elle ? La menace, mariée à une hypothétique tentative de contagion épidémique, écarta même le Tsuchikage en personne, forcé de rester en quarantaine pendant quelques jours, à l'instar des quelques ninjas qui furent concernés par cette fausse agression. Aucune contamination ne vint troubler les remparts de la cité perchée pourtant. Cependant, ce qui arriva derechef fut presque pire : un attentat assiégea les visiteurs du temple de Gobi, que les valeureux Iwajins parvinrent toutefois à neutraliser en capturant un otage, quelques jours avant qu'un autre nukenin venu d'ailleurs ne pointe également son museau, et décapite sauvagement l'un des ninjas de la Roche, avant d'être arrêté également.

Le premier mis aux fers fut torturé avant de révéler de précieuses informations qui permirent de savoir que l'attaque du village et l'attentat au temple de Gobi incarnaient la volonté de Jashin : du moins, c'est le peu que pouvaient supposer les Iwajins, fonction des maigres informations qu'ils avaient récoltés, et dont le peu de fiabilité contribuaient à alimenter le doute sur ces étranges attaques. Le deuxième prisonnier, plaidant son innocence, parvint à convaincre le Bras Droit du Tsuchikage de sa parole, et fut sommé de réparer son erreur en intégrant l'une des équipes les plus impliquées dans toutes ces catastrophes : Hiiro.

Cela faisait beaucoup de choses pour cette équipe. Par quel curieux hasard ces jeunes louveteaux, puisque c'est ainsi qu'on pouvait caractériser les membres de la team Hiiro, avaient pu être sur les devants de scène aussi régulièrement ? La question méritait d'être posée et pour cause, l'un de ses membres les plus éminents s'avérait être l'un des ninjas les plus déséquilibrés de toute la Citadelle : le fameux Jinmenju Ryöhei avait déjà mauvaise réputation avant même d'être impliqué dans ce bourbier funeste. De tous, il était celui qui semblait avoir le plus d'engagements autour des périls affligeant le village, comme s'il les attirait par un étrange magnétisme ; pour autant, Ryöhei était aussi réputé pour être le responsable d'une tentative d'homicide volontaire lors d'une mission, et avait écopé d'un séjour carcéral approprié à la gravité des actes posés. Hasard ou coïncidence ?

Au sein du quartier Jinmenju, la question trottait de têtes en têtes, d'hôtes en hôtes. Elle alimentait évidement toutes les conversations intérieures que les plus hauts dignitaires de cette vaste confrérie pouvaient entretenir au sein d'eux-mêmes, au point de devenir le sujet de discussion le plus confus mais de loin le plus attractif parmi toutes les polémiques actuelles. Malheureusement, le plus vieux de tous les Genin continuait de garder le secret sur ses intentions et sur ces troublantes coïncidences : au point de faire douter toute sa famille sur sa fiabilité.

Tandis qu'un échange vif animait déjà la salle de réunion dans laquelle se trouvait une dizaine d'ambassadeurs du clan, le pas du Jinmenju concerné résonna dans le couloir. Quelques secondes plus tard, la porte de la pièce s'ouvrit dans un grincement doux, et dévoila le visage de ce curieux spécimen.


Lentement, Ryöhei passa la frontière de la salle de réunion et referma la porte derrière lui, clope au bec, affichant une mine nonchalante qu'on lui connaissait depuis trop longtemps déjà. En balayant la salle du regard, il reconnût plusieurs têtes importantes au sein du clan : le Yökai de l'Hydre, cette entité aussi mystérieuse que les plus vieilles légendes Jinmenju, le chef du clan, Ikku, véritable figure patriarcale dont la simple évocation rappelait à tous combien il avait été salutaire pour la survie et la prospérité du clan, les deux mères de Ryöhei, convoquées également pour témoigner, l'un de ses oncles, assis sur l'une des places du conseil, un oncle qu'il n'avait jamais eu le plaisir de connaître davantage puisqu'il était perpétuellement pris par les affaires, et d'autres visages encore qui incarnaient aux yeux du convoqué l'autorité du clan, sa justice et ses décisions les plus radicales. Voyant tout ce comité d'accueil, Ryöhei n'eut d'autre choix que d'incliner légèrement la tête en guise de salutation. Il retira sa cigarette et l'écrasa dans sa paume, avant de la ranger négligemment dans sa poche et de se promettre de la terminer plus tard. Il songea que ce n'était pas le moment de se faire remarquer ; quand bien même le mal était déjà fait.

Un petit moment de silence s'invita dans la pièce, pendant lequel chacun pris soin de dévisager l'invité du jour qui lui-même rendît un regard farouche à chaque être l'étudiant de la tête aux pieds. Visiblement, cette solennelle invitation ne semblait pas satisfaire Ryöhei, qui témoignait de son mécontentement à travers un visage rude, marqué par un mépris figé. Crispé, il serra ses poings, comme s'il fallait songer à se défendre. Cela ne passa pas inaperçu aux yeux clairvoyants de l'Hydre qui décida de rompre le silence. En tournant ses deux paumes vers le ciel, il sembla proposer à l'invité de s'exprimer, ce qu'il confirma avec une voix de velours :

L'Hydre (Kan)
"Bienvenue, Ryö et Hei. Je me souviens de vous. J'avais hébergé Hei lorsque nous avons sanctionné votre passage à l'âge adulte. Puis-je me permettre de lui demander de se dévoiler ?"


Soudain, l'épaule de l'invité commença à prendre une forme étrange, mouvante. Ses muscles se mirent à danser sur place, et sa clavicule se désarticula. Puis, spontanément, une forme jaillît et s'échoua au pied du Yökai. Hei se montra tout entier, séparé de son frère, mais toujours près de lui, à sa gauche, comme il avait coutume de le faire. D'ordinaire souriant, il montra comme son frère une mine plutôt grave. Il n'était pas très friand non plus de ce genre de convocations, surtout depuis qu'il avait discuté d'une possible association avec Jisetsu Hiyori, lequel avait jadis remis en question la place du Tsuchikage. Cela avait-il un lien avec ce qui se tramait devant eux ? L'Hydre ne sembla pas y faire allusion, puisqu'il enchaîna sur un tout autre sujet, ce qui rassura Hei.

L'Hydre (Kan)
"Parfait. Je vous remercie, mes enfants. Eh bien, je pense que nous pouvons débuter notre réunion. Avez-vous une idée de la raison qui nous a poussé à vous convoquer ici ?"


Malgré toute sa bienveillance, l'Hydre ne parvint pas à détricoter le visage fermé des deux frères. Aucun des deux ne daigna répondre. Face à l'absence de réponse, c'est le chef du clan lui-même qui prit la parole.

Jinmenju Ikku (Chef du clan)
"Je vois que vos lèvres sont moins parlantes que vos prouesses et les histoires que l'on raconte sur vous, Ryö, Hei. Et pourtant il va falloir que vous fassiez l'effort de les remuer si vous voulez vous défendre. Pour commencer, j'aimerais avoir des explications au sujet de cette tentative d'homicide à propos de laquelle vous avez été inculpé. Je ne comprends pas bien ce qui pousse un ninja, dans le cadre d'une mission impliquant la responsabilité de son village, à s'improviser dans une tentative de meurtre contre un civil ! A moins qu'il soit tombé sur la tête ! Vous m'expliquez ?"


Les paroles du chef de clan étaient dures et sèches et ne cachaient pas la violence qu'il refoulait au fond de lui-même, et qu'il aurait bien laissé se déchaîner sur cet impudent local. Signant par là toute l'ampleur de sa colère, Ikku observa le visage marbré de ses interlocuteurs dans l'attente d'une réponse. Les deux Jinmenju continuèrent de conserver le silence pendant quelques secondes. Hei jeta un coup d'oeil à Ryö, lequel était responsable de ce crime. Ce dernier, comprenant que son frère attendait de lui qu'il répondre, finît par relever la tête. Il fixa le chef du clan avant de lui répondre tout aussi sèchement.

Jinmenju Ryö
"C'est vous qui êtes tombé sur la tête."


Tout le conseil se figea, comme si soudain toutes les pendules décidaient de s'arrêter sur cette seconde spectaculaire. Hei écarquilla les yeux, surpris de cette réponse tranchée, vindicative et irrespectueuse à souhait. Il connaissait son frère par coeur et savait bien que ce dernier était sacrément culotté, mais à ce point ? Transis, il se laissa remplir par le désespoir. La situation s'empirait, fruit de l'entêtement de son jumeau toujours aussi irrécupérable même devant les siens. Qu'allaient-ils devenir ?



RED ROCK - JINMENJU RYÖHEI
"La vie de mon personnage peut être mise en jeu à chaque rencontre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 335
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'irrécupérable [Jinmenju] Mar 6 Mar 2018 - 11:57


Tout le conseil demeurait prisonnier d'une minute suspendue, accrochée à une horloge de pierre en dehors de toute réalité. Les regards convergeaient naturellement vers le responsable de cette crispation collective et toute cette mise en scène semblait être médusée par un sortilège inexplicable. Pourtant, bientôt, les yeux de chacun se mirent à bouger et à étudier ce qu'il y avait autour d'eux : les regards se croisèrent, cherchèrent résonance comme pour se mettre d'accord et confirmer que oui, ce Jinmenju mérite une bonne punition.

Assises en tailleur comme tous les membres du conseil, les deux mères du rebelle, en parfaite symbiose, soulevèrent une main commune, tâtonnant dans le vide comme si elles cherchaient leur vrai fils. Elles n'en revenaient pas. Si Ryö leur avait parfois donné du fil à retordre, jamais il ne s'était permis de se montrer aussi insultant face à d'autres adultes. Malheureusement, les mamans restaient l'otage d'une vision obsolète, vaste nostalgie des temps de l'enfance, qui ne correspondait plus du tout à ce qu'incarnait à présent le fier trentenaire. Impuissantes face à cet écart, elles ne reconnurent pas leur petit Ryö, certes un peu bougon, mais jamais aussi malveillant que ce pseudo-criminel. Jadis, il aurait suffi d'un simple sermon mais à présent, l'homme qu'elles avaient en face d'elles semblait leur glisser entre les doigts, comme si le petit Ryö n'avait jamais existé et avait été remplacé par une créature répugnante et sanguinaire. Elles se murèrent dans le silence mais ne parvinrent pas à retenir un long sanglot, signe visible de leur profonde tristesse. Qu'avaient-elles fait de travers pour qu'on en arrive là ?

L'Hydre, incarnée par Kan, l'une des multiples facettes de cette créature mythique, se concerta à l'intérieur de lui-même pour se faire un avis baigné dans la sagesse et la réflexion. Véritable fleuron de la tolérance, il tenta de se raisonner pour bien comprendre l'attitude et les évidentes provocations de ce Jinmenju, tout en faisant l'effort de se détacher de l'image qu'il avait construite à partir des deux adolescents qu'il avait porté jadis. Les louveteaux avaient bien changé et aujourd'hui leurs crocs semblaient en quête de sang, chose qui n'allait pas arranger leur cas au cours de cette réunion. A quelques places de lui, l'oncle des deux convoqués semblait tout absorbé par un autre élément qui, de fait, méritait toute l'attention du conseil. Il tenta de deviner la réaction qui s'imposait dans le coeur d'un homme qui avait guidé le peuple jusqu'à ses heures de prospérité, et qui aujourd'hui souffrait d'une provocation qui n'aurait jamais dû apparaître. Et la réalité sembla entendre ses intentions, puisque le personnage en question se leva de son assise, prêt à parler au nom de ses responsabilités de chef de clan.


Le regard impériale, sombre et intransigeant du patriarche se plongea dans les yeux farouches de son vis-à-vis qui visiblement le défiait publiquement. S'il était vrai que Jinmenju Ikku apparaissait comme un être bienveillant et salvateur aux yeux des membres du clan, il n'en demeurait pas moins qu'il était aussi réputé pour ses faits de guerre et durant cette dernière il n'avait pas été en reste : on racontait souvent combien le tranchant de ses lames avait été impitoyable pour ses adversaires. C'était le bon père de famille, fort, courageux et juste, et si le passé était la principale source de son rayonnement sur le clan, il demeurait tout de même que cette vieille légende était encore capable de troquer le stylo contre l'épée pour faire régner l'ordre et perpétuer la paix au sien de sa vaste confrérie. Alors que le grand patron toisait l'insolent, le destin semblait avoir jeté les dés :

Citation :
Lancer de dé : 3
Verdict : par chance, le chef pardonne cet écart de comportement.

Jinmenju Ikku
"Tu vas prêter une oreille attentive à ce que je vais te dire, et considère que la grâce que je vais t'accorder relève du miracle : ne t'avise plus de recommencer à me parler sur ce ton. Ni à moi, ni à aucun d'entre nous. Tu ternis déjà suffisamment l'image de notre confrérie pour pouvoir te permettre cette insolence, surtout lorsqu'elle s'adresse à tes congénères. Je connais trop bien cette attitude qui est la tienne pour la tolérer au sein de notre clan : sache que la prochaine fois, tu seras déshérité. A présent, j'attends des excuses."


La voix du chef avait parlé. Le conseil pencha la tête pour acquiescer de cette décision qui témoignait de la bienveillance du patriarche à l'égard de sa communauté, même pour cette minorité difficile. Ryö quitta son interlocuteur du regard, surpris qu'on lui adresse une telle sympathie et troublé de savoir qu'il aurait pu être exclu du clan aussi radicalement. Ses mains, qu'il tenait toujours en poigne, commencèrent à trembler, symbole de sa fragilité passagère. Tout portait à croire qu'il venait d'être touché par cette empreinte de miséricorde et, dès lors, il n'eut plus l'impression d'être sur le banc des accusés, mais sur celui des confessions. Les yeux dirigés vers le parquet de bois sur lequel il se tenait, la tête basse, il prit timidement la parole.

Jinmenju Ryö
"Veuillez m'excuser."


Le spectacle arracha trois sourires, l'un sur le visage bienfaiteur de l'Hydre, les deux autres sur les têtes respectives des deux mères du pseudo-criminel. Le chef de clan, quant à lui, approuva cette marque de respect en levant la main et en retrouvant son assise, mais ne daigna pas évoquer ce même sourire qui pourtant lui brûlait les lèvres. Il avait l'intime sentiment que le sujet de cette réunion était sur la voie de la guérison et qu'il devait rester concentré jusqu'au bout, au risque de perdre le poisson ferré. Le deuxième frère parmi les deux accusés souleva alors sa main pour la poser sur l'épaule de son jumeau, témoignant ainsi de sa reconnaissance et tentant de consoler celui pour qui cet effort devait être insoutenable. Il connaissait son sosie par coeur et savait à quel point ce dernier avait dû s'arracher les tripes pour prononcer ces paroles qui, selon lui, trahissait l'amour qu'il avait pour son clan.

Mais tandis que tout le monde s'apaisait, une nouvelle voix s'éleva dans la pièce. La féminité de celle-ci adoucissait vraisemblablement le ton pourtant sec qu'elle employait, puisqu'il s'agissait de cette accusation que la membre du conseil souhaitait remettre au coeur du débat, car elle méritait d'être traitée dans la plus grande urgence.

Jinmenju ???
"Bien. Je vous félicite pour vos progrès. Néanmoins, cela n'excuse pas votre crime, et je tiens à ce que nous revenions à cet élément. J'ose espérer que vous avez de bonnes explications pour justifier cet acte absolument inexcusable."


L'ambiance redevint tout aussi électrique et pesante qu'elle l'était au départ. Visiblement, les membres du conseil avaient à coeur d'entendre de la bouche du convoqué les raisons qui l'avaient poussé à mettre la main sur son arme et à l'enfoncer dans la chair d'un civil. Irrémédiablement, ce retour à la case départ effaça tous les sourires et les coeurs reprirent leur course vers le doute, la colère et à l'anxiété. Autant d'émotions négatives dans lesquelles baignaient les deux frères, submergés par l'apparente fermeté du conseil des Jinmenju. Comment se justifier d'un tel crime ?



RED ROCK - JINMENJU RYÖHEI
"La vie de mon personnage peut être mise en jeu à chaque rencontre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 335
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'irrécupérable [Jinmenju] Mar 6 Mar 2018 - 15:32


Le conseil continuait de tenir l'insurgé entre ses serres, quand bien même ce dernier avait cessé de se débattre et accepté de courber l'échine devant la souveraineté de ses accusateurs. Le banc des confessions était redevenu le banc des accusés sitôt que la dame du conseil avait intimé aux deux convoqués de s'expliquer sur le geste maudit qu'ils avaient sciemment effectués, et qui justifiait pour partie la raison pour laquelle le conseil poursuivait son cours. Ryö avait comme l'étrange impression d'avoir les deux pieds dans un infâme bourbier qui peu à peu prenait la forme des sables mouvants l'entraînant vers son inéluctable chute. Sa patience fragile l'avait déjà desservi l'instant précédent, et il y avait fort à parier qu'il était prêt à reprendre du mordant pour s'accrocher à quoique ce soit qui lui permettrait de se sortir de son embarras, fallût-il s'attaquer à celle qui lui faisait procès à la place du chef.

Mais c'est Hei qui décida de prendre les devants cette fois-ci. Anticipant la récidive incendiaire, il décida de désamorcer la bombe relationnelle en remplaçant son frère devant les accusations, quand bien même il n'était pas foncièrement responsable du crime commis par l'explosif congénère. Retirant sa main qui était restée sur l'épaule de son jumeau, il entreprit d'avancer d'un pas pour s'offrir au conseil, faisant barrage à toutes les attaques que pouvaient recevoir son sosie, au risque d'être discrédité à sa place. Ce curieux sacrifice ne laissa pas le coupable indifférent puisque ce dernier observa le dos de son protecteur comme s'il s'agissait d'un parapluie le protégeant de l'acide. Il tenta de prendre la parole pour empêcher Hei de faire ce pas de travers mais il était déjà trop tard : son frère prenait la parole et allait le défendre coûte que coûte.

Jinmenju Hei
"Messieurs-dames, hauts dignitaires du conseil, nous reconnaissons notre culpabilité pour l'acte commis dans le cadre d'une mission impliquant effectivement la responsabilité du village, et celle du clan à travers lui. Nous avons pris conscience de notre erreur pour laquelle, si je peux me permettre de vous le rappeler, nous avons essuyé une peine carcérale de plusieurs jours. Je vous prie cependant de croire qu'il ne s'agissait pas là d'une tentative d'homicide, mais bien d'une agression avec arme blanche que nous estimions nécessaire pour le bon déroulement de notre mission, à tort. Si nous avions voulu abattre ce civil, nous l'aurions fait, tout simplement."


Un lourd silence donna toute son importance à la réflexion, à la prise en compte des arguments présentés par celui qui, des deux Jinmenju, était certainement le plus sagace et adroit en paroles. Mais le conseil n'était pas dupe et, si effectivement le crime avait été mal interprété par la hiérarchie, il n'en demeurait pas moins que l'acte était posé et justifiait d'une réelle nécessité de prise de conscience. Hors le plus virulent des deux frères ne semblait pas recevoir les accusations qui lui étaient adressé de droit et, dans le coeur et l'âme des membres du conseil, cela alourdissait le jugement qu'ils exprimaient à son égard, quand bien même celui-ci était déjà pesant. Ainsi les regards tentaient de dépasser celui qui s'était présenté en écran devant son frère, et qui ne se présentait pas aussi innocemment qu'il n'en avait l'air. Une murmure parcouru les membres du conseil qui s'échangèrent leur avis sur ces belles paroles, ce qui ne laissa pas les deux convoqués indifférents. Le chef du clan reprit de nouveau le lead sur le déroulement du conseil.

Jinmenju Ikku
"Merci, Hei. J'aurais apprécié que votre frère ait la sagesse de tenir ce genre de discours également. Non que cela vous innocente, mais gardez bien à l'esprit que le passage aux aveux a tendance à faciliter notre jugement, et que votre sincérité peut avoir le mérite de vous débarrasser de quelques embarras. J'entends donc que vous prétendez qu'il y a méprise sur votre situation, et que votre sentence a subi les affres de l'escalade judiciaire. Si exagération il y a sur vos faits et gestes, nous tâcherons de réparer le travers, néanmoins sachez vous rendre à l'évidence qu'un coup de poignard reste un coup de poignard : où qu'il soit placé, il aurait pu vous coûter votre carrière. Pour ne rien vous cacher, c'est une affaire que je n'ai pas su garder sous le toit des Jinmenju. Votre bavure a fait scandale et nous en essuyons encore les quelques retombées médiatiques qui continuent de l'alimenter, ce qui explique entre autres la tenue de ce conseil. C'est d'autant plus grave que, pour commettre ce crime, vous auriez selon le rapport qui m'a été transmis bravé les ordres de votre cheffe d'équipe ?"


Un son gutturale s'échappa de Ryö qui avalait sa salive et reconnaissait de fait avoir bafoué les consignes que lui avait imposé Kosobayui Yu, son ancienne cheffe d'équipe remplacée depuis peu par Bakushô Len. Pourtant, la maîtresse des plumes qui se faisait à juste titre surnommer le Corbeau bénéficiait auprès du Jinmenju d'une odeur de sainteté, puisqu'elle lui avait sauvé la vie lors de la Grande Guerre. Il ne savait toujours pas et ce malgré les quelques semaines qui s'étaient écoulées pourquoi il avait séché les ordres et agi impunément. Une chose était certaine, il n'était pas du genre à vouloir remettre en question l'autorité de Yu, qui s'était avérée être l'une des seules personnes capables de le tenir dans ses rangs tout en encadrant ses débordement, sauf le dernier d'entre eux qui justifiait effectivement que ce conseil se poursuive.

Mais alors que Hei allait reprendre le fil de conversation pour tenter d'expliquer l'inexplicable, une nouvelle voix l'interrompît, une voix porteuse de douceur et de bienveillance qu'il aurait reconnu entre milles. Cette voix appartenait à celle qui l'avait allaité tout en essayant de lui faire profiter de la meilleure éducation possible : malgré la déviance notoire de son rejeton, Jinmenju Koharu avait été une bonne mère, surtout pour Hei, et elle ne méritait d'assister à cette sentence. La tête de Koh se manifesta et son timbre maternelle vint défendre ses fils.


Jinmenju Koh
"Je me permets d'intervenir pour préciser que mon fils est loin d'être un enfant de choeur et qu'il lui arrive effectivement d'être insubordonné. Cependant je tiens à vous défendre de prétendre qu'il agirait contre l'intérêt du clan, du village et de la nation. Ryö et Hei sont mes enfants et je sais d'expérience à quel point ils peuvent être patriotes. J'espère que tous les membres ici présents savent se souvenir d'une chose qui nous a tous marqué, une chose qui précède la naissance d'Iwagakure : je parle évidement de l'ère impériale. Je parle de la Guerre à laquelle nous nous sommes tous plus ou moins livrés, et je pèse mes mots lorsque je dis plus ou moins, car je ne serais pas surprise d'apprendre que certains parmi vous n'ont fait que se cacher, ou pire, mais je préfère garder cela pour moi. Je refuse que l'on traite mes fils comme des étrangers ou des voyous quand on sait qu'ils étaient bien plus proches de l'ultime sacrifice que plusieurs d'entre vous. Pour information, celle à qui mes enfants ont désobéi leur a sauvé la vie. Sauvé la vie ! Ca vaut ce que ça vaut, mais ça dit beaucoup de choses sur mes enfants."


La remarque jeta un froid sur le conseil. La mère exprimait sa colère et pour cause, plusieurs intéressés siégeant au conseil avaient su s'écarter des plus grands périls lors de la Grande Guerre, et certains étaient soupçonnés d'avoir pactisé secrètement avec l'ennemi et d'avoir vendu la mèche parfois pour rester en vie. Un problème que les Jinmenju évitaient d'aborder généralement, conscients que la confiance qu'on leur accordait, déjà maigre, pouvait en pâtir. Mais certains, comme la mère des deux accusés, n'avaient aucun scrupule à en parler, et souvent ceux qui estimaient avoir couru de grands risques lors de cette dernière et qui réclamaient, de droit, une certaine forme de reconnaissance, osaient remettre en question la contribution d'autres ninjas dans la naissance d'Iwagakure.

Mais il en était un, dans ce conseil, dont la réputation n'était entachée d'aucune chose de la sorte, et qui avait eu quelques échos sur la séparation des deux frères lors de cette fameuse guerre. L'oncle, resté silencieux jusqu'à présent, avait épaulé le chef du clan dans les derniers assauts menés contre les impériaux, et tous savaient reconnaître combien il avait été utile et à quel point il s'était montré valeureux. Lui, ainsi que le chef du clan, pouvaient fièrement rebondir sur cette tirade, et il ne s'en priva pas, d'autant qu'il s'agissait de faire taire sa soeur.

L'oncle (Jinmenju ???)
"Nous prenons note de ta remarque, chère soeur, et nous savons trop bien le terrible sacrifice que nous à imposé l'ère du Kamui. Pour autant, cela n'excuse pas l'insubordination de tes fils. D'ailleurs, j'en profite pour m'adresser à vous, Ryö et Hei. Vous vous doutez bien que nous exprimons quelques réserves à vous accorder notre confiance, bien que d'apparence, vous ne sembliez pas être un Jinmenju déséquilibré. Je dirais même le contraire : vous semblez former une fratrie stable. Cela étant, deux choses m'intriguent. La première, bien que je n'aime pas beaucoup parler du passé, c'est votre séparation de jadis. Pour ceux qui ne seraient pas au courant, Ryö et Hei étaient jadis comme chiens et chats, au point qu'ils se soient divisés pour de bon ! Hei s'est même volatilisé pendant quelques temps ! Pouvez-vous nous expliquer la raison de ce clivage ? Deuxième chose, tout aussi intrigante : que faîtes-vous encore, à votre âge, dans les rangs des genins ?


Ces deux sujets suscitèrent une nouvelle vague de murmures et de réflexions partagés entre les membres du conseil. Malgré son intervention, la mère n'était pas parvenue à étouffer les suspicions qu'éprouvaient les différents dignitaires à l'égard du duo Ryö/Hei, si bien que ces derniers se trouvaient encore et toujours sous les projecteurs, scrutés par des spectateurs critiques et inflexibles. Hei se retourna et échangea un regard avec son frère. Le passé semblait ressurgir d'une époque lointaine et de vieilles cicatrices reprenaient vie, déchirant les deux frères jusqu'au fond de leur âme.



RED ROCK - JINMENJU RYÖHEI
"La vie de mon personnage peut être mise en jeu à chaque rencontre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 335
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'irrécupérable [Jinmenju] Mar 6 Mar 2018 - 23:35


Tandis que les deux frères continuaient d'essuyer les assauts acerbes des membres du conseil, la nuit commençait à se faire de plus en plus insistante sur les murs de la Citadelle, au point de l'enfouir dans la pénombre. Chaque minute qui passait laissait aux coupables le soin de se justifier sur leurs différents méfaits, et le programme était vaste car, s'il était un acte en particulier avec lequel ils avaient été martelé, il y en avait tout un tas d'autres qui avaient échappé à l'oeil des foules mais pas à celui des Jinmenju. Véritable douane du renseignement, le clan était au courant de presque tout et rares étaient les choses qui leur demeuraient encore inconnues au sein des remparts d'Iwagakure. Quand bien même les deux énergumènes avaient pris soin de camoufler certains de leurs écarts, cela n'était pas suffisant pour échapper à la vigilance de leur congénère qui, s'ils ne voyaient pas toujours les faits, finissaient tout de même par le savoir d'une manière ou d'une autre.

Pourtant, les deux accusés n'étaient pas encore au bout de leur surprise. Les bougies qui à présent éclairaient la pièce donnèrent une épaisseur de mystères à cette réunion, véritable procès des jumeaux. Parfois, Hei prenait la parole pour expliquer la situation et souvent pour défendre son frère, car bien des choses qui leur étaient reprochées étaient liées à lui, et non au plus sage du binôme. Cependant, Ryö ne daignait toujours pas émettre le moindre son, ni se justifier par la moindre traître excuse : il recevait par vagues toutes ces satires sans chercher à se dédouaner, et quand bien même certaines d'entre elles auraient été fausses, il n'aurait pas tenté de les démentir. Il respectait ainsi ce qui caractérise les héritiers de la singulière biologie qui était la leur : le secret sur leur nature.

Mais dans le couloir du domaine des Jinmenju, une autre surprise attendait les deux frères. Le conseil s'était permis de recevoir ces deux fautifs en bonne et due forme et pour fêter l'occasion, ils avaient convié un autre binôme qui n'hésiterait pas épicer ce procès. Les pas résonnèrent sur le parquet de bois et bientôt, tandis que le chef du clan conduisait l'échange entre ses collaborateurs et les deux frères, on toqua à la porte. Au terme d'un "entrez !" prononcé avec fermeté et assurance par Ikku, la porte s'ouvrît et laissa apparaître ces deux étrangers qui pour le conseil étaient synonymes du pire.


Jinmenju Tora et Toru entrèrent en manifestant leur joie par un large sourire qui trahissait de fait le plaisir sadique qu'ils avaient à entrer dans cette pièce. Chaque fois qu'ils passaient le palier de cette porte, ils avaient comme l'impression et l'extase de devoir assassiner quelqu'un, et cela se traduisait par cette jubilation incessante qu'ils affichaient sur des faciès crispés par l'exagération de leur plaisir. Jouissant du privilège de la connaissance, Tora et Toru étaient de véritables petites vermines réputées pour être des peaux de vaches à l'égard de tous ceux qui passaient en procès devant ce conseil : parfois, ils étaient mêmes convoqués dans les plus hautes sphères de la Citadelle. Ils s'avancèrent jusqu'à hauteur des jumeaux et ne se privèrent pas de leur faire vivre une proximité insolente, les bousculant presque pour prendre leur place, comme s'ils jouaient avec des marionnettes.

Jinmenju Tora
"Salut, Hei !"
Jinmenju Toru
"Salut, Ryö ! Alors, c'est toi le problème, je me trompe ?"


Des deux nouveaux protagonistes, Toru était de loin le plus médisant et il avait pour habitude de viser juste, contredisant ainsi tous ceux qui auraient pu s'amuser de lui parce qu'il était borgne. Mais si Toru était le plus clairvoyant et probablement l'un des meilleurs informateurs du clan, Tora était de loin le meilleur combattant et il avait à maintes reprises permis au binôme d'échapper à une mort certaine. A juste titre, il était le Yokaï de cette fratrie qui, convaincue de pouvoir jongler avec mille et une informations et de tout connaître dans ce village, avait rejoint la Sentinelle et faisait à la fois profiter le clan et et cette unité spéciale de leurs talents formidables pour le pistage, le renseignement et l'enquête. Ces détectives extraordinaires avaient de toute évidence de quoi remplir des livres d'anecdotes diverses et variées, et les deux accusés du jour n'échappaient guère à leur omniscience.

Jinmenju Toru
"Tout d'abord je souhaiterais préciser que Ryö est un sujet fascinant ! Florilège de culot, de bêtise et d'effronteries, mais aussi de courage et d'ardeur ! Cela fait un bout de temps que nous observons ces deux énergumènes et heureusement que cet importun existe, car Hei est d'un ennui à faire fuir les mouches ! Alors, laissez-moi énumérer les éléments que j'ai recueilli dans ce dossier..."


Après une série de mundras, il posa ses mains au sol et fit apparaître un immense fascicule, dont les pages démesurées semblaient receler de tout un tas de secret que Toru se défendait de trahir, heureux de posséder plus d'informations que les autres. Lorsque Ryö tenta d'y jeter un oeil, il n'aperçut rien sinon des gribouillis, et resta perplexe devant la faculté qu'avait l'étrange membre de la Sentinelle de les traduire. Il ignorait que, conscient de l'importance de la chose, Toru avait codé son écriture pour pouvoir préserver ses secrets, et lui et son frère étaient les seuls à pouvoir démêler ces lignes mystérieuses.

Puis la longue tirade démarra. Rien n'avait échappé aux deux enquêteurs de la Sentinelle, et ce même pour des éléments que Ryö et Hei croyaient avoir conservé dans leur intimité, et qui de fait étaient ici dévoilées au grand jour. Résolument, les deux informateurs avaient cette capacité incroyable de s'immiscer partout où ils pouvaient récolter des renseignements, et ils étaient capable de déduire à partir d'empreintes à priori anodines des vérités que personne n'aurait su détricoter, et cela avec une facilité déconcertante, ce qui avait de quoi faire pâlir les deux accusés.

Ebranlé, Ryö fit un pas de recul. Les yeux du conseil convergeaient vers lui en particulier, puisque les deux inconnus avaient pris soin de différencier les crimes en fonction respectivement des deux frères, et tout semblait se retourner contre lui. Pris dans l'étau, il avait l'impression de suffoquer sous l'assaut intempestif de ce fauve, comme s'il avait refermé sa mâchoire sur sa nuque. Allait-il finir comme un misérable gibier ?



RED ROCK - JINMENJU RYÖHEI
"La vie de mon personnage peut être mise en jeu à chaque rencontre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 335
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'irrécupérable [Jinmenju] Mer 7 Mar 2018 - 11:11


Après avoir impunément fait l'étalage de tous les dérapages du convoqué, les deux frères furent poliment invités à disposer. Ils disparurent en fermant lentement la porte et en adressant un dernier clin d'oeil à Ryö en particulier, qu'ils venaient tout simplement de dépecer en place publique. Heureux d'avoir causé du tort au vieux genin, ils se permirent de garder gravé sur leur faciès un sourire malsain et carnassier que leur antagoniste se jura d'effacer un jour ou l'autre, méprisant ces deux jumeaux pour une raison qui semblait évidente pour tout le monde. Du reste, les deux enquêteurs n'en étaient pas à leur première victime et à juste titre beaucoup d'entre elles se montraient farouchement vindicatives, aussi étaient-ils habitués à ces menaces muettes. S'ils ne savaient pas se défendre, les deux informateurs ne se seraient jamais permis d'occuper ce genre de rôle.

Pour autant, ils précisèrent tout de même en récitant toutes les petites litanies satiriques adressées au roux que leur rôle s'arrêtait à l'information, à la stricte information. Ils se déchargeaient ainsi des responsabilités liées aux sanctions, qu'ils n'aimaient pas vraiment attribuer puisqu'ils employaient eux-même parfois des méthodes bancales et limites pour effectuer leurs petites enquêtes. Aussi, si leur présence signifiait la dissection de l'accusé, leur départ était synonyme de dégustation : le conseil pouvait désormais procéder aux délibérations. Une énième vague de murmure parcourut la pièce. L'oncle, les bras croisés, semblait fermé à la discussion et sa mine patibulaire témoignait de son mécontentement. Son silence en disait long et il ne fallait pas être devin pour comprendre que son avis était tranché au point que personne ne puisse l'influencer davantage. Le chef de clan, qui n'avait presque pas remué depuis le début du conseil, continuait de maintenir des yeux figés sur les deux protagonistes qui se présentaient en face de lui, l'air intrigué et en proie à une mûre réflexion. Les deux mères, moins assurées que les membres du conseil, cherchaient du regard le plus sauvage de leurs deux enfants, qui de fait était le plus à vif parmi les deux frères, mais ce dernier n'était pas demandeur de cette marque d'attention et semblait vouloir affronter seul la décision de ses aïeuls, sans se confondre en consolations nasillardes à l'eau de rose.

La femme qui, dans les débuts de la cérémonie, avait remis les pieds dans le plat suite aux excuses de Ryö à l'adresse du chef du clan, jetait des coups d'yeux à droite et à gauche, comme s'il manquait quequ'un ou qu'elle cherchait quelque chose. De fait, les deux frères qui se méfiaient d'elle plus que tout autre se rendirent rapidement compte qu'elle n'était consultée par personne, chose bien curieuse mais tant mieux pour eux. Ils ignoraient que les membres du conseil connaissaient trop bien cette dame pour tenir compte de son avis : si elle avait été écouté depuis le départ, le clan ne serait plus composé que de quelques malheureux survivants d'un jugement arbitraire et profondément intolérant. Inutile dès lors pour les membres du conseil de la consulter : elle criait au loup systématiquement, en dépit des nombreuses fois où ils tentèrent de lui apprendre les nuances nécessaires et subtiles de la diplomatie.
C'est l'Hydre lui-même qui finît par rompre les vagues de murmures.


L'Hydre (Kan)
"Malheureusement, Ryö, tu comprends que les faits sont graves. Nous allons devoir délibérer entre nous. Avez-vous quelque chose à rajouter, toi et ton frère, par rapport à ce qui a été dit ?"
Jinmenju Ryö
"Négatif."
L'Hydre (Kan)
"Peut-être y a-t-il certaines choses que nous ignorons et qui pourraient servir à votre défense ?"
Jinmenju Ryö
"Je préfère garder ces choses pour moi, comme tout Jinmenju qui se respecte."
L'Hydre (Kan)
"Bien entendu. Alors je vous prierais sortir tous les deux, le temps que nous puissions nous concerter."


Sans faire de bruit, les deux convoqués empruntèrent le même chemin par lequel ils étaient venus. Un membre du conseil sortît de la pièce avec eux pour une surveillance nécessaire. Il se mît devant la porte du conseil afin que les consultants puissent échanger sans être dérangés ou interceptés pour tout facteur externe. Il ne regarda pas Ryö et Hei, laissant aux frères le loisir de respirer un peu. Ryö se dirigea vers la fenêtre puis sortît la cigarette abîmée qu'il avait stocké dans sa poche. Il l'alluma et cracha une longue bouffée de nicotine, visiblement stressé par la décision qui allait être prise. Il aurait voulu s'évader, s'échapper de ce tribunal improvisé, mais sa fierté ne lui permettait pas de déraciner ses pieds du sol. Il resterait là et assumerait les conséquences de ses actes. Hei voulut tout d'abord le rejoindre mais comprît bien vite que son jumeau était acculé et qu'il avait déjà mérité trop d'attention : s'il s'isolait ainsi, c'est qu'il avait besoin de respirer. Respectueusement, il garda le silence.

Dans la salle du conseil, l'échange était vif et abondant car, suite à la visite des deux enquêteurs de la Sentinelle, le dossier sur l'énergumène avait gonflé à vue d'oeil. Les représentants du clan ignoraient bien des choses au sujet du trentenaire encore genin et cela n'était pas bon pour la réputation de leur famille ; pour autant, Hei était innocent et toutes les dérives étaient l'objet des débordements de Ryö, aussi fallait-il demeurer juste et trouver une sanction adaptée à ce dernier. Mais l'intolérante femme qui d'ordinaire n'était pas écoutée souligna qu'en laissant son frère oeuvrer à son bon vouloir, Hei pouvait bien être aussi sage qu'il le voulait : il demeurait complice, et cette remarque trouva écho dans les oreilles des délibérants. La mère tenta encore de défendre ses fils mais en vain.

Lorsque les deux frères furent invités à rentrer de nouveau pour découvrir la décision du conseil, ils eurent comme l'impression de se prendre un mur. Les membres de la pièce dégageaient une sorte d'aura malveillante qui indiscutablement fit vaciller le binôme. Si le plus sage des deux frères était en confiance précédemment, il découvrît là que c'était à tort et il avala sa salive avec l'angoisse d'un enfant attrapé la main dans le sac. Le chef de clan prit la parole.

Jinmenju Ikku
"Jinmenju Ryöhei, le conseil a délibéré et, devant les faits qui vous sont disputés, une décision a été prise..."




RED ROCK - JINMENJU RYÖHEI
"La vie de mon personnage peut être mise en jeu à chaque rencontre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 335
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: L'irrécupérable [Jinmenju] Mer 14 Mar 2018 - 21:30


Tout le monde restait crispé tandis que les yeux convergeaient vers l'insolent et son complice. Jugés par ce conseil chargé de jauger la hauteur des crimes et des sanctions appropriées, les deux accusés attendaient le verdict de la part du chef du clan qui, baignant dans son impérialisme, fit couler quelques secondes entre le début de sa phrase et sa conclusion. A ses côtés, l'ambassadeur de cette curieuse entité qu'était l'Hydre ouvrit son troisième oeil, ce qui selon certains sondages dans le clan permettait à tous les congénères de ce singulier personnage d'être tenus au courant de ce que voyait l'hôte. Ainsi, l'ensemble des membres présents de la pièce avait comme la sensation d'assister à la dernière ligne droite d'une course effrénée dans laquelle les différents concurrents auraient joué des coudes tout du long, laissant courir une terrible angoisse et suscitant une tension palpable dans les coeurs des spectateurs.

De fait, tous les coeurs des Jinmenju du conseil battaient comme un seul, comme s'ils étaient en cadence, guidés par le rythme imposé par celui qui était porté par Ikku. Sur son visage noir, ses lèvres s'ouvrirent soudain pour reprendre le fil de son discours, mettant un terme à l'interminable attente. En mesurant chaque mot, lentement, il annonça la sentence.

Jinmenju Ikku (Chef de clan)
"... mais votre sentence vous sera délivrée par le Tsuchikage en personne."


A nouveau, le conseil fut victime de cette vague de pierre qui figeait tout le monde, les accusés compris. Jetant des yeux écarquillés sur son principal interlocuteur, Ryö manifesta son étonnement sans maquillage. Devant lui, son frère plongea son regard vers le sol comme s'il venait d'être anéanti par le verdict, quand bien même au final ils n'apprenaient rien, sinon que tacitement le chef de clan venait d'annoncer une nouvelle convocation, une autre confrontation, un autre effluve de stress et d'angoisse. Il n'aimait pas ça. Vraiment.

Conservant son silence, le chef de clan semblait s'attendre à une réponse tout en sachant pertinemment qu'elle ne viendrait pas, puisque jusqu'à présent les deux genins ne s'étaient pas montrés très loquaces. Il y avait quelque chose chez eux d'inhabituel et d'intense et, gré de son expérience, il savait que cela pouvait autant présager du bon que du mauvais. Les ninjas comme Ryöhei se comptaient sur les doigts d'une main et si d'aventures ils étaient encore genins, il aurait mis sa main à couper qu'ils étaient comme liés de manière intrinsèque au futur du clan. Il y avait quelque chose dans cette rencontre de fatidique et c'est un peu dans cet esprit qu'il sondait les deux fautifs avec la sensation qu'il fallait les voir comme un reflet de lui-même : il était passé lui aussi par ces instants de révolution avant de combattre le Kamui. Et c'est la réponse à cette pénible intrigue qu'il attendait : allez-y, dîtes-moi de quoi l'avenir est fait, Ryö et Hei. Dîtes-moi quels seront vos choix et de quelle manière vous impacterez notre prospérité ; dans quelle mesure vous serez nos sauveurs ou nos assassins.

Jinmenju Ryö
"Je me demande à quoi ça sert de nous convoquer ici, dans ce cas."



Ryö avait repris de la graine, noyant ses yeux farouches dans les différentes pupilles qu'abhorrait aujourd'hui le conseil des Jinmenju. Mécontent qu'on repousse ainsi sa sentence et qu'on laisse encore planer le doute, il afficha un réel mépris qui le fit redémarrer à la case départ vis-à-vis de l'insolence notoire pour laquelle il avait pourtant présenté ses excuses. La dame intransigeante se leva de sa chaise comme si elle voulait bondir sur l'irrespectueux genin, et ce mouvement fut aussitôt accompagné par deux autres membres du conseil qui visiblement avaient à coeur de rectifier le convoqué. Il avait fait quelques efforts mais il retombait dans ses travers et cette conduite, déjà réprimandée, ne pouvait guère être tolérée davantage, aussi étaient-il prêts à faire parler les armes pour rétablir le respect qui était due au chef de clan, Ikku, qui continuait de scruter son adversaire dans une neutralité infranchissable et terrible.

Sans faire le moindre mouvement, il baissa sa main pour inviter ses collaborateurs à conserver leur calme et à retrouver leur assise. Ce faisant, il ne se détourna pas une seconde de son opposant, continuant de le scruter comme s'il prenait sa visée pour mieux l'abattre d'une flèche mortelle qui s'enfoncerait dans sa tête. Il délia ses lèvres sans même avoir fermé les paupières, conservant cette attitude sereine qui faisait de lui le patriarche, le bon père de famille.

Jinmenju Ikku (Chef de clan)
"Nous nous reverrons devant le Tsuchikage. Vous êtes convoqués dans deux jours. Vous serez informés par un courrier. Vous en profiterez pour méditer sur vos fautes et travailler sur votre attitude. A présent, il vaut mieux que vous quittiez cette pièce. Ma patience a des limites."


L'avertissement fut pris au mot, car le plus fâcheux des deux frères se retourna et prit la porte sans demander son compte. Le second, plus poli, chercha une accroche du regard, mais le conseil semblait déjà en train de faire le deuil au sujet de cette rixe. Il considéra rapidement que sa présence devenait inopportune et, soucieux de ne pas paraître aussi impertinent que son jumeau, il inclina sa tête comme un dernier signe de respect et disparût à son tour. Dans la salle du conseil, une fois les deux frères partis, un lourd silence plomba l'ambiance. Lentement, la mère des deux convoqués se leva et, dans un mutisme absolu, quitta la seule également. Un à un, les membres du conseil disposèrent, laissant le chef de clan seul, envahi par les songes et en proie à une profonde réflexion. Ce Ryöhei lui posait problème et il n'aimait pas devoir rendre des comptes au Tsuchikage.

Dans deux jours, il exposerait au souverain suprême de la Citadelle ses suggestions pour punir le récalcitrant, avec l'espoir d'épargner l'honneur de son clan avec cette méthode, mais aussi avec la conviction qu'il rendait service à l'énergumène en puissance, lui épargnant le pire. C'était un bon père de famille : en tant que tel, il n'abandonnerait pas l'un de ses fils.

FIN



RED ROCK - JINMENJU RYÖHEI
"La vie de mon personnage peut être mise en jeu à chaque rencontre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: L'irrécupérable [Jinmenju]

Revenir en haut Aller en bas
 

L'irrécupérable [Jinmenju]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays de la Terre :: Iwagakure no Satô-