N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Sang royal [Yami]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 386
Rang : B

Message(#) Sujet: Sang royal [Yami] Jeu 15 Mar 2018 - 23:22

-Seigneur,

Elle baissa la tête, portant sa main droite sur son torse. Le respect était primordial envers membres d'une même dynastie. Trop souvent, les fratries en places perdaient toute influence et pouvoir à cause de guerre internes. La releva son regard et plongea le sien dans celui de son aînée. Elle s'y perdit un instant et rapidement détourna ses yeux rubis de ceux de Yami.

Combien de temps depuis une vraie rencontre? Cela semblait faire une éternité, l'impression d'être une étrangère devant la seule figure familiale de ce monde. Celle qui avait prit plus de place qu'elle n'aurait du, impossible désormais de la considérer simplement comme la maîtresse de Kaze. Les émotions longtemps, peut être trop, La les avaient considérés comme inutiles, souvent submergées par la colère et la haine. L'impression d'être prisonnière de cette réalité, de ce monde qu'elle ne reconnaissait plus. Et puis derrière la figure sévère de Yami elle avait découvert une autre façade. Elle avait grattée comme pour y découvrir un trésor enfouis. Et cela l'avait transformée à jamais, et aujourd'hui alors qu'en publique elle dédaignait se rapprocher des plébéiens devant elle, devant cette femme aujourd'hui charismatique dont les ambitions n'avaient pas de limites. Elle se retrouvait démunie, comme si elle même n'avait pas changée depuis l'adolescence. La ne voyait dans le regard de son aînée, qu'un reflet de sa jeunesse. Comme si la chûnin n'avait pas changée depuis son retour à la vie.

-Je regrette de vous importunez, merci de m'accorder un peu de temps.

Tout était à refaire? De nouveau, une fois de plus. C'était la partie la plus délicate, elle voyait la tutoyer, lui dire plus de choses mais impossible. Impossible aussi tôt, garder la tête haute ne pas perdre ses moyens. Lui prouver être digne de son grade, lui montrer ses ambitions. Tenir la dragée haute à son Seigneur comme une adolescente rebelle. Mais on en change jamais vraiment n'est ce pas? La avait beau se dissimuler derrière un air sévère froid, obéir et ne tenter de décevoir Yami. Elle savait, au fond d'elle qu'il y aurait toujours un arrière goût de déception. Qu'elle est toujours dans ses pas, qu'elle ne volerait jamais de ses ailes tant qu'elle resterait dans l'ombre. Était-elle donc juste bonne à être la cadette dans la moyenne?

Est ce qu'elles auraient des trucs à raconter plus tard? Le futur incertains, le passé tumultueux et ce présent distant. Est-ce que Yami l'accepterait de nouveau? Et elle, ses émotions et ses sentiments? Et là elle semblait avoir perdue sa langue. Quoi qu'elle dise, si elle assumait ce qu'elle ressentait elle passerait pour une enfant incapable de vivre, ou du moins uniquement par procuration dans l'attente d'un retour positif. Pouvait-elle seulement lutter contre ça?

-Je souhaite devenir Shogun.

La bombe était lâchée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1479
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Sang royal [Yami] Ven 23 Mar 2018 - 15:04

Il semblait loin dans ma mémoire le jour où nous nous étions entretenues pour la dernière fois. Bien entendu, les regroupements « familiaux » et autres mondanités de ce type avaient permis de nous apercevoir mais cela était tout.
Le regrettais-je ? Non. L'absence d'interactions avec les miens ne me manquaient jamais, bien que je me tourmentais souvent les méninges sur leurs agissements et ce qu'ils pouvaient bien préparés.
Toutefois, une chose parvenait à apaiser mes craintes comme mes nerfs sur la question : si l'un d'entre eux agissait à tord, c'était moi, en tant que Ketsueki dirigeante, sur qui les foudres retomberaient. Et si j'étais destituée de la sorte, aucun des nôtres ne serait plus propulsé à la tête du Pays par le vote du conseil clanique : une position inconfortable pour tous. Après tout, ma place leur garantissait certains privilèges auxquels ils n'étaient pas prêts de renoncer...
Voilà pourquoi - même si certains de mes pairs souhaitaient me voir disparaître - ils n'en feraient rien sans garantie de pouvoir faire perdurer la place des Ketsueki au sommet de la pyramide...
De quoi les tenir tranquilles encore un bout de temps.

Toutefois, La faisait quelque peu exception. Derrière ses paroles et ses sourires à mon encontre se cachaient un semblant de sincérité. Une complaisance qu'elle arborait par soif d'apprentissage et de perfection en me côtoyant.

Assise à la table de mes appartements au sein du Palais, je l'invitai à en faire de même, relevant mon nez des documents que je parcourais depuis un bon moment lorsqu'elle entra dans le vif du sujet. Mon regard écarlate, inflexible, vint trouver le sien.

« Un souhait ne peut s'obtenir qu'au prix d'un travail acharné et non en attendant patiemment que cela nous tombe au coin du nez. »

Redressée sur mon siège, je l'avisai avec un certain scepticisme notable.

« Tu es bien consciente que le Shogun est le second du Seigneur et le maître de ses armées ? Penses-tu donc, que l'armée suivra les décisions d'un shinobi au moins aussi moyen que la plupart d'entre eux ? … »

La valeur a prouver n'étant, de surcroît, pas le seul facteur stratégique que je prenais en considération. Il y avait en effet quelque chose d'au moins aussi important si ce n'était davantage... Le choix d'un Bras droit Ketsueki était un choix cornélien pour plusieurs raisons.
De prime abord, cela conférerait une emprise d'autant plus imposant aux manieurs de sang sur Kaze, de quoi faire grimper un peu plus la puissance des miens. Cependant, le tandem Shogun et Seigneur se devait d'être infaillible pour la prospérité du pays... un attrait peu compatible avec notre nature Ketsueki.
De plus, il restait une donnée colossale : comment réagirait le peuple en apprenant que le Seigneur Ketsueki hissait l'une des siennes au second poste le plus important du pays ? …
Personne ne pourrait leur en vouloir d'y voir un favoritisme éhonté pour étendre l'influence du clan. Un geste qui ferait chuter l'estime et attiserait les tensions : de quoi avoir des répercussions sur l'ensemble du Pays.

« As-tu seulement conscience des enjeux dans leur globalité ? »

Elle n'avait pas a réfléchir quotidiennement au maintien de l'équilibre pour continuer de voir Kaze s'épanouir, mais moi oui...
Il n'était pas question qu'une décision entache le Pays, une fois de plus...



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 386
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Sang royal [Yami] Lun 2 Avr 2018 - 19:35

-Ceci est une annonce, je ne mendie ni pitié ni favoritisme.

Car il y en aurait pas, jamais et c'était même le contraire. Le manque de confiance se traduirait par des épreuves sans doute plus difficile que pour un candidat d'un clan quelconque. Elles partageaient le même sang, les mêmes maladies aussi, l'ambition qui dictait chacun de leurs pas. Si Yami était depuis un moment installée sur son siège confortable de Seigneur, elle n'oublierait jamais que les tentatives de destitution pouvaient à chaque instant la surprendre. En conséquence elle redoublait de vigilance de méfiance. Qui pouvait la blâmer? La le pouvait, mais ne le ferait pas. Parce si elle avait osée lui annoncer son objectif c'était qu'elle avait un plan. Ou du moins de quoi tenter, tenter de dissiper les doutes plus que présent de Yami.

-La force n'est pas le seul facteur pour diriger. Avoir des gros bras mais un petit cerveau ne conduira les forces armées qu'à une défaite assurée. J'ai étudié, j'étudie et j'étudierai encore, j'étais là avant la plupart d'entre eux. Je compte bien leur survivre, et les faire survivre. Je m'entraînerai deux fois plus, je subirai deux fois plus qu'un autre candidat. Mais je ne renoncerai pas.

Le discours était franc, mais emplie de vérité. La se savait dans un entre deux dangereux. Un quitte ou double à sens unique, les mots étaient dérisoires faces aux actions accomplies. Sur ce point Yami avait en effet raison, elle sous-estimait surement la chûnin. Ce ne pouvait qu'être prolifique, si La réussissait le prestige qu'elle en tirerait n'en serait que plus grand.

-Les cartes politiques, militaires sont à distribuées sauf erreur de ma part. Le clan Ketsueki a déjà une emprise sur ce pays, il est logique que certains protestent. Alors je montrerai pourquoi je serai Shogun. Peu de mots en vains, beaucoup d'actions. Une politique bien simple, le clan en sera que plus muselé et il est toujours possible d'inclure un conseil de guerre représentant chaque clan. Mais la relation entre un Seigneur et son bras-droit se base aussi sur la confiance. C'est un des principaux motifs de cette initiative. J'estime devoir représenter ce rôle. Celui d'un support, d'un bras armé obéissant sans questionner la volonté du Seigneur. Nul question d'être un contre pouvoir au contraire, après les récents événements il convient de continuer à assurer l'hégémonie de Kaze et ses dirigeants et de contrer les rebelles.

Elle n'était plus une enfant, elle n'avait plus à obéir sans broncher. Elle n'avait plus à se retirer dès que Yami haussait le ton. Pour être dans le haut du panier, il fallait montrer les crocs en temps voulu. Il fallait s'imposer, forcer le passage. Forcer le respect, en l’occurrence ici il fallait forcer, pousser Yami à lui laisser sa chance. La ne demandait ni pitié ni favoritisme, juste une chance. Une seule et la Princesse qu'elle était s'assurerait que ce soit la bonne. Et en même temps elle reconstruirait leur relation, d'une pierre deux
coups. Et dans le pire des cas, elle tomberait encore plus bas dans l'estime de Yami, ce qui pouvait pas être pire qu'aujourd'hui sans doute.

-Ordonne et j'obéirai.

Elle esquissa un léger sourire.

-Ma sœur.

Et son regard pénétra celui de la Seigneur. En partant de ce postulat, pouvaient-elles tout reconstruire, ou cela ne ferait que détruire les maigres liens les unissant encore?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1479
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Sang royal [Yami] Mer 4 Avr 2018 - 22:20


« Tu as raison sur un point : la force n'est pas le seul atout pour diriger. Mais cela y contribue. Tu ne peux décemment pas vouloir diriger une armée seulement sur la base d'un excellent savoir stratège. Les troupes ne seront motivées a mettre leur vie en jeu que si leur meneur en fait autant, et non s'il reste sur le banc de touche à seulement observer ses pions se déployer. »

Il fallait un leader s'attirant le respect pour sa matière grise mais également pour sa force combative, aux côtés de ses soldats.

« Ta volonté est louable cela dit. Tu sembles pleine de conviction pour mener à bien ton entreprise : c'est une bonne chose. La ténacité est l'une des grandes qualités que requiert le poste de Shogun. Seulement, une fois de plus, il me faut des actes pour prouver de ta valeur. Comme tu le soulignes toi même, tu n'auras aucun traitement de faveur malgré le sang commun qui coule dans nos veines. »

Après cela nous pourrions entrevoir cette possibilité, mais pour l'heure cela ne demeurait qu'un rêve lointain. Une chimère qui resterait mythe si rien était fait pour me démontrer le contraire.

« Je ne remets pas en question tes capacités, je veux simplement les voir à l’œuvre... »

L'avisant d'un regard profond, je demeurais pour le reste inflexible.

« Le conseil clanique possède en effet sa place et son rôle de guidance dans certaines de mes décisions. Il en aurait assurément un sur le Shogun également. C'est un titre qui confère la disposition des forces armées mais qui n'en reste pas moins le second du pays. En tant que tel, ce Bras Droit ne peut guère agir comme il l'entend, le conseil étant là pour s'opposer à certaines de ses décisions, tout comme le Seigneur.
Je veux être certaine que tu entrevois les limites qui y incombent sans te brûler les ailes en comprenant que le libre arbitre ne sera pas totalement tiens si jamais tu finissais par accéder à ce titre. »


Mais il y avait plus important encore.

« Cependant, tu ne m'as toujours pas fait part de ce qui motive ta décision... »

Pour quelle raison entrevoyait-elle une telle perspective ? Était-ce caractérisée par l'avidité de notre nom ? Par désir de voir Kaze prospérer et s'élever pour devenir la Nation la plus importante ? Peut-être un peu de tout cela à la fois...



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 386
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Sang royal [Yami] Lun 9 Avr 2018 - 23:30

-Tu ne comprendrais pas.

Elle, qui dirigeait ce pays avec une main de fer. Elle qui depuis trop longtemps semblait n'entretenir de relations qu'avec une maigre élite. Qu'avec ceux qu'elle jugeait apte de sa compagnie. Elle qui rejetait ouvertement les maigres liens liant les deux femmes, elle voulait savoir ce qui motivait cette décision? Que craignait-elle? Une trahison? Non elle pouvait écraser La d'un revers de la main. Alors quoi? Que que sa consœur ne soit pas à la hauteur du poste? Que cherchait-elle alors? La faire renoncer à cet objectif, l'envoyer toujours plus loin. Hors de sa vue, hors de la honte qu'elle apporterait. Les nerfs du corps de La se raidirent, son regard se détacha de celui de son aînée et sembla devenir aussi rouge que le sang, le sang qu'elle rêvait de déverser en cet instant. Mais elle ne pouvait pas, on se devait d'être maître de ses sentiments quand on prétendait à être le bras-droit du Seigneur. Même faire fi de ses sentiments et ses émotions, était-ce ça qu'avait fait Yami pour accéder à ce post? Son âme contre une dynastie?

Avait-elle seulement eue une âme? La reprit ses esprits, elle divergeait. Elle laissait la colère et le manque d'attention dicter sa conduite. Elle ouvrit une fenêtre et s'y posa allumant une cigarette. Au moins faisait-elle l'effort de ne pas avoir directement fumer devant sa Seigneurie. Esquissant ce qui semblait être un sourire se dessina sur ses lèvres, ce rictus y trôna quelques secondes avant que la Princesse ne reprenne son discours. Les règles étaient simple il fallait simplement les suivre.

-Donne moi des missions. Donne moi des têtes à couper, des rebelles à exterminer, ordonne même de purger le clan entier. Je t'obéirai, même si je dois vider le désert de tous ses habitants. Même si je devais allez en enfer pour te ramener un malheureux, je le ferai.

Et elle se retourna, un rictus se tordant qui ressemblait à un sourire. Un sourire malsain, accentué par ses pupilles dilatés plongeant dans celles de Yami. La avait très bien comprit les limites de ce poste, être le chien de garde du Seigneur. S'assurer le monopole sur l'ensemble du pays, aucun rebelles ne pouvant se dissimuler à deux pairs d'yeux aussi tranchants que le Seigneur et son bras-droit.

-Si je voulais être libre, si je voulais agir comme je l'entendais. Je ne t'aurai pas suivis jusqu'ici, et tu le sais. Le libre arbitre n'est pas ce que je recherche. Ça n'a jamais été ça d'ailleurs. Quand au conseil, en toute franchise que représente-il? Les écoutes-tu réellement? En temps de crise écouterais-tu leurs interminables prises de têtes? Je crois déjà avoir la réponse. Je suis la seule, la seule à t'être autant loyale dans ce désert tout entier. Et c'est pour ça que je serai la seule capable de combler tes attentes. Parce que je sais ce que tu recherches, je me modèlerai par rapport à tes attentes.

Elle l'avait déjà fait d'ailleurs, elle ne cherchait qu'une chose. Et la seule manière de l'obtenir c'était d'être au sommet à ses côtés. Pour changer ce regard qui semblait en permanence la toiser, la juger. Lui rappeler qu'elle n'était pas digne d'avoir plus de trois échanges annuels avec elle. La renvoyant sans cesse à sa piètre condition, comme si elle ne pouvait dépasser ces limites. S'affranchir de son jugement, elle y arriverait. Elle forcerait le respect dans le regard de Yami, elle forcerait son attention, la lumière sur elle. Elle serait son bras-armé, elle deviendrait son outil de vengeance et de contrôle, jusqu'à devenir indissociable du pouvoir Sunajin. Non pas du pouvoir, de Yami. Jusqu'à ce qu'elle ne puisse la remplacer. Jusqu'à ce qu'elle reconnaisse son utilité. Jusqu'à ce qu'elle la regarde comme une sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1479
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Sang royal [Yami] Mer 11 Avr 2018 - 15:12

J'arquai un sourcil sur sa réponse.
Je ne comprendrais pas ses motivations ? Pourquoi donc ? Elles étaient si stupides et superficielles que cela ?

« Là n'est pas la question. Je ne te demande pas de déduire mon jugement sur ta motivation mais de me l'énoncer. »

Clamai-je avec un agacement non feint dans la voix, usée de devoir me répéter pour la seconde fois.
La suite de ses propos ne firent qu'attiser mon exaspération.

« Je ne peux qu'apprécier ta dévotion cependant j'aimerais que tu cesses de dire des stupidités. « Je t'obéirais même si je dois vider le désert de tout ces habitants... » Réellement ? N'oublies jamais que ce sont ces habitants qui œuvrent a faire tourner le pays en grande partie de part leur labeur quotidien. Les Kazejins sont ceux que nous, shinobis, devons protéger. Je ne devrais pas avoir a te rappeler une chose si élémentaire ! »

Surtout envers quelqu'un prétendant vouloir devenir le second du Pays.

« Qui ton armée protégera-t-elle si le désert est dépeuplé ? Comment comptes-tu faire tourner l'économie ? Quelle armée suivrait seulement les ordres d'un meneur n'hésitant pas a décimer les habitants innocents de son propre pays ?
Le Pays doit certes être dirigé d'une main de fer et cela suffisamment pour que sa population tienne ses rangs, toutefois personne n'est autorisé à lui nuire. Exceptés envers les Kawaguchi, pour eux cela est différent...
 »

Il y avait une époque où moi même ne considérais les civils que comme de potentiels dommages collatéraux sans m'en soucier d'aucune façon. J'avais appris a voir les choses sous un autre angle, surtout en prenant la tête de Kaze.

Observant malgré tout un certain scepticisme dans son regard, je complétai ma réponse :

« Ne te méprends pas, mes convictions ne sont guère altruistes. Le Pays a simplement besoin de l'ensemble de ses rouages pour fonctionner. Mon rôle est aussi de veiller à ce qu'ils tournent tous parfaitement. »

Il n'y avait qu'avec cette synergie que le Pays était capable d'en ressortir plus grand. Et non pas en essuyant des conflits, qu'ils soient internes ou externes.

« Pour être honnête, je ne sais guère ce que tu recherches. Cela pourrait tout aussi bien être le pouvoir en te servant de ma position pour te hisser plus facilement. »

Mon regard se fit inquisiteur sur cette réplique.

« Quant au conseil, je l'écoute lorsqu'il en ressort des données que je juge pertinentes. Son rôle n'est pas décisionnel, il œuvre dans le but de m'aiguiller sur des affaires qui nécessite plusieurs avis. J'entends chacune de leurs recommandations mais ne les suis pas forcément pour autant. »

Malgré tout, je me mis a rire légèrement sur l'annonce de sa loyauté sans faille.

« Tu n'es pourtant pas la seule à me l'affirmer. »

Kioshi aussi passait son temps à me clamer sa dévotion et même son inquiétude. Fort heureusement, La ne se donnait pas cette deuxième peine.

« Mais soit, je vais te confier une mission et cela dès à présent... Le chef des armées se doit de connaître l'état d'esprits de ses troupes et de leurs intentions. C'est pourquoi je veux que tu te rendes chez nous, à la Cité du Crépuscule, et que tu surveilles les agissements des nôtres. Qui est présent ? Qui ne l'est pas ? Pourquoi ? »

Qui de mieux qu'une Ketsueki pour épier les siens ?

« Je sais que certains d'entre eux complotes et même si cela n'est guère étonnant, il l'est un peu plus de savoir qu'ils vont jusqu'à faire affaire avec le marché noir. Rapporte moi toutes les informations que tu pourras trouver sur leurs manigances, même si cela n'est qu'un bruit de couloir.
Oh... et salut Seishurama de ma part...
»

Terminai-je dans un sourire enjôleur.



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Sang royal [Yami]

Revenir en haut Aller en bas
 

Sang royal [Yami]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Vent :: Sunagakure no Satô :: Palais Seigneurial-