N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Entre étrangers [Rioko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Entre étrangers [Rioko] Ven 16 Mar 2018 - 17:26

Contexte chrono:
 

« Haiiro, suis-moi, » me demande Le Cerné.


Sans rouspéter, je m’exécute. Le Shateigashira s’est intéressé à moi, à mon passé et à mes actions. Depuis quelques temps, il exige ma présence lors de certaines activités illicites au lieu d’engager des mercenaires ou, même, de prendre contact avec la bande à laquelle, théoriquement, j’appartiens. Natoro me demande souvent de passer un bon mot pour lui alors que Tachimoro cherche à me faire culpabiliser et insinue souvent que je ne suis pas loyal, ce à quoi je réponds que je ne fais qu’obéir aux supérieurs.

Quoi qu’il en soit, le quadragénaire qui semble ne jamais avoir dormi depuis sa naissance me demande de le suivre à l’intérieur de son salon de jeux secret, caché à l’intérieur d’un restaurant qui, lui, est particulièrement crasseux. Nous descendons dans le sous-sol, passons les tables de poker et de jeux puis entrons dans son bureau, local plutôt sobre fait de briques avec des meubles rudimentaires, bureau, table, causeuses, classeurs et un minibar, ainsi que des déchets et des parchemins un trainant un peu partout.

Il se laisse choir dans un fauteuil et me signale de nous servir deux verres d’un alcool rougeâtre que je ne connais pas, ce que je fais, évidemment. D’une main, Kachi Byakuya-sama m’indique de m’asseoir juste en face de lui, uniquement séparé par une table en verre.

Il m’observe longuement avec cette expression de fatigue. Son épuisement est légendaire au sein de la pègre. Tous les gangs connaissent Le Cerné.

Byakuya soupire, avale une gorgée et se redresse.

« Des Konohajins viennent d’entrer sur nos terres, » me dit-il en sortant un parchemin de sa poche. « Ils logent dans le palais. »


L’homme lève le parchemin enroulé comme pour me le montrer avant de le jeter sur la table et de s’enfoncer de nouveau dans le confort de son canapé.

« Comme t’es ninja ou je ne sais pas quoi, je veux que tu t’arranges pour en apprendre sur eux, surtout sur tu peux apprendre quelque chose de… » il lève son verre et sourit étrangement, « de croustillant! »


Le termine son verre cul sec et je fais de même. J’attrape le parchemin, me lève, hoche de le tête – ce à quoi il répond par un vague mouvement las du revers de la main - et quitte les bureaux du Shateigashira de la famille Kachi.

Sitôt sorti, je me mets en route vers le Palais Seigneurial, enfilant mon en brassard le bandeau de Shinobi qui m’avait été donné lors de ma libération conditionnelle. À peine une demi-heure plus tard, en passant par la Grande Allée, j’atteins l’immense et majestueuse forteresse aux arabesques colorées et aux toits en dômes. Je m’installe sur un banc plus loin et parcoure les informations sur le parchemin tout en surveillant l’entrée principale, une cigarette entre les lèvres.

Au moment où j’aperçois un bandeau de la feuille, je m’avance en levant la main.

« Konohajin! J’ai été mandaté de vous faire visiter! » mens-je. « Est-ce un bon moment pour vous? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 42
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko] Sam 24 Mar 2018 - 10:14

Entre Etrangers
Biyuu Eiki
Arrow Palais Seigneurial

Le repas a été un régla et elle s’est amusé à prendre des spécialités locales. Il faut bien découvrir d’autres saveurs que ce qu’elle est habituée à manger. Cela change et elle a eu de belles surprises mais c’est sans regret qu’elle a découvert des spécialités culinaires. Rien de grave en soi mais de belles saveurs et d’explosion en goût mais la soirée n’était pas encore fini. En revenant au Palais, on entend une nouvelle voix et la rousse se tourne vers lui. Remerciant nos hôtes, elle demande la permission de me joindre à cette personne. A première vue, elle n’a rien d’alarmant et elle portait le bandeau de Suna. Preuve qu’il est bien membre des leurs. Puis la rouquine s’approche d’Eiki avant de porter les mains à ses hanches.

« - Bonsoir ! Je suis toujours partante pour visiter la ville ! »

Elle le regarde tandis que sa chevelure rousse lui retombe sur le dos. Elle les aime long ses cheveux et elle ne les attache presque jamais. C’est peut-être presque jamais arrivé. Sauf peut-être lors des examens pour obtenir son bandeau de shinobi de Konoha. Par ailleurs, elle porte le sien à la taille. Elle lève la tête vers sa montre et elle montre un sourire en coin. Elle avait vu une partie de la ville en allant au restaurant avec Milly et Masao. Ils ont plutôt été sympathique avec elle et elle les remercie encore. Cependant, il est temps de passer à un autre moment de la nuit et elle va donc se promener avec une personne dont elle ne connaît pas l’identité. Cependant, elle ne se démonte pas le moins du monde. Faisant une brève révérence, elle se présente comme il se doit.

« - Je suis Hayashi Rioko et puis-je demander à qui ai-je à faire? »

Ce n’est pas de trop de demander. Surtout qu’on ne sait jamais rien sur nos potentiels alliés. Rioko savait que son senseï devait encore être avec le seigneur du Vent alors elle avait encore une bonne partie de la nuit. De toute façon, elle dort toujours très peu passant le reste de la nuit à s’entraîner alors autant changer un peu ses habitudes en passant une bonne partie de la nuit dehors à discuter avec un des leurs et à voyager dans le village qui a peut-être bien d’autre aspect que le côté touristique. Elle laisse ses mains sur ses hanches et elle observe la personne qui a pris la parole en se signalant être un guide. Puis elle tend sa main devant lui et n’attend qu’une chose : qu’elle soit serrer en toute amitié. Elle n’est pas là pour foutre la merde même si ce n’est pas l’envie qui manque.


Printemps An 5
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko] Mar 27 Mar 2018 - 18:23

J’hoche de la tête en m’arrêtant près d’elle, lui signalant que j’ai bien compris son nom, et lui tend la main.

« Buyuu Eiki, » lui dis-je, la fixant directement dans les yeux.

Cette Rioko est plus petite que moi, mais elle semble plutôt athlétique. Je la jauge un instant, lui laissant me serrer la main si elle le désire. La Konohajin a de jolis cheveux, longs et rouges. J’ai toujours apprécié les cheveux colorés, certainement parce qu’à Tetsu tous les habitants, à l’exception des Buyuus, ont une chevelure noire. Une douce brise agite sa longue coiffure, faisant valser quelques mèches ça et là, et m’envoie un délicat parfum fruité que je ne reconnais pas.

Je fronce des sourcils, contrarié de la trouver mignonne.

Ma main, ensuite, retourne sur le pommeau d’un des deux katanas à ma ceinture.

« Comme je vous, je suis un étranger ici, » lui expliqué-je. « Je vis à Kaze depuis quelques années et à Suna depuis uniquement quelques mois. Cependant, je connais quelques coins très touristiques très divertissants et d’autres, disons, plus spéciaux et intéressants. »

Je détache enfin mon regard et le tourne en direction du Centre Ville.

« Je ne sais pas ce que vous préférez faire, alors je préfère vous offrir des options. »

Ma main se lève, pointant différentes directions.

« Il y a le marché si vous êtes intéressé d’obtenir des objets d’ici ou d’ailleurs. Il y a plusieurs artisans locaux. Près de là, il y a aussi des bars, des cafés, des fumeries et des restaurants. »

Je me retourne vers elle et, à l’aide de mon pouce, je lui montre la direction derrière mon épaule.

« Il y a toujours de l’activité dans les ports : des jeux, parfois des compétitions, beaucoup de mouvement et c’est un bel endroit pour entendre les nouvelles avant tout le monde. Cependant, des fois, il y a du grabuge! »

Puis, ma main pointe vers la droite.

« Je peux aussi vous emmener dans les sous-sols de l’académie où se trouvent quelques terrains d’entraînement. Il y a des pistes à obstacles et plusieurs choses très intéressantes à voir. »

Mes bras se croisent finalement se mon torse.

« Sinon, la vue des remparts est épatante, » conclus-je, mon expression toujours impassible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 42
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko] Sam 14 Avr 2018 - 18:13

Entre Etrangers
Biyuu Eiki

Bien qu’elle ne soit pas chez elle, elle reconnaît se sentir à l’aise dans cette ville a l’aspect un peu sauvage par la présence des tempêtes de sable mélangés à une infinie brise dû à la présence de l’océan à moins de cent kilomètres de la localisation du village caché du sable. Elle le regarde et elle remarque qu’il hoche la tête avant de présenter sa main. Ah ça, par contre, elle connaît. C’est avec un sourire en coin qu’elle vient lui serrer la main tout en faisant attention à ce qu’elle serre. Elle ne tient pas à lui casser la main. Il est peut-être plus grand qu’elle mais elle semble avoir un peu plus de carrure. Il faut dire qu’elle est très copine avec les terrains d’entraînements et les entraînements en soi. La rousse laisse sa chevelure voler au rythme de la brise de la nuit qui se lève et qui ne semble pas agressive ou froide. Elle porte une tenue légère et elle se sent relativement à l’aise dedans. Bon, il est vrai qu’elle ne dévoile pas ses atouts mais disons que cela les met bien en avant. Elle l’observe simplement avant de lâcher sa main après lui avoir serrer. Elle ne semble pas traumatiser et elle semble aussi apprécier la présence de celui qui se tient devant elle. Elle est une parfaite étrangère ici puisqu’elle vient de Konoha, visible avec le bandeau qu’elle porte soit au bras soit à la ceinture. Parfois, elle se demande à quoi il sert mais elle n’a jamais été très douée pour parler politique surtout avec son frère.

Dans ce désert, elle semble avoir un comportement différent, des envies différentes. Comme si le fait d’avoir changer de paix lui accorde une grande et magnifique bouffée d’air frais. Autant dire qu’elle apprécie un peu le fait d’être loin de chez elle et très loin de la pression que lui met le clan sur le dos. Puis, elle baisse la tête afin d’apercevoir les deux katanas. Oh en voilà une chose intéressante et cela me tire un sourire en coin avant de me centrer sur mon guide du moment. Il explique qu’il est lui aussi un étranger et qu’il vit ici depuis quelques mois. Elle se demande comment s’est passé son intégration au sein de ce village qui a subit un lourd tribut récemment et que c’est grâce à son frère que le remède à été trouvé. En tant que sœur presque jumelle d’un des régents du village de Konoha, elle est courant de beaucoup de chose et bien sûr, elle est la première à l’apprendre. Mais comme telle, elle fait attention à ce qu’elle répète afin de ne pas trahir son aîné. Rien ne l’importe plus que son frère et sa famille. Du haut de sa petitesse, elle ne le lâche pourtant pas des yeux à l’écouter avec attention. Il détache son regard afin d’indiquer le Centre-ville, lieu dont je venais puisque le Daimyô du vent avait accepté de le payer sur les frais du palais. Honorable de sa part… Puis il utilise sa main pour indiquer un autre endroit et bien entendu, elle le suit bêtement du regard. Heureusement qu’il n’y a aucun danger jusqu’à maintenant.

Il parle du marché alors que je repose mon regard sur lui. Des objets avec des artisans locaux et autres activités. C’est vrai que si on veut faire la fête et s’amuser un peu, c’est l’endroit idéal. Puis il se tourne vers moi en me parlant des ports avec des jeux et du mouvement. Tandis qu’il parle de tout ça, elle réfléchis à ce qu’elle veut faire. Et enfin, il termine avec les remparts… Elle reste alors silencieuse quelques dizaines de secondes avant de demander simplement.

« - Je suis tentée par le marché pour commencer. Je cherchais en plus à me trouver des lames pour remplacer mes dagues. Je les ai un peu ignorées et elles se sont éméchées. Vous devez bien avoir d’excellentes forgerons au vu des deux katanas que vous portez, non ? »

Si elle abuse de l’entraînement ? Tout à fait et elle a besoin de ça pour se défouler et aussi se calmer loin de tous les problèmes du village et du clan. A croire qu’elle se sent mieux dans ce pays que c’est elle mais ici, elle est loin de l’influence de son clan et elle avait l’impression de réellement choisir son avenir sans que les autres ne lui disent ce qu’elle doit faire. Du coup, elle ne porte aucune pression sur les épaules et pour la première fois depuis bien longtemps, elle ne semble pas être une shinobi. C’est comme si elle avait perdu son activité sans rien dire à personne. Elle y pense depuis un long moment mais elle avait une promesse à tenir et qu’elle avait fait à son frère. Elle est une femme fière et d’honneur dont elle tiendra parole même si cela prendra énormément de temps.

« - Vous me disiez tout à l’heure que vous êtes installé depuis quelques mois ici. Est-ce votre intégration s’est bien déroulée ? »

C’était la question qui lui passait par la tête depuis tout à l’heure et elle y met quand même les formes et le ton de sa voix pourrait surprendre. Rien à voir avec la brute qui est connue dans son village. Parfois, il faut savoir jeter du lest et c’est peut-être le bon moment pour se faire petite et se faire oublier. Elle se sentait aussi légère qu’une plume.


Printemps An 5
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko] Lun 16 Avr 2018 - 19:09

« Mes sabres viennent du Pays du Fer, d’où je suis natif, » lui expliqué-je en prenant la route du Marché, affichant un sourire subtil.

À cette heure, il sera bondé. Elle pourra profiter de l’expérience complète du Souk.

« Mais, ne vous inquiétez pas, il y a des marchands et fabriquant d’armes très compétents! Nous dévalerons l’Allée Marchande en premier lieu, où il y a des tonnes de petites échoppes et de vendeurs itinérants provenant d’ici et d’ailleurs, puis, ensuite, nous pourrons visiter quelques établissements très bien qui proposent des armes et des armures. »

Je tourne mon regard vers elle lorsque, une nouvelle fois, le parfum fruité me parvient. Puis, gêné, je me concentre sur la route.

« Je pourrais vous présenter à une de mes connaissance qui utilise des machines et technologies incroyables pour fabriquer toute sorte de chose. Si vous voulez quelque une arme différente, il pourra sûrement vous la faire, » lui dis-je.

En cours de route, elle reprend parole, s'informant de mon intégration. Cette fois-ci, je m’efforce de rester concentrer sur ma tâche : l’espionner pour Le Cerné, en apprendre sur Konoha et trouver des informations compromettantes.

« Non, » réponds-je plus sèchement que je ne l’aurais voulu. « Je suis un orphelin de la guerre, j’ai dû fuir mon pays pour éviter la mort et m’allier à des criminels pour survivre une fois à Kaze. J’ai vécu un moment en prison… »

Passant un haut bâtiment, je suis aveuglé momentanément par la puissance du soleil. J’utilise ma main pour m’en protéger.

« Le Seigneur du Vent-dono m’a donné une chance, la chance de prouver que je pouvais être plus. Je lui dois tout, » conclus-je, laissant de côté plusieurs détails importants comme le fait que la plupart des Ninjas me détestent, comme le racisme constant que je dois endurer et comme le jugement qu’ont pratiquement tous les Kazejins.

*Je déteste cette nation,* pensé-je en retirant ma main, l’astre puissant maintenant caché derrière une longue succession de vieux bloc à appartements.

Sortant un paquet de cigarettes de ma veste, je cesse le pas et me tourne une nouvelle fois vers elle.

« Ce n’est pas très joyeux. Oublions ça, si vous le voulez bien! » dis-je en allumant un cigarette.

La clameur du Marché, à quelques minutes est déjà clairement audible.

« Vous voyez là-bas? C’est le Marché. Je vous suggère de surveiller vos biens de valeur, il y a des pickpockets » expliqué-je. « Quoi qu’avec moi, vous ne devriez rien craindre, » conclus-je, plongeant mon regard dans le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 42
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko] Jeu 19 Avr 2018 - 21:25

Entre Etrangers
Biyuu Eiki

Elle montre alors un sourire en coin quand il répond au tac-o-tac. Cela fait du bien de voir des gens à peu prés honnêtes dans leur façon de parler. Parce que le léchage de bottes, elle n’est pas tellement fan. Elle n’apprécie même pas pour être honnête.

« - C’est vrai mais l’entretien ne se fait pas là-bas... Enfin, je pense ! »

Et voilà, c’est chose faite. C’est comme si elle voulait se faire plaisir avec des lames qu’elle achète ici mais qu’elle n’entretient qu’ici. Techniquement, cela ne serait pas possible pour elle. Pour deux raisons, la première c’est qu’elle n’est pas autorisée à quitter le village seule et deuxièmement, pourquoi devrait-elle faire la route à Suna alors qu’elle peut trouver un excellent forgeron à Konoha ? Bien sûr, la rouquine n’est pas là pour exposer son avis ou bien d’autre chose dans ce village qui reste encore pour elle un grand mystère et elle ne tient pas vraiment à vexer qui que ce soit. Pour le moment, elle parvient à se tenir tranquille mais peut-être que cela ne dura pas. Ici, elle se sent différente et elle le ressent au point de se demander pourquoi. C’est comme si la pression que son clan lui impose sans cesse avait disparue et n’était qu’un lointain souvenir. Cela lui fait bizarre mais elle ne montre rien de perturbant ou de gênant vis-à-vis de son hôte du moment.

Elle connaît son histoire et elle sait qu’il y a eu une guerre qui a fait pas mal de dégâts dans l’un de ces pays. Il faut dire que la Rébellion n’a pas fait du bien à tous les pays. Certains vivaient de son association avec l’Empire Samui. Le suivant, je reste alors à ses côtés et j’observe autour de moi. Même s’il s’agit d’une heure où cela risque d’être bondé de monde mais j’aime bien ce genre de rendez-vous salé si on peut dire. Plus il y a de monde et plus je me sens à l’aise. Il paraît du moins. La brute de feu Hayashi marche aux cotés de son homologue de Suna tout en faisant connaissance. Depuis son plus jeune âge, on lui a appris à rester méfiante et à savoir peser ses mots avec attention. Elle sait très bien ce qu’est de jouer avec les mots tout comme elle n’est pas non plus de la dernière pluie.

Mais elle fait comme si elle ne se doutait de rien. Elle n’est pas là pour foutre la merde ni pour déclencher une guerre entre deux nations qui ont fait la même chose. Certes, Suna n’a pas tout à fait le même régime politique que Konoha mais il faut reconnaître que Suna semble plutôt bien s’en sortir. Puis j’arque discrètement un sourcil lorsque j’entends qu’il est orphelin de guerre. A Konoha, il y en a aussi beaucoup. Elle a elle-même perdu son père de la suite des blessures de la dite guerre. Elle ne peut pas complètement le comprendre mais elle sait où est sa place et elle n’est pas seule. Elle a aussi son frère et son neveu sans oublier sa belle-sœur qu’elle adore. Elle se demande ce qu’elle va pouvoir offrir à son neveu. Bien sûr, elle garde ses réflexions pour elle. Dans peu de temps, elle sera capable de se rendre toute seule au marché et de faire un petite surprise à sa famille.

Puis, il s’arrête pour s’allumer une cigarette. Cela lui rappelle son frère aîné. Celui-ci fume et l’idée d’un paquet de cigare avec des saveurs du coin lui irait bien. Ce n’est pas grand-chose mais elle n’est pas venue ici pour dépenser la richesse du clan et même si son clan est débrouillard, elle n’est pas du genre dépensière. Lorsqu’elle achète, c’est qu’elle a besoin. Plus on marchait et plus on entendait du bruit. Bruit qui semble commun à tous les villages. Hochant la tête, j’accepte de ne plus parler de ça. On a tous nos part d’ombre et elle n’échappe pas à cette règle aussi simpliste soit-elle.

« - Merci de votre sollicitude mais le peu de bien que j’ai s’avère être des lames éméchées qui ne sont pas loin de céder dont on ne fera pas usage bien longtemps. »

Elle montre alors les deux dagues qu’elle porte dans le dos. Si elle a de l’argent ? Oui mais elle le cache à un endroit où il faudra forcément lui passer sur le corps pour le trouver. Et si on cherche à la voler, pas dit qu’elle garde son calme bien longtemps. Si elle doit s’en servir pour se défendre, elle le fera sans hésitation. Elle ne craint pas grand-chose et elle n’est pas le genre de personne à afficher la richesse des siennes. La rouquine est quelqu’un qui se fiche complètement de la richesse et elle préfère son indépendance que l’argent. Chacun voit ce qu’il veut voir et pour elle, plus elle est loin de son clan et plus elle se sent bien. A croire que c’est son clan qui la pousse à être ainsi et elle se sent parfois biaisée. Mais qu’importe, peut-être que cela ira mieux avec le temps…

« - Avant qu’on entre dans la jungle de foule, me permettez-vous de jeter un coup d’œil à vos sabres ? »


Printemps An 5
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko] Sam 21 Avr 2018 - 22:58

La vue de ses lames me fait tiquer. D’où je viens, il inconcevable de maltraiter son arme de la sorte. C’est une règle d’or qui est inculqué dans le cerveau de tous les jeunes nobles Tetsujins dès leur naissance. Le sabre est l’extension de soi; un Samuraï doit prendre soin de son corps et de son esprit comme il s’occupe de son Katana.

« Je m’occupe de l’entretient de mes armes moi-même, » dis-je, laissant mon regard glisser le long de la courbe de sa dague. « Je pourrais vous apprendre, mais j’ai peur que les vôtres nécessitent effectivement un expert. »

Alors qu’elle range son armement, elle demande de jeter un œil au mien. J’arque un sourcil. Habituellement, j’aurais dit non. Je n’aime pas dégainer en public si ce n’est pas obligatoire. Toutefois, cette journée est différente!

*Je dois m’approcher d’elle. Je dois faire en sorte qu’elle me fasse confiance et me donne des informations sur sa nation, sur les siens.*

Je jette ma cigarette et tente un sourire furtif.

« Un groupe de sabres est nommé "Daishō", » lui expliqué-je, glissant mes doigts sur la garde de Kizutsukeru. « La plus longue, le "Daitō", sert à la guerre alors que la plus courte, le "Shōtō", sert à l’honneur. »

Je laisse planer le suspense un instant avant de dégainer le Wakizashi.

« Lorsqu’un Samuraï fait déshonneur à son Daimyo, à son Sensei ou à sa famille, il doit réparer l’honneur. L’honneur demande du sang et, parfois, une vie, » continué-je, la laissant toucher au sabre court si elle le désire avant de le ranger.

Je l’observe un moment, voyant, sur sa lèvre inférieure, le reflet du puissant et radiant soleil. Son attention sur mes sabres, j’en profite pour m’intéresser un peu plus aux détails de son visage.

*Je ne sais pas d’où vient sa cicatrice, mais sa position est esthétique. Son visage est délicat et, pourtant, elle projette quelque chose de… d’austère,* pensé-je. *Elle est réellement jolie... Suis attiré par sa beauté ou l'espèce de... tristesse?*

Je secoue la tête, une fois de plus, et retourne à mon explication, tentant de rester le plus distant possible.

« Kizutsukeru signifie "Faire Mal, Blesser", » calmé-je en dégainant le Katana à la lame argentée où sont inscrits chaque vertu du Bushido. « C’est une arme spéciale qui est dans ma famille depuis toujours. Seul le dirigeant Buyuu peut la transporter et, techniquement, les autres membres de la famille doivent se plier à ses commandes selon l’honneur. »

Je retourne le sabre, lui montrant l’autre face où se trouve un dragon. Je n’ajoute rien, espérant qu’elle ne réalise pas, avec ce qu’elle sait de moi, que ça signifie que cette arme a été volée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 42
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko] Mer 25 Avr 2018 - 20:56

Entre Etrangers
Biyuu Eiki

Contrairement à lui, la rouquine n’a rien d’un samouraï et elle a presque honte de montrer ses lames dans une telle état. Elle n’est pas originaire du même pays que lui et elle n’a pas de lames aussi longues que celle de ces armes à lui. Rioko prend souvent soin de ces armes mais sa dernière mission en tant que Gardienne Hayashi les a beaucoup abîmées et elle n’a pas d’autre choix que de s’en séparer. A contrecœur car il s’agit là du dernier cadeau qu’elle a de son père, mort à la suite de ses blessures quelques mois après la fin de la guerre de l’Indépendance. Mais d’un côté, l’état de ses lames la représente un peu. Elle ne prend pas réellement soin d’elle et elle passe plus de temps à cartonner les autres au lieu de prendre soin d’elle. Et ce point et bien souvent citée par sa belle-sœur, Yell. Cependant, elle se plaît ainsi et elle ne s’est jamais plainte de sa condition. Et pourtant, elle pourrait dire des tas de choses. Elle regarde alors ses lames à elle avec nostalgie avant de porter son regard sur celui qui l’accompagne tout en rangeant ce qui lui appartient.

« - Elles ont été relativement maltraitées avec ma dernière mission et j’ai pas eu le temps de m’en occuper puisque je suis partie dans le foulée pour venir à Suna... »

Elle omet volontairement le passage de l’entretien avec son senseï qui est actuellement à la tête de la délégation et qui doit être en train de se reposer. Elle n’a eu aucun contact avec lui depuis qu’elle a été congédié par la maîtresse du pays. Chose qu’elle comprend parfaitement car elle a une réputation qui parle d’elle-même. Pourtant, dans cette atmosphère, elle sent sa rage et sa frustration semble s’être caler dans un coin sans jamais bouger. Elle n’aurait jamais pensé qu’un voyage ailleurs qu’au pays où se trouve le Grand Arbre lui ferait le plus grand bien. A croire que c’est peut-être ce qu’elle souhaite réellement sans même se l’avouer à elle-même. Dire ainsi, la personne en face d’elle lui rappelle son meilleur ami qui savait manier des sabres comme personne. Mais cela remonte à il y a si longtemps maintenant. Malheureusement, il a perdu la vie en voulant me protéger.

Se reprenant rapidement, la rouquine écoute avec attention les paroles de son partenaire du moment. Il explique qu’il est accompagné par un duo de « Daïsho » composé d’un sabre nommé « Daito » et d’une lame beaucoup plus petite nommé « Shoto ». La jeune femme est loin d’être bête mais elle s’intéresse à la manufacture des lames en question. Elle n’est pas une experte en la matière mais elle a quelques bases qu’on lui a enseigné. Elle s’approche de la lame et elle l’observe sous toutes les coutures allant même jusqu’à tester le poids de la lame mais elle prend grand soin des lames qu’on lui présente. Elle est doublement prudente lorsqu’on lui prête quelque chose. L’inspection dure quelques minutes avant de lui rendre ce qui lui appartient.

« - Donc vous ne sortez jamais le « Shoto » lorsque vous combattez pour votre pays ? Enfin, je veux dire, ce genre de dualité ne dépend pas de l’honneur ? »

Elle est un peu hésitante dans sa façon de parler de ça. Elle ne connaît pas grand-chose des Samouraïs et elle le reconnaît bien volontiers. Bon, elle s’y connaît un peu en armement typique d’un samouraï et des bases de construction d’un sabre mais cela s’arrête vraiment là. Et puis, elle aime bien apprendre des autres. Enfin, ce n’est pas le cas à son village et actuellement, seuls son frère, sa belle-sœur et son senseï peuvent lui apprendre quelque chose. Mais ici, elle n’est pas du tout fermée. Au contraire et puis, elle est ici pour découvrir aussi la région, la mentalité des gens et leur ressenti face à la présence de la délégation en provenance du village caché de la Feuille. Tout le monde ne peut pas être content de ce genre de présence après tout. Et puis, se faire blesser fait aussi partie de la mission mais elle n’est pas du genre à en vouloir à des personnes qui sera contre sa présence dans les rues du village qui commencent à être particulièrement agitées. C’est alors qu’il lui parle de son sabre principal et elle observe la lame et la garde avec grande attention. Après plusieurs minutes d’analyse, elle lui rend le sabre avec le sourire.

« - Merci. J’aime bien observer la manufacture des armes lorsque j’en vois. »

Après quoi, elle s’incline légèrement comme pour lui rendre une forme de respect. Elle ne connaît pas tout les détails et elle se dit que c’est pas vraiment le moment. Et puis, elle pense qu’elle ira s’entraîner après avoir recueillies de nouvelles lames. Il faudra bien qu’elle les testent pour savoir si elle se sent à l’aise avec. Tournant alors la tête vers la rue, elle ferme un peu les yeux et elle prend une grande inspiration afin de profiter des congés même si cela n’en est pas vraiment. En y réfléchissant, c’est tout de même pas mal d’avoir un expert du sabre car dans le fond, il pourra l’aider à sélectionner de bonnes lames par rapport à ce qu’elle recherche mais aussi la conseiller sur comment les choisir.

« - Vu que vous êtes sabreur, voyez-vous un inconvénient à me conseiller dans mes choix, Eiki-san ? »

Il ne s’agit que d’une simple demande et elle ne compte pas l’obliger. Rioko se dit que les conseils d’un sabreur peuvent toujours servir surtout dans le choix d’arme qu’on va conserver probablement toute sa vie et c’est serait aussi une sorte de souvenir de son séjour. En ce qui concerne les dagues qu’elle porte, elle compte bien les garder en guise de souvenirs même si elles sont dans un drôle d’état maintenant. Son père l’aurait tué en les voyant dans un état pareil et elle essayera par la suite de leur redonner une seconde vie auprès d’elle. Mais pour le moment, ses connaissances sont encore bien maigres. Trop peut-être...


Printemps An 5
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko] Ven 27 Avr 2018 - 19:12

« Le Shōtō,» réponds-je, « est utilisé pour Harikiri, le suicide rituel. Parfois, un Samuraï peut payer le déshonneur en se coupant un doigt ou autre pour satisfaire son maître. »

Elle me rend mon Katana, s’abaissant en même temps. Je l’observe, intrigué. Je ne sais pas pourquoi elle le fait, mais j’apprécie cette forme de respect. Si habitué à devoir être tutoyé et injurié, pris de haut ou, simplement, ignoré, j’en ai oublié que certaines personnes ont encore un minimum de savoir-vivre.

Je souris.

« Évidemment, ceux qui croient en la huitième vertu du Bushido peuvent utiliser ce sabre court pour combattre pour leurs idéaux, » complété-je tout en rengainant mon arme.

Les odeurs provenant de la Souk me montent au nez. Tout comme elle, je me retourne et regarde vers notre prochaine destination. Rioko demande mes conseils pour l’achat de nouvelles armes.

« Oui, bien-sûr, » lui dis-je. « Tout ce que vous voudrez. Il va de mon devoir de vous satisfaire, » lui expliqué-je en retournant mon attention vers elle, de retour à mon expression habituelle, maintenant accoutumée à son parfum et à son visage.

J’entame le pas, lui faisant signe de la main, et nous nous enfonçons dans l’Allée Marchande, nid de soldes, d’objets exotiques et, aussi, de pilleurs. Des centaines et centaines de commerçants, passants et touristes s’y retrouvent. Chaque kiosque ou tapis présente des items plus bizarres les uns que les autres, des aliments locaux ou provenant de très loin, des pièces d’équipement rare, des objets frauduleux ainsi que des trésors sous-disant légendaires! C’est une véritable foire où il est possible de se faire avoir par de beaux parleurs ainsi que de trouver pratiquement n’importe quoi, dont des objets d’une valeur inestimable.

Ça et là, les gens marchantes et tentent de monter les enchères, cherchant à avoir les meilleurs prix. Un homme à l’énorme moustache clame haut et fort qu’il possède les meilleurs poissons, un autre, barbu celui-ci, hurle qu’il gagne à toutes les parties de poker, un troisième, vieux et chauve, s’exclame qu’il a des armes magiques ayant appartenus à des Shinobi Impériaux. Femmes et hommes s’échangent ryôs et marchandise dans un chaos total.

Lorsque je me tourne, je remarque que la Konohajin n’est pas dans mon champ de vision. Plus grand que la moyenne, je scrute le flot incessant d’humains et, du coin de l’œil, j’entraperçois la jolie rouquine. Voyant que la foule cherche à avaler Rioko, je tends ma main vers elle, lui pointant du pouce une échoppe.

« Suivez-moi! Il y a un vendeur intéressant ici! », m’exclamé-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 42
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko] Sam 28 Avr 2018 - 22:14

Entre Etrangers
Biyuu Eiki

Harikiri… Cela lui dit quelque chose. Elle semble chercher dans sa tête où elle l’avait déjà entendu. Elle reste silencieuse un moment le temps de chercher avant que cela ne lui revienne à l’esprit. C’est le rituel des samouraïs pour se donner la mort. Oui, cela doit être ça. Elle ne lâche pas son hôte du regard alors qu’il range ce qui lui appartient. Elle n’avait rien fait de mal et elle ne fait que rendre ce qui appartient à son propriétaire. Elle espérait n’avoir en rien rendu son hôte désobligeant. Ce sera dommage vu qu’il semble être de très bonne compagnie. Enfin, celui le point de vu de la rouquine qui apprécie l’attention que lui porte le jeune homme à ses côtés. Elle finit par se redresser et elle a bien vu le sourire de celui-ci.

Sans rien ajouter de plus, elle avait tourné la tête vers le bordel des rues du village caché du Sable et elle ne se sentait pas vraiment à l’aise avec les bains de foule. Cependant, elle ne semble pas appréhender pour le moment. Elle lui avait demandé et il avait répondu d’une façon tout à fait particulière et elle le regarde en fronçant un sourcil avant de rire un bon coup. Plaçant ses mains sur ses hanches, elle rit à gorge déployé tandis qu’il doit se demander pourquoi elle rit. C’est alors qu’elle prend le temps de répondre à sa potentielle question silencieuse. Eiki est bien le premier à la faire rire dans un contexte qui n’a rien à voir.

« - Faites attention Eiki-san, cela pourrait être mal interprété… »

Heureusement, cela ne fait que la faire. Cela pourrait finir dans une situation des plus cocasses pour les deux shinobis. Mais Rioko n’est pas du tout porter sur la soudaine pensée qu’elle avait eu. Elle n’avait encore eu personne dans sa vie ayant refusé toute relation depuis la mort de son meilleur ami il y a des années de ça. Elle n’a même jamais eu d’amourette. Depuis qu’elle a rendu sa vengeance, elle s’est longtemps privée de ce genre de relation charnelle. Elle finit de rire avant de prendre une grande inspiration. Bien sûr, elle regarde Eiki avec un air taquin qu’elle n’avait pas avant.

« - Cela fait du bien de rire de temps en temps. Je suis désolée si je vous ai vexé, Eiki-san. Cela n’était pas dans mes projets. »

Elle montre un sourire en coin et elle semble un peu moins stressée qu’un peu plus tôt dans la journée. Loin de toute responsabilités ou devoir, elle se sent différente. C’est comme si l’ancienne elle était toujours présente au fond d’elle-même. Sauf qu’elle ne pleurera peut-être plus jamais. Du moins, pas sans raison. Il est clair que si on vient à lui annoncer la mort de son frère, sa belle-sœur ou son neveu alors elle sera forcement triste. Elle tient profondément à eux et même à des centaines de kilomètres, elle pense souvent à eux notamment le soir avant de tenter de fermer les yeux avant que le cauchemar du passé ne revienne la hanter comme c’est le cas depuis de très nombreuses années.

Observant ensuite l’allée marchande, elle suit son hôte calmement et en silence. Il n’y a rien de mal à vouloir se mêler à la foule. Dans un sens, cela permet de savoir beaucoup de choses. Elle regarde autour d’elle et elle remarque beaucoup d’objets qu’elle ne connaît pas vraiment. Eiki lui en dira peut-être plus par la suite mais pour le moment, elle observe avec émerveillement. On dirait presque une gamine avec la carrure en moins. Il y a vraiment beaucoup de chose qui changent par rapport à Konoha mais ce n’est pas la première fois qu’elle voyage.

Plus elle marche dans l’allée et plus elle remarque qu’il y a une chose qui ne change pas de Konoha : la façon de marchander et la marchandise. Alors dans le contenu de la marchandise mais plutôt dans le fait de dire que c’est le meilleur poisson ou la meilleur viande. Et bien sûr, le chaos complet que cela donne. C’est une chose qui ne lui manque pas à Konoha. A vrai dire, elle ne fréquente que très rarement ce genre d’endroit. Puis sans s’en rendre compte, elle finit par être avaler par la foule.

Redressant la tête, elle se met à chercher son hôte qu’elle finit par entendre sa voix et elle hoche la tête. S’écartant sur le côté, elle essaye de se faufiler dans la foule afin de rejoindre celui qui lui sert de guide et avec qui elle semble passer un bon moment. Après quelques minutes, elle parvient à rejoindre son accompagnant et elle tapote sa tenue avant de le suivre à l’intérieur. Elle le regarde avant de lui demander.

« - Alors, dites-moi, que me conseillez-vous ? »

Il n’y a pas de mal à se laisser conseiller par un expert. Ce n’est pas du tout son domaine alors elle préfère se renseigner avant de prendre ce qui paraît le mieux adapté à elle. Avançant dans la boutique, elle regarde tout autour d’elle avant de reposer ses yeux sur Eiki. Autant en savoir plus sur la façon de sélectionner ses armes prochaines.

« - Il y a des critères particuliers pour choisir convenablement ? »


Printemps An 5
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko] Lun 30 Avr 2018 - 18:39

Rioko me rejoint sans problème, traversant la marrée incessante d’acheteurs et vendeurs. Sur le seuil de l’établissement, elle se rapproche. Nous ne pouvons pas nous laisser énormément d’espace, constamment bousculé par le va-et-vient de la foule.

« Comme vous êtes habitué à des dagues, je suggérerais plutôt des armes dans la même famille comme des épées courtes, » lui expliqué-je en jetant un coup d’œil aux pommeaux de ses armes. « En fait, il n’y a qu’une règle avec l’équipement de guerre, outre la qualité, le confort. J’ai vu d’excellent combattant utiliser des objets complètement farfelus et s’en sortir mieux qu’avec des armes orthodoxes. Alors, je vous conseillerais simplement d’être honnête avec vous-même et de choisir en fonction de vos compétences et non pour le look, » conclus-je en repoussant le vêtement servant à la fois de mur et de porte de l’échoppe.

Nous passons sous les rideaux, atténuant un tantinet le brouhaha. Le magasin de Po’ est une un commerce plutôt sobre et simple où il est possible de trouver tout ce qui est basique; de la lance à l’épée, du kunaï au javelot, de la massue à l’hallebarde, tout s’y trouve et de qualité respectable. Toutefois, ce n’est pas la raison pour laquelle j’ai attiré la Konohajin en cette journée. Relativement petit comme building, il est plutôt haut et ne possède que trois murs visibles, mais il y a aussi une arrière-boutique où se trouve, selon mes sources, des objets plus intéressants.

« Bonjo- » commence Majori Polinair, levant la tête de l’arme qu’il affute. « Oh! »

Il a une réaction de surprise, fronce les sourcils et m’observe pendant un moment.

« Haiiro? » dit-il, changeant d’attitude complètement. « Nous ne sommes pas le premier. »

Mon regard sévit. Il aperçoit la dame à mes côtés, réalise son existence puis revient à moi. Aussitôt, sa main libre couvre sa bouche. Il comprend qu’il a fait une bêtise. Silencieusment, je ferme les yeux et soupire, mais intérieurement je boue.

« Ah, oui, bonjour! ‘Fait beau, hein! Aller, aller, rentrez! »

Je secoue la tête.

*Décidément, il fait exprès… Autant profiter du bon côté,* me dis-je, faisant un pas à l’intérieur.

Je m’appuie sur son comptoir et approche mon visage du sien.

« Po’, » chuchoté-je. « Je veux voir "l’autre" collection. »

L’interpellé avant difficile sa salive. Il jette un coup d’œil à Rioko, puis aux gens derrière. Lorsque ses yeux reviennent sur moi, il hoche de la tête. Il fait signe de le rejoindre derrière, ce que je fais. Une fois le cadre de la porte passée, derrière le comptoir, il bouge un gros coffre et ouvre une trappe.

« Voilà, » dit-il, en reculant de quelques pas.

Je hoche de la tête et m’accroupis. Une échelle me permet de descendre dans un sous-sol illuminé de quelques lampes à l’huile. L’endroit est humide, mais très propre. Il y a deux hommes, plus loin, qui, l’espace d’une seconde, me dévisagent, avant de retourner à leur partie de cartes. Sur les murs et sur des présentoirs, il y a des dizaines d’armes exotiques avec des prix exorbitants.

« Vous devriez trouver quelque chose, » déclaré-je, levant une main, paume ouverte, vers les divers objets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 42
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko] Sam 12 Mai 2018 - 0:31

Entre Étrangers
Biyuu Eiki

Elle le suit dans la foule et elle arrive jusqu’à lui malgré tout. Si seulement elle avait pu faire de la danse durant sa jeunesse afin de lui permettre de mieux traverser la foule. Mais non, au lieu de ça, elle se donne à cœur joie sans même s’excuser. Pourquoi le ferait-elle ? C’est elle qu’on cherche à éloigner de son partenaire du moment. Après avoir rejoint Eiki, elle est contrainte de se rapprocher car le va et viens incessant est tout de même assez impressionnant. Elle lève les yeux sur lui et elle écoute ses conseils qui semblent bien plus aviser. Selon le samouraï qui l’accompagne, elle devrait rester sur des épées courtes ou des dagues et surtout de choisir en fonction de ses compétences. Elle hoche la tête avant de le remercier chaleureusement.

« - Merci pour vos conseils avisés, Eiki-san ! »

Elle montre un faible sourire en coin avant de pénétrer dans l’échoppe dont il venait de repousser le long morceau de tissu qui sert à la fois de mur et de porte pour ce commerce. En tout cas, la rouquine lui fait confiance car finalement, il connaît mieux les lieux qu’elle. Et il faut bien le reconnaître, cela fait un sacré souvenir de Suna que des armes qui l’accompagneront tous les jours jusqu’à nouvel ordre. Et comme ça, à son retour, elle ira voir son forgeron habituel afin qu’elle lui répare les lames que son père lui a offert peu de temps avant sa mort. Une fois que le morceau de tissu est replacé, le bruit du marché est atténué et autant dire que cela fait du bien de reposer un peu ses oreilles. Elle regarde alors autour d’elle et elle semble être ravie de voir tout ça autour d’elle.

Elle reconnaît quand même les classiques : les kunais, shirukens même de l’ombre, des sabres, des lames plus petites encore et même des hallebardes. A vrai dire, elle en avait vu une arme pareille une seule fois et elle avait aimé l’avoir dans les mains même si elle était plus jeune que maintenant. Elle reconnaît un javelot, une énorme massue. Par ailleurs, elle grimace car honnêtement, elle n’aimerait pas se retrouver face à un manipulateur d’une telle massue. Elle continue à faire le tour du bâtiment visuellement. Autant dire qu’elle pourra rester des heures à observer la manufacture de toutes ses armes. Elle n’est pas forgeron et elle est même plutôt du genre à faire des remèdes médicinaux grâce à ses compétences de Hayashi mais contrairement à son aîné, elle ne prévoit de devenir médecin. Elle se sent plus à l’aise avec les armes qu’avec des fleurs.

C’est alors qu’elle entend une voix et elle se tourne vers cette voix par réflexe. Bien sûr, il semble surpris et elle observe bien la réaction de celui-ci avant qu’elle n’entend un autre nom… Haiiro… Elle remarque bien sûr le changement d’attitude et il faut dire que c’est quand même assez marquant. Cependant, elle n’a pas le droit de dire quoique ce soit vis-à-vis de ce qui a pu se passer entre eux. Cela ne la regarde absolument pas. Elle remarque alors la main devant la bouche et elle observe Eiki quelques secondes sans rien chercher de plus. Elle n’aime pas vraiment se retrouver entre deux feux de la sorte mais ce ne sont pas ses affaires. C’est alors que la personne reprend son comportement précédent et elle regarde le vendeur tandis qu’elle entre un peu plus dans l’armada de Po’.

« - Bonjour ! »

Tandis qu’elle vague dans les différents rayons qui restent étroits, elle ne remarque pas que son accompagnant avait souffler quelque chose au propriétaire. Ici, elle se sent véritablement chez elle. Elle regarde partout avec un air intéressé avant que Eiki ne l’interpelle. Hochant la tête, elle revient vers lui et elle le suit sans hésiter. Elle ne savait pas trop où il l’emmène mais elle était ici pour acheter des armes bien spécifiques et adaptées à son style de combat assez particulier. Se glissant dans l’arrière boutique, elle remarque un gros coffre et une trappe dans laquelle semble se glisser Eiki. Au départ hésitante, elle finit par se décider et elle suit Eiki en silence. Elle descend l’échelle et elle ne semble pas avoir froid dans ce lieu humide. Surtout que cela vient carrément casser la chaleur du désert dans lequel vit le village caché du sable. Avançant en silence, elle remarque les deux hommes qui jouent aux cartes. Elle les salut d’un signe de tête puis elle entend la voix de son camarade.

« - Ahhh bah voilà. »

Cela semble être plus dans les goûts de la jeune femme. Quant aux prix, elle n’y prête aucune attention car comparé à de très nombreuses personnes, son clan est loin d’être pauvre. Par ailleurs, la qualité se paye. C’est ce que lui a toujours dit son père et cela est valable dans les deux sens. Elle avance à proximité des présentoirs et elle observe chacune des armes présentes et des catégories surtout. Certaines d’entre elles ont un esthétique assez original mais qui peut se révéler tout aussi mortel si elle venait à se retrouver dans les mains d’un expert. L’ensemble de ses armes sont intéressantes à exploiter et elles semblent toutes avoir un potentiel caché.

Elle fait plusieurs fois le tour avant de s’arrêter devant des lames jumelles assez particulières et elle doit admettre qu’elles font à peu près la même taille que ses précédentes dagues jumelles. Pour en être sûre, elle attrape une des lames qui se trouve encore dans son dos et dans un bruit sourd, elle vient faire le comparatif entre les deux sans que sa lame n’entre en contact avec l’écrin du présentoir ou même l’arme en elle-même. On n’abîme pas le matériel. Après être sûre, elle range sa lame dans son dos et elle se tourne vers Eiki lui faisant signe de la rejoindre.

« - Que pensez-vous de celles-ci ? »

Il est vrai que beaucoup de choses changent par rapport à ses dagues jumelles mais l’original peut faire beaucoup. Les lames qu’elle observe semble de très bonne manufacture et elle admet que les petites encoches qui se trouve par endroit peuvent servir lorsqu’elle affronte un épéiste. Une fois qu’Eiki est proche d’elle, elle lui montre les deux lames en question et elle attend son avis. Oui, elle est curieuse et elle garde malgré tout le sourire.


Printemps An 5
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko] Mer 16 Mai 2018 - 18:37

Mon regard flotte ça et là, observant les différentes armes. Il y a bien quelques sabres et épées intrigantes, mais pour le reste, rien que je ne serais intéressé d’utiliser. Je fouille encore une fois dans la poche intérieure de mon pardessus et m’allume une autre cigarette. Pendant quelques minutes encore, Rioko se balade jusqu’à ce qu’elle m’interpelle.

À ce moment, je siffle pour attirer l’attention des hommes au fond et forme les mots ‘’on les prend’’ qu’avec mes lèvres. Le plus grand des deux hoche de la tête et se lève, se dirigeant hors de mon champ de vision alors que je rejoins la Konohajin.

Les armes qu’elle convoite servent à la fois d’armes de poing et de dagues. Du côté pratique, elles semblent intéressantes, ayant des lames dans deux sens avec une poigne au centre. Ces armes permettent sûrement des mouvements vifs, mais je questionne leur solidité et je me demande comment elle fera pour les transporter si elle ne les tient pas toujours dans ses mains. Du côté esthétique, de petits dragons sont sculptés sur les lames et la forme qu’elles font rappelle le mouvement des ailes ou des flammes de ces créatures.

En me tournant, je remarque le sourire de Rioko. Elle est vraiment heureuse, je crois.

Puis, je réalise que malgré moi, je souris aussi à cette pensée. Je secoue subtilement la tête une fois de plus.

« Bien, je crois qu’il vous faudra un temps d’adaptation. Elles ne sont pas exactement comme celles que vous m’avez montrées, » lui expliqué-je. « J’ai l’impression qu’elles vous permettront des attaques originales. Je sais d’amblée que l’équipement de cet endroit est digne de confiance. »

L’homme arrive en demandant pardon et ouvre le présentoir. Il sort les deux pièces et les installe dans des fourreaux spéciaux qu’il me présente. Je lui fais signe qu’elles sont pour Rioko tout en retirant un portefeuille de mon manteau.

« Le poids vous convient, Rioko? » demandé-je en retirant plusieurs billets. « Voulez-vous voir d’autres échoppes ou visiter autre chose? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 42
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko] Sam 26 Mai 2018 - 16:02

Entre Étrangers
Biyuu Eiki

Elle reste silencieuse un long moment tandis qu’elle avait fait le tour. Autant dire que ces deux lames avaient attiré l’attention de la flamboyante depuis un moment. Mais elle voulait voir si d’autres armes auraient attiré son attention. On ne sait jamais mais finalement. Revenant prés des lames qui avait attiré son attention, elle les observe avant de capter l’attention du fumeur se trouvant dans le coin. Elle montre un sourire en coin tandis qu’elle entend siffler. Elle ne sait pas d’où ca va mais elle semble regarder non loin d’elle. C’est alors qu’elle surveille Eiki des yeux qui se décide à la rejoindre. Il faut dire qu’il aura peut-être un œil plus critique qu’elle. C’est bien la première fois qu’elle voit une double arme de cette manufacture alors elle a toujours besoin d’un avis extérieur.

Celui-ci me dit qu’il me faudra un temps d’adaptation. Ça, c’est quelque chose dont elle ne doute pas et elle le savait. A partir du moment où on change d’arme, il y a toujours un temps d’adaptation. C’est systématique mais la forme de ces lames est bien différente de celle que je porte dans le dos. Elle hoche la tête et elle tourne la tête lorsqu’elle entend un « pardon ». Souriant à l’homme qui s’est excusé, elle se recule afin de le laisser faire ce qu’il a à faire. Il ouvre alors le présentoir en verre et il sort les deux lames qu’elle avait analysé. Elle l’observe en silence et celui-ci les range dans le fourreau spécial qui vont avec les lames. Elle reste silencieuse alors que l’homme me tend les deux lames. Les prenant en main, je jauge alors leur poids. Il faut bien reconnaître qu’elles sont plutôt légères pour des armes manufacturées de cette façon. Elle reste un moment avant d’hocher la tête et elle joint la parole à son acte.

« - Elles sont même légères pour des lames de cette manufacture. J’en suis assez surprise… »

Elle finit par les mettre à sa taille le long du corps. Cela évite qu’elle ne se blesse avec même pas mégarde. Elle est assez habituée à avoir des armes ici alors deux lames de plus, cela ne changera rien. Avant, elle portait la lame qui était pour Yami et que Natsuki lui a demandé de lui transmettre. Depuis, elle n’avait plus rien alors cela sera remplacer par ses deux nouvelles lames jumelles. Et on peut dire qu’elle a bel et bien trouvé son bonheur et en une seule échoppe. c’est assez étonnant car en temps normal, elle est assez difficile. Elle remarque Eiki sortir des billets et elle place sa main sur les billets de celui-ci. Ce n’est pas à lui de sortir de la monnaie alors que ce sont des achats pour elle. Elle le regarde droit dans les yeux avec un air sérieux.

« - Je vous remercie mais ce n’est pas à vous de payer mes achats. »

Elle le remercie réellement et elle retire sa main avant de la porter à sa poitrine qui est quand même assez imposante. Dedans, elle cherche sa bourse et elle avait eu l’idée de faire un change pour éviter une erreur dans ses achats. Et puis, son clan est suffisamment riche pour faire ce genre d’achat. Une fois qu’elle a trouvé ce qu’elle cherchait, elle sort sa bourse de là et elle regarde les autres avant de demander avec sérieux à son compagnon du moment.

« - Il me reste à rpendre le matériel nécessaire pour les entretenir et ce sera bon. »

Elle reste polie et courtoise. Elle reste elle-même et elle se sent à l’aise dans cette chasse. Elle n’avait pas lâché Eiki des yeux avant qu’elle ne se tourne vers les autres. Elle s’approche de celui qui a ouvert le présentoir et qui lui avait donné les lames avant de s’incliner légèrement en le remerciant.

« - Merci ! »

Puis, elle se redresse et elle se tourne vers Eiki avec un sourire en coin. Elle ne pensait pas trouver des lames de remplacement aussi rapidement. Elle en reste quelque peu étonnée mais cela lui permettra de garder un bon souvenir de son passage au sein du village caché du sable. Car elle espère bien y revenir un jour. A vrai dire, on lui a conseiller par mal d’endroit mais elle voulait avoir fini ses emplettes avant de repartir. Elle sait qu’elle ne reste pas longtemps alors elle en profite un peu.


Printemps An 5
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 395
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko] Mar 29 Mai 2018 - 18:41

J’avais déjà sorti plusieurs billets lorsque Rioko m’explique qu’elle préfère payer. Ayant trois salaires, je n’ai pas besoin de faire attention à mes dépenses, mais, décidant de ne pas en ajouter, je range le tout dans mon survêtement et je tourne mon attention vers elle au moment où elle glisse sa main dans son chandail.

Mes yeux s’écarquillent, surpris, et je me tourne vers l’homme à la main tendue. Celui-ci me rend une expression similaire, tout aussi décontenancé, mais, aussitôt, je plisse les yeux pour l’intimer de ne pas tourner son regard sur la poitrine de la Konohajin une fois de plus. Le vendeur a un léger mouvement de recul et se montre très intéressé à un objet sur le mur opposé.

« Il devrait avoir tout ce qu’il vous faut en-haut, » lui dis-je lorsqu’elle m’interpelle.

Une fois que Rioko termine avec le marchand, elle me sourit. Son expression semble satisfaite. Par extension, je le suis aussi. Sans m’attarder d’avantage, je grimpe l’échelle et quitte le souterrain.

Le passage par la trappe donne un effet de mur de chaleur. En effet, l’influence du climat désertique n’avait pas atteint l’autre salle et nos corps s’étaient habitués à cette nouvelle température. En un instant, mon front devient moite et mon envie de rester à l’extérieur disparaît.

Néanmoins, je garde le silence et conduit ma compagne jusqu’au comptoir, lui montrant du doigt certaines huiles et accessoires servant à prendre soin des lames. Po’ s’approche et nous conseille aussi, oubliant notre petite confrontation.

Quelques instants plus tard, lorsque la rouquine a terminé ses emplettes, nous sortons dans le flot d’humains. Je lui fais signe de me suivre et me fraie un chemin jusqu’à une terrasse se trouvant dans un creux du chemin, légèrement à l’écart, où quelques personnes partagent du Hookas, Shisha, quelques mets et bières.

Je prends place sur un des gros coussins, près d’une table basse, m’installant un de façon nonchalante et déposant mes sabres sur ma jambe.

« Je voulais m’éloigner un peu de la foule pour que nous puissions discuter de la suite des choses. Que désirez-vous faire à présent, » lui demandé-je.

Un serveur au loin m’aperçoit. Je lui fais signe de la main.

« Qu’est-ce que vous buvez? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/crusifyx
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Entre étrangers [Rioko]

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre étrangers [Rioko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Passé & Lettres :: Flashbacks-