N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Allons traquer des bêtes sauvages ! [Takeo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 20
Rang : C

Message(#) Sujet: Allons traquer des bêtes sauvages ! [Takeo] Dim 25 Mar 2018 - 10:01



J'avais fini par avoir un appartement dans la grande ville, je n'avais pas à me plaindre même si je regrettais un peu le domicile familiale et tout le luxe qu'on pouvait y avoir, et surtout habiter à quelques pas de chez grand-mère qui cuisinait des succulents plats nuits et jours. Mais bon, la nourriture de Hi était similaire à celle de Kusa, je devais juste le faire moi-même.
Il fallait aussi que je commence à tisser des liens, prendre des informations et me préparer. Je ne voulais pas perdre de temps et je voulais commencer dès maintenant à reprendre ma passion pour la création de vêtements. Or ici je connais pas ou peu de trappeur, et encore moins le peau et autre matières premières possibles, il fallait que je le fasse par moi-même pour me donner une idée du potentiel des lieux.

Je visita chaque boutiques de vêtements pour connaître l'origine des étoffes et autres, mais peu de gens pouvaient apporter des réponses à mes questions, Konoha était un carrefour commercial et il y avait beaucoup d'importation plutôt que de production locale, mais moi je voulais pas de peau ou de fourrure venant d'un pays dont je connais rien. Un seul commerçant a pu me donner une bonne idée, m'associer à un Inuzuka et explorer la forêt avec lui. Il était vrai que les Inuzuka était des traqueurs nés mais aussi un clan à l'origine nomade, sous forme de meute, sur cette piste j'eus une idée un peu osée : aller voir le chef de la sécurité, lui devait savoir où était le danger et les animaux faciles à avoir, il devait connaître la forêt comme sa poche, car il s'agissait d'un Inuzuka, et ni plus ni moins que le chef de Meute, Takeo Inuzuka.

Je me rendis donc au bureau où il travaillait pour voir si mon audace allait payer. Je demanda à le voir directement, pour des questions personnelles et pour une expédition en dehors des murs de la ville. Contre toute attente, l'homme n'était pas en réunion ou trop occupé, il put me recevoir rapidement, je devais saisir cette occasion !

Entrant dans le bureau, je m'avança vers le Jonin et me présenta en exécutant une révérence respectueuse.

Bonjour Takeo-Sama, je m'appelle Tôhatsu Asami, je viens de Kusa No Kuni. Je tenais à vous remercier de pouvoir me recevoir si vite.

Laissant quelque instants à son interlocuteur, j'attendis qu'il finisse pour exposer mon projet :

Je souhaiterais me procurer quelques peaux et fourrures pour créer de futurs vêtements. Depuis que je suis en âge de pouvoir chasser, j'imagine, dessine et réaliser des tenues pour mes proches où des demandes particulières. Je souhaiterais votre accord et avoir un peu de votre expérience des forêts environnantes pour mener à bien cette traque.

Je savais que mon interlocuteur était un Inuzuka, il avait forcement des réponses, et je savais pertinemment que depuis que j'avais passé la porte l'homme me scrutait de haut en bas. Je m'efforçais donc de rester droite et fière, sans être provocante, Il fallait que je l'impressionne d'entrée de jeu pour obtenir se que je voulais, même si par sa réputation et son aura je pouvais me sentir ridiculement faible face à lui.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 890
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Allons traquer des bêtes sauvages ! [Takeo] Jeu 29 Mar 2018 - 21:13

Regardant la fenêtre d'un regard envieux, je ne pouvais pas croire que je travaillais avec cette si belle température, le soleil haut dans le ciel sans pour autant nous écraser avec la chaleur. Non, cela semblait vraiment être une journée d'été parfaite que je passais à remplir des rapports et signer des documents. Une chance que je n'avais pas de rendez-vous ou de rencontres importantes sinon les pauvres auraient certainement eu à endurer ma mauvaise humeur. Malgré tout j'essayais de travailler rapidement et efficacement, me disant que le plus vite j'avais terminé le plus tôt je pourrais aller m'aérer les idées. Qui plus est, cela rendait le moment de détente bien plus mérité lorsqu'on savait tout le travail qu'on avait accompli pour s'y rendre. Bien décidé d'en terminer une bonne fois pour toute, je détournai le regard de la fenêtre qui me tentait de tout mettre de côté et reportai mon attention sur ma paperasse, réfléchissant déjà à ce que je ferais de cette belle journée.

Le destin avait parfois la drôle de manie de s'en charger à notre place, aussi fus-je surpris lorsqu'on vint m'annoncer que quelqu'un était là et souhaitait me rencontrer. Cette personne venait me voir pour ce qui avait l'air d'être une expédition en dehors de la ville. Intrigué – je m'occupais après tout plus de la sécurité à l'intérieur du village – je vérifiai une fois de plus mon emploi du temps pour m'assurer que je n'avais pas oublié un rendez-vous, mais rien ne figurait à cette heure. La personne qui était là avait soit beaucoup de chance ou des connections dans le Palais qui pouvait connaître mon agenda. Légèrement méfiant, j'acceptai tout de même de l'accueillir. Ma charge de travail avait considérablement baissé de sorte que je pouvais bien me permettre une petite pause pour me concentrer sur d'autres affaires. Je fis rapidement de l'ordre sur mon bureau le temps que mon invité se rende jusqu'à mon bureau jusqu'à ce qu'on toque légèrement à la porte. J'invitai alors la personne à entrer, terminant de placer quelques trucs.

Quand je levai les yeux, je me retrouvai devant une jeune fille à la chevelure excentriquement bleue qui tombait longuement en deux couettes de chaque côtés de son visage angélique. Je ne m'attendais certainement pas à cela et fus surpris de voir une jeune femme de son âge venir me voir personnellement. Elle commença aussitôt par se présenter et me remercier de l'avoir accueilli aussi rapidement. Maintenant qu'elle en parlait, je me rappelais bien avoir vu quelque chose passer à propose de cette jeune femme du clan manieur de cheveux de Kusa no Kuni désirant venir étudier les arts ninjas à Konoha. Donc c'était elle qui nous venait de Kusa, elle était en plein le bon âge pour commencer à se mêler à ses confrères. Étant donné son historique elle aurait peut-être besoin de quelques cours d'appoint, mais rien qui la retarderait.


- Bienvenue parmi nous, Asami-chan. Cela nous fait plaisir de recevoir quelqu'un d'aussi loin, j'espère que tu te sentiras comme chez toi.

Je lui offris un sourire chaleureux et attendit qu'elle continue puisque je me doutais qu'elle n'était pas simplement venue pour me remercier, d'autant plus que je n'étais pas nécessairement la personne à remercier, mais je ne voulais pas gâcher le moment. Je me rappelais également qu'elle avait mentionné une expédition à l'extérieur et me demandais bien où cela irait. Cela ne tarda pas et elle m'expliqua qu'elle cherchait à se procurer des peaux et des fourures pour créer des vêtements. J'haussai légèrement le sourcil devant la projet, mais je la laissai continuer et grand bien m'en fit puisque j'appris que c'était son désir depuis qu'elle était toute jeune. Quand on y pensait bien, les Tôhatsu qui maîtrisaient les cheveux devaient bien s'en tirer avec un fil et une aiguille, l'idée n'était pas si saugrenue en fin de compte. Je comprenais également pourquoi elle était venu me voir pour cette tâche, venant tirer profit non pas de mon poste mais bien de mon expérience de chasseur. J'ignorais si notre réputation s'était rendu jusqu'à Kusa ou bien elle l'avait appris en arrivant à Konoha, mais elle avait bel et bien frappé à la bonne porte.

- Pour ce qui est de l'accord tu n'en a pas besoin, en tant que Genin tu peux sortir du village tant que les Remparts sont ouverts. Pour ce qui est de l'autre chose... commençai-je en regardant mon bureau, j'avais justement terminé pour aujourd'hui. Cela va me faire plaisir de prendre l'air et de te donner quelques trucs et astuces.

Ce n'était pas tout à fait vrai que j'avais terminé, mais un avantage de ma position était que je n'avais pas vraiment de supérieur à qui je devais rendre de compte. Certes, il y avait les trois Intendants, mais ces derniers semblaient me faire suffisament confiance pour ne pas venir trop souvent. Je me levai et indiquai la sortie à la jeune Tôhatsu, la suivant et refermant la porte de mon bureau derrière moi. Aussitôt, nous sortîmes et prîmes la direction des Remparts. Nous mîmes peu de temps à sortir du village et dès que cela fut fait je pris les devants, n'allant pas trop vite pour laisser la Genin me suivre. Je nous enfonçai dans la forêts pendant plusieurs minutes jusqu'à ce que je m'arrête et intime à la jeune femme de m'imiter. Nous étions en plein milieu de la forêt avec aucun point de répère notable, mais c'était exactement ce que je voulais.

- Nous avons l'air d'être perdus en pleine forêt, mais c'est exactement là où tu veux commencer ta chasse. Ce n'est pas dans les sentiers battus que tu vas trouver les meilleurs prises. Le plus reculé tu es, le mieux c'est. Ensuite, il faut écouter la forêt autour de nous. Ça ne sera pas évident au début, mais avec de la pratique on finit par reconnaître le bruissement des branches des oiseaux se posant, ou encore les craquement de branches par les sabots.

Une fois que j'eus terminé, je me plongeai dans un silence quasi religieux dans lequel j'e tendis l'oreille à l'affut du moindre son. Si je parvenais à reconnaître certains sons, je pourrais les indiquer à Asami-chan. Parfois j'avais tendance à oublier que mes sens étaient plus développés que ceux de certains ainsi si j'arrivais à aider la jeune femme à reconnaître certains bruits distinctifs, cela lui donnerait un coup de pouce pour le départ. Cependant si je me fiais à ce qu'elle avait dit dans mon bureau, elle n'était une débutante et peut-être ne faisais-je que perdre mon temps. Il n'y avait qu'une façon de le savoir et c'était d'observer la jeune femme tout en gardant l'oreille tendue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 20
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Allons traquer des bêtes sauvages ! [Takeo] Dim 1 Avr 2018 - 18:33



Bon, ma présentation avait l'air de lui plaire, je m'adressais tout de même à un Jonin, membre du Triumvirat actuel. Il avait l'air même étonné de mon entrain et de ma rapidité, il avait sûrement l'habitude des petits genins tout mielleux qui hésitent devant sa carrure. Moi je savais se que je voulais et comment l'avoir, et ce Jonin était le moyen le plus rapide et le plus simple, je n'avais donc rien à perdre et tout à gagner. L'homme se soucia même de ma condition de vie, savoir si j'étais bien reçu dans le Pays du Feu, avec un grand sourire et les couettes frétillantes je répondis :

Oui, Konoha est accueillant, il y a tout à disposition, les gens sont souriants, il y a de la verdures partout comme à Kusa, je suis pas dé paysagé


Finalement le Inuzuka affirma que je pouvais me promener dans tout Hi No Kuni sans forcement de contraintes, jusque que si le couvre feu était en place je pouvais plus rentrer. Moi qui pensait que Konoha devait savoir combien de shinobi étaient dans la cité ou dehors en cas d'attaques... ils n'avaient peut être pas ce soucis comparé à Kusa où les bandits étaient plus fréquents.
Ma proposition avait l'air enchanté Takeo-Sama, il regarda l'extérieur avec une envie, une envie que je connaissais bien. Une envie animale, bestiale de pouvoir traverser la forêt à toute allure loin de toute civilisation.
Nous nous sommes donc dirigé vers les Remparts, l'homme l'allait me montrer des trucs et astuces propres aux traqueurs et aux Inuzuka.
Une fois dehors, Takeo-Sama pris les rennes du duo et me montra la voie, il n'allait pas trop vite pour que je le suive correctement, même si je n'étais pas à mon rythme maximal, il voulait pas me pousser trop vite et trop fort. Il pensait que j'étais comme une bonne partie des genins de bonne famille issu de Konoha, des gens fier de leur lignée, si fier qu'il en devienne arrogant ou trop sûr d'eux. Moi je savais se que je valais et se que je pouvais faire mais je n'étais pas à me couvrir d'honneur à la moindre occasion.

Après quelques minutes de courses le chef signala un arrêt et un silence total, pour qu'il puisse donner des instructions. Le Inuzuka m'informa qu'on était plus ou moins perdus dans les bois, mais c'était loin de la civilisation et des sentiers qu'on trouvaient les meilleurs prises, maintenant nous étions dans le domaine des bêtes, il fallait écouter et ressentir la forêt, chaque bruit avait son importance. Il me demanda d'écouter avec attention, lui il avait son don naturel de meute, il avait l'odorat l'ouie et la vue de loup, moi je devais compenser ce manque par mes cheveux en formant des tubes autour de mes oreilles pour former un cône amplifiant le son sur la distance.
Quelques minutes passèrent que j'entendis un craquement distant, une branche cassée net sous le poids d'un animal, assez gros pour être un cerf, chevreuil ou autre. Aussitôt mon regard se posa sur le Inuzuka savoir si il avait entendu la même chose et si le chasse en valait la peine. Mon sang commençait à bouillir, j'étais prête à me lancer à la chasse d'un beau spécimen et d'étonner le Jonin. Je pense même que ma première proie pourra servir à lui confectionner un vêtement pour le remercier. Surtout qu'il était bien bâti, bel homme et au passage réputé.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 890
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Allons traquer des bêtes sauvages ! [Takeo] Ven 13 Avr 2018 - 18:19

Dès les premières secondes j'eus réponse à ma question intérieure, la voyant sans perdre une seconde former des cônes avec ses cheveux qu'elle plaça ensuite au niveau de ses oreilles. Grâce au donc qu'elle avait avec la manipulation des cheveux, elle s'était créée des immense cornets qui lui permettrait de bien capter les petits sons auxquels nous devions restés attentifs. Sans l'ombre d'un doute, elle n'était pas à sa première chasse et était habitué à utiliser cette technique. Avec un petit sentiment de gêne je sentis ma nuque chauffer, signe avant-coureur que j'allais rougir, mais tournai plutôt mon attention sur la tâche en cours pour ne plus y penser. Et alors qu'elle n'était pas un débutante et qu'elle savait probablement déjà ce que je venais de lui dire? On ne pouvait jamais répété trop souvant les bases puisqu'elles étaient les fondaisons de toute chasse. De toute façon je ne l'avais pas entendu rechigner et je ne sentais rien qui allait dans ce sens, tout laissait donc croire que la jeune femme n'en avait pas fait état.

Plusieurs minutes passèrent pendant lesquelles nous restâmes tous en silence à l'affut du moindre son. Pour l'instant ce n'était que le sifflement du vent dans les arbres qui nous accompagnait, mais je savais que cela ne saurait tardé. Plus la journée avançait, plus les bêtes erraient à la recherche de repos ou de nourriture; ce n'était qu'une question de minutes avant que quelque chose s'approche de nous. Comme de fait, le silence fut brisé par une branche qui cassa au loin, mais malgré la distance ce son était facilement reconnaissable. J'ouvris aussitôt mes yeux et guettai une réaction de la part d'Asami-chan. Nos regards se croisèrent et je sus qu'elle avait entendu la même chose que moi. Au même instant, mon nez capta l'odeur musquée de celui qui anticipe avec impatience ou plutôt celle dans le cas présent, car je réalisai que l'odeur ne venait pas de mes ninkens, mais bien de la Tôhatsu. Peu importe ce qui la motivait, elle avait hâte de passer à l'action et je n'étais pas celui qui allait la retenir. D'un simple signe de tête je lui intimai de me suivre dans la direction où nous avions entendu le bruit.

Toujours dans le silence – si nous avions entendu notre proie d'aussi loin, il n'y avait aucun doute que cette dernière entendrait également le moindre son que nous ferions – j'avançai dans la forêt en indiquant du doigt ou de la main les chemins naturels qui se créaient dans la nature avec le passage des animaux sauvages. Pour les yeux inexercés on ne voyait qu'une forêts, mais pour ceux qui étaient attenifs on pouvait voir certaines branches pencher anormalement ou encore les herbes au sol écrasées par le poids d'un sabot ou d'une patte. Alors que nous avancions vers notre cible, je gardais l'oreille attentive à savoir si elle ne nous avait pas entendu venir ou si elle ne s'était pas déplacée. Si je me fiais à la distance que nous avions fait, celle-ci n'avait pas bougé; peut-être s'était-elle arrêtée pour brouter dans une clairière. Si c'était le cas nous étions chanceux puisqu'elle serait beaucoup plus visible pour nous. Au bout d'encore quelques mètres je pus enfin apercevoir notre cible au loin: une biche qui s'était effectivement arrêtée pour paître, mais à une arbustre plutôt qu'une clairière. Elle serait plus difficile à atteindre, mais rien d'impossible.

Dès que j'avais été à distance de vue de la bête je m'étais arrêté, aussitôt immité par le reste de la bande composée de mes ninkens et de la jeune femme. Je me tournai vers elle pour voir si elle voyait ce que je voyais et vis dans son regard qu'elle avait effectivment aperçut notre cible. Maintenant que je l'avais guidé jusqu'à elle – lui apprenant par le fait même les indices lui permettant de le refaire par elle – il était temps pour elle de terminer le tout et de compléter la chasse. . L'idée qu'elle n'aie jamais tué un animal de sa vie ne m'était jamais passé par l'esprit puisqu'il était clair qu'elle n'était pas à sa première chasse. En même temps, je pourrais me faire une idée de ses habiletés, car une jeune femme de son âge partant à la chasse m'intriguait quoique j'avais moi-même déjà chassé lorsque j'étais son âge. Disons donc que j'étais curieux de voir comment les gens en dehors de la Meute faisaient pour chasser, surtout si elle était pour tirer profit du don de son clan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 20
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Allons traquer des bêtes sauvages ! [Takeo] Aujourd'hui à 18:41



Je vais d'entendre un bruit suspect, Takeo-Sama ainsi que les deux ninkens qui nous accompagnaient aussi. C'était clairement un proie potentielle, aussitôt Takeo se mit en route et je le suivis de près, j'étais bluffé de l'agilité et des réflexes des chiens de sa meute, ils étaient aussi voir meilleurs que certains shinobi du village à défaut de pouvoir utiliser des justus qui pouvaient compenser avec un corps à corps puissant.
Durant le chemin, je replis mes cheveux pour pas avoir d'accident et Takeo-Sama profita pour me montrer des détails de la forêt, des branches pliés, des sentiers camouflés, tout pleins d'astuces et trace exploitables pour mes prochaines traques.
J'écoutais avec attention chaque détail, chaque mot qui sortait de sa bouche, j'avais l'impression d'être un de ses éleves, un membre de sa Meute qui était en cours d'initiation même si certaines choses étaient acquises pour moi.
Il ne le savait peut être pas, mais les techniques d'écoutes et de pistages que j'avais apprise n'étaient pas forcément pour les animaux mais parfois pour les humains que l'on traqués et dévalisé dans l'épaisse forêt de Kusa No Kuni. Je l'avoue ce n'est pas aussi classe que la chasse en famille comme les Inuzuka, mais les Tôhatsu étaient comme ça, on avait pas forcement la meilleure de réputations mais en attendant nous étions pour la plupart à l'abri de la misère et bien placé dans les villages.

Finalement le guide s'arrêta net et m'indiqua de me stopper près de lui et observer la zone. Il y avait effectivement, une biche avec de belles formes et de belles couleurs non loin d'un arbuste. Les Ninkens avaient l'air excité, l'idée de traquer une bête avaient animés leurs pulsions animales, pour être franc nous l'étions tous, la Traque Sauvage était un plaisir, une montée d'adrénaline. Je pris le temps d'observer la proie et de sentir le vent pour ne pas commettre l'erreur de débutant et d'arrivée avec le vent dans le dos et de se faire trahir par son odeur.
À cet instant, Takeo-Sama avait presque disparus de son esprit, il n'y avait plus que moi et la bête, la pauvre biche comme dirait certains. Mais sa sacrifice était nécessaires, pour sa viande et son cuir. Rien n'allait être perdu avec moi.

Tel un tigre ou même pour imiter le type de chasse des canidés je me plaça donc face au vent, dans le dos de la proie, j’avançais lentement dans les hautes herbes jusqu'à être à portée de frappe.

Une fois en position je pouvais armer ma frappe, mes deux couettes allaient servir de ressort pour me propulser rapidement et furtivement au en longueur et hauteur pour arriver dans l'angle mort de la bête, pile derrière la tête. Des personnes « civilisées » diront que je laisse mon instinct sauvage et primitif prendre le dessus, et ils n'avaient pas tord.
Je pris une grande inspiration avant de me lancer, une fois au plus haut de mon saut, l'adrénaline était à son paroxysme je jubilais intérieurement d'une si belle prise et j’espérais que ma technique allait plaire à mon sensei.

La biche sentit mon approche trop tard, elle se retourna et commença à bouger une ou deux secondes avant mon entrée fracassante, mais il était trop tard, j'avais déployé mes cheveux tel un filet de capture. C'est avec tout mon poids et ma vitesse que j’écrasai la bête pour la coucher au sol et aussitôt avec toutes mes mèches disponibles je venais ligoter la bête pour l'empecher de bouger et de gémir. Pour ne pas faire stresser la bête et la faire souffrir je dégaina une petite dague pour lui trancher la gorge et murmura à son oreille :

Son sacrifice ne sera pas vain, repose en paix brave bête.

Ma famille m'avait toujours appris à respecter la nature et prendre que le nécessaire, je n'allais pas gâcher cette prise, tuer inutilement était ridicule à mes yeux et sûrement aux yeux de Takeo-Sama.

Quelques secondes plus tard je fis signes à mon sensei qui avait observait toute la scène depuis sa cachette. Il pouvait me rejoindre qu'on puisse partager le butin, il pouvait prendre la viande, j'avais besoin de la fourrure.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Allons traquer des bêtes sauvages ! [Takeo]

Revenir en haut Aller en bas
 

Allons traquer des bêtes sauvages ! [Takeo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêts de Hi no Kuni-