N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Coexister pour se dépasser [Team Kyouzon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Coexister pour se dépasser [Team Kyouzon] Sam 14 Avr 2018 - 23:37

Même si toutes les fenêtres de mon bureau étaient grandes ouvertes, rien n'aidait à dissiper la chaleur écrasant qui régnait dans mon bureau. L'été était à son moment le plus intense de l'année où la plupart des gens ne se risquaient même pas à sortir pour ne pas être écraser par la chaleur. Malheureusement pour moi, je n'avais pas besoin de quitter mon lieu de travail pour être accablé par ce qui se rapprochait de la canicule et je n'avais pas le loisir de quitter les lieux pour un endroit plus frais. Non, j'avais déjà repoussé cette tâche assez longtemps et je n'avais plus d'excuses pour ne pas m'y atteler. J'étais bien ancré dans les deux positions qui m'accaparaient la majeure partie de mon temps et y avais trouvé un semblant de routine au point où je pouvais maintenant me consacrer à ce nouveau projet. J'ginorais où ce chemin allait me mener, mais je me sentais finalement prêt à m'y engager : il était temps pour moi de veiller sur la prochaine génération. Si jusqu'à présent j'y avais jeté un coup d'oeil éloingé, je m'apprêtais à prendre un rôle beaucoup plus actif.

Nous avions beaucou de recrues parmis nos forces et chacune d'entres elles méritaient qu'on se penche sur leur cas pour les faire fleurir, mais il y avait une limite à ce que je pouvais faire pour elles. Pour certaines je ne voyais pas ce que j'avais à leur offrir sous mon tutelage alors que pour d'autres c'était simplement mon instinct qui m'avertissait que cela ne marcherait pas. J'épluchai plusieurs dossiers et regardai les habiletés de plusieurs de nos Genins avant que finalement mon choix se repose sur deux parmi tous les dossiers. La première m'était aussitôt venu à l'esprit lorsque je pensai à la relève shinobi tandis que la deuxième... ce fut différent. Nous n'avions pas beaucoup en commun et nos styles de combat semblaient bien différents, mais en lisant ce qui lui était arrivé je sentis qu'elle aurait besoin de quelqu'un pour la guider. C'était donc plutôt à un certain niveau plus spirituel que je voyais mon devoir envers elle. J'aurais pus continué mes recherches et atteindre le nombre traditionnel de trois membres par équipe, mais je n'avais pas choisi des élèves au parcours ordinaire aussi je ne m'en tins pas trop rigueur. Maintenant que mon choix était fait, il était temps de leur apprendre la nouvelle.

La journée était ridiculement trop chaude pour faire quoi que ce soit, je les avais donc conviés à me rencontrer dans l'un des terrains d'entraînements le lendemain en espérant que la température soit plus clémente. Si la chaleur ne s'était pas dissipée avec la nuit, elle était toutefois plus soutenable que la veille ce qui me convenais amplement. J'étais bien sûr arrivé d'avance au lieu de rendez-vous et avais décidé de patienter sous l'ombre d'un arbre en attendant que mes futures élèves arrivent. Celles-ci finirent alors par arriver, l'une légèrement avant l'autre et sortis de l'ombre de l'arbre pour les rejoindre au soleil – c'était bien la moindre des choses. Elles devaient probablement avoir deviné ce que les amenaient ici aujourd'hui alors je décidai de ne pas tourner autour du pot.


- Bonjour à vous deux, merci d'avoir répondu positivement à mon message. Je n'en ai pas parlé dans celui-ci, mais j'imagine que maintenant que vous êtes ici vous comprenez la raison de votre présence: vous serez à partir d'aujourd'hui sous ma tutelle dans mon équipe shinobi, Kyouzon. Pour différentes raisons, j'ai décidé de vous aider à développer votre potentiel en tant que kunoichi et nous passerons donc quelques temps ensemble pour cela.

Je posai mon regard sur elles à tour de rôle et pris une courte pause avant de reprendre.

- Si nous sommes pour nous côtoyer, je crois que des présentations en bonne et due forme sont de mise. Vous me connaissez peut-être déjà, mais je suis Takeo Inuzuka et mes deux compagnons avec moi sont Akamori et Seimori. Ils sont comme des frères pour moi alors agissez envers eux comme vous le feriez avec moi. Sans grandes surprises, je me spécialise dans les attaques au corps-à-corps et dans la sensorialité.

En même temps, je pointai mon pouce par-dessus mon épaule en direction des deux bêtes derrière moi. Ces L'une d'entre elle avait déjà eu l'occasion de les rencontrer, elle était donc déjà familière avec les chiens-ninjas. En ce qui concernait l'autre, je ne pouvais pas dire si c'était sa première rencontre avec des ninkens ou non. Son air était insondable et je ne voulais pas être trop indiscret dès la première rencontre, cela ne donnerait vraiment pas une bonne première impression. Les laissant venir à la rencontre de mes compagnons, j'attendis qu'elles se présentent à leur tour. J'avais peut-être lu leur dossier dans mes recherches, mais la perspective que chacun avait de ses habiletés était toujours intéressante à entendre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 35
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Coexister pour se dépasser [Team Kyouzon] Lun 16 Avr 2018 - 0:53



Konoha est bien, mais sérieusement.... Il ne pouvait pas avoir un peu plus d'air ! Il fait une chaleur à crever dans ce pays, même dans les bois il fait chaud. J'arrivais plus trop à penser correctement, c'était jour de canicule et j'arrivais à rien, broder par ce temps était compliqué surtout avec de la sueur qui tombe en permanence sur les yeux et le tissus.
Je ne voulais pas tacher ma prochaine création avant même de l'avoir finie, je ne pouvais pas aller aux cascades d'eaux de Hi. J'étais juste bloquer dans cette ville à tenter de trouver désespérément un coin frais.

Puis d'un coup une idée me traversa la tête ! Hopital ! Les patients avaient le droit à un système de ventilation et d'aération qu'on ne trouvait pas dans les résidences, je n'avais qu'à m'introduire dans une chambre et patienter le temps que le soleil se coucher et que la température redescende.
À l'entrée je baragouina l’hôtesse d’accueil pour qu'elle me foute la paix et que je puisse vadrouiller dans l’hôpital tranquillement en quête d'un peu de repos. Chambre par chambre, je cherchais le client idéal : un homme ou une femme dans le coma, sans famille déjà présente. Quelqu'un qui ne se réveille pas pour me chasser. Après quelques minutes j'avais trouvé ma proie : homme d'une cinquante d'années, dans le coma et attend de difficulté respiration et avec très peu d'effet personnelle ou de décoration déposé par des membres de la famille.

Sans trouver le sommeil de l'homme, je m'installa près de lui pour profiter du moelleux du fauteuil et de la brise d'air produit par l'appareil pour éviter que l'homme ne suffoqua à cause de la canicule.

Il faut vraiment que les hôpitaux revoient leur vêtements pour les patients, en plus d'être laids ils sont pas vraiment adaptés ! Je vais devoir m'en occuper ?

Aussitôt je pris rapidement les mesures de l'homme qui imposa pas résistance et je me mis à dessiner des croquis de chemise de nuit unisexes plus agréable et mieux pensé que les guenilles* que portaient les patients de l’hôpital. Je voyais même plus le temps passer, j'étais absorbé par la création en cours, seul des gémissements de l'homme venait briser le silence instaurés entre nous. Je laissait mes cheveux déambulait doucement sur sa main, pour lui faire signe de présence et qu'il n'était pas seul. Même si il n'était pas totalement conscient il devait pouvoir ressentir les stimulis physiques.

Finalement un homme frappa à la porte et me tendit une lettre et repartit aussitôt, je ne savais même pas comment il avait fait pour me retrouver car j'avais prévenu personne que j'étais ici et je n'avais peut être même pas le droit d'y être.
La lettre venait de Inuzuka Takeo, le Jonin qui m'avait accompagnait durant une chasse, il voulait que je le rejoigne au terrain d’entraînement demain matin pour notre première rencontre comme membre de la même équipe shinobi.

Le lendemain je pris donc la direction du terrain d’entraînement avec ma tenue de combat et une ombrelle pour éviter de cuire durant le trajet, j'avais hâte de rencontrer mes futurs équipiers et d'apprendre de nouvelles choses aux côtés de Takeo-Sama.
Une fois sur place, j'eus la surprise de voir qu'une seule équipière plus agée que moi. De plus son style vestimentaire était plutôt …. basique, mais je devais attendre de voir les compétences qu'elle cachée.
Dans une premier temps, Takeo-Sama nous remercia d'avoir rejoins son équipe et d'être présent aujourd'hui, il précisa que ses Ninkens devaient être traités comme Takeo-Sama en personne, ils n'étaient pas des simples chiens ninjas mais des frères pour le Jonin il devait donc avoir le même niveau de respect.

Je décida laisser l'autre jeune femme se présenter en première, et de me présenter en dernier vue que j'étais la plus jeune du groupe.


Enchanté Nara Sae, je m'appelle Tôhatsu Asami, je viens de Kusa No Kuni, un pays frontalier de Hi. Notre clan à la particularité de pouvoir mouvoir ses cheveux comme nos bras ou nos jambes. De plus je maîtrise le Raïton

Pour illustrer mes propos je faisais mouvoir ma chevelure de droite à gauche tout en laissant de l'électricité descendre de la base jusqu'aux pointes de mes cheveux avec un petit crépitement distinct.




guenilles : venant du vieux français il me semble : cela désigne un vieux chiffon, des vieux vêtements. (je préfère le préciser car chez moi on utilise des expressions par forcement connues ailleurs (même au sein de la france...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Informations

Message(#) Sujet: Re: Coexister pour se dépasser [Team Kyouzon] Lun 16 Avr 2018 - 2:57

Un jeune homme foulait le sol d’un domaine vraisemblablement abandonné. Tout ici n’était que poussière et désolation. Les plantes avaient fini par faner suite à un cruel manque d’eau et le courrier s’entassait devant la boite aux lettres, débordante de papiers. Seuls quelques traces de pas menant à la porte d’entrée témoignait encore de la vie d’une tierce personne en ces lieux sinistres. Insistant, le jeune homme continua d’avancer pour finalement toquer directement à la porte, se servant d’un anneau de métal massif, accroché à celle-ci. Sans réelle surprise, aucunes réponses ne lui parvint. Il se laissa aller à un soupir las. Ses prédécesseurs avaient abandonné et s’étaient contentés de déposer les missives sur le seuil de la porte. Cependant, il avait une mission particulière. Il avait beau n’être qu’un simple facteur, il avait donné sa parole ; il transmettrait le message qu’il avait à transmettre en main propre à son destinataire !

Entreprenant, il décida donc de pousser légèrement la porte pour vérifier que Sae était réellement absente ou si elle se contentait simplement de le nier. Sans qu’il ne puisse réagir, une main sortit des ténèbres eux même pour venir se fixer à la gorge du facteur. D’une poigne étrangement forte, il se sentit soulever sans avoir le loisir de respirer. Sous ses yeux était apparu une jeune femme au visage majoritairement dissimulé sous une capuche noire de jais.

« Va-t’en ! »

« J’ai… J’ai une lettre pour vous ! »

Dit-il, paniqué, essayant désespérément de se dégager comme une personne refusant de se noyer. Sae se contenta de jeter le pauvre homme sur deux bons mètres avant de tourner les talons, prêtes à claquer la portes pour retourner s’enfermer dans les méandres de ses souvenirs.

« Va-t’en je t’ai dit. »

« Ça vient de monsieur Inuzuka Takeo ! »

Bredouilla-t-il, étouffant une quinte de toux, due à sa gorge endolorie. Ces simples mots avaient suffi à piquer la curiosité de la Nara. Takeo était un homme respecté qui jouissait d’une position hautement favorable au sein du village de Konoha. Celui-ci pourrait se montrer utile à la réalisation de ses plans. Ou au moins pour obtenir des informations cruciale plus facilement. Quoi qu’il en soit, c’est donc sans ajouter un seul mot qu’elle prit la lettre en revenant sur ses pas avant de la parcourir tout en retournant à l’intérieur du taudis qu’elle appelait « maison ».

Plusieurs heures après, Sae fut la dernière à arriver au lieu de rendez-vous. Elle ne semblait pas s’embêter d’un détail aussi insignifiant et ne prit pas la peine de s’en excuser. Takeo fut le premier à prendre la parole. Sae ne l’écouta pas vraiment. Elle se contentait en réalité de le détailler de haut en bas se faisant une première impression dénuée de tout autre jugement que le simple visuel. C’était un bel homme de bonne carrure. Il avait tout du chef de la sécurité qu’il était. Takeo était le genre de personne pour qui Sae aurait pu montrer du respect si elle s’était encore encombrée de ce genre de formalité. Ce qui n’était plus le cas à l’heure actuelle.

« Je déteste les chiens. »

Siffla la jeune femme. Elle avait pourtant eu un chien durant plusieurs années. Cependant, elle n’avait pu garder celui-ci à la mort de son fils. Après tout, c’était le chien de son fils, pas le sien. La douleur avait été trop grande que pour conserver l’animal. À tour de rôle, Takeo la dévisagea, elle et une autre fille. En quelques mois, Sae avait pris pour habitude de garder ses yeux dissimulés sous les replis noirs de sa capuches. Une fois qu’elle eut relevé la tête, la jônin put sans doute remarquer que ceux-ci étaient rougeâtre témoignant des longues heures qu’avait passé Sae à pleurer. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle évitait les regards directs, désireuse de ne pas laisser transparaitre la moindre faiblesse. La Nara ne s’approcha donc pas des animaux, préférant rester loin de tout signe d’affection.

« Si je suis la c’est uniquement pour profiter de ta position dans le village. Rien de plus. Je ne sais pas à quel élément mon chakra est lié et ma spécialité, c’est le meurtre. »

Sae aurait pu essayer de se montrer bienveillante. Elle aurait pu essayer de nouer des liens avec ses nouveaux compagnons, de s’ouvrir à eux ou au moins de leur laisser une issue de secours. Elle n’en fit cependant rien. La Nara n’ajouta rien de plus. Elle ne s’était même pas réellement présentée. Ils en savaient déjà bien assez comme ça sur elle. L’autre fille finit donc par prendre la parole. Directement, Sae arqua un sourcil dans sa direction. Personne n’avait été enchanté de la rencontrer depuis des mois et c’était très bien comme ça. La jeune fille semblait pleine de joie de vivre et de motivation. D’une certaine façon, Sae la plaignait. Elle savait pertinemment qu’elle-même n’était pas une partenaire d’équipe idéale.
Revenir en haut Aller en bas
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Coexister pour se dépasser [Team Kyouzon] Ven 20 Avr 2018 - 1:54

Dès que les mots furent tombés mon regard se riva sur la jeune femme, les traits une seconde auparavant jovials et bienveillants revêtant soudainement une dureté inattendue. Je ne dis pas un seul mot, laissant mes yeux transmettre ce que je pensais du commentaire qu'elle venait de dire. Mes ninkens, quant à eux, n'eurent pas autant de retenu et montrèrent les crocs en même temps qu'un grognement se faisait entendre que j'arrêtai d'un bref claquement de langue. Aussitôt mes deux compagnons, comprenant aussitôt la remontrance, changèrent d'attitude sans pour autant arrêter de toiser la Nara. Il n'y en allait pas avoir de faciles. Elle poursuivit alors comme si rien ne s'était passé en révélant de but en blanc qu'elle ne voulait rejoindre mon équipe simplement pour profiter de ma position. J'arquai légèrement le sourcil, me demandant comment ma position pourrait aider une Genin, mais si c'était la raison qu'il lui fallait pour rester avec moi alors soit.

Je cachai mon étonnement devant son ignorance de l'élément de son chakra, mais me rappelai qu'elle n'était bien sûr pas passer par l'Académie et qui sait si lors de son éducation Nara cela n'avait pas été négligé. Ensuite, elle nous apprit que sa spécialité était le meurtre. Charmant, mais je ne pense pas qu'il s'agissait-là d'une des spécialités shinobis traditionnelles. Bien sûr connaissant son dossier je comprenais ce qu'elle voulait dire, même si pour la peine le terme spécialité était un peu fort. Lorsqu'elle avait repris la parole, elle avait finalement levé son regard vers moi et j'avais pu voir des yeux rougis, probablement par le chagrin. De ce que j'avais compris l'accident était survenu il y avait très peu de temps, elle devait donc sans doute être encore en deuil. Momentanément je me sentis coupable de la déranger pendant cette période difficile, mais cela disparut lorsque je me dis que se changer les idées étaient ce qui lui serait le plus bénéfique. Qui sait, peut-être trouvera-t-elle un talent inné chez elle?

Imperturbable, la jeune Tôhatsu resta courtoise et se révéla être enchantée de sa rencontre. Je saluai le flegme de la jeune femme devant une telle partenaire d'équipe et espérai qu'elle garderait ce sang-froid alors qu'elle se présentait à son tour. J'étais déjà au courant de l'habileté de son clan pour déjà l'avoir vu en action, mais je ne lui avais pas demandé son affinité – je n'en voyais pas l'utilité à ce moment-là – aussi appris-je qu'elle maniait le raiton en même temps que des filaments électriques traversaient ses cheveux. À voir ses cheveux danser autour d'elle sous le courant je ne pouvais qu'imaginer quels redoutables pièges elle pourrait créer si elle le désirait. J'hochai légèrement la tête vers Asami-chan pour reconnaître son intervention et me retournai de nouveau vers Sae-san. Même si elle était mon élève, je ne devais pas oublier qu'elle était en réalité plus vieille que moi, comme quoi l'âge n'avait rien à y voir. Les présentations étaient maintenant terminées, mais il restait toutefois certains détails encore nébuleux et j'allais m'occuper de ceux-ci avant de continuer quoi que ce soit.


- Bon, tout le monde connait tout le monde, c'est déjà ça de fait! Par contre, Sae-san, avant de continuer nous allons devoir nous occuper de ton affinité et de tout ça; nous ne pouvons pas aller en mission ou encore plus important je ne peux pas t'aider à te développer si je n'ai aucune idée quelles sont tes forces et tes faiblesses.

Au moment où je disais cela, j'eus un éclair de génie et commençai à farfouiller dans les poches de ma ceinture. Je savais que je les avais pris avec moi avant de partir ne sachant pas trop de quoi auraient l'air mes élèves une fois que je les rencontrerais face à face. Après quelques secondes de fouille je trouvai enfin ce que je cherchai: un morceau de papier. Je brandis ma trouvaille ne m'attendant pas à ce qu'aucune d'elles ne reconnaissent ce dont il s'agissait.

- Ce petit bout de papier, aussi insignifiant qu'il puisse paraître, va nous aider pour cela. En fait, il s'agit d'un papier fait à partir d'un arbre nourrit avec du chakra; n'importe quelle parcelle de chakra causera le papier à changer. Dans mon cas..., commençai-je alors que le papier prenait subitement feu et se transformait en cendres qui s'envolèrent au vent, je suis d'affinité katon, mais également doton même. Allez à ton tour, Sae, concentre ton chakra dans tes mains. Toi aussi tu peux le faire si tu veux, Asami, seulement pour voir comment le papier va réagir au chakra raiton.

Je lui fis un petit clin d'oeil complice pendant que je sortais d'autres papiers pour les tendre à mes élèves. Pas seulement elle, j'étais également curieux de voir comment le papier réagissait face aux différents éléments. Je savais que s'il entrait en contact avec le feu il se consumait et que pour la terre le papier se solidifiait avant de s'effriter, mais c'était tout puisque c'était les deux éléments que je contrôlais moi-même. Avec la Tôhatsu j'allais peut-être voir comment il réagissait à la foudre si elle acceptait de participer à l'exercice ce qu'au fond de moi je souhaitais, car cela paraissait insignifiant mais il s'agissait tout de même de la première chose qu'elles accompliraient en tant qu'équipe. Une sorte de petit rite de passage qui, avec chance, permettrait de les rapprocher un tout petit peu. Toutefois, avec l'attitude de la Nara je n'étais pas certain si cela allait apporter le moindre résultat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 35
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Coexister pour se dépasser [Team Kyouzon] Dim 22 Avr 2018 - 19:28



Bon dieu que mes parents m'ont bien élevée : être courtoise, polie, bien habillée respectueuse et ne pas montrer d'hostilités et ne pas faire de remarques non objectives. Car là il y avait tellement moyen que je lâche un pic infâme, mais je ne pouvais pas me permettre de faire un tel écart maintenant devant Takeo-Sama. Je devais même utiliser la situation à mon avantage, montrer que j'étais plus intelligente qu'elle. La Nara se présentait comme une personne peu courtoise, ici pour son propre intérêt, ne connaissant pas sa nature et sa spécialité était le meurtre et ne montrait aucune sympathie pour les deux autres membres.
Au fond je savais pas si je devais avoir pitié ou honte pour cette femme. Les Nara jouissaient d'une excellente réputation au sein du village, l'un eux, Natsuki-Sama était même au Triumvirat du village caché.
Elle pouvait être le mouton noir de la famille ? Enfin bon, Takeo-Sama n'avait pas vraiment relevé l'affront quelle venait de lui faire, les Ninkens eux par contre n'avaient pas l'air content qu'on s'adresse au chef de cette manière.

Passé cet incident le chef préféra aller de l'avant et proposa de connaître l'affinité élémentaire de Sae-Chan. Je pouvais pas m’empêchais d'arborer un petit sourire.
La technique que proposée Takeo était vraiment classique, c'était le deuxième rite que pouvait passer un Tôhatsu. Le premier était qu'on lui rase la tête et il doit faire repousser ses cheveux d'une certaine longueur en peu de temps pour montrer qu'il était prêt à manier sa chevelure comme une arme. Le deuxième était beaucoup moins codifié et pouvait changer un peu selon les familles.
Il s'agissait de tenir le papier entre les mains et laisser le chakra coulait en lui pour révéler sa nature.
Honnêtement, même si cette Nara n'avait pas l'air commode j'avais envie de voir sa nature, par pur curiosité, mais commeTakeo-Sama me demanda de le faire aussi, je m’exécuta. Je pris le papier avec deux doigts et laissa mon chakra traverser le papier. Il se froissa en un instant avec un bruit typique.

Raiton le froisse, Katon l'embrasse, Doton l'effrite, Suiton l'humidifie, Futon le coupe. Chaque famillle Tôhatsu à un petit rite pour connaître la nature chakratique des enfants, mais toujours à l'aide de ce papier.

Il fallait croire que tout les Nara n'avaient pas la même éducation et le même niveau. Je devais cependant attendre de voir si elle savait manier correctement les ombres qui étaient leur don inné.
Pour l'instant il fallait juste faire bonne impression, et faire en sorte pour que Sae-Chan ne devienne pas un fardeau à ma progression. Avoir une novice dans l'équipe n'était pas un soucis, tant qu'elle agissait sous le commandement de Takeo-Sama et qu'elle n'attire pas la honte et les problèmes sur nous avec son attitude.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Coexister pour se dépasser [Team Kyouzon] Ven 11 Mai 2018 - 23:42

Je savais que les choses n'allaient pas être faciles et qu'initier le premier changement serait le plus difficile, mais la réaction de la Nara avait de quoi rendre furieux. Si elle était pour faire partie des forces konohajines, la base était qu'on définisse son affinité primaire ainsi que le domaine dans lequel elle excellait. On devait certainement lui avoir faire une fleur en lui évitant de passer par l'Académie afin de le savoir, mais il fallait qu'elle se montre coopérative. Or, alors que je tendais un papier chacun à elle et Asami-chan, elle se contenta de me toiser quelques secondes avant de faire un petit rire moqueur plein de mépris et de détourner le regard. Comme elle l'avait dit plus tôt, elle n'était bien là que pour le statut et elle ne comptait en aucun cas participer à son propre développement. Si ce n'était pas nécessairement le moment lors de notre première rencontre pour la remettre à sa place, je ne devais pas attendre trop longtemps avant de le lui faire comprendre. Je respirai profondément à quelques reprises pour garder mon sang-froid et décidai plutôt de me concentrer sur la jeune Tôhatsu.

Quand le papier s'était retrouvé dans ses mains j'avais lu dans son regard que ce n'était pas sa première fois avec ce genre de papier, aussi étais-je encore plus curieux de voir ce qui se passerait. Prenant le papier entre son index et son majeur d'un geste habitué, le papier ne mit pas beaucoup de temps avant de se froisser avec un petit craquement similaire à celui que l'on fait lorsqu'on fait une boule de papier. Sans doute que le courant électrique qui passait à travers le papier le forçait à se contracter ainsi, donnant l'impression qu'il se froisse de lui-même. Elle démontra ensuite ses connaissances en la matière en énumérant les divers effets que le papier subissait sous les différentes types de chakra, j'appris ainsi qu'en contact du chakra suiton le papier devenait mouillé et de celui futon il se coupait en deux. Chez les membres de son clan, ce papier faisait d'ailleurs partie de l'un de leur rite. Même si c'était mon élève, c'était moi qui en apprenait plus aujourd'hui. Je me tournai momentanément vers la Nara et, en l'absence de réaction, ne lui fit plus attention. Elle écouterait bien ce qu'on disait si elle le voulait, qu'elle se soit pointée était déjà un bon début pour moi.


- Merci pour l'ajout, c'est toujours bon à savoir. Le raiton étant une affinité plutôt offensive, je déduis que tu es plus du style corps à corps? Ça me va.

Je lui posais la question, mais au fond je connaissais déjà la réponse. Pour être une chasseuse comme moi, je savais déjà qu'elle avait un style de combat tombant dans le taïjutsu, qui se trouvait également à être l'une de mes spécialités. J'avais également déduis qu'avec le peu qu'elle avait dit la Nara était adepte de cette même discipline, mais cela restait à voir lorsqu'elle voudrait se joindre de nouveau à nous. En attendant que cela arrive, je concentrai mes efforts sur Asami-chan, qui ne devait pas souffrir pour l'attitude de sa coéquipière. Maintenant que je savais dans quelles voies elle voulait aller, je voulais savoir ce pour quoi elle suivait cette voie, d'autant plus que j'ignorais tout de son clan et de leur coutume.

- Très bien. Maintenant, Asami-chan, j'aimerais que tu me dises la raison pourquoi tu as décidé de devenir une kunoïchi. J'ose croire que c'est plus que simplement parce que tu veux suivre ton clan, même s'il s'agit d'une raison très noble. Non, nous avons tous notre propre but lorsque nous décidons de devenir shinobis, moi même inclus, et j'aimerais bien connaître le tien.

Il s'agissait d'une question personnelle – l'une qu'elle ne voudra peut-être pas répondre devant la Nara – mais c'était quelque chose qu'en tant que son futur sensei je devais savoir. C'était aussi l'une des choses que son dossier ne disait pas, même celui que nous avait fourni Kuna no Kuni lors de son arrivée. Non, c'était quelque chose que l'on gardait pour soi et que l'on partageait rarement. Toutefois, s'il y avait une personne avec qui elle pouvait en parler c'était bien moi. Après tout, j'allais être en sa compagnie pendant les prochaines années et j'allais l'aider à devenir une meilleure kunoïchi, deux choses que je ne pouvais faire que si je savais ce qui la motivait et la poussait à suivre cette voie. J'ignorais pratiquement tout du clan Tôhatsu aussi les raisons derrière son choix étaient nébuleuses, tout ce que je savais c'était qu'il partageait une tradition de la chasse avec nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 35
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Coexister pour se dépasser [Team Kyouzon] Dim 13 Mai 2018 - 3:10



Je pouvais ressentir la frustration de Takeo-Sama dans son attitude et son regard envers la Nara qui ne faisait que faire monter la pression du groupe. Je ne disais rien mais mes cheveux parlaient pour moi. Mes deux couettes s'agitaient à mesure que la pression montait, son comportement hautain et désabusé était digne d'elle. Je ne la connaissait pas encore mais venant du clan Nara elle jouait déjà de grands airs se croyait au dessus des autres et pouvoir tenir tête à son sensei à peine celui-ci rencontré. J'avais bien envie de lui dire ses 4 vérités, lui montrer que même si elle était une Nara et qu'elle avait 27 piges. Elle n'était pas à l'abri de tout surtout de moi, mais il y avait Takeo-Sama, c'était à lui de remettre cette fille en place. Moi j'étais la pour faire bonne impression contrairement à elle. Je pouvais utiliser sa position et sa réputation pour mon compte, mais au moins je savais comment m'y prendre et le Inuzuka aura un retour sur investissement.
Au finalement le Sensei se détourna de la Nara qui allait sûrement repartir à ses occupations pendant que Takeo-Sama et moi-même avançons et progressons techniquement et amicalement parlant.
Mon ajout avait même l'air de plaire au Jonin qui compris que la nature de mon chakra orientais clairement mon style vers un corps à corps assez dynamique et agressif, et pouvait représentait mon caractère parfois soudain et impétueux.
Finalement sous le regard et l'attention du sensei j'oublia la source de tension et me focalisa sur notre réel but.
L'homme qui arborait les crocs rouges carmin voulait savoir pourquoi j'avais intégré les forces de Konoha. Une question que je avais préparé, mais qui au final me posait toujours des soucis. Je ne savais pas trop quoi répondre. J'allais passer pour une personne indécise, car je souhaitais plusieurs choses je me laissais une certaine liberté sur mon évolution au Pays du Feu.

Oui dans un premier temps c'était pour mon clan, mes parents et grands-parents n'ont pas eu la chance de pouvoir « étudier » et développer leur don et leur maîtrise du chakra comme moi je peux le faire ici. Si je souhaite avoir un bon rang et une bonne réputation et beaucoup d'expérience du terrain c'est pour réaliser un rêve d'enfance, un rêve qui vient du domaine civil. Je souhaiterais devenir une référence dans le domaine de la mode et faire connaître par la même occasion mon pays natale autrement qu'un territoire tampon entre les 3 grandes puissances du Yuukan.


Désolé Sensei-Sama si mes rêves ne sont pas aussi glorieux que les vôtres. J'imagine que vous votre rêve et votre but de shinobi est de mener la meute, et couvrir votre clan ainsi que votre village de gloire. Nous à Kusa nous jouissons d'une réputation bancale. D'un côté nous faisons la force du pays et certains Tôhatsu dirigent des villages ou les protègent. Et d'autres pensent que nous sommes que de simples bandits utilisant du chakra pour détrousser les marchands et imposer nos lois. Je n'est donc pas autant de patriotisme que vous surtout auprès de Hi No Kuni qui n'est pas ma terre natale. Cependant je respecte le fait que Hi m'a accueilli de la sorte et je lui rendrai au ryo près se qu'elle ma donné.

Même si les Tôhatsu était en partie des voleurs ingénieux, nous avions aussi une part de marchands en nous, on savait être honnête et respecter des engagements on avait tout de même un code moral. Je voulais pas que Hi et les gens de Konoha me voit comme un parasite, juste la par pur intérêt personnelle. Mais je voulais être honnête avec Takeo-Sama et pas lui dire que j'étais dévoué corps et âme pour Konoha alors que ce n'était pas le cas. Où pas encore j'étais ici depuis pas assez longtemps pour m'attacher à cette terre. Pas de mari, pas d'enfant ni de boutique. Je n'étais encore qu'une invité, je devais réagir en temps que tel.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Coexister pour se dépasser [Team Kyouzon] Jeu 24 Mai 2018 - 1:15

Les désirs étaient un moteur très important chez quelqu'un, c'était ce qui lui donnait la force de poursuivre et de toujours chercher à viser plus haut; lorsqu'un désir était exaucé, un autre venait tout de suite le remplacer, c'était ainsi qu'allait la vie. Savoir ce désir et cette motivation qui poussait les gens à avancer pouvait nous en apprendre beaucoup plus qu'on le pensait sur une personne. Que ce soit ses intérêts, ses priorités ou ses ambitions, cela me permettrait de cerner un peu mieux la personalité de la jeune femme devant moi. Après tout, je n'avais passé que quelques heures auparavant avec elle, loin d'être suffisantes pour me faire une idée du personnage. Oh, bien sûr, je serais capable de voir quelle genre de kunoïchi elle était et ce pourquoi elle avait décidé de faire le chemin jusqu'à Konoha pour parfaire ses méthodes, mais je voulais avant tout voir la personne qui se trouvait derrière la kunoïchi. Si j'étais pour la prendre dans mon équipe, je voulais voir un peu plus que ce que le dossier me donnait.

Immédiatement, je vis son malaise à répondre à ma question. Pour sûr ce n'était pas une question aisée à répondre aussi lui laissai-je le temps d'en venir avec une satisfaisante. À sa place, je mesurerai prudemment ce que je veux dire et comment je voudrais le dire; il n'y avait aucun mal à vouloir garder quelques trucs pour soi. Je ne m'attendais certainement pas à ce qu'elle déballe tout dès notre première rencontre officielle d'équipe, mais à tout le moins je pourrai sentir si elle avait de mauvaises intentions. Le début de ma réponse ne me surprit guère puisque c'était le cas pour la majorité d'entre nous: nos parents ou notre famille nous initiaient aux arts très tôt alors il était normal qu'au début on veuille impressionner et être reconnu par le clan. Moi-même du plus loin que je pouvais me rappeler j'avais baigné dans les arts de notre clan, que ce soit le travail physique ou lorsque je commençai à travailler avec Akamori. La suite, cependant, me prit par surprise même si j'étais déjà au courant de son hobbie pour la mode. Ainsi elle voulait amener la prospérité à son pays natal à travers ses propres efforts? J'eu aussitôt un peu honte en me disant que c'était ainsi que je voyais le pays de l'Herbe, mais je ne pouvais qu'admirer son ambition. Être si jeune et déjà avoir un but si précis, je ne pense pas que je pouvais dire la même chose de moi à son âge.

Lorsqu'elle mentionna la gloire de nos rêves respectifs, je balayai ses paroles des mains. Sottises! Il n'y avait aucun rêve moins glorieux que les autres et si j'étais totalement honnête avec moi-même son rêve était beaucoup plus glorieux que le mien. Un pays tout entier! Ma meute ne pouvait pas comparer avec l'entière nation de Kusa, aussi petite était-elle comparés à Hi. Je m'arrêtai toutefois et tendis l'oreille lorsqu'elle commença à parler de son clan. Nous avions bien sûr des informations sur les Tôhatsu, mais c'était toujours mieux de recevoir celles-ci directement de la source. J'appris donc que s'ils n'étaient pas la renommée du pays, ils agissaient tout de même en tant que gardien du pays à l'instar de Konoha. D'un autre côté, certains pensaient qu'ils n'étaient que vulgaires bandits profitant de leur don. Je savais d'expérience qu'il ne fallait pas se fier aux apparences, mais je ne voyais pas Asami-chan détrousser qui que ce soit même si ce n'était pas les habiletés qui manquaient. Cette dernière raison expliquerait pourquoi elle ne se disait pas trop patriotique, mais son désir de faire redorer son pays en disait autrement. Peut-être ne le voyait-elle pas tout de suite, mais je vis là l'un de mes rôles en tant que sensei de lui faire comprendre qu'elle était plus attachée à sa patrie qu'elle ne le pensait. Ce n'était cependant pas pour aujourd'hui.


- Je suis certain que rester parmi nous vaudrait mieux que n'importe quel ryo, commençai-je en riant, mais je comprends totalement tes motivations. Celles-ci sont bien plus nobles que tu ne l'imagines, en passant.

Sans lui laisser le temps de rajouter quoi que ce soit, je tappai une fois des mains assez fort pour en valoir trois.

- Très bien! Je peux maintenant dire que tu as passé le test secret pour faire partie de mon équipe. Non non, je blague; il n'y a pas de tests. Tes réponses ont toutefois été intéressantes et surtout très satisfaisantes. J'ai bien hâte de voir où ton projet va te mener.

Pour avoir probablement été l'un de ses premiers clients à Hi no Kuni grâce à cette chasse que nous avions eu la dernière fois, je savais que la petite avait beaucoup de talents. Si elle ne se désistait pas et continuait de persévérer, je la voyais bien accomplir son objectif. Elle m'avait l'air d'une jeune femme énergique et tenace, elle ne baissera pas les bras de sitôt. Maintenant que j'avais sondé ses intentions et que j'en savais un peu plus sur quelle chemin elle désirait avancer, je savais au fond de moi qu'elle était une bonne candidate pour Kyouzon. Je ne pouvais pas en dire autant pour la Nara, mais qui n'essayait rien n'avait rien. Peut-être qu'au final mes efforts de mèneront à rien, mais je n'aurai pas le regret de ne pas avoir tenté quelque chose. Néanmoins, je ne pouvais pas attendre que Sae-san ne décide à s'intégrer pour continuer.

- À présent que tu fais partie de mon équipe, nous allons nous voir de façon beaucoup plus régulières. Entre les entraînements et les missions, j'espère que tu ne vas regretter ton choix, haha. Tu as sûrement dû t'en apercevoir, mais je ne suis pas trop du genre strict et j'essaie de garder une bonne ambiance dans l'équipe. Cependant, cela ne m'empêche pas de pouvoir montrer les crocs lorsque je dois réprimander même si je préfère garder cela au minimum, au final cela ne dépendra que de vous.

Je lui souriais et avais l'air à moitié sérieux, mais j'espérais qu'elle comprennais tout de même que je l'étais entièrement. J'étais quelqu'un de décontracté dans la vie, mais mieux ne valais pas me chercher et c'était ce côté implacable que je désirais maintenant transmettre à la Tôhatsu. Avec chance, peut-être que l'autre bougonne entendrait-elle et commencerait à se tenir à carreaux, mais je crois que c'était un peu trop espérer au point où nous en étions pour l'instant. Mon regard resta rivé sur la jeune femme, curieux de voir comment elle réagirait devant cette remarque pour la moins menaçante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Coexister pour se dépasser [Team Kyouzon]

Revenir en haut Aller en bas
 

Coexister pour se dépasser [Team Kyouzon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Terrains d'entraînement-