N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Au rapport {Yami}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Au rapport {Yami} Dim 29 Avr 2018 - 14:33

    Un grand examen de Chûnin. Le premier événement international rassemblant les trois puissances ninja du continent. Ils ne s’étaient pas réunis depuis la création de leur village respectif. Ils ne s’étaient pas revus depuis l’alliance primaire contre l’Empire, et bon nombre de dirigeants avait changé depuis lors. Tous pouvaient être à la fois cible ou auteur d’un malheur à venir. Nous ne connaissions rien des projets et ambitieux du nouvel Hokage par exemple. Tout comme le rassemblement de toutes ces grandes têtes pouvaient être une raison idéale aux survivants de l’Empire de passer à l’action.

    Et l’inévitable se produisit, bien que nous ne pouvions pas savoir quand cela adviendrait.

    Le Tsuchikage se mit à attaquer Yami, et cette dernière perdit l’équilibre.

    La suite était connue de tous : tout le monde cherchait à savoir qui était le coupable. Ou les coupables. D’ailleurs, le Tsuchikage était-il réellement innocent comme il le laissait paraître ? Pourquoi personne ne l’interrogeait ? De peur de l’incident diplomatique ?

    Certains senseurs suspectaient un corbeau et une illusion. Mais était-ce vraiment l’illusion qui poussa le Tsuchikage à attaquer ? Pourquoi n’était pas une illusion le renforçant mentalement et servant de leurre tandis qu’il attaquerait Yami volontairement ? Sauf que c’était une Iwajin qui l’avait stoppé… Pourquoi alors ? A qui cette situation apportait le plus de honte ? Konoha. Que l’attaque fonctionnait ou non, c’était la preuve que la sécurité n’était pas à la hauteur. Que Konoha n’était pas à la hauteur. Un habile plan du Tsuchikage pour paraître innocent tout en mettant l’Hokage dans l’embarras ? Au point de pouvoir lui demander réparation par la suite ?

    C’était une hypothèse comme une autre, mais qui tenait aussi bien que les autres. Sauf qu’autre chose que cette enquête importait à mes yeux, et c’était pour cela que je me retrouvais face aux appartements privés accordés à la Seigneur Ketsueki : un hôtel luxueux comportant des sources chaudes. Devant la porte gardée par son escorte personnelle :

    « J’ai entendu que Yami avait été évacuée ? Comment va-t-elle ? J’ai à lui parler ? »

    L’inquiétude quant à son égard. Pour elle, c’était une faiblesse et sans doute se vexera-t-elle ou s’énervera-t-elle de l’apprendre. Mais elle me connaissait aussi et devait donc s’attendre à cette réaction de ma part. Elle savait probablement aussi que la savoir en sécurité me permettrait d’être plus efficace encore. Et peut-être cette attention la touchera-t-elle ?

    Mais j’avais également des questions au sujet de l’enquête qu’elle m’avait confiée. Et peut-être même les premières informations à ce sujet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1479
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Au rapport {Yami} Mer 9 Mai 2018 - 21:21

J'étais parée a l'éventualité d'une telle attaque. Après tout, quel, meilleur contexte pour un assaillant contestataire du système en place que d'utiliser une réunion des trois nations et la présence de leurs principales têtes pensantes ? Seul un fou n'y aurait pas songé. Et c'était ben pour cela que la sécurité avait été maximale, quand bien même insuffisante.
Dire que je pensais pouvoir venir à Hi pour me retrouver, durant quelques temps, loin de l'affaire encore non élucidée de mon pays concernant le gaz au poison...

Les trois nations avaient d'ailleurs été victime d'attaques sensiblement similaires, si bien que l'hypothèse que ce dernier assaut soit orchestrée par les mêmes opposants n'étaient pas a exclure. Une fois de plus, la méthode s'avérait être la même : une action n'ayant pas pour but premier de tuer mais d'affaiblir tout en semant le trouble politique...

Je soupirai dans mes quartiers hautement gardés au cadre idyllique. A quoi devais-je m'attendre ? Sans parler de la situation de Kaze en mon absence. Si nous ne pouvions pas annuler l'examen pour des raisons évidentes, j'avais en revanche toutefois hâte que cela se termine pour retrouver mon pays et mes affaires.

Fort heureusement, à contrario de l'efficacité de la surveillance Konohajin, nos effectifs rapprochés s'étaient révélés particulièrement efficace ! Grâce à elles, nous avions évité le pire. Dire que deux genjutsu à l'encontre de dirigeants auraient pu tout faire basculer...

J'étais justement semi-allongée sur le lit de ma chambre luxueuse à l'Onsen du village, en train de sonder mon organisme à l'aide de mon chakra. Malgré mes connaissances médicales, je ne décelais plus rien d'anormal et des senseurs m'avaient déjà affirmé ne plus ressentir la moindre présence invasive d'un autre chakra en moi.
J'espérais franchement que le ou les fauteurs de troubles s'étaient exilés sans perdre un instant car qu'importe le temps que cela me prendrait : je jurais de mettre la main dessus et de leur rendre au centuple !

Cependant, mes pensées assassines se mirent soudainement en sourdine lorsque j'entendis une voix familière s'adresser à ma garde devant la porte donnant sur le couloir.
J'osais espérer que les gardes se soient déjà assurés qu'il s'agissait bien du Yamada lorsque je crus les entendre l'informer de l'impossibilité de me voir.
Pour la plupart cela était vrai, mais Kioshi était en charge d'enquêter sur l'affaire si ben que je m'exprimai suffisamment fort depuis mon lit pour être entendue.

« Faites le entrer. »

Peu après, la porte s'ouvrit et le Yamada entra.
Ma tête se releva pour croiser son regard sans pour autant stopper ma manœuvre, une aura verdâtre recouvrant mes paumes.

« Du nouveau ? »




We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Au rapport {Yami} Jeu 10 Mai 2018 - 10:37

    « Comment vas-tu ? »

    Ignorant la question de Yami tandis que j’avançais d’un pas rapide dans sa direction lorsque j’aperçus ses mains auréolées de vert, je m’inquiétais en premier lieu de son état. C’était évidemment la raison principale de ma venue même si, la connaissant, cela aurait plutôt pour effet de l’énerver en apparence. Alors je repris rapidement :

    « Mes clones poursuivent l’enquête en ce moment. A la moindre nouvelle il invoquera un remplacement avant de disparaître pour me relayer l’information. »

    Un ajout nécessaire pour apaiser Yami afin qu’elle réponde correctement à la première question au lieu de s’insurger que je m’inquiétais pour elle au lieu de suivre ses ordres. J’étais là, debout au pied de son lit à l’observer avec une terrible envie d’ausculter son état de santé mais je savais pertinemment qu’elle le prendrait mal si j’en prenais l’initiative sans que la demande ne vienne d’elle.

    « J’ai des questions au sujet de l’enquête et une nouvelle à propos d’Eiki. Je commence par quoi ? »

    Etant donné la situation, l’attaque des dirigeants était plus grave et donc prioritaire. Probablement.

    « J’ai besoin de tes connaissances en sensorialité. Ou devrais-je dire celles de tes félins ? Tous les senseurs de la place sentirent du chakra émaner du fameux corbeau. Mais, si cette forte émanation de chakra n’était là que pour dissimuler une autre, plus petite, par l’une des personnes qui jouxtaient l’arbre sur lequel le volatile se tenait, les senseurs auraient-ils détecté l’individu ? »

    Aucun sceau n’avait été découvert sur l’animal, mais un marionnettiste aurait très bien pu accrocher ses fils sur le corbeau et y propageait son chakra fortement pour pouvoir lancer ses genjutsus discrètement juste à côté.

    « Des bruits que j’ai pu entendre, beaucoup pensent le corbeau être un intermédiaire. Rares sont ceux à le supposer être un leurre. C’est pour savoir si cette dernière piste est envisageable ou tout simplement inexistante car l’on ne peut leurrer les senseurs avec une source détectée plus grande qu’une autre adjacente ?
    De même, penses-tu qu’un ninja senseur de haut rang serait capable de duper les forces spéciales de Konoha ? Ils n’ont pas gardé le corbeau, mais supposons que ce dernier soit un Gekei spécialisé dans les genjutsu, et à fortiori dans la sensorialité. Aurait-il été capable de se faire passer pour un véritable corbeau aux yeux des autres senseurs ? »


    Dans cette dernière hypothèse, le corbeau ne serait pas l’intermédiaire mais le coupable directement. Il s’agissait des différentes pistes possibles, mais pour éliminer le leurre et le responsable direct, il me fallait l’avis et le savoir d’un autre senseur pour en connaître les limites.

    Mais il demeurait une question plus grande encore que les autres et pour laquelle je pris la peine de parler plus bas :

    « Que dois-je faire si le coupable s’avère être un Sunajin ? »

    L’éliminer sur le champ ? Le mener officiellement jusqu’à Yami ? Le lui apporter discrètement tout en essayant de mettre les autres sur une autre piste, ciblant un coupable d’une autre nation ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1479
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Au rapport {Yami} Jeu 17 Mai 2018 - 16:29

« J'ai connu mieux... mais également pire. »

Répondis-je simplement au Yamada sans cesser l'utilisation de mon chakra pour sonder mon organisme.

« Bien. »

Cela fut ma seule conclusion face à son rapport pour l'heure inexistant. Il cherchait toujours des réponses et sa présence sur place ne concernait donc pas la transmission de ses résultats. Celle-ci ne perdit cependant pas de temps avant de s'expliquer : il avait des questions. Comme cela était étonnant de sa part...

Je ne pris pas la peine de lui faire savoir quelle donnée était prioritaire : il possédait assez de jugeote pour le comprendre, ne me faisant d'ailleurs pas comprendre sa demande.

Ainsi donc, il voulait en apprendre davantage sur la sensorialité, ce à quoi j'arquai un sourcil, n'étant pas la plus spécialisée en la matière. Mes félins étaient certes prompts a l'éveil des sens mais je ne souhaitais pas en invoquer pour l'heure, préférant faire profil bas sur l'utilisation de mon chakra sans quoi cela pourrait me retomber dessus étant en territoire étranger, en pleine effervescence : Kaze n'avait pas besoin de plus de problèmes. Oniri aurait donc été un meilleur choix pour obtenir des informations à ce sujet... mais soit.

« Hum... Je ne suis pas une experte en la matière comme tu le sais mais de ce que m'ont expliqué mes kuchiyoses sur la sensorialité je pense pouvoir dire que même si un autre individu avec une moindre source de chakra l'utilisait, malgré la présence de l'oiseau, il aurait été détecté. Les senseurs sont capables de repérer toute source de chakra à plus ou moins grande portée en fonction du stade d'éveil de leur sens.
Quant à ta deuxième question, je ne saurais te dire. Je pense que cela dépend du type de détection sensorielle que le senseur utiliserait... Simplement par la source de chakra peut être que cela ne serait pas possible de déterminer si véritable corbeau ou Gekei mais peut être que de manière olfactive ? … Aucune idée. Je pense en revanche qu'il est effectivement probable qu'un puissant Konohajin ait pu déjouer la vigilance de ses forces spéciales. 
»

Un fait sur lesquels je ne pouvais les blâmer : des attaquants avaient également infiltré Suna quelques mois plus tôt sans être remarqués. Sans que je ne m'en rendes compte.

« Des traîtres subsistent partout. Il est impossible de tous les repérer et les mettre en échec avant qu'ils n'agissent même si nous faisons au mieux. Si le ou les attaquants sont bels et bien des Konohajins, le village n'en est pas pour autant responsables de son incapacité à les avoir détecté toutefois il est de son devoir de répondre efficacement pour prouver sa puissance et rétablir rapidement la sécurité en interceptant les renégats. Mais aussi de subir les conséquences des actes de leurs traîtres. »

Parce que des réparations allaient forcément être demandées. Moi la première, pour cet affront et la tentative de déclaration de guerre entre deux pays neutres.
A moins que...

« S'il s'agit d'un Sunajin... »

Je soupirai tout en stoppant mon expertise médicale, le regard froid, rivé dans celui du Yamada.

« Emmènes le moi. Il connaîtra un châtiment bien pire que la mort. »

Un tourment sans fin et bien réel pour cet adepte de l'illusion...

« Pour le reste... Je viens de te le dire. Si tel devait être le cas, j'en assumerais les conséquences. »

Impassible, un silence s'installa quelques secondes avant que je ne m'écartes légèrement sur le lit pour mieux tapoter le matelas.

« Assieds-toi. En tant que spécialiste du genjutsu, j'aimerais que tu vérifies que je ne suis plus sous l'emprise, d'une quelconque façon, de cette illusion. Qu'il ne subsiste plus la moindre trace d'un envoûtement parasite. »

Des soit disant experts m'avaient examiné pour m'affirmer que ce n'était plus le cas mais je ne leur accordais pas la moindre confiance...



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Au rapport {Yami} Jeu 17 Mai 2018 - 18:16

    Ainsi, la réponse à ma première question était un non, le corbeau ne pouvait s’agir d’un leurre. Mais il pouvait malgré tout être le coupable selon les propos de Yami. S’il s’agissait d’un illusionniste doublé d’un senseur complet, un Gekei aurait pu agir ainsi sans difficulté. Et Konoha avait relâché l’oiseau sans examen plus approfondi que les capacités des senseurs les plus proches…

    « Est-ce qu’un marionnettiste aurait pu contrôler le corbeau afin de lancer une illusion à travers lui ? Je cherche à éliminer les pouvoirs incapables de cette prouesse pour diminuer le nombre de suspects potentiels. Pour le moment, les Gekeis sont en tête de liste. Ou bien une invocation corbeau douée de don en genjutsu et en sensorialité ? Ce serait possible également ? Ou ceux qui sont accompagnés d’un compagnon animalier, comme Oniri ? »

    Une fois la liste des pouvoirs permettant ce crime établi, je pourrais diriger mon enquête de manière bien plus efficace. Et qui de mieux qu’une dirigeante de village, soit celle possédant la fiche de tous nos soldats et de leurs capacités, pour me fournir les réponses que je recherchais ?

    « Peut-être as-tu d’autres pouvoirs en tête qui auraient pu faire ça ? Après tout, un général doit mieux en savoir plus sur les différentes aptitudes existantes que moi. »

    Au moins je savais à présent que mon approche ne devait pas changer, que le coupable soit Sunajin ou d’ailleurs. Bien que le fait qu’il connaisse un châtiment pire que la mort me répugnait un peu… Nous verrons lorsque nous y serons confrontés. En attendant, Yami me demandait de l’examiner. Je m’assis alors à ses côtés, assez proche pour pouvoir sentir son parfum jasmin. Et la robe qu’elle avait enfilée… Etait-ce le plus adéquat à une présentation publique ? Je déglutis avant de prendre la parole.

    « Vérifier que tu n’es plus sous l’emprise d’une illusion, ou te libérer d’une illusion potentielle ? Pour ce dernier cas, rien de plus simple : demande à certains de tes hommes d’envoyer une quantité de chakra dans ton corps équivalente à celle que les senseurs ont détecté du corbeau. Moi je risque d’avoir besoin de ce chakra pour l’enquête : l’utilisation répétée de clones risquant de pomper pas mal d’énergie.
    Quant à l’examen proprement dit : un genjutsu perturbe la circulation du chakra. Mais pour les plus doués, ce n’est pas nécessaire de perturber le circuit entier. Les tenketsus éparpillés dans le corps servent à la régulation de ce système, un peu comme le cœur pour le sang. Mais ça tu le sais déjà. Cependant, altère un seul de ces tenkestus, ou la voie entre deux, et il y aura une perturbation du chakra. Pas du circuit dans son ensemble, rien qui t’empêchera d’user de ton chakra – et c’est d’ailleurs une bonne raison pour laquelle le Genjutsu ne peut pas inhiber le chakra d’une personne – mais une perturbation malgré tout. Sauf qu’il faut les yeux d’un Hyûga pour examiner précisément chaque point. Nous, nous procédons donc par zone. Un peu comme les huit portes des portes célestes. Il y en a donc deux au niveau du cerveau, cinq le long de la colonne vertébral et une au niveau du cœur. Comme les effets de l’illusion semblaient atteindre des jambes, je suggère de commencer par les zones les plus basses.
    Si tu permets ? »


    Et comme elle le savait elle-même, plus on était proche du corps plus l’examen était précis. Car les vêtements pouvaient altérer les informations ressenties, voire en ajouter dans le cas où il y avait du sang dessus par exemple.

    Mais attendant d’avoir la réponse quant à tout ceci, je pouvais entamer l’autre raison de ma présence ici : ma seconde mission.

    « Eiki avait rencontré la sœur de l’actuel Hokage lorsque leurs hommes étaient venus à Suna. »

    J’ignorais si cette information était intéressante ou non aux yeux de Yami, mais je préférais la lui reléguer au cas où.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1479
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Au rapport {Yami} Sam 19 Mai 2018 - 23:58

« Un marionnettiste se servant du genjutsu de la sorte aurait forcément eut des fils de chakra reliés au corbeau si celui-ci était l'un de ses pantins. L'hypothèse tend a faire croire que le corbeau, s'il n'est pas Gekei ou assimilé, était un vecteur pour lancer le genjutsu pendant que le ou les assaillants opéraient a distance, même si j'imagine qu'elle était somme toute relative. Quant à savoir quel clan est en mesure de faire cela ? … S'agit-il seulement d'un pouvoir clanique ? »

Nous n'en savions rien pour l'heure.

«  Et pour la possibilité d'un kuchiyose corbeau... Cela aurait pu s'il était effectivement puissant, or de ce que j'ai pu entendre, le corbeau a été neutralisé sans que personne sur place ne lui remarque une quantité dantesque de chakra ou de facultés propre aux invocations ni même quoique ce soit d'anormal. Concernant les Dobutsu, ils ne sont pas aussi puissants que les kuchiyose de ce que je sais : les familiers partagent le chakra de leur maître. J'ai donc du mal a imaginer un animal de ce type maîtriser une technique si puissante, mais là encore je n'en suis pas certaine. »

Quant a savoir si je connaissais d'autres clans susceptibles de faire cela …

«  … J'en connais effectivement un. Le pouvoir des Yamanaka. Je ne suis pas experte dans leur fonctionnement mais du temps où j'étais mercenaire officiant pour la Rébellion Kazejin, j'ai rencontré un Yamanaka renégat, également mercenaire. Je ne l'ai jamais réellement vu à l’œuvre mais il m'a affirmé être en mesure de lire les pensées d'autrui et que donc ses facultés reposaient sur l'esprit : le sien et indirectement celui des autres. Tu comprendras sans doute aisément pourquoi, à l'heure actuelle, je tais cette hypothèse sans véritable fondement. »

Parce que les Yamanaka était un clan de Konoha et que porter de telles accusations, sans preuve pour l'heure, ne donnerait rien de bon.

Vint finalement le moment de l'auscultation ou tout du moins, de ses prémices. Le Yamada s'assit à mes côtés, m'expliquant le fonctionnement d'un tel examen nécessitant un regard approfondi... qui me fit glisser un regard en coin dans sa direction, suspicieuse. Je n'avais d'ailleurs pas loupé son instant de gêne en se postant à mes côtés et pourtant, voilà qu'il en demandait davantage...
Esquissant un sourire tout en levant le regard vers le plafond un instant, j'entrepris de glisser la fermeture latérale de ma robe afin de m'en extirper, la laissant choir au bout du lit tandis que mes sous vêtements de dentelle rouge et noire se révélèrent sans m'en montrer perturbée.

« Un kaï m'a déjà été fait, sitôt l'attaque interprétée. »

Semi-allongée, le dos calé contre un oreiller, je l'avisai.

«  Procèdes, je te prie. »

Alors qu'il se décidait à débuter, j'écoutai la suite de ses paroles avec attention, quelque peu agacée au fond par le cas Eiki.

« Je vois qu'il a décidé de me causer plus d'ennuis qu'il ne m'aide celui-là... J'aurais deux mots à lui dire. »

Ou peut-être un peu plus...

«  Si jamais tu le surprends avec elle, averti moi de la situation et de la réelle nature de leur relation. Il n'est pas question que cette raclure s'immisce dans le réseau de Konoha en profitant de son lien avec la sœur du nouvel Hokage ! »

Il allait finir par m'apporter un conflit diplomatique ! Je le savais que j'aurais dû m'en débarrasser bien avant ! Ma bonté d'âme, exceptionnelle, allait finir par me perdre. Il était temps d'avoir une conversation et j'espérais pour lui qu'il allait briller à l'examen et faire honneur à la nation à laquelle il devait tant !

« As-tu des suspicion sur son implication à l'attaque ? Il me semble qu'il est un adepte des illusions également, même si son mode opératoire est bien différent.»

Cela me faisait d'ailleurs penser à autre chose.

« D'ailleurs, vous devrez tout deux - entre autres - vous rendre au quartier général de l'unité spéciale de Konoha. En tant qu'utilisateur du genjutsu vous faites partis des suspects. Je suis pleinement confiante te concernant, cela ne sera donc qu'une simple formalité. Une formalité officielle prouvant la bonne foi et coopération de Kaze.»




We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Au rapport {Yami} Dim 20 Mai 2018 - 11:41

    Les Dobutsu possiblement, et les Yamanaka peut-être. Cela faisait déjà deux pistes à creuser que je gardais dans un coin de ma tête alors que je regardais Yami se dévêtir. Etant donné la proximité au sein du clan des Yamada, ce n’était évidemment pas la première fois que mes yeux se posaient ainsi sur une femme, mais elle était différente des Yamada. Nous étions chaleureux, accueillants, voire désinvolte pour les autres. Impudique avec une estime de notre image propre plutôt inférieure à la moyenne, tandis que Yami appréciait sa réputation, sa renommée et son image. Elle les nourrissait autant qu’elle les chérissait. Et même ainsi, dans cette tenue, elle gardait la tête haute et sa posture dégageait une sorte de noblesse.

    « Un kaï… commençais-je en déglutissant, ne permet que de dissiper une seule illusion. Et c’est là l’une des forces du Genjutsu : en enchaînant plusieurs atteintes, la cible qui fait un kaï se croira de retour à la réalité alors qu’elle ne se sera libérée que d’une seule entrave, tous les autres restants encore en place. »

    Il faudrait procéder à plusieurs kaï sans vraiment savoir si le bon nombre avait été atteint ou non. Ou alors on passait par cet examen que je comptais appliquer.

    « Tu t’es faites belle pour les Konohajins et les Iwajins à ce que je vois… »

    Avais-je pensé tout haut ou souhaitais-je vraiment le dire ? Je l’ignorais. La dernière fois que je l’avais vu dans pareille tenue remontait à son apprentissage de la médecine défensive, il y a une demi-douzaine d’années environ, et bien qu’elle s’appliquait déjà à donner une bonne image d’elle-même, je ne me souvenais pas qu’elle était si charmante… Mais peut-être était-ce le contexte de l’époque qui ne s’y prêtait pas ? La rancœur envers les Ketsueki et leur chantage par le sang, la guerre contre l’Empire, le commencement de notre relation basé sur le système de maître à élève. Aujourd’hui, la situation avait changé. Mais je devais retirer ces pensées-là de ma tête. Ce n’était qu’une attirance physique, passagère, instinctive et primale. Il n’y avait là rien d’autre. Il ne pouvait y avoir autre chose. Les Yamada avaient pour rôle de partager la chaleur et le réconfort, la joie et le bonheur. Pas d’être amoureux. Ou de loin uniquement. Ou entre Yamada. Comme le soleil nous le montre : amoureux de la lune à la poursuivre inlassablement, mais sans jamais l’approcher. Ainsi, le soleil ne risquait pas d’embraser sa moitié par une trop grande proximité…

    Assis au bord du lit, je frottais mes pieds l’un à l’autre avant de m’installer en tailleur vers Yami, mes pieds reposant sur mes genoux pour ne pas toucher ses draps, car je la savais pointilleuse quant à la propreté. Les seules taches qu’elle acceptait étaient du sang sur elle. J’essayais de demeurer professionnel pour chasser les autres idées de ma tête et entrepris donc d’expliquer l’examen à ma patiente, même si elle savait déjà tout ça.

    « Les cinq zones de la colonne. Il y a d’abord les charnières, soit le passage d’une courbure à une autre, et les extrémités de la colonne. De bas en haut : entre le sacrum et les lombaires, les charnières thoraco-lombaire, cervico-thoracique et l’occiput à l’atlas. Il manque donc une zone. Comme celle du cœur est au niveau thoracique, c’est dans les lombaires que se trouve la dernière. Et plus précisément à hauteur de la vertèbre L3 qui est la plus mobile de cette zone. Ensuite il y aura le cœur et le cerveau… »

    Cependant, le fait d’intellectualiser l’examen allait-il vraiment changer l’acte ? Parce que la charnière lombo-sacrée était l’extrémité basse de la colonne, et même si les techniques ninjas permettaient de poser les mains à l’avant pour atteindre l’arrière, certains doigts toucheraient inexorablement la dentelle tandis que cette proximité rendrait le parfum de jasmin plus présent… Et si quelqu’un entrait à cet instant ?

    Heureusement pour moi, la disparition d’un de mes clones me transmettant de nouvelles informations me permit de me changer les idées. Hélas, ces nouvelles déplairont probablement à Yami.

    « Eiki est un adepte de l’illusion oui, mais il a le sang chaud et est beaucoup trop impulsif pour élaborer un plan aussi subtil. Il qualifierait lui-même cette action de lâche et aurait préféré monter sur le palais pour affronter les différents dirigeants de face. S’il est dans le coup, il n’en est certainement pas le cerveau.
    A son propos, un clone vient de m’avertir… Eiki n’a pas encore revu la sœur de l’Hokage, mais il compte prendre contact avec le monde criminel de Konoha pour essayer de remonter jusqu’à l’auteur de l’attaque, accompagné de l’un de mes clones évidemment. Mais pour les approcher, il souhaite se faire passer pour une famille de la pègre de Kaze et leur proposer une alliance… J’ignore s’il s’agit véritablement d’une couverture pour les approcher et faire avancer l’enquête, ou s’il s’agit là de son vrai but… »


    La grande Ketsueki allait-elle continuer de rester stoïque, sereinement adossée sur son oreiller ? Mes mains montaient doucement le long de son ventre, j’en étais à la troisième zone : entre les lombaires et les thoraciques. Cependant, de son côté elle m’annonça également quelques points fâcheux :

    « S’ils comptent y faire venir tous les utilisateurs de Genjutsu, leur fameux bâtiment sera vite bondé. Et s’il s’agit d’une procédure exceptionnelle, non protocolaire, il y aura un temps d’application plus long qu’à la normale. D’autant plus si les illusionnistes de leur propre groupe se trouvent dans le camp des interrogés, dégrossissant le nombre d’agents appliquant ces vérifications…
    J’y perdrais beaucoup de temps. Du temps où je ne pourrais plus vraiment mener l’enquête ni te tenir au courant de l’avancement… »


    Ni te protéger au cas où il y aurait d’autres attaques.

    « Puis-je envoyer un clone à ma place ? Ou, le cas échéant, peux-tu demander à ce que je sois pris en priorité afin que la mission que tu m’as attribué ne soit pas trop retardée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1479
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Au rapport {Yami} Mar 22 Mai 2018 - 0:02

Sa tirade me fit esquisser un léger sourire avant que je ne simule l'offense un instant.

« Parce que je ne le suis pas, habituellement ? »

Vint ensuite son discours médical au travers duquel il ne m'apprit rien. Etait-ce de la gêne que je percevais chez lui ? L'énonciation du déroulé de l'examen de manière professionnel, même si inutile, pour se dissimuler derrière des mots et alimenter la conversation pour éviter les temps morts ?

Cependant, cette touche d'amusement ne dura qu'un instant alors qu'il m'annonça les intentions de mon ex détenu en liberté sous conditions...
Serrant les poings face a cette nouvelle horripilante , une veine bien marquée apparue sur ma tempe. Je me redressai dès lors en position assise, subitement.

« Cette raclure ! Comment peut-il oser ?! »

Mon regard froncé trouva celui de Kioshi.

« Hâtes-toi de créer un clone supplémentaire ! Qu'il retrouve Eiki et transmette que son Seigneur ordonne de le voir immédiatement ! »

Cet idiot n'avait-il pas conscience de ce qu'il s'apprêtait a faire ?! Bien sûr que si !
Et servir ses intérêts sur le dos de l'attaque envers son Seigneur... réellement ?! Je savais que j'aurais dû le réduire au silence bien avant !

« Eh bien sûr ton clone présent a ses côtés ne jugent pas judicieux de l'en dissuader ?! »

Voilà pourquoi j'avais horreur des répliques !

Je soupirai, déjà contrariée par cette entrevue a venir. Pour autant, chaque chose en son temps. Une fois que le Yamada eut exécuté ma demande, je recalai mon dos contre l'oreiller et tâchai de ne plus y songer pour l'heure, le laissant reprendre son examen tout en écoutant ses plaintes.

« Ils n'auront rien à te reprocher, aussi ton interrogatoire sera rapide. Tu t'y rendras d'ailleurs en personne. Ce n'est guère le moment de défier leur protocole en vigueur. Agir de travers et risquer l'incident diplomatique ne ferait que bien trop plaisir à celui ou ceux ayant orchestré cette attaque cherchant vraisemblablement à nous diviser. »

Si je suivais les directives imposées sur leur territoire, ma parole aura bien plus de poids au moment de notre réunion commune pour débattre sur le sujet et Kaze serait préservé de tout conflit lié à ce stratagème.

Ce n'est qu'une fois la question réglée que je pris conscience de la température de ses mains, chaudes. Je me souvenais de cette sensation, alors qu'il m'enseignait la médecine entre deux champs de bataille. Un art que je voulais apprendre prioritairement pour assurer ma survie mais qui, avec le recul, m'avait également servi à de nombreuses reprises pour en garantir d'autres.

Le contact contrastait avec ma peau fraîche mais ne me dérangeait pas, le laissant poursuivre sans broncher, attrapant même d'une main un livre traînant sur le lit, à ma portée, pour me plonger dans sa lecture.

« Avant que tu ne le demandes : c'est un livre sur les peuples nomades de Kaze. »




We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Au rapport {Yami} Mar 22 Mai 2018 - 23:12

    Yami sembla très irritée par les dernières nouvelles concernant Eiki. A dire vrai, je ne l’avais vu ainsi que très rarement. Même face à ses ennemis, elle prenait habituellement un malin et froid plaisir à les affronter pour faire couleur leur sang. Alors pourquoi cet énervement ? Prenait-elle l’initiative d’Eiki comme une trahison ? Mais pour cela, il faudrait qu’elle lui fasse confiance. Etait-ce le cas ? Son état me rappelait certains instants, lorsque nous débattions moralité dans le passé, juste avant qu’elle ne me déclarait trop naïf. Eiki comptait-il à ses yeux ? Autant que moi ?

    J’invoquais un clone à sa demande qui quitta la chambre, ouvrant donc la porte sur les gardes, et eux purent entrapercevoir leur Seigneur assise sur le lit dans une tenue plutôt intime avec moi à ses côtés…

    « Mon clone ne trouva pas judicieux de l’en dissuader non. Parce que son plan pourrait bel et bien nous permettre de remonter jusqu’au coupable de l’attaque, dans un premier temps. Et dans un second, mon autre mission consiste à le surveiller. En le suivant dans pareille situation, il me fera ensuite davantage confiance et me confessera peut-être même ses affaires à Suna.
    Tandis que si j’avais refusé son idée en bloque, jamais il ne me parlerait de sa criminalité. »


    C’était donc une décision nécessaire pour la réussite de la mission qu’elle m’avait confié. Son approche avec la criminalité de Konoha n’allait pas forcément être couronnée de succès : sa proposition d’alliance. Et quand bien même, un de mes clones aura été présent et Yami serait donc mise au courant de tous les détails de l’affaire.

    Je me retins néanmoins de lui dire que le clone devant les arrêter risquait de mettre ma couverture à mal, bien que je pouvais m’en sortir à l’aide de paroles bien choisies. Mais aussi : il n’était pas certain que ce clone parviendrait à destination. Tout simplement parce qu’à la disparition de mes sosies, c’était moi qui récoltais les informations et non les clones encore en action. Ce message ira donc chercher ses cibles à la dernière position connue tandis qu’Eiki aura probablement bougé depuis. Il faudra donc du temps pour que le message soit transmis. D’autant plus si je ne pouvais m’y rendre en personne, étant donné que j’étais affairé ici avec Yami et que je devais aller me faire interroger ensuite…

    Mais tout cela, Yami devait en avoir conscience. A moins que son irritation n’obscurcissait son raisonnement ? En tout cas, elle s’installa de nouveau confortablement, me laissant poursuivre l’examen médical. Je parvins à la zone du cœur qui était plutôt galbée chez elle…

    « A l’aide d’un traitement adéquat, cette cicatrice pourrait devenir plus discrète tu sais. Cela m’étonne de toi d’ailleurs. Que tu ne l’aies pas encore fait. Cette marque serait-elle plus importante que ton image ? »

    Pour elle qui se présentait devant trois nations dans une tenue dévoilant autant de chair que de tissu, ne faudrait-il pas rendre la peau la plus envoûtante possible ? Non pas que ça me dérangeait : Yami portait déjà cette cicatrice lorsque nous nous étions rencontrés. Mais je pensais qu’en devenant Seigneur, elle porterait davantage attention à son corps encore.

    Et puis, songer à tout ceci me permettait d’oublier où se trouvaient mes mains. Peut-être un peu trop d’ailleurs ? Car il me sembla être resté un peu plus longtemps ici qu’aux autres endroits. Mais je poursuivis mon examen dans les zones suivantes, un peu plus détendue qu’avant.

    « Un livre sur les peuples nomades de Kaze… Et que cherches-tu à savoir sur eux ? »

    Cela me rappela que j’avais consulté des ouvrages sur les Ketsueki dans l’ancienne bibliothèque impériale, dans l’espoir de mieux saisir son esprit. Elle qui disait que nos visions du monde divergeaient trop pour que l’on puisse se comprendre l’un l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1479
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Au rapport {Yami} Dim 27 Mai 2018 - 15:52

« Pour ta mission de surveillance, je conçois que son action peut être favorable mais tenter sciemment d'infiltrer et remuer la vermine d'un pays étranger ? Penses-tu réellement que cela sera profitable à Kaze d'adopter un tel comportement ? »

Que les Konohajins usent de cette méthode pour retrouve le coupable, soit, mais les affaires internes liées à leur propre réseau ne nous regardaient d'aucune façon : je ne tenais pas à voir Suna mêler de près ou de loin à ces manigances et autres sources à problèmes que cela représentait.

Mais la conversation bifurqua sur un tout autre sujet alors que le Yamada posa ses mains sur ma cicatrice tandis que son regard était penché dessus avec étonnement plus d'engouement que les autres zones visitées pour l'heure dans le cadre de son « examen médical »...
Etait-il réellement en train d'analyser les possibles traces de genjutsu dans mon organisme ou se contentait-il d'en profiter comme un véritable pervers ? Si je ne sentais pas son chakra parcourir mon corps, me baignant dans un halo et une sensation que je connaissais parfaitement de part ma propre maîtrise de la médecine, je me poserais sérieusement la question...

« Cette marque fait partie de mon « image ». »

Rectifiai-je dans un demi-sourire.
Bien sûr que j'aurais pu me débarrasser de cette cicatrice si je l'avais souhaité. J'en avais d'ailleurs atténué les contours pour la rendre bien moins disgracieuse qu'elle ne l'était initialement mais cela était tout.

« Tu ne pourras guère comprendre mais elle représente le symbole de l'autorité suprême chez les miens. Le but ultime, attisant moults convoitises chez les Ketsueki. »

Une acquisition légitime de part ma lignée au sein du clan et avec laquelle je me pavanais sans vergogne, comme mes prédécesseurs. Mon père ainsi que mon grand père ayant eux même rendus hommage à cette relique faisant partie intégrante de nos croyances : le cœur du Seigneur Noir, Jashin.

Tout en disant cela, je poursuivais ma lecture, tournant les pages les unes après les autres, désinvolte. Kioshi chercha évidemment à savoir ce qui m'intéressait dans cet ouvrage : une demande qui ne m'étonna pas le moins du monde.
Dans un fin sourire, mon regard capta l'attention du sien, quittant mon attention sur les écrits temporairement.

« Leurs habitudes. Leur conception des choses. Leur méthode de vie... Tout autant de données potentiellement intéressantes pour le bon fonctionnement de Kaze ou de Suna, sur divers plans. »

Non pas que cela me passionnait mais il me semblait important d'avoir connaissances des us et coutumes de chacun dans le cadre de l'organisation et du développement du pays, voir pour servir de monnaies d'échanges ou de discours jouxtant la corde sensible auprès des divers clans concernés. Un moyen comme un autre de s'attirer les faveurs des membres constituant le conseil clanique, par exemple...

Comprenant que le Yamada avait fini son expertise sur mon corps de face, je me tournai de l'autre côté, écartant ma chevelure d'ébène pour dégager mon dos, le livre reposant désormais ouvert sur l'oreiller.

Malgré mon aise apparente, je me tenais sur mes gardes, prête a intervenir à chaque instant s'il osait tenter quelque chose. Cela dit, je devais avouer que cette méfiance était ben moins marquée envers le Yamada qu'un autre : exception faite d'Oniri en qui j'avais pleinement confiance sans m'en soucier ou encore de cet idiot de Nara que je savais avoir eu moult opportunités de s'en prendre à ma personne sans jamais ne s'y résoudre. Ce n'était certainement pas sur son territoire qu'il prendrait le risque de s'y adonner, impliquant dès lors tout Konoha dans son attaque personnelle.



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Au rapport {Yami} Dim 27 Mai 2018 - 20:54

    Ca n’était pas Kaze qui adoptait un tel comportement mais un simple Genin de Suna qui possédait déjà un passif dans la criminalité. Cependant, je m’abstins malgré tout de répondre à Yami sur ce sujet. Je savais par avance que nous ne ferions que tourner en rond, chacun campant sur sa position, comme à chaque fois. Son discours sur la symbolique de sa cicatrice m’intéressa davantage, comme il rejoignait les écrits que j’avais pu lire sur son clan dans la bibliothèque impériale, lorsqu’elle m’y avait missionné pour trouver un remède contre le poison qui avait assailli Suna.

    « Le but ultime, attisant moult convoitises chez les Ketsueki… »

    Pourquoi était-ce leur plus grand objectif si ça les éloignait de leur propre clan ?

    « Je suppose donc que tu es toujours seule ? Je sais ce que tu vas répondre, aussi je me permets de préciser que je ne fais pas allusion à ta vie amoureuse. Et Oniri est moins présente ces derniers temps. »

    Peut-être me permettais-je de m’exprimer davantage parce que Yami me tournait le dos ? Pourtant, je savais pertinemment quel genre de regard elle me lancerait suite à mes propos. Probablement le même qu’à l’époque.

    « Tu es toujours seule au sein même de ton clan. Comme par le passé, lorsqu’on s’était rencontré et que tu arborais déjà cette cicatrice. Et à présent que tu es Seigneur, que tu gouvernes et représentes tout un peuple, tu demeures toujours aussi seule… »

    Déjà à ce temps-là, tu maintenais cette barrière entre toi et les autres. Mais je n’en avais jamais su la raison.

    « Est-ce que… cela ne te pèse-t-il pas ? »

    Pourquoi ne t’ouvres-tu pas aux autres ? Que cherches-tu à cacher à ce point ? Ou plutôt : de quoi as-tu peur ?

    « Tu me répondras probablement que ce ne sont pas mes affaires ou que tu n’as pas de temps pour ça, que ton devoir t’occupe déjà bien assez. Mais si tu te documentes bel et bien sur les habitudes, la conception des choses et les méthodes de vie des nomades, tu sauras que c’est là le rôle d’un Yamada. Réchauffer ce qui est froid et éclairer les zones d’ombres. »

    Ou peut-être cherchais-tu autre chose dans ces ouvrages ? Justement ce qui t’a tant manqué ? La raison pour laquelle nos clans étaient tant unis et proches les uns des autres alors que tu n’avais droit qu’à de froids parents ?

    « Je suis en train de t’examiner et je connais bien les signes corporels, rien que de par ma profession. Je vois bien à tes épaules que tu n’es pas entièrement relâchée, et je ne détecte pour le moment aucune illusion pouvant expliquant ça. Hormis une triste constatation : que tu ne me fais toujours pas confiance après toutes ces années. A moi qui fus ton mentor et que tu nommas Shinrai… Ne suis-je au final qu’un simple soldat dans ton armée ? »

    Devrais-je m’enchaîner pour que tu sois sereine en ma présence ? Je n’avais jamais rien fait d’autre qu’être honnête avec elle, alors que les siens étaient des calculateurs fourbes capables de se trahir mutuellement à la moindre opportunité. Qu’avais-je fait pour qu’elle se méfie de moi ? Que devais-je faire pour rectifier le tir ? Etait-ce seulement possible ? Elle qui n’avait ouvert son cœur à personne depuis que je l’avais rencontrée…

    Je n’avais, au fond, qu’une seule question à lui poser vraiment : pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1479
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Au rapport {Yami} Mar 29 Mai 2018 - 15:45

Sa réflexion concernant ma « solitude » me fit brièvement ricaner d'exaspération, lâchant mon livre tout en tournant mon regard vers lui.

« On ne parle de solitude que lorsqu'elle est pesante, non ? Je me passe parfaitement bien des interactions, surtout avec les miens. Cela dit, détrompes toi : je suis de temps à autres en bonne compagnie... »

Clamai-je dans un regard écarlate lourds de sous entendus.

A commencer par mon chef de clan, le seul de mon espèce que j'arrivais un tant soit peu a supporter sans avoir envie de l'étriper - quoique cela se manifestait ponctuellement - et qui faisait parti de ceux convoitant mon cœur, de manière littérale, sans aucun sens figuré.
Une relation ne se basant sur rien de plus que la satisfaction du plaisir personnel jusqu'à étanchement de sa propre soif de sang.

Il y en avait bien un autre, que j'avais pratiquement oublié, avant de le revoir aujourd’hui même dans la plus parfaite des surprises. Une présence qui m'intriguait et de laquelle je ne manquerais pas de m'enquérir un peu plus tard, une fois l'agitation liée à l'attaque un peu plus tassée.
Bakushô Kazuya. Je me surprenais à me rappeler encore de son nom et sitôt j'y repensais, sitôt des images défilaient, cueillies au creux de ma mémoire, me faisant secouer la tête imperceptiblement pour me recentrer sur la situation.

Je n'avais dès lors pas écouté l'intégralité du discours du Yamada mais m'étant retournée vers mon livre depuis quelques instants cela n'y paraissait pas, d'autant plus que la fin suffit à me faire comprendre son entièreté : c'était après tout toujours le même refrain.

« Oh ne t'en fais pas... Je pense avoir parfaitement saisi le « rôle » des Yamada. Mais figures-toi que tous ne l'expriment pas de manière aussi démonstrative. Tetsui par exemple, n'a jamais essayé de « raviver la lumière dans mon cœur de ténèbres » où je ne sais quelle autre idiotie, fort heureusement. »

Ce fut un regard de reproches et d'agacement qui se tourna vers lui a présent.

« Tâches de trouver une femme que ce genre de couplet amadouera si tu le souhaites,  mais cesses de vriller mes tympans avec ce discours aussi horripilant que niais. »

Un ramassis de stupidités que je ne voulais plus entendre.

Me ré-asseyant sur le lit, mes yeux se plantèrent dans les siens, dans une expression froide.

« Il me semble pourtant te l'avoir déjà dit. »

Il abusait clairement de notre relation pour s'octroyer ce genre de fantaisies.

« Et cesses de vouloir m'entendre dire l'évidence : c'est d'un pénible ! Penses-tu réellement que je laisserais un individu envers lequel je n'ai aucune confiance, m'examiner de la sorte ? Penses-tu même seulement qu'un pareil individu tenant le même discours que le tien ressortirait entier de la pièce ?! »

En voilà une belle preuve de confiance et d'affection.

« Pour autant, cela ne signifie pas que tu peux tout te permettre ! De plus, ma confiance serait totale si tu cessais de m'exaspérer autant là dessus ! »

Avec ses refrains moralisateurs et sa psychologie, prêchant la bonne parole à travers son « culte » !
Est-ce que je passais mon temps à lui évoquer les paroles de Jashin moi ?!

« Alors cesses de t'inquiéter, ou que sais-je, pour ma personne et surveilles tes paroles ! »

Car un jour le couperet finirait aussi par tomber.

M'allongeant de nouveau sur le ventre, je signai la fin de ce discours dont je ne voulais plus entendre parler.

« Termines ton travail à présent. »

Arguai-je dans un ton sans appel.

S'il évoquait de près de ou de loin le même genre de sujet, il prendrait la porte. Et cela probablement littéralement : dans la face...



We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
avatar
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Au rapport {Yami} Mer 30 Mai 2018 - 0:18

    La réaction de Yami fut la même qu’à l’accoutumée. Je ne comprenais pas pourquoi elle réagissait ainsi, aussi vivement. Pourquoi ma sollicitude l’exaspérait autant ? Peut-être y voyait-elle de la pitié ? Que je la croyais faible ? Pourtant, c’était bien là tout le contraire. Jamais je ne pourrais supporter ainsi sa situation. Je n’aurais probablement pas les épaules pour faire face à cette solitude. Pour porter son fardeau. Mais elle ne le comprenait pas ainsi.

    « Très bien. »

    Pourtant il y avait tant de choses que j’aimerais lui dire.

    « Je tâcherais de surveiller mes paroles à l’avenir. »

    Pour Yami, avoir confiance signifiait ne pas chercher à nuire à l’autre ? Me laisser sortir entier de cette pièce était une marque d’amitié ? Je ne comprenais pas. Finalement, peut-être ne nous comprendrons-nous jamais. Malheureusement… Mais si c’était ce qu’elle souhaitait, je cesserais d’être un ami honnête pour ne devenir qu’un soldat sage et obéissant. Après tout c’était ce qu’elle semblait désirer. Pour autant, il y avait bien une chose que je ne pourrais lui concéder : jamais je ne cesserais de m’inquiéter pour elle. Non pas parce qu’elle était faible, mais bien parce que c’était dans ma nature.

    « Seigneur du Vent, vous serez ravie d’apprendre que je n’ai détecté aucune trace d’une illusion affectant votre organisme. »

    Retour au vouvoiement du bon soldat. Qu’elle y interprétait ce qu’elle souhaitait. On ne se comprenait pas de toute façon, qu’importe les efforts que l’on pouvait faire… En faisait-elle seulement ? Après tout, elle avait dit lire ce livre pour de simples raisons politiques. Et elle m’avait comparé à Tetsui… Elle ne le connaissait vraiment pas. Pourtant, je lui avais dit que beaucoup de Yamada avaient perdu le soleil de vu suite à leur chantage par le sang. Si mon frère savait que ce chantage était l’œuvre du père de Yami, sans doute ne lui servirait-il plus aussi fidèlement…

    « Avant de disposer, si je puis vous donner un conseil : méfiez-vous du Tsuchikage. Rien ne prouve que l’illusion l’ayant affecté avait pour but de le faire vous attaquer. »

    Il pouvait s’agir en réalité d’un stratagème très subtile et savamment réfléchi. Je m’inclinais bassement en direction de Yami, bien que cette dernière ne me voyait pas, allongée sur son ventre. Et je quittais sa chambre pour me rendre dans le fameux bâtiment où les illusionnistes devaient être interrogés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Au rapport {Yami}

Revenir en haut Aller en bas
 

Au rapport {Yami}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Onsen Les Bains des Dieux-