AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 [Rang C] Les petits monstres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Messages : 82

Message(#) Sujet: [Rang C] Les petits monstres. Lun 16 Avr 2012 - 17:06

Mission:
 

Comme tous les matins, Setsu Aburame s'était levé de bonheur. La lumière rasante du soleil franchissait tout juste le sommet des grands remparts du village des feuilles que le genin avait déjà fini de se préparer.
Chez les Aburame, la grasse matinée ne faisait pas partie des habitudes. Le Clan des Tisserands, comme certains les surnommaient, en raison de leurs élevages de vers à soie, se levait toujours de bonheur, pour récolter la fameuse soie qui servirait bientôt à fabriquer écharpes et étoles, robes et draps, pour les plus fortunés des membres du village. La soie Aburame était réputée dans tout le pays du feu, pour son extrême finesse et sa douceur sans égale, et plusieurs fois déjà, le clan aux insectes avait du faire face à des tentatives de vol de leurs précieux vers à soie. Celles-ci, heureusement, avaient toutes échouées lamentablement, car si les Aburame étaient de bons tisserands, ils n'en étaient pas moins devenus, au fil des années, de bons ninjas.

Cependant, ce n'était pas pour aller prélevé la soie que Setsu était tombée de son lit. Aujourd'hui était le jour de la semaine que le Hokage avait choisi pour lui affecter une mission. La convocation avait été délivrée la veille pour le lendemain par un pigeon, indiquant manifestement une mission de faible importance. Rang D, le plus vraisemblablement. On ne laissait pas à un ninja le luxe d'une nuit de sommeil si la tâche que l'on s'apprêtait à lui confier relevait d'une importance réelle. Aussi, Setsu, après avoir enfilé sa tenue de ninja, couverte par son lourd manteau à col montant, et rabattu sa capuche au dessus de ses lunettes noires, s'était rendu, d'un pas lent, jusqu'au bâtiment où résidait le Hokage. Setsu ne se pressait jamais. D'un naturel calme et patient, la culture des vers à soie lui avait appris que tout venait à point à qui savait attendre, et que la précipitation ne menait qu'à l'échec, dans le meilleur des cas.

Sur son chemin, le village s'éveillait lentement. Les boutiques levaient leur rideau, les boulangeries exhalaient leurs parfum de pain chaud, et les habitants ouvraient leurs épais volet de bois pour profiter des premiers rayons du soleil. Ce dernier point était une aberration pour le genin. Lui qui portait des verres teintés même les jours de mauvais temps éprouvait de grande difficultés à comprendre pourquoi les gens appréciaient-ils autant l'astre du jour, là où celui de la nuit, plus frais, et surtout, moins agressif pour ses précieuses Kikai lui paraissait être une véritable bénédiction de la nature. De toute façon, les Aburame ne voyaient le soleil que peu souvent. Ils passaient le plus clair de leur temps à l'ombre des grandes forêts du pays du feu, et le reste dans l'ombre de leurs ateliers de tissage, et s'en satisfaisaient parfaitement.
Lorsque Setsu pénétra le plus haut bâtiment de Konoha, surplombé par la grande falaise qui faisait office de rempart naturel, les Chuunins de service le saluèrent. Il répondit d'un geste de la main, sans piper mot, et monta dans les étages...
On le fit patienter quelques instants dans une salle d'attente, en compagnie d'autres Genin et Chuunins, convoqués eux aussi, puis, on le fit entrer. Dans le grand bureau, Shodaime Hokage Miyu avait la tête dans la paperasse. Sans s’embarrasser de plus de politesse que nécessaire, elle déroula le rouleau estampillé "C", et lut à haute voix son ordre de mission à Setsu, avant de lui indiquer la sortie d'un geste du doigt. Pas très aimable, mais la méthode avait le mérite d'être efficace, et sans fioriture. Tout à fait le genre de Setsu.

La mission, classée Rang C, consistait donc à mettre fin aux agissements de six garnements qui troublaient la tranquillité des villageois par leur comportement chamailleur. Certains commerçant avaient même rapportés des vols après que la bande ait visité leur échoppe. Parmi eux, un libraire dans le nord du village ainsi qu'un pâtissier, dont la boutique était située à quelques pâtés de maisons seulement de celle du libraire. Cela circonscrivait déjà la zone d'action des jeunes voyous...
[Nord du Village]

Après un bon quart d'heure de marche, Setsu avait fini par rejoindre le Nord de Konoha. Si l'est du village abritait un grand nombre d'ateliers, dont ceux des Aburame, le Nord était une zone presque exclusivement résidentielle. Les immeubles étaient bien peints, les jardins bien entretenus, les commerces bien achalandés, et en vérité, le nord du village faisait office du district bourgeois, où une bonne partie de la frange la plus aisée de Konoha habitait. L'endroit était également un lieu de promenade chéri des amoureux à la recherche d'un coin tranquille où se compter fleurette. Pas vraiment le coin où l'on s'attendait à entendre parler de délinquance juvénile.
Soudain, alors que Setsu observait les environs à travers ses lunettes foncées, quelqu'un le percuta.
    -Vous pourriez regarder devant vous tout de même non ?! Incroyable !
s'exclama alors une grosse dame. Setsu se retourna vers elle, surpris, découvrant le bandeau de Genin qu'il portait accroché sur son épaule droite. La grosse dame s'en aperçut.
    -Ah ! Enfin ils envoient quelqu'un ! Eh bien ce n'est pas trop tôt ! glapît-elle alors, d'un ton dédaigneux avant de reprendre son chemin.

Le genin la fixa quelques longues secondes, alors qu'elle s'éloignait. Il pensa un instant à la rattraper pour la questionner au sujet de l'affaire dont elle était immanquablement au courant, mais la perspective, d'avoir à entendre une seconde de plus sa voix stridente lui fit tourner la tête. Le patissier et le libraire seraient sans doute plus sympathiques.
• Librairie •

Le Libraire était un homme, la quarantaine sereine, l'air intelligent. Sa boutique était belle, les rayonnages débordaient d'ouvrages de toute les tailles et de toutes les couleurs, et il flottait dans l'air l'odeur du papier neuf et de l'encre tout juste imprimée.
    -Bonjour jeune homme ! Que puis-je faire pour vous ? Demanda t-il jovial lorsque Setsu entra dans le magasin. Puis avisant le bandeau à l'épaule du Genin, il se ravisa. Ah, j'imagine que vous êtes là pour cette histoire de vol. Je suis content qu'ils aient envoyé quelqu'un aussi vite. En quoi puis-je vous aider ?
    -Bonjour. Répondit Setsu, de sa voix grave et monocorde, rendue presque sourde par le col manteau qui protégeait sa bouche. En effet, c'est pour cela que je suis là. Puisque vous avez été victime de vol, je vais vous poser quelques questions. La première est : A quoi ressemblaient ceux que vous pensez responsables du forfait ? La deuxième : Que vous ont-il volé ?

Le libraire gratta sa tempe grisonnante du bout de son index.
    -Eh bien... je pense que le vol à eu lieu lorsque trois garçons sont entrés ici. Ils avaient l'air de ces petits garnements qui préparent un mauvais coup. Je dirais que le plus vieux ne devait pas dépasser dix ans, et ils portait une chemise rouge vif et les cheveux en bataille. Ils se sont enfoncés dans les rayonnages, et quand, après plusieurs minutes je suis allé voir ce qu'ils fabriquaient, ils se sont enfuis en courant et en me bousculant. Je crois qu'ils avaient piqué un ouvrage intitulé "Ninjutsu, la voie des éléments".

Setsu dévisageait le vieil homme à travers ses lunettes de soleil, il reprit.
    -Vous êtes sûrs qu'ils n'étaient que trois ?
    -Absolument jeune homme, je les ai vu entrer et sortir et il n'y en avait pas un de plus.
    -Très bien. Merci Monsieur, je vous tiendrai au courant si je trouve quelque chose d'autre. Au revoir.
    -Aurevoir jeune homme ! Répondit le libraire. Et bonne chance !


Puis, Setsu sortit de la librairie. Sa petite enquête commençait à prendre forme. Des enfants d'un peu moins de dix ans qui volaient un livre sur le ninjutsu devaient sans doute admirer les Ninjas, et vouloir en devenir eux même. Peut être même avaient-ils un grand frère ou une sœur, un père, dans le corps militaire du village. Restait à savoir pourquoi le libraire n'en avait vu que trois, au lieu des six que la mission signalait...

[Suite au prochain poste]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 82

Message(#) Sujet: Re: [Rang C] Les petits monstres. Lun 16 Avr 2012 - 21:26

Naruto's Daily Life by Toshiro Masuda on Grooveshark
• Pâtisserie •

Le soleil était déjà haut dans le ciel lorsque Setsu arriva à la pâtisserie du quartier. La boutique était encombrée de clients, et l'on se bousculait pour acheter son dessert. Derrière le comptoir, le patissier, un grand homme maigre à l'allure joviale et son employée servaient les clients à la chaine, un large sourire accroché au visage. Les affaires marchaient bien. Après dix minutes à se faire bousculer par les clients qui sortaient ou qui essayaient de traverser la boutique en jouant des coudes pour regarder les présentoirs, ce fut enfin au tour de Setsu. On le salua, et on lui signala la promotion spéciale du jour sur les "Maxibrownies à la violette".
-Je ne viens pas pour ça. Se contenta de répondre Setsu de sa voix sans entrain. Je viens de la part du Hokage pour enquêter sur le vol dont vous avez été victime.
-Oh ça ! S'exclama le pâtissier, hilare, ce n'est rien ! Juste quelques gamins qui s'amusaient ! C'est vrai qu'ils m'ont dérobé un pot de cookies entiers, mais il faut bien qu'ils se dépensent les jeunes ! Si le patissier avait pu voir à travers la matière, il aurait pu constater la mine consternée de Setsu derrière son col montant, sa capuche et ses lunettes. Ce type se faisait voler dans son propre magasin, trouvait que ce n'était "pas si grave", mais rapportait quand même les faits dans l'espoir d'obtenir justice ? A moins que son assistante l'ait fait pour lui ?
Cette dernière hypothèse ne tarda d'ailleurs pas à se révéler fondée.
-Ce n'était rien ? s'insurgea l'employée outrée ? Ils ont failli m'éborgner en me jetant leurs saletés à la figure ! Si j'avais voulue me retrouver sur un champ de bataille, j'aurais rejoint l'équipe ninja de ma mère, plutôt que de venir travailler ici !
-Quelle genre de saleté ? demanda donc le genin, intrigué par le détail mentionné. L'employée farfouilla un instant sous le comptoir, avant d'en ressortir deux shuriken grossièrement taillés dans du bois.
-Voilà ! Fit elle en les tendant à Setsu, ils sont arrivés tous les quatre dans la boutique et m'ont balancé leurs bêtises au visage pendant que deux autres faisaient le guet à l'extérieur de la boutique, ils ont volé les cookies, et sont tous repartis en riant dans la rue d'en face !
-Vous pourriez me les décrire ? Questionna Setsu, en se remémorant les paroles du libraire qui n'avait eu affaire qu'à trois gamins.
-Eh bien ils devaient avoir huit ou neuf ans, et celui qui m'a lancé ses machins était un peu plus grand que les autres. Il avait une t-shirt rouge... ou bordeaux et était coiffé comme l'as de pique ! Ca avait l'air d'être le chef de la bande.
-D'accord, merci bien. Je vous tiendrais au courant si je trouve quelque chose. Conclut Setsu en inclinant légèrement la tête.
-ALORS ! Ca avance devant ?! Hurla soudain quelqu'un. Le genin se retourna. Au fond de la boutique, la grosse dame de la rue s'impatientait. A côté d'elle, un enfant d'une dizaine d'année regardait avec convoitise les étagères remplies de brioches et de biscuits. Et lorsque le Genin le bouscula involontairement, déséquilibré par un autre client, celui-ci ne se priva pas de lui écraser sournoisement le pied, sous le regard complice de celle qui semblait être sa mère...
Telle mère, tel fils.

Lorsque Setsu sortit de l'échoppe toujours bondée sans même avoir acheté un maxibrownie en promotion, il s'en fut s'asseoir au pied d'un arbre. De nouveaux indices s'ajoutaient à la liste de ceux dont ils disposaient déjà. Tout d'abord, le garçon à la chemise rouge avait encore frappé, et conformément à l'intuition du Genin, celui-ci semblait être un fan fervent des ninja de Konoha, comme l'indiquaient les shurikens en bois. Et puis, il y avait eu le garçon de la pâtisserie. En plus d'être le fils d'une grosse dondon, il présentait au yeux du Genin toutes les caractéristiques du parfait sale gosse, pourri gâté. C'était d'ailleurs précisément pour ça qu'il l'avait bousculé, en prétendant avoir été poussé lui même. Ce prétexte facile lui avait permis de poser une main sur l'épaule du garçon, et d'y déposer l'un de ses insectes. Une femelle, plus précisément. Celle-ci marquait désormais le gamin aussi sûrement qu'une grosse croix rouge sur une carte, et Setsu n'aurait plus aucun mal, grâce aux mâles Kikai, à retrouver son jeune ami. Rien n'était sûr, mais le Aburame avait la singulière impression que le rejeton de la grosse devait sûrement connaître les autres petits monstres...
• Plus Tard •


*Bingo...* Pensa Setsu, perché sur un arbre, bien caché dans le feuillage.
Quatre longues heures avaient passé depuis qu'il était ressorti de la pâtisserie. Quatre longues heures où Setsu n'avait pas fait grand chose, sinon suivi discrètement le fils de la grosse dame, que sa mère trainait partout avec elle. Fleuriste, boucherie, tailleur, la grosse femme avait emmené son garçon, qui semblait à chaque fois un peu plus ennuyé chez tous les commerçants du quartier, d'où elle était ressortie à chaque fois les bras encombrés de sacs. Lorsqu'elle eut fini sa séance de shopping, la dame avait fini par rentrer chez elle, dans une belle maison du quartier nord. Il était alors midi. Deux heures plus tard, et ce alors que Setsu, posté sur le toit d'un immeuble voisin commençait à somnoler, le garçon avait fini par ressortir. Il s'était alors dirigé à toute allure vers un parc, en bordure nord du village, jusqu'où le genin l'avait suivi également. Il était désormais assis, sur une branche haute, alors que le gamin lui, s'était assis sur un banc, et que d'autres le rejoignaient... Cinq autres, pour être précis. Dont un portait un t-shirt rouge vif, et dépassait tous les autres d'une demi-tête.

-Salut Genzo, alors, qu'est-ce qu'on fait aujourd'hui ?! Demanda l'un des gamins au grand au t-shirt rouge.
-Aujourd'hui on fait entraînement, répondit l'autre. J'ai remarqué que certains, Hiyaku et Himaru pour ne pas les citer, étaient nuls en escalade, la dernière fois. Et si vous êtes pas bon en escalade, on risque de se faire pincer à la prochaine mission. La dernière fois avec le vieux Jibô c'était pas loin, t'as failli te faire chopper Hima, et si on se fait chopper, on se fait punir. Déjà que la mère de Bujirô n'arrête pas d'en parler dans le quartier...
Les autres ricanèrent, mais la remarque n'amusa pas Bujirô, le fils de la grosse dame, qui se redressa, vexé.
-Ca va Buji, pas besoin de s'énerver... fit alors un autre plus petit, en lui tirant sur la manche. Et puis c'est comme ça la vie de Ninja, après tout c'est un bon entraînement.
L'argument sembla convaincre Bujirô, qui se rassit sur le banc, tandis que le grand en chemise rouge, reprenait.
-Vous voyez l'arbre là bas ?! Ce sera notre entraînement. Tout le monde doit arriver en haut, et on ne reprendra pas les missions tant que vous n'en serez pas capable !
Les autres gamins approuvèrent d'un signe de tête décidé, de la détermination plein le regard. Setsu, toujours posté sur l'arbre en question, souriait dans son grand manteau. Le moment était venu de donner à ces garnements la leçon qu'ils méritaient. Il posa les mains sur le bois, et libéra ses insectes dans le feuillage...

Au bas de l'arbre, les garçons s'étaient regroupé.
-Hiyaku, t'y vas en premier ! ordona Genzo au dénommé Hiyaku, un petit blondinet au regard espiègle.
Ce dernier se jeta alors à l'assaut de l'arbre. Pour quelqu'un censé ne pas savoir grimper, il se débrouillait en fait plutôt bien. Très souple, car jeune, il franchit les trois premiers mètres de tronc sans trop de difficulté. Pourtant, il se retrouva coincé et du lâcher prise, s'écrasant lourdement sur le sol terreux.
-Voilà ! C'est ça dont je parle ! Si vous ne pouvez pas grimper trois mètres vous ne pouvez pas être ninja. Hikimaru, à toi !
Hikimaru ne grimpa même pas un mètre. Grassouillet, ses mouvements étaient patauds et maladroits. Il tomba sur les fesses, pitoyable. Le grand en t-shirt rouge secoua la tête l'air consterné.
-Bon, laissez moi vous montrer. Bujirô, tu m'accompagnes. On va montrer à ces deux là comment on grimpe à un arbre comme un vrai ninja ! Bujirô, flatté d'être choisi par le chef, accepta sans attendre. C'était l'occasion pour lui de briller !

Les deux gamins commencèrent donc leur ascension. L'un comme l'autre étaient doués. Agiles, lestes, ils atteignirent les premières branches sans difficulté. Sur la plus basse d'entre elle, ils saluèrent les quatre autres, l'air narquois, avant de reprendre. Ils sautèrent sur une branche, puis sur une autre, s'enfonçant de plus en plus dans l'épais feuillage de l'arbre, se rapprochant mètre par mètre de la position de Setsu. Mais alors qu'ils arrivaient aux trois quart de leur parcours...
-HEUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHH!!!!
Deux hurlements stridents déchirèrent l'air, suivis d'une série de craquement, et d'un bruit sourd. Quelques Kunai vinrent se planter juste au pieds des quatre qui regardaient. Ils reculèrent tétanisés. Devant eux, leurs deux camarades grimpeurs gémissaient en se tenant le dos.
-Vous êtes tous morts.
La haute silhouette de Setsu venait d'apparaitre devant leurs yeux ébahis, dans un bourdonnement assourdissant. Autour de lui, d'épais essaims d'insectes flottaient au dessus de lui.
-Un vrai ninja ne s'aventure pas en terrain inconnu sans prendre toutes les précautions nécessaires. Un vrai ninja est toujours prêt à faire face à une situation imprévue. Et surtout, un vrai ninja protège les habitants de son village. Il ne les détrousse pas.
Cette dernière phrase fit l'effet d'un électrochoc dans l'assistance. Même le grand en t-shirt rouge arrêta de se tenir le dos et de gémir de douleur.
-Eh oui, vous pensiez que je ne le savais pas ? Bande de petit morveux. Vous pensiez sérieusement que vous pouviez m'échapper ? En laissant vos sales indices partout, comme vos shuriken de carnaval ? Maintenant, vous êtes en face d'un vrai Ninja, vous allez devoir assumer vos conneries. Les insectes de Setsu commencèrent à envelopper les jambes des gamins, et trois d'entre eux, dont le chef se mirent à pleurer, en jurant sur la tête de toute leur famille qu'ils ne recommenceraient jamais. Bien caché derrière ses habits, le genin restait imperturbable. Il y avait quelque chose d'assez plaisant à voir ces gamins pourris gâtés par leurs parents se noyer dans leurs propre morve, en s'imaginant mourir dévorer par des essaims de punaises. Mais pour autant, il ne fallait pas non plus les traumatiser à vie. Un vrai ninja, il venait de le dire, était là pour protéger les habitants de son village. Setsu arrêta donc la comédie, et les insectes s'envolèrent pour revenir à l'intérieur des larges vêtement du genin, sous le regard ébahi des mômes.
-Bien, je pense que vous avez compris la leçon. Fit-il, sérieux comme un pape. Laissez moi vous dire une bonne chose, les morveux. Le monde dans lequel vous vivez est rempli de dangers, et les Ninjas de ce village représentent la première et la dernière ligne de défense dont les habitants disposent face à ces dangers. Aucun ninja ne peut se permettre de perturber la tranquillité fragile des habitants de notre village. Alors, si vous ne voulez pas avoir de plus gros ennuis avec le Hokage, je vous conseille d'aller vous excuser auprès de ceux que vous avez dérangé et de rendre ce que vous avez volé. Ce sera votre premier pas vers la voie du Ninja. Du vrai.
L'idée d'avoir à affronter le Hokage en personne fit se dresser les poils sur les nuques des garnements.
-Et il vaudrait mieux que vous le fassiez, car à partir de maintenant, je vous surveille. Tous. Et si vous ne faites pas ce que vous devez, je ne serai pas aussi gentil la prochaine fois. Oh, et une dernière chose... Un vrai ninja, monte aux arbres comme ceci. Setsu, faisant usage de son chakra fit quelque pas à la verticale sur le tronc de l'arbre, jusqu'à une branche basse et solide. Maintenant, partez.
Les gamins ne se le firent pas dire deux fois, et décampèrent à la vitesse du son, en oubliant pas de remercier Setsu et de s'excuser en s'essuyant leur nez morveux. Une affaire rondement menée. Il ne restait donc plus à Setsu, en cet après-midi déjà bien avancé, qu'à retourner au bureau de l'Hokage pour faire état de son rapport de mission.
• Locaux du Hokage •

Dans la salle d'attente toujours remplie, qui servait d'antichambre au bureau du Hokage, une grosse dame racontait ses malheurs à qui voulait bien l'entendre. Son malheureux petit Bujirô, cet enfant si charmant, était revenu à la maison avec des contusions aux bras et au dos. D'après elle, quelqu'un avait sans doute du tenter de le racketter, pour lui voler ses vêtements ou l'un de ses jouets, et on allait voir ce qu'on allait voir, lorsqu'elle ferait classer cette affaire en mission prioritaire par le Hokage en personne. Setsu assis dans un coin discret, ricana intérieurement...

[Fin de la Mission]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Rang C] Les petits monstres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-