N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Môme. [mission C solo: On']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1461
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Môme. [mission C solo: On'] Mar 17 Juil 2012 - 1:40

[J'ai entendu dire qu'il n'y avait pas encore d'académie à Konoha. Pour cette mission, on va faire comme si.]

Ordre de mission:
 

10 heures, à l'académie pendant la récréation.

Namikaze Nurato. Cheveux blonds, yeux noirs...

Et son âge ?

10 ans, comme ses camarades de classe... ah non 11, rectifia Iraku-sensei. C'est vrai qu'il a redoublé, le bougre.

Convoqué le matin-même pour cette mission qui s'annonçait sportive, Onpu commençait par le commencement : la prise d'info. Dans la salle de classe, il discutait avec le chuunin instructeur qui avait envoyé la demande express, alors que les gamins jouaient dans la cour.

Où pensez-vous qu'il peut se trouver en ce moment ?

Sans doute dans une rue armé d'une bombe de peinture... tu te souviens des graffiti sur les têtes géantes de pierre des Hokages, sur la falaise ?

Vous voulez parler de la moustache géante sur le visage de Hayashi Miyu et du strabisme sur celui de Nami-sama ?

Ouais. Ben c'était lui.

Dur... je comprends mieux pourquoi la mission a été classée rang C et pas D. Je vais avoir affaire à une drôle de tornade !

Je dois dire que pour l'instant ça me fait un peu des vacances, pour une fois que ce cancre n'est pas en train de foutre le bousin dans ma salle de classe... cela dit, si vous ne le retrouvez pas rapidement, j'aurais vraiment de quoi m'inquiéter. Sans ses parents pour veiller sur lui, il est vulnérable...


Comment ça ? Ses parents sont morts ?

… quoi ? Non, pas du tout, ils sont juste en mission spéciale tous les deux. Du coup il en profite pour faire le mariole.

Rassurez-vous, ça va pas durer. S'il est aussi turbulent que vous le dites, je ne devrais pas le rater, en théorie.
Il ne risque pas de s'être déguisé en quelqu'un d'autre avec le Henge ?


Aucune chance. Il n'est même pas foutu de faire une transformation correcte, il y a toujours comme un ignoble brouillon de formes au niveau du visage...

La sonnerie retentit. Il était temps de quitter l'académie et de commencer l'enquête ; On' sortit de la salle, saluant Iraku-sensei. Bien sympathique, ce chuunin, où avait-il donc pu dégoter cette cicatrice en travers du nez...
Dans le couloir, les jeunes étudiants qui attendaient devant la porte pénétrèrent dans la salle, en rang deux par deux. Sauf le dernier, un blondinet. En voyant On', il lui tira la langue. Avec un peu de chance, pensait On' en ricanant, c'était lui, et la mission serait terminée immédiatement. C'était tout à fait improbable...
Pourtant, il eut sa réponse. Juste avant d'atteindre la sortie de l'académie, le professeur le rattrapa.

Ne cherche plus, lui dit-il. Il est là.

On' le suivit et regagna la salle. Le blondinet était assit au dernier rang, près de la fenêtre.

Nurato, à la fin du cours, tu viendras nous voir moi et ce shinobi, on aura quelques mots à te dire...

Un sourire machiavélique se creusa dans les joues du môme.

Même pas en rêve, bande de quenelles!!!


Sur ces mots, il monta sur sa table, ouvrit grand la vitre et... se jeta par la fenêtre. Ils étaient au deuxième étage.
Toute la classe retint son souffle, à l'exception des petites filles qui crièrent. Onpu et Iraku, quant à eux, se précipitèrent à la fenêtre.
En s'écrasant sur le sol, Nurato disparut dans un nuage de fumée.
Il disparut.
Dans un nuage.
De fumée.

Kage Bunshin ?? s'exclama le sensei. Comment peut-il connaître une telle technique à son âge ?? C'est absurde...

Le vrai Nurato devait être bien loin, en train de pouffer de rire en récupérant la mémoire de son clone qui venait de se suicider aux yeux d'une trentaine de marmots.

*Sale gosse... je vais te coller une de ces mandales ! Tu feras plus l'école buissonnière bien longtemps après. Crois-moi.*


♪♪♪


13 heures, dans les rues de Konoha.
Après s'être renseigné auprès des municipaux, On' s'était dressé une petite carte des rues les plus souvent sujettes aux tags. C'était pour la plupart des allées très étroites, peu fréquentées. Il faudrait faire preuve de discrétion...
Il commença par espionner la rue dont les murs étaient les plus colorés. S'accroupissant dans un coin, il forma le sceau de la chèvre.

Henge  : Gisou !, murmura-t-il avant de revêtir l'apparence d'une poubelle.

Il attendit.
Un quart d'heure.
Un autre.
Personne ne passait.
Personne...
...Ah !
Une silhouette s'engageait furtivement dans la ruelle. Une bombe de peinture à la main ! Victoire !!!

Ou pas. La personne avait la taille de Nurato, mais semblait avoir les cheveux noirs et longs. Ce n'était pas la cible.
Mais c'était sans doute une bonne idée de l'attraper quand même. Avec un peu de chance, il aurait peut être une prime pour avoir déniché un vandale supplémentaire.
Il s'avança en catimini, puis fit irruption dans son dos en l'attrapant par l'épaule.
Alors qu'il s'apprêtait à lui parler, Onpu eut une vision d'horreur quand la silhouette lui présenta son visage. Ou plutôt son absence de visage. Son nez était en dessous de ses lèvres, elles-même situées entre les deux yeux dont les paupières partaient en live sur les joues... Cette chose n'était pas humaine !!! Animé par ses réflexes de survie, le genin fit quelques pas en arrière.

Et puis d'un seul coup, il comprit.
Mais un peu tard. Nurato avait profité de ce moment d'hésitation pour prendre ses jambes à son cou dans la direction opposée, en laissant derrière lui sa bombe de peinture et la fumée de sa transformation médiocre qu'il venait d'annuler...
Le saligaud.
On' se lança à sa poursuite.
Le môme avait clairement l'habitude de fuir, il semblait connaître les rues alentours comme sa poche. Kinobori aux pieds, Onpu dût prendre de la hauteur en grimpant sur les murs des immeubles pour le repérer. Après l'avoir identifié, il sauta de toits en toits pour le rattraper. Il descendit en prenant appui sur une fenêtre, puis atterrit à son niveau, lui barrant la route, avant de l'attraper par le col.

Fini de rire, nabot !
T'es un clone toi aussi ??


Peut-être !

Tu veux que je vérifie ? En te collant mon poing dans la tronche suffisamment fort, si tu en es un tu devrais disparaître...

OK, ok !!! C'est moi, se résigna-t-il.

Cible sous contrôle. Première victoire de la journée, qui hélas était loin d'être terminée...


♪♪♪

15 heures, dans un quartier tranquille.

Le gosse, jugé potentiellement dangereux par On', avait pieds et poings liés. Séance d'interrogatoire.

Nan ! Tu sauras pas !!!

Pour la onzième et dernière fois, comment as-tu appris le Kage bunshin ! Et cette fois je te colle une paire de baffe si tu ne me le dis pas.


Et si je te le dis, tu me donnes quoi ?

Une absence de paire de baffes.

Pff...
Où ça à ton avis ? Dans le rouleau des techniques interdites.


Comment pouvait-il dire ça de manière si naturelle !?

Et ça te prend souvent d'aller voir ce qu'il y a dans ce rouleau ???

Ben non. Je m'en fous, moi. Je l'ai fait pour un copain. Il voulait apprendre c'te technique , alors il m'a chargé de la regarder dans le rouleau et de lui apprendre après.

Un copain, hein? On peut savoir de qui il s'agit ?

Euh... chais plus. Un gars avec un bonnet et des cheveux gris... Mikuzi, ou un truc comme ça...

Mikuzi ? S'il s'agissait de la personne à laquelle pensait On', c'était loin d'être quelqu'un de confiance !!! Il avait été promu genin en même temps que lui. Un empaffé de première, égocentrique et arriviste. Il avait triché à l'examen genin... et maintenant il allait jusqu'à employer un gamin pour faire des conneries à sa place, dans le but d'apprendre des techniques interdites.
La mission ne pouvait pas se terminer ainsi.

Tu étais sensé le retrouver où et quand ?

A 21 heures, dans un pré, pas bien loin de la stèle des morts aux combats. Il va faire une drôle de tête quand il verra que je serai pas venu...

T'inquiète, tu y seras. Simplement, je t'accompagne. Je sais pas où tu as rencontré ce type, mais il est dangereux.

Des clous. S'il m'embête jl'éclate.

T'iras vraiment pas bien loin dans la vie, toi...


♪♪♪

20 heures et 30 minutes, stèle des morts au combat.

Le soleil était couché depuis peu, mais sous les arbres, il faisait sombre. Nurato guidait On' au point de rendez-vous. Tant bien que mal.

P'tain, j'y vois rien, fait trop noir...

Tu devrais apprendre à te fier à tes oreilles plus qu'à tes yeux. Cette sagesse t'évitera bien des tracas...

Ouais, en attendant c'est pas mes oreilles qui m'empêcheront de me payer un arbre, clodo.
Rien à foutre, j'allume mon feu...


Feu ?? On' fut parcouru d'un frisson. S'il était capable de faire un Kage Bunshin, il allait peut être mettre le feu à la forêt s'il essayait une technique Katon interdite !!!
Rien de tout ça. Le gosse sortit juste de sa poche un petit objet, dont il fit jaillir une maigre flamme.

Qu'est-ce que tu fous avec un briquet sur toi ? Ne me dis pas que tu fumes...

Pouah ! Non, par contre je propose du feu aux gens dans la rue. Comme ça, quand ils repartent avec leur clope allumée en disant « merci, bonne journée », je peux leur répondre « de rien, bon cancer ! ».
Mouarf arf arf.


C'est n'importe quoi. Aucun fumeur de prendrait du feu à un gamin...

Bien sûr que si. Suffit de leur proposer gentiment !

Quel déchet tu fais... t'as vraiment rien d'autre à foutre ? Tu ferais mieux de bosser un peu.

Nurato ne répondit pas. On' crut à tort qu'il avait finit par asseoir son autorité.

Le point de rendez-vous était une toute petite clairière entourée d'arbres. Ils étaient manifestement arrivés les premiers. En tendant ses oreilles, Onpu n'entendait que les bruits des oiseaux diurnes regagnant leurs nids, des chauves-souris partant à la chasse, et du vent chaud de juin dans les feuillus. Sans oublier les jurons de Nurato.

Ils attendirent.
Patiemment.
Sauf Nurato. Qui râlait.

Une présence se rapprochait de branche en branche, au sud-est. Les oreilles d'On ne le trompèrent pas, les sons provenaient bien de sandales humaines... qui n'étaient plus très loin. Pour s'en assurer, il forma le sceau du rat.

Raiton, Kenshutsuki.

Une sphère de chakra léger et invisible se déploya sur une vingtaine de mètres, permettant à On' de repérer les éléments métalliques qui se trouvaient à l'intérieur.
Et il y en avait !!! Dans la direction de la présence, deux énormes objets aux allures d'étoiles semblaient se rapprocher lentement. Des shurikens géants ? L'un des deux se mit à bouger, comme si l'utilisateur se préparait à le lancer...
Danger !!!
Toute l'attention du monde était requise. Le genin se fia à ses oreilles, entendit l'énorme étoile de métal fendre l'air, puis en déduisit grosso modo sa trajectoire. C'était lui qu'il visait, pas Nurato. Il fit un bond le plus grand possible sur le côté. Le shuriken passa à côté de lui, comme un fantôme, puis vint se planter contre un tronc d'arbre, dans un fracas qui fit sursauter Nurato.

Mikuzi se montra, perché sur une branche. C'était bel et bien lui. Il regardait les deux autres, de sa hauteur.

Onpu du cul... Je m'attendais pas à te voir ici ! T'es en train de foutre en l'air mes plans, ça n'a rien de personnel mais je vais devoir te décapiter.

Hé crevard !!! intervint Nurato en s'adressant à Mikuzi. Faire des conneries je veux bien, mais tuer les gens ça craint. T'entends ça ? Tu crains !!!
Ta technique interdite, tu peux te le foutre au cul, j'apprendrai jamais ça à un malade comme toi !

Kage bunshin no jutsu !!!


Dans un nuage de fumée... Nurato fit apparaître un clone.
Un seul.
On' fronça les sourcils.

Tu m'aideras pas beaucoup avec ça, gamin. Laisse faire les grands, ajouta-t-il en sortant un kunai de sa sacoche.

Mikuzi fit de même. Il envoya son poignard dans la direction d'Onpu, qui répondit de la même manière. Les projectiles s'entre-choquèrent et échouèrent dans les bois, tandis que les deux genins rivaux fondaient l'un sur l'autre. S'esquivant, ils retombèrent au sol.
On' sauta de justesse, évitant un balayage de son adversaire. Il recula... mauvaise option, car l'autre eut le temps de se saisir de son second shuriken géant, toujours accroché dans son dos. Il l'arma et le lança furtivement dans la direction du mélomane. Celui-ci n'eut quasiment pas de marge pour l'esquiver cette fois, il crut sa dernière heure arrivée. Il dut plonger à terre ; seule sa casquette rouge lui fut ôtée.
L'étoile géante partit au loin dans les bois.

Mikuzi était très mauvais en ninjutsu, mais excellent lanceur. Il voulut récupérer le premier shuriken géant qui s'était planté dans un arbre. Onpu décida de l'en empêcher ; ils se mirent tous deux à courir en direction du tronc où s'était logé l'étoile.
On' malaxa du chakra. S'il parvenait ne serait-ce qu'à frôler le métal du shuriken, il était presque sûr d'avoir gagné... mais c'était son adversaire qui avait de l'avance.
Soudain, le clone de Nurato s'agrippa hargneusement à la jambe de Mikuzi, bloquant un peu sa mobilité avant de disparaître en fumée. Cela permit à Onpu de le dépasser.

Il tendit la main, et effleura une pale.

*Denka.*

Gagné. Il libéra son chakra raiton sur toute la surface métallique de l'étoile, qui se recouvrit instantanément de milliards de charges électriques...

Konoha senpuu !!!


Heurté de plein fouet au visage par le pied de Mikuzi, Onpu valsa dans les airs et roula dans l'herbe. Il était un peu sonné, mais n'eut pas de mal à se relever rapidement.

Tu touches pas à ça, c'est à moi !!! Dit son adversaire en levant la main sur son arme.

Quand il posa les doigts dessus, il fut parcouru d'une décharge électrique, en laissant échapper un petit cri ridicule.

C'était l'ouverture dont Onpu avait besoin pour préparer le coup de grâce. Buffle, dragon, rat...

Une seconde...

Mikuzi, toujours debout, reprit contrôle de ses mouvements, lançant un regard enragé.

Deux secondes.

Espèce de...

RAIGEKI !!!

Onpu tendit la main, la foudre jaillit de sa paume. Ce fut au tour de Mikuzi de valser en l'air, mais On' ne se fit pas avoir et se jeta sur lui, le plaquant au sol.
Un coup de poing dans la figure le calma.
Un deuxième suffit à lui faire perdre connaissance.

Victoire. On' saignait un peu du nez à cause du coup de pied, mais il allait bien.

Nurato se positionna devant le corps à terre de l'agresseur, et fit mine d'armer son poing.

C'est bon, je couvre ton angle mort, fit-il à On', loin de comprendre à quel point il était à la traîne.


♪♪♪

Le lendemain matin, Mikuzi était sous surveillance.

À midi, Onpu fit son rapport à Iraku-sensei à la sortie de l'académie, en présence de Nurato.

Mouais,
fit le prof. C'était peut-être un genin qui l'a poussé à faire ses conneries, ça ne l'excuse pas d'avoir séché hier matin...

Ça, c'est plus de mon ressort. Je vous l'ai retrouvé, et on a réglé l'histoire du kage bunshin, maintenant je vous le rends.
Au fait, on m'a confirmé que le rouleau des techniques interdites n'avait jamais bougé de son emplacement. Nurato s'était contenté de s'y rendre avant-hier, d'ouvrir le parchemin et de maîtriser partiellement la technique, par quelque miracle que j'ai toujours du mal à comprendre...

Nurato fit à son professeur, avec un sourire sournois :

Eh, sensei ! J'ai été très brave en aidant Onpu-san hier soir, j'aurais pas droit à une petite récompense ? Vous pourriez décorer mon front, par exemple...

Oui !!! Avec un bonnet d'âne, corniaud !!!

Penaud, le môme repartit les mains dans les poches en grommelant des jurons improbables.
Le sensei et son employé le regardèrent s'éloigner.

Pauvre gosse. Ça va pas être facile pour lui...

Ses parents rentrent bientôt ?

Iraku lui adressa un regard grave.

Leur mission spéciale se passe à Kiri. Elle ne devait pas durer plus d'une semaine. Demain, ça va faire un mois. Ils ne rentreront pas... Je ne te l'ai pas dit pour que tu fasses preuve de fermeté avec lui, histoire de lui apprendre les bonnes manières.

Le genin baissa les yeux, un peu tourmenté.

Ça a pas l'air d'avoir marché...

Détrompe-toi. S'il n'avait pas mûri depuis hier, il nous aurait probablement montré son
OK,OK. On va dire mission accomplie, dans ce cas.

En voyant le môme au loin en train de proposer du feu à des inconnus, le genin se dit que le petit Nurato n'était pas au bout de ses peines. Il fut envahit d'une grande mélancolie, qui lui remit en mémoire une mélodie qu'il avait entendue quand il était tout jeune.
Un 5/4...


♫♫♫ [générique de fin, pour la nostalgie] ♫♫♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
 

Môme. [mission C solo: On']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-