N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Path of Might Chapitre 4 : Deus Ex Machina [à ne pas lire, ce serait une perte de temps]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 308
Rang : A+

Message(#) Sujet: Path of Might Chapitre 4 : Deus Ex Machina [à ne pas lire, ce serait une perte de temps] Lun 24 Sep 2012 - 20:44


L’horloge affichait quatre heures et des poussières. Hayato s’était réveillé au beau milieu de la nuit, tout en sueur. Son cœur battait à toute vitesse et son lit ainsi que ses draps dégoulinaient. Depuis la création du village, les nuits sereines se comptaient sur les doigts de la main, certes, mais la dernière fois qu’un rêve l’avait réveillé remontait tellement loin qu’il n’en avait plus aucun souvenir. Comme il était trop tard pour songer à se rendormir, il se traîna avec peine jusqu’à la partie cuisine de son appartement et se prépara un bol de céréale, accompagné de café. Une boisson ignoble qu’il avait dû apprendre à supporter depuis plusieurs mois, en raison du rythme effréné que tenait Suna depuis plusieurs semaines. Il entama son plateau, tout en essayant de reconstituer son rêve, comme il était coutume de le faire dans ces cas là. Mais à sa grande surprise, malgré les nombreuses minutes qui s’étaient écoulées depuis son réveil, il avait encore en tête l’entièreté du rêve, dans ses moindres détails. Le plus choquant était le degré de réalisme de cet étrange songe. Il semblait tellement réel qu’il en était effrayant.

Mettant cela sur le dos de la fatigue, Hayato n’y pensa plus et se plongea dans un ouvrage contant de multiples légendes du Désert, en attendant que le jour pointe le bout de son nez. Quelques minutes plus tard, avant d’entamer la journée, il fit sa toilette devant son lavabo. Torse nu face à la glace, Hayato fixait son reflet, impassible. En deux années, il avait tout de même changé. Plus grand, un poil moins chétif et une voix un peu plus grave, mais son regard était toujours aussi triste qu’à l’époque. Ce n’était pourtant pas le jour de se morfondre. En effet, après cette journée de travail, Hayato comptait bien inviter Yamada Mitsune à dîner. Si cette jeune héritière de clan avait généralement un programme bien chargé, il comptait bien l’avoir rien que pour lui ce soir. La raison d’une telle détermination chez le jeune homme était la destitution récente du Nidaime ainsi que la promotion particulière de Kenji, un évènement qui lui avait prendre conscience de la fragilité de l’être humain. S’il devait mourir dans quelques semaines, pendant la guerre, il fallait au moins qu’il n’ait pas de regrets de ce côté-là.


Mais rien ne se passa comme prévu, un manque d’effectif au sein du Palais le contraignit à aller s’occuper des missions. Du coup il loupa totalement son coup avec Mitsune, qu’il ne put admirer que de loin. Sur le moment, il voulut tout saccager et sa frustration monta à son paroxysme, heureusement, des collègues l’invitèrent à passer une soirée au Heaven’s Night. Pour lui qui n’avait plus remis les pieds dans l’établissement depuis plus d’une année, cette soirée tombait à point nommé. Un excellent moyen de décompresser. S’y rendant sans grande conviction, il finit par oublier la pression et se laisser aller et réussit même à s’amuser. Il passa la seconde moitié de cette soirée affairée dans un coin tranquille, en compagnie de Hyuna, qu’il avait rencontré sur place. Entre deux câlins « affectifs », cette dernière lui fit remarquer qu’elle aimait bien le tatouage qu’il avait dans sa nuque.

- Un tatouage ?

Elan de lucidité dans cette soirée bien arrosée – il fallait le préciser – ou simple envie de passer à autre chose, Hayato se leva d’un bond, en direction des toilettes. Seul face au miroir, il tenta une multitude de positions plus improbables les unes que les autres afin d’essayer de voir l’arrière de sa tête ainsi que sa nuque. Dos aux éviers, le visage orienté à l’arrière, face aux glaces, la bouche ouverte et le visage figée dans une expression débile, il parvint enfin à son but et pu voir la marque en question. Mais cela ressemblait d’avantage à un sceau qu’a un tatouage. Du coup, la fête allait probablement être plus courte que prévue… Pourquoi n’avait-il aucun souvenir lié à ce sceau, depuis quand était-il là ? Etrange coïncidence, il « apparaissait » au même moment que ce rêve étrange.

Plutôt que de rentrer chez lui, il se rendit directement à son atelier et piqua un nouveau somme. Et comme il l’avait prédit, il refit le même rêve étrange. Il était toujours dans le désert, mais plus à Suna. Non, il se trouvait dans un abri aménagé, quelque part dans une sorte de grotte. Le décor tout autour lui paraissait étrangement familier. Allongé sur un lit, immobile, il était incapable de bouger autre chose que ses yeux. Il n’en croyait pas ses yeux, la scène était réelle ! Il se trouvait vraiment dans cette pièce ! Pire, devant lui, affairé à astiquer une marionnette, se tenait Sakyo ! Son défunt frère de cœur, celui qui lui avait tout appris ! Hayato ne comprenait plus rien, il avait pourtant vu celui-ci se faire tuer par cette bande de mercenaires qui l’avaient pourtant employé…

Sakyo se tourna ensuite vers lui, l’expérience était vraiment impressionnante, il y avait quelque chose d’anormal, tout cela était trop réel pour n’être qu’un rêve. Avait-il voyagé dans le temps ? Il ne voulait pas connaître la réponse à cette question, tout comme il ne voulait plus jamais se réveiller. Pour une raison inconnue il était parvenu à revenir à cette époque, à quitter ses problèmes et c’était parfait…

- Hayato, je ne suis pas encore sûr pour ce sceau, donc j’espère qu’il fonctionnera. J’ai retiré de ta tête le souvenir de cette discussion, souvenir que j’ai placé dans ce sceau, sur ta nuque. Ca doit faire six années à présent, six ans que je vous aurai quitté, toi et Fuyutsuki. Je suis nul pour les adieux, mais je ne voulais pas vous laisser, sans que tu saches la vérité. Afin de pouvoir trouver de quoi vivre, j’ai été contraint à travailler pour de sales types, malheureusement, je ne suis pas encore en mesure de leur remboursant ce que je leur dois. Je sais que ces ordures n’hésiteront pas à s’en prendre à mes proches et vous êtes ma seule famille…
A travers ce jutsu, Hayato allait entendre les dernières paroles de son frère. Plus attentif que jamais, il réprima son envie de se laisser aller afin de capter le maximum possible. Il savait que Sakyo n’était pas un sentimental. Au contraire, il avait tendance à ne pas exprimer ses sentiments. S’il avait pris la peine de mettre en place un tel dispositif, il devait y avoir une raison bien précise.

- Tu n’es pas encore familiarisé avec l’idée de combattre avec tes créations, mais un jour viendra où tu auras besoin de puissance pour protéger ce qui te tient à cœur, un jour ou viendra ou tu devras faire face à plus grand et plus fort que toi. JE t’ai enseigné tout ce qu’il y avait à savoir concernant l’élaboration de poison. Les Akasuna utilisent une technique similaire aux scorpions, leur permettant de synthétiser des poisons aux effets multiples. Toutefois, alors que je voulais créer un antidote contre la TTX je suis par hasard parvenu à créer le plus terrifiant des poisons au monde…
A cet instant, un mot, une expression traversa l’esprit d’Hayato. Le récit de son frère semblait coller à un phénomène extrêmement rare dans le monde scientifique. Normalement, certains éléments n’étaient jamais censé interagir entre eux, ni dans la nature, ni par expérimentation. Toutefois, il existait une probabilité infiniment petite, qu’un jour ces éléments réagissent ensemble. On pouvait dans ces cas parler d’intervention divine, Deus Ex Machina. Mais plutôt que de parler de divin, le jeune homme préférait parler de Hasard. La suite du souvenir fut un peu plus technique, le défunt frère décrivit le fonctionnement précis de sa découverte. Il révéla également qu’en raison de la singularité de la substance, il n’était pas parvenu à en trouver l’antidote. Raison pour laquelle il l’avait caché, loin d’ici, dans un lieu particulier qu’il indiqua à Hayato. Son discours se termina par un message d’espoir, mais la fin était beaucoup plus floue et moins claire.

En se réveillant, quelques minutes plus tard, le marionnettiste réalisa l’ampleur de la situation. Même depuis sa tombe, son frère l’aidait encore. Le revoir après tout ce temps n’avait pas été facile, car le sunajin avait le désagréable sentiment de l’avoir trahis, car il avait laissé Fuyutsuki mourir. C’état arrivé peu de temps avant qu’il ne rejoigne Suna. A l’époque, il avait souffert de cette solitude et avait dû se forger une carapace. Mais avec ce rêve étrange, il allait obtenir ce qui lui manquait pour s’affirmer au sein des shinobi du village… Sakyo lui avait offert un cadeau, il ne l’avait pas abandonné, contrairement à ce qu’il avait toujours pensé. Conscient de cette opportunité, il prit la résolution de devenir plus fort.

Et pour commencer, il analysa avec attention le sceau utilisé par son frère pour stocker le souvenir. Le dessin était particulièrement complexe, mais il témoignait des nombreuses heures passées à son élaboration. Une véritable œuvre d’art, le sceau fonctionnait par contact. Une fois apposé sur une personne, il suffisait d’y concentrer son chakra pour y imprégner de la mémoire. Hayato assimila cette nouvelle technique de Fuinjutsu en une journée. Malheureusement, son utilisation demandait une certaine concentration, il était inenvisageable d’user un tel jutsu en combat.

Le poison le préoccupait beaucoup plus, ses différents composants ainsi que les dosages paraissaient totalement improbable. Il était impensable pour un chimiste d’espérer obtenir un poison avec de tels ingrédients. D’ailleurs, en y repensant, Sakyo avait clairement expliqué être tombé par hasard sur l’antidote alors qu’il cherchait un antidote efficace pour la Tetradotoxine. A grande dose, cette dernière devenait particulièrement difficile à traiter. C’était un fait bien connu, lorsqu’on parvenait à extraire les composants néfastes d’une toxine, cette dernière devenait généralement très bénéfique… D’ailleurs, le poison était essentiellement composé autour de la batrachotoxine, ingrédient qu’Hayato s’était déjà procuré en grand nombre. Ce qui l’inquiétait en revanche était ce Serpent pâle rayé. Sakyo ne l’avait que vaguement évoqué, mais cet animal, très peu connu, était présenté comme le plus venimeux au monde…

Tant qu’il pouvait utiliser du bocal rempli de poison confectionné par son défunt frère, Hayato n’aurait heureusement pas à se tracasser de ce serpent ou de l’élaboration du liquide miracle. Mais ce souvenir lui rappela étrangement une mission qu’il avait mené au Pays des Oiseaux. Paralysés et incapable de bouger à cause de la Batrachotoxine, Hayato avait étrangement récupéré ses facultés dès l’instant où son kunai avait percé son dos par accident. Par la suite, il s’était concerté avec certains eisen-nin, dont le fameux Zenpetsu, qui confirmèrent son idée d’un poison annulant un autre poison. Cette découverte était le fruit du Hasard, tout comme celle de Sakyo. Le fait que deux proches fassent de telles découverte ne pouvait être que le fruit d’une entité supérieur,… Le Destin…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Path of Might Chapitre 4 : Deus Ex Machina [à ne pas lire, ce serait une perte de temps]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Passé & Lettres :: Flashbacks-