N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 [B] Fuis moi je te suis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 233
Rang : B+

Message(#) Sujet: [B] Fuis moi je te suis Sam 20 Oct 2012 - 0:47

Spoiler:
 

Ma personne était, encore une fois, appelée pour des fins héroïques. Quelle tâche misérable devais-je encore accomplir ? Prise d'otages par des bandits ? Vols à l'étalage ? Meutre ? Beaucoup de questions sans réponse, mais celle-ci devrait être aussi décevante que lors de mes missions précédentes. Je déroulai le rouleau sur lequel ma mission était inscrite, et il s'agissait cette fois-ci d'une version un peu plus mystérieuse de mes précédentes aventures. Il y a une rumeur selon laquelle un monstre rôdait dans les environs des montagnes de Kaminari no Kuni et qui agressait ou dérobait des passants avant de se retirer. Son identité n'est connue de personne, et certains témoignages ont suggéré la présence de plusieurs coupables dans l'affaire, et probablement même des shinobis, vu l'efficacité des crimes. Entre l'hypothèse du monstre et cette dernière, je ne savais pas ce que je préférai, des shinobis-monstres peut-être ? Il y a souvent une part de vérité dans les témoignages que l'on reçoit à Kumo, même dans les mensonges. Je me trouvai encore à Kumo, mais mes affaires étaient déjà prêtes pour que je m'en aille pour enquêter.

J'avais pris beaucoup d'armes avec moi, et je m'étais équipé de tous les sceaux d'invocation que je possédais, au cas où les armes que j'apportais n'étaient pas suffisantes. J'avais décidé d'exécuter mes missions de manières professionnelles, à présent. Avant j'y allais un peu comme un touriste, équipé d'une ou deux armes et en essayant de résoudre les conflits de la manière qui nécessitait le moins d'effort, j'avais rarement recours à la force brutale pour en finir vite, j'aimais plutôt les ruses, mais il est temps de changer. Je ne voulais pas être réputé pour être la chiche molle de Kumo, mais bien me bâtir une notoriété pour bénéficier du respect que j'estime que je mérite.

En quittant la ville de Kumo, je pris un raccourci par le sentier perdu. Ça n'était pas réellement un chemin plus court, mais les rochers qui étaient présents en grand nombre me permettaient de prendre de l'appui pour sauter plus loin et plus vite, alors que le sentier perdu est assez "plat", malgré son relief étrange. J'approchai furtivement des montagnes, mon ordre de mission avait été reçu la matinée même, et il n'était même pas neuf heures, j'étais pressé et ma venue était imprévue, je crois même que les habitants seront surpris de me voir, mais ils comprendront pourquoi, c'est quand même bien eux les victimes de ce fléau !

J'étais arrivé à un village dormant sous le pieds de la glorieuse chaîne de montagnes, je me mis à marcher, et j'attirer le regard, vu comment j'étais équipé. C'était pas mal, j'aimais bien la crainte dessinée sur certains visages, notamment la petite racaille insignifiante de la région qui baissait les yeux en me voyant, et cachait ce qu'ils avaient à la main de crainte que je n'intervienne. J'arrivai directement au commencement de la montagne, devant un panneau qui indiquant les distances séparant les différents points de repères, je marchais quelques mètres puis m'enfonça petit à petit dans le sol en utilisant ma technique de dissimulation Dôton, ça devrait être marrant avoir, j'avais l'air de descendre des escaliers imaginaires.

Enfin, trêve de plaisanteries, j'étais enfin dans le terrain, et je me mis à fouiner dans les environs en sortant à la surface de temps en temps. Où est donc ce très cher monstre ? Il y avait de l'action dans les environs, notamment des bruits de pas en troupe, qu'était-ce ?

Je m'approchai de la source du bruit tout en restant dans le sol, et lorsque j'étais assez près, je sorti légèrement la tête en remarquant un groupe d'individus qui discutaient. Je n'entendais malheureusement pas les mots assez bien pour déduire ce qu'ils disaient, mais le ton de leur voix laissait entendre qu'ils étaient en train de se disputer ou de se plaindre, bref quelque chose de négatif, entendons-nous là-dessus. Autrefois, je résolvais ce genre de conflit en me déguisant en civil et en me laissant kidnapper intentionnellement pour être emmené dans un repère, mais mes manières pacifiques commencent à faire parler de moi négativement, et on doute fortement de ma valeur militaire. Je n'allais donc pas utilisé ce genre de stratagème, et j'allais cette fois-ci prendre le risque de m'approcher de mes ennemis pour écouter leur discussion. Je rentrai de nouveau sous-terre et m'approchai d'un rocher sur lequel était assis l'un des hommes, face aux autres. En arrivant à la position estimée, et en espérant que je ne m'étais pas trompé, je surgis tout doucement de la surface, et j'étais bien derrière le rocher.

Les mots me parvenaient à présent plus facilement, et je me mis à l'écoute :

- Ce connard exagère, dit l'un des hommes. Il se prend la tête et demande autant, après quoi ? Il pense qu'on va travailler pour lui ?

- Calmes-toi, dis un autre homme. Pour l'instant on fait ce qu'il dit, c'est vrai que 70% c'est trop, mais sa part du boulot est quand même importante, il faut l'avouer.

Ce dernier prit une pause puis rajouta:

- On va rester encore un peu avec lui, on récupère une ou deux rançons, on partage et on arrête de travailler ici.

Le premier s'affola :

- Vous allez vraiment vous laisser faire ? Cria-t-il. On était là avant lui, c'est à lui de se barrer, merde, vous êtes des hommes ou pas ?

- Ta gueule, répondit le second. Il peut très bien nous entendre, et on a pas peur, mais on sait de quoi il est capable, il peut nous tuer quand il veut alors fais comme on te dit.

Le groupe d'hommes s'en alla, ils étaient environ cinq. Ils se levèrent un par un et se mirent à marcher en direction du sommet de la montagne, et je profitai du départ des hommes pour m'occuper du dernier qui était assis sur le rocher. Je l'avais bien à l'oeil, et, au moment où il allait se laisser tomber du rocher, je le saisi par le col et le traîner derrière, là où j'étais. Le rocher était haut d'un bon 3 mètres, et le choc a du être brutal, mais silencieux. Je couvris la bouche de l'homme, et ce dernier sorti un Kunai et tenta de me trancher la jugulaire. Je saisi le poignet de l'homme avec la main qu'il me restai, puis sorti une épée de ma main qui couvrait la bouche de l'homme. Il cria pendant que l'épée transperçait doucement son crâne, puis il s'arrêta net de respirer.

Je me relevai, puis sorti mon épée ensanglantée de la gueule de l'homme. Ils étaient armés, mais également entrainés, car il s'en est fallu d'une fraction de seconde pour que je sois mort. Je dissimulai des parchemins explosifs, une bonne dizaine, sous les vêtements de l'homme, puis je me dissimulai un peu plus loin, dans la direction opposé du reste du groupe d'hommes, en me rentrant dans le sol.

Ces derniers ne tardèrent pas à remarquer que l'un d'entre eux manquait, et ils revinrent au pas de course, cherchant les environs pour leur partenaire. En gardant la tête légèrement sortie, j'observai attentivement le moment auquel ils découvriraient le défunt, et l'un d'entre eux s'écria finalement pour alerter ses camarades. Ils se rassemblèrent tous autour, et j'attendis le moment où ils seraient suffisamment proches pour déclencher les sceaux. L'un d'entre eux s'avança un peu trop, et remarqua le piège, mais il était trop tard, j'avais déjà composé un signe de la main.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 233
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: [B] Fuis moi je te suis Mer 28 Nov 2012 - 17:33

Pris dans le piège. La détonation était suffisamment puissante pour emporter les débris du rocher à des centaines de mètres plus loin, et les vies de mes ennemis avec. J'avais obtenu mon information, ses bandits n'étaient plus que des obstacles gênants, je ne regrette pas ma décision. D'après leur conversation, il semblerait qu'il y ait quelqu'un d'autre derrière cette affaire, quelqu'un de bien plus important. Et par important, c'est bien entendu quelqu'un de plus fort. Ma recherche était loin d'être terminée, il fallait que je trouve un moyen pour sauver les otages, mais j'ignorait où ils étaient, et surtout où ce "monstre" pouvait bien se cacher. J'étais à cours d'idées, je ne savais pas où chercher, ni quoi, ces montagnes sont énormes, j'en finirais avec cette mission à ce rythme, si seulement ce connard pouvait venir à moi tout seul... pourquoi pas ?

C'est de l'argent qu'il me fallait, j'irais tout simplement lui rapporter une des rançons demandées et lui mettre la main dessus par la même occasion, en lui faisant bien cracher le lien où il cache ses otages. Il fallait que je retourne au village au pied de la montagne, la majorité des otages devraient venir de là, et je me remis donc à marcher en direction du petit village, d'ailleurs est-ce qu'il a un nom ?

Mes affaires étaient lourdes, je fatiguai, ça fait toute une journée que je marche et la nuit est sur le point de tomber. J'ai hâte d'arriver à une auberge pour me reposer, j'entreprendrais l'interview des villageois demain, et les gardes m'aideront bien sûr, ils me doivent bien ça pour ne pas avoir surveillé les montagnes correctement, bande d'incapables.

---------------

Une bonne nuit de sommeil, rien de mieux pour repartir botter des fesses.

Je descend les marches de l'auberge calmement, puis, encore en pyjama, je partis m'asseoir au restaurant pour manger un petit déj. La salle était à moitié pleine, donc l'ambiance était agréable, ni trop bruyante ni trop silencieuse. On avait une table déjà prête pour moi, quel bon service ! Je m'assied puis regarde la carte, je me sentais bien, puis un serveur m'apporta un plat offert par un certain "M. Kurosawa", que je ne connaissais point. Le serveur me dit que "le propriétaire de l'auberge a hâte de faire votre connaissance". Le propriétaire ? Hmmm....

Et bien qu'il vienne, le propriétaire, me payer le petit déj pour gagner mon amitié ? C'est....C'est la meilleure idée du monde ! Ah si tous mes amis étaient comme ça, ça serait parfait. Je finissais mon repas, puis au moment de me lever deux desserts me furent offerts, et un homme habillé en costume noir et blanc avec cravate s'approcha de ma table. Il était chauve, et musclé aussi, avec un air de businessman accompli, tant mieux pour sa race.

- Vous êtes l'envoyé de Kumo n'est-ce pas ? Me demanda le monsieur. Je suis Kurosawa, le propriétaire de cet hotel et membre du conseil du village.

Il me tend la main, je la lui sers. Pas pour le saluer, vraiment, mais juste pour lui redonner la reconnaissance suffisante pour m'avoir offert toute cette belle cochonnerie.

Nous discutâmes de manière banale, puis il tenta de me rassurer au niveau de l'histoire de bandits et de kidnapping, disant que les kidnappings étaient terminés depuis beaucoup de temps et que tout le monde a oublié les évènements. Tiens tiens, j'aimerais bien ça , moi, finir ma mission en avance. Le rapport serait très facile à falsifier, je peux ramener les corps des mecs tués et prétendre que c'était la seule menace. Si je confirme que l'autre est bien parti, bien sûr. Par contre, une petite recherche sur Kurosawa s'impose, ce mec ne m'inspire pas vraiment confiance. En général, je ne fais jamais confiance aux gens qui en font trop, ça pue l'hypocrisie à plein nez et ça me dérange.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[B] Fuis moi je te suis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Montagnes de Kaminari no Kuni-