AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Temps mort [Aku & Atasuke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1460
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Temps mort [Aku & Atasuke] Sam 3 Nov 2012 - 10:30

Aku avait été parmi les derniers à quitter la plaine où Atasuke On' et lui s'étaient battus contre Suna. La cachette souterraine dans laquelle il s'était logée s'était révélée suffisamment bien trouvée pour échapper à ce genin de Suna aux cheveux bleus et aux allures de nomades, mais quand il en sortit, le champ de bataille s'était transformé en no-mans-land. Aussi, après avoir ramené Atasuke à l'arrière et à l'avoir confié à une eisen-nin de confiance qu'il connaissait bien, On' s'était senti tenu de retourner le chercher. Le petit monstre fit le chemin du retour sur les épaules du jônin, comme à l'accoutumée.

La fin de journée se fit sentir. Après le signal de retraite, les groupes de soldats konohajins ne rentrèrent pas tous à la même vitesse aux alentours du village, certains durent établir un campement pour la nuit en forêt. C'était le cas de la légion du trio... Alors que le soleil commençait à déployer ses belles couleurs rougeoyantes du crépuscule comme pour symboliser le sang qui avait été versé à l'Ouest, On' et Aku décidèrent de rendre visite à Atasuke. Un chapiteau avait été dressé spécialement pour les shinobis gravement blessés, et grâce à son contact chez les médecins On' s'était débrouillé pour qu'Atasuke y soit transféré, afin qu'on s'occupe de lui en bonne et due forme.
Arrivés devant le chapiteau, le mélomane fit descendre Aku de ses épaules.


    - Aku, on commence à se connaître un peu, mais comme je ne suis pas encore tout à fait sûr de savoir ce dont tu es capable, fixons les choses: interdiction formelle de toucher aux cadavres que tu trouveras dans cette tente. C'est bien clair?

Après s'être fait comprendre, il pénétrèrent dans la grande tente. A l'intérieur, de nombreux lits étaient installés, certains entourés d'une sorte de bâche pour garder l'air stérile autour des blessés, masquant probablement des opérations chirurgicales délicates et risquées.
On' n'eut pas de difficultés à repérer la chevelure rose de Maïka, l'amie à qui il avait demandé de prendre soin d'Atasuke. Ce dernier était allongé sur le dos, torse nu, elle appliquait une espèce d'onguent blanchâtre sur ses brûlures. C'était pas joli joli.
Le musicien adressa un sourire à Maïka. Quand il travaillait avec elle à l'extérieur de la Racine, il la trouvait encore bien plus jolie et sympathique que d'habitude.

    - Il a mangé gros, ton pote, lui fit-elle. Ça ne va pas l'empêcher de tenir debout, mais il ne faudra pas qu'il force pour la suite de la guerre.

    - T'inquiète, j'y veillerai. Enfin, si je suis dans la même légion que lui... Ah, tu peux pas faire quelque chose pour Aku aussi? Il s'est prit un shuriken dans l'épaule.


    - Tu sais, je ne suis que pharmacienne à la base. C'est à peine si je sais coudre un bonnet, alors une plaie, je te dis pas...


Elle s'accroupit et regarda Aku, puis se mit à sourire niaisement, séduite par ses allures de petit enfant et ses grands yeux mauves.

    - D'ailleurs, en voilà un beau bonnet! Lui dit-elle en lui passant une main sur la tête. Ne bouge pas petitou, je vais te trouver une infirmière pour s'occuper de ta blessure.


La Haruno s'éloigna... elle semblait quand même avoir compris que le "petitou" était un guerrier comme les autres, mais elle n'avait pas pu s'empêcher de craquer devant lui.
On' regarda Atasuke et les couleurs vives et sombres sur son torse et son visage. Il était à moitié défiguré.

    - Ça va vieux frère? Désolé pour ce qui t'es arrivé, j'ai pas pu te protéger contre cette folle... une chose est sûre, t'es pas tombé contre la moins balèze.
    Maïka a été cool avec toi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try

avatar
Informations
Grade : Aizuyake - Chef Hyô
Messages : 1000
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Temps mort [Aku & Atasuke] Sam 3 Nov 2012 - 13:28

    Cette douleur me faisait atrocement mal. Vous pouvez penser que j’en fais peut-être trop si vous le voulez, moi ça m’est égal. J’ai mal, un point c’est tout. Après l’explosion de mon cadavre, j’avais pu me dissimuler sous terre. J’y étais resté un petit moment, n’étant plus trop en sécurité. Quand je sortis de mon trou, quelque chose avait changé, j’étais tout seul. Tout seul… Plus de volcan humain, plus de fille à lunettes, plus de cible… Plus de monsieur On’ et plus de monsieur Atasuke… Ils m’avaient tous délaissé. Ayant sorti ma petite tête du trou, je regardai tout autour, espérant trouvant quelqu’un, et la seule chose que je voyais, c’était la zone de combat qui avait souffert de notre affrontement. Ils m’avaient oublié… Je retournai dans mon trou pour bouder en paix, si je les revois tous les deux ils allaient passer un sale quart d’heure. ON NE M’OUBLIE PAS MOI !

    En plus, j’avais creusé un peu en pente, ça me faisait un petit toboggan. Les genoux recollés au torse, je me laissais glisser. Mais rien à faire, j’étais inconsolable. J’étais seul au monde, et je finirais ma vie dans ce trou, c’était décidé. Et puis, j’entendis des bruits de pas dans mon dos. Je tournai la tête, et je vis le musicien revenir. Je lui jetai un regard noir plein de tristesse et de colère. Il venait enfin de remarquer que je n’étais pas avec eux, eh bah. Il me prit sur ses épaules pour m’amener je ne sais où. Et moi, je boudais toujours. Le dos bien droit, les bras croisés, et une tête de bonhomme pas content, je ne dis mot pendant le trajet. Je ne disais rien car au final il ne m’avait pas oublié. Je dis bien au final.

    On arriva dans un campement, et me déposa au sol ici, puis me parla. Il m’interdisait de jouer avec les cadavres que je pourrais trouver à l’intérieur. Bah tiens, j’allais me gêner si je continuais de bouder. Mouhaha ! En plus, dans le combat d’aujourd’hui j’avais perdu trois corps, enfin bon c’était pour la bonne cause, je m’en étais pas trop mal sorti face à cet homme aux cheveux bleus. D’ailleurs il doit plus m’aimer maintenant… J’aime pas être détesté moi… En rentrant dans la tente, je m’étais mis à pleurer. Personne ne devait comprendre ce qui m’arrivait, et c’était bien normal. Et puis je m’arrêtai net, en sentant une odeur présente dans cette salle. Celle du sang, même s'il y en avait d'autres. Cool on y était ! J'allais pouvoir voir ces corps de plus près !

      - Je vais faire un petit tour monsieur On’, je m’éloigne pas !


    Je voulais les voir ces cadavres dont me parlait le musicien. Je n’ai pas dit que j’y touchai, je voulais juste les voir. C’était quelque chose qui me plaisait, quoi de plus normal ? De là où je me situais, je pouvais entendre le guitariste parler avec une fille, il ne faisait pas attention à ce que je pouvais bien faire, du moins je l’espérais. Alors je cherchais le corps d’un décédé, mais je ne voyais que des blessés qui gémissaient. Je n’y crois pas, moi aussi j’étais dans un état lamentable et je ne me plaignais pas moi. Quels gamins je vous jure. Et j’entendis mon nom. Déjà repéré ? Aucune idée, et puis je n’avais pas compris ce qu’avait dit monsieur On’, tout ce que je savais c’est qu’il avait dit mon nom, et j’ai cru comprendre que la fille allait s’occuper de moi. Ah ça c’était sûrement pour me surveiller, pour pas que je fasse de bêtise. Je m’approchai et…

      - …alors une plaie, je te dis pas...


    C’est tout ce que j’entendis. Mais… Je suis considéré comme une plaie c’est ça… ? Qu’est-ce qu’il avait tous contre moi depuis tout à l’heure ? On m’oublie, on me fait pas confiance et on dit que je suis une plaie… Je me remis à pleurer une seconde fois, très chagriné par ce que je venais d’entendre. Et puis la madame s’approcha, me disant qu’elle allait me trouver quelqu’un pour me soigner ma blessure. Ah elle parlait de cette plaie là ? Comprenant que je m’étais emporté trop vite, je rigolais bêtement en me passant la main dans les cheveux. Monsieur On’ voulait donc qu’on s’occupe de ma blessure, je devrais peut-être arrêter de le bouder… Non ? Je ne sais pas trop, à voir…

    Une dame s’approcha, ça devait être l’infirmière que la madame aux cheveux roses est allée chercher. En main, elle avait quelque chose qui pouvait effrayer un grand nombre d’enfants : un produit désinfectant. Ca pique beaucoup ce truc, on ressent même une douleur encore plus importante que celle dont on veut se débarrasser. Elle était souriante, mais ça ne marchait pas contre moi. Ils sont tous pareils, tous en train de dire que ça ne va pas faire mal alors que si. Jamais je ne laisserais cette chose m’approcher, cette création du diable qu’est le désinfectant. Pendant ce temps, les deux manieurs de son avaient entamé une discussion, j’aimerais bien les rejoindre mais bon… Ehh mais ! Quelqu’un qui était aussi en charge des blessés m’attrapa par la taille, derrière moi. Ils s’y sont mis à plusieurs les fourbes. Je me débattais, mais le produit fut appliqué.

      - AHHH ça fait mal ! Ca fait mal !


    Et puis on me fit taire, car y a des gens qui voulaient se reposer et que je n’arrêtai pas de crier à tout bout de champ. C’est quand qu’on sort d’ici ? Je ne m'y sentais pas très bien… Bon je pense que je vais arrêter de bouder mes deux partenaires comme ça je me sentirais plus protégé.

    Monsieur Atasuke était encore plus blessé que moi, et était sur un lit pour qu’il se repose et qu’on le guérisse de ces blessures. Je pris un tabouret pas loin, et je me mis debout dessus pour un peu plus le voir. Ouais ce n’était pas le top ce qu’il lui était arrivé…

      - Vous allez mieux monsieur Atasuke ? Rassurez-moi, vous allez vous en sortir ? Hein… ?


    J’étais assez inquiet pour lui, et même si ça ne se dit pas vraiment ce que je lui ai demandé, j’avais besoin d’être rassuré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 145
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Temps mort [Aku & Atasuke] Sam 3 Nov 2012 - 13:45

La bataille qui avait animé une bonne partie de notre journée était enfin arrivée à son terme. Le petit Aku, mon pote Onpu et moi même en étions sortit indemne, à quelques détails prêts. L'essentiel était que nous avions réussis à faire fuir l'ennemi, sans avoir subi de perte de notre côté. Après ce combat acharné, j'avais dû être transféré dans la section de soin la plus proche. La douleur des brûlures qui recouvraient une grande partie de mon corps s'étaient grandement amplifiés après le combat.. Sans doute que l'adrénaline à ce moment m'avait fait oublier ces blessures. A peine arrivé, j'avais immédiatement était pris en charge par une jolie demoiselle à la chevelure rosâtre. Malheureusement, la douleur que me provoquait ma peau cramé et encore fumante me faisait faire abstraction de cette beauté.

Des premiers soins me furent administrés d'emblée, et contribuaient à apaiser sensiblement mon corps endolori. Une pommade d'un blanc immaculé fut apposé sur les zones brûlées par l'infirmière aux cheveux rose. Ses mains de belle jeune femme parcourant tout mon corps avec une telle délicatesse.. Dans d'autres circonstances, cela aurait pu être un moment d'une étonnante sensualité, mais là.. Putain cette conne me faisait douiller. Qui aurait pu croire que de la chaire cramé soit aussi sensible au touché ? Pas moi en tout cas. Je m'efforçais de ne pas crier, de ne pas même gémir, j'étais encore assez lucide pour ne pas pouvoir perdre la face devant une si belle créature. Je m'assis alors sur mon lit, puis j'entendis une voix qui m'était particulièrement familière. C'était On et Aku, venus prendre de mes nouvelles visiblement.


    "T'inquiète pas vieux.. Tu peux pas être sur tout les fronts.. Et puis ça m'apprendra à pas laisser une distance de sécurité. Le principal c'est que personne soit mort.. Et toi Aku, ça va l'épaule ?"


Je me levai alors de mon lit, lassé de rester allongé comme un infirme, et avec l'envie de me dégourdir un peu les jambes, tandis que Aku se faisait soigner sa plaie par les infirmiers de l'hôpital. Ce petit soldat eut toutes les peines du monde à ne pas gémir, et laissa s'échapper un petit cri de douleur. Haha, personne ne pouvait lui en vouloir.. Même s'il était un redoutable ninja à n'en pas douter, il n'en restait pas moins un enfant.. Et à cet âge, même les petits bobos pouvaient s'apparenter à une grosse épreuve. Même si je ne connaissais pas bien ce petit homme, il n'en restait pas moins très attachant... Glauque... Mais attachant. Il avait même l'air de s'inquiéter de mon état le bougre.

    "T'inquiète petit homme, il en faut plus pour en finir avec moi.. Et puis si je m'en sors pas, tu pourras prendre mon corps, promis."


Après tout, si je venais à canner, autant que mon corps serve à quelque chose.. Et pas à être enterrer pour se faire bouffer par les vers, pendant que tout le village se met en ronde autour de ma tombe pour me pleurer.. Argh non, pitié, pas ça, JAMAIS ! Bref, je me levai du lit dans lequel on m'avait cloîtré depuis de longues heures déjà, avec une envie folle de me dégourdir les jambes, même si elles étaient elles aussi brûlés.. Malgré tout, je me sentais quand même la force de me tenir debout et de faire quelques pas.

    "Allons un peu dehors.. Discrètement, j'en peux plus moi ici.."


Nous sortions alors de l'hôpital de fortune dans lequel nous étions, et dans lequel s'entassait des dizaines de blessés, et dont les gémissements commençaient à sévèrement me devenir insupportable. Dehors, le calme plat. Nous nous étions éloignés à quelques mètres seulement, et nous n'entendions que nos pas dans cette nuit noire, à peine éclairée par quelques étoiles fixés sur un ciel étonnamment sombre en dépit de la belle journée que nous avions eu jusqu'ici. Même si j'avais très envie de discuter de la pluie et du beau temps avec mes amis, voire même d'entendre une des innombrables mélodies que Onpu était capable de nous jouer, j'avais quand même quelques inquiétudes qui prenaient le pas sur mes désirs de discussions plus civilisées.

    "On sait ce qu'il va se passer pour nous les Konohajins ? La guerre entre Suna et Konoha est loin d'être finie j'imagine.. On a eu des informations qui peuvent nous dire comment vont se dérouler les choses maintenant ?.."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1460
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Temps mort [Aku & Atasuke] Sam 3 Nov 2012 - 22:36

Atasuke semblait anxieux. Normal vu son état, il était difficile de ne pas appréhender un peu la suite des évènements quand on peinait à bouger librement. On' avait hésité à le laisser sortir du chapiteau, mais il comprit vite qu'il en était capable. Ils évoluaient à travers les ténèbres de cette nuit sans lune, accompagnés par Aku, qui semblait être passé d'un mépris non assumé à une sorte angoisse moins assumée encore. On' était enchanté par le bruit de fond extrêmement subtil: un vent très léger, quelques claquements d'ailes d'animaux nocturnes, dont quelques uns qu'il connaissait très bien.
Il finit par tourner la tête vers Atasuke.

    "Suna a clairement remporté cette bataille. Nos efforts n'ont pas suffit à faire reculer Kenji et sa clique, mais on peut au moins se venter d'avoir contribué à une résistance farouche. Et comme tu le dis, on est toujours debout, et c'est ça qui est important.
    Pour la suite... comme nous avons dû nous replier, l'ennemi va probablement venir sonner à nos portes. Vraisemblablement nous n'aurons pas l'occasion de préparer d'embuscades ou de conneries dans le genre, les affrontements devraient ressembler à ceux que nous avons vécu aujourd'hui. On sera peut-être dans la même légion, peut-être pas.

    En tout cas, Ata, qu'on soit à tes côtés ou pas, il va falloir que tu trouves une combine pour être moins vulnérable. Il faut impérativement que tu n'utilises que des techniques à longue portée dans la limite du possible, comme tes techniques utilisant le son notamment; cela te permettra de rester loin des utilisateurs du Taijutsu du style de l'adversaire d'Aku, et d'avoir une marge de manœuvre par rapport aux techniques de zones comme celle qui a causé toutes ces conneries de brûlures. Si tu veux mon avis, il te faudrait des techniques de camouflage qui puissent marcher en toutes circonstances. Dommage que tu ne maîtrises pas le dôton...

    Encore une chose. La technique que j'ai utilisé pour démonter mon adversaire consiste en l'amplification des sons ambiants: en combinant ça avec tes techniques onkyôton, ça pourra envoyer du très très lourd."


Il s'adressa ensuite à Aku.

    "Quant à toi... il faut que tu saches mes oreilles me permettent de me déplacer sous terre comme si je savais tout ce qui se passait à la surface. Si tu te caches sous le sol, je pourrai te retrouver et te guider dans un endroit approprié, de cette manière on pourra agir en restant incognito."


Sur ces mots, il s'écroula dans l'herbe, contemplant la voie lactée. Il se demanda si tous ces conseils étaient vraiment utiles, car il n'avait aucune certitude d'être amené à se battre avec eux à nouveau. Dans le pire des cas, ils seraient séparés et mourraient loin les uns des autres... Il aurait aimé pouvoir faire des choses plus constructives pour eux, par exemple trouver de nouveaux cadavres pour Aku. Il se jura que s'il tombait sur Suguato il lui demanderait de lui en prêter quelques uns... cette idée le fit presque rire.

Peut-être était-il trop terre à terre quand il s'agissait du boulot. Guerre ou pas, c'était le bon moment pour se relaxer un peu.

Le ciel s'illumina un bref instant d'une étoile filante, la trace orange qu'elle laissa derrière elle resta visible bien quelques secondes.

    "... z'avez vu ça !?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try

avatar
Informations
Grade : Aizuyake - Chef Hyô
Messages : 1000
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Temps mort [Aku & Atasuke] Dim 4 Nov 2012 - 11:01

    Il allait mieux, et ça me rassurait. Et le meilleur dans tout ça, c’était sa proposition dans le cas où il ne s’en sort pas. Mes yeux s’illuminèrent, c’était cool ça ! Mais ça ne serait pas un corps comme un autre bien évidemment, il me serait bien plus utile si je parvenais à faire en sorte que son cadavre puisse utiliser ses techniques, j’aurais un atout non négligeable avec moi. Enfin, je parle de ça comme s’il était mort, ce qui n’est pas le cas. Je ne veux pas qu’il meure moi, il ne le méritait pas. Même, dans la bataille qui nous a opposé à ces trois adversaires, aucun d’eux ne l’avait mérité. On s’en était tous sorti, et c’était le principal. Monsieur Atasuke proposa de sortir un peu, pour être plus à l’aise. J’aimais bien cette idée, en plus il faisait nuit, c’était rigolo. On se mit donc en marche pour se rendre à l’extérieur, et profiter d’un air plus frais. J’aimais bien l’odeur qui était omniprésente à l’intérieur, mais il me fallait moi aussi sortir pour respirer quelque chose de plus sain.

    Cette nuit était très calme, s’opposant parfaitement avec ce qui s’était passé précédemment. Je sortis mon doudou de son sac, pour que lui aussi en profite. Pendant qu’on marchait, je lui parlais. C’était la seule personne à qui je pouvais tout dire, car je savais que jamais il ne me trahirait. Étant resté tout le long dans le sac, il n’avait rien vu de la scène, et je lui racontai donc tout ce qui s’était passé dans le moindre détail. Et puis vint le tour d’Atasuke de confier ses inquiétudes. Non, pas à mon doudou, mais à nous. C’était plus une conversation de grands, alors je m’assis sur le sol et je commençai à arracher des brins d’herbe autour de moi. J’essayais même d’apprendre à mon zombie comment on faisait. Mais même si je ne le laissais paraître, j’écoutai tout ce qu’ils disaient.

    Le Saitô cherchait à savoir ce qui allait se passer ensuite, quelle tournure allait prendre les évènements. Moi, je n’en savais rien, on ne m’avait rien dit. Mais monsieur On’ semblait être au courant de certaines choses, et nous en fit part. Cette bataille avait été remportée par Suna, qui va sûrement se rendre à Konoha par la suite. Konoha était donc plus en danger que jamais… Surtout que je n’étais même pas sûr de me retrouver avec eux, alors que je m’étais battu deux fois à leurs côtés, et que c’était u trio qui fonctionnait bien. Je pourrais aussi être amené à me battre aux côtés de Kenzaku-senseï, de Kina ou de Ryosei qui étaient dans la même équipe que moi, mais on ne se connaissait pas encore très bien. J’avais la boule au ventre à l’entente de cette nouvelle-là.

    Monsieur On’ nous donna quelques conseils à tous les deux, mon regard quant à moi était plongé sur le sol. Les herbes voltigeaient dans les airs au fur et à mesure que j’écoutais la conversation. Ils ne devaient pas me trouver trop bavard depuis qu’on était sorti. Je réfléchissais, tout en écoutant attentivement les conseils du musicien. Je hochai la tête, pour lui faire comprendre que j’avais bien noté tout ce qu’il avait dit. Il y eut ensuite un bref moment de silence, idéal pour en placer une. Ou pas.

    Quelque chose avait captivé mon attention, une lueur que j’avais aperçue du coin de l’œil, qui m’avait fait redresser la tête en un temps record. Et je vis une étoile filante traverser le ciel obscur. Monsieur On’ aussi l’avait vu. Et à cette vision-là, j’avais retrouvé le moral en l’espace de quelques secondes.


      - C’est… C’est peut-être un signe ? Oui c’est ça, faut pas se laisser abattre ! Suna vient nous rendre visite ? Qu’ils viennent, moi ça ne me fait pas peur, ils repartiront aussi vite qu’ils sont arrivés. Nos adversaires vont regretter de s’être aventurés chez nous, car on va se battre jusqu’au bout. Et puis, l’enjeu en sera bien plus important, ça devrait nous motiver pour leur montrer de quel bois on se chauffe. Vous n’êtes pas d’accord ?


    Je marquai une pause. Je nous pensais réellement capables de repousser l’offensive de Suna. Que je tombe face à un Genin, un Jônin, ou même face au Kazekage en personne, c’était pareil. Je ne vais pas me défiler alors que Konoha était en danger, une mentalité que je n’aurais peut-être pas eue avant. Ce village avait vraiment quelque chose, tout comme les ninjas de celui-ci. Par exemple pour eux deux, ils avaient déjà toute ma confiance, même s’ils m’ont oublié dans mon trou, mais tant pis.

      - Même si on ne sera pas ensemble à la prochaine bataille, il faudra tout donner… Oui, tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 145
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Temps mort [Aku & Atasuke] Ven 9 Nov 2012 - 13:10

Les nouvelles apportées par Onpu étaient peu réjouissantes, et je dirais même déprimante. Ainsi, Suna était parvenu à prendre le devant lors de la première bataille, et ce malgré le fait que nous ayons triomphé de quelques uns d'entre eux il y a quelques jours à peine. Même si je devais m'y préparer, cette annonce m'accabla un peu plus. Cette bataille perdue.. Voilà qui allait grandement diminuer le moral de nos troupes, en plus des innombrables morts et blessés que nous avions à recenser. Physiquement et psychologiquement, nous n'étions pas en position dominante.. Mais je devais me ressaisir. Me morfondre n'apporterait rien, ni mes amis, ni à mon village, ni à moi même. Après tout, quelqu'un dont personne ne retient le nom a dit un jour : "On a perdu une bataille, mais pas la guerre". Cette citation résumait parfaitement la situation dans laquelle nous étions du côté du village de la feuille. Nous n'avions pas démarré sous les chapeau de roue, personne ne pouvait le nier, même pas nous, mais nul doute que nous avions les ressources nécessaires pour nous extirper la tête hors de l'eau. Dans quelques jours, nous serions très certainement confrontés de nouveau aux sunaajins.. Et cette fois, aucune erreur ne nous sera pardonné, et le moindre faux pas pourra entraîner la déchéance de Konoha. Soudain, une masse lumineuse dans le ciel attira notre attention à tout les trois. Je ne croyais pas aux signes du destin habituellement, mais je devais bien avoué que ce phénomène s'apparentait à être plus qu'une simple coïncidence..

    "Un signe.. Oui peut être Aku.. A l'image de cette boule de feu qui s'écrasera je ne sais ou.. C'est le feu de konoha qu'on devra déverser sur nos assaillants.. Peu importe les moyens, peu importe si pour ça on doit y passer.. La prochaine fois, ça sera une question de vie ou de mort, mais pas pour nous.. Pour notre village tout entier. Je n'ai pas de haine particulière envers Suna.. J'ai juste un profond amour pour Konoha, et c'est ce qui me pousse et me motive à me battre.. Et j'imagine que c'est le cas pour vous aussi..
    Et t'inquiète pas On'.. Je ferais tout ce que tu me diras.. Tu as beau être mon ami et mon équipier, t'es mon senpai avant tout.


La guerre.. Notre centre d'attention à tous. Des jours entiers à être dans la peur de mourir, dans la peur de voir ses proches mourir.. Des jours entiers à penser bataille, à vivre bataille, à parler bataille et à vivre bataille.. Tout les trois, nous avions besoin de respirer, à n'en pas douter. Des jours entiers à n'avoir que la même chose en tête, c'était plus qu'épuisant, aussi bien physiquement que moralement. J'avais besoin d'évacuer la pression, et mes amis encore plus.. Onpu, le ninja surdoué qui devait gérer sur le terrain tout en essayant de nous protéger.. Et Aku, ce môme hors du commun qui deviendra certainement un des meilleurs éléments de konoha dans un futur proche.. Mais qui en attendant restait un enfant.

    On'.. Tu sais comme moi que la musique est capable d'éveiller tout un tas de sentiment positif dans le coeur des hommes.. Malheureusement moi j'suis pas trop en état.. Tu voudrais pas nous jouer un petit air ? Et toi Aku t'auras qu'à invoquer quelques morts pour qu'ils nous fassent une petite chorée.. Au clair de lune ça pourrait envoyer du lourd.
Dis-je avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1460
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Temps mort [Aku & Atasuke] Jeu 15 Nov 2012 - 20:18

La suggestion d'Atasuke était plus qu'alléchante, mais c'était un peu délicat dans cette situation. Du reste, il s'agissait de ne pas faire trop de bruit, pour ne pas déranger les blessés du camp, ni attirer les éventuels ennemis. Toutefois, ça démangeait trop Onpu pour laisser passer ça. Il déclipsa une poche de sa veste de chûnin, en sortit son rouleau de sceaux.

    - Je dois avouer que je dois moi aussi beaucoup à Konoha, dit-il en déroulant son parchemin à terre, mais ne vous emballez pas non plus par patriotisme. Il est important de privilégier la lucidité, et pas la hargne... enfin pas autant. On aura tout le temps d'en reparler plus tard.


Il passa ses doigts sur différents sceau, invoquant dans un léger nuage de fumée sa guitare basse, une sorte de violon, un piano modèle réduit et quelques percussions. Le reste, il pourrait le faire à l'onkyôton. Mais il avait d'abord besoin de ses bras supplémentaires.

Il adressa un regard amusé à Atasuke: cet instant était un hommage à la première fois où ils s'étaient parlés, avec Misory. On' avait alors dit qu'il rêvait de pouvoir se démultiplier physiquement pour être en mesure de jouer plusieurs instruments en même temps. Désormais, il en était capable.
Six mudras, les mains au sol: quatre clones de boue jaillirent du sol autour de lui. Ils s'assirent en tailleur aux côté de leur concepteur: le premier se saisit du violon, le second enfila la basse. Le troisième et le quatrième se placèrent quant à eux près des percussions et du piano.
On' leva la tête vers les étoiles. "Un, deux, trois, quatre...", compta-t-il en rythme dans un murmure pour donner le tempo à ses doubles.

Une nuit à ciel ouvert by Encre on Grooveshark

Vu l'ambiance, il valait mieux partir sur quelque chose de calme. Le piano lança les premières notes, accompagné du violon qui décochait une harmonique toutes les mesures. Bientôt, quand la boucle fut bien installée, la basse et les percussions se joignirent à eux, en respectant le calme ambiant. L'original, quant à lui, lançait quelques sons onkyôton, et réfléchissait à quelques paroles. Le texte, ce n'était pas sa tasse de thé, il ne se motivait pour en trouver que lors des occasions spéciales, et la guerre était quelque chose de suffisamment spécial pour lui. Le but de la chanson était de décrire la nuit... Sa voix grave était presque un murmure.

    "Je suis venu ici
    Saisir ce court instant
    Un salon des lumières
    Des heures danser la ronde
    Une heure là à l'abri
    Et peut-être une seconde
    On dit qu'à ciel ouvert
    La nuit parait plus longue"


La rythmique lente et tranquille reprit, le violon se fit un peu plus présent. On' jeta un oeil à Aku pour s'il faisait des bêtises avec ses cadavres comme lui avait suggéré Atasuke, mais son attention fut attirée par le rose assombri par la nuit des cheveux de Maïka, qui s'était approchée. Elle semblait avoir envie de dire quelque chose, mais elle n'interrompit pas la chanson.
Onpu prit une nouvelle bouffée d'air. Le précédent couplet était pour l'instant présent, le prochain serait pour la prochaine bataille.

    "Je suis venu ici
    En terrain connu
    Avec pour alibi
    Quelques malentendus
    M'acharnant à ta porte
    Prêt à tout défoncer
    Reluquant de dehors
    Ta silhouette élancée"


A partir de là, la percussion accéléra un peu la cadence. On' continuait à lancer quelques sons curieux en arrière-plan, comme pour évoquer quelque des bruits d'oiseaux nocturnes. L'énergie du morceau avait gonflée, mais la dynamique globale restait la même. Les motifs s'enchaînèrent, encore et encore, comme de manière hypnotique.
Puis il s'arrêtèrent.
Quand le silence fut à nouveau installé, Maïka intervint. Elle avait un visage grave.

    - Désolée de casser l'ambiance, mais on a eu des news des autres légions. De la première, en particulier.


Le Onpu original se releva, la regardant.

    - Ce sont des mauvaises nouvelles, ou des très mauvaises?


Maïka baissa les yeux.

    - Tu ferais mieux de te rassoir...

    - Qui est mort? Insista-t-il, le visage sombre et l'estomac noué.

    - Misory.


La pause était définitivement finie. Les clones dôton s'écartèrent et s'écroulèrent sur eux-même derrière les arbres dans un tas de boue. On' serra poings et dents. La guerre l'avait rattrapé, même pendant cet instant privilégié.

    - Abattue par le Kazekage en personne, et une certaine Amaterasu qui paraît-il a sa photo dans le bingo book... je suis désolée Onpu.


Ils se regardèrent. Il n'y avait pas que "Hyô Misory" qui était tombée au combat, mais également la cheffe de leur unité spéciale. La Racine allait être dans de beaux draps maintenant, mais On' s'en contre-fichait. Le souvenir de sa rencontre avec Atasuke l'avait fait pensé à elle, et le fait de l'imaginer en train de mourir... Il baissa la tête, se retenant de hurler.

    - Qui d'autre? continua-t-il finalement, la voix tremblante.

    - Pas beaucoup de gradés. Beaucoup de genins, par contre. J'ai perdu une amie du clan Hatake, elle s'est faite empaler par une marionnette.

    - Navré...


Un silence gênant.

    - Ah, et on dit aussi qu'une certaine Zanshi a balayé Suguato avec un ninjutsu terrifiant qui a ravagé le territoire, mêmes des sunajins ont été pris dedans.

    - Non... lui, c'est impossible. Il est plus malin que ça, j'en suis sûr.

    - C'est ce que beaucoup pensent également.


On' se battait avec lui-même pour ne pas laisser déborder ses émotions. "Du gâchis", pensait-il, "tellement de gâchis...". Il n'arrivait même pas à ressentir de la rancune contre ce Kenji, la frustration d'avoir été arraché à sa musique pour être ramené sur terre était une sensation bien trop douloureuse pour penser à quoi que ce soit d'autre.

Ses deux camarades avaient dû entendre la conversation. Atasuke, en particulier. Ils avaient rencontrés Misory ensemble.
Il se retourna vers eux, sans dire un mot. Il ne pouvait rien dire. Du moins, il préférait ne rien dire plutôt que de laisser échapper quelque chose de stupide, qui irait à l'encontre du conseil qu'il venait de leur donner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try

avatar
Informations
Grade : Aizuyake - Chef Hyô
Messages : 1000
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Temps mort [Aku & Atasuke] Jeu 22 Nov 2012 - 15:22

    Après avoir parlé, je m’étais allongé dans l’herbe. Non pas que je commençais à fatiguer -enfin si un peu-, mais juste que c’était plus agréable. J’écoutais toujours la conversation, notamment monsieur Atasuke qui avait parlé juste après moi. Il avait tout à fait raison, on devait se battre pour protéger Konoha, car c’était notre village et qu’on ne pouvait pas rester les bras croisés. Après ses paroles, une question traversait mon esprit… Je me demandais s’il n’était pas poète dans le fond. Bah oui c’est vrai, c’était très beau ce qu’il avait dit, on ne pouvait pas le nier. Il faudra que je lui pose la question un jour, mais pas tout de suite. Ce serait un gros hors-sujet comme pas possible. Et puis il reprit la parole en parlant de musique. Ah bah lui il s’est pas gêné pour changer de sujet comme ça ! Pas grave, car ce qu’il disait était très amusant. Il demandait au Myakudou de nous jouer de la musique. Owiii ! Je savais qu’il était musicien, mais je n’ai pas souvenir l’avoir entendu jouer une seule fois. Je m’en serais voulu si j’étais mort avant de l’avoir écouté. Et puis il me parla ensuite à moi, me disant que je pouvais faire appel à certains de mes amis décédés pour qu’ils dansent. C’est vrai que ça serait cool, et qu’il y aurait bien plus d’ambiance. Je regardais monsieur On’, le suppliant du regard. Il ne pouvait pas refuser, je suis encore plus craquant que le Chat Botté !

    Et puis il sortit un parchemin, et se mit à parler de ce qui a été dit précédemment. Changez pas de sujet !! Même si ce qu’il disait était intéressant, mon esprit était plus concentré sur ce qu’il avait pris. Les parchemins, les sceaux, c’était un domaine dans lequel j’avais beaucoup de connaissances. Mais il fallait pas être un expert à renommée mondiale en terme de Fuinjutsu pour deviner qu’avec ceci il allait pouvoir invoquer quelque chose, ou un truc du genre. Vu qu’il n’était pas vierge, cette option était la plus évidente. Bingo ! Il fit appel à une multitude d’instruments. Honnêtement, je ne savais jouer d’aucun d’entre eux. Je savais crier et c’est tout. C’est déjà bien je sais. Et puis monsieur On’ créa des clones, sûrement pour jouer tous ses instruments. D’un mouvement bref, je me relevai.

      - À moi ! À moi !


    Je voulais invoquer mes cadavres, mais… Petit problème. Ma réserve de cadavre était épuisée. Ils avaient tous connus une triste fin sur le champ de bataille, bien que ça m’a bien fait rire de les voir faire « BOUM ». Ouais mais là c’est plus drôle, je n’ai pas eu le temps de les réparer convenablement ou d’en trouver des nouveaux ! Mon regard se tourna vers la tente, je n’avais toujours pas trouvé ces fameux cadavres, mais si je faisais ça j’allais me faire tuer. Je ne pouvais plus rien faire… Ah si, j’en avais deux en réserve que je n’utilisais jamais. Pourquoi ? Car ils étaient trop meugnons ! C’est un couple (ou ancien couple si vous préférez), et moi je suis trop gentil pour les utiliser au combat. Imaginez que l’un d’eux soit réduit en cendre, l’autre serait tout triste… J’suis pas comme ça moi ! Bref, je sortis le parchemin de mon sac, puis j’invoquai les deux tourtereaux.

      - Bon vous allez leur montrer comment vous dansez bien, ok ? Et le premier qui se casse la gueule et qui libère son poison je m’occupe personnellement de son cas !


    Ils ne sont pas très solides il faut dire, le temps ne leur a pas fait de cadeau. Mais j’essaye de les préserver comme je peux. J’étais souriant, toujours aussi sociable avec mes cadavres. Quoi ? Ca vous dérange ? C’est comme vous avec vos amis imaginaires, bah moi j’en ai pas, na. Ouais j’en ai pas besoin moi. Et la musique démarra, et je ne m’attendais pas à ça. La musique était assez calme, mais très jolie. Ouais, mais comment danser sur ça ? Ah bah oui, j’avais oublié que les corps que j’avais invoqués étaient deux amoureux défunts.

    Pendant que j’écoutais la musique, mes cadavres se prêtaient au jeu, et dansaient… A leur façon. J’avais jamais essayé, mais c’est bizarre d’en voir danser, je devrais les inscrire à un club de danse pour qu’ils apprennent un peu, car même moi je pourrais faire mieux. Moi, je m’étais contenté de m’installer de nouveau dans l’herbe, allongé sur le ventre et profitant de la musique ainsi que du spectacle. On était bien là, ça évacuait un peu toute la pression qui s’était accumulée ces derniers temps.

    Et en plein morceau, l’amoureuse aux cheveux roses de monsieur On’ arriva. Oui ils étaient ensembles je l’avais compris, ça se voyait trop. En plus elle arrive juste pendant une musique toute jolie comme ça. Plus de doute maintenant. Un moment passa, et ce fut la fin de la représentation. J’applaudissais comme un petit fou, j’étais très content de ce que je venais d’entendre. Après cela, je rappelai mes cadavres. L’amoureuse du musicien se mit à parler, de la guerre. Elle avait des nouvelles, mais semblait avoir du mal à expliquer exactement qu’est-ce qu’il y avait. C’était pas bon du tout ça… Les deux tourtereaux vivants parlaient, jusqu’à qu’on sache ce qui s’était passé. Quelqu’un était mort, une certaine Misory ainsi que d’autres. Je ne la connaissais pas, à vrai dire je ne connaissais pas grand monde. Cependant, les deux autres semblaient la connaître. Ah… Je restais silencieux, c’était assez délicat comme situation. Elle continua, mentionnant également le nom de Suguato. Lui, c’était le monsieur qui était avec nous trois lorsqu’on a été attaqué dans la forêt de Hi no Kuni ! J’espérais qu’il s’en soit bien sorti lui…

    Cette nouvelle, ça a dû être la douche froide pour mes deux compères. J’ignorais qui elle était pour eux, mais bon.

      - Je suis désolé pour vous deux…


    Que dire dans une situation pareille ? Je pouvais dire tout ce que je voulais, le moral risquait de ne plus remonter. Je pouvais comprendre ce qu’ils ressentaient… De mon côté étant lié à la mort de par mes capacités, ce n’était pas un domaine qui me faisait peur, mon souhait était même de vaincre la mort. Mais pour eux, la vision de celle-ci devait être bien différente.

      - Faut pas se laisser abattre, j’suis sûr qu’elle n’aurait pas voulu ça ! Dans cette guerre, nous sommes tous en danger, si on abandonne c’est la fin pour nous. Au contraire, si on continue d’avancer nous survivrons, et c’est le meilleur cadeau que vous pourrez lui faire…


    C’était une tentative comme une autre de les consoler. Ce que je leur ai dit, c’est ce que je pensais pour mes parents. De ce fait, je ne craquais presque jamais. Restait à voir s’ils étaient du même avis que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Temps mort [Aku & Atasuke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-