AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Yondaime Hokage... [À tous]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Messages : 1025
Rang : S

Message(#) Sujet: Yondaime Hokage... [À tous] Lun 3 Déc 2012 - 22:07

Immédiatement après, nous avions des hommes, chargés de passer le message. L’Hokage allait faire un discours du Palais, sur le balcon qui avait toujours servi pour les grandes nouvelles. Chaque homme capable de se déplacer, civils ou soldats, devaient se rendre sur la place. L’Hôpital resterait certainement plein de médecins et de soignants, des soldats resteraient certainement alités, mais la nouvelle se répandrait. Le Kazekage ne viendrait pas sur le balcon. Lorsqu’il avait quitté le bureau de Nikkou, lâchant un commentaire, je me contentais de sourire en coin en le laissant partir. Une petite foule éparse se rassemblait, des Sunajins y assistaient aussi. Je m’avançais sur le balcon jusqu’à être visible. Visiblement, la plupart des membres du Conseil dans le flou avaient jugé bon de se présenter après une journée sans nouvelle, suivant l'entrée du Kazekage.

- « Je suis maintenant le Yondaime Hokage, nommé par Nikkou. »

En parlant, j’écartais faiblement les bras, une mimique si « non-naturelle » que tout le monde en comprendrait l’ironie, alors qu’un léger balancement du haut de mon corps, rappelant vaguement l’hésitation d’un alcoolique, apparu. Pourtant, je ne souriais pas, je gardais un visage neutre. Je les regardais. Un silence se fit au début, avant que des murmures parcours petite foule. Je fis quelques bas et posais mes mains sur la balustrade, les observant sans rien dire pendant une poignée de minutes, puis, je repris la parole.

- « Je… Je dois vous annoncer la défaite de Konoha. Ceux qui y voient une trahison, je leur dis ceci : pensez à ceux qui sont blessés, à côté de Sunajins, pensez aux morts causé par un entêtement trop têtu. Pendant des années, nous avons voulu la paix à tout prix… »

Je restais ensuite silencieux. Le bois doux de la balustrade avait subi les effets du temps, sa peinture parfaite avait néanmoins asséché le bois. Il semblait lourd, mais on avait plus cette impression avec la peinture. Chacune des parties de la balustrade avait été sculptée à partir d’un seul bloc de bois. Je secouais la tête un instant avant de relever la main, frottant entre mon index et mon pouce un écaille de peinture blanche. Je relevais la tête.

- « Voici les termes de notre défaite : l’Hokage va diriger Konoha. Suna demande en échange qu’un Ambassadeur soit envoyé chez eux et qu’un des leurs soit Ambassadeur pour Suna au sein de Konoha. Pour assurer la communication entre nos deux Villages. L’homme de Suna sera Kuroi Ao et celui envoyé par Konoha… Kenzaku Sarutobi. »

Je cherchais des yeux, dans la petite foule, le principal concerné. Je plissais un peu les yeux en me demandant pourquoi Kenji avait précisément demandé cet homme. Éloignez un membre facile à contrôler, mais définitivement prometteur et important, de Konoha ? Cette question provoqua un léger geste involontaire, ma langue sortant rapidement pour humecter mes lèvres. J’avais la gorge sèche, je devais l’avouer, la situation et le discours me rendait nerveux. Je me contentais alors de prendre une inspiration, retenant un bref sourire devant le ridicule de ma propre nervosité.

- « L’autre condition… La dissolution du Conseil. Effective, maintenant. À ce titre, Konoha sera gérer de manière militaire, par des conseillers militaires, par le chef militaire, c’est-à-dire, l’Hokage. Les anciens Conseillers, par respect pour cette tradition, peuvent toujours tenter d’être utile en tant que conseillers militaires. La raison de ces changements ? Suna désire mettre fin aux agissements de Makka ! Nous aussi nous la connaissons, nous aussi nous gagnerons à la frapper, ce sera déjà ça… »

Frapper Makka ? C’était une bien maigre consolation, je le savais, mais les gens comprendraient peut-être que ce n’était pas sans avantage pour nous, même s’il y en avait peu. Je voyais les Conseillers s’agiter. Certains ne savaient pas comment réagir, certains me regardaient furieusement. Pendant des années, ces chefs de Clan, plutôt des marchands que des militaires, avaient eu beaucoup de pouvoir. Ils devaient décider du prochain Hokage, des accords à entériner, des missions à accomplir… Ils apportaient beaucoup d’argent au Village, mais, surtout et aussi, à leur propre Clan qui avait presque tous une part importante dans l’économie, que ce soit la soie, les jouets ou le reste. Aujourd'hui, ils se retrouvaient à armes égales avec les autres.

- « Je vais terminer… En chimie, certaines molécules lorsqu’elles sont pressées se positionnent dans une structure organisée extrêmement stable. D’autres se contentent de changer et de se transformer, gardant de leur mobilité… Nikkou, plus que tout autre Hokage, vous a offert le droit de choisir. Je ne dérogerai pas à ça. »

Je me contentais de me redresser. Je n’avais rien sur moi, ni les vêtements de cérémonie, ni le chapeau, tout avait été organisé rapidement, personne ne savait ce qui se passait. Je les regardais, écoutant la foule qui, au fil des minutes, comprenaient que j’avais dit ce que j’avais à dire. Je ne savais pas si me voir habiller, avec ma veste, ma chemise roulés sur mes avant-bras et ma cravate serrée, les révolterait ou s’ils n’en auraient rien à foutre. Konoha devrait faire des choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Aizuyake - Chef Hyô
Messages : 1000
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Mar 4 Déc 2012 - 20:24

    La guerre avait enfin prit fin, ce n’était pas trop tôt. Honnêtement, je ne savais pas vraiment tout ce qui c’était passé pour en arriver là. La seule information que j’avais en ma connaissance était la suivante : une annonce importante allait être faite dans les minutes qui suivent, devant le Palais du Hokage. Ce n’était pas tous les jours qu’un évènement comme celui-ci allait se produire, j’allais peut-être en savoir plus sur les précédents évènements. Ne me concentrant uniquement que sur mon trajet, j’avançais. Oui, à chaque fois que je pensais à autre chose je finissais en retard, et des fois en mauvais état. Stop maintenant, je suis un grand garçon dès à présent. La guerre m’avait fait mûrir et… Ce n’est pas crédible ? Tant pis j’aurais essayé au moins. Bien sûr que non que je n’avais pas mûri, ce n’est pas parce que j’ai maintenant dix ans que je suis subitement devenu mature. Ah oui car j’ai fait mes dix ans il y a quelques jours. C’est cool, non ? Bah non, je n’aime pas grandir. Quand je pense qu’un jour je serai aussi vieux que monsieur Tomate et les autres… Mais, je ne devais pas me concentrer uniquement sur… Et puis je me pris un arbre.

      - Aieuh… Oh !


    Et d’un coup j’étais content. Je vous explique : cela fait un moment que j’avais une dent qui bougeait. Et je n’arrivais pas à l’arracher, à chaque fois que j’essayais je me faisais mal. J’ai bien essayé d’utiliser un shuriken, mais la douleur était toujours là. Et puis là, le choc l’avait faite tomber ! Bon maintenant, il me manque une dent et ça se voyait assez. J’avais quelque chose contre les dents en ce moment, je ne sais pas quoi. Enfin bref, je suis quand même passé d’une annonce de la plus haute importance à une dent, vive les hors-sujets. Me relevant, je levai la poussière présente sur mes habits, puis je me remis en route. Il y avait une immense foule ! Même si ça allait se passer un peu en hauteur, ma petite taille ne me permettait pas de voir. Regardant les alentours, je ne voyais personne pour me porter. Tss… Ils ne sont jamais là quand il le faut !

    Il ne me restait plus qu’une solution, le plan B. Alors que tout le monde était dans l’attente, ameutés comme un troupeau de moutons, je m’allongeai au sol et je me mis à ramper au sol, me faufilant entre les pieds de chacun. C’était rigolo, et avec l’agitation personne ne me voyait ou me sentait passer. Et puis, qui a dit que c’était interdit ? Personne, problème réglé. C’était dur de me frayer un chemin entre toutes ces jambes, mais j’y suis finalement parvenu, étant à présent aux premières loges. Ah bah voila, c’était parfait. Le timing l’était aussi en plus, puisque quelqu’un arriva. Et ce n’était pas la personne que je pensais voir sur ce balcon qui apparut.

    Je m’attendais à voir notre Hokage, le dénommé Masao Nikkou. Mais c’était quelqu’un d’autre qui se présenta sous le titre de nouveau Hokage : c’était monsieur Suguato, un des meilleurs éléments du village que j’avais rencontré lors de l’attaque des Messagers du Renouveau. Lorsque j’appris cette nouvelle, j’étais content pour lui, et je me sentais fier de m’être battu aux côtés de notre nouveau Hokage. L’homme continua son discours, nous annonçant la défaite de Konoha. Pas cool, mais il fallait faire avec, le principal c’est que ce soit enfin fini, que des personnes ont su y mettre fin. Je restais attentif sur la suite, qui allait être encore plus importante.

    Il nous parla d’une histoire d’ambassadeur dont je n’avais pas tout compris à vrai dire. Apparemment, un Sunajin allait venir chez nous, et un Konohajin allait se rendre au village caché du sable. Les noms furent annoncés. Le premier m’était inconnu, tandis que le deuxième… C’était monsieur Tomate, mon senseï, Sarutobi Kenzaku.

      - QUOI ??


    Oups, c’était sorti tout seul… En plus, la foule n’était pas bien bruyante. Je n’étais pas spécialement là pour me faire remarquer, mais je ne voulais pas qu’il parte moi, surtout à Suna. C’était trop dangereux et je n’étais pas content… J’espère qu’il va refuser d’avoir ce rôle, sinon je ne le lâche pas d’une semelle pour l’empêcher de partir. J’essayais de me canaliser, mais je bouillonnais de l’intérieur. J’écoutais aussi la suite de ce qui se disait, mais j’avais du mal à tout comprendre. On parlait d’un Conseil à dissoudre, je ne savais pas ce que c’était. Il parlait aussi de "Makka", et je ne savais toujours pas ce que c’était. Ca se mange, c’est ça ? Bon, on va dire ça pour me donner une image. Et puis ensuite… J’étais définitivement perdu lorsqu’il parlait de chimie. En tant que nécromancien je me devais de m’y connaître un minimum, mais là c’était trop poussé pour moi. Je savais confectionner des poisons avec un peu d’aide, pas plus. Je n’avais pas aussi cerné le rapport entre les molécules et notre ancien Hokage, mais je ne dis rien pour y réfléchir plus tard. Pour l’instant j’attendais d’en savoir un peu plus sur cette histoire d’ambassadeurs, et sur ce que venait faire mon senseï dans cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 765
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Mer 5 Déc 2012 - 15:01

Nous étions tous là à attendre devant ce beau palais qu’était celui du Hokage, en effet plusieurs ninjas de Suna étaient restés pour voir de leurs propres yeux la victoire de leur village mais surtout la paix. Ceci s’annonçait comme un tournant dans le monde ninja, étant là comme ambassadeur, le jeune Ao tenait tout particulièrement à y assister. Sa visite à Konoha était toute récente et il n’avait pas encore prit le temps de se présenter en tant qu’ambassadeur, ni même de rencontrer le nouvel Hokage. Même si la guerre était terminée, les ninjas de Suna restaient un peu à l’écart, les tensions internes sont loin d’être finit et chacun savait qu’à la moindre erreur les affrontements pouvaient reprendre. Ao était bien entendu une cible privilégié, il allait devoir vivre à Konoha pour quelques temps en restant sur ses gardes de jour comme de nuit. Après quelques minutes le chef du village de Konoha fit son apparition, la plupart des ninjas de Konoha connaissaient évidemment cette personne qui siégeait à présent au poste d’Hokage. Mais la surprise fut totalement différente pour le jeune jônin de Suna qui apercevait là haut l’un de ses adversaires durant la bataille. Une personne qui avait préféré discuter plutôt que de faire couler encore plus de sang, en soit ce n’était pas plus mal que ce soit lui en haut de la hiérarchie du village. Prendre contact avec lui serait donc plus simple ou bien plus dure, cela restait à voir. Il annonçait la défaite de son village devant tout le monde, un discours qui commençait à faire parler les ninjas entre eux. Restant silencieux, Ao attendait la suite.

Lorsqu’il fut nommé par le nouvel Hokage, le jeune garçon de 17 ans ne pût s’empêcher d’être un peu gêné. Personne ne le regardait vu qu’aucun ninja de Konoha ne le connaissait, tout du moins pas beaucoup en tout cas. Il n’avait rencontré que quelques ninjas de la feuille en dehors de la guerre, un certain Sarutobi Kenzaku à qui il doit beaucoup et Gakyuu Kyuroru très sympathique. L’ambassadeur qui allait se rendre à Suna n’était autre que son sauveur Kenzaku, il était un peu triste de voir celui qui l’avait sauvé partir dans son village. Avoir de bonne relation ici lui aurait peut être permis de se faire mieux voir, même si ce n’était pas le but premier. Le reste du discours concernait beaucoup plus les personnes du village, une dissolution de leur conseil et une politique centré sur le domaine militaire. Bref, terminant par un peu de chimie, le nouvel Hokage restait à son poste écoutant la foule qui murmurait. Ce ne devait pas être simple de prendre la direction d’un village si grand dans de telles conditions.


* Je sais pas si c’est à moi de parler maintenant en tant qu’ambassadeur mais comptez pas sur moi pour monter là haut…*

Restant muet comme une carpe, le jeune garçon attendait la suite des évènements. Il y avait toujours des gens pour ne pas être d’accord et pour montrer leur mécontentement, malgré tout il préférait attendre de se présenter à l’Hokage avant de tenter une quelconque approche. C’était la moindre des politesses, de plus il n’avait pas vraiment le droit de faire n’importe quoi dans un village qui n’était pas le sien. Sans doute que le nouveau chef avait quelques conditions à lui donner, comme ne pas se balader tout seul la nuit ou des choses de ce genre. Bref, une grande mission lui avait été confiée et ça n’allait pas être de tout repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 334
Rang : B+


Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Mer 5 Déc 2012 - 15:29

    La guerre était finie. La plupart dise enfin et je les comprends. Moi j’en suis toujours à me demander pourquoi elle a eu lieu. Pourquoi c’est homme de Konoha n’ont pas voulu comprendre notre message, la grande et lourde menace de la puissante Makka. S’il seulement ils l’avaient compris, il n’y aurait pas eu tous ces morts, je ne serais pas là sur ce lit dans une tente médicale construite pour l’occasion par des Sunajin et Konohajin . C’était la ma grande déception mais au fond j’étais satisfait puisque mon pays l’avait emporté. D’ailleurs il semblerait que la guerre est cessé suite à une discussion tranquille entre le chef Sunajin, Kenji et celui de Konoha un certain Masao Nikkou mais qu’importe l’essentiel est qu’on entendait plus ces bruits de fer claquant les uns contre les autres, le cri des souffrances de chaque shinobi mourants.

    Allongé dans cette tente, je repensais à mon combat et notamment à Renzaburo. J’avais fait en sortes que le corps du jeune homme soit enterré au côté de son frère à Suna. C’était une démarche assez longue, des paperasses à remplir mais je l’avais fait car c’était la moindre des choses. Lui, Renzaburo je ne l’oublierai jamais. Pourquoi ? Il m’avait sauvé la vie. Il avait pris ma place pour le paradis. Si je le mérite encore… Ce combat face à ce Hyugâ, les mots qu’il avait prononcé avant de s’enfuir tout me revenait et j’avais un mal de crâne pas possible lorsqu’un médecin de je ne sais quel pays, soit de Suna soit de Konoha, vint prononcer un discours dans la tente ou plusieurs autres personnes étaient soignés.

    Le médecin tout de blanc vêtu annonça qu’un homme bien placé pour Konoha allait parler, prononcer un discours à la foule. La foule ou les shinobi de Suna et Konoha étaient conviés. Puis il nous regarda. Indiquant à l’un et l’autre s’il pouvait s’y rendre ou non. Me levant je lui posais une main sur l’épaule. Je le remerciai pour l’information et partit en direction du palais, j’écouterai cet homme, ce qu’il avait à dire puis je rentrerais avec une délégation à Suna. La route ne fut pas longue. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il y avait du monde. Je pu voir quelque bandeau Sunajin traîné ici et là, ils étaient entourés de Konohajin comme si rien ne s’était passé. Tournant mon regard au balcon, je pu voir un homme interpelant la foule. Il allait parler.

    Shiaijin Suguato. Son nom ne me disait pas grand-chose bien qu’il me semblait l’avoir déjà entendu. Bref il se présenta comme étant le nouvelle Hokage, le quatrième du nom donc. Il annonça ensuite la défaite de son peuple. A ces mots, je regardai autour de moi sans laisser paraître une quelconque satisfaction. On pouvait lire de la déception sur certain shinobi ou civil du village caché de la feuille. C’était compréhensible. Suguato continuait son monologue. Un ambassadeur siègerait de chaque pays serait nommé. Il dicta les noms. Kuroï serait l’ambassadeur de Suna à Konoha, un bon choix selon moi de la part de notre Kazekage. L’ambassadeur de Konoha était Kenzaku, un homme que j’avais rencontré lors d’une mission précédent la guerre. Un type plutôt sympa, enfin on verra bien ce que cela donnera. A l’énoncé de ce nom un jeune cria dans la foule. Il était non loin de moi. Poussant quelques individus je fus à sa portée. Lui tapotant l'épaules je lui adressai quelques mots amicale:


    « Calmes-toi, gamin. Ecoutes cet homme, l’avenir de ton pays est entre ses mains »

    Suguato continua son discours. A la fin de ce dernier, j’observais la foule, certain était ravi, d’autre moins. Personnellement, le Hokage m’avait fait bonne impression. Les termes du contrat me plaisait plutôt et le fait qu’il est évoqué Makka aussi. Il était important que tout le monde prennent conscience de menace qu’elle était. Elle et ces sbires bien entendu. Jetant un œil à droite puis à gauche, il était temps pour moi que parte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1460
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Mer 5 Déc 2012 - 19:40

    Hyûga Hiashi? Pourquoi pas. La mère de Miyu? Après tout, elle n'était pas si vieille.
    Mais Shiajin Suguato, Yondaime Hokage...???
    Non, il devait y avoir une erreur.
    Et pourquoi Nikkou avait-il été destitué, pour commencer? Aux yeux d'On', il n'avait pas gaffé outre mesure, à part lors de la déclaration de guerre avec Aare. Le luthier avait eu beau essayer de s'intéresser à la politique, certaines choses lui échappaient encore. Mais l'essentiel de sa surprise résidait dans la nomination de son ancien sensei à la tête du village. Non pas qu'il n'avait pas confiance en lui, mais c'était curieux. Il savait qu'il faisait partie des jônins spéciaux de Konoha, mais pas que Nikkou était prêt à lui confier les rennes. Le conseil n'avait-il pas eu son mot à dire, d'ailleurs?

    ... Plaît-il? Le conseil? Dissout???
    On' se frotta la nuque. Rêvait-il? Perché sur un immeuble à l'écart des foules, il avait une vue imprenable sur le balcon où se trouvait Suguato: pas de doute, c'était bien lui, et c'était bien sa voix. Improbable. Qu'allait-il faire par la suite? Faire un speach sur les névroses? Le pire, c'est qu'il en aurait été capable...
    Ah, pas loin! Une allusion foireuse à la science des molécules, autrement dit sa propre névrose. Il restait fidèle à lui même. Pourtant, cette fois-ci l'image utilisée était à peu près parlante, sans-doute savait-il se faire comprendre quand il s'y mettait vraiment.

    Onpu avait toujours du mal à y croire. En bas, dans la foule, un brouhaha s'était levé. Il n'y avait pas que des Konohajins, les deux villages avaient fait un grand pas en avant; toutefois cette avalanche de changements était quelque peu déstabilisante. Il espérait de tout cœur que Suguato savait ce qu'il faisait, sans doute n'était-il pas le seul à avoir réfléchi à l'affaire. Le Kazekage avait nécessairement mis son grain de sel dans l'affaire, mais il restait difficile de savoir qui dominait ou subissait la situation. En tant que membre d'une unité spéciale Onpu savait qu'il ne serait pas le dernier informé. Restait à attendre qu'un ANBU vienne le chercher.

    Ses oreilles avaient capté l'exclamation douteuse d'Aku au beau milieu du silence religieux ambiant provoqué par le speach. Il aurait pu le rejoindre. Il aurait pu. Mais il se contenta de s'allonger sur le toit du bâtiment, pour contempler le ciel, et écouter les gens brasser des mots, des plaintes, des insultes ou des applaudissements à l'issue du discours. Rester éloigné de l'agitation ambiante n'était pas désagréable parfois. Et puis, il n'avait pas encore totalement digéré la mort de Misory, un peu de calme ne lui ferait pas de mal pour l'y aider.

    Un point du speach avait pourtant retenu son attention, et ses réflexions rêveuses convergèrent lentement vers une décision: il fallait qu'il rencontre cet Ao Kuroi. Le nom ne lui disait rien, et l'intéressé, plutôt discret, ne s'était pas montré. Un ambassadeur devant être à l'écoute des autres avant tout, On' tenait à savoir de quel genre d'homme il s'agissait.
    Mais plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try

avatar
Informations
Messages : 147
Rang : C+


Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Jeu 6 Déc 2012 - 20:31

A Konoha, les gens se bousculaient et se marchaient les uns sur les autres, telles des fourmis en total désarroi. Je ne comprenais pas grand chose, et tenta de trouver la source d'une telle perturbation. C'est alors que je tomba sur la grande place située devant le Palais du Hokage. A ma grande surprise, elle était remplie de gens, Ninjas, civils ou encore même marchands, tous étaient réunis devant la balustrade. Au sommet du Palais, un homme avec une chemise froissée, une cravate et une coiffure loufoque avait prit la parole. Afin de mieux l'entendre, je me faufila dans la foule, poussant et dérangeant quelques personnes qui restaient immobiles, là. C'est alors que j'entendis qu'il était le Yondaime Hokage. Mon regard s'éberlua, et ma voix tressaillit :

" Comment ? Et où est passé ce maudit Sandaime de Nikkou ? Serait-il... Non, impossible, je ne sais pas ce qu'il est advenu de lui, mais... Peu m'importe. "

Il se nommait Shiaijin Suguato, et il avait vraiment l'air... Bizarre. Lors de son discours, il s'arrêtait sans cesse, changeait de sujet, était soit distrait, soit légèrement effrayant. Ses mimiques et sa façon de se tenir m'interpella :

" Lui, le Yondaime Hokage, ce clown... ? "

Mais le meilleur restait à venir. Lorsque je me rapprocha au maximum de devant la scène, j'entendis de sa part que Konoha avait perdu face à Suna. Peuh, il l'annonça avec tellement de nonchalance... Ce mec, je le détestait déjà. Lui, et tous ses Shinobis de Suna, je pouvait pas me les piffrer... Pas même certains Konohajin, c'est dire ! Enfin, en somme tous ceux qui prônait la paix comme argument surplombant tous les autres, c'était ridicule... J'étais ridicule.
Heureusement maintenant, j'ai ouvert les yeux, et je ne suis plus le même, je suis maintenant une fierté pour ma famille, mon clan. Et le fait que ce pseudo-Hokage annonce notre défaite aussi simplement, sans aucun remord, me débectait au plus haut point. N'avait-il donc aucune fierté pour se laisser piétiner par un autre village ? Bon dieu, n'allions-nous pas nous battre jusqu'à la mort, au lieu de nous laisser dominer, soumettre par ces misérables Sunajin ? Je détestais ce genre de discours, je ferma les yeux et serra les dents aussi fort que je le pu, ayant espoir de faire disparaître cette vaine réalité.

Par ailleurs, il énonça deux ou trois termes de cette défaite, comme si le déshonneur ne suffisait pas, et entre autre celui du système d'ambassadeur : un Konohajin siégerait à Suna, et vice-versa, et notre ambassadeur n'était autre que mon nouveau Senseï. Super, je pouvais encore attendre pour mes missions d'équipe... Mais ce qui me surprît le plus, ce fût bien que l'ambassadeur de Suna, qui allait, j'en étais intimement convaincu, espionner nos moindres fais et gestes au sein de notre propre village, comme si cela n'était pas le moins du monde compromettant pour notre sécurité, était Kuroi Ao. Étonné d'apprendre une telle nouvelle, je le chercha instinctivement dans la foule, puis le débusqua. Avant d'aller lui toucher deux mots, j'attendis la fin du discours du nouvel Hokage. Avant cela, un morveux venait de s'insurger de la nouvelle annoncée. Encore un gamin inconscient du danger que cela représente réellement, et qui ne pense qu'à afficher le fait qu'il connaisse quelqu'un de haut rang... Mais lorsque je tourna mon regard vers la source du cri, je reconnu ce gamin, cette frimousse à qui il manquait désormais une dent, ce petit drôle maladroit et candide, c'était le même que sur la photo d'un des gars de mon équipe. Je me dirigea alors vers le petit, mais un Sunajin l'interpella au même moment. J'eus soudain une désagréable sensation de haine. Un Sunajin, un étranger, était en train de lui faire la morale, en lui disant qu'il fallait " écouter le Yondaime ", qu'il était " l'avenir de notre village ",... Ça l'arrangeait bien, tiens, de dire de telles immondices, il n'était pas gêné que notre Hokage annonce que son village avait l'ascendant sur le nôtre ! Je ne rêvais pas, il était bel et bien en train de dire à mon coéquipier que si nous buvions des paroles telles que " rampez devant la supériorité de Suna face à Konoha ", c'était bien, qu'il fallait que l'on reste à sa place. Tu parles d'un avenir ! La répugnance se mêlait à la haine, lorsque mon corps se mû tout seul.

J'avança vers le Sunajin, posa une main sur son épaule, et lui tînt un regard aussi sombre que le ton que j'adopta :


" Dis donc, toi, tu devrais rester à ta place au lieu de dire de telles bêtises, tu ne sais rien de qui il est et de ce qu'il adviendra de notre pays. Tu ne devrais pas oublier que tu n'es pas à ta place ici, Sunajin. "

Je pu sentir le regard effrayé que le gamin me portait, je ne le mit pas du tout en confiance, mais peu m'importait, il n'aurait pas pu comprendre.

Quant à Ao, je comptais bien aller lui poser quelques questions sur la façon dont il allait procéder dans son rôle d'ambassadeur. Même s'il était fort sympathique, je ne tenais tout de même pas à me retrouver réveillé par la garde de Konoha en pleine nuit pour nous alerter d'une attaque surprise interne de Suna. On ne sait jamais...

Y a pas moyen, je n'aime pas ce qui se profile là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 308
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Ven 7 Déc 2012 - 1:44


Konoha n’avait pas beaucoup changé depuis la dernière fois. Seules les circonstances étaient différentes. De toute façon, il n’était pas ici pour visiter et n’allait pas rester trop longtemps. Toute cette verdure le rendait malade. Si les arbres avaient été bleus, vivre dans une forêt aurait peut-être pu être agréable…
Plus sérieusement, cette guerre laissait à Hayato un sentiment d’insatisfaction, tant au niveau des pertes, des actes, des enjeux ou des conséquences. Il y avait aussi le regret de ne pas avoir été aussi présent sur le front qu’il l’aurait voulu. Concours de circonstance, lui qui se plaignait de ne rencontrer aucune résistance avait fini par tomber sur le plat de résistance, l’Hokage lui-même. Un combat très court, lors du quel, suite à une erreur de débutant l’un de ses trois chef d’œuvre vola en éclat. Pour le marionnettiste qu’il était, c’était comme perdre une jambe en moins. Voilà comment il avait fait pour se retrouver à l’arrière jusqu’à l’annonce du dénouement…


Encore cette même scène, qui se répétait inlassablement. D’un certain côté, Hayato était presque heureux de voir que Suna n’était pas le seul village a vivre cette situation. Au final, c’était peut-être toute cette redondance ainsi que ce côté trop sérieux qui le rebutait à la politique. Et puis, ce genre de conjoncture lui faisait inévitablement penser à son sensei Kurogane Akio.
S’il était ici aujourd’hui, c’était surtout par devoir. Ces évènements resteraient gravés dans les anales, être aux premières loges d’un tel spectacle était une Chance, un privilège. Immobile au milieu d’une marré de gens, le marionnettiste attendait patiemment un signe de vie provenant de ce balcon. Il s’attendait à voir arriver Masao Nikkou, qui détaillerait la situation et évoquerait probablement la suite des évènements.
Baladant son regard un peu partout, il reconnut plusieurs visage, notamment celui de Zenpetsu, qui venait d’arriver, à une vingtaine de mètres sur sa droite. Il avait l’air plongé dans ses pensées et on pouvait le comprendre : enterrer un camarade n’était pas une chose facile.


* Kichigai, le second jumeau…C’est un jour triste pour le Kugutsu…*

L’arrivée de celui qui se présenta comme Yodaime Hokage chassa ces funestes pensées. Ce dénommé Shiaijin Suguato n’avait pas le profil type du Kage. Existait-il seulement un profil type ? Autre débat… En tout cas, il avait fière allure et présentait plutôt bien. De ce qu’Hayato pu comprendre, Konoha et Suna s’enverraient respectivement des ambassadeurs, choisis au préalable par le Kage. Le genre de poste en apparence très gratifiant, mais qui s’avérait bien souvent rempli de contraintes. Un poste maudit… Jugeant qu’il en avait suffisamment entendu, le marionnettiste n’hésita pas une seconde à quitter les lieux, lorsque Makka fut évoquée. Décidément, cette personne était véritablement au centre de toutes les attentions. A tel point qu’en l’état actuel des choses, chaque shinobi de chaque village devait en avoir après elle.
Hayato n’osait pas vraiment se l’avouer, mais avant que Suna ne soit incendié par cette criminelle, il lui était arrivé d’éprouver une certaine… fascination malsaine pour ce démon à forme humaine, dont il avait vaguement entendu parler. Elle occupait la majeure partie de la scène et toute décision dans ce monde était prise par rapport à elle. Le nec plus ultra pour tout comédien.


* Et maintenant… C’est quoi la suite du plan, Kenji-sama… ?*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Aizuyake - Chef Hyô
Messages : 1000
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Ven 7 Déc 2012 - 6:46

    Pendant que le nouveau Hokage avait prit la parole, un homme s’était dirigé vers moi, sûrement alerté par mon précédent petit cri. Je ne savais pas qui il était, mais je vis qu’il venait de Suna. Et là, je viens à peine de remarquer que dans cette foule il y avait bon nombre de Sunajins. Pourquoi ? Qu’est-ce qu’ils faisaient là ? Oh et puis merde, je ne comprends rien, ce n’est pas grave. Tant qu’on ne se tape pas dessus aujourd’hui ça me va. L’homme m’avait demandé de me calmer, et d’écouter cet homme qui était dès à présent Hokage. Il n’avait pas l’air bien méchant au final, mais je ne voulais pas me calmer. On n’envoie pas mon senseï à Suna sans avoir mon autorisation ! C’est quoi ces manières là ? Personne ne pensait à moi dans tout ça, c’est pas juste… Je voulais lui répondre, pour râler un peu, mais quelqu’un d’autre s’en mêla.

    Ce coup-ci, l’homme était de Konoha. Je ne l’avais encore jamais rencontré, mais il était venu à ma défense. Enfin, à ma défense… Le Sunajin n’avait rien dit de mal selon moi, il ne fallait pas s’énerver pour si peu. Le nouveau venu lui avait dit qu’il n’avait pas à se mêler de mes affaires étant un Sunajin à Konoha. Le truc dans l’histoire, c’est que je n’en connaissais aucun, et le ton montait "pour moi" en quelque sorte. Et pour une fois j’ai rien fait, c’est juste qu’on m’aime quoi. Enfin bon, je devrais peut-être calmer un peu le jeu, ça ne fera de mal à personne, et c’était même plutôt conseillé selon moi. Je regardais donc le Konohajin, pour lui parler.

      - C’est bon, il n’a rien dit de mal... Ne vous en faites pas, on a fait ami-ami avec Suna en plus !


    Bah oui c’est vrai non ? Le village caché du sable n’était plus notre ennemi, donc c’est un ami. J’aime avoir des amis en plus, c’est trop cool. On allait bien s’entendre avec ce village maintenant. Si je recroise mes adversaires de guerre j’espère qu’ils ne m’en voudront pas trop, ça serait trop nul… Et puis je regardais l’homme de Suna, qui était venu vers moi.

      - Monsieur le Sunajin, je veux bien l’écouter mais je suis pas d’accord avec lui. Mon senseï n’a pas à partir comme ça, c’est tout...


    En fait, je ne voulais surtout pas qu’il me laisse seul, mais ça je ne le dis pas. D’ailleurs, où il était monsieur Tomate ? Il devrait être par là non ? A moins qu’il… Non… ? Il serait déjà parti ? Ah ouais je vois, il a du anticiper ma réaction et est vite parti pour se débarrasser de moi. Il n’avait pas le droit de faire ça, j’étais sûr qu’il m’avait sagement attendu pour que je puisse m’énerver sur lui. Il n’y était peut-être pour rien dans cette décision, mais tant pis. Il vaut mieux que ce soit lui qui subisse que monsieur Suguato, maintenant qu’il était Hokage. Mais bon, ce dernier restait quand même ma seconde option. Sautant légèrement, je voulais voir au dessus de la foule, pour repérer les cheveux de mon senseï. Si je serais plus grand, nul doute que je l’aurais repéré en l’espace de quelques secondes, mais j’étais trop petit. Pff, y en a marre à la fin !

    Je me laissais tomber à terre, pour m’asseoir. Je n’étais pas content, et je boudais. Il allait voir lui à partir comme ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Ven 7 Déc 2012 - 7:56

    La tension sur la grande place du Hokage était assez étrange. Les shinobis de la feuille ainsi que du sable était tous mélangé de façon aléatoire, devant le palais du Hokage, parmi les civils innombrables de Konoha Gakure no Satô. Par endroit, certains shinobis qui avaient été ennemis sur le champ de bataille rigolaient déjà entre eux et c'était la meilleur façon de réagir pour notre village. Nous avions essuyer une défaite suisante lors de la première bataille et peu de temps après, Suna Gakure no Satô nous avait attaqué. J'étais présent au côté de Masao Nikkou, le Sandaime Hokage lorsqu'il fut le traité de paix avec Raiu no Kenji, le Kazekage. Il avait raison de faire cela, nos troupes étaient bien trop mal au point pour affronter une si puissante nation. Le pallier entre la puissance du sable et celui de la feuille était trop important et c'était sur que leur victoire aurait été total sans la bonne analyse de notre ancien chef de guerre. Nikkou avait agit au mieux, mais j'avais toujours ce goût amer dans la bouche, ce goût de défaite et de révolte voulant se manifester. Pourtant, je ne faisais rien, je me contentais de suivre les ordres. Du moins, jusqu'au moment où la situation serait plus ou moins rétablie. Un homme vêtu d'une façon assez burlesque, maquillé et l'air d'un vieux ne faisant pas vraiment attention à lui était sur le balcon et c'était proclamé Yondaime Hokage. Cet homme, je ne l'avais jamais réellement vu, mais je le connaissais quand même. Enfin, connaitre était un bien grand mot, j'en avais plutôt entendu parler. Il avait prouvé sa force et sa détermination pour la feuille autrefois, il avait prouvé qu'il était capable d'endosser le rôle de Hokage sur ses épaules, mais quand était-il de Nikkou, où était-il ? J'avais à parlé à ce nouvel Hokage pour lui dire ce que je savais, ayant été les deux fois sur la zone de champ de bataille principal.

    Comme il l'avait dit, Nikkou lui avait cédé s aplace de Hokage. Il lui avait donc parlé il y a peu de temps, il devait être au courant de tout, mais peut-être pas. En tout cas, les mots qui suivirent me concernaient. Il venait de parler de l'un des termes du contrat que Kenji avait stipulé pour signer le traité. Un shinobis de Suna serait envoyé à Konoha et un shinobi de Konoha serait envoyé à Suna. Ces deux guerriers serviraient d'Ambassadeurs, de représentants pour le village avec qui ils allaient être allié. J'allais être l'un des deux, et l'autre allait être... Ao Kuroi ? Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas entendu ce nom. Regardant la foule de droite à gauche, d'avant en arrière, je ne voyais personne se présenter ou autre lorsque ce nom fut dit. Kuroi... Un ami d'enfance. Ce garçon, je lui avais attiré des ennuis par le passé, je l'avais presque conduit dans la mort sans le vouloir et pourtant, il m'avait remercié de l'avoir sauvé. Une grande amitié était né entre nous deux mais lorsque nous nous étions séparé, c'était pour que je puisse attirer l'attention de mes ennemis et qu'il puisse se sauver. Peut-être pensait-il que j'étais mort puisque je lui avais promis de le rejoindre après avoir fait diversion ? Oui, il devait sûrement le penser et avoir entendu mon nom, il y avait deux possibilités de réaction. Soit, justement, il n'avait pas réagit, et m'avais donc oublié. Soit, à l'annonce de mon nez, il fut surpris, empli de joie ou autre puisqu'il avait apprit que j'étais vivant. Enfin, quoi qu'il en soit, là n'était pas la question puisqu'un peu plus loin, j'avais entendu un cri et pas n'importe quel cri, celui de Aku, mon petit protéger.

    J'essayais de passer dans la foule, tentant de me frayer un chemin jusqu'à le rejoindre. J'avais énormément de mal à parvenir à marcher. J'écrasais quelques pieds, bousculais des civils, shinobis de la feuille et du sable mais je n'en avais que faire, ils n'avaient qu'à me laisser rejoindre mon élève, ce petit être que je considérais un peu comme un petit frère. Essayant de le rejoindre, je me demandais ce que j'allais bien pouvoir faire d'ailleurs. Suna n'était pas la porte d'à côté pour Konoha, comment j'allais pouvoir m'occuper de lui, mais également de mes deux autres élèves, Ryosei et Kyuroru ? En arpalent d'eux, j'en vis un se déplacer rapidement dans la direction vers laquelle j'allais. Je reconnus au loin Kyuroru, et il était arrivé prêt d'un shinobi que je connaissais, Zenpetsu. C'était un shinobi du sable lui aussi avec qui j'avais lié certains sentiments. Lors de notre mission, nous avions sympathisé avec cet homme, drôle de situation alors que nous allions entrer en guerre peu après non ? Je connaissais pas mal de Sunajin au final dans cette foule alors qu'ils étaient mes ennemis. Ennemis ou non, nos villages respectifs étaient à présent alliés et ils allaient rester des amis pour moi, rien ne pouvait y faire. Du moins, amis si je les aimais bien, sinon, les autres resteraient de parfaits étrangers ou des shinobis que je ne pouvais pas voir. Je continuais à bousculer les personnes se trouvant sur mon chemin et bientôt, j'arriva au milieu du petit groupe.

    Zenpetsu demanda à Aku de se calmer car l'homme qui parlait était l'avenir de notre pays, enfin il avait l'avenir de notre pays entre nos mains, je n'avais pas bien entendu à cause de l'important bruits qui régnait devant le palais. Il n'avait pas tord, il avait l'avenir du village entre ses mains mais s'il faisait une chose de travers, cet avenir pouvait basculer du tout au rien en un claquement de doigts. Arrivé à ce poste, on a de grandes responsabilités auquel il faut faire face et ne pas se laisser aller. Je ne savais pas si ce Suguato allait être à la hauteur, mais je l'espérais en tout les cas. Kyuroru répondu à Zenpetsu du tac au tac en lui disant qu'il devait rester à sa place au lieu de dire des âneries car il n'avait pas dans son village. Il n'avait pas tord dans ce qu'il disait, Zenpetsu n'avait pas à remuer le couteau dans la plaie mais il n'avait également rien dit de bien méchant. Non, pour moi, s'il disait ça, c'était simplement pour calmer Aku. Mais ce dernier n'en avais que faire, s'il avait crié, c'était lorsque le Yondaime Hokage avait prononcé mon nom en disant que j'allais devoir partir pour le sable. De l'autre côté, je comprenais Kyuroru. Il n'avait pas aimé le fait que Konoha avait lâché prise aussi facilement sans se battre devant Suna. Je ne pouvais faire que cela, le comprendre. Il avait essayé de manifester son mécontentement lors que la seconde rencontre entre les deux villages cachés mais Nikkou l'en avait empêché et il m'avait dit d'intervenir pour le calmer, chose que je dû faire obligatoirement, devant répondre aux ordres. Je les comprenais tous, je comprenais tout ces sentiments, je ressentais moi même la même chose que la plus part des gens ici présent, mais le fait est qu'une puisse redoutable pèse sur nos épaules. Makka pouvait agir d'une minute à l'autre pour tenter d'anéantir les nations shinobis mais grâce à ce traité, nous étions plus fort pour la combattre.

    Aku prit la défense de Zenpetsu en indiquant à son équipier, qu'il ne connaissait d'ailleurs toujours pas son existence, que le Sunajin n'avait rien dit de méchant puis se retournant vers celui qu'il venait de défendre, lui tînt les propos auquel je pensais : Le petit ne voulait pas que je parte. Il avait vraiment l'air attristé, il fallait que je fasse quelque chose pour lui. Il était jeune et comptait beaucoup à mes eux. Ryosei et Kyuroru comprendront qu'il faut que je parte, mais pas lui. D'ailleurs, il fallait que je m'excuse envers le plus vieux de mes élèves car sa participation dans l'équipe allait être que très brève. Un peine arrivé, l'équipe allait être démantelée. Je ne voulais pas faire cela mais je n'avais encore une fois pas le choix, j'allais devoir obéir aux ordres. J'étais dans le dos de Aku et visiblement, il n'avait toujours pas vu que j'étais là et que j'avais tout entendu. L'attrapant et le levant par la taille, je le mis sur mes épaules. Le petit passait de un mètre cinquante les bras levés à deux mètres d'un coup ! Me mettant en place devant mon ancien compagnon de mission et de mon autre élève, je les salua brièvement de la main.

      « Kyuroru, calmes-toi. Je t'ai déjà tout expliqué du pourquoi du comment et agir de la façon dont tu le fais ne sers à rien sauf à envenimer la situation. Un simple Genin ne peut rien faire fasse à une telle chose mais si tu veux agir, gagne du pouvoir, de l'estime, prend du poids au sein de la hiérarchie et ainsi, tu aurais ton mot à dire ainsi que de l'impact sur les décisions à prendre »


    Je connaissais assez bien mon élève pour savoir que si Zenpetsu réagissait à ses propos de la manière dont il s'attendait qu'il le fasse, c'est à dire en s'énervant ou autre, le Genin allait instinctivement être sur la déefnsive et devenir fou à lier. Oui, je le connaissais bien et si une chose ne va pas, Kyuroru se met dans tout ses états, devant fou et violent envers n'importe qui. Sur les deux fois où j'avais vu cela, deux fois j'avais pu le calmer mais si je n'étais plus là, comment allait-il pouvoir faire ? J'étais un peu comme son garde fou... Il fallait que je me trouve un remplaçant pour lui, un remplaçant qui puisse prendre ma place pour le protéger et le calmer lorsqu'il le faudrait... Quand à Ryosei, il allit pouvoir se débrouiller par lui-même, je n'avais aucune crainte pour lui. Au sujet de Aku, il était comme un membre intégrant de ma famille, je ne pouvais pas me détacher ainsi de lui. Je lui faisais son éducation et sa formation depuis le jour où l'on s'est rencontré. Nouvel Hokage ou non, il fallait que je lui parle au plus vite avant mon départ même s'il allait être débordé. Par contre, une chose était sûr... La mort de Misory n'allait pas rester impuni...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 147
Rang : C+


Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Ven 7 Déc 2012 - 14:05

Rien n'aurait pu m'empêcher de recadrer ce type comme il se le devrait, j'étais ardemment convaincu que les propos qu'il tenait, bien qu'ils ne fussent pas réellement agressifs, le furent néanmoins envers ma fierté et mon village. De telles paroles auraient très bien pu être mal interprétées, peut-être comme le fus-je, mais en attendant mon interprétation était une possible interprétation Konohajin, et il ne fallait pas l'écarter de l'ordre du " possible ", tout comme le fait que notre nouveau Kage nous mettent dans un merdier plus profond que celui dans lequel nous fûmes. Oui, une telle situation était plus que déplorable, notre défaite face à Suna, qui plus est affichée en toute liberté devant tout notre propre peuple par celui qui est censé représenter la plus puissante entité du village, le Hokage,... C'était vraiment pitoyable. Le pire dans tout ça, c'est que nul ne pouvait agir en contre-sens à cette situation, sous peine d'être jugé de haineux, d'anti-pacifiste ou de je ne sais quel autre dénominatif pro-belliqueux. C'est donc pour quoi nos charmants petits camarades flirtais d'ors et déjà avec nos ex-ennemis et nouveaux " alliés ", à coups de grands sourires, de rigolades et de chamailleries de bonne entente... Cela me répugnait. Comment pouvait-on oublier à ce point qui nous étions ? Comment pouvait-on renier notre honneur et enterrer notre orgueil face à un village étranger ? Sincèrement, j'avais la nette impression d'être l'unique rabat-joie du village, le seul qui voyais la triste réalité en face : nous avions subi une cuisante défaite, deux fois d'affilé et sur deux plans différents en plus ! D'une part, sur le plan physique, Suna nous avait fait reculer dans nos derniers retranchements, boutés jusqu'à nos propres portes, et nous avions subi de lourdes pertes dans nos rangs, et d'autre part Suna avait réussi le prodigieux exploit, et en cela je les félicite, de nous anéantir psychologiquement, jusqu'à nous asservir tels des moutons tendant la patte en guise de soumission, nous nous étions abaissés à faire ami-ami avec notre ennemi afin de ne pas trop s'apitoyer sur notre défaite... C'était ridicule ! Je ne pouvais supporter une telle situation, surtout le fait que Konoha tout entier tournait le dos face à la réalité ! Non, la situation n'est pas toute rose, oui nous devons en vouloir à Suna, car c'est tout de même lui qui nous a fait subir cette défaite !

Le mioche m'avait répondu qu'il ne fallait pas s'échauffer l'esprit, oui, certes, mais ce n'était qu'un gamin, je ne prêtais pas une attention entière à ce qu'il me disait. Néanmoins, c'est alors que Kenzaku, mon Senseï, débarqua, d'un air sauveur. Lui, par contre, eût le mystérieux pouvoir de calmer mes ardeurs, juste en prononçant quelques mots. Il avait raison, un simple Genin ne pèse pas lourd dans notre société actuelle. Il avait d'autant plus raison que je n'étais pas assez fort pour avoir mon mot à dire. C'est pour quoi je lui rétorquai :


" Très bien, je n'aggraverai pas davantage la situation. Cependant il faut que vous sachiez une chose, autant vous que ces Sunajin : il ne sert strictement à rien de se voiler la face, nous avons perdu et ils ont gagné, point. Nous sommes dans la restriction de succomber à leur demandes, et c'est exactement ce qu'il est en train de se passer. C'est bien ça qui m'énerve au plus haut point, même notre Kage nous balance en pleine tronche que nous sommes perdants et que nous devons sourire. J'me barre, tout ceci me répugne... "

Je bouscula d'un coup d'épaule le Sunajin, et oublia complètement d'aller voir mon ami Ao, emporté dans un excès de colère.

" Tsss... Bien, à partir d'aujourd'hui, je fais la promesse de devenir plus fort afin de redonner à mon village l'honneur qu'il a perdu. "

A l'aide d'un déplacement instantané, je disparus dans une bourrasque de vent. Maintenant, direction le terrain d'entraînement, il faut que je me défoule, et surtout que je devienne plus fort... !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Informations

Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Ven 7 Déc 2012 - 16:18

Cela faisait si peu de temps que les affrontements avaient cessé, et pourtant malgré quelques incidents isolés par ci par là, les relations entre occupants occupés étaient plutôt bonne quand on pense à celle qui avait régné entre eux au cours de la guerre. S'entraidant mutuellement dans le but de sauver un maximum de vie en soignant, amis également il ne faut pas l'oublier, à récupérer tous les corps inertes gisant sur le champs de bataille aux alentours du grand entrepôt dorénavant en ruine. C'était d'ailleurs précisément celui-ci auquel avait prit part Tenzen la veille, un évènement qui le marquera sans doute à jamais étant donné qu'il y avait été une cause indirecte de la mort de l'un de ses camarades qu'un adversaire avait projeté en plein sur la technique de feu du Yamada finissant ainsi de l'achever. En effet voir des frères d'armes tombaient sous ses yeux lui étaient très familier puisqu'il avait eu tout le temps nécessaire pour en profiter durant sa première grande bataille, mais qu'il fasse partie des facteurs ayant conduit à la mort de l'un d'eux de façon plus ou moins accidentelle n'était pas inclue sans ses nouvelles habitudes. La seule qui était certaine c'est que y réfléchir à tête reposé ne lui avait pas fait de mal, loin de là. Il avait en outre était rassuré de savoir que trois sur quatre chefs de contingent de Konoha avaient pris la décision par eux-même sans s'en être référé au préalable auprès de leurs supérieurs de déclarer momentanément dans chacune de leur aire d'influence tout le long du front. Au moins il ne pourrait céder à la facilité, en accusant tous les habitants de leur village caché d'être similaire à ce maudit membre de l'ANBU qui était responsable de ce massacre inutile aux yeux du jeune homme.

Malgré tout il était presque venu le temps de repartir de là où il venait comme il s'était promis à la toute fin de la guerre, et alors qu'il avait déjà rassemblé toutes ses affaires et était sur le point de prendre la direction du pays du Vent, il arriva quelque chose d'assez intéressent. L'Hokage en personne souhaitait s'adresser à tous les homes et femmes présents au sein de se son village. Se disant qu'il ne perdrait rien à en retardant son départ de quelques instants, il se rendit à son palais comme la majeure partie des habitants semblait-il. Arrivé là-bas, il fut surpris d'apprendre que l'ombre du feu n'était plus la même personne, c'était en faite le discours d'entrée en fonction d'une nouvelle qui exposa à tous la situation actuelle, et le Yamada était encore loin de prendre conscience de l'ampleur de cette nouvelle, car dans le nouveau système d'ambassadeurs qui allait voir le jour entre Suna et Konoha, c'était ni plus ni moins que Ao Kuroi sons propre sensei qui se chargerait de remplir cette nouvelle fonction de leur côté. Il semblait alors évident que l'équipe Yaju ne tarderait pas à être dissoutes, lui et Sento se retrouvant alors sans sensei pour un bon bout de temps. Bien sur il était aussi très content pour lui qui souhaitait prendre du poids au sein du village, et là c'était carrément au sein de deux nations différentes qu'il pourra se démarquer.

Quand à la réaction de la foule, elle était assez mitigée, leur Yondaime avait bien rappelé les rapports de force dans l'histoire ainsi que leur objectif principal: s'unir pour détruire la terroriste d'envergure internationale Makha. En effet savoir qu'on a perdu et le proclamer ouvertement sont deux choses bien différentes, mais après tout ce n'était plus vraiment son problème, il laissait le soin à ses aines de gérer la situation en calmant progressivement les meurs des plus récalcitrants. Quand à lui, il prenait la route du Sud-Est avec quelques autres sunajins pour enfin refouler le sable chaud de son désert natal.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Informations
Messages : 765
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Ven 7 Déc 2012 - 18:38

La foule ne semblait pas savoir quoi faire, réagir pour protester ou bien accueillir les ninjas de Suna comme des alliés. Il y avait peut être des gens naïfs dans ce monde pour croire qu’une guerre s’effaçait avec quelques mots, si certains ninjas rigolaient déjà ensemble, d’autres faisaient la gueule et n’était pas prêt de pardonner. Ceci pouvait se comprendre, pourquoi aller prendre dans ses bras l’homme qui a tué votre ami, votre envie de vengeance est belle et bien là et la seule chose que vous souhaitez est la mort de cette personne. S’étant mit un peu à l’écart de la foule, Ao entendait quelques ninjas discuter avec un ton un peu fort. Les esprits s’échauffaient ils ? Il reconnu dans la foule son sauveur d’il y a quelques années, Kenzaku, l’ambassadeur de Konoha. Aller lui parler ne servirait à rien, ce n’était pas le lieu et pas le moment de toute façon. Il venait d’apaiser les ninjas en quelques mots, ce garçon avait le statut d’un ambassadeur et parlait déjà comme tel, après tout il n'était pas son sauveur pour rien. Fermant les yeux, Ao comprit que le moment était venu pour lui de faire face à son destin. La seule chose que devait faire le jeune garçon était de se présenter à tous ces gens pour leur montrer qui serait l’ambassadeur de Suna ou tout du moins à quoi il ressemblait. Ne sachant pas vraiment comment allait le prendre son ancien adversaire et le nouvel hokage, Ao décida quand même d’aller là haut à ces côtés. D’un signe de la main il disparut dans un courant d’air pour apparaître sur la gauche de Suguato, les ninjas et civils qui ne parlaient pas ne devaient sans doute pas bien comprendre ce qu’il se passait. Un shinobis de Suna voulait il déjà prendre la tête de leur chef ? Le ninja de Suna s’annonça immédiatement pour ne pas s’attirer la colère des ninjas de Konoha.

« Je suis Ao Kuroi, ambassadeur de Suna. Je suis ici pour assurer la communication entre nos deux villages et pour vérifier que l’accord sera respecté. »

Face à tout ce beau monde qui le regardait, le shinobis de Suna se sentait bien et continua son discours dans une voie diplomatique.

« Comme l’Hokage vient de le dire, nous avons un adversaire commun qui se nomme Makka et s’entraider dans ce genre de situation est tout à fait normal. Même si Suna est sortie vainqueur de cette guerre, il n’y a aucune réel gagnant ici. La plupart d’entre nous ont perdu quelqu’un d’important dans cet affrontement, je ne m’attends pas à reçut avec un grand sourire. Je souhaite juste passer un bon moment en votre compagnie en espérant rapprocher nos deux nations. »

Voilà, ça c’était fait, maintenant tous les ninjas savaient qui il était et pouvait à n’importe quel moment tenter de le tuer. C’était le risque d’être ambassadeur, résidé dans un village ennemi avait beaucoup d’inconvénients mais Ao allait sûrement gagner en maturité. Côtoyer un autre Hokage ne pouvait que le faire grandir un peu plus. Une nouvelle vie allait commencer pour lui, une vie avec sûrement beaucoup plus de responsabilités et d’actions. Attendant une réaction de la part de Suguato ou bien de la foule, le jeune garçon restait au côté du nouveau chef de Konoha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1460
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Ven 7 Déc 2012 - 19:34

    Allongé, la tête dans les nuages, On' fut ramené brusquement à la réalité.

    Quelqu'un venait de parler. Du haut de son immeuble, avant même d'analyser le contenu du discours et de réaliser que l'homme qui venait de faire sonner sa voix était ce fameux Ao Kuroi, ce furent les harmoniques du timbre de la voix de l'homme qui retinrent son attention. Ce timbre, il le connaissait. Certains l'auraient oublié, mais la mémoire auditive du luthier était hélas trop bien montée; cette voix raviva un souvenir.
    C'était pourtant la seule fois où il avait pu l'entendre. "Amuse-toi bien avec ça!", lui avait envoyé ce Sunajin à Kawa, alors qu'il ciblait un de ses clones avec une technique raiton téléguidée.

    Aussitôt, il se releva et s'accouda au bord du bâtiment. Juste pour confirmer... bien qu'il n'en avait pas vraiment besoin. Fatalement, il reconnut la carrure et la tête de ce shinobi qui avait été son adversaire.
    Ce shinobi dans le dos duquel il avait planté un shuriken.
    Ce shinobi qui'il avait soumis à la torture d'entendre les sons de son propre corps amplifiés de manière dangereusement éxagérée.
    On' avait pourtant précisé au début de la rencontre qu'il ne voyait rien de personnel à tout ça, et il s'était battu dans le but de vivre et pas de tuer. Quand bien même, les remords le rattrapèrent; son ventre se serra brusquement, lui donna l'impression d'imploser spontanément, et alors qu'une larme se frayait un chemin jusqu'à son oeil droit, il ne trouva rien de mieux à faire que baisser la tête et serrer les poings.

    Comme si ça ne suffisait pas, ce Sunajin n'avait rien de ces dérangés belliqueux, bien au contraire, il semblait presque naïf, osant espérer que les civils Konohajins, soumis à bien des idées reçues sur les "barbares de Suna", le veraient comme un médiateur et pas une menace. Ce n'était pas quelqu'un de mauvais. C'était quelqu'un... de normal. Et On' l'avait gravement blessé. Quelque part, le fait qu'il s'en soit tiré vivant pouvait être rassurant, mais voir que c'était à lui que le Kazekage avait accordé sa confiance pour communiquer avec le village donnait l'impression qu'il s'agissait d'une personne de confiance, ce qui ne faisait qu'accroître la culpabilité du luthier. Il ne supportait pas d'avoir failli le tuer, et il allait probablement en vomir s'il ne pensait pas rapidement à autre chose. Alors il quitta les lieux et s'éxila à l'autre bout de Konoha.

    C'était décidé, finalement il le rencontrerait encore plus tard que prévu. Trop de changements d'un coup, trop d'émotions, trop de morts; laisser décanter n'était pas une option mais une nécessité. Pendant une semaine, pas de missions, pas de prise de tête, juste la reprise de son commerce d'instruments de musique pour filtrer les pensées négatives et repartir sur de meilleures bases... Malheureusement, ses responsabilités de membre d'unité spéciale ne tardèrent pas à lui barrer la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try

avatar
Informations
Messages : 69
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Ven 7 Déc 2012 - 20:26

Yondaime Hokage.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

On avait demandé à tout Ninja de Suna de se présenter à Konoha pour la nomination du nouvel Hokage. Peu de personnes semblaient savoir ce qui était arrivé à l'ancien. C'était le genre de secret gardé avec attention. Kahuro avait donc fait la route pour également venir voir son Sensei, il avait été blessé à la guerre, mais bon c'était un coriace. Le Kawaguchi avait donc traversé le pays du vent, puis les pays entre les deux. Kawa No Kuni lui évoquait quelques souvenirs de sa rencontre avec un Konohajin pour des bijoux de famille. Mais bon, c'était une histoire bien ancienne. Une fois au pays du feu, il rejoint donc le village caché de Konoha. Il était blindé de monde. C'était relativement impressionnant. Entre les hôpitaux de fortune et les administratif courants dans la rue, les personnes normales tentant de continuer leur vie quotidienne, il n'y avait pas à dire, quelque chose allait se passer à Konoha. L'Assassin fit quelques pas dans la ville, examinant une boutique, se prenant quelque chose à manger à une autre. Il y avait beaucoup de Sunajin, Kahuro en avait reconnu quelques-uns. Cependant, lui était caché par un masque. C'était volontaire, hors de question qu'il se fasse identifier par des ennemis. Pour un spécialiste de l'infiltration, ça serait se dévoiler avant l'heure.

En effet, même si la paix avait été prononcée. Konoha restait un village Ninja qui pourrait par la suite revenir un adversaire. On est jamais à l'abri de quoi que ce soit. Le Kawaguchi était maintenant au centre du village et pouvait admirer le palais du Hokage. C'est à ce moment-là qu'un homme sorti, pour se mettre au balcon, le centre d'intérêt était ici. C'était un Shinobi du pays du feu et il allait être le nouveau Hokage. L'ancien était mort au combat ? Peut-être, à vrai dire, Kahuro en avait strictement rien à foutre. Le 4ème du nom faisait son discours, visiblement très peu habile dans ce domaine. Et il mettait également en évidence que ses pouvoirs allaient être drastiquement renforcé par la dissolution du conseil. Enfin, il ne le disait pas comme ça, mais c'était le sens derrière ses mots.

Le but de l'Assassin n'était cependant pas là, il avait fait acte de présence et c'était suffisant, il prit la route de l'hôpital principal. Il devait rejoindre son Sensei, Zenpetsu. Il avait dû partir à la guerre et sans eux et Kahuro pensa que c'était un bon moyen de lui faire plaisir en lui rendant visite. La prochaine fois, il sera à ses côtés. Que ce soit dans un combat simple ou une guerre, il s'était promis d'être présent. Les individus étaient multiples, tant de visage, d'esprit, d'être sujet à la réflexion. Il n'était rien pour le Kawaguchi. L'homme n'avait rien à faire de la vie des autres. Seul la sienne et celle de Nami comptait à ses yeux. Celle de son Maitre ne l'était pas encore, il était plutôt un défi, un but à poursuivre. Mais qui sait, les deux hommes s'étaient jusque là parfaitement entendu. Et une amitié avait commencé à naître. Ao avait désormais pris la parole pour représenter Suna, il serait ambassadeur. Un Jônin de moins, c'est une perte stupide. Mais bon, les hautes instances font ce qu'elle souhaite. De toute façon, Kahuro n'en a rien à foutre.

C'était lui, oui, c'était lui là-bas. Décrochant le bras d'un gamin, il faisait demi-tour et au milieu de la foule, les deux hommes se firent face à face. L'élève modèle, celui à l'écoute de son Sensei mais, ayant une présence noire et le Maître qui faisait de son mieux pour peu à peu l'aider à le maitriser. C'était typique du scénario le plus classique du monde. Mais leur regard se croiser, sombre l'un comme l'autre. Quelque chose avait changé chez Zenpetsu, la guerre avait dû le changer, ça se voyait dès le premier coup d'oeil. Cet échange inhumain aurait pu continuer encore quelques temps, mais ce n'était pas courtois. D'un sourire totalement forcé, Kahuro pris la parole, au milieu du rassemblement, faisant un léger signe de la main.


« Eh bien Sensei, vous avez l'air en sale état. Je suis venu vous voir. Je pense que c'est quelques choses qui vous feraient plaisir. »


Le Kawaguchi pris une bref inspiration, examinant la foule qui s'était écartée comme intimidé par la présence ténébreuse de l'Assassin, perturbé de cet homme inquiétant.


« Cet endroit me semble peu approprié pour des retrouvailles n'est-ce pas..? Si on allait faire un petit tour en dehors de l'enceinte, je ne pense pas que notre présence soit encore requise. »

Et sans même l'espace d'une réponse, Kahuro fit demi tour, bousculant la foule de sa brutalité habituelle, personne n'osait vraiment dire quelque chose vu la masse du monstre. Cette conversation ne les concernaient que eux de toute façon, personne d'autre n'avait besoin de savoir. Et puis après tout, c'est une autre histoire, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 66
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Ven 7 Déc 2012 - 21:43

Il n’y a jamais réellement de gagnant pendant une guerre, il n’y a en fait que deux perdants, deux perdants qui ont tous deux perdus des vies humaines, qui ont endetté leurs pays, qui ont fait naitre des haines et des rancunes qui n’auraient jamais dues exister. Mais comment faire entendre raison à deux nations trop enorgueillies pour accepter la moindre réflexion, la moindre remarque, qui pourtant semble censée : la guerre, c’est pas cool !
Plus sérieusement cette guerre n’a rien apporté, n’a rien changée à part qu’une rancœur est née encore plus forte entre les deux villages. Cela semble con, tout le monde le sait pourtant tout le monde se voile la face quand vient l’heure de négocier, pourquoi se compliquer la vie quand on peut se taper dessus ? Récemment sorti de prison, je me suis renseigné sur les causes de cette guerre, même si ma recherche d’information a été plutôt difficile j’ai tout de même réussi à obtenir une fine dose d’éléments qui m’ont clairement prouvé une chose, les causes de cette guerres sont tout aussi futiles que celles qui divisent deux gamins qui se disputent un jouet. Pourquoi une simple opinion divergente sur un tel sujet devrait couter la vie à des gens qui n’ont rien demandé à qui que ce soit ? Les discussions sont passées à la trappe et n’ont duré que très peu de temps, avec un peu de patience et de retenue de la part des deux côtés, elles auraient pu mener à une alliance beaucoup plus fructueuse

Cette guerre n’aurait jamais eu lieu d’être, et ce n’est pas avec les mesures prises en ce jour que cela va changer. Ces décisions vont tendre à accroitre cette haine qui a vu le jour avec la guerre, la présence de shinobis du village du vent dans celui du feu ne va pas calmer les tensions au contraire. Et cette dissolution du conseil ne va pas dans un sens de paix. Désormais le village va être dirigé par un chef militaire. Je n’ai rien contre lui, mais jamais un grand guerrier ne fait pas forcément un grand dirigeant, ni même un grand politique. On ne peut le nier, mais le combat a toujours été source d’une puissante sécrétion d’adrénaline, c’est ce qui fait que l’on ne se sent jamais aussi vivant que lorsque la bataille est passée. Plus le temps passe, plus cette adrénaline va manquer, et il ne fait aucun doute que ce facteur jouera un rôle non négligeable lors d’une décision décisive menant ou non à un conflit.
De plus les hommes de guerres sont trop souvent des hommes d’honneur, on les bafoue ne serait-ce qu’un petit peu et c’est l’escalade jusqu’à ce que l’un d’eux chute, tandis que l’autre se croit au sommet alors qu’il est aussi en piteux état. Bref cette décision n’a rien d’intelligent, la meilleure chose à faire aurait été de justement réduire l’atteinte de la branche militaire au sein du pouvoir, mais la pression des shinobis, armuriers et autres personnes intimement mêlée à cette portion serait allé contre, et on se retrouve désormais avec une obligation qui n’en a jamais été une et qui va de nouveau mener à l’inévitable, c’est-à-dire la guerre…

Je regarde mon bras métallique, et caresse lentement les composants froids et durs qui le compose, en parfaite opposition avec le gauche, chaud et fragile. Puis je le transforme discrètement histoire de ne pas attirer l’attention, le charge lentement en futon et quand la pression est bonne je patiente. Je tente de discerner des conversations qui se sont mise à naître en même temps que le brouhaha qui s’est emparé de la foule suite à cette annonce qui les a bouleversés. J’entends un petit groupe non loin discuter, et je ne peux m’empêcher de sourire en entendant de tels propos, non pas besoin d’être haut gradé pour faire bouger les choses, il suffit de réfléchir et d’agir au bon moment. Voyons voir ce qui va se passer si je jette un pavé dans la marre…

Le coup pars, tandis que mon bras droit pointe sa paume vers le ciel, il occulte quelque secondes le bruit de fond qui s’est créé, il en fait sursauter plus d’un autour de moi, et un silence semble apparaitre. J’en profite pour rapidement prendre la parole, tonnant le plus fort possible, avant que les premiers fous furieux ne se jettent sur moi :

- Pourquoi une telle décision ? Comment peut-on s’assurer de la paix alors que c’est la branche militaire qui prend le pouvoir d’un des quatre grands villages shinobi ? Avec ce choix c’est une nouvelle guerre assurée qui nous attend, avec son nouveau lot de morts, tristesse et haine ! Cette paix qui divise déjà nos cœurs, de par l’injustice qu’elle fait ressentir à certaines personnes ici présentes, ne pourra jamais tenir ! La force n’est pas la solution ! Oui Kuroï tu as raison dans un sens nous avons un même objectif, seulement nos deux pays auraient pu s’entendre et amener à une paix durable sur toute cette terre shinobi bien plus tôt si les discussions avaient pris plus d’importance et que l’honneur de nos dirigeants avait été laissé de côté pendant quelques temps ! Il faut faire des sacrifices pour arriver à un équilibre, et au lieu de sacrifier leur amour propre ces hommes ont sacrifié des vies humaines !


Alea jacta est…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Sam 8 Déc 2012 - 5:03

Log 130 : Aniron (I desire)

*Depuis le temps que je patiente
Dans cette chambre noire
J'entends qu'on s'amuse et qu'on chante
Au bout du couloir ;
Quelqu'un a touché le verrou
Et j'ai plongé vers le grand jour
J'ai vu les fanfares, les barrières
Et les gens autour*

Les pas du Kazekage le menèrent droit sur la place publique, sans escorte, sans personne. Même Zanshi n’était pas en vue pour le moment. Juste lui, cet homme d’apparence borgne, un bandana noir couvrant ses cheveux blonds cascadant autour de son visage. Le manteau de l’ombre du vent flottant sur son corps massif, comme taillé brutalement dans un roc. Son œil unique, d’un gris métallique, regardait résolument devant lui alors que la masse se divisait à son passage. La voix de l’Hokage avait percé les bruits de la foule. Kenji n’avait guère besoin d’écouter, sachant déjà le message du nouveau chef de la feuille. Et il n’était pas difficile de percevoir que Suguato n’avait aucun talent d’orateur.

*Dans les premiers moments j'ai cru
Qu'il fallait seulement se défendre
Mais cette place est sans issue
Je commence à comprendre
Ils ont refermé derrière moi
Ils ont eu peur que je recule
Je vais bien finir par l'avoir
Cette danseuse ridicule...*

Un regard sur le côté. Sunajins et Konohajins l’épiaient, cherchaient sa réaction. De la haine, beaucoup ne le portait pas en son cœur. Ninjas, veuves, représentants du clan Hyo dont un membre éminent avait mordu la poussière. Les hommes masqués de l’unité spéciale de Konoha cherchait à produire chez lui leur effet habituel, l’angoisse de l’inconnue. Mais le Raiu restait inexpressif. S’il était destiné à abattre une créature aussi irréelle que Makka, il ne devait pas être touché aussi aisément par le réel…

*Je les entends rire comme je râle
Je les vois danser comme je succombe
Je ne pensais pas qu'on puisse autant
S'amuser autour d'une tombe*

Le Kazekage s’arrêta au milieu de la foule massée devant le palais. Un cercle d’espace vide se libéra automatiquement autour de lui, les chuchotements continuèrent. Mais le Raiu ne les entendait pas. Il n’entendait la voix du deuxième occupant de son âme. Et alors que le silence venait prendre sa place pourtant acquise dans le néant de son âme, Kenji fronça des sourcils.

*Tsura…*

*Ils sortent d'où ces acrobates
Avec leurs costumes de papier ?
J'ai jamais appris à me battre
Contre des poupées…
Sentir le sable sous ma tête
C'est fou comme ça peut faire du bien
J'ai prié pour que tout s'arrête,
Uchiwas, je me souviens…*

*Tsura.*

*Es-ce que ce monde est sérieux ? *

La réalité lui vola soudainement à la figure. Le Konohajin qui s’invectivait des conseils de Zenpetsu. La balle rattrapée avant qu’il ne soit trop tard, par Kenzaku. Encore ce genin sans contrôle. Puis, ce bruit de canon et le petit nuage qui couvre une partie du ciel pendant un instant. Un discours larmoyant. L’œil de Kenji se détourna vers le Saibogu responsable. Le petit qu’il avait libéré de l’Ergastule. Une erreur ? Une de plus, une de moins. Ceci dit…Les regards se tournaient vers lui. On attendait une réponse. Kenji jeta un regard en l’air. Le nouvel Hokage devait se marrer en cet instant, et ne sembla pas faire de mouvement pour répondre au sunajin orateur.

*Il est laid. Tue-le.*

*Je perds déjà un temps précieux à faire réaliser à ces hommes le danger qui pèsent sur eux. La moitié me croit fou, l’autre garde une main sur son poignard. Et quel visage présenteront-ils lorsque je prendrai la vie de Makka ?*

*Tu prendras bien plus que sa vie… »


Un frisson lui remonta l’échine. Le masque denté déformé dans un rictus indescriptible. Toujours le silence. On attendait de lui. Enfin, il décida de terminer ce jeu qui n’avait jamais réellement commencé non plus…

« Je n’ai plus de temps pour le passé. Aucun moment pour la fierté et la rancœur. J’ai soumis ce pays parce qu’il était endormi, paralysé alors que l’ombre pèse sur nous tous. Je n’ai pas de regret à offrir ; même pas l’humanité de m’excuser. Ao Kuroi sera mon œil en cette lande. S’attaquer à lui, est s’attaquer à moi. »

Il se retourna vers la population.


« Tous les shinobis sunajins en état de se mouvoir ont droit à une sortie de deux jours après quoi ils devront être de retour à Suna dans les deux jours suivants, soit la durée du voyage. Les blessés resteront le temps de pouvoir se mouvoir. Je ne veux plus aucunes tentes dans les rues au coucher du soleil. Et je décrète la loi martiale pour tout sunajin ou konohajin tentant de rompre la paix. Je n’ai plus de temps pour la pitié…Et avant longtemps, vous n’en aurez plus non plus Ou alors vous fuirez comme Masao Nikkou, des bêtes effrayées... Ce sera tout. »

Le Raiu fit demi-tour et se fraya un chemin dans la foule, s’arrêtant auprès de Ao Kuroi. Il n’était qu’un adolescent, Kenji s’était attendit à un homme d’âge plus mûr. Mais il n’était plus temps de revenir en arrière…

« Tu sers à présent l’Hokage. Obéis à ses ordres, et soit le représentant que le gagnant de cette guerre mérite. »

Sur son chemin, le petit Sarutobi, un autre gamin sur les épaules. Kenji lui lança à peine un regard avant de se concentrer sur Kenzaku.

« Dans deux jours, au coucher du soleil, aux portes de Konoha, avec tes bagages. Seul. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 1025
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Sam 8 Déc 2012 - 7:57

La nouvelle avait provoqué des tensions et visiblement secouée la foule. Les Sunajins et les Konohajins commençaient à se regarder, puis à directement entrer en contact. Le grondement de la foule allait en augmentant et je me contentais d’observer. Ils voulaient parler, je n’allais pas faire différent d’à mon habitude, j’allais les laisser faire, mais je n’allais certainement le faire à mes dépends. Après le jeune qui a crié, le Sunajin qui l’approche, les regards noirs et protecteurs pour ce duo, provoquant des réponses des Sunajins. Kuroi parla, ce qui ne tarda pas à provoquer des regards haineux dans sa direction. Il parlait de rapprochement, de pertes, mais ce qu’il ne comprenait pas, c’est qu’ici, des gens avaient été touchés dans leur fierté, d’autre directement par le travail qu’ils avaient fait durant des années. Un bon moment ?

Un coup de tonnerre me fit tourner la tête. Il me rappela presque instantanément le bruit d’une conduite d’air comprimée qui éclate violemment. Certains des hommes réagirent en se baissant. Moi-même, j’eus une tension, prêt à réagir à une attaque. Efficace pour faire taire la foule. L’auteur de ce silence ne resta pas longtemps silencieux, il s’exprima. Il parlait de branche militaire, l’honneur des dirigeants, arrivé à un équilibre. J’eus un sourire en coin, un peu trop large, je m’apprêtais à répondre, il était temps de réagir pendant que les hommes s’agitaient. Je m’approchais de la balustrade, pour parler une nouvelle fois. J’avais des mots plus acerbes, non pas contre elle, mais bien sur la situation, mais le Kazekage parla avant moi. Les mots étaient durs, autoritaires et, à mes yeux, dangereusement faux. Je plissais les yeux, quelques secondes. Je levais la main, index et majeur dressé.

- « Deux jours ! C’est le temps qu’il faudra pour que vos blessés puissent être déplacés. Je ne vous dirai pas de considérer le moindre mot du Kazekage, comme si nous étions des « amis »… Je vous dirai simplement, avant toutes actes, de vous demander les conséquences que vous pouvez supporter et, aux autres autour, quelles conséquences vous souhaitez supporter. »

Je pinçais les lèvres, avant de me contenter de sourire, largement, une brève seconde. Parmi eux, je ne ferais aucun geste pour les sauver. Si demain, chacun décidait de se jeter au pied des Cascades et d’y fracasser leurs os, je les laisserais faire. Les Konohajins étaient si fiers de leur paix et de la volonté de leurs chefs pour les protéger, qu’aucun d’entre eux n’avait le courage d’agir selon leur volonté, comme si un réflexe s’était perdu pour leur esprit. Nikkou n’avait pu voir ce problème, peut-être m’y fracasserais-je aussi, mais Kenji allait peut-être faire d’eux des lions rebelles, capable de prendre conscience de leur liberté.

- « À propos de la branche militaire… Elle n’a rien de différente des autres Villages Cachés. Les Villages Cachés sont avant tout des bases militaires pour les Grandes Nations. De plus, je dirais ceci : Konoha a toujours chercher la paix, probablement plus que n’importe quel autre Village. Et c’est ce qui nous a menés au pied du mur. La paix est valable, mais pas au prix du dégoût face à l'action. »

Je me tournais un instant vers le Kazekage. Kenji était un homme hautain, supérieur, du moins le croyait-il, et je devais admettre qu’il avait raison. Mais un tel désir de sauver la race humaine sonnait aussi faux qu’un bruit de verre brisé en laboratoire. J’aurais eu envie de lui répondre, de le secouer comme il pensait l’avoir fait avec nous. Je me contentais de secouer la tête. Il n'y a que l'orgueil pour avoir des pensées aussi stupides.

- « Alors, Konoha ? De la paix ? Si c’est ce que vous souhaitez, nous l’aurons, mais n’oubliez pas, la paix est une œuvre de volonté et de choix, pas d’immobilisme, pas d’effacement de soi. »

En disant ces mots, je secouais lentement la tête. Je pris une inspiration, m’appuyant sur mes paumes tenant la balustrade, comme pour me pencher. Sans cérémonie, ni sérieux, comme un homme discret qui observe les alentours de sa maison. J’oubliais les regards, quelques instants, me contentant de rire pour moi-même en baissant la tête. Je me demandais si Nikkou avait eu une détermination, une assurance, de pouvoir ou de contrôle dans ce qu’il faisait ? Pourtant, en tant qu’Hokage, plus que jamais, j’avais la sensation de lâcher prise. C’était ça la liberté, être enivré de pouvoir tout faire, mais de devoir tout subir. Rien à voir avec mon poste ou ma position. Je relevais la tête, la hochant, pour tous les Konohajins, comme un accord silencieux. Me retournant pour rentrer à l'intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 765
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Dim 9 Déc 2012 - 14:06

Face aux ninjas de Konoha et de Suna, la moindre parole de travers pour déclencher une émeute, il fallait donc être très prudent ce que le jeune ambassadeur n’avait pas l’habitude de faire. Les réactions fusaient quand un violent bruit fit son apparition dans la foule, une personne qui voulait à priori se faire entendre par tous les moyens. Malheureusement il s’agissait d’un ninja de Suna, le jeune garçon le connaissait très bien car c’était lui qui l’avait testé pour savoir si oui ou non il était apte à redevenir un ninja. Il fallait croire que cet énergumène ne savait toujours pas ce tenir en société, une telle attaque pourrait lui coûter la vie, en était il conscient ? Ao avait remarqué que Suguato fut très surpris d’un tel bruit et aurait pût contre-attaquer en quelques secondes. Il n’était pas Hokage pour rien. S’exprimant sur les erreurs passés des deux nations, il n’avait pas tord en soit mais il voyait encore les choses à travers le passé et non par rapport au présent. Alors que personne ne s’y attendait, Renji fit son apparition pour s’adresser à tous les shinobis présent. Des ordres furent données, très peu de conseil pour changer et il partie du village sûrement pour se diriger vers Suna. Son camarade de Konoha prit alors la parole pour mettre tout le monde d’accord, on sentait bien qu’il était respecté malgré sa récente promotion, il faut dire qu’il faisait froid dans le dos de près… Travailler avec un homme pareil n’allait pas être évident. Ne voulant pas en rajouter d’avantage, Ao prit quand même la parole pour terminer son discours ici, son opinion était aussi important vu qu’il représentait les ninjas de Suna.

« Nous avons fait des erreurs par le passé, nous le savons tous, ce n’est pas pour autant que nous ferons les mêmes aujourd’hui. Essayons de vivre avec le présent et non avec le passé, ça ne sert à rien de se ressasser des souvenirs négatifs. La paix est nécessaire pour faire évoluer les choses, alors profitez de ces deux jours pour réfléchir à ceci. Si il y a encore un incident de ce genre, celui qui le causera sera lourdement punit. Vous êtes prévenu ninja de Suna. »

Ao se devait d’être un minimum respecté par ses camarades, agir d’une telle façon juste pour se faire entendre, c’était vraiment idiot. Voyant Suguato se retourner pour rentrer dans son bureau, il lui parla tout doucement pour lui dire que leur véritable rencontre se ferait plus tard. Le jeune garçon disparut par la suite en coup de vent, rester en haut de ce palais pour recevoir des tomates rouges ne lui plaisait pas vraiment. Parler avec les autres shinobis de Suna était une priorité pour éviter qu’ils fassent n’importe quoi durant ces deux jours.

* Je me demande dans quoi je me suis lancé… Ceci ne pourra que me faire progresser de toute façon, on va essayer de rester calme et de ne pas dire n’importe quoi. Après tout je vais parler avec l’Hokage, du haut de mes 17 ans il faudrait pas qu’il me prenne pour un gamin, sauf si c’est déjà fait… *

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 615
Rang : A


Message(#) Sujet: Re: Yondaime Hokage... [À tous] Lun 10 Déc 2012 - 13:29

    Le ton était retombé dans le groupe auquel participait Zenpetsu, Aku, Kyuroru et moi-même. Alors que le shinobi du sable avait été un ennemi de la feuille il y de cela très peu de temps avant, voilà que nous étions à présent alliés. Ce changement n'était pas le seul puisque la tête du Hokage venait de changer, laissant place à un nouveau chef. Tout cela en était trop, trop de changement, une politique trop mouvementé qui allait conduire à la perte du village si le fameux Shiajin Suguato ne tenait pas bien fermement les reines. Le Genin que j'avais sous ma responsabilité alors qu'il était plus âgé que moi prononça quelques paroles peu commode, vraiment pas très amical avant de partir d'un coup en déplacement instantané. J'étais assez abasourdi qu'un Genin était capable d'une telle chose, je crois qu'à son âge, j'en étais pas capable. Ce shinobi avait un potentiel incroyable et j'espérais que le sensei qu'il allait avoir après moi allait être de taille à le former au mieux pour devenir un puissant homme capable de faire ce que bon lui semble, de réaliser ses rêves et ce qu'il entreprendra. Quoi qu'il en soit, la place était à présent aux paroles de Ao Kuroi qui était monté sur la petite balustrade du palais et qui se trouvait sur le gauche du Hokage. Il fit un petit discours et exprimant les même sentiments que j'avais à propos de ma futur venue au sable. Cela n'allait pas être très sympathique au début, certains m'en voudront, peut-être même au point d'attenter à ma vie mais je remplirais mes responsabilités jusqu'au bout, agissant de la manière qui me semble le plus juste pour la feuille, même si cela va à l'encontre de mes principes. D'ailleurs; le Kazekage avait bousculé les principes fondamentaux auquel je croyais. Je voulais faire prôner la paix par la parole et non les gestes mais il m'avait clairement fait comprendre que la paix ne peut se faire sans quelques sacrifices, choses qui allaient avoir lieu bien plus tôt qu'on ne le pensait...

    En parlant du Kazekage, après qu'il y eut un petit soucis avec un Genin du sable qui fut maîtriser rapidement et qui n'avait fait aucun incident majeur, il m'expliqua que dans deux jours, je devais me retrouver aux portes seuls, prêt à partir. Ce qu'il ne savait pas, c'était qu'il était hors de question que je me retrouve seul dans son village, je mettrais tout en oeuvre pour qu'Aku vienne avec moi, qu'il soit d'accord ou non. Je ne peux laisser ce petit bonhomme seul, il était membre intégrant de ma famille à présent, j'étais chargé de m'occuper de lui et c'est ce que je comptais bien faire. Soit il venait, soit je ne venais pas et restait à Konoha, défiant les demandes qui m'avaient été faites. Après tout, j'ai le droit d choisir ou non de ce que je veux, personne ne peut me forcer à faire ce dont je n'ai pas envie sauf mon supérieur qui est le Hokage, et encore... Quoi qu'il en soit, à son annonce, les choses se pressèrent et les mettant les mains dans les poches, je disparus à mon tour dans un nuage de fumée, me retrouvant sur la droite du Hokage, ce dernier me séparant de l'autre Ambassadeur. Voyant le public me regarder, je me contentais de parler clairement, distinctement mais très rapidement.

      « Je suis Sarutobi Kenzaku, Ambassadeur de Konoha ! »


    Ceci fait et me tournant en direction de Suguato, je lui dis d'une voix très faible pour que seul ce dernier puisse m'entendre.

      « J'ai à vous parler avant mon départ Hokage, à vous mais également à Aku. Je suis en charge de ce petit, laissez-le partir avec moi »


    Ceci était chose faite, il fallait que je m'active rapidement pour que tu sois en place. J'espérais que, malgré ses nouvelles fonctions, le Yondaime Hokage ne serait pas trop occupé pour ne pas nous recevoir dans les plus bref délai.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Yondaime Hokage... [À tous]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Palais de l'Hokage-