N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 Fibre musicale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 459
Rang : S

Message(#) Sujet: Fibre musicale Jeu 11 Avr 2013 - 21:49

Kaminari no Kuni. C’est ici que ma nouvelle vie venait de commencer. Mon passé a été effacé de manière pure et simple de ma mémoire. Plus rien ne m’y raccrochait. Enfin, presque. Ce bandeau, ce symbole... Il m’évoquait à la fois l’inconnu et la nostalgie. Un sentiment placé entre ces deux-là. Lorsque cette vieille femme me l’avait rendu, j’ai ressenti quelque chose. Cette dernière me l’avait bien confirmé : j’étais lié à cet objet. Un village, composé de ninjas. J’en faisais parti. Mais suite à un accident inconnu, je m’étais retrouvé grièvement blessé, puis amnésique. À ce sujet, je ne savais pratiquement rien. La seule piste dont je disposais était celle de la guerre. D’après la femme qui m’avait sauvé puis logé, elle m’a retrouvé sur la rive d’un fleuve, après une guerre. Depuis cet instant, je me demandais quel a été mon rôle dans cette guerre. Ai-je commis un acte irréparable, un acte honorable, ou tout simplement rien ? Avais-je un bon fond, ou un mauvais ? Plus précisément… Qui étais-je avant cet accident ? La soif d’en savoir plus et la crainte se mélangèrent en moi. Aurais-je peur de découvrir qui je suis ? C’est possible, en effet. En tout cas, mon enquête allait se montrer relativement difficile. Il fallait tout d’abord que je retourne à Kumo, que je découvre une nouvelle fois ce village… Que j’en apprenne plus.

J’étais prêt à partir. En sortant de l’habitation des deux femmes, mon regard de rubis se posa sur un courant d’eau traversant terre et roches. C’était bien ce à quoi je pensais : un fleuve. Etait-ce ce fleuve-là ? Il y avait de grandes chances. M’approchant de l’eau, je me regardais dans le reflet de ce trésor liquide. À quel point ai-je changé ? Même à une question comme celle-ci, je ne saurais trouver de réponse. Je le verrai bien, lorsque je serai rentré. J’ai forcément connu des personnes avant. Seront-ils en mesure de me reconnaître ? Je n’en savais rien. Je ne sais rien. M’abaissant, et trempant mes mains dans l’eau, je me mouillais le visage. Rien. Ce lieu ne me disait rien, alors que c’est ici que tout était censé se finir. Du moins, pas très loin d’ici. Ce fleuve, c’était là où mon corps en perdition s’était laissé emporté par le courant, s’accrochant désespérément à la vie. De ce que l’on venait de m’apprendre, ça m’en avait tout l’air. Malgré toute la volonté et concentration dont je faisais preuve, il n’y avait rien à faire : rien ne me revenait. Ce n’est pas ici que je trouverai la réponse à mes questions.

Le bandeau en main, j’avançai. Remontant le fleuve, j’empruntai ce chemin pour me rendre au village caché des nuages. On m’avait informé de l’emplacement exact de ce lieu. À force de marcher, je me détachai progressivement de ce courant d’eau, étant ensanglanté quelques mois auparavant. En chemin, je vis plusieurs endroits dévastés, ravagés. Des montagnes, des forêts, des plaines… Ces lieux avaient conservés des séquelles de ce qu’il s’était passé. Et moi, j’y étais. J’ignorais de quand date exactement cette guerre, mais le résultat était toujours là. J’imagine que c’était bien pire avant. Mais, une fois de plus, c’était insuffisant. Rien de tout cela ne m’évoquait le moindre souvenir. Pourtant, c’était bien par ici que j’ai vécu mes dernières secondes, en tant qu’ancien moi. C’en était désolant. Toujours rien. Rien. Depuis le début, je l’avais bien compris : ce ne sera pas facile de recouvrir la mémoire. Il ne fallait pas que je me laisse abattre pour si peu, je n’en étais qu’au début de ma quête. Un jour, je serai en mesure de comprendre, de savoir. En attendant, une nouvelle vie s’offrait à moi. Aujourd’hui, mon nom est Yukio, et le restera jusqu’à que je me souvienne de tout. Ensuite, j’aviserai.

Mes pas me menèrent progressivement à ma destination. Je n’étais pas pressé. Je ne redoutais pas mon arrivée. J’avançais, à un rythme normal, sans aucune appréhension, ni doute. Comme on le dit si bien, qui vivra verra. C’est cette pensée qui me poussait à progresser de cette manière. Je ne savais pas ce qui m’attendait. Mais de toute manière, je ne savais rien. Cela ne changera pas grand-chose.

    - Il y a maintenant plus d’un an, le destin d’un bon nombre de personnes a basculé. Tu es loin d’être le seul, même si les circonstances ne sont pas les mêmes pour tout le monde.


En entendant cette voix, je ne perdis pas une seconde à regarder autour de moi. Il y avait quelqu’un. De manière calme, mes yeux scrutèrent chaque détail du paysage qui m’entourait. Ils trouvèrent rapidement l’origine de cette voix. Une personne était assise sur la branche d’un arbre. Ses cheveux orangés virevoltaient dans le vent. D’un mouvement, il sauta avant de retomber au sol. Je pouvais plus facilement discerner ses traits, et ses particularités. La première chose que je vis, et que j’entendis, fut son casque sur les oreilles. Le volume était élevé, et je l’entendis sans aucune difficulté.


    - Mon nom est Ryûji. Je suis l’un des médecins t’ayant pris en charge ces derniers mois. La vieille m’a prévenu de ton réveil hier soir, et m’a parlé de ton cas. Je suis au courant de tout, inutile de te présenter, Yukio.


Était-il vraiment ce qu’il prétendait être ? Quand on ne se connaît pas soi-même, peut-on pouvoir faire confiance aux autres ? Néanmoins, il savait des choses sur moi. La vieille, mon nom… Et mon cas. Il parle sûrement de l’amnésie. Si on en suit son raisonnement, c’est bien de ça qu’il parle. Il ferait donc parti de ceux m’ayant porté secours ? Je remarquai ensuite, un peu en retard, que son front était orné du symbole des nuages. Ainsi, il viendrait de Kumo également ? Mais d’abord, il fallait que je sache quelque chose… Ce qu’il me voulait.

    - Que me veux-tu ?


L’homme qui me fit face soupira. Même si ce n’était pas spécialement mon intention, je ne voulais pas paraître froid dès une première approche. Mais ça, je ne m’en rendais pas compte. Je ne savais pas comment je devais réagir face à l’inconnu, quelle attitude adopter… Tout cela était confus dans mon esprit.

    - Hmm… Disons que mon rôle dans cette histoire n’est pas encore fini. Je me suis également proposé pour t’aider. Vu ton état, il faut que quelqu’un soit présent à tes côtés, pour t’épauler, et même t’entraîner. Tu ne dois même pas savoir quelles sont tes capacités.


Mon regard de braise l’observa, de la tête au pied. Lui ? Étrangement, je ne me voyais pas trop me le trimballer où que j’aille. Mais dans ses paroles, il n’avait pas spécialement tort. Loin de là. C’est vrai qu’avant, je devais pouvoir me battre. Mais aujourd’hui… Je ne savais rien de mon propre style de combat, de mes capacités… Quoique. Je repensais à tout ça. Des médecins m’ont pris en charge, et je ressens quelque chose de particulier en y pensant… Ce n’est pas un souvenir. C’est autre chose. C’est en moi, je le sais. J’en suis même persuadé, il est impossible que je me trompe.

    - C’est ok. Par contre, tu te trompes. Ne me demande pas comment je le sais, mais s’il y a bien une chose dont je suis sûr, c’est que je suis tout comme toi médecin. C’est en moi, je le sens.


Il m’observa ensuite, à son tour. Puis il se mit à sourire. Pourquoi ? Qu’est-ce que j’ai pu dire de drôle, ou autre ? Je ne comprenais pas tout. Depuis mon réveil, je me sentais un peu étranger à toutes ces habitudes humaines… Sociales. Être sociable, ça risquait d’être compliqué. Mais je sens qu’avec lui, j’allais apprendre à le devenir. Du moins, un peu plus. Nous verrons bien ce que cela peut m’apporter de bien, de concret…

    - Bien, c’est parti pour l’entraînement donc. Nous irons au village dans quelques jours seulement, pour l’instant tu vas me suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 459
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Fibre musicale Sam 13 Avr 2013 - 1:09

Comme convenu, je le suivais. Le trajet se fit dans le calme, sans presque aucun dialogue de notre part. En même temps, je n’avais rien à lui dire. Un inconnu parmi tant d’autres, voila ce que c’était. Néanmoins, il m’avait intrigué. Il savait des choses sur mon actuel moi, et était lié au village caché de la foudre. De plus, il faisait parti de ceux qui m’ont sauvé. Tous ces éléments contribuaient à ce qu’il ait attiré mon attention. Et pas qu’un peu. Était-il possible qu’il connaisse la personne que j’étais auparavant ? C’est envisageable. Comme le contraire l’était aussi. Je serai fixé un jour ou l’autre de toute façon. Pour l’instant, j’allais me contenter d’avancer, de le suivre, de l’écouter et de faire ce qu’il me dit. Dans la mesure du raisonnable, bien évidemment. Pour l’instant, on marchait. On montait. On prenait de l’altitude, sur le relief montagneux du pays de la foudre. Puis on s’arrêtait.

Le lieu était plutôt primaire. Un plateau plat et rocailleux, avec une vue imprenable sur une partie du pays. Nous n’étions pas au sommet de cette montagne, mais une certaine altitude nous séparait de la terre. Quel était l’intérêt de me mener ici ? C’est compris dans cet « entraînement » qui me proposait ? Hmm… Au moins, les risques d’être dérangé par des trouble-fêtes en furent réduit. Aucune âme qui vive ne semblait vivre dans les parages.

    - Et ?


Le médecin baissa le volume de sa musique, avant de poser le casque sur ses épaules. C’est mieux ainsi. Lorsqu’il l’a sur ses oreilles, je ne sais pas s’il m’entend ou non. C’est désagréable. Etait-ce une petite manie qu’il avait, ou bien plus que ça ? Une passion ? Ca m’en avait tout l’air. Enfin, cela ne m’intéressait pas plus que ça après tout. Je n’en avais rien à faire. L’adolescent parcourut le plateau, regardant vers le bas. Puis, après avoir finit sa petite marche, il en vint aux faits.

    - Bon. Je vais m’occuper de ton entraînement pour commencer. Si tu as des aptitudes en médecine, ça va aller vite. Je ne pense pas que l’on va avoir à s’attarder longtemps sur cet entraînement. C’est pourquoi on va commencer par autre chose.


Mon regard rubis se posa sur l’homme au casque. Commencer par autre chose ? Que voulait-il dire ? Je viens de lui dire que j’étais médecin. L’idéal serait d’approfondir cela. Seulement, il semblait avoir une autre idée en tête. Il ne pouvait pas me dire explicitement ce qu’il me voulait ? Ca serait bien plus simple, que de me faire attendre, en attendant une réponse. Les yeux du médecin se posèrent sur ses mains, qu’il venait de tendre en ma direction. Qu’est-ce qu’il préparait ? J’allais bien vite obtenir ma réponse. Sa main gauche accumula une masse électrique considérable, qui englobait sa dextre, tandis que du vent se concentra autour de son autre main, tournoyant autour dans de multiples sens.

Du vent, de la foudre… Où voulait-il en venir ? J’ai bien compris que c’est le chakra qui rentrait en jeu. Même si ma mémoire m’a été octroyée, mes capacités physiques ne l’étaient pas. Il fallait juste que je les redécouvre, que je comprenne de nouveau comment en user. Cette énergie, je la sentais en moi. Une quantité considérable de chakra circulait en moi. Je pouvais aisément le servir. Le truc est maintenant de comprendre comment l’utiliser. Ce ne doit pas être si dur. Il n’y a qu’à voir Ryûji, qui venait de faire ça avec une facilité déconcertante. Le tout était d’attraper le coup.

    - Dans ma main gauche, du Raïton, la foudre. Dans ma main droite, du Fûton, le vent. C’est des notions que tu connaissais certainement. Tu dois les assimiler. Mais d’abord, il reste à savoir si tu es apte à maîtriser ces deux affinités. Sinon, cet entraînement-là ne servira strictement à rien.


Il ne m’en dit pas plus. Sur comment maîtriser cette énergie, savoir comment faire… Il allait me falloir tout réapprendre, pour récupérer ce que j’ai oublié. Tant mieux d’un côté, s’il ne m’en dit pas plus. Je comptais bien garder un peu d’autonomie, car je sentais qu’il allait, malgré moi, un peu trop empiéter sur mon espace vital. Je voulais maîtriser ses bases, sans l’aide de personne. Maîtriser de manière pointue et précise son chakra ne devait pas me poser problème. C’est une base que je devais assimiler. Un point c’est tout, j’y parviendrais sans son aide. Mais, il restait à savoir si mon être était affilé à l’électricité et au vent. Y avait-il de grandes chances à ce que cela soit ainsi ? Je n’en avais aucune idée. Toujours est-il qu’on n’allait pas tarder à le savoir. Il serait impensable de dire que j’allais passer du temps là-dessus, pour un résultat qui est certain. En ce qui me concerne, je serai fixé bien assez vite. J’ai senti mes aptitudes en médecines. En me concentrant, je devrais être en mesure de ressentir une affinité avec le Raïton ou le Fûton.

Fermant les yeux, je m’enfermais dans un monde qui n’appartenait qu’à moi : mes pensées, mon âme. Là où personne d’autre que moi ne pouvait s’y trouver. Un fond sans fin, obscur, vide, où mon esprit s’efforçait de garder son sang-froid. C’est ici que je pouvais, malgré tout, me découvrir, et comprendre l’essence de mes capacités. Cet entraînement m’intriguait, j’étais impatient de savoir si j’étais apte à le poursuivre. Je l’espérais en tout cas. Quelque chose me dit qu’il me serait plus que bénéfique. Même si je ne sais pas encore ce qui m’attend exactement… Je le saurais bien assez tôt. Tentant de prendre le contrôle de mon chakra, je maintenais ma concentration. Ca ne devait pas être bien dur… Je ne me basais plus sur l’intuition que sur l’expérience. Quelque chose que je faisais en permanence auparavant ne pouvait pas partir en fumée comme ça. Je refusais que cela soit ainsi. En usant de cette intuition, je devrais être en mesure d’y arriver.

Concentrant ce chakra qui circulait en moi, j’agissais sur lui. Je le malaxais, comme dirait un ninja ordinaire. Mais ça, je n’étais pas au courant. Il était dans mes mains, à l’intérieur. Je sentis quelque chose. En moi, il y avait bien cette électricité. Le vent par contre… Je n’en étais pas aussi sûr… Plissant un peu plus les yeux, je m’efforçais à fouiller au fin fond de mon être… Oui, il y était. J’étais en mesure d’utiliser le Raïton et le Fûton. C’en était une certitude à présent. Maintenant, il ne restait plus qu’à le prouver. Je pourrais très bien tenter les deux individuellement, mais ce n’était pas exactement l’exercice demandé : Ryûji, lui, avait utilisé les deux à la fois. Je n’étais pas ici pour me simplifier la tâche, mais bien pour faire ce qui m’est demandé. J’y parviendrais.

Seulement une vingtaine de minutes s’étaient écoulées depuis le début. Je me découvrais. J’apprenais. J’avançais vite. Du moins, c’était mon impression. Je pense que j’ai tout ce qu’il faut. Le moment était venu de passer à l’action… Me concentrant au maximum, en conservant le plus que possible mon calme, j’accumulais ces deux énergies simultanément dans mes mains. Une étincelle jaillit de ma main gauche, alors qu’un souffle léger englobait la seconde. Il fallait que je maintienne le tout. Et c’est ce que je fis. Rapidement, les deux sources de chakra créées prirent de l’ampleur, laissant ainsi place au résultat voulu. Conclusion : j’étais logiquement apte à entreprendre cet entraînement. Ce n’était pas grand-chose encore, je n’avais pratiquement rien fait. Je savais très bien que ce n’était qu’un échauffement.

    - Et maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 459
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Fibre musicale Sam 13 Avr 2013 - 19:46

Le Jônin de Kumo me regarda faire, et ne put s’empêcher de sourire. Cette réussite, cela impliquait que j’étais apte à poursuivre son entraînement, même si je ne sais toujours pas en quoi il consiste précisément. Allait-il m’apprendre une technique que l’on fait avec de la foudre et du vent ? Ou bien quelque chose de plus élaboré qu’une tornade électrifiée ? Je n’en savais rien. L’adolescent se terrait dans le silence, ce qui avait pour incidence de me lasser profondément. Je n’aime pas que l’on me cache quelque chose, surtout moi qui ne sais plus grand-chose. C’était absolument insupportable. Mais je ne le laissais pas transparaître, me contentant d’attendre des réponses. J’imagine bien qu’il ne va pas rester avec ce sourire niais toute sa vie, à me regarder avec amusement. Il me semblait un peu dérangé par moment, comme celui-ci.

Au bout de quelques secondes, bien plus longues que d’ordinaire, il se décida à se désarmer de ce sourire narquois, avant de plaquer ses deux mains l’une sur l’autre. Encore une démonstration ? Pour l’instant, j’allais me contenter de me concentrer sur ce qu’il faisait, pour bien saisir le but de cet exercice. Concentration, observation, attention…

    - Qui sonne le glas des gladiateurs ? ♫


Euh… (Miko, sort de ce RP, s’il te plaît. Merci.) Mes yeux rubis le fixèrent avec étonnement. C’était si… Spontané et inattendu. Je m’attendais à tout, sauf à ça à vrai dire.

    - Ah excuse, c’est sorti tout seul. Reste concentré !


Et il se mit à rire. Il est sérieux là ? C’est… Ca qui est censé m’entraîner ? Je commence à me demander si j’ai bien fait d’accepter sa proposition. Ce n’était peut-être pas si raisonnable que ça, si mon accompagnateur était timbré. Comment voulait-il que je sois concentré, alors qu’il se met à chanter du Hercule en pleine concentration… C’est vrai quoi. Donc, reprenons. Ces mains étaient plaquées l’une contre l’autre. Puis une énergie se concentra sur ses mains. Des vibrations de l’air… Du son. Oui, cela s’entendait. D’emblée, il relâcha cette énergie vers le sol, ce qui l’amocha en partie dans un son des plus stridents. La maîtrise du son ? C’était ça ce qu’il voulait m’apprendre ? Etrange comme pouvoir. Dans l’immédiat, je ne voyais pas toutes les possibilités qu’un tel pouvoir pourrait m’apporter. Et pourtant, il y en avait bien.

    - C’est de l’Onkyôton, l’art de maîtriser le Son. Il faut que tu parviennes à assembler ton Raïton à ton Fûton. Ces deux énergies te permettront d’utiliser ce pouvoir. Tu dois en être capable. On ne dirait pas, mais on a quelques points communs, notamment sur la médecine et ces affinités-là. Je pense que tu en es capable.


Il se remit à sourire, et s’éloigna pour s’installer sur un rocher. D’un mouvement de tête, j’acquiesçai. J’étais conscient que l’exercice allait se révéler être assez difficile, ne maîtrisant pas encore parfaitement mon chakra. Tous ces réapprentissages se révélaient être ardus, mais non pas insurmontables. Je savais que j’en étais capable. Une fois installé, il me briefa rapidement sur ce pouvoir. Il m’expliqua aussi que la maîtrise de ce pouvoir pouvait très bien prendre quelques jours, au vu de mon état actuel. Hmm… Ok. Ca me va. Je comptais bien me donner à fond durant cet entraînement. Non pas pour montrer de quoi je suis capable, ou pour le boucler plus vite. Tout ce que je voulais, c’était progresser. Vite. L’éveil de mes capacités me rappellerait peut-être quelque chose qui sait. Même si je ne savais pas si j’étais, autrefois, affilé à la maîtrise du son. C’était une inconnue dans l’équation. Nous verrons bien.

Singeant ce qu’a fait Ryûji, je mis mes mains face à face, plaquées l’une sur l’autre. Pour qu’il puisse y avoir un mélange entre les deux, il fallait que ma première main contienne le Raïton, et l’autre le Fûton. C’est en ça que consistait le tout premier exercice. Vu que je savais déjà faire ça, il ne me restait plus qu’une seule étape : fusionner ses deux affinités. Les énergies électrique et venteuse rentrèrent donc en contact. Seulement, celle qui était contenue dans ma main gauche faiblissait. Le vent semblait avoir une emprise sur la foudre. Cela me semblait logique comme constat. Je renforçais donc la dose électrique de ma main gauche. Pour qu’il y ait un mélange, il faut déjà que ces deux énergies soient au même niveau… Et cela continua comme ça.



    - Debout !


Ouvrant les yeux, je ne comprenais pas tout de suite ce qu’il se passait. Nous étions toujours sur ce plateau rocheux, en altitude. C’était le troisième jour d’entraînement. Trois jours que je dépensais mon chakra continuellement, pour parvenir à la fin de cet entraînement. Une fois debout, je repris immédiatement. Il y avait à manger, mais je n’avais pas faim. Ma seule préoccupation était de réussir aujourd’hui. Il n’est pas question que cela dure encore un jour de plus. Je ne m’en plaignais pas, mais passer ses journées à se vider de son chakra, c’était épuisant. Surtout quand le résultat était nul. Il devait peut-être me manquait quelque chose… Ou peut-être que je me précipite trop. Mais oui…

Quand on y pense bien : lorsque l’on mélange de la foudre et du vent, ça ne fait pas de son. C’est juste ces deux chakras particuliers qui s’assemblaient… À chacun de mes essais, j’en étais venu à faire apparaître de la foudre et du vent pour les combiner. L’exercice ne résidait pas en ça, j’aurais dû y penser plus tôt… Il restait néanmoins à voir si cela marche. Prenant une longue inspiration, je me concentrai. J’entendis l’adolescent chanter, encore. Il souhaitait vraiment me déconcentrer. Mais, ses paroles, son air, son timbre… Je n’y prêtais pas attention. J’étais réellement concentré, au point de ne plus faire attention à l’existence du garçon. Mes deux mains, toujours plaquées l’une sur l’autre, se concentrèrent en chakra électrique et venteux. Et seulement en chakra ce coup-ci. Il ne fallait pas que je répète cette erreur. Je sentais quelque chose qui se formait, progressivement. C’était lent, très lent. Pas assez habitué. Manque de vélocité. Tout était lié. Mais je le sentais, j’étais sur la bonne piste.

Une heure passa, facilement, calmement. Toujours imperturbable, le Jônin avait cessé ses enfantillages. Tant mieux, ma concentration était au moins au maximum de son potentiel. Plus aucun bruit ne s’entendait. Sauf un, qui commençait à se former. Un son strident émanait de mes mains, et s’amplifiait. Les paumes vers le sol, je propulsai l’énergie créée sur la roche, offrant un résultat plutôt inférieur à celui du Jônin, mais bien tout de même.

    - Bien, on y est ! Maintenant que tu maîtrises l’Onkyôton, on va pouvoir y aller. On continuera à Kumo, pour approfondir tout ça.


J’acquiesçai de nouveau, d’un hochement de tête. Un léger sourire au bord des lèvres. Le Jônin en fit de même, mais en bien plus prononcé, avant de reprendre un air sérieux, d’un seul coup.

    - En ce qui concerne ton amnésie, je vais mener ma petite enquête de mon côté. Pour l’instant, tu dois n’en parler que très peu. Tant que tu ne sais pas qui tu es, ne guide pas les autres à trouver ton identité. Ils auront une longueur d’avance sur toi après, et cela n’arrangera pas ton cas. Tout dépend de qui tu es, et de à qui tu à faire. Méfie-toi.


Je ne m’attendais pas vraiment à ça. À vrai dire, je n’y avais pas pensé. Ces ninjas ne seraient pas dignes de confiance ? Non, ce n’était pas vraiment ça. C’est surtout qu’il y a trop d’inconnues dans cette histoire, et qu’il valait mieux garder quelques coups d’avance. Les autres pourront peut-être faire un quelconque lien avec une légère ressemblance, et quelques autres données futiles. Mentir. C’est ce qu’il me demandait. Ou du moins, cacher.

    - Compris.


Inutile de déblatérer tout un roman, un seul mot suffit. Suite à ça, nous nous dirigeâmes vers la contrée des nuages. C’est enfin le moment de démarrer l’enquête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: Fibre musicale

Revenir en haut Aller en bas
 

Fibre musicale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Montagnes de Kaminari no Kuni-