N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Un plat à déguster : une rencontre sous le signe des épices ! [Hayashi Raito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 210
Rang : B+

Message(#) Sujet: Un plat à déguster : une rencontre sous le signe des épices ! [Hayashi Raito] Mer 17 Avr 2013 - 15:32

Aujourd'hui, il trouverait la réponse. Cela le hantait depuis des semaines maintenant, mais il se sentait incapable de trouver une réponse valable à donner.

Les événements s'étaient déroulés bien avant ce jour, et se répétaient régulièrement depuis. L'Onsen des Nymphes Blanches alliaient trois plaisirs, dont Raki se fichait éperdument. D'un côté, il y avait les bains -mixtes- qui permettaient de se détendre dans un cadre idyllique. C'était plutôt agréable de se reposer dans les eaux chaudes, flemmarder une petite heure à regarder le ciel étoilé. Après ce délicieux bains, on pouvait se repaître, et Raki devait bien avouer que la nourriture était délicieuse. Le problème était d'ailleurs là. La nourriture.

Quelques temps auparavant, le jeune ninja avait fait un petit détour par ce lieu paisible, et avait décidé d'y manger. Après un petit bain pour se remettre de son entraînement, il avait pu s'attabler, et voir la carte proposée. Autant dire qu'il n'avait pas la moindre idée de ce que voulaient dire les trois quarts des plats proposés. La spécialité du chef, voilà ce que l'on lui avait servi. Un plat assez étrange. Un trio de purée, accompagné par trois viandes et trois sauces. Chacune semblait s'allier parfaitement avec les deux autres. Ses papilles avaient dansé.

Rien qu'en repensant à ce plat, le jeune homme salivait. Le problème ne résidait pas dans le plat lui-même. Le chef refusait simplement de lui donner la recette, ils avaient donc fait un pari stupide. Si Raki réussissait à trouver les ingrédients qui le composaient, il aurait droit à des repas gratuits. Bien entendu, cela ne justifiait pas son intérêt pour la recette. Il voulait juste la connaître pour la connaître, sans raison particulière. Une pure curiosité qui lui coûtait cher chaque jour de sa vie. Il mourrait sans aucun doute dans une expérience farfelue destinée créer des carottes parlantes. Ou pire encore.

Peu importait en réalité. Aujourd'hui, il percerait ce secret ! Enfin, il essayait depuis des semaines, et il n'arrivait toujours pas à identifier la moitié des ingrédients. Le plat devait être le plus élaboré du monde, mais il était exquis. Pouvoir en manger plein d'autres rien que pour le plaisir et gratuitement, il n'y avait rien de mieux. Enfin, cela ressemblait plus à un rêve, il fallait deviner avant et cela n'avait rien d'évident.

Tranquillement, Raki marchait en direction du petit commerce. Comme d'habitude, il réserverait sa table, commanderait son plat, puis irait se détendre dans les bains en attendant. Dans le bain, il continuerait la liste de tous les ingrédients qui lui venaient à l'esprit, celle qu'il continuait même en marchant, en dormant, en mangeant, et en s'entraînant. Une véritable obsession. Parfois il la laissait un peu de côté, le temps de combler une autre obsession, mais elle revenait plus forte après. Il serait de toutes les méthodes, même les plus basses, pour obtenir cette recette.

Entrant dans le restaurant l'échoppe, Raki balaya la salle du regard. Rapidement, il fut remarqué par la serveuse. Cette dernière lui sourrit, certainement à se dire « encore avec ça ». Oui, encore. Et il n'arrêterait pas. Sa vie toute entière était destinée à répondre à des questions, les unes après les autres. Celle-ci ne ferait pas exception.

« Comme d'habitude je suppose, dit-elle en s'approchant de lui.
— Bien sûr ! Je finirai pas la trouver cette recette !
— Mais oui, mais oui. Ce n'est pas pour rien que seul le chef la connaît. Si on pouvait la deviner si facilement, ce ne serait pas un secret tu sais.
— J'aime les défis, et j'aime percer les secrets. »

La jeune femme repartit, le sourire aux lèvres, s'occuper des clients déjà attablé. Pour l'instant, le restaurant ne faisait pas salle comble. Cela viendrait dans peu de temps, lorsque chacun se déciderait à manger. Couples, amis, ou familles. Ce lieu s'adaptait à chacun d'une manière si particulière. On s'y sentait à l'aise en y entrant.

Quittant la partie restaurant pour se diriger vers les bains, Raki continuait de chercher toutes les épices existantes. Parfois il se répétait, même souvent. Cela ne le gênait pas, au contraire, il ne les oubliait pas au moins.

Une petite serviette autour de la taille, il entra dans le bain en cherchant toutes les variétés de piment qu'il connaissait. Décidément, cela ne serait pas facile de percer ce secret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Jônin - Anbu
Messages : 284
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un plat à déguster : une rencontre sous le signe des épices ! [Hayashi Raito] Dim 21 Avr 2013 - 1:40

    La mission était terminée. Raito venait de convaincre les fanatiques de quitter le temple de Kyûbi. Après avoir fait un rapport complet avec les deux autres membres de son équipe, il les quitta. Ou du moins chacun partit de son côté. C'était un peu ça les premières missions. Des liens qui se tissent, mais pas encore assez solides pour faire tout et n'importe quoi ensemble. Le genin marchait dans les rues du village, il ne savait pas trop quoi faire. La matinée touchait à sa fin, et les douze coups de midi allaient bientôt sonner. Le garçon au chakra rouge hésita pendant un moment à rentrer chez lui pour aller dormir. Il était assez exténué. Mais il faisait également très beau, et le shinobi trouvait cela dommage de gâcher sa journée à aller dormir. Il décida malgré tout de rentrer, pour au moins prendre une bonne douche.

    Une fois chez lui, l'Hayashi passa une bonne demi-heure à avoir la tête sous une eau brûlante, c'était comme ça qu'il aimait prendre ses douches, chaudes. Lorsqu'il sortit, le soleil était à son zénith. Rait commençait à avoir une petite fin. Il s'habilla, attacha son bandeau frontal, et sortit. Encore une fois, il erra dans les rues de Konoha. Décidément, être seul était vraiment un calvaire. D'autant plus qu'il n'avait personne pour lui conseiller un bon restaurant. Avant de partir pour son exil, il aurait dû prendre toutes les bonnes adresses du village, pensa-t-il ironiquement. Pour en choisir un bon, il examinait tout d'abord l'esthétique du commerce, puis il regardait la carte, et enfin il regardait si celui-ci avait des clients, car avoir des beaucoup de clients était souvent gage de bonne qualité. Bref c'était un petit rituel qu'avait Raito pour aller au restaurant, puisqu'il était seul, il devait bien trouver un moyen de faire le bon choix.

    Raito avait cependant quelque chose de bien précis. Il voulait un bol de ramen, cela faisait longtemps qu'il n'en avait pas mangé, alors qu'il en raffolait. Ce petit plat réchauffait, désaltérait, et était tout simplement succulent. En quelques mots, c'était un délice. Le ninja savait ce qu'il voulait, mais il ne savait pas où le manger. Alors il s'appliqua consciencieusement à appliquer son petit rituel. Depuis le temps qu'il n'en avait pas pris, Raito voulait que ce plat de ramen soit spéciales, du moins il voulait que le plat soit bien fait et que tout simplement il se régale... Et peut-être après cela, il pourrait réfléchir à l'idée de faire une sieste. Ainsi l'Hayashi aurait fait tout ce qu'il avait eu envie de faire dans la journée : profiter du beau temps, et se reposer. Le genin arriva finalement devant un commerce. Il n'était pas très grands, comme certains de ses concurrents qui misaient beaucoup sur l'apparence, bien que ce ne soit pas toujours synonyme de qualité, mais il semblait avoir ses petits clients fidèles. En tout cas, chacun d'entre eux affichait un grand air de satiété. Enfin, Raito avait trouvé le restaurant qui lui conviendrait aujourd'hui. Il avait ce sentiment là.

    Etant donné que le commerce était une petite structure, le personnel aussi était petit. Il y avait exactement deux personnes, le chef cuisinier et la serveuse. D'ailleurs Raito était sûr que le cliché de l'entreprise familiale s'appliquait ici. Comme la jeune serveuse était déjà prise à prendre la commande d'un client, le genin se permit de choisir sa propre place. Une table, donnant sur l'extérieure. Le soleil baignait une bonne partie de la salle d'une chaleur douce. L'Hayashi appréciait vraiment ce petit moment de détente. De plus, le léger courant d'air créé par le ventilateur du restaurant était parfait. La serveuse arriva enfin pour lui prendre sa commande.

    - Alors qu'est-ce que ça sera pour toi ?

    - Je vais vous prendre un bol de ramen. Dites au chef que cela fait longtemps que je n'en ai pas mangé, et que je veux qu'il se surpasse,
    dit-il en souriant.

    - Ne t'inquiète pas, il est le meilleur du village, tu ne regretteras pas d'être venu ici !


    - J'espère que vous avez raison, en tout cas si ce que vous dites est vrai, sachez qu'à la fin de se repas, vous pourrez me considérer comme un client satisfait et fidèle.


    La serveuse alla donner la commande au chef avec un grand sourire. C'est vrai que cela devait faire plaisir de voir son travail reconnu. Raito attendit alors patiemment sa commande. Durant ce temps, un garçon rentra dans le restaurant. Au vue de la réaction de la serveuse, il devait être un habitué. Ce garçon devait avoir l'âge de Raito, un peu plus jeune peut-être, de taille moyenne, avec des cheveux bruns. Au premier coup d'oeil, ce garçon n'avait rien de spécial. Mais le genin fut envouter par ses yeux. Ce garçon avait les yeux dorés ! L'Hayashi pensait avoir de beaux yeux, mais il fallait avouer que les yeux de ce garçon étaient particulièrement beau. Le shinobi continua de l'observer. Il semblait lui aussi savoir exactement ce qu'il voulait. D'après ce que Raito comprit, il essayait même de trouver la recette simplement en la mangeant.

    Tout d'un coup, le garçon s'en alla dans le fond du restaurant. Raito le suivit du regard, et il se rendit compte que le restaurant possédait une partie totalement consacrée aux bains. Le genin avertit la serveuse qu'il allait lui aussi prendre un bain, afin qu'elle lui garde sa table. Une fois une serviette autour de la taille, l'Hayashi se dirigea vers les bains et il y glissa rapidement. La chaleur de l'eau était détendait Raito. Des gouttes d'eau perlaient sur sa musculature. Il poussa un petit gémissement de plaisir.

    - Ahhh rien de tel pour se reposer après une mission, il regarda à droite puis à gauche, euh mec, excuse moi, dit-il au garçon qui cherchait à trouver les aliments, tu sais si ce sont des bains mixtes ou pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 210
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un plat à déguster : une rencontre sous le signe des épices ! [Hayashi Raito] Dim 21 Avr 2013 - 10:18

S'enfonçant dans le bain jusqu'à la poitrine, Raki avait un peu de mal avec les piments. Sa spécialité n'était pas encore dans la cuisine. Certes, il pouvait concocter quelques petits plats maisons, mais pas grand chose comparé à un chef. Depuis que cette recette titillait sa curiosité et son imagination, il avait quand même pu s'améliorer un peu. Rien de grandiose mais ses connaissances avaient grandi considérablement. Il voulait devenir une encyclopédie culinaire pour pouvoir répondre à n'importe quelle question du domaine.

Le jeune homme s'adossa contre une pierre, levant les yeux au ciel. Il les ferma pour mieux se concentrer et se souvenir des saveurs. C'était un exercice tellement répété qu'il en devenait simple. Sa langue allait bien finir par s'habituer à dissocier tous les éléments. Le plus dérangeant résidait dans la cuisson. Suivant celle donnée, un aliment pouvait changer de texture et de saveur. A moins de toutes les tester, Raki voyait difficilement comment réussir à les isoler.

Un peu déprimé, il soupira. Au début, il avait songé à demander de l'aide à Naï. Une Akimichi, normalement, était douée pour ce genre de chose. Cependant, il n'y avait aucun raffinement dans cette chose. L'idée avait donc vite été exclue. Son équipe ne servait décidément à rien. Personne ne lui servait à quoi que ce soit. Les gens semblaient surtout doués pour le gêner et lui mettre des bâtons dans les roues.

« Ahhh rien de tel pour se reposer après une mission, euh mec, excuse moi, tu sais si ce sont des bains mixtes ou pas ?  »

En entendant une voix, Raki baissa le regard. Pour voir clairement la personne qui parlait, il dut même relever un peu la tête. Le ciel était joli, mais il n'aidait pas vraiment à analyser les gens autour de lui.

Le premier réflexe que Raki avait dans ce genre de situation était de jauger les personne. La première impression ne servait jamais à rien. Une pierre brute qu'il fallait tailler un peu plus au fur et à mesure des conversations et des expériences. A quoi ressemblait donc la pierre de celui-ci ? Plus solide. Très solide même. Raki s'entraînait bien, après tout il avait toujours aimé l'escrime. Une des seules activités avec un risque moindre de se couper un bras. Il avait même plus de chance de se couper un bras en mangeant plutôt qu'en s'entraînant. Ils étaient tout deux assez solides, mais dans un concours de force, Raki perdrait. Pas forcément car il était moins fort, ça il n'en avait aucune idée. Ce n'était qu'une impression sur cette pierre brute. Autant lui ne se donnerait pas à fond car cela lui semblerait d'un ennui mortel, autant l'autre avait l'air plutôt sérieux sur ce point. Un mâle qui voulait démontrer sa force face aux femelles. Un peu ridicule si on lui demandait son avis.

Les impressions, il avait du mal à mettre directement des mots dessus. Ces ressentis avaient de l'importance pourtant, et essayer de les saisir l'aiderait sûrement à savoir ce qui donnait cette impression. Blond aux yeux bleus, séducteurs probablement. Oui très probablement. Sa première volonté était de savoir si ces bains étaient mixtes ou pas. Pervers peut-être. Là Raki allait un peu trop loin dans les suppositions. Sans être pervers, on peut se demander si les femmes viennent dans le même bains. Il avait cet éclat, une vivacité. Innommable. Le jeune Chûnin ne savait même pas exactement à quoi s'attendre en pensant ces mots. De l'espièglerie peut-être ? Oui possible. En tout cas, la pierre à laquelle ce type lui faisait pensé n'était autre que...

« Topaze. »

Il l'avait murmuré tellement faiblement que l'autre pouvait avoir entendu comme n'avoir rien remarqué. C'était sorti tout seul. Une évidence comme on en voyait rarement. Quand il voyait ce type, il voyait une topaze brute. Enfin, pour le moment brute. Il la raffinerait peut-être. En attendant, c'était plutôt un beau joyau. Qu'importe qui ce type était, ce devait être quelqu'un d'assez exceptionnel pour lui faire sortir un mot pareil par instinct. Une bleue, cela lui allait à ravir. Elle se taillerait un peu mieux avec le temps, hors contact avec lui. Elle semblait encore brute cette pierre. En même temps, ils devaient avoir à peu près le même âge, sinon le même. Raki aurait été bien en mal de dire lequel des deux était l’aîné. Il n'avait jamais été très doué pour deviner l'âge des gens. Cela dépendait beaucoup de la personne.

Quand ce mot lui échappa, le jeune homme revînt soudain à la réalité, mettant fin à son délire intérieur. Il avait oublié de répondre à la question qui lui avait été posée. Se faire aborder l'avait totalement déréglé, et il en oubliait les bonne manière.

« Doucement Topaze, ajouta-t-il à voix basse. Là-bas, mais faudrait pas qu'on t'entende dire des trucs pareils ! »

Raki pointait un joli rocher à quelques mètres d'eux. Derrière, on entendait quelques petites voix. Des filles se tenaient de l'autre côté. De ce qu'il avait pu isoler comme voix, deux parlaient, et une dernière gloussaient légèrement. A moins que l'une d'elle ne sache glousser en même temps qu'elle parlait. Il y en avait à coup sûr deux. Sûrement trois, et peut-être plus. Cependant, si Topaze continuait de demander si les bains étaient mixtes à voix haute, elles fuiraient peut-être. Même si cela n'aurait pas dérangé particulièrement Raki, ce serait dommage que l'autre perde son petit plaisir juste parce qu'il n'avait pas été assez discret.

Pendant ce temps, le médecin continuait d'observer son interlocuteur momentané. Un collègue, ou pas ? Comme ça, à vu de nez, oui. Mais encore une fois, ce n'est pas parce que l'on se musclait que l'on tapait forcément sur des gens. On pouvait le faire par pur plaisir, pour plaire aux femmes, ou pour se maintenir en bonne santé. Quelle était sa raison à lui ? Peut-être toutes en même temps.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Jônin - Anbu
Messages : 284
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un plat à déguster : une rencontre sous le signe des épices ! [Hayashi Raito] Lun 22 Avr 2013 - 1:24

    L'eau était vraiment exquise. S'il n'avait pas commandé de plat quelques minutes plutôt, il était certain que Raito aurait passé toute la journée dans ces bains afin de se relaxer. Le fait qu'il n'y ait pas beaucoup de monde, bien que le genin préférait au contraire être dans des endroits animés, avait une grande part de responsabilité dans ce cadre relaxant. Raito aimait en effet bien être dans des endroits animés. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'après quatre ans d'exil, à vivre une grosse partie du temps tout seul, il avait besoin de côtoyer des hommes, de ressentir la chaleur humaine. Le shinobi avait donc posé cette fameuse question au garçon de son âge qui était assez proche de lui. Celui-ci semblait vraiment absorbé par sa quête. Il n'avait même pas remarqué que le blondinet s'était lui aussi introduit dans l'eau. Ou alors peut-être n'avait-il pas voulu remarquer justement que l'Hayashi était lui aussi dans les bains ? Peu importait en fait, si ce garçon ne souhaitait pas faire la conversation, ce n'était pas un ninja comme Raito qui allait lui forcer à parler. A vrai dire, il lui avait posé cette question tout d'abord, parce qu'il voulait en effet savoir s'il y avait des filles ici, car il fallait bien avouer que le garçon au chakra rouge était un dragueur né, mais aussi pour engager un dialogue avec cet étrange garçon, aux occupations... toutes aussi étranges. Mais il ne semblait pas vouloir répondre.

    « Topaze ». C'est ainsi qu'il appela Raito. « Topaze ». Quel était le rapport entre lui et cette pierre précieuse ? Sûrement ses yeux. Sur le coup, le genin avait trouvé la réaction du garçon assez bizarre. Pourquoi ne pas plutôt lui demander son prénom, plutôt que de lui étiqueter le nom d'une pierre précieuse ? Puis, il se rendit compte qu'en fait lui aussi faisait ça. Raito était un adepte du surnom. Il lui arrivait parfois d'appeler quelqu'un par un surnom, ce surnom se rapportant bien sûr aux impressions qu'avait l'Hayashi sur cette personne. Ainsi ce garçon associait Raito à une topaze. C'était plutôt flatteur, il fallait bien l'avouer.

    Mais Raito ne lui trouva pas associa pas à son tour de surnom. Tout simplement parce qu'il ne lui inspirait pas grands choses encore, mise à part une certaine sympathie et bien sûr ces yeux dorés qui étaient envoutant. De toute manière, le genin n'était pas forcé de lui donner un surnom parce que ce-dernier lui en avait donné un. Non, il resterait avec ce fameux « mec » que Raito utilisait très souvent. Malgré cette petite aparté, il lui confirma bien qu'il y avait des filles, et d'ailleurs elle étaient juste à côté.

    - Doucement Topaze, ajouta-t-il à voix basse. Là-bas, mais faudrait pas qu'on t'entende dire des trucs pareils ! 

    Raito n'avait pas eu l'impression d'avoir parlé excessivement fort, mais c'était son problème justement. C'était qu'il ne se rendait pas toujours compte qu'il pouvait parler fort. Mais en soi il s'en fichait un peu d'être entendu. Qu'allait-il arriver, si quelqu'un l'entendait, il viendrait le voir pour lui dire ? Raito l'enverrait chier tout simplement. Oui, en effet, Raito était un légèrement orgueilleux, et il n'aimait pas qu'on lui fasse des reproches. Alors son système d'auto-défense était d'aller faire voir les gens. Il était plutôt bon pour ça, il fallait l'avouer. Mais en dehors de ça, l'Hayashi était un être adorable et très sociable.

    L'Hayashi ne put réprimé un petit sourire. En réécoutant la phrase de son interlocuteur dans sa tête, il remarqua qu'elle était remplie d'une douce naïveté. Il ne fallait pas que les filles l'entendent dire des « trucs pareils » ? Cela semblait traduire une certaine gêne, ou du moin timidité, le terme était plus approprié, envers la gente féminine. Raito fut alors pris d'une certaine affection pour ce garçon, il le regardait un peu comme un être sans défense. Bien sûr il se doutait que ce n'était pas le cas, et qu'il devait sûrement être un ninja du village, mais l'Hayashi parlait plus du côté social. Voila, il avait trouver sa bonne action de la journée, il allait prendre ce garçon sous son aile, et il allait repartir avec une fille ! Et puis si Raito le pourrait, il le ferait aussi.

    Le surnom vint de lui même. Finalement l'Hayashi donnerait un surnom à ce garçon. Il serait son « poulain ». Il allait le coacher pour qu'il parte avec une fille. Il se rapprocha de lui avec un petit sourire complice.

    - Pourquoi ? Serais-tu dérangé par la gente féminine ? N'ais pas l'image d'un pervers à mon égard, au contraire je respecte la femme. Mais j'aime bien rigolé. Allons, aujourd'hui tu vas repartir avec une fille, tu es désormais mon poulain, et je veux te voir sortir de ce restaurant avec une fille sous le bras.

    Etait-il d'accord ? Raito n'en savait rien. De toute manière dans ce genre de situation, il ne fallait pas trop demander l'avis de la personne car 90% du temps, celle-ci se dégonflait. En le mettant sur le fait accompli, l'Hayashi verrait bien de quoi son poulain était fait. S'il avait de l'audace, du courage, de la répartie. Bref cela lui permettrait de mieux le connaître. Il appela alors les demoiselles qui s'arrêtèrent de glousser. Elles devaient sûrement se rendre compte désormais qu'elles n'étaient plus seules.

    - Mesdemoiselles, excusez-moi, pourriez-vous venir un instant ? J'aimerais vous présenter mon ami qui est à mes côtés. C'est un ninja incroyable, il rentre tout juste de mission, et après son repas, il ne sait pas trop quoi faire. Peut-être que l'une d'entre vous pourrait passer le reste de la journée avec lui ? Si vous acceptez, il viendra vous chercher après que nous ayons déjeunés.

    Raito attendait désormais la réponse de son poulain et celle d'une des filles, voire les deux.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 210
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un plat à déguster : une rencontre sous le signe des épices ! [Hayashi Raito] Lun 22 Avr 2013 - 9:06

Un léger silence s'était installé entre eux après la réflexion de Raki sur le volume de la voix de Topaze. Il trouvait cela un peu fort de demander si les bains étaient mixtes. Pour lui, cela portait tellement de sous-entendus sur la nature de sa présence que cela en devenait flagrant. Le mot pervers lui était évidemment très rapidement venu à l'esprit. Par contre il n'avait pas vraiment l'impression que ce soit fondamentalement le cas. Non jusqu'à dire que son camarade masculin était d'une pureté sans égale, mais que cela pouvait simplement être une question comme il aurait pu demander si l'on pouvait sauter dans l'eau. Juste à titre informatif alors ? En tout cas, c'est ce que Raki aurait aimé croire, parce que cela lui avait semblé si peu discret que n'importe quelle fille l'aurait frappé en le traitant de pervers.

« Pourquoi ? Serais-tu dérangé par la gente féminine ? N'ais pas l'image d'un pervers à mon égard, au contraire je respecte la femme. Mais j'aime bien rigolé. Allons, aujourd'hui tu vas repartir avec une fille, tu es désormais mon poulain, et je veux te voir sortir de ce restaurant avec une fille sous le bras. »

Cela devait vraiment être évident pour Topaze qu'il avait l'image d'un pervers, tellement évident qu'il essayait même de le convaincre du contraire. On devait le lui avoir dit et redit jusqu'à ce que ses oreilles en saignent. Mais ce n'était vraiment pas ce qui l'inquiétait le plus. Avant même que sa bouche ne se soit ouverte pour dire ses phrases, Raki avait eu un très mauvais pressentiment, comme une gêne, un malaise, une boule au ventre inexplicable. Enfin l'explication était assez simple. Un homme pareil qui se rapproche de lui avec un petit sourire en coin, cela ne pouvait rien laisser présager de bon.

La suite avait donc été à la hauteur de son désespoir. Il était maintenant un poulain. Fallait-il en conclure qu'il devait hennir en sa présence ? Raki comprenait la signification de ces paroles, il n'était pas stupide. Par contre, il aurait bien aimé l'être un peu plus ce jour-là. Après tout, la stupidité et l'alcool rendaient les choses bien plus faciles avec les filles. Surtout la stupidité. Lui il n'avait jamais su s'y prendre avec ces êtres inconnus. C'était beau, cela ne se touchait pas. On avait peur de le casser tellement ça avait l'air fragile de l'extérieur. Pourtant à l'intérieur, c'était certainement très dur. Peu importait de toute façon. Raki ne serait jamais capable de séduire une fille. En aborder une dans un cadre totalement différent, ce n'était pas impossible, au contraire, il n'avait pas de problèmes de communication. Mais dans un cadre de séduction, c'était du jamais vu. Il n'avait jamais osé faire ça, et encore moins aux bains. Après tout, pouvait-on trouver pire comme première rencontre ? Chacun était pratiquement nu. En fait non : lui était pratiquement nu. Une petite serviette autour de la taille composait sa seule tenue. Une feuille aurait été toute aussi efficace.

Topaze aussi était dans cette tenue minimaliste. Les filles quant à elle serait plus habillée, même un maillot de bain en laissait voir plus que la grande serviette qui recouvrerait leur corps. Pourquoi donc devait-il se retrouver dans une situation où il se sentait clairement inférieur à tous les autres ? Sans parler directement d'un quelconque complexe, c'était l'idée d'être jugé. Raki regardait souvent les autres, ce n'était pas un problème. On devait le regarder aussi, aux bains ou ailleurs. Cela ne le gênait pas. Mais le contexte modifié, il considérait cela comme impossible. Parler à une fille en étant quasiment nu en espérant sortir avec elle après ce restaurant ? Intérieurement, si un double du futur était venu lui dire qu'il le ferait un jour, il lui aurait rit au nez en lui conseillant d'arrêter de prendre son apparence.

« Mesdemoiselles, excusez-moi, pourriez-vous venir un instant ? J'aimerais vous présenter mon ami qui est à mes côtés. C'est un ninja incroyable, il rentre tout juste de mission, et après son repas, il ne sait pas trop quoi faire. Peut-être que l'une d'entre vous pourrait passer le reste de la journée avec lui ? Si vous acceptez, il viendra vous chercher après que nous ayons déjeuné. »

Pas possible ! Il avait déjà appelé ces filles qui rigolaient et parlaient derrière le rocher ? Raki hallucinait. Comment pouvait-il lui faire un coup aussi tordu ! Le pire dans l'histoire, c'est que Raki n'avait pas réellement le choix, Topaze l'avait mis au centre de l'attention en parlant de lui comme d'un enfant qu'il fallait rassurer. Ressemblait-il vraiment à une créature fragile qu'il fallait à tout prix chouchouter pour éviter qu'elle se brise en deux quand on la touche ?

Ce type voulait vraiment le pousser à s'ouvrir à la gente féminine. En soit, Raki l'aurait remercié pour son intérêt si cela ne le mettait pas dans une situation si inconfortable. Être directement le centre de l'attention ne lui convenait pas. D'un autre côté, la description que Topaze faisait de lui était un peu simplette et minimaliste. D'où savait-il des choses sur lui ? C'était frustrant, et pour évacuer son stress, Raki préférait se mettre en colère contre celui qui le mettait dans une situation inconfortable.

Un sourire en coin, il se redressa pour être un peu mieux installé. Les filles sortirent de derrière leurs rochers. Deux. S'était-il trompé ? Il aurait pourtant parié qu'il y en avait trois. D'un autre côté, rien ne le prouvait à priori, deux personnes au moins à coup sûr. Le reste n'était que pure hypothèse. Si l'autre voulait lui jouer des tours, Raki pouvait avancer sans trop de crainte que ce n'était pas le bon poulain qu'il avait choisi. Il était plutôt fougueux dans son propre genre. Passant son bras autour des épaules de Topaze, son sourire se fit plus éclatant. Il avait envie d'éclater de rire en fait. De son autre main, il faisait un petit geste en direction de son nouvel acolyte avec l'air un peu désemparé.

« V'voyez, il est pas trop mal, et il est plutôt gentil. Il vous mordra pas si vous voulez sortir avec lui. En plus, c'est un pur sang ! »

Tel était pris celui qui croyait prendre. Tranquillement le médecin tapotait la tête de son collègue. On ne pouvait pas trop en demander à Raki non plus. La ruse n'était pas parfaite, et chacun partirait dans un chemin contraire pour mettre l'autre en lumière. Mais dans un sens, pour la première impression, c'était lui qui gagnait. Après tout, les gens se séparaient difficilement d'un premier jugement, d'où l'intérêt d'inverser les rôles au début. Malgré tous les efforts que feraient l'autre, cette étiquette lui collerait très certainement assez longtemps pour que Raki se sente en paix. Bien entendu, il n'avait pas l'intention de perdre à ce petit jeu. Cela signifiait donc qu'il jouerait le jeu qui lui avait été imposé, mais par ses propres règles.

En tous cas, ils avaient de la chance, les deux étaient plutôt jolies. En fait Raki comptait sur la chaleur du bain pour éviter de rougir comme une tomate. Tant qu'il ne se retrouvait pas dans une situation plus inconfortable, tout irait bien. Pour l'instant, il pouvait parler normalement et les regarder, un bon point. Cela demandait vraiment plus de travail que ce qu'il avait soupçonné de se sentir à l'aise ici. Il se sentait déjà terriblement nu.

Spoiler:
 
EDIT : C'est donc un oui Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Jônin - Anbu
Messages : 284
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Un plat à déguster : une rencontre sous le signe des épices ! [Hayashi Raito] Mer 15 Mai 2013 - 19:36

    Raito rigolait bien. Cela faisait longtemps qu'il s'était libéré l'esprit comme cela. Son nouvel acolyte pour des aventures pour le moins originales, semblait se prendre au jeu. Lui qui avait semblé aux premiers abords plutôt réticent à ce que les jeunes filles viennent aborder les deux ninjas, semblait désormais se lâcher. Il les interpella, et il essaya de retourner la situation. L'Hayashi avait lui voulu parler aux demoiselles à la fois pour rigoler un peu avec son poulain, mais il l'avait également fait pour vraiment pouvoir les aborder. Son poulain semblait satisfait de sa petite blague. Il avait présenté Raito comme une espèce de bête de foire. C'était assez drôle, il fallait bien le reconnaître, et le genin ne l'avait pas mal pris au contraire. Mais son poulain s'y méprenait s'il croyait que l'Hayashi était mal à l'aise. Au contraire, il lui facilitait la tache pour aborder ces jeunes filles. Le genin se laissa faire. Se faire passer pour un ninja incroyable, il fallait le dire, ce n'était pas désagréable. Raito en rajouta, il fit semblant d'être exténué, ayant presque de séquelles de sa dernière mission.

    - J'espère que mon ami ne vous offusque pas par sa franchise. Vous savez, le village nous envoie souvent tous les deux remplir des missions assez importantes, de rang S généralement. Enfin bref, je ne vais pas vous embêter avec des détails concernant des missions top secrètes et qui peuvent déterminer le futur de notre monde, mais tout ça pour dire que dans ce genre de missions, on ne parle pas à beaucoup de monde, puisque on doit souvent faire de l'espionnage, ou tout simplement se battre, comme ce fut le cas pour ma dernière mission... Et donc tout ça pour dire qu'on se retrouve confronter à nous même sans énormément de contacts avec l'extérieur, d'où le côté très direct de mon ami. Cependant je ne refuse pas sa demande, et j'espère qu'au moins l'une de vous aura la gentillesse de passer la soirée avec moi, ça serait un honneur.

    Raito fit signe aux jeunes filles de les rejoindre dans les bains. Même si cela était normalement interdit, il ne s'en soucia guère. Et son petit discours fit son effet. Les jeunes filles semblaient presque intimidées par les deux jeunes ninjas, ce qui fit rire Raito. Elles étaient vraiment jolies. Deux brunes, aux formes très avantageuses. L'Hayashi avait d'ailleurs du mal à détacher son regard de leurs maillots de bain. Oui, oui, le genin était un fan de la mode. Elles rejoignirent donc les deux garçons dans le bain, et les quatre jeunes gens commencèrent à discuter. Durant à moment, il crut voir son poulain rougir. Etait-ce la chaleur des bains ou celle de la situation qui gênait son ami ? Raito avait sa petite idée sur la question.

    - Mec je parle depuis tout à l'heure, et on ne t'entend pas. Ton inactivité fait que la chaleur te monte à la tête ! Regardes tu es tout rouge ! Bon aller parles nous de ta dernière mission.

    L'intérêt des jeunes filles semblait s'être réveillé d'un coup. Elles allaient pouvoir entendre les péripéties d'un ninja qui faisait des missions de rang S. Elles en avaient de la chance. Ce n'était pas quelque chose qui arrivait tous les jours. Mais Raito pensait tout de même que les choses étaient bien trop faciles. Ces jeunes filles avaient cru à son histoire avec une grande facilité. Etait-ce parce qu'elles étaient vraiment naïves ? Ou alors parce qu'elles avaient juste envie de passer du temps en leur compagnie, et qu'elles n'avaient pas voulu paraître désagréables ? L'Hayashi espérait que c'était la première option, sinon ils passeraient tout deux pour des idiots. Mais ce n'était pas très grave, au contraire, la situation serait très marrante également. Raito vit d'ailleurs que l'une des deux jeunes filles s'étaient rapprocher l'air de rien petit à petit près de son poulain. Ah... Quelle fierté. Il aurait l'occasion de conclure dans quelques minutes cela ne faisait aucun doute.

    Raito décida d'entamer également une manœuvre de rapprochement avec l'autre fille. Son poulain ne devait pas être le seul à s'amuser. Ça ne serait pas juste sinon. Il se rapprocha doucement mais surement de sa proie. Il ne dit rien, et elle ne remarqua rien. Mais il fallait que son ami, dont il ne connaissait toujours pas le nom, commence à parler pour que l'Hayashi puisse continuer son approche, sinon il serait griller. Il lança d'ailleurs un petit regard insistant à son poulain pour lui faire comprendre qu'il était comme son copilote dans cette petite aventure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 210
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Un plat à déguster : une rencontre sous le signe des épices ! [Hayashi Raito] Sam 18 Mai 2013 - 10:02

La situation était cocasse. Sans le moindre doute. Topaze avait vraiment décidé de lui apprendre à draguer, et c'était très inquiétant. Raki n'avait pas la moindre expérience. Ses erreurs et son inconfort seraient visibles à des kilomètres à la ronde. Sincèrement, rediriger l'attention sur l'autre semblait être la meilleure solution, même si ce serait à très court terme. Il ne faudrait pas cinq minutes pour que l'effet soit complètement estompé. Si peu de temps pour trouver un Joker. Décidément, ce ne serait pas sa journée.

En fait, son acolyte semblait bien plus docile que lui. Évidement. Il voulait draguer depuis le début. Ce n'était même pas caché. Et ses capacités d'acteurs étaient à la même hauteur que celle de Raki. Il prenait son petit air abattu après une dure journée. Vraiment convainquant. Raki y aurait certainement cru s'il n'avait pas assisté à la petite transformation qui s'opérait. En même temps, il en était à l'origine.

L'étranger se targuait d'être un shinobi d'exception. Infiltration, espionnage, assassinat, rudes batailles. Décidément, le portrait qu'il faisait de leur duo semblait de plus en plus tiré par les cheveux. La seule partie qui semblait correcte était « Ninja ». Oui, ils étaient tous les deux ninjas. Pour le reste, la vérité se cache dans des recoins sombres dirons-nous.

Il faisait chaud en tout cas. A cause de la proximité des filles ? Probablement, mais aussi à cause du bain. En tout cas, Topaze n'était pas discret. Regarder ainsi les filles semblaient vraiment déplacé. Raki doutait que ce soit parce qu'il aimait leur maillot de bain. Enfin, s'il voulait passer pour un pervers, cela ne regardait que lui. Sauf que cela le mettait dans une position assez inconfortable à son goût. Ce n'était vraiment pas une chose facile pour lui, car il n'avait pas vraiment envie de faire quoi que ce soit. Tant que l'autre parlait, Raki était dans une sorte de zone de sécurité. Les filles regarderaient celui qui parlait, lui permettant de plus se détendre.

En réalité, le jeune homme savait qu'il n'aurait pas l'occasion de se reposer très longtemps. Après tout, cette idée venait de Topaze afin de le laisser s'ouvrir un peu à la gente féminine. On pouvait très facilement supposer qu'en peu de temps, il essaierait de retourner la situation pour la remettre dans le bon sens. Cette idée n'aidait pas Raki à trouver une solution au problème : comment venir avec une histoire à la hauteur de celle que Topaze venait de sortir ? Du rang S ! Comme s'il avait une idée de la difficulté et de la puissance qu'une telle mission nécessitait !

Pour des civils, la différence ne devait pas exister. Du moment que l'on savait cracher du feu ou faire pousser des plantes, les filles seraient impressionnées. Quand son acolyte lui demanda de parler de sa dernière mission, un cri d'une puissance inouï résonna dans sa tête. Sincèrement, c'était le pire scénario possible. Raconter une mission qui soit à la hauteur semblait assez improbable. Voire même impossible. Les regards se tournaient soudainement tous vers lui. N'y avait-il pas moyen de discuter au moins habillés ?

Comment avait-il pu en arriver là, à raconter une mission supposée top secrète. A aider un pervers à avoir un rencard pour la soirée ? Et ce regard que Topaze lui lançait. Un chien, tout tristounet de ne pas avoir son os. Il aurait très bien pu donner la patte pour attirer son attention. Décidément, Raki ne pouvait rien y faire. Il était coincé dans cette situation, autant jouer jusqu'au bout. Même s'il ne savait pas vraiment ce que cela voudrait dire.

« Ma dernière mission, hein ? Elle n'était pas de rang S, c'était une infiltration de rang A pour récupérer des parchemins de techniques. Il fallait éventuellement démanteler le réseau derrière si c'était jugé important. »

La base était là. Serait-elle assez crédible ? Raki n'en avait aucune idée. Une B, il aurait pu dire à quoi cela ressemblait. Il suffisait sans doute d'augmenter un peu le niveau de difficulté pour imaginer une A. L'histoire serait plus crédible que de prétendre ne faire que des S et sortir un truc soit trop énorme, soit pas assez.

« Au début, j'ai pensé que j'avais deux choix. Soit j'entrais comme simple sous-fifre, dans ce cas j'éveillais quelques soupçons au début, et je laissais les choses se tasser. Soit j'entrais en prenant l'identité d'un autre. Cette deuxième solution peut sembler plus judicieuse, mais il faut du temps pour localiser les ennemis, l'objectif et établir un plan. Durant tout ce temps on est assez exposé à être découvert. Surtout si on prend quelqu'un d'important, qui sait beaucoup de choses. Que l'on ne sache soudain plus rien, ou que l'on se comporte étrangement peut mettre la puce à l'oreille. »

C'était tellement gros à ces yeux qu'un mensonge pareil ne pouvait pas tenir. Il était bon acteur, mais de là à se faire passer pour un puissant ninja... Enfin, il fallait que son histoire dure assez longtemps pour être crédible, avec des détails sans doute. En espérant que ce temps suffirait à Topaze pour se rendre compte que cette situation ne convenait vraiment pas à son poulain.

« Donc j'ai choisi de commencer en bas de l'échelle. J'avais globalement quand même accès à beaucoup de choses. Il fallait garder des passages, faire des rondes. J'avais le temps de visiter de de chercher les rouleaux de techniques. En fait, ils étaient plutôt facile à trouver. Il y avait pas mal de sécurité. Pas en terme de garde. Même moi j'y ai été affecté deux fois avec un autre. Non, c'était des mécanismes qui en faisaient un véritable coffre-fort. J'ai du préparer minutieusement mon coup. Je n'aurais pas deux essais. Il fallait que je sois de garde, et que j'endorme le gardien qui se trouvait avec moi. J'avais placé des sceaux pour me donner un peu de temps au cas où quelqu'un s'approchait. »

Raki marqua une pause, faussement perdu dans ses souvenirs. Il était perdu dans son imagination, pour trouver quelque chose de crédible. En fait, il allait certainement finir par ne pas l'être du tout. Tant pis, ce n'était pas son idée mais celle de Topaze.

« Il fallait forcer la serrure sans tout exploser, sinon j'allais perdre mon temps. Cela n'aurait pas facilité ma fuite d'ailleurs. Je n'avais qu'une heure pour forcer le tout, et sincèrement, j'ai cru que je n'y arriverai pas. Le mécanisme était inédit et splendide. Le concepteur était un génie, et il s'agissait d'un exemplaire unique. Enfin, sur notre tour de garde, j'avais déjà presque utilisé tout mon temps pour virer crocheter cette serrure. Quand j'ai ouvert et que j'ai vu d'autres mécanismes, j'ai vraiment eu envie d'abandonner. Je n'avais plus vraiment le temps. J'ai juste pensé à faire un clone. Il devait faire le mort sur le sol comme l'autre garde, pendant que je me cachais à l'intérieur pour continuer mon travail. On abandonne pas une mission pareille quand on est si proche du but. Alors j'ai continué avec plus de détermination. Mes défenses s'activaient une à une, et bientôt je finirai par être pris au piège sans issue de secours. Quand j'ai enfin mis la main sur les rouleaux, il me restait la partie la plus difficile à faire. Ressortir. Complètement piégé, ils allaient certainement ouvrir d'une minute à l'autre. »

Il ne restait plus qu'un détail à régler. Un tout petit. Comment pouvait-il trouver une sortie maintenant? Il n'avait tellement pas pensé avant de s'enfermer dans ce coffre que la sortie ne lui avait même pas effleuré l'idée. Il pouvait dire qu'il y avait un mécanisme. Il y en aurait logiquement eu un. Mais la partie compliquée était le lot d'ennemis qui auraient du se cacher derrière. Si tout semblait trop facile, ce ne serait pas crédible. La seule solution qu'il entrevoyait, c'était de faire intervenir Topaze dans son discours. Oui, ce serait son sauveur. Dans tous les sens, et tous les lieux. Aussi bien fictifs que réels.

« J'ai défoncé brutalement la porte, les surprenant. J'ai pu réussir à me frayer un chemin en vitesse, mais il fallait sortir des souterrains le plus rapidement possible. Heureusement que j'avais eu le temps de placer des pièges un peu partout, j'ai pu avoir un chemin suffisamment sécurisé. En fait, tout s'est plutôt bien passé jusqu'à la sortie. Là, je n'avais pas pensé à la protéger. On m'y attendait bien, ils devaient être une dizaine du rang de Jônin. Je pouvais en battre en duel, peut-être même en cinq contre un. Mais dix, c'était vraiment trop. J'étais pris au piège. Et c'est là que ce vieux bougre est arrivé ! »

Raki désigna subitement Topaze. Il avait vraiment assez parlé. C'était au tour de l'autre de se débrouiller avec sa merde.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un plat à déguster : une rencontre sous le signe des épices ! [Hayashi Raito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-