N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Civil
Messages : 106
Rang : C

Message(#) Sujet: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Dim 21 Avr 2013 - 1:44

Citation :
Le rattachement du pays du Fer à Kumo fait désormais partie du passé, mais certains ne l'ont pas digéré. Depuis quelques semaines, un groupe d'une demi-douzaine de Rônins n'a rien trouvé de mieux que de mettre à feu et à sang les villages civils de Kaminari no kuni pour revendiquer l'indépendance de leur pays.
Rendez-vous dans les montagnes du pays des nuages, menez l'enquête, et débrouillez-vous pour que ces samuraïs déchus cessent de s'en prendre aux civils et de dévaster la contrée. Si possible, mettez-les hors d'état de nuire en les faisant prisonniers, mais évitez de les massacrer: les relations diplomatiques avec Tetsu no kuni sont trop fraîches pour que Kumo puisse se permettre un tel affront envers le peuple samurai.

    Une semaine écoulée, peut être un peu plus. Je ne m'étais pas montrée dans les rues du village depuis un tout ce temps. Séparée de ma famille, mes collègues morts, plus grand chose ne me donnait envie de poursuivre ma progression sur cette route que j'avais choisi. Pourquoi donc avais je voulu devenir une Kunoichi ? J'aurais été tellement mieux dans la ferme de mes parents, à m'occuper des bestioles, tranquillement, en mode paysanne style.. Ah oui, mon envie de protéger Kaminari ; quelle envie stupide. Aujourd'hui fut un jour comme les autres, ensoleillé, bien qu'un peu nuageux, mais ce n'était pas une première, et j'y étais été habituée. Pas si banal que ça. On vint frapper à ma porte, je ne répondis pas, j'avais trop peur de la nouvelle qu'on pouvait m'apporter.

    Je restai cachée sous mes draps. J'entendis l'homme derrière la porte s'impatienter, re-frapper, puis le glissement de quelque chose sur le sol, un papier ? Il était parti. Je me redressai, et vis, effectivement, un papier blanc sur le parquet du modeste appartement que j'occupais. Je me levais, ô miracle de la vie, je retrouvai l'usage de mes jambes ! Maladroitement je ramassai le pli, le dépliai, le lus. Quand on parle de défendre le pays, protéger les gens et tout le reste, et bien voilà. À croire que, lorsque je pense à quelque chose, et bien cela arrive.. Non, une simple coïncidence. Je devais accompagner un chûnin dans les montagnes, mettre la mains sur des samouraïs ; rien que ça. Deux bonnes heures me furent nécessaires pour me préparer. Et finalement je rejoignis les portes, majestueuses, du village.


    Tu dois être... Seki.. Zennosuke, le chûnin.

    Dis je sur un ton monocorde en voyant au début du sentier perdu un jeune homme attendre.. ça se trouve, je me plantais totalement de personne. Ce n'était pas grave, dans le pire des cas on tenterait d'établir un genre de contact avec moi, et on apprendrait très rapidement que c'est peine perdue, que je n'accordais aux relations extra professionnelles que peu de valeur. Mais si c'était le bon, alors tant mieux, on pourrait partir, et plus tôt on part, plus tôt on fait notre boulot et plus tôt en rentre ! Pas partie que je voulais rentrer. J'étais sûre de ne pas être encore à cent pour cent opérationnelle pour le terrain, m'envoyer en mission était un peu une manière de me forcer à reprendre pied, m'accordait on de l'importance, ou figurais je dans les figurants ?

    À part Hai no Kuni, je ne suis jamais vraiment sortie de chez moi, ou de chez mes parents...

    Puis je me tus. Laissant au ninja type masculin tout le loisir de taper la discute, ou, d'en fin, se mettre en route.


Dernière édition par Hiryuu le Dim 26 Mai 2013 - 17:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Dim 21 Avr 2013 - 15:12

Zennosuke venait de terminer d'enfiler son gant droit. C'était toujours la dernière chose qu'il portait avant de se considérer comme fin prêt pour une mission. Tout son arsenal était au complet : le ninja-tô bien en vue sur son dos, dépassait de son épaule droite lorsqu'on le regardait de face. Son étui était bourré de shurikens et kunais ; la sacoche pleine d'utilitaires : des bombes fumigènes et explosives, une longue et fine corde. Il était fin prêt pour sa toute première mission de rang B en tant que Chuunin. Pour sa première, les supérieurs avaient décidé de le flanquer d'un Genin, ou d'une plutôt pour peu que ce détail aie une quelconque importance. C'était un grand honneur et une très grosse responsabilité. Il devait se montrer à la hauteur des attentes placées en lui, que ce soit vis à vis des hauts gradés qui l'avaient gratifié d'une promotion, ou vis à vis de la Genin qu'il se devait de ramener saine et sauve au bercail.

Dans la poitrine du jeune Seki, son cœur s'emballait quelque peu, certainement à cause de la pression qu'il se mettait tout seul sur les épaules. Il se devait d'assurer, d'être à la hauteur des attentes placées en lui. Après avoir longtemps bourlingué en tant que Genin, le voici qui avait dépassé le stade initial pour se rapprocher de celui final : Jonin. Il lui appartenait à présent de prendre ses marques en tant que Chuunin, de prendre de l'ampleur au sein de son village, d'augmenter sa notoriété et surtout de continuer à progresser. La première étape était de se prouver à lui même qu'il méritait son nouveau grade. Et pour ce faire, quoi de mieux qu'une mission ? S'étant quelque peu rassuré, le Genin sorti de sa demeure pour rejoindre l'entrée du village des nuages. C'était là qu'aurait lieu son entrevue avec la Genin avant qu'il ne prennent le chemin des montagnes de Kaminari no Kuni.

Une fois sur place, après avoir pris le temps de bien vérifier si sa coéquipière ne l'avait pas devancé, il se plaça à un endroit stratégique de façon à ce que la Genin puisse le repérer. Il n'avait aucune idée de ce à quoi elle pouvait ressembler, mais avec le langage corporel, les attitudes, il savait par expérience qu'il pourrait rapidement la reconnaître. Ce ne serait pas trop difficile... A peine avait-il finit de penser à cette perspective, qu'une jeune demoiselle s'approcha de lui à pas plutôt lents. Elle semblait s'être mal réveillée tellement sa démarche nonchalante. Était-ce là un manque de motivation ou un manque d'hygiène de vie ? Vu qu'elle avait l'air endormie à quelques instants d'une mission, il y avait de larges chances qu'elle ait une vie complétement décousue. Mais bon, le Chuunin délirait certainement. Il ne savait rien de celle qu'il tentait de cerner de la sorte. Il fallait espérer que pour sa première mission en tant que Chuunin, on ne lui avait pas adjoint une fainéante ou une moins que rien. Avec le peu d'expérience qu'il avait, le neo Chuunin savait qu'il ne fallait pas juger à l'apparence, surtout pas en ce qui concerne les shinobis.

* Tss. Je devrais arrêter de toujours vouloir cerner tout le monde ! * Se dit-il à lui même avant de répondre à Genin :

" Oui c'est bien moi Seki Zennosuke. Et toi tu dois être Hiryuu je présume ? Enchanté. J'ai lu ta fiche ninja au bureau des missions. Je dois dire que je suis étonné qu'on t'ai déjà confié en mission de ce rang, si l'on considères que tu as été promue Genin il n'y a pas si longtemps. Tu dois avoir un petit quelque chose et c'est tout à ton honneur... En tous cas, n'hésites pas à te montrer intraitable avec nos ennemis. Et en cas de grosse difficulté, tue ! "

Le Chuunin avait prononcé ces dernières phrases en fixant dans les yeux la Genin. Il voulait rapidement estimer si elle avait déjà eu affaire à la mort en abordant ce sujet dans son propos. Sa réaction lui permettrait de se faire une première idée de la personnalité de sa coéquipière en attendant de la voir à l’œuvre.

" Tu parles de Hai no Kuni, Tu viens de là ? "

Hai no Kuni n'était à présent qu'un vaste champ de ruines. De grosses armées shinobi s'y étaient affrontés. Un nuage de phosphore couvrait tout l'île en ce moment et probablement tout trace de vie avait dû être supprimée de ces lieux. Était-elle au courant de ces événements ? Est-ce que cela lui importerait ? Il n'en avait aucune réponse à ces questions, mais il aurait l'occasion d'en savoir plus sur le chemin les menant à la zone, où les rônins qu'ils devaient capturer, menaient des exactions. Il ne pensait pas que la jeune femme soit en mesure d'utiliser la technique de déplacement instantané. Et mis si elle en était capable, elle ne saurait pas où atterrir, n'étant certainement jamais allée dans les montagnes de Kaminari no Kuni. D'un signe de la tête, il demanda à la Genin de le suivre, en direction de Kaminari no Kuni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Civil
Messages : 106
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Mar 23 Avr 2013 - 0:09

    Je le suivis et un bon moment après je lui répondis. J'aimais bien marcher, j'aimais bien le silence, j'aimais bien marcher silencieusement. Et ce fut quand on s'arrêta et pas avant que j'ouvris ma bouche. Il pouvait penser que je me fichais de lui mais non, bien au contraire, je préférais seulement être alerte, sûre de moi et de tout ce qui pouvait m'entourer. Là, il pensait que je venais probablement de Hai no kuni, peut être me voyait il comme l'intruse, parfaite gamine imprégnée de haine etc etc, mais non. J'observais, un instant, d'ailleurs, pourquoi nous étions nous arrêtés, ça je n'y avais pas fait attention, mais lui peut être ? Le paysage était sympathique, je ne pouvais y redire, bien différent des plaines couvrant les pieds des hautes montagnes de mon pays. Voilà que le chuunin avait fait quelques pas, et à côté de lui se trouvait un homme à côté d'un panneau... Alors, avant de continuer..

    « Zennosuke... Je m'appelle Hiryuu, et je ne viens pas du pays de la cendre. Uhm... » Fis je en regardant l'homme à côté de la pancarte.
    « Vous avez vu passer des Rônin ? »

    Bah oué, je pose la question. Je ne suis pas encore bien aguerrie aux pratiques ninja en mission, et je ne suis pas non plus du genre très subtile, ça se trouve cet homme d'apparence inoffensif pouvait en être un, et puis ? J'avais un chûnin à mes côtés.. D'ailleurs, peut être aurais je du le laisser faire, après tout c'était lui le chef d''équipe. Je regardais plus loin, sur le sentier, il semblait très ''emprunté'', comme si pleine de personnes étaient passées par là y a pas longtemps. Je connaissais bien la terre, avant de devenir shinobi j'étais quand même la fille d'une famille d'exploitant terrier, alors je peux vous dire quand elle est fraîchement labourée ou pas ! Bref !

    « Oh, non, personne n'est passé par là. »

    Je me hisse sur la pointe de mes pieds, parce que le Seki est plus grand que moi, pour lui dire ces quelques mots :

    « Il ment... »

    Si il mentait, c'est qu'il était coupable, alors il devait être puni, logique non ? Mes cachotteries avec le Kumojin semblaient éveiller la curiosité de l’énigmatique personnage. Voulait il nous induire en erreur, mentait il délibérément ? Était il sous influence ? Drogue, alcool, genjutsu ? Le savoir pouvait nous aider comme absolument ne rien changer à la suite de notre mission, enfin on devait bien pouvoir faire quelque chose.. comme le forcer à parler... Mais, mais.. Je devais un peu laisser faire mon comparse, il avait bien plus d’expérience qu moi. Cependant le gars me regardait étrangement, étais je si flippante que ça ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Ven 26 Avr 2013 - 1:20

Zennosuke jetait des regards anxieux vers la jeune fille tout le temps qu'ils marchaient en direction de la zone où il étaient quasi certains de trouver la trace des rônins. Elle l'intriguait ! La jeune fille n'avait pas répondu tout le temps qu'ils avaient avancé. Le Chuunin avait bien essayé de placer quelques mots en plus, de lui faire comprendre que son silence était pesant mais rien n'y faisait. C'était à croire qu'elle était taré tout simplement. Son perpétuel air endormi devait avoir quelques effets bien réels sur ses capacités de réflexion. Ce ne pouvait être que ça! Le chemin avait l'air bien long et Zennosuke commençait à ressentir le poids de la solitude comme s'il marchait seul. Et pourtant... Il ne s'attendait plus à ce que la jeune femme réponde à ses questions lorsqu'elle décida de le faire, arrivés à une sorte de carrefour. A côté d'une pancarte, le duo trouva un homme. Le bonhomme en question donnait l'impression qu'il n'était pas tout à fait à l'aise. Avait-il peur des shinobis, des hommes armés par extension ou avait-il tout juste quelque chose à cacher ? Aucune hypothèse n'était à exclure surtout dans une situation comme celle-ci : un problème de soulèvement de groupe dissidents. Alors que le Chuunin s'apprêtait à aborder l'homme en question pour le questionner sur les mouvements environnants (eh oui, lui non plus n'était pas du genre subtile) la jeune Genin lui répondit enfin ! C'était inespéré venant de ce mini zombie. Surpris, le jeune homme se retourna pour vérifier de ses yeux que c'était bien sa coéquipière qui venait de lui répondre après ce si long délai lorsque cette dernière, après avoir affirmé ne pas être de Hai no Kuni, interrogea directement l'homme aux côtés de la pancarte... Elle foutu les pieds dans le plat directement en parlant des rônins et en demandant s'il n'y avait pas trace d'eux dans les environs... Le jeune homme avait beau ne pas être du genre subtil, mais celle là, elle battait tous les records ! S'ils espéraient se montrer discret, c'était mort pour le coup ! L'homme en question se mit à réagir bizarrement. Et clairement sa réponse à la question de la jeune fille ne collait pas avec son body language. Sans surprises, la jeune Genin le décela également. Elle se mit d'ailleurs sur la pointe des pieds pour souffler à l'oreille du Chuunin que l'homme en question mentait... Sur le coup, le rapprochement avec celle qu'il considérait quelques instants auparavant comme une taré le bouleversa légèrement. Une subite et forte envie d'embrasser les lèvres de la Genin prit le jeune Seki. Il approcha les siennes légèrement avant de reprendre conscience de ses actes et de se raviser en se redressant d'un geste brusque. Pourvu que la Genin n'ait rien remarqué. Tout de suite, le Chuunin fronca les sourcils comme pour faire croire qu'il était en train de considérer ce que venait de lui dire Hiryuu. A juste raison d'ailleurs parce que c'était le cas. Seulement il était encore partagé par la subite attirance qu'il avait eut pour sa coéquipière et ce qu'elle venait de lui dire. Sur ce point, il n'y avait pas à dire : ils étaient bien d'accords, l'homme mentait. Restait maintenant à savoir pourquoi ?

" Tu pourrais éviter de parler des rônins au premier venu ? Ils se peut qu'ils aient des partisans dans les coins où on ira ou pire qu'il se promène sans armes, en civil... " Le Chuunin venait de souffler ces mots à la Genin, les yeux dans les yeux, avec un regard réprobateur. Son attirance de tout à l'heure était complètement passée, quoique lorsque son regard se portait sur ses lèvres, il se mettait à saliver comme s'il eut s'agit d'un aliment à consommer. Son regard se porta ensuite sur l'homme qui semblait de moins en moins bien dans son assiette. Décidément ! Que faire ? Le laisser s'en aller et courir le risque qu'il soit de mèche avec les rônins ou qu'il en soit lui même ? Ou l'interroger et prendre le risque de faire du mal à un innocent si les choses se passaient mal ? Dans le doute, le Chuunin se déchargea sur la Genin. C'était elle qui avait fait l'erreur d'aborder de la sorte l'inconnu. En plus elle semblait sûre de ses propos lorsqu'elle affirmait qu'il mentait, alors qu'elle agisse ! Il allait la laisser prendre les devants et la recadrer si les choses tournaient court.

" Je te laisse t'en charger. Fais le parler sans lui faire couler son sang. Si ça se trouve c'est un innocent qui sait quelque chose mais qui ne veut pas s'attirer des problèmes... "

Zennosuke venait de souffler ces mots à Hiryuu. Puis, croisant les mains, il attendit qu'elle réagisse. Tout était entre ses mains à présent. Il n'avait pas envie de rattraper les erreurs de la Genin. Il appartenait à cette dernière d'assumer les conséquences de ses actes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Civil
Messages : 106
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Ven 26 Avr 2013 - 3:34

    Les apparences sont souvent trompeuses. Je savais quelle impression je donnais aux autres, une personne passive, peu réactive, voire endormie ; mais c'était pour mieux tromper mon monde, haha ! Enfin, pas tout à fait, car en effet je me fichais pas mal ''des autres''. Au dojo mon professeur nous avait apprit à tromper la perception de l'adversaire, alors cet aspect que je revêtais était parfait pour moi, car personne ne savait qui j'étais dans le fond. D'ailleurs peut être ce chûnin serait l'un des premiers à s'en rendre compte. En parlant de lui, lorsque je lui répondis, sa réaction fut assez étonnante, était ce d'usage chez les shinobi ? Je ne pus dire, mais s'il ne s'était pas repris, je ne sais pas, peut être qu'une partie de sa bouche traînerait sur le sol. J' l'observais, il m'observait, on s'observait un instant, en fait moi je n'étais qu’intriguée par son comportement, puis tout redevint normal quand il reporta son intérêt sur l'homme à la pancarte. Puis en fait, non, il revint vers moi et sembla comme esquiver son devoir, j'étais surprise, je ne pouvais que l'avouer.

    « Zennosuke.. Tu as peur ? Et c'est nous qu'on appelle le sexe faible... » Dis je en me moquant, puis je me rapprochai du badaud.
    « Au fait, vous vous appelez comment ? »
    « Euh... Hi.. Hitaru.. »
    « Ok, Hitaru. Je sais que tu me mens, et tu sais pourquoi ? Parce que la terre là bas, elle est fraîchement retournée, je suis sûre que je pourrais compter le nombre d'empreintes différentes, et vue la direction... Et je sais aussi que tu n'es pas un des leurs, ou un de leurs informateurs, tu as trop peur... »
    « Ha.. non, non ; ils m'ont menacé et m'ont obligé à rester ici, sans quoi, ils me retrouveraient, et tueraient toute ma famille. »
    « Ouais, c'est vraiment pas de chance. Ils sont donc passés par là ? »
    « Oui, oui... mais.. »
    « Merci, c'est tout. »

    J'en avais fini avec lui. Je revins vers le Seki avec mon air toujours aussi tranquille. Était ce si difficile de poser les bonnes questions ?

    « Zennosuke, je suis désolée ; j'ai pas vraiment l'habitude de ce genre de.. contact. La prochaine fois je ferai attention. Mais, ça se voyait quand même qu'il n'était pas un méchant. »

    Et oui, je classifiais tout dans deux catégories, les gentils et les méchants. Les méchants, on les capte directement, ils ont regard particulier qui dit ''je suis plus fort que toi'', et les méchants, en général, perdent leur temps en bavardage de telle façon à nous laisser, à nous, aux gentils, le temps d'élaborer un plan pour les mettre hors d'état de nuire, et c'est pour cette raison que les gentils gagnent toujours, parce que les méchants sont des vantards. Je n'esquissai toujours aucun sourire, ce ninja, ce chûnin, ne gagnait pas en estime, bien au contraire ; mais ça je le gardais pour moi. Ni mon regard, ni mon air, ni quoi que ce soit ne pouvait trahir mes pensées, alors, inutile de formuler des hypothèses.

    « Je crois que c'est par là, monsieur Seki. » dis je en indiquant la piste que j'avais en fait repérée sans que le pauvre ne me le dise.
    « Que vous apprend-t-on à l'académie de Kumo ? »

    Et nous prîmes ce chemin de montagne, où ménerait il, on verrait bien. En attendant je le laissais prendre les devants. Sait on jamais, qu'on croise un autre paysan charge de faire le guet, il l'interrogerait. Mais franchement, je pensais qu'on était pas loin de rencontrer nos hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Sam 27 Avr 2013 - 2:54

*Et mince elle l'a remarqué !*

Zennosuke s'en voulait déjà d'avoir eu cette faiblesse envers Hiryuu. Elle n'avait pas attendu une plombe pour réagir après avoir remarqué la petite attirance qu'il avait eu pour elle. Tout de suite, la Genin s'était mise à le chambrer. Et pas qu'un peu ! Elle le traita ouvertement de peureux ! La gente féminine était réputée pour ne jamais aller de main morte lorsqu'elle remarque son ascendant sur le sexe opposé. Bien des femmes n'aiment pas voir un mec se pâmer devant elles, tout ce qu'avait malheureusement laissé entrevoir Zennosuke, si ce n'est qu'il l'avait laissé voir tout simplement. Les femmes bizarrement préfère un homme qui la snobe. Pourquoi ? Aucune idée ! Ainsi va la gente féminine ! Une fois qu'une femme sait qu'elle fait de l'effet à un homme, bien souvent, elle le manipule et parfois tente ou cherche à l'écraser tout simplement... Comme un vulgaire insecte. Si Zennosuke ne voulait pas passer par cette étape, il devrait couper court à tout cela et rapidement montrer qu'il n'était pas un faiblard. Comment osait-elle se moquer de lui de la sorte ? A l'instant présent, le Chuunin regrettait déjà de ne pas être allé au bout de son action ; de ne pas avoir embrassé tout simplement la jeune femme. Au pire elle se serait fâché, l'aurait frappé ou insulté, mais elle ne l'aurait certainement jamais pris pour un peureux. Maintenant, pas besoin d'être un expert en matière féminine pour savoir qu'elle allait aller crescendo dans ses attaques l'air de rien envers le Chuunin. Au fil du temps, selon la réaction du jeune Seki, elle se permettrait même de déraper, d'avoir des couilles à sa place comme dirait l'autre. Le tout pour lui était de faire en sorte qu'elle ne le prenne pas pour son larbin ou son bouffon. Il était tombé bien bas pour en arriver à ces conclusions...

Pendant qu'il pensait à tout cela, Hiryuu était allé questionner l'homme à côté de la pancarte le plus naturellement du monde. Sans aucun complexe, ni aucune peur (à se demander si elle connaissait ce mot) la Genin soutira des informations à l'homme. Véridiques ou pas, le tout restait à vérifier. Elle se débrouillait pas mal sur ce point. Elle montrait qu'elle savait déjà s'y prendre en matière d'interrogatoires. Seulement le Chuunin trouva qu'elle ne creusait pas assez et ne prenait pas le temps d'engranger un maximum d'informations. Surtout que l'homme en question semblait vouloir en dire plus. L'air que prit la Genin en revenant sur ses pas fit tout de suite augurer le pire au Chuunin. il allait faire les frais d'une seconde attaque bientôt ! Et tel que prévu, il n'eut pas à attendre bien longtemps pour en encaisser une nouvelle. Néanmoins l'attaque en question était plutôt soft. Ce coup-ci, la Genin remis en cause gentiment la compétence du Chuunin en le faisant passer pour quelqu'un qui ne savait pas faire la différence entre un innocent et un gros méchant du premier coup. Là encore, Zennosuke ne répondit rien. Il ne bougea pas d'un pouce. Et garda un air indifférent aux sarcasmes, comme s'il ne comprenait pour ou qu'il n'en était pas affecté. Ce n'était pas le moment d'agir. La jeune fille se faisait certainement déjà une bad image de lui. Mais c'était tant pis ! Pour un shinobi qui en avait vu d'autres, il savait plutôt bien de qui il devait se méfier et en qui il était possible de placer sa confiance. Jusqu'ici, la petite expérience qu'il avait acquise en matière d'apparence était qu'elles étaient bien souvent trompeuses. Derrière une petite fille pouvait se cacher un cruel shinobi. Et derrière le plus vil brigand pouvait se cacher une âme noble. Si Hiryuu se basait sur de simples impressions pour tenir son jugement c'était son choix. Elle allait vite apprendre à le réviser. Zennosuke ne partagerait pas sa manière de penser . Mais il savait pertinemment que ce qu'il dirait à l'instant irait dans l'oreille d'un sourd ou d'une sourde plutôt. Mieux valait laisser la Genin expérimenter d'elle même et apprendre elle même qu'il fallait se méfier des apparences.

* Que de belles lèvres !* Pensa t-il alors que son regard glissa un nouvelle fois sur ce qui à ses yeux représentait l'atout principal de la jeune fille en plus de sa beauté blême.

Ce fut sans étonnement, et stoïque, qu'il encaissa le "monsieur Seki" sarcastique de la jeune femme satisfaite du haut de son grade de débutante d'avoir donné une leçon à un shinobi de grade intermédiaire. Pire encore, elle rajouta une autre couche de sarcasme avec un fameux "que vous apprends t-on à l'école"... Tssss. Ça commençait à en faire trop à vrai dire. Elle serait un homme, que le jeune Seki l'aurait déjà empoigné en vue de lui régler son compte. Qu'elle chance elle avait d'être du sexe opposé au sien ! Alors qu'elle s'apprêtait à prendre le chemin indiquant la piste toute fraiche qu'elle avait décelé, le Chuunin la laissa avancer tandis qu'il se rapprochait de l'homme aux côtés de la pancarte. Une fois tout proche de lui, il lui dit ces mots :

" Il me semble que tu avais autre chose à dire l'ami... Que souhaitais tu nous dire ? N'aies pas peur ! Parles ! Si tu sais où est leur repaire, où ils campent, je suis preneur ! Ne crains rien pour ta famille, nous saurons la protéger. " Ses yeux se plongeaient dans ceux de l'homme aux côtés de la pancarte et son ton était calme. Il n'était pas en train de tenter d'impressionner Hiryuu. Il souhaitait juste en savoir plus, mettre son interlocuteur en confiance et le faire parler davantage. L'homme en question avait quelque chose à dire. Peut être une info cruciale qui sait ? En continuant à balbutier, l'homme répondit :

" Faîtes attention à vous shinobis... Ils sont très forts, surtout en groupe. Vous n'aurez aucune chance à 2 contre eux ! Je ne sais pas où est leur campement, mais c'est bien dans cette direction... " Dit-il en indiquant la zone où voulait se rendre Hiryuu. Zennosuke regarda vers la direction indiquée. Il tourna complètement le dos à l'homme et avança de quelques pas pour rejoindre Hiryuu. Derrière lui, des bruits de sabots martelant le sol se firent entendre. Un cheval filait droit sur le trio à grande allure ! Zennosuke eut à peine le temps de complétement se retourner que le cavalier le dépassa sur sa droite et fonçait sur Hiryuu, lance à la main pointée sur la Genin. Ayant pivoté sur lui-même à 180 degré sur sa droite, il n'eut pas le temps de remarquer qu'entre temps le cavalier avait jeté un sabre à l'homme à côté du panneau. Et c'est lorsqu'il termina sa moitié de tour sur lui même qu'il remarqua que le civil de tout à l'heure était armé et... tentait de lui porter un coup fatal ! Il eut tout juste le réflexe de sauter en arrière pour éviter le coup de lame qui visait son cou. Du chakra émana de lui pour le couvrir la partie visée par la lame. L'attaque du "faux-civil" le heurta sur l'épaule gauche occasionnant une blessure qui allait le faire saigner légèrement malgré la protection qu'il s'était créé.

*Toujours se méfier des apparences !* Se dit-il en lui même comme un reproche tandis qu'il tombait dos au sol non loin de son agresseur, la main droite sur l'épaule blessée. Il aurait dû y penser plus tôt ! Pourquoi des samouraïs auraient demandé à un civil de se mettre à un carrefour sous peine de tuer sa famille ? Quelque chose clochait. Que pouvait faire cet homme ici ? Quel était son rôle exact ? Définitivement ni lui, ni Hiryuu n'avaient posé les bonnes questions. Et là ils étaient tous les deux dans le pétrin, s'il se trouvait qu'elle n'était pas déjà morte...

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Civil
Messages : 106
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Dim 28 Avr 2013 - 3:44

    Ah oui, j'avais bien l'air d'une potiche maintenant, enfin, je n'étais qu'une genin. Si Zennosuke avait fait son taf comme un bon chûnin qu'il n'était pas, on ne se retrouverait pas dans cette position. Le bruit des sabots sur le sol, même dans la terre, je le reconnaissais ! Un cheval au galop à n'en pas douter, et fonçant dans ma direction comme pouvais je savoir ? On ne fait pas aller sa monture à telle allure sur un sentier si raid et si étroit, et encore avant un virage, non non. Alors je me retourne, en faisant des signes, je vois la lance proche de moi, et de ma main jailli un long fouet électrique. Ma connaissance du taijutsu et surtout de mon corps fin et agile me permet d'enrouler mon extension crépitante autour du fer, et du bois que tenait le cavalier.

    La pauvre bête et celui qui la montait furent tous deux pris de spasme, et ouais ! L'électricité, ça fait circuler le sang. Le destrier et son usager tombèrent à la renverse, stoppé net sur leur lancé. Dans son malheur, celui qui dominait l'animal fut écrasé, ou du moins une de ses jambes. Je n'étais pas toubib mais une chose était sûre, le craquement distinctif ayant raisonné à cet instant indiquait que sa patte, enfin, sa jambe, était brisée. Une seule attaque pour terrasser deux adversaires, même si l'un des deux ne souhaitait probablement pas mort.

    J'observai le chef d'équipe, autrement dit monsieur Seki. Lui était en plus fâcheuse posture que moi, devais je voler à son secours comme un preux chevalier ? Non, je n'étais qu'une fille, mais je pouvais quand même l'aider. Instinctivement, merci senseï du dojo, merci défunt maître de Kumo, je sors une poignée de senbon et les lance vers l'homme du panneau, alors que les fines aiguilles filaient à travers l'air, j’exécutai une nouvelle série de signes. Pas une technique de folie, mais elle devrait permettre à mon coéquipier de mettre son agresseur HS, enfin, normalement. Mon jutsu s'active, et les clochette teintantes de mes senbons raisonnèrent, vibrèrent plus fort tout autour du soit disant civil.

    Mes yeux s’arrêtèrent alors sur l'épaule du garçon, et je fus comme tétanisée, les images de la guerre, de mon équipe décimée, de leur sang sur mes mains, tout ça, me revenait en tête. Je ne pouvais rien faire d'autre que regarder, prise par la peur que ce nouvel équipier perde la vie par ma faute, que je perde encore un collègue. Étais je maudite ? Que tous ceux travaillant avec doivent voir leur vie d'achever plutôt que prévue ? Étais je annonciatrice du malheur de mes propres amis ? Je ne pouvais le dire, je ne pouvais l'affirmer, mais la vue du rouge, de son sang, m'empêchait d'agir, me bloquait et ça malgré moi et mon envie de le protéger. Mais dans un effort surhumain je parvins à baragouiner quelques mots certainement incompréhensibles.


    « Ne.. Non, meurt.. pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Dim 28 Avr 2013 - 23:22

Mourir ? Avait-il bien entendu ? La Genin avait parlé de mort ? Elle venait à l'instant de faire preuve de faiblesse ou d'humanité envers son coéquipier. Étonnant ! De sa position à terre, Zennosuke n'en revenait pas. Il se releva promptement, comme pour faire comprendre à la jeune fille qu'il n'était pas mort et qu'il n'avait reçu qu'une légère blessure. Ses yeux se plongèrent un instant dans ceux de la Genin avant qu'il ne reporte son attention sur le faux civil. Ce n'était pas le moment de palabrer. A sa manière de combattre, la jeune femme comprendrait rapidement qu'il était en parfaite santé et qu'elle n'avait pas à s'inquiéter pour lui. Une fois qu'il aura mis hors d'état de combattre ses adversaires, ils pourront revenir sur cet épisode.

Quelque peu sonné par la contre attaque de la Genin, le faux civil qui avait reçu 3 senbons dans le corps laissa tomber son arme. Il affichait une de ses têtes ! A croire qu'il avait été subitement été pris d'une colique. Tant pis pour lui ! Le chuunin effectua un balayage sur le faux civil, profitant de l'ouverture de la Genin. A peine son adversaire avait-il heurté le sol que le Chuunin d'un geste prompt retira un kunai et vint le planter dans la chair du faux civil, plus précisément son épaule droite. Le hurlement de douleur que lâcha ce dernier n'eut aucun effet sur le shinobi qui prit son temps pour sortir un second kunai et l'enfoncer dans l'autre épaule. Le but n'était pas de blesser irrémédiablement, mais juste de limiter les capacités de son adversaire tout en lui faisant ressentir qu'il était à la merci du shinobi.

" Hiryuu, occupes toi du cavalier. T'en fais pas pour moi. Ce n'est qu'une légère blessure. " Son regard prouvait toute l'assurance qu'il avait en lui même par rapport aux mots qu'il avait prononcé. Il retenait tant bien que mal l'énervement qui commençait à prendre le dessus sur lui. Il avait du mal à se pardonner son manque d'attention face au faux civil. Il s'était probablement trop focalisé sur les piques que lui jetait la Genin au lieu d'ouvrir les yeux, de se poser les bonnes questions. A présent, il saurait ce qu'il devait savoir. Un troisième kunai fut retiré. L'épaule touchée de Zennosuke saignait toujours. La coupure n'était pas trop profonde, le sang coagulerait rapidement.

" Okay ! Maintenant tu vas me dire qui tu es et qui est ton pote là (le cavalier). Tu me diras aussi quel est ton but et quelles sont tes liens avec les rônins que nous recherchons. " Le Kunai était posé sur le cou du faux civil. L'objet en question était aiguisé, au moindre mouvement, l'homme pouvait se blesser, se faire une entaille profonde et mourir tout simplement. Le regard du Chuunin se plongeait dans ceux de son interlocuteur cloué au sol les épaules sanglantes. Zennosuke s'était assis tout simplement sur la poitrine de celui-ci et il attendait la réponse du faux civil.

" Pitié ! Je n'ai rien à voir avec les rônins ! " Le Chuunin accrut la pression exercée sur le cou du faux civil via le kunai. Une goutte de sang perla de celui-ci immédiatement. Sans ouvrir la bouche, Zennosuke venait de montrer au faux civil qu'il ne blaguait pas et qu'à la prochaine réponse ne l'agréant pas, il se ferait trancher la gorge tout simplement.

" Je... Je ne suis pas un rônin ! Je n'ai rien à voir avec eux, mais ils m'ont contraint ! "
" COMMENT ? " Le chuunin venait de littéralement engueuler son vis à vis.
" Ma... Ma famille ! Ils ont capturé ma femme hier... Pitié ! " Les larmes commençaient à couler des yeux du civil. Zennosuke l'observa. Il eut pendant un bref moment pitié de ce dernier avant de se rappeler rapidement qu'au moment où il avait baissé sa garde, il s'était fait prendre en traitre.

" Où sont les rônins exactement ? Où gardent-ils ta femme ? Dans quel but l'ont-ils capturé ? Quelle mission t'ont-ils assigné ? " Le Genin voulait en savoir plus, bien plus. Il prendrait le temps qu'il faudrait, mais il saurait ce qu'il voulait savoir.

" Ils ont dit qu'ils la tueraient si je ne leur servait pas d'espion contre les shinobis qui seraient envoyés par Kumo. Ils ont décidé de faire de notre village leur bastion le temps qu'ils aillent ailleurs... Pour nous obliger à agir selon leur volonté, ils ont capturé nos femmes. "

Le Chuunin l'observa un moment. Sans rien dire. En son fort intérieur, il pensait que le civil avait dit vrai. Il l'interrogea une dernière fois, lui demandant son nom et celui du compère cavalier. Il leur demanda ensuite à quelle heure ils étaient censés retourner vers le rônin qui les a obligé à se poster là et quel était le nom de ce dernier. Il reçu toutes les informations : le "faux-civil" avoua s'appeler Ly (sa femme, Anabi). Le chef des rônins se nommait Etsuro et lui et le cavalier devaient les rencontrer au crépuscule, à l'entrée de la taverne des quatre vents.

Ok ! Zennosuke en savait assez pour peaufiner une stratégie. Seulement le premier point consisterait à mettre au frais ces deux là pour ne pas qu'ils interfèrent dans leurs plans. Les tuer aurait été la chose la plus simple à faire, l'option qui offrait moins de risques de faire capoter leur mission. Mais, ces deux jeunes gens n'étaient que des civils contraints à agir contre leur volonté envers les shinobis de leur pays. Ils ne méritaient pas la mort. Que faire dans l'immédiat ? Le chuunin se le demandait. La seule option viable qui l'envisageait était de les accompagner dans le village le plus proche pour leur permettre de se soigner tous autant qu'ils étaient.

" Hiryuu, On va mener ces deux hommes dans le village le plus proche pour qu'ils se soignent. J'ai la conviction qu'ils sont quelque part innocents. Ensuite on poursuivra notre mission. " Dit Zennosuke à la Genin avant de s'adresser aux deux civils : " Par contre vous deux aurez intérêt à rester dans le village et à vous la fermer. On règle le problème d'ici 24 heures maximum. Je peux vous retrouver en moins de deux dans toutes la région. Et croyez moi, je ne vous pardonnerai pas un second coup dans le dos. "

Le chuunin confectionna une attèle pour l'homme qui s'était brisé la jambe à cause de la chute de son cheval puis demandant l'aide de Hiryuu pour qu'elle soutienne Ly, il s'occupa du cavalier et entreprit de se diriger vers le village le plus proche, plus au sud, à l'opposé du village dans lequel Etsuro et sa bande avaient établi leur fief.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Civil
Messages : 106
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Lun 29 Avr 2013 - 0:38

    Il y a quelques instants je taquinais le chûnin, lui disant qu'il avait peur de prendre ses responsabilités etc.. mais je me rendais compte qu'en fait c'était moi qui avait peur. Peur qu'un autre ninja meurt à cause de moi. Enfin, cette puissante crainte fut dissipée par les mots plutôt réconfortants du Seki. La suite on la connaît, un mauvais quart d'heure pour les deux hommes. J'écoutais, reprenant mes esprits rapidement. Je venais de montrer ma plus grande faiblesse, et je n'y pouvais rien, mais ce ne serait pas pour autant que ce serai plus simple. Sans un mot de plus, je fis ce que demandait Zennosuke. Je passais un bras du dénommé Ly autour de mon cou, le laissant reposer en partie sur mon épaule, et entraînai avec nous le cheval qui n'était pas mort, bien sûr. La sangle dans une main, tenant l'autre d'un bras, je suivis le gradé pendant plusieurs heures. Mettre le cavalier à la jambe cassée sur sa monture n'aurait pas été plus simple ? Erf, je préférais me taire, j'en avais probablement assez dit pour aujourd'hui...

    Donc, quelques heures après nous fûmes au dit village, un charmant petit hameau, un peu comme celui d'où je venais. Des villageois nous accueillirent amicalement, ils reconnaissaient nos plaques métalliques, celles de Kumo. Visiblement nos deux prisonniers, si l'on pouvait les considérer ainsi, ne venaient pas de ce village, tant mieux, comme ça on ne risquait de les voir disparaître dans la nuit par le concours de quelques amis. Un homme barbu, plutôt bien portant nous fit entrer dans une masure, une maison assez basse au toit de chaume, l'intérieur était bien plus beau que l'extérieur. Au mur accrochés diverses cadres, des peintures, et un... un diplôme. Le bien veillant monsieur nous désigna deux lits où déposer nos paquets de chair. On les déposa. Alors que Zennosuke s'attelait à sa tâche, le bienfaiteur m'adressa la parole, devais répondre ? J'hésitai un instant, puis finalement.


    « Que s'est il passé ? »
    « Comment dire... Savez vous qu'il y a des rônins dans la région ? »
    « Bien sûr, une sacrée vermine d'ailleurs. »
    « Et bien nous sommes là pour les faire partir, en quelques sortes, et ces deux ci sont des collatéraux. »
    « Ha, je vois, je vais m'en occuper, les soigner. L'un a la jambe cassée, l'autre... Oui, d'accord. »

    Un médecin de campagne, j'en étais sûre. Il avait vraiment l'air d'être bon, gentil. Son allure ne donnait aucune autre impression, on dit que l'habit ne fait pas le moine, mais lui, si ; je ne pouvais pas me tromper ; et puis pourquoi un rônin irait soigner deux civils, puis un samuraï ressemblant à ça.. J'avais de forts doutes, non, au contraire, j'étais pleinement assurée de ne pas me tromper. J'esquissai un sourire, j'aimais les gens avec un bon fond, les gentils quoi. Je me retournai, jetant un œil au chûnin qui venait de nous rejoindre. Lui aussi ne pouvait penser que ce médecin était autre chose qu'un médecin. Puis ce dernier reprit la parole, d'une voix grave et pourtant très douce, un peu comme mon grand père tient.

    « On m'appelle Nakomi par ici, je suis le docteur du village. Et vous ? »
    « Ah moi c'est Hiryuu ! Et lui c'est Monsieur Seki Zennosuke ; tous les deux de Kumo. »
    « Très bien.. Et, sans indiscrétion, que comptez vous faire ? »
    « Déjà interroger celui qui a la jambe cassée ; et après... faire notre travail. »

    Il acquiesça d'un hochement de tête, et je me retournai sur le fameux cavalier. Il semblait un peu sonné, un peu fiévreux, normal après s'être pris quatre cent cinquante kilos de bidoche sur la tronche me direz vous. Néanmoins, je me fichais un peu de son état, il avait voulu m'embrocher après tout, et pas au sens le plus sympathique du terme. Mais ce fut tout de même avec une certaine douceur que je m'adressais à lui, à quoi bon le brusquer d'avantage ? Risquer qu'il ne réponde pas ?

    « Votre prénom, vos intentions ; s'il vous plaît. »
    « Igumeï, je voulais tuer des rônins, je pensais que.. »
    « Je vois, et votre rendez-vous ? »
    « Demain matin, avant le levé du soleil ; pour donner des informations sur Kumo. »
    « Vous en avez ? »
    « Aucunes... »

    Puis il ferma les yeux, tombant dans les vapes. Je fis un pas en arrière et Nakomi prit le relais. Je n'avais pas besoin de rééxpliquer à Zennosuke, il avait aussi bien entendu que moi. Cependant je me demandais s'il pensait à la même chose que moi. Dans le doute je préférais lui soumettre mon idée, laquelle j'espérais déjà qu'il accepterait.

    « Nous devrions prendre la place des ces deux hommes, à l'aide d'une métamorphose ; on a toujours le cheval, et nous on a des infos sur Kumo... Peut être qu'on pourra avoir une occasion de... Enfin, à toi de voir. Cependant... » Fis je en baissant le ton et me retournant vers le médecin occupé.
    « Pensez vous que nous pourrions dormir ici, Nakomi ? »
    « Ici non, mais allez à l'auberge ; parlez à Emi, une belle jeune femme ; et dites lui que vous venez de ma part. »
    « Merci. » Dis je en m'inclinant.
    « Je ne suis pas aussi forte que toi, Zennosuke.. J'ai besoin de dormir la nuit. Et il est trop tard pour que nous fassions quoi que ce soit. Autant profiter du reste de cette journée, nous reposer, et... et repartir. »

    Je quittai la bâtisse, laissant nos deux zigotos au bon docteur. Dehors, j'observais les alentours, cherchant du regard l'auberge. En fait, je n'avais même pas attendu qu'il accepte ou pas mon plan, je savais qu'il était bon et que faire autrement serait d'une grande stupidité. Comme me disait mon ancien senseï : Il faut savoir profiter des instants présents, sans se poser de question plus que nécéssaire, autrement dit, saisir les occasions et rejeter les détours. J'entendis la porte se ferme derrière, certainement le ninja qui me rejoignait, je me retournai, pour m'assurer que ce soit bien lui, et rouvrit la bouche.

    « C'est un bon plan. » Dis je en souriant.
    « Tu sais, tout à l'heure, tout ça... Je suis désolée ; je sais que ça n'excuse rien, mais je suis vraiment désolée de ne pas t'avoir écouté, ou laissé faire. J'étais dans une équipe avant, des gens remarquables, tous morts à Haï no Kuni, par ma faute. Depuis j'essaye de... me mettre devant, pour éviter que ça ne se reproduise, mais, ça ne fonctionne pas bien, j'ai l'impression. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Mer 1 Mai 2013 - 14:56

Zennosuke avança de quelques pas lorsqu'il entendit derrière lui un bruit quelque peu familier : quelque chose qui s'ébouriffait puis se mit à marcher à quatre pattes... Le cheval n'était pas mort. Sans se retourner, il comprit que Hiryuu avait réanimé l'animal qu'il avait cru mort. Le Chuunin avait été bien fin sur le coup. Il n'avait pas pris la peine de vérifier si l'animal avait rendu l'âme et s'était juste évertué à sortir du pétrin l'homme en dessous de l'animal. Maintenant sa fierté le poussait à continuer à avancer tel le personnage obtus qu'il était en ce moment présent, pour aller en direction du village. Qu'est ce qu'il avait l'air fin ! Tout au long du chemin il espérait que le bourg en question n'était plus très loin, mais il fallut bien au groupe de longues heures pour arriver à destination. Ridicules nous sommes !

Une fois arrivés au village, le Chuunin se laissa emporter par les évènements, quelque peu fatigué également par les efforts fournis. Il laissa la Genin prendre les devants et user de son tact bien féminin pour permettre à tous d'être dans de bonnes conditions. Celui qui allait se présenter comme Naomiki demanda à une des femmes présentes dans sa demeure de prendre soin du Seki. Ce dernier se fit faire des points de suture à l'endroit où il s'était blessé avec une aiguille et du fil. Une méthode ancestrale me dira t-on, mais dans l'immédiat, n'ayant pas à leur disposition de ninja médecin, il fallait parer au plus pressé. Et c'est donc courageusement qu'il se retenait de faire des grimaces tandis qu'on lui cousait la peau tel un morceau de tissu rapiécé. Tandis que Hiryuu discutait avec le maître des lieux puis avec le cavalier à la jambe brisée, Zennosuke observait et notait pour lui même les choses qui lui paraissaient importantes ou bizarres. Le Chuunin ne dit rien non plus lorsque Hiryuu vint lui soumettre un plan auquel il avait déjà pensé depuis le moment où il s'était employé à interroger Ly. C'était l'unique chose à faire et à ses yeux, il n'était pas nécessaire d'en parler devant tous ces civils. Zennosuke comptait s'ouvrir à Hiryuu sur son projet, mais il voulait le faire en seul à seul pour être certain de ne pas se faire court-circuiter à aucun moment. La Genin manquait de prudence et prenait les choses avec beaucoup de légèretés. Elle ne pensait pas à la possibilité qu'il y ait des alliés de rônins en ces lieux. Le coup du carrefour ne lui avait donc servi à rien ? Le Genin la laissa s'exprimer sans souffler un mot. Il la suivit des yeux lorsqu'elle alla demander au médecin civil s'ils pouvaient dormir sous leur toit. Ce dernier leur indiqua l'auberge la plus proche. Il garda les yeux sur Hiryuu lorsque celle-ci s'excusa et prit congé de leur hôte avant de porter son regard sur le dénommé Igumeï et sur Ly. Le premier nommé était dans les pommes, le second semblait bien trop faible pour causer du grabuge à nouveau. Les regards qu'ils jetait dans tous les sens, faisaient clairement comprendre qu'il était étranger en ces lieux et qu'il n'était pas à l'aise. Tant mieux ! Le Chuunin, toujours en jouant sur les regards, observa celui dont il allait prendre l'apparence dans quelques heures. Il mémorisa tout son habillement et son physique. Puis, avant d'aller toucher un mot au médecin, il s'approcha de lui et lui glissa un avertissement explicite " Je vous ai à l’œil... " Sans faire attention au regard apeuré que lui jetait le Ly, le Chuunin marcha tranquillement vers le médecin à qui il demanda de parler en seul à seul. Lorsqu'il en eut l'opportunité, il lui tint ce discours :

" Merci beaucoup pour votre hospitalité. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour mettre fin à la menace des rônins dans la région rapidement. Seulement, nous avons besoin de votre discrétion. Gardez ces deux là ici jusqu'à ce que nous venions les chercher. Faîtes en sortes qu'ils ne sortent pas d'ici et que leur présence en ces lieux ne soit pas trop ébruitée. Puis-je vous faire confiance en cela ? Merci. " Le médecin acquiesça de la tête, le ninja fit pareil et ils se quittèrent ainsi.

Zennosuke sorti de la demeure du médecin, Hiryuu était devant lui et il lui fallut marcher à grands pas pour arriver à sa hauteur. Dès qu'il fut à sa hauteur, la Genin lui glissa un "c'est un bon plan" comme pour le pousser à considérer la solution qu'elle lui proposait dans le cas où il envisageait autre chose. Sans trop vouloir entrer dans de longues discussions stériles sur le "oui je sais j'y avais pensé en premier" ou encore "tu n'aurais pas dû en parler devant des étrangers", Zennosuke se contenta d'un " Je sais... " Court, simple. Il était inutile d'en dire plus à l'instant présent. La jeune fille apprendrait de ses erreurs seules. C'était aussi une manière efficace d'engranger de l'expérience. Ils marchèrent un instant, sans rien dire, en direction de l'auberge, avant que la Genin ne brise le silence... Et chose étonnante, Hiryuu s'excusa. Elle s'excusa de ne pas avoir écouté le Chuunin, de ne pas l'avoir laissé faire, prendre les devants lorsque les situations le nécessitaient. Elle parlait de l'histoire du carrefour... Mais ne s'arrêta pas à ce point, la jeune fille dévoila un pan de son histoire. Elle aussi avait connu Hai no Kuni, les affres de la guerre et la perte d'un être cher... Sur un point il la comprenait, ayant vécu la même situation. Lui également avait perdu son premier senseï, bien que ce senseï n'eut pratiquement aucun réel impact sur lui. Perdu, c'était trop dire peut être, depuis Hai no Kuni la Kunoichi qui était sa senseï avait tout simplement disparu. Quelle soit en vie ou pas, cela n'impactait pas réellement sur son existence car il n'avaient pas trop eu le temps de bien se connaître. Par contre la disparition de Sohka et Kotai, ses deux coéquipiers, le marquait. Ils les aimait beaucoup même si le sort ne leur avait pas accordé le temps de faire quantité de folies ensemble... Au fond de lui même il regrettait ces deux êtres, les seuls kumojins avec lesquels il avait eu un début de relation d'amitié. Il faut dire que le jeune Seki ne se donnait pas au premier venu. Pour mériter sa considération, il fallait en avoir des qualités... Et la première était d'être naturel, d'être vrai.

" Je n'ai pas grand chose à te reprocher sur le fait que tu aies abordé Ly. Tu y es allé direct c'est vrai, mais bon c'est ton style après tout... " répondit-il avec un sourire franc mais éphémère... La pensée de ses amis reprit rapidement le dessus. Il poursuivit d'une voix d'où pointait un soupçon de tristesse qu'il masqua tant bien que mal :
" Je suis désolé pour tes amis... Je sais ce que c'est, j'ai également perdu ceux qui comptent pour moi à Hai no Kuni... " Il posa sa main droite au dessus de l'épaule droite de la jeune fille en l'enlaçant, le bras sur le dos. Par de petits va et viens de haut en bas, il la réchauffait en frottant doucement la zone où sa main s'était posée, en geste universel de réconfort (sauf chez les saxons m'a t'on dit !). Il poursuivit : " Nous avons choisi la difficile voie du ninja. A nous de savoir nous relever après les épreuves, de savoir profiter de toutes les situations de la vie, les bonnes comme les mauvaises... A Hai no Kuni, je n'ai pas fait que perdre des êtres qui me sont chers, j'en ai connu de nouveaux... Et ça, c'est tout le charme de cette vie je trouve. Ne sois pas trop dure avec toi et ne te met pas sur épaules un poids qui n'est pas le tien. Si tes amis sont morts à la guerre, c'est qu'ils devaient mourir là tout simplement. Pleure leur perte mais ne t'infliges pas une souffrance inutile en mettant leur mort sur ton compte. Ils n'aurait pas apprécié t'entendre dire ça... " Zennosuke pensait chaque mot qui sortait de sa bouche. Lui, préférait vivre l'instant présent et ne pas trop se plonger dans son passé ou se projeter dans le futur. Pour un ninja, il n'y avait bien souvent que regrets et illusions dans le passé et dans l'avenir.

Il était dans les environs 17 heures, lorsqu'ils arrivèrent devant l'auberge en question. Le Chuunin avait lâché Hiryuu. Il venait de se mettre devant elle, la main sur son menton, il lui releva légèrement la tête pour la regarder dans les yeux un instant... Elle avait toujours ces lèvres à la fois d'un commun indescriptible mais somme toute spéciales. Mais cette fois ci, le Chuunin n'y prêta pas attention bien longtemps. D'un ton qu'il voulait rassurant, il dit à la jeune femme : " Ne prends pas non plus pour ton compte l'erreur commise tout à l'heure au carrefour. Nous étions deux et c'est à deux que nous avons fait erreur. Personnellement je ne t'en veux pas pour ce qui s'est passé et j'espère que tu ne m'as définitivement pas classé parmi les nazes ! " Et il rit de lui même, sincèrement, puis tourna le dos et ouvrit la porte de l'auberge. Une fois sur place, il se dirigea droit sur le concierge et lui demanda s'il avait deux chambre libres et quel en était le prix. Le prix était abordable pour la bourse d'un Chuunin et même d'une Genin. Par contre le problème était qu'il ne restait qu'une chambre... Son regard se posa sur celui de la jeune fille, il était amusé par la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Civil
Messages : 106
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Jeu 2 Mai 2013 - 8:46

    « Quoi ?! Une seule chambre ? »
    « Et bien oui, une seule, avec un lit simple. »
    « Ah mais non, je veux mon lit à moi. »
    « Vous ne dormez pas avec votre compagnon ? Étrange. »

    Whaaaaat ?! Mon compagnon ? Je venais de comprendre l'allusion de cette jeune femme quant à l'improbable relation que j'entretenais avec le chûnin. Je sentis mes joues chauffer, je rougissais plus que probablement. Pourquoi donc ? Oui c'était étrange. C'est vrai que je n'avais jamais connu de garçon et franchement j'étais loin de me préoccuper de ce sujet, mais de là à... humpf. De mon regard noir je fixais la dénommée Emi, qui en faisait de même, les bras croisés sur son comptoir. Je soupirai, visiblement la situation ne pouvait être améliorée, ne pouvait tourner en ma faveur. C'est en me résignant alors que je pris la clef. Je jetai un regard au chûnin, il ne semblait pas du tout dérangé lui, je m'en doutais. Les mecs sont bien tous les mêmes. Je reportai un instant mon attention sur la femme, elle abordait un air satisfait, un sourire signifiant. Je voulais lui répondre, lui dire qu'elle se trompait, mais finalement ; c'était une bonne couverture, et cette fois j'évitai de trop parler de nous, de ce qu'on faisait par ici, déjà le médecin, c'était pas mal.

    Laissant ma part sur le comptoir je me dirigeai vers l'escalier menant à l'étage et trouvai la chambre correspondant au numéro de la clef. J'entrai et observai la chambre. En effet, un seul lit de deux places, et une porte dans un coin, une salle de bain sans doute. Et bien, nous ferions avec. Je regardai par la fenêtre, il faisait encore jour, ce n'était pas vraiment l'heure de dormir, et pourtant je sentais mes paupières assez lourdes. Puis j'entendis la porte s'ouvrir derrière moi, voilà Zennosuke qui entrait. Il avait du voir le numéro sur la clef, dommage. Je dirigeai vers la seconde porte de la pièce, la poussai à son tour, dévoilant la salle de bain, rudimentaire, mais largement suffisante et convenable. Un lieu pittoresque et néanmoins charmeur s'il en était. Je relâchai un petit soupir et me retournai, mon regard posé sur lui.


    « C'était assez gênant tout à l'heure... comme si... nous pouvions être.. ensemble.. haha. » Fis je... ''assez gênée''.

    Pourquoi étais je gênée hein ? Ce n'était pas si improbable tout compte fait, ce jeune n'était pas si inintéressant et un peu moins stupide que la moyenne kumojin, de plus il avait su me réconforter et ne m'avait pas encore engueulé pour toutes mes erreurs. Je repensais à l'instant de ce début de journée, lorsque nous étions au fameux panneau. J'avais trouvé son comportement assez étrange, mais en fait, haha ; je sentais les couleurs me revenir. Avec l'intervention d' ''Emi'', je comprenais plus de choses sur cette situation.

    « Je vais.. Je vais me prendre une douche, j'en ai besoin je crois. T'as pas intérêt à entrer ! » dis je en refermant la porte derrière moi.

    On put entendre l'eau couler pendant une bonne vingtaine de minutes et enfin je ressortis de la pièce d'eau, un nuage de vapeur s'en échappa avec moi. Je portais juste mon long T-shirt noir, c'était un peu mon ''pyjama''. Mes cheveux encore humides, et les joues un peu rosées, je scrutais la chambre. Le seki était allongé sur la partie gauche du lit, côté couloir. Il ne dormait pas. Je m'allongeai à côté, m'assurant de laisser au moins une bonne poignée de centimètres entre nous deux. Et en fixant le plafond lui adressai la parole.

    « Ça fait du bien... » soupirais je.
    « Tu devrais prendre une douche. Si tu comptes coucher avec moi. Enfin ! Partager, oui, partager mon lit. »Ajoutais je avec un rire nerveux.
    « On se lève tôt... » Finis je.

    Le lendemain, soit dans pas très longtemps, nous devions repartir là d'où nous venions. Heureusement, nous avions le cheval ! Restait plus qu'à espérer que Zennosuke sache monter, à cheval, avec moi, enfin, comme moi. Vraiment, cette histoire d'unique lit, de devoir dormir avec un garçon, ça me mettait mal à l'aise, j'étais sûr que j'allais le surveiller toute la nuit, et pas dormir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Ven 3 Mai 2013 - 2:27

Le Chuunin observa la Genin pendant qu'elle s'expliquait avec la concierge. La bonne dame était persuadée que la jeune Hiryuu et le Seki formaient un couple. Malgré les airs abattus de la Genin, doublé de son étonnement de devoir partager le seul lit restant avec le Chuunin, la bonne femme restait calme, sûre de son fait. Le Chuunin, lui, s'amusait comme un fou de la situation, mais sans le montrer plus que cela. Quelque part ce petit malentendu l'arrangeait un peu. Il pouvait tenter de mesurer quel effet il pouvait faire à sa coéquipière par ce biais. Vraisemblablement, à en juger par le fait que la Genin avait rougi sur la remarque de la concierge, il ne lui était pas indifférent. Après, il est vrai qu'on était jamais certain de rien avec les femmes, mai bon ! Mais il y avait le fait qu'elle n'avait pas vraiment réfuté les propos de la femme au comptoir sur le fait qu'ils étaient un couple. C'était peut être un signe.Néanmoins à bien y réfléchir, peut être Hiryuu avait-elle réagi ainsi parce qu'elle ne voulait pas polémiquer. L'essentiel, c'était bien compréhensible, était que elle et Zennosuke savaient ce qu'il en était réellement... Déposant sa part de location de la chambre, la Genin monta directement dans la chambre en prenant une des deux clés disponibles.

* Tu m'invites pas ma belle ? * Pensa le Chuunin en observant sa coéquipière monter les marches de l'escalier. Puis se retournant, il retira la totalité de la somme nécessaire à la location de la chambre et paya la concierge. Il prit ensuite l'agent qu'avait déposé la Genin sur le comptoir, récupéra ses clefs et monta à son tour les marches de l'escalier pour rejoindre sa compagne, sa coéquipière plutôt. Lorsqu'il pénétra dans la pièce, le Chuunin s'arrêta net deux pas après l'entrée. Il observa la pièce rapidement avant de poser son regard sur Hiryuu. La jeune femme avait toujours l'air embarrassée bien qu'elle commença à réfuter gentiment les propos de la concierge. Réfuter était peut être un gros mot, l'impression qu'elle donna au Chuunin fut comme si elle avait souhaité nier une chose qui semblait bien réelle et dont elle n'avait peut être pas totalement conscience. Elle plaisait au Seki, c'était un fait, et lui en était parfaitement conscient. Mais elle, était-elle attirée par ce dernier ? Et si c'était le cas, le ressentait-elle ainsi ? Là était toute la question. Il y avait des pistes qui pouvaient laisser à penser cela, mais rien de bien sûr. Le Chuunin se contenta d'observer la jeune femme, sans mot dire, un sourire apaisant au visage. Il ne voulait pas la paniquer ou paraître pour ce qu'il n'était pas, encore moins brusquer les choses...

Que son sourire ait eu l'effet escompté ou pas, il n'en savait rien, mais la jeune fille avait quelque peu reprit son caractère "normal". Elle sembla reprendre des couleurs pour une raison inconnue au Chuunin. Peut être que le sourire calme qu'il avait affiché l'avait finalement apaisé. Lorsqu'elle prit la latitude d'interdire l'accès de la salle de bain au Chuunin pendant qu'elle allait se baigner, le jeune homme éclata de rire. Bizarrement, il y avait quelque chose de nerveux dans tout cela, et il eut vite fait de réprimer sa joie dans l'espoir qu'elle ne remarque pas la "fausse note" dans ce rire. Oh oui il aurait aimé se retrouver avec sa coéquipière dans la salle de bain ! Quoi de mieux pour bien relaxer que de prendre un bain avec une femme ? Ce serait le meilleur moyen pour se changer les idées et oublier les tensions de la journée et les pressions de celle à venir. Le jeune homme resta planté sur sa position lorgnant du côté de la salle de bain par deux fois tandis que dans sa tête, un combat s'engageait : entrer dans la salle de bain ou ne pas y rentrer... Au finish, il décida de ne pas y aller. A trop réfléchir, on faisait forcément le mauvais choix... ou pas ! Toujours est-il que le Seki alla retirer ses armes, ses chaussures et ses protections. Il ne lui restait plus que le Kimono qu'il avait entre ouvert au niveau du buste, laissant sa poitrine bien visible, pour se sentir plus "libre". Oh ce n'était pas fait exprès, enfin, pas tout à fait ! Il lui fallait laisser à l'air libre sa blessure, qu'il allait rincer tout à l'heure en se baignant... Il fit quelques pas dans la chambre entre la fenêtre et la porte, la tête pleine d'images de... Hiryuu avant d'aller se coucher sur le lit. La pression commençait à lui monter au nez. Pourquoi ? Il n'en savait pas grand chose. Ce n'était pas la première fois qu'il allait dormir avec une femme et pourtant, tout ça lui semblait nouveau... Lorsque la Genin sortit de la salle de bain avec son tee shirt qui laissait découvrir une belle paire de jambes et ses cheveux mouillés, son cœur se mit à battre la chamade et encore plus lorsqu'elle eut un lapsus (ou était-ce voulu ?) en parlant de coucher avec lui. Il remarqua le rire nerveux de celle-ci... Son cœur redoubla de rythme, s'il était possible, dans sa poitrine. Sa respiration se fit plus puissante, expression de la pression qu'il évacuait... Il réfléchissait trop. Et à trop en faire, il ne ferait rien justement ! Sans plus réfléchir plus que cela il tourna la tête du côté de la jeune femme. Il se redressa légèrement en s'appuyant sur son coude droit posé sur le lit. Ses yeux bleus observaient les courbes de sa coéquipière des jambes jusqu'aux cheveux avant de revenir sur les yeux de celle-ci. Il patienta que la femme le regarda à son tour. La tension (en tout cas de son côté) grimpait progressivement et sans y penser plus que cela, le jeune homme laissa libre court à ses envies. Sa main se posa doucement sur la joue de la Genin. Il la caressa en touchant par moment ses oreilles et légèrement ses cheveux entre l'index et le majeur. Ses yeux bleus, couleur océan, étaient plongés dans ceux de la Genin tandis que son souffle frôlait le visage de la jeune femme. Progressivement, doucement, il rapprocha son visage de celui de Hiryuu avant de poser un premier baiser sur ses lèvres. Le second baiser vint aussitôt après et fut plus long. La langue du Chuunin alla chercher celle de la jeune femme (à ses risques et périls) pour qu'ensemble, elles se livrent à de sensuelles acrobaties. A la fin du baiser, la main du Chuunin était sur les cuisses de la jeune femme qu'il caressait déjà sans s'en rendre compte. Cette femme avait une bouche qui l'excitait au plus haut point et franchement, le Seki n'était pas déçu par le goût des lèvres de Hiryuu. Entre deux souffles il lui glissa ces mots, un véritable aveu :

" Tu me plais Hiryuu... " Il sentit qu'il allait bien vite arriver au point de non retour s'il se laissait aller et comme pour couper court à tout cela, il se retourna sur le côté gauche et s'assit sur le lit en montrant le dos à la Chuunin. Quelque part il se sentait heureux, libéré. Qu'avait-il à perdre ? Absolument rien ! Elle n'allait pas le buter parce qu'elle lui plaisait. Si elle n'était pas intéressée par le chuunin, ils en resteraient là. Pour le reste, il était l'heure pour le Chuunin d'aller se doucher pour baisser la pression et être assez propre au goût de la Genin pour pouvoir coucher avec elle, coucher auprès d'elle... Sans accorder aucun regard, à sa coéquipière, il se leva du lit et alla se prendre un bain. Il faisait peut être mal de "bloquer" la pression qui montait déjà, mais c'était peut être également un bon moyen de la faire grimper encore plus haut. Cinq bonnes minutes de douche permirent au Chuunin de revoir dans sa tête les évènements des minutes précédentes à plusieurs reprises. Je ne vous cache pas qu'il se joua également les deux heures suivants sa sortie de la salle de bain avec toutes sortes de scénarii les plus improbables... Hiryuu l'inspirait, mais il savait que même ce baiser ne signifiait rien dans l'absolu. Il espérait à présent que la jeune femme trouvait le temps long sur son lit et qu'elle aussi anticipait, dans le sens voulu, les évènements suivant la sortie du chuunin. C'était le seul point qui leur permettrait d'avoir du bon temps, autrement, leur fin de mission serait des plus tendues ! Et c'est donc comme un explorateur allant vers l'inconnu que le jeune homme sortit de la salle de bain, une serviette sur les cheveux pour se les sécher et comme unique vêtement, un slip qui lui serrait les parties génitales. Un " Je t'ai manqué ? " osé accompagné d'un franc sourire ponctua la sortie du Chuunin. Là, c'était quitte ou double !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Civil
Messages : 106
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Dim 5 Mai 2013 - 13:31

    Ce fut la première fois qu'un garçon m’embrassait ainsi, on m'avait déjà bien fait des bisous sur la joue en toute amitié, mais là.. C'était le genre réservé qu'aux personnes qui s'aimaient, comme mes parents. Quand je les voyais faire, je trouvais ça répugnant, mais maintenant ; c'était étrange. Surprise je serrai d'abord le poing, prête à lui refaire le portrait ; j'en avais au moins autant envie que lui de m'embrasser. Finalement je n'en fis rien, je laissai faire, et j'appréciais ; mon cœur battait un peu plus fort et quand ses lèvres se détachèrent des miennes, ce fut pour délivrer quelques précieux mots, et cette fois je n'étais pas surprise, enfin, je m'en doutais et déjà depuis quelques heures. Je ne pouvais mettre un mot sur ce sentiment que j’éprouvais à chaque fois en me tournant vers lui, plus que de l'amitié, une sensation de douce chaleur envahissante, une joie indescriptible ; et quoi de plus normal ?

    C'était la première fois que je ressentais ça pour quelqu'un, avec une force si particulière. Cependant, même si je n'avais pas envie de le frapper, ce qu'il avait fait posait problème. Mon senseï lorsque j'étais dans un dojo de l’extrême nord du pays m'avait dit une chose : avoir des amis est une bonne chose, mais il ne doit y avoir aucun sentiment sur le champ de bataille. Et après ça il quitta la pièce prenant à son tour possession de la salle de bain. J'observais son dos, et la porte se refermer. Je soupirai à nouveau. Nous étions en mission, et nous étions des ninjas, et la mission est plus importante que nos sentiments, je n'y dérogerai pas. Alors je me retournai vers le bord de mon côté du lit et tirai le drap sur moi. Je m'essuyai la bouche d'un revers de main, comme pour effacer ce qui venait de se passer, même si c'était impossible. J'étais bien mitigée, très pensive. Pas vraiment sûre de ce que j'allais lui dire et pourtant je devais bien trouver quelque chose !

    Enfin il sorti de la pièce d'eau dans une tenue suggestive, mes yeux ne purent faire autrement que le regarder. Avant même que je lui dise quoi que ce soit, il parla, directe. Une phrase provocatrice qui aurait put mériter elle aussi que je le frappe, mais non. Je souris et alors qu'il s'installait à la place que je lui avais assignée, éwé, je me tournai vers lui en posant une main sur son torse et plus précisément sur son cœur que je pus sentir battre, j'affichais toujours un fin sourire, en observant sa poitrine, puis je le regardai dans les yeux. Hésitant à dire quoi que ce soit, mon cœur devait battre aussi fort que le sien, je pris une profonde respiration pour tenter de me calmer et enfin je répondis.


    « Je... Je ne sais pas ce que je peux éprouver exactement pour toi, je ne te connais pas suffisamment, en fait. » Dis je avec délicatesse et douceur.
    « On pourra en reparler quand nous aurons terminé la mission ? » Ajoutais je avant de reprendre ma position initiale.

    J'étais couchée sur le côté, tournant le dos au chûnin. J’espérais qu'il ne prenait pas ça pour un rejet, ce n'en était pas un, mais nous devions avoir des priorités à cet instant, et pas celle que nous voulions, non, plutôt celles qui s'imposaient. La nuit passe vite, je n'eus pas surveiller le Seki ; il semblait avoir comprit ce que je voulais lui dire, et surtout ma position sur ce qui s'était passé la veille. Il était tôt, j'étais habituée à me lever avant le soleil, pour m'occuper des bêtes à la ferme familiale. Je secouai un peu mon comparse afin de le réveiller. Une heure après nous étions sur la route, à dos de cheval. J'avais pris l'apparence du cavalier, et Zennosuke celle de Ly.

    C'était logique, la plus expérimentée en cheval, c'était moi même si je n'étais qu'une genin. J'avais demandé au jeune homme de se cramponner ; nous filions au galop ; cet animal avait de la force, il était puissant. Il ne nous fallut pas plus de trois heures pour rejoindre le point de rendez vous avec les rônins. Si je me remémorais bien les dires du civil, les samuraïs déchus détenaient leurs femmes, nous devions donc jouer le rôle des hommes pas en position de négocier. À une poignée de mètre de l'auberge du petit village, nous descendîmes de notre monture, je l'attachais et la gratifiais d'une caresse sur le front. Avant de nous jeter dans la gueule du loup, je pris le temps de parler à capitaine de l'équipe.


    « Tu me plais plus sous ta vraie forme, monsieur Seki. » Dis je en souriant, bien que sous cette apparence...
    « C'est toi qui va parler, Ly... »

    Et nous nous dirigeâmes vers la sombre bâtisse déjà éclairée, nos hommes étaient sans doute là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Mer 8 Mai 2013 - 23:27

La jeune femme n'avait pas l'air d'avoir détesté le baiser qu'il lui avait donné. Mais avec le temps, elle lui confirmerait si elle avait apprécié réellement ou pas. Il avait connu ça avec d'autres filles qu'il avait rencontré. Tôt ou tard, elle se confiaient sur leurs impressions. Ce dernier point était valable surtout dans la perspective où il arriverait à la séduire. Dans l'immédiat, son plan avait foiré. Enfin, parler de plan était trop dire. Le truc d'aller se doucher avant de revenir au pieu n'était pas prémédité. Il avait agit comme ça, sur un coup de tête en se disant que le "coup" allait marcher et que la jeune femme allait l'attendre pour découvrir la suite. Une suite qu'il s'était joué mentalement avec plus d'un scénario, en vain. En sortant de la douche, il eut vite fait de se rendre compte qu'il n'avait vraisemblablement pas assez chauffé l'ambiance. Comme on aurait fait avec un petit enfant, Hiryuu avait calmé ses ardeurs. Une main sur la poitrine, une petite voix calme mais décidée comme une mère parlant à son enfant... Ni plus ni moins, et voilà le Seki refroidi, comme remis à sa place. C'est ainsi que le jeune homme avait ressenti les choses dans l'immédiat. Au delà des mots "savoir", "éprouver", "connaître", "suffisamment", "reparler" qui lui reviendraient à l'esprit plus tard, c'était cette sensation d'être passé pour un petit con qui s'empara de lui.

Toute la nuit durant, le jeune Seki repensa au baiser qu'il avait échangé avec Hiryuu. Elle dormait paisiblement à ses côtés, mais lui n'y arrivait pas. Il regardait dans sa direction de temps à autres, l'observait et sentait son cœur s'emballer dans sa poitrine. A chaque fois. C'était toujours comme ça avec ce "faiblard" (son cœur). Les deux mains passées sous la nuque, le jeune homme fixa le plafond. Il ressassait les mots de sa coéquipière. Il sentait qu'à vrai dire, elle ne fermait pas totalement la porte à une relation avec lui, mais rien n'était encore joué. S'il la voulait vraiment, il lui faudrait le lui démontrer, la convaincre. Le Chuunin repensa à son attitude depuis qu'ils étaient entrés dans cette chambre, il repensa aux règles de leur profession. On leur avait toujours appris à se détacher de toutes ces choses. L'amour rendait faible et c'était un réel risque pour un shinobi. Néanmoins, quel être sur terre n'avait pas de faiblesses ? Aucun... La conclusion était vite tirée. Alors quitte à vivre avec des risques autant qu'ils soient valables après tout... Le regard rivé sur le plafond, le Chuunin réfléchit pendant des heures. Le sommeil ne voulait pas de lui en cet instant précis. Après de longues heures de réflexion, au moment où les bras de Morphée l'enlaçait, le jeune homme se dit que finalement, lui aussi avait peut être besoin de repenser plus à tout cela.

C'est Hiryuu qui le réveilla le matin. Une heure après, le duo était à cheval et la jeune femme tenait la bride. Logique somme toute, c'était elle qui avait prit l'apparence du cavalier, Igumeï, tandis que lui avait prit celle du fameux Ly. Après une chevauchée de près de trois heures, le duo arriva à l'endroit où il devait avoir rendez-vous avec le chef des rônins. C'était une opportunité inespérée de couper la tête au chef de gang. Mais cela était impossible. Il leur fallait ramener vivant tous ces hors la loi à Kumo. Alors qu'ils laissaient partir la bête, Hiryuu lâcha des propos qui plurent au jeune Seki. Néanmoins, il ne répondit pas et se contenta de sourire. Lui également la préférait sous ses vrais traits. Heureusement d'ailleurs, le jeune homme n'était pas très porté sur les mâles...

Tous deux entrèrent ensuite dans la bâtisse ou plus précieusement l'auberge aux quatre vents, Ly devant et igumeï derrière. Sur le pas de la porte, Ly s'arrêta et chercha des yeux des réactions des personnes présentes assises près du bar. Il y avait là cinq personnes, dont trois qui avaient jeté un regard comme apeuré dès que les deux hommes étaient entrés. Les deux autres avaient détourné leur regard progressivement et lentement vers le duo. Puis, après quelques trois secondes de regard soutenu, s'étaient détournés pour se "recentrer" sur leurs verres respectifs tout en poursuivant leur discussion l'air de rien. Le barman lui aussi avait l'air tendu et il jetait des regards allant du duo à l'un des deux qui avait tourné la tête lentement vers l'entrée. Ly comprit ainsi que l'un des deux mecs au gestes lents était la personne qu'il cherchait. Maintenant, il importait de ne surtout pas se gourer. Détaillant la mise des deux hommes, Zennosuke remarqua que chacun d'entre eux était armé d'un katana. Une armure dépassait légèrement des tuniques que les deux hommes avaient porté et leurs cheveux laissaient largement à penser qu'ils n'étaient pas de la région. Tout le contraire, des trois autres attablés à leurs côtés. Des civils vraisemblablement. Sans aucun intérêt pour le duo ninja. Ly s'avança vers le duo qu'il avait identifié comme des samouraïs. Se donnant un air quelque apeuré, il les apostropha après s'être raclé la gorge. Sans trop savoir ce qu'il allait leur dire, il se mit à improviser en balbutiant :

"Heu... Comme convenu je... Je suis là pour le... le... " il sembla chercher ses mots entres les mille tremblements qu'il donnait à sa voix. L'un des deux samouraïs se retourna vers lui et le dévisagea de la tête au pieds avant de répondre. Son compère continuait à siroter tranquillement son saké.

"Quelles nouvelles pour nous ? T'as intérêt à ce qu'elles soient bonnes..." Son regard était dur et froid, tout comme le ton utilisé pour échanger avec le faux Ly.

"Avant j'aimerais avoir des... des nouvelles de ma femme et de la sienne." avait répondu Zennosuke sous les traits de Ly. La voix toujours tremblotante.

"Elles vont bien. Seulement, cela risque de ne plus être le cas si tu n'arrêtes pas de l'ouvrir pour nous dire autre chose que ce qui nous intéresse." Le ton du samouraï était toujours aussi glacial. Ly regarda son compère Igumeï, puis il poursuivit :

"Nous avons croisé des ninjas au carrefour de la route principale. Nous... Nous les avons détournés vers le sud en leur disant que vous n'étiez pas encore arrivés dans notre bourgade." Le regard du samouraï ne se détourna pas un instant de celui de Ly. Les deux hommes se toisèrent un instant qui parut plutôt long au faux Ly. Derrière le Henge, Zennosuke eut l'impression qu'il se faisait passer au scanner par ces yeux rivés sur lui. Il fit de son mieux pour garder son air apeuré et faire ressortir toute cette expression sur ces yeux. La chose n'était pas aisée. Les yeux sont le reflet de l'âme dit-on et en ce moment précis, le jeune Seki n'avait envie de rien d'autre que de combattre, d'affronter les deux samouraïs. Il n'avait nullement peur d'eux et c'était bien là tout le problème. Alors qu'il pensait à la bataille qu'il pourrait livrer sur le champ, le second samouraï termina son saké d'un trait et se leva. Ses gestes étaient lents, dignes. Il inspirait le respect et dégageait une certaine aura. L'autre samouraï s'écarta pour laisser passer le premier, celui qui n'avait pas prononcé un mot jusque là. Ce dernier s'avança jusqu'à la porte et lâcha un "Suivez moi" on ne peut plus clair à l'adresse du trio. Sans se retourner. Il s'était juste arrêté le temps de laisser son message avant de poursuivre sa route. Le samouraï "aux yeux de scanner" s'exécuta immédiatement et franchit le pas de la porte de la taverne laissant le duo de ninja derrière.

Quel drôle d'entretien... D'un regard étonné, le faux Ly interrogea son compère Igumeï avant d'emboiter le pas des samouraïs d'un air décidé. Il était inutile de dire à Hiryuu de rester sur ses gardes, elle l'était forcément. Tout ça ne présageait rien de bon et ça sautait plus ou moins aux yeux. Les quatre hommes marchèrent pendant un moment avant d'arriver devant une grande maison bien placée en hauteur d'une espèce de petite colline. Sans hésitations, les deux samouraïs y pénétrèrent laissant la porte ouverte derrière eux. Une voix d'homme se fit entendre presque aussitôt. On entendit des éclats de rire entremêlées d'une grande joie à priori. Vraisemblablement quelqu'un était content de voir entrer les deux samouraïs. Si les deux ninja tendaient l'oreille, ils pouvaient également percevoir des bruits moins distincts : des gémissements et des pleurs. Le faux Ly, lui, n'entendit pas tout de suite ces détails. Il s'arrêta net devant la porte et cette fois-ci, d'un air méfiant, interrogea ouvertement son compagnon le faux Igumeï :

" Ça m'a tout l'air d'un piège. Tu crois qu'on devrait entrer ? " avait-il soufflé à Hiryuu déguisée sous les traits du cavalier. Oui, il pensait qu'il devaient entrer, mais il lui semblait évident qu'il y avait là un gros risque. Le pire, c'était que vu la hauteur de la maison et sa grande taille, ils pouvaient être épiés de partout. D'ailleurs ils avaient dû être aperçus depuis belle lurette en montant cette longue pente menant à ce demeure. Il n'y avait presque plus aucune chance de pouvoir échafauder un plan valable. Quoi qu'ils fassent, ils se feraient certainement avoir. Enfin, ce n'était peut être qu'une fausse intuition...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Civil
Messages : 106
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Sam 11 Mai 2013 - 3:48


    Je n'étais pas sûr, à l'instar de mon compagnon, que ce soit un piège. Pourquoi les rônins voudraient ils piéger des personnes qu'ils tiennent par la menace ? Ça n'avait aucun sens pour moi. À moi qu'ils ne sachent par une quelconque magie que nous sommes des ninjas, mais encore, là c'était un peu tiré par les cheveux. Qui auraient pu leur dire ? Le médecin, l'aubergiste, qui ? Personne. Non nous devions faire confiance à notre instinct, ou du moins au mien, ne dit on pas que les femmes ont un septième sens ? Bah fallait espérer que ce soit vrai. Je fis mine d'avancer, de suivre nos ''hôtes''. Je fus à l'intérieur du pseudo manoir, ça devait être un genre d'office où devait siéger le dirigeant du village. J'observais l'intérieur, restant silencieuse. Il faisait assez sombre, mais chaud, l'hiver frappait et encore à cette heure ci, au moins quelque chose de plaisant dans cet endroit.

    On put entendre un homme parler dans une pièce certainement derrière le hall d'entré qui nous abritait sur l'instant. Il demandait à quelqu'un de la fermer, des femmes, leurs femmes ? Nous étions donc au bon endroit, erf, comment pouvais je encore en douter. Celui qui nous conduisit ici se tenait devant nous, au centre de la pièce, à droite et à gauche se dressait d'imposants escaliers en bois et à l'étage on pouvait voir des rambardes auxquelles étaient accoudés deux hommes portant le sabre, d'autre samuraïs. De toute façon ils étaient normalement six, pour le moment nous n'en voyions que quatre plus un dans une autre pièce, il en manquait un, le chef à coup sûr. Mon regard croisa celui de Zennosuke, avait il prévu quelque chose pour la suite des événements ? C'était la grande question à un million. Allons nous nous en sortir, ou pas ? Enfin le silence nouvellement installé fut brisé par ''le second''.


    « Vous ne nous demandez même pas de voir vos femmes, vous ne vous plaignez pas, vous ne tentez pas de négocier.... D'habitude vous ne dites rien sur Kumo.. J'ai comme un doute sur vos identités, bous n'êtes ni Ly, ni Agumeï... ça c'est sûr. »

    Un fin sourire se dessine sur mes lèvres rosées.. Cette fois ci, c'est le Seki qui nous mettait dans le pétrin, mais enfin, qu'à cela ne tienne. Dans un mouvement furtif je fis quelques signes et courus vers celui qui nous parlait, j'avais gagné en vitesse, mon déplacement bien que visible était imprévisible, très rapide. Je serrai le poing droit et l'enfonça dans le ventre du samuraï, il fut plié en deux et projeté contre la porte derrière lui, la fracassant au passage. Je doutais que cette combinaison soit suffisante pour le mettre K.O, puis il restait encore du monde. D'ailleurs ils étaient déjà en train de se jeter sur nous, brandissant leurs armes tranchantes. L'impact de mes phalanges avec l'homme eut pour simple effet de me faire reprendre forme originale. Mes yeux croisérent une nouvelle fois ceux du Seki...

    « On doit les mettre hors d'état de nuire, nous sommes dans leur QG... Je vais m'occuper des femmes ! » Lui dis je.

    Je sortis 5 clochette de ma poche et les dispersa dans la pièce, on sait jamais ; ça peut être utile. Puis je m'engouffre par la porte brisée, là où m'attendait un nouvel adversaire et un autre déjà amoché.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Dim 12 Mai 2013 - 15:34

Sans répondre à son interrogation, Hiryuu avait prit les devants. Elle ne semblait pas affectée par la méfiance du Seki et elle avança à l’intérieur de la grande maison, à la suite des deux samouraïs. Zennosuke observa la porte un instant. Il était mitigé par le fait que sa coéquipière n'avait vraisemblablement à aucun moment envisagé qu'ils aient été découverts. Et pourtant... Lui avait eut la désagréable impression d'avoir été démasqué par le samouraï qui l'avait "scanné" du regard. L'instant d'hésitation plus tard, il était allé rejoindre la Genin. A peine avait-il pénétré dans la bâtisse qu'il remarqua la présence des 4 rônins : les deux qu'ils avaient croisé à la taverne et deux autres accoudés à une rambarde d'escalier. Le Chuunin observa les environs calmement. Hiryuu était devant lui, toujours sous les traits de Igumeï. Elle avait le rônin qui avait mené la petite troupe en ces lieux devant elle. A présent le jeune homme entendait parfaitement les cris terrorisés des femmes des civils du village. A ce moment, les traits de Ly se durcirent. Ce n'était pas de la comédie, le jeune homme n'aimait pas l'injustice, voir ou ressentir la détresse d'innocents. Ces femmes n'avaient rien demandé et les voici qui étaient séquestrées et certainement malmenées. Il fallait agir, mettre fin à leur calvaire. Le jeune Seki sous les traits de Ly serra les poings. Peut être que ce détail mis la puce à l'oreille du "second" rônin qui leur tint des propos... étonnants. Ce qu'il venait de dire confirmait l'impression du Seki. Ils étaient découverts et c'est à priori le fait que Zennosuke ait parlé de Kumo qui avait mis la puce à l'oreille du rônin. Hum... Un détail qu'il ne pouvait maîtriser. Comment pouvait-il savoir si le vrai Ly et son compagnon ne parlaient jamais de Kumo. Enfin, ce qui était fait était fait. Là était le principal inconvénient du Henge. Les shinobis arrivaient aisément à prendre l'apparence d'un individu et aller jusqu'à copier le son de sa voix. Mais pour ce qui était du comportement, du mode de pensée de la personne copiée, on s'engouffrait dans un univers incontrôlé.

La tension était à son paroxysme. Juste un court moment, l'intervalle d'un sourire de Igumeï, où le temps sembla suspendu. Et aussi furtivement qu'inattendu, la Genin, d'une vitesse qui paraissait plutôt incroyable pour son niveau, fonça droit sur le second et lui enfonça un poing dévastateur dans le ventre. Sous la puissance de l'impact, le rônin se plia en deux et fut projeté sur la porte derrière lui, là d'où venaient les cris de femmes et la voix forte d'un homme qui les réprimandait. Le rônin explosa la porte et disparut derrière dans un fracas de bois brisé. Les hostilités commençaient. Hiryuu qui venait de reprendre sa vraie forme en avait donné le signal. Un sourire s'afficha sur le visage de Ly qui progressivement reprenait ses traits originaux, celui de Seki Zennosuke. Le jeune homme était heureux de voir les belles lèvres de celle qu'il désirait tant. Voir la Genin aussi combattive et réactive le confortait dans sa pensée qu'il pourrait se lâcher sur les trois rônins ici présent. Hiryuu affirma qu'elle allait s'occuper des femmes. Tant mieux, 2 rônins (ou peut être trois) pour la Genin et trois pour lui. Un partage presque équitable. A lui, Chuunin de son état de prendre les devants et de mettre hors combat rapidement tous ces anciens samouraïs pour ensuite aider la Genin.

*Fais gaffe à toi Hiryuu* pensa le Chuunin lorsqu'il vit sa coéquipière s’engouffrer à son tour dans la pièce où elle avait expulsé le rônin après avoir lancé dans toute la pièce cinq clochettes. En réalité, il n'avait pas peur pour elle. La jeune femme semblait très prometteuse.

juste pour l'ambiance:
 

Tout autour de lui, les deux rônins accoudés à la rambarde fusaient sur lui katana à la main l'air ultra décidé. L'autre rônin, celui qui l'avait "scanné" des yeux à la taverne dégaina également son arme et avec un cri de combat strident bondit littéralement sur le Chuunin. Replaçant son pied droit de manière à tourner légèrement son buste vers le duo de rônins provenant des escaliers, le jeune homme gonfla ses joues. L'instant d'après alors que ses cibles étaient toutes proches, il expulsa de sa bouche dix projectiles de chakra. Des senbons plus précisément. Sans attendre l'impact de sa première attaque, le Chuunin porta la main à son ninja-tô qu'il retira promptement tout en effectuant un saut de côté, sur sa gauche. Son ninja-tô heurta le katana du rônin "scanner" tandis qu'une explosion frappait les deux autres provenant de l'escalier. Les senbons étaient à éviter, pas à parer. Les samouraïs avaient fait l'erreur de tenter de parer ces attaques plutôt que de les éviter. En même temps vu qu'ils étaient tout prêts du Chuunin quand celui-ci attaquait, ils n'avaient plus de marge de manœuvre pour éviter cette attaque. Un vent souffla sur le premier rônin (le "scanner") tandis que lui et le Seki se livraient à une passe d'armes hautement rythmée. Les cliquetis des deux lames qui s'entrechoquaient à intervalle régulier laissait présager du niveau quasi similaire des deux protagonistes en termes de maniement d'armes. Seulement, dans la réalité, c'était le rônin qui dominait les débats, le Chuunin se contentant de contrer comme il pouvait. Pourquoi diable s'était-il aventuré à jouer sur le terrain de son adversaire. Le maniement d'arme était LA spécialité d'un rônin. Quand bien même le jeune Seki était loin d'être un nul en ce domaine, il était tombé sur un adversaire qui certainement ne faisait que s'entrainer sur ce point. Les mouvements, les esquives, les déplacements, la rapidité d'exécution sabre au main allaient en faveur du rônin. Et très vite le Chuunin fit les frais de cette différence de technicité : un cheveu coupé, un bout d'habit déchiré, une petite coupure à la joue. A chaque fois, il échappait de peu à l'attaque fatale. Il fallait trouver une parade et vite... Et par chance cette ouverture vint au bout d'une minute de passe d'arme : une ouverture pour placer un coup de pied placé dans le bas ventre. Le coup envoya le rônin heurter le mur au côté opposé à la position des deux autres rônins affalés sous les escaliers.


Spoiler:
 

Une courte pause dans ce combat acharné. La poitrine du Seki se gonflait et se dégonflait à rythmes rapide. Un coup d’œil en direction des deux rônins lui fit rapidement comprendre qu'ils avaient été atteints, mais qu'ils n'étaient pas encore hors combat. Son vis à vis, lui, posait une jambe sur le sol, prêt à reprendre le combat. Une rapide exécution de mudra lui permit de de se créer deux clones. Sur le coup, il sentit de la chaleur émanant de sa jambe droite, il saignait à travers une coupure qu'il n'avait même pas remarqué. Il s'était certainement blessé au moment où il avait frappé, d'un coup de pied placé, le ventre du rônin. La lame de ce dernier avait frôlé sa jambe au moment où il s'envolait pour le mur. C'était probablement à ce moment là qu'il s'était blessé. Les choses étaient allées aussi vite.

" T'es fort ! Dommage que ton sort soit scellé d'avance. Tu ne peux pas me vaincre. " dit le Chuunin au rônin sur un air moqueur. Oui, il était sûr qu'il allait le battre. Quoi qu'il arrive. Son vis à vis était déjà sur pied. Les bunshins du Chuunin eux s'affairaient pendant que leur original lançait ses flèches contre le rônin qui lui tenait tête. Les bunshins exécutèrent chacun une série de renkudan sur les deux samouraïs à terre avant de disparaître à court de chakra juste au moment où le rônin s'élançait à nouveau sur son adversaire : Zennosuke.

Le jeune Seki expulsa un souffle. Le combat reprenait. Deux blessures, celle de la veille à l'épaule, et la nouvelle à la jambe. Sans compter la petite coupure à la joue... Il était décidément malchanceux ou alors ne faisait pas assez attention. Quoi qu'il en soit, il était à deux doigts de mettre hors combat deux des rônins (si ce n'était pas déjà le cas). Seul un lui tenait tête réellement. Son niveau était différent des deux autres. C'était indéniable. Comment les choses évoluaient-elles pour la Genin ? Il fallait espérer que tout aille pour le mieux. Quelque part, en haut de la bâtisse, il y avait du mouvement... Restait à espérer que le boss des rônins qui manquait à l'appel ne s'amène pas tout de suite. S'il entrait en jeu de tout suite, les choses allaient rapidement se compliquer.


Résumé des actions:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Civil
Messages : 106
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Mar 14 Mai 2013 - 19:13

    Je me retrouvai maintenant dans un salon spacieux, le rônin que j'avais frappé avait fini son vol dans le foyer de la cheminé, qui par chance était éteinte. L'homme semblait sonné, et souffrait probablement de quelques fractures. J'avais beau être une genin, une telle combinaison qui plus est par surprise ne pardonnait pas, et en même je ne cherchais pas à faire dans la dentelle. Néanmoins je m'étais lancée dans ce combat peut être trop rapidement, trop sûre de moi. Un nouvel adversaire me faisait face, il s'interposait entre moi et deux femmes ; celles de Ly et Igumeï ? Peu importait, elles n'étaient visiblement pas des menaces, mais des victimes, recroquevillées dans un coin et sanglotantes. Je repris mon souffle rapidement, j'avais quand même utilisé pas mal de chakra, je devais le finir vite fait celui là, j'avais déjà mon idée pour la suite, employer le fouet électrique était une bonne solution. J'allais le laisser m'attaquer, et l'intercepter sur sa lancée ; oué, ça pouvait fonctionner.

    Le samuraï déchu dégaina son arme, un katana étincelant et certainement tout aussi tranchant ; je devais à tout prix éviter que l'acier de son sabre tout ma peau. Au dojo on s’entraînait au maniement du sabre, et rien qu'un coup de bâton était déjà très douloureux, alors un comme ça.. Enfin, je faisais confiance à mes capacités. Ce fut alors comme prévu que le gaillard, un petit bonhomme en fait, s'élança sur moi, quand il fut à trois mètre plus ou moins je fis apparaître, d'un signe, mon fameux fouet, il s'agissait en fait d'un éclair que je pouvais faire onduler et employer comme une véritable arme grâce à la maîtrise de mon chakra. Je n'étais pas experte en ninjutsu, mais ça je le maîtrisais plutôt bien. La lame du guerrier allait me frapper quand l'électricité débordant de ma main s'enroula autour de sa jambe, immédiatement l'effet s'en fit ressentir, tout du moins pour lui ! Il subissait la même chose que le cavalier de la veille, ce fouet, c'était vraiment une bonne technique.

    Mais je ne devais pas me reposer sur ça, alors que le samuraï était par terre, tremblotant, je m'approchai de lui, et déposai une clochette ; un genre de signature, mais c'était surtout pour employer un de mes jutsu. J'aimais le silence, le calme ; mais je savais aussi parfaitement jouer avec les sons et les manipuler à bon escient, et surtout contre les gens trop bruyants. Bah, il était KO là ? Une attaque électrique l'avait donc mis HS aussi facilement ? Je soupirais, enfin de compte, tant mieux ; je ne perdais pas trop de temps. Cependant l'emploi de ces deux techniques l'une à la suite de l'autre, ma vitesse d'attaque et ce fouet m'avait un peu vidé, j'avais quelques réserves encore, mais je sentais mes limites toutes proches. Bon j'espérais que monsieur Seki s'en sortait aussi bien que moi, maintenant que j'y repensais ; moi j'avais pu jouir de l'effet de surprise sur un de mes adversaires, mais lui... deux à la fois, qui savaient ce qui allait suivre... hum, l'avais je mis en danger ?

    Rapidement je me mis au niveau de la porte explosée, je les voyais se battre, et je voyais aussi mes clochettes se balader à droite à gauche, je fis un signe, et le tintement des petites boules s'amplifièrent. Je pris bien garde de ne pas viser celles à proximité de mon coéquipier, peut être que ça les déstabiliserait un peu, trouble auditif mineur certes ; mais une bonne ouverture pour le chûnin. Peut être en profiterait il comme il se doit. Je voulu maintenir le jutsu plus longtemps, mais un autre bruit que celui de mes grelots m’interpella, je me retournai, et un grand type m'approcha rapidement, je voulu sortir un kunaï, mais trop tard, sa gigantesque main enserra mon cou, et d'une force proportionnelle à sa monstrueuse taille me décolla du sol. Mes petites mains se posèrent autour de son bras musclé afin de m'en défaire, mais il était bien trop fort, bien plus fort. Puis un son rauque émana de ce géant, c'était sa voix, il me parlait ? Je ne pus faire autrement que l'écouter, vu ma position...


    « Tu vas moins faire ta maline, je vais te briser le cou, et après celui de ton copain. Et après on enverra vos dépouilles à Kumo. »

    Et pour la première fois depuis mes débuts à Kumo, en tant que ninja; je ressentais la peur. Jamais on ne m'avait d'aussi prés menacé de mort, et surtout jamais on n'était aussi prés de me l'infliger. Alors là, je comptais sur le Seki pour me sortir de là, chose pas gagnée, j'espérais alors que le mastodonte joue un peu avec moi avant de tenter de me tuer.. Genre comme avec une poupée de chiffon. Je préférai avoir un bras cassé qu'un cou, plutôt. Et il fit ça, ouf j'étais sauvée, pendant quelques secondes. Il me projeta contre un mur avec une puissance redoutable, je pus sentir un craquement au niveau de ma poitrine, une côte, autre chose ? Et je m'affalais sur le sol pour le moment incapable de me relever.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Sam 18 Mai 2013 - 15:57

Le combat dans la pièce où se trouvait le Seki allait reprendre d'un moment à l'autre. La tension était à son paroxysme entre le shinobi et le rônin qui se défièrent un court moment avant de passer à l'attaque. Sur leur droite, deux autres rônins ayant fait les frais de l'attaque de senbons explosifs du shinobi et des boules d'air compressées des bunshins de ce dernier, étaient avachis sur le sol les yeux à demi clos. Ils ne faisaient déjà plus partie du combat. Mis sur la touche en un rien de temps à cause de leur imprudence et à cause de leur manie à attaquer de face leurs adversaires sans aucune tactique autre que celle consistant à miser sur la vitesse d'exécution de leurs passes d'armes. Les rônins étaient malheureusement bien prévisibles. Tout le contraire d'un shinobi. Et ces deux là en avaient fait les frais rapidement. Il ne restait plus qu'à mettre hors combat le dernier adversaire debout que le sort lui avait laissé en cette pièce lorsque sa coéquipière s'était élancé sur un des rônins.

En repensant à elle, le Chuunin se demanda comment elle s'en sortait. Il avait entendu bien des cris et bruits de combat dans la pièce d'à côté depuis qu'elle était sortie de son champ de vision. Néanmoins, il ne se faisait aucun soucis pour elle. Elle semblait disposer de bonnes aptitudes au combat. Elle saurait tenir le temps qu'il en finisse avec son vis à vis. Même si rien ne laissait à présager que les choses allaient être aisées à évacuer de son côté . Au moment même où il pensait à elle, le rônin se lança sur lui pour une nouvelle passe d'armes aussi rythmée que pour la première. Le chuunin se devait de rester vigilant, à la moindre erreur il risquait de la payer cash face à la dextérité de son vis à vis. Et peu après qu'il s'évertuait à contrer les attaques du rônins, plus qu'à attaquer lui même, l'idée de cribler son adversaires de senbons explosifs lui passa dans l'esprit. Il avait déjà usé de cette technique, et rien ne l'empêchait de le faire à nouveau. Seulement il lui fallait un minimum d'espace entre lui et son adversaire, une faille qui lui aurait permis de glisser son attaque. Au moment même où il y pensait, les deux hommes aux prises virent la silhouette de la kumojin se découper dans le cadre de la porte. Sur un geste en direction des adversaires, elle permit au Chuunin de profiter d'un moment de répit inespéré. Au moment même où elle effectuait son geste, le rônin sembla comme stoppé net dans son élan, foudroyé par on ne sait quelle magie. Le Chuunin n'y comprit rien, mais instinctivement il recula d'un bon et expulsa à nouveau une salve de senbons de chakra. Ces derniers heurtèrent le rônin en explosant au moment même où il sembla reprendre ses esprits. Seulement, ce dernier n'avait pas eu le temps de réagir et il dû, malheureusement pour lui, encaisser l'attaque. Son corps alla heurter le sol et ci et là, des marques étaient apparues sur son corps, signes de brulures.

* Et de trois ! Merci Hiryuu * Pensa Zennosuke au moment même où il se tournait vers sa coéquipière pour la remercier de vive voix ou d'un hochement de tête complice... Il n'en eut pas le loisir. Son sang se glaça lorsqu'il posa les yeux sur la kumojin. Elle s'était retrouvée suspendue en l'air, un homme la tenant par le cou d'une main musclée et vigoureuse. Les sourcils du Chuunin se froncèrent immédiatement tandis qu'il s'élançait vers son adversaire. Son cœur battait à tout rompre, voyant dans quel pétrin se trouvait la jeune fille. *Kso !* Un laissa échapper un cri lorsqu'il vit Hiryuu se faire jeter sur un mur comme une vulgaire poupée de chiffon. La violence du choc de sa coéquipière sur le mur, mis le Chuunin littéralement hors de lui. Sans plus faire gaffe à ses blessures, ni à son état de fatigue, il se lança sur le rônin à la carrure d'un catcheur pour lui flanquer un mawashi geri dans la tête. Le chuunin n'était pas un spécialiste de taïjutsu, mais ce n'était pas pour cette raison qu'il n'était pas apte à effectuer des mawashis. Et puis lui aussi était plutôt grand et assez costaud au vu de sa corpulence. Le rônin tituba sur quelques pas avant de se redresser au moment même ou le Chuunin, plein de rage, lui envoyait une nouvel enchainement de mawashis : un sur la joue droite, l'autre sur la gauche et un violent coup dans les côtes, du côté droit. Quasiment stoïque face à ces attaques, le rônin avait réussi à bloquer le tibia du pied gauche du Seki de sa main droite. La pression qu'il y exerça fit rapidement comprendre au shinobi que son adversaire ne souhaitait rien de plus que de lui briser la jambe ! De toutes les forces qui lui restait en cet instant précis, Zennosuke envoya un coup de pied mémorable dans la mâchoire du rônin qui s'éleva légèrement dans les airs sur le coup de la puissance du choc. Un craquement sinistre se fit entendre tandis que le corps du bonhomme à la carrure de catcheur suspendu en l'air un court instant tomba. Le Chuunin crut avoir ressenti un tremblement de terre tellement le rônin qu'il venait de terrasser était balèze.

Sûr de lui, le Chuunin, qui était lui aussi tombé, s'était relevé en posant un genou à terre. Il pensait avoir mis hors combat le dernier rônin vu la patate qu'il venait de lui mettre. Et chancelant sur ses premiers pas, il s'approcha de Hiryuu. Les mains encore tremblantes de rage à cause de ce que le grand rônin avait fait endurer à sa jeune coéquipière, il toucha la jeune fille en la prenant par le bras.

" Je suis désolé Hiryuu... J'aurais dû être plus vigiliant et ne pas te laisser à toi même face à ces rebelles... Ex... Excus... " Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'il sentit son oreille gauche comme obstruée par quelque chose. Une violente douleur s'en suivit s'emparant de tout son crâne. Il venait de se prendre un puissant poing marteau de la part du rônin. La puissance du choc l'envoya glisser sur le sol, face à terre sur une dizaine de mètres. Son corps était meurtri, épuisé par tous les violents efforts qu'il avait dû faire en si peu de temps. Quand bien même il était chuunin, tout ce qu'il avait dépensé comme énergie, tout ce qu'il avait encaissé comme coups, toutes les blessures qu'il avait subi lui pesait en ce moment précis. Il se remémora pendant quelques secondes une mission qu'il avait effectué avec un Seki contre trois shinobis de Kumo. Les violents combats qui en avait résulté l'avait laissé dans un piteux état, quasi similaire à celui dans lequel il se trouvait à cet instant précis. Décidément il se donnait trop, sans se méfier plus que nécessaire. Ou il était malhabile aux techniques de défense, ou il était nul en esquive ou alors son niveau était encore bien trop faible pour qu'il puisse mener à bien ses missions avec un minimum de facilité. Arriver à ce constat était un aveu d'échec pour le Seki au vu de ce qu'il voulait représenter plus tard.

*Kso ! Et avec ça tu veux devenir Sennin ![/b]* Se reprocha à lui même le Chuunin. Il n'avait pas le droit d'abandonner à cet instant précis, même s'il se sentait vidé des trois quarts de sa force. Pour ses rêves, pour celle qu'il se devait de protéger sur cette mission, pour lui même, il ne devait pas échouer. Il était Chuunin après tout ! Bord*** de m**** !!! Progressivement il sentait la rage augmenter sans cesse en lui tandis que les propos du rônin qu'il n'entendait pas au début lui parvenait petit à petit, à mesure que son oreille gauche se débarrassait du bourdonnement qui l'avait envahi.

"[b] EGADE SALE BAT***** QUE YE FAIS D'CETTE S******** !
" avait hurlé le rônin en bourrant de violents coups la Genin comme s'il eût s'agit d'un simple sac de sport dans lequel on passait sa rage. La mâchoire du rônin était en compote et c'est ce qui justifiait qu'il avait du mal à parler correctement.

" KU... KUTABARE ! " avait répondu instinctivement le Chuunin en se redressant. Il venait de hurler de rage et tous les poils de son corps étaient hérissés. Tout en lui exprimait une violence qu'il laissait rarement s'exprimer. Le Seki lança un regard assassin à l'endroit du rônin qui semblait s'amuser de la situation. Dans quelques instants ce derniers n'aurait plus le plaisir de rire, encore moins d'un shinobi...

Spoiler:
 

" Koro SHITE YARU ! " avait prononcé distinctement le kumojin en effectuant une série de mudra d'une voix pleine de tension et de rage. Au moment où le rônin lâchait la Genin, le Chuunin exécutait sa technique. En cet instant précis, plus rien ne comptait. Ni le sourire narquois du rônin, ni les termes de la mission, ni Hiryuu. Il n'y avait que souffrance et rage...

Une lame de vent émana des deux doigts joints, majeur et index, de sa main droite du Seki. D'un mouvement latéral, en suivant la ligne imaginaire que traçaient les deux doigts, la lame de vent mélangée à du chakra, balaya la zone où se trouvait le rônin, à hauteur de son buste. L'attaque était puissante et rapide. Le coup traversa de part en part l'homme qui sur le coup afficha un regard surpris d'où se mêlait encore son air narquois supérieur. L'instant d'après le buste du "catcheur" se sépara des jambes de ce dernier et tomba sur le côté droit tandis que les membres inférieurs s'affalaient droit devant eux...

Les yeux encore exorbités par la colère, les vaisseaux sanguins des tempes saillantes, le Chuunin respirait à grand coup. Il devait avoir l'air possédé en cet instant précis et ce ne devait pas être très joli à voir... Les rônins présents qui étaient prêts à se relever et à poursuivre le combat venaient de mesurer l'étendue du fossé qui les séparaient du représentant du clan spécialiste en maniement de chakra.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Civil
Messages : 106
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Mer 22 Mai 2013 - 23:39

    Le choc fut donc terrible, j'entendis mes propres os craquer, à moins que ce ne fut le mur, je ne sentais pas la douleur, mon corps entier était transit par la peur, j'étais tétanisée. Les yeux ouverts j'observai la scène, David contre Goliath, un homme normal contre un monstre de chair et de muscles, un mastodonte ; le combat pouvait être plié d'avance, à la seule chose prés que David n'était pas armé d'un lance pierre ou autre fronde mais d'atouts ninjas bien plus redoutables que n'importe quelle arme, ou presque. J'avais déjà vu des combats, mais comme celui-ci, rarement, le Seki avait réussi pas je ne sus quel miracle à survivre au coup du samuraï, pourtant un tel choc aurait du le tuer, mais non, alors que moi, il lui avait suffit de me projeter contre un mur. Peut être notre constitution faisait elle la différence, je n'étais simplement pas aussi résistante que lui, j'étais faible malgré mon débordement de témérité et d'envie de réussir.

    Puis le spectacle, si ainsi pouvions nous le nommer, devint plus insoutenable, le sang des moitiés d'un adversaire l'instant précédent semblant indestructible s'écoulait, maculant le sol d'un pourpre indéfinissable. Les autres samuraïs semblaient hésiter à attaquer de nouveau. Et d'ailleurs ils n'attaquèrent pas, et préférèrent prendre la fuite, empruntant la grande double porte de ce manoir. Sels dans la maison raisonnaient les sanglots des deux femmes blotties dans un coin de la pièce. Et finalement ma tétanie s'estompa et je ressenti une nouvelle douleur, dans mon thorax, dans mes bras. Néanmoins retrouvant peu à peu ma motricité, je parvins à me redresser. Assise, je m'adossais au mur fissuré. D'un revers de main endolori j'essuyais mes lèvres rougies et respirai lentement. J'étais encore choquée, pas par la scène qui venait d'être jouée, mais vraiment par ce que j'avais subit. Nous étions chanceux quelque part, s'ils n'avaient pas fuit peut être n'aurions nous pas survécu..

    Je plaçai une main sur mes côtes, comme pour les soutenir, à cet instant je pouvais dire ''la douleur est palpable''. Enfin, souffler, on avait plus que ça à faire. Cependant cette victoire ne signait pas la fin de la mission, on ne savait pas où étaient partis ces rônins, cependant je doutais de mes capacités à poursuivre quoi que ce soit, si je réussissais à marcher ce serait déjà bien. Là on devait s'occuper des femmes, enfin, Zennosuke devait s'en occuper. Le supposai que le message était bien passé dans le crâne des rônins renégats, qu'ils comprendraient que ne s'en prend pas à Kaminari impunément, la preuve étant les deux morceaux de cadavre gisant sur le sol, complètement vidés de leur substance. Enfin je me redressai difficilement, je tremblais ; et fis quelques pas vers le kumojin qui semblait se calmer, je posais ma seconde main sur son épaule et parla dans un souffle, douloureux. Le gonflement de mes poumons faisait pression sur mes côtes, quoi de plus ''normal''.


    « On peut rentrer à Kumo, maintenant ? »

    Pour moi repartir au village représentait le meilleur chemin à suivre, faire un tour à l'hôpital, et me reposer un peu. J'étais sûre qu'elles pourraient, les deux femmes, s'en sortir toutes seules, elles trouveraient bien quelqu'un pour retrouver leurs maris, et au pire ces derniers finiraient par revenir avec d'autres, et nous pourrions de notre côté envoyer quelqu'un vérifier l'état du village... Il y avait une multitude de solutions n'impliquant pas qu'on reste ici, ou qu'on poursuive des rebelles. Un seul coup m'avait mis HS, et lui était debout, avait résisté au ''coup du marteau'' et fait fuir nos adversaires, tout compte fait, il me paraissait... je ne trouvais pas les mots ; peut être était ce dû à mon était dégradé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke] Dim 26 Mai 2013 - 1:07

Le Seki haletait. Les efforts qu'il venait de fournir le faisait respirer à grands coups. Ayant de multiples blessures, il était harassé part toute la débauche d'énergie qu'il avait dû expulser en un laps de temps très très court. Son chakra été bien entamé et son état physique ne lui permettrait pas de tenir bien longtemps. Fort heureusement pour lui, celui qui semblait être le plus terrible parmi les ronins n'était plus de ce monde. Il venait d'être coupé en deux littéralement par le Seki. Triste fin pour un homme qui se croyait probablement assez puissant pour défier Kumogakure no Sato et au delà Kaminari no Kuni.

Tout autour d'eux, trois ronins s'étaient relevés. Mais face à l'air déterminé et mauvais du Seki, ils avaient entrepris de fuir par la porte laissée ouverte. Les deux autres étaient toujours dans les vapes, ceux qui avaient subi les senbons explosifs et qui avaient essuyé les vagues de boules d'air compressées envoyées par les bunshins du Seki. Le Chuunin serra le poing en voyant les trois hommes disparaitre derrière la porte d'entrée. Il ne pouvait accepter de laisser les choses se terminer ainsi. Laisser faire induirait un échec de la mission, ce qu'il n'était pas prêt à accepter. Échec... A y regarder de plus près, le duo de kumojin avait probablement déjà échoué à la mission par la faute du Seki ; lui qui n'avait pas su controler ses nerfs au point de tuer le chef des rônins... Comment allaient réagir leurs nouveaux alliés samouraïs en apprenant cette bévue ? Quand bien même l'homme éliminé était un rônin, il relevait de la juridiction des Samouraïs, pour ce qui était sa mise à mort ou son jugement.

Le regard du Seki se posa sur sa coéquipière lorsque celle-ci posa sa main sur l'épaule du jeune homme. Cela eut bizarrement l'effet de le calmer immédiatement... Hiryuu... Cette jeune fille avait un impact sur lui. C'était indéniable. Il la regarda, elle était en très mauvais état. Leur mission prenait fin à l'instant. Ni elle, ni lui n'avaient assez de force pour la poursuivre et la remplir convenablement. Ce qui était sûr, c'est que les trois rônins ayant fui ne reviendraient pas dans les parages avant un très long moment. Assez longtemps pour faire envoyer du renfort. Pour ce qui était des deux autres évanouis, Zennosuke les considéraient comme le butin de guerre. Ils seraient embastillés à Kumo et seraient interrogés sur le pourquoi de leur soulèvement. Déçu par la fin des évènements, le jeune homme s'apprêtait à répondre à la Kumojins qu'il était en effet temps de rentrer lorsque quelque chose de curieux se produisit.

Au moment même où le Seki faisait passer sa main sur la taille de la jeune fille pour la soutenir, un grondement se fit entendre. C'était en réalité un cri à l'unisson d'hommes et de femmes qui avaient l'air furieux. Le tout se passait à l'extérieur et le grondement était puissant, fervent et décidé. Les deux femmes présentes dans la pièce se relevèrent instinctivement et allèrent aux fenêtres voir ce qui s'y passait. Au départ inquiètes, elles semblèrent très heureuses de ce qu'elles virent. Pris de curiosité, Zennosuke poussa patiemment Hiryuu à avancer et tous deux marchèrent lentement à leur tour jusqu'au pas de leur porte et là... La surprise fut totale. Une cinquantaine d'hommes et de femmes armés de sabres, de fourches, de pelles, de lances, de bâtons tenaient en respect les trois rônins qui avaient tenté de s'échapper quelques minutes plus tôt. Ces derniers étaient apeurés, abattus, pris en tenaille entre ceux qu'ils avaient abusé pendant des jours, et ceux qui avaient sonné leur chute. A la vue des kumojins, la foule laissa échapper un cri de joie ; des vivas qui en disaient long sur la gratitude que ce beau monde éprouvait à l'égard des kumojins. Ils venaient d'être libérés d'un fléau qui les terrorisait et la joie de voir que Kumo les considérait les avaient poussé à prendre leur courage à deux mains et venir prêter mains fortes aux shinobis. Cette vision mit du baume au cœur du Seki. Probablement que Hiryuu également devait être touchée. Deux femmes vinrent soutenir Hiryuu tandis qu'une dizaine pénétrait dans la maison. D'autres hommes se chargeaient de ligoter les trois rônins fuyards. Dans la foule, le Seki reconnu Ly et Igumeï malgré leur bandages. Ils échangèrent un sourire complice. Le Seki avait compris que c'était ces deux là, et probablement le médecin, qui avaient poussé tout cette foule à l'action. Finalement tout le monde avait mis du sien pour mettre un terme aux agissements des rônins. La mission pouvait être considérée comme accomplie. Enfin, ne serait-ce que partiellement.

Après s'être reposé 24 heures et avoir bénéficié de premiers soins, les deux ninjas, les cinq rônins survivants et une troupe de dix valeureux hommes armés, marchèrent en direction de Kumo.

" De retour à Kumo Hiryuu... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Les 6 mercenaires [Mission de rang B - Zennosuke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Montagnes de Kaminari no Kuni-