N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Sleeping Sun [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Sleeping Sun [Libre] Ven 26 Avr 2013 - 6:18

Log 177 : Sleeping Sun

Les cris résonnèrent dans la forêt, faisant taire les oiseaux. Sur son chemin, une traînée sanglante pouvait être discernée si on avait un peu d’expérience à ce moment du jour. Le soleil venait tout juste de prendre congé et la pénombre envahissait l’espace. La lueur du coucher était d’un orange foncé, mais en rien comparable au sang qui coulait çà et là.

Car quelque part dans cette forêt, le chasseur avait cueilli sa proie.

Cela faisait déjà au moins une semaine, sinon plus, qu’il s’abreuvait aux richesses de la forêt du pays du feu. Grande, luxuriante, elle offrait presque tout ce dont il avait besoin. Les étoiles lui servaient de compagnons, puisqu’elles étaient hors d’atteinte de ses griffes. Des comparses de fortune aurait-on pu dire, mais il n’aurait jamais répondu. La créature continua à avancer entre les arbres, sa victime traînant sur le sol, sa douleur ravivée à chaque mouvement. Elle vivait encore, pour le moment. Parce que ça le faisait bien rigoler de la voir gesticuler dans tous les sens. Comme si elle avait une chance, un espoir de s’en sortir. L’être vivant et son espérance, cet instinct de survie si basique… Alors le chasseur la laissait lentement mourir. Il avait tout son temps, de la voir faiblir, perdre espoir. Et finir dans un état pire que la mort, une froide panique, une incompréhension du présent. Puis l’obscurité pour toujours. Mais la proie n’avait pas besoin de sa pitié, ou de son respect. De par sa nature, elle était acquise.

La griffe du chasseur laissa une longue marque striée sur l’écore de l’arbre devant lui, puis bifurqua vers l’est sans hésitation, même s’il n’avait pas la moindre idée de sa destination, ni de sa position actuelle. Il s’orientait parfois avec les étoiles mais n’en voyait pas l’utilité, il n’avait nulle part à aller. La nature lui fournissait tout ce dont il avait besoin… Ou presque. Il ria à cette idée, son masque blanc bougeant frénétiquement, ses trois yeux qui semblent regarder partout à la fois. Il reprit son chemin, arrachant de nouveaux gémissements de sa proie.

Parfois, il ressentait les signatures de chakra de shinobis , mais les ignorait complètement. Il ne cherchait même pas à les éviter. Il ne connaissait pas la peur. Ce corps avait bien des avantages. Il était fort, très fort. Même d’un côté purement humain, il était plus lourd et coriace que la plupart. Il se sentait… Bien. Si bien. Même si cela faisait déjà des semaines, il goûtait à sa nouvelle liberté à chaque instant. La collection reprenait. Combien de nouveaux avait-il ? Cinq, six ? Il perdait le compte. De si belles récoltes tout de même. Mais beaucoup restait à faire.

Un bruissement lui fit relever la tête, son regard triple scruta autour de lui. Mais sous son masque, la créature avait un simple sourire, un faciès qui n’aura jamais eu sa place auparavant. Petit à petit, il prenait ses droits sur ce corps. Il devenait le sien, davantage et davantage chaque jour. Le buisson devant lui s’anima. Sa proie lâcha un nouveau cri, et le chasseur , ne lui adressant pas un regard, lui planta sa griffe dans le cou, mettant fin à sa vie immédiatement.

Celui ou celle qui sortirait de ce buisson aurait un étrange spectacle sous les yeux : cet être masqué et couvert de tissu, sans bras apparents. Et le cerf mort à ses pieds.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 754
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Ven 26 Avr 2013 - 11:27

    -"Va directement à la frontière du Pays du Feu et du Pays de la Rivière, je t'y rejoindrai."

    -"Oui, Amaterasu-sama."


    Comme une fumée noire, la kunoichi disparut devant les yeux de la jeune fille. Ce long voyage s’achevait à la lisière de la grande forêt du Pays du Feu, un long périple de doutes et d’incertitude. Sa destination n’était autre que le Pays de la Rivière, elle aurait pu s’y rendre sans passer par le pays des shinobi de la Feuille, mais il lui restait une chose à faire. S’engouffrant dans l’épaisse obscurité de ces bois entrecoupée de puissants rayons solaires, sa course infernale commença. Ne voulant pas gaspiller de chakra pour ses déplacements, Amaterasu y allait à l’ancienne, de branches en branches. La dernière fois qu’elle avait dû traverser cet agglomérat d’arbres, elle se trouvait aux côtés du Sandaime Kazekage, Raiu no Kenji. Le motif et l’enjeu étaient bien différents d’aujourd’hui, elle n’était plus une arme de destruction massive sous la main du Village Caché du Sable. Perdue dans ses souvenirs, elle se rappela également de la première fois qu’elle était venue ici. Une mission en solitaire, sans son frère jumeau, une mission qui l’avait conduit devant une situation bien délicate.

    Sans trop se soucier de la manière de poser ses pieds sur les plateformes de bois, elle glissa, tombant de très haut, jusqu’à atterrir dans l’étreinte miraculeuse d’un buisson. Il fallait qu’elle garde la tête sur les épaules pour éviter ce genre d’erreurs digne d’un pur débutant. Les yeux rivés vers le ciel, elle se demandait encore comment sa vie aurait été si elle n’avait pas été chassée du Village Caché des Nuages. Tout aurait été beaucoup plus simple, beaucoup moins douloureux, une vie d’amour et de paix. Ce qui la sortit de ses pensées, c’était la forte odeur de sang qui régnait par ici. Oui, elle savait que c’était du sang, elle ne l’avait que trop bien senti durant la Grande Guerre entre la Feuille et le Sable. Se redressant tant bien que mal, sans faire de bruit, elle scruta les environs pour vérifier la présence d’une tiers personne. Cette aura, cette atmosphère, elle avait l’impression de la connaitre, l’impression de l’avoir déjà ressentie. Et là, juste en face d’elle, alors que ses yeux grandissaient encore, elle l’aperçut. Une ombre portant un masque, trainant avec lui un corps pratiquement inanimé. Elle n’eut pas le temps de le voir, ne sachant pas de quoi il s’agissait. Il fallait qu’elle parte, et vite. Cette ombre, oui, c’était elle, un affreux cauchemar devenu réalité, un démon vivant qui foulait le sol de ces bois. Quelle infortune d’être tombée sur elle. De tous les êtres vivants que la kunoichi connaissait, c’était la seule qu’elle ne voulait pas du tout rencontrer. Mais il était trop tard. Elle était tombée bien trop près de la démente apparition, qui ne tarderait pas à constater sa présence.

    Sautant le plus haut possible, elle se tint sur une branche, le cœur battant plus vite et plus fort que jamais, cherchant désespérément le meilleur moyen de fuir. La peur était là, bien présente, la même qu’elle avait ressentie quand elle l’avait rencontré pour la première fois, dans une illusion. Partir, tout de suite. Non, pas maintenant, pas maintenant, pourquoi fallait-il que ses jambes se mettent à refuser de répondre maintenant ? Elle n’avait pas le temps d’être aussi terrorisée, sa vie était en danger. Elle n’était pas prête à revivre ça, pas prête à subir une telle pression psychologique.

    Tu n’as rien à craindre, je suis là. Tu n’as rien à craindre.
    Cette voix, cela faisait longtemps qu’elle ne l’avait pas entendue. Elle ne savait toujours pas de qui ou de quoi il s’agissait, mais elle lui montrait un chemin assez dangereux à parcourir. Ce dur sentier pavé de sang et de sacrifices, elle ne voulait pas l’emprunter. Mais cette intervention inopportune lui fit retrouver ses esprits. Avec la mort de Makka, il fallait qu’elle parle avec ce démon, il fallait qu’elle sache. A contrecœur, elle descendit de son arbre, pour se retrouver pile en face du porteur de masque. Là, elle vit un cerf quasiment mort à ses pieds, le corps complètement percé et tranché de toutes parts, il avait dû beaucoup souffrir. Le visage caché dans sa capuche, elle releva lentement la tête, pour apercevoir le haut du torse du chasseur.


    -"C-Cela faisait un bail, Chasseur de Visages..."

    Les paroles du Furyou qu’elle avait entendues lors de leur dernière rencontre résonnaient encore dans sa tête, comme une malédiction dont elle ne pouvait se débarrasser.


Dernière édition par Amaterasu le Ven 17 Mai 2013 - 10:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Ven 26 Avr 2013 - 14:48

Log 178 : Thrill of the hunt

La créature releva ses trois yeux vers l’inconnue, qui n’en était pas une au final. Sous son masque, le sourire de la bête s’agrandit. Son rythme cardiaque s’accélère et il doit se retenir momentanément. Son visage…CE VISAGE. Une promesse. L’autre, l’ancien lui avait fait une promesse. Qu’il aurait cette beauté, son tour venu. Ce jour était arrivé. L’hôte ne croyait pas au destin mais si cela n’en était pas la preuve ! La phrase de la fillette resta en suspens quelques instants. Le masque gronda. Ce visage.

CE VISAGE.

Il bondit subitement en avant, plaquant la gamine au sol. Mais ce n’était qu’un jeu. Il avait vu ce dont elle était capable, au travers des yeux de l’autre. Cette proie n’était pas aussi inoffensive que les autres. Mais là était tout le plaisir de la chasse et la créature jubilait dans l’idée de récupérer finalement son dû, ici et maintenant. Mais finir les choses trop vite n’était pas la bonne manière. Non, il voulait voir le DÉSESPOIR et la PEUR sur ce visage avant de le prendre…Ce serait si PARFAIT. Il approcha son masque de l’enfant, ses crocs brillants dans les derniers rayons du soleil.

« Ceci est un rêve, enfff-ant ! Mais je n’en suis pas un ! Amamamamaterasu, mon offrande ! Tu es là, auprès de moi! »

Il se redressa légèrement et éclata d’un rire sardonique, sa tête se mouvant de haut en bas pour exprimer une émotion que ne pouvait communiquer son masque denté. Il se repencha ensuite, alors qu’on entendait de légers cliquetis métalliques bien familiers.

« Si longtemps ! Oh enfff-ant ! Il me semble qu’encore hier, je te racontais mon histoire… Et regarde le résultat. À quoi sert-il d’être si belle si on doit avoir un visage aux traits si tirés ? Je t’ai causé des ennuis, Amamamamamaterasu ? Non… C’est ma sœur ! Ma sœur d’âme ! Mes mots, te souviens-tu de mes mots ? »

Il ria encore, cette fois directement dans la face de l’enfant.


« Celle-Qui-Baigne-En-Eux….Elle n’aura pas pu… Mais je ne suis pas exactement en deuil. J’ai gagné tant, tant, TELLEMENT, à ce jeu. Et maintenant, tu ES LÀ. Toi et la collection… Vous irez parfaitement de pair. »

Un cliquetis et Meteora soulève sa griffe au-dessus de sa tête dans l’intention de la poignarder. Mais il se suspend dans son geste. Pendant un instant, seul son souffle puissant est audible. Il gronde, une fois, deux fois. Puis incroyablement, il se recule et s’écarte de l’enfant. La griffe disparaît dans les ténèbres de son manteau.

« Je…N’oublie jamais…La beauté. Enfff-ant. ENFANT. Qu’as-tu fait à ton visage. Quels sont les doutes qui en déforment les traits. Soucieuse….SOUCIEUSE. Tu es. GRRRR »

La créature frappa l’arbre à sa gauche de frustration. Sectionné, le végétal géant s’échoua dans un grand bruit. Mais la bête resta immobile, visiblement peu affectée. Il gronda sous son masque. CE VISAGE. CE VISAGE ÉTAIT PARFAIT. CE VISAGE.

« Je t’aurai. Il t’a donné à moi. À la FIN. Mais ce n’est pas la FIN. Ta beauté n’est pas PRÊTE. Mais elle le sera. Cela viendra. La collection. TU en seras. Ma lettre V… Tu es ma V. À moi. »

Et il se détourna et retourna à sa précédente proie. S’agenouillant, ses griffes commencèrent à la dépecer, comme s’il avait entièrement oublié la présence de la gamine…

Une journée typique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 754
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Ven 26 Avr 2013 - 15:39

    Oui, la peur.
    Cette sensation d’effroi qui lui parcourait le dos, cette voix qui transperçait directement les tympans, oui, c’était bien de ça qu’avait peur Amaterasu. Elle n’eut pas le temps de se demander comment il allait réagir en premier lui, il s’était déjà jeté sur elle. Les tintements métalliques de son masque si stridents, si fins, ils s’encraient directement dans son esprit. Malgré tout, elle s’était souvenue. V. V pour Vigueur, V pour Vitalité, mais surtout V pour Victime. Ce geste, ce geste qui aurait tout terminé, il ne l’avait pas fait. Avec ce qui s’était passé au Pays des Cendres, elle avait des doutes. Elle n’avait pas eu ses réponses, et elle avait perdu son unique but, elle manquait désormais de Vigueur. Mais, il ne restait que l’espoir de tenir une paix durable, au travers de moyens qu’elle avait finalement obtenu, elle regorgeait désormais de Vitalité. Il fallait qu’elle le fasse, il fallait qu’elle avance, quel que soit le nombre de cadavres qui s’amassent devant elle. Il était donc évidemment interdit pour elle de devenir une Victime.

    Troublée, oui. Il lui manquait des réponses, des informations capitales pour la suite des évènements. Alors que la bête s’était redressée, elle fit de même, en se dépoussiérant et en arrangeant ses cheveux ainsi que ses vêtements. Une grosse frayeur, mais après avoir fait face à cet amas de haine, de soif de sang et de cruauté, elle se disait que ce n’était pas si terrible. Elle ne pouvait se débarrasser de cette mauvaise sensation qu’elle ressentait à sa présence, mais la peur, elle, disparaissait petit à petit. Elle se rapprocha de la créature qui s’était rabattue sur sa proie précédente, comme si elle avait perdu son intérêt pour elle. Son regard bleuté devenait rouge, elle était prête à lui parler, sans trembler.


    -"Tsura. J’ai besoin de savoir. Peux-tu voir la vie de Kenji ? Peux-tu lui montrer tes souvenirs, comme tu l’as fait avec moi ? Peux-tu lui montrer ses propres souvenirs ?"

    Une question après l’autre, elle n’arrivait plus à s’arrêter. Au-delà de la peur, c’était la curiosité qui la rongeait. Il fallait qu’elle sache. Savoir s’il existait toujours un moyen, savoir si tout n’était pas perdu. Elle ne s’attendait pas vraiment à des réponses concrètes de sa part, après tout, il s’agissait d’un simple démon assoiffé de visages. Comment tirer le meilleur parti de cette situation, c’était à ça qu’elle réfléchissait. Même si elle n’avait pratiquement plus peur, le danger restait présent. Ce monstre était loin d’être inoffensif, surtout dans le corps du très puissant renégat de la famille Kadoria. Dans le même moment, elle se rappelait le temps passé avec lui, depuis les geôles jusqu’au champ de bataille, en passant par la mort de la malchanceuse Misory. Que de souvenirs durs à visualiser, mais c’était sans doute le pouvoir de cette abomination, relater les plus grands de peur de ses victimes. Du moins, c’était ce qu’elle se disait. Celui-Qui-Porte-La-Beauté, Celle-Qui-Baigne-En-Eux, il restait bien des choses qu’elle ne connaissait pas sur toute cette histoire.

    Mais cette tension palpable disparut pour laisser place à une autre tension. Un bruit étrange avait fait son apparition depuis un buisson derrière eux. Qu'était-ce ? Un animal ? Un espion ? La main sur son fourreau, elle se prépara au pire. Le timing de cette arrivée ne pouvait pas mieux tomber, alors qu'elle faisait tout son possible pour garder la tête haute, réussissant à annihiler la peur que lui instaurait son drôle d'interlocuteur. Elle voulait lancer un "Montre-toi !" singulier vers le buisson, mais s'il s'agissait d'un innocent, elle n'aurait pas le temps d'arrêter le bond de la bête qu'elle questionnait juste avant. Amaterasu se contenta donc de ne pas bouger, observant ce qui pouvait bien sortir de cet amas de feuilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 243
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Ven 26 Avr 2013 - 16:19

La forêt de Hi No Kuni était grande, vaste, étendue, oui c’est pareil mais c’est pour dire à quel point c’est grand. Donc, la forêt pouvait devenir un véritable piège si on en connaissait pas tous les recoins, les directions, les auberges etc. C’est dans ce but que Moira avait profité d’un jour sans mission, elle voulait tout connaître de cet endroit elle qui était si souvent amené à s’y rendre pour des missions. Elle s’y déplaçait avec discrétion et prudence et bien sûr… élégance, mais ça c’était inné chez elle. A chaque fois que son pied entrait en contact avec une nouvelle branche c’était avec la plus grande délicatesse. Elle était attentionnée et sûre d’elle, jusque-là elle n’avait pas vraiment découvert de nouvelles choses mais ça pouvait arriver à tout moment.

Elle arrêta sa course dans un des rares endroits où les rayons du soleil atteignaient le sol, malgré l’automne, il restait encore beaucoup de feuilles et tout ça était très dense. Elle vérifiait qu’elle n’avait rien perdu en route, il lui arrivait que des choses tombent de son sac ou de ses poches et s’il s’agissait d’affaires importantes il fallait qu’elle fasse bien attention à les récupérer. Elle jeta un coup d’œil à sa carte de la forêt, elle mit un petit point vert à l’endroit où elle se trouvait pour signifier que c’était un espace éclairé, au cours d’une mission cela pouvait tout changer.

Alors qu’elle s’apprêtait à continuer ses recherches, elle fut interpellée par une odeur bien particulière, l’odeur du sang, mais cela empestait tellement que cela ne pouvait pas être un simple affrontement animal. Elle n’était pas vraiment là pour recueillir des renseignements mais juste ignorer ce genre de situation ne ferait jamais d’elle un ninja courageux et fort. Elle n’avait aucune idée d’où l’odeur provenait, alors elle grimpa à la cime d’un arbre pour essayer de percevoir quelque chose, c’était trop flou, elle descendit de quelques branches et finit par entrevoir une trainée de sang, quelqu’un avait déplacé un cadavre… ou bien quelque chose encore en vie.

Elle avait bien du mal à ravaler sa frayeur mais elle était déterminée. Elle suivit la trainée qui n’avait pas l’air d’être très longue et rapidement elle fut perturbée par une présence bien plus dérangeante. Elle pouvait sentir le chakra qui émanait de ce lieu, plusieurs ninjas devaient y être et ils étaient forcément puissants. Après tout, elle ne devrait pas avoir aussi peur, il n’était pas exclu qu’ils soient de Konoha, elle s’avança discrètement du lieu pour percevoir deux ninjas. Ils n’étaient que deux, elle aurait juré qu’ils étaient au moins quatre ou cinq, ils étaient sûrement très puissants, même plus puissant que Miko.

Ils ne venaient pas de Konoha c’est sûr, mais alors que faisaient-ils ici à discuter, elle n’entendait pas ce qu’ils disaient mais visiblement c’était un homme qui parlait à une jeune femme. Bien qu’en regardant de plus près, il ne dégageait aucune humanité. D’ailleurs elle était sûre de l’avoir vu décrit quelque part. Elle s’était bien foutue dans la merde pour le coup. Dommage que sa mémoire lui fasse défaut. Elle vit l’homme retourner vers ce qui avait guidé Moira ici, un cerf mort. C’était mieux qu’espérait après tout. Il commença à le dépecer, c’était juste ignoble.

La jeune femme s’avança vers l’homme et lui posa une question. Moira tenta de se rapprocher pour mieux entendre et finit par mégarde s’étala dans le buisson qui la couvrait, toutes les feuilles se mirent à se frotter les unes aux autres et c’en était fini pour Moira. Sa respiration devint soudainement haletante, elle avait été idiote, idiote de faire du bruit et encore plus idiote de croire que des ninjas d’un tel rang ne la repéreraient pas même cachée dans un vulgaire buisson. Si jamais elle tentait de s’enfuir, ils allaient la tuer, pour sûr, les Nukenins n’étaient pas fan des espions et dans le doute ils la tueraient.

Elle avait peur et ça se traduisait par une incroyable difficulté à respirer et des gouttes de sueurs coulant sur son front. Elle n’avait pas d’autre choix que de se montrer, peut-être qu’ils seraient plus sympathiques si jamais il voyait qu’elle ne pouvait rien leur faire et surtout qu’elle n’était pas une espion. Après tout, Konoha n’enverrait jamais une Genin pour s’occuper de suivre ce genre de ninja. Elle prit une grande inspiration et se releva. Elle avançait, le menton levé, le regard stable comme si elle était fière mais elle ne trompait personne, ses jambes étaient tremblantes et sa respiration bruyante.

« Konoha ne tolère pas les intrus dans son pays, qu’êtes-vous venus faire ici ? » Elle était maintenant à cinq mètres d’eux, elle se mit en position de jutsu au cas où, elle devait être prête, si jamais ils lui laissaient le temps de bouger. « Je ne peux pas vous promettre de ne pas signaler votre présence, mais si vous partez maintenant et que vous me laissez partir, Konoha ne partira pas à votre poursuite. » Elle voulait montrer qu’elle était sûre d’elle, fière et forte. Mais elle ne tiendrait pas longtemps ainsi, c’est sûr.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Lun 29 Avr 2013 - 1:24

Log 179 : Make Up Offer

Les griffes de la bête faisaient leur chemin dans la carcasse encore chaude du cerf. Le sang l’éclaboussait par endroit, des larmes écarlates sur son masque blanc. Il aimait cette sensation. Même si elle ne pouvait pas vraiment compenser sa perte, sa colère, sa frustration. Le chasseur avait raté la récolte, sa chance. Elle avait eu le visage idéal…Avant ! Un si beau V…De Vestale, elle semblait presque Vulgaire à présent. Il gronda pour lui-même et le sang coula jusqu’à ses mains. Frustration ! Mais ce n’était pas si grave. Ce n’était pas la fin pour lui, loin de là. Il trouverait un autre V, ou bien elle en redeviendrait un, à la fin. L’autre l’avait promis. ELLE EST À LUI.

Il s’affairait toujours à son ouvrage quand il la sentit se rapprocher, après s’être relevée. Mais il l’ignora, s’affairant sur sa besogne, extirpant les tripes de l’animal. L’odeur qui lui flottait aux narines était si… Énergisante. Tout lui faisait tant d’effet. La vie, l’existence… À nouveau. Même la sensation du sang sur ses doigts était jouissive… C’est alors qu’elle lui parla, lui posa des questions. Il écouta et s’arrêta, immobile. Sa tête se pencha lentement d’un côté, puis de l’autre….De l’autre. On parlait de l’autre, elle parlait de l’autre. Oui, ils avaient un passé commun, une histoire. Des souvenirs de l’autre lui vint par soubresauts, il inspira longuement et continua même lorsque les bruits se firent entendre. Un claquement métallique. Elle se sent menacée. Meteora lui jeta un regard par-dessus son épaule. Si jolie et pourtant irrécupérable, pour le moment du moins. Du gâchis. Une nouvelle voix entra dans le jeu, plus vieille, plus suave, féminine. Plus vieille et pourtant jeune. Des menaces. La bête éclata de rire, sa tête dodelinant de haut en bas de façon frénétique.

Il se tourna vers Amaterasu, ne jetant pas même un regard vers la nouvelle intruse. Le chasseur fit quelques pas vers la blonde dans sa démarche mi- debout, mi- accroupie, ses griffes ensanglantées cliquetant entre elle, comme s’il faisait mine de réfléchir.

« L’autre est toujours là. Il est là où je fus jadis. Il observe. Il a accepté le pacte. »

Meteora s’arrêta à sa hauteur puis se glissa derrière elle d’un geste souple. Il avança son masque et lui chuchota à l’oreille.

« Il m’a promis ta beauté. Un échange contre l’origine de Celui-Qui-Chasse et Ceux-Qui-Sont. Profitable. »


Il se pencha pour lui murmurer à l’autre oreille.

« Toi, es-tu profitable ? Utile ? À quoi sers-tu ? Ce monde ne peut plus profiter de toi, tu n’es plus prête… Pourquoi ? Comment peux-tu l’être à nouveau ? Es-ce que l’autre peut combler… Le vide ? Ami, c’était un ami ? Un père ? Amamamamamamaterasu ?»

À ce moment ce regard erra vers l’avant et il vit la kunoichi qui les avait interpelés. Les trois yeux de son visage artificiel se fixèrent sur elle. Sur son visage. SES YEUX. SON NEZ. SA BOUCHE. SON FRONT. SON MENTON. SES JOUES. R.

Rêve, Rédemption, Revanche.

Repas.

Il dépassa Amaterasu et se mit à marcher en direction de l’inconnue. Marcher était une façon de parler, il donnait l’impression de flotter sur le sol. Meteora se mit à gronder sourdement et dans un cliquetis métalliques, il dévoila de longues griffes d’acier des tréfonds de son corps d’encre…

Son prix de consolation était arrivé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 754
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Jeu 2 Mai 2013 - 11:01

    Cette rencontre ne pouvait pas paraitre plus glauque.
    Avec grand peine et absente régularité, la créature prenait un mail plaisir à tourner autour du pot. Il fallait faire un grand effort de concentration pour récolter les réponses à ses interrogations. Celui-Qui-Chasse, elle n’avait jamais entendu parler de lui auparavant, un autre pseudonyme à mettre dans sa liste de Fury. Il était toujours là, oui, Kenji, l’homme déserteur du Village Caché des Nuages, il résidait toujours dans ce chaos psychologique que représentait son esprit, quelque part dans les décombres de ce capharnaüm spirituel. Le pacte, le fameux pacte. Quel sacrifice avait bien pu faire l’ancien Kazekage pour acquérir ces connaissances, ces pouvoirs et cette malédiction ? Qu’avait-il donné en plus de son corps et de son esprit afin de rester conscient de ses actes ? Un mystère qui ne risquait pas de se dévoiler, d’autant plus que le monstre semblait complètement à l’aise dans cet univers qui n’était plus le sien.

    D’ailleurs, l’abomination avait elle aussi constater la présence d’une tiers personne. Ce n’était finalement pas un animal qui se cachait derrière ce buisson, mais une femme aux longs cheveux bruns. Celle-ci était une kunoichi, une certitude illustrée par la posture qu’elle prenait pendant qu’elle jetait ses mots avec désinvolture. Le Village Caché de la Feuille n’accepte pas les intrus sur leur territoire. Une première depuis qu’elle avait été exilée, mais il était normal pour ce village de réguler les présences inconnues au sein même du Pays du Feu. Cependant, la nouvelle protagoniste énonçait le fait qu’il n’y aurait pas de poursuites du dit village à l’encontre des deux Nukenin, à la simple condition qu’ils partent en la laissant partir. Peur, elle avait peur. Pas besoin de lire sur son visage ou dans son cœur pour le constater, ses mots portaient une signification explicite ne laissant pas véritablement la place pour un éventuel doute. Qu’on la laisse partir, c’était donc tout ce qu’elle demandait. Elle possédait les capacités pour évaluer l’ampleur de la situation, c’était déjà ça. Le problème était qu’elle avait directement montré qu’elle ne pensait pas faire le poids face à eux, et ça, une certaine personne ne l’aurait pas loupé.

    Comme prévu, le Chasseur de Visages fonça droit vers la Konohajin. Amaterasu ne pouvait pas le laisser, elle ne pouvait pas le regarder dépecer une personne comme il dépeçait un cerf. Il fallait qu’elle agisse. Rapidement, elle concentra du chakra dans ses pieds, afin d’effectuer un grand pas de côté pour se retrouver de nouveau devant la bête. Un petit jeu de jambes et la voilà désormais entre le prédateur et sa proie. D’un geste fin et non précipité, la maitresse de l’An’tei sortit Okugi, son katana, de son fourreau, la présentant lame en avant devant le démon au masque blanc.


    -"Celui-Qui-Chasse, Celui-Qui-Porte-La-Beauté, Celle-Qui-Baigne-En-Eux, qui sont les deux autres ?"

    Protégeant de son petit corps la kunoichi, elle fit quand même mine d’ignorer ses propos. Son insolence risquait d’énerver l’être maléfique, mais c’était ainsi qu’elle pouvait avoir un impact sur lui. Du moins, c’était ce qu’elle pensait. Son impertinence avait grandi avec le temps, une assurance et une confiance en soi excessives avaient fait leur nid dans son esprit. La seule terreur qui l’habitait était celle qui avait germé des souvenirs de Kenji, une vision d’horreur qui lui donnait des cauchemars il y avait quelques mois déjà. Elle savait de quoi il était capable, elle savait qu’il était extrêmement dangereux. Sans concerter la jeune femme, elle lui prit la main avant de sauter sur la branche qui se trouvait juste au-dessus d’elles. Plus loin, encore plus loin de cette obscure apparition, tous les moyens étaient bons pour l’empêcher d’ajouter une lettre de l’alphabet dans sa collection.

    -"Si tu tiens à la vie, je te conseille de ne pas rester ici. Que tu préviennes Konoha ou pas, cela m’est complètement égal, ta présence ne fait qu’accélérer le jour de ta mort."

    Se redressant sur sa branche, elle fixait Tsura de haut. Cette distance de sécurité était insignifiante, elle en avait conscience. La blondinette espérait que le monstre abandonne sa course au plaisir, au moins pour le moment. Avertir celle qu’elle avait probablement sauvé de ce qui l’attendait était la seule chose qu’elle pouvait faire, le corps dans lequel vivait le Fury avait une trop grande puissance pour qu’elle puisse lui faire face. Eviter le combat à tout prix semblait un meilleur compromis à la situation qui continuait d’empirer, selon le constat qu’elle en faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 243
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Jeu 2 Mai 2013 - 17:16

Il prononçait chacun de ses mots de telle sorte que chacune de ses intonations glaçait le sang de Moira. Elle n’était pas prête à ça, elle n’était qu’une simple kunoichi apeurée. Qui plus est, en leur demandant ainsi de la laisser partir elle venait simplement de montrer à quel point elle était faible. Elle avait les mains collées l’une à l’autre, elle ne quittait pas du regard le masque de ce personnage démoniaque. Elle ne devait certainement pas baisser les bras mais plus elle regardait l’individu, plus elle avait l’impression qu’il reflétait sa mort prochaine. Mais après tout, elle était venue ici pour mieux connaître la forêt, si elle fuyait dans la partie qu’elle venait d’explorer, elle pourrait sûrement les y perdre.

Elle ne comprenait pas ce qu’il disait mais il n’accordait pas d’importance à Moira, c’était peut-être une chance. Quant à la jeune femme qui lui tenait tête, elle avait l’air d’écouter chacun de ses propos avec attention, elle attendait quelque chose de lui, ils se connaissaient sûrement. Elle s’appelait apparemment Amamamamaterasu… Un nom qui avait tendance à s’étaler en longueur, mais elle n’allait pas non plus se mettre à critiquer son prénom, elle avait été déjà assez dédaigneuse comme ça.

Le plus blessant était comme le peu d’importance qu’ils avaient accordé à ses propos alors qu’elle avait essayé d’y insuffler du courage et de la fierté. Elle se sentait ridicule. Ses chances de survie étaient faibles. De ses grands yeux émeraude elle ne lâchait plus le monstre des yeux, elle était perdue entre les larmes, le désir de fuir, l’impossibilité de se mouvoir. C’était donc ça la peur, ce sentiment complètement incompréhensible qui fait ressentir tellement de choses contradictoires qu’on en vient à être tétanisé.

Il se mit à se mouvoir vers elle, on aurait dit qu’il volait, il se déplaçait comme un fantôme, comme un esprit diabolique qui invitait la jeune femme à le rejoindre dans l’autre monde. Elle s’était mise à trembler sans son rendre compte. Elle se retrouva perdue dans un conflit interne mais elle réussit à se convaincre qu’elle avait une chance de s’en sortir. Ne m’approche pas ! Monstre ! Elle fit un petit bond en arrière même si c’était sûrement futile, en plus elle ne savait rien du tout de ses techniques.

Soudainement apparut sur la distance qui la séparait du monstre un nouvel obstacle, l’autre kunoichi et cela rassurait la jeune femme. Pourquoi devrait-elle l’être pourtant ? Peut-être que cette ninja veut seulement se garder la konohajin pour elle. Mais rien que de ne plus avoir cet affreux personnage la dévisageant comme si elle n’était rien d’autre que le dessert qui suivrait le cerf qu’il venait de dépecer.

Elle sortit un katana très particulier qu’elle n’hésita pas à utiliser pour défier le démon. Cette chose était-elle seulement humaine ? Plusieurs junins avaient dû les repérer, pourtant personne ne s’était interposé entre Moira et la chose, seulement une Nukenin. Elle aurait bien aimé pouvoir lui être reconnaissante mais jamais un konohajin ne devait s’endetter envers un Nukenin, on ne sait jamais ce que le futur nous réserve. Mais Moira était pourtant persuadée que la fameuse Amamamamaterasu était tétanisée elle aussi par cet individu, du moins précédemment c’est ce qu’elle avait laissé paraître, alors pour s’opposer à lui pour sauver la vie d’une vulgaire genin comme l’était Moira si même les ninjas de son village n’étaient pas venus la secourir.

Elle sentit une pression sur sa main, d’abord elle eut peur en pensant que le démon avait réussi à l’atteindre mais elle réalisa que c’était la main de la kunoichi, devait-elle être rassurée pour autant ? Pas sûr. Elle se laissa emporter sur une branche. Moira ne savait plus comment réagir, elle avait l’impression de perdre toute motivation, que son destin lui avait glissé des doigts, que sa vie ne lui appartenait plus. Si je fuis… il va me rattraper n’est-ce pas ? Et je vais mourir d’un coup dans le dos… Ne devrai-je pas plutôt regarder la mort lorsqu’elle m’appelle ?

Moira était méconnaissable, les yeux regardant le sol, elle avait perdu tout espoir, comment pouvait-elle faire confiance en cette Nukenin. Et puis, sans vouloir l’offenser, elle avait l’air moins puissante que ce monstre. Etait-il seulement évaluable par un rang ou un grade ? La main de Moira empoigna un Kunai, comme si cela la rassurait, et elle regarda le monstre dans les yeux. Ils n’avaient rien à foutre de Konoha ou des représailles, peut-être même que ces deux ninjas étaient déjà recherchés… Et si c’est le cas et qu’ils sont quand même en pleine promenade dans Hi No Kuni, ignorant les senseurs qui pourraient les poursuivre, c’est que Moira avait déjà un pied dans la tombe. En espérant que celle-ci soit aussi belle que la créature qu’elle contiendra.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Lun 6 Mai 2013 - 19:47

Log 181 : Finally Alone

La créature arrêta sa lente marche quand le tintement métallique présenta une lame pointée vers lui, portée par celle-qui-n'était-plus-digne. Le masque se pencha sur le côté puis de l'autre, examinant avec intérêt l'arme et sa détentrice. Il essayait de retrouver dans son visage ce qu'il convoitait mais c'était peine perdue. La R, derrière elle, restait immensément plus intéressant. Il gronda , non contre Amaterasu mais bien sa lame .Ses griffes cliquetaient entres elles, un concert de petits chocs d'acier, une lugubre symphonie. Elle lui posa une autre question, et Meteora rigola. Toujours, toujours des questions! Si assoiffée d'information, ne pouvait-elle pas comprendre la faim du chasseur? Se mettre entre la bête et la proie était un jeu bien dangereux... Mais même si elle n'était plus prête, Meteora la trouvait tout de même intrigante, mignonne à sa façon.

Comme un papillon qu'on peut écraser à tout moment mais qu'on regarde battre des ailes en silence.

« J'ai...Porté bien des noms, enfants. Mais lorsqu'il est arrivé, j'ai perdu celui du porteur de beauté. Il me l'a ravi car son tableau de chasse était bien plus vaste. Mais je suis devenu le chasseur, le collectionneur. Shizu, Celle-qui-baigne-en-eux. Elle aimait rapporter ses prises, les presser comme des fruits, puis nager, nue comme à la naissance, en eux. Intrigante, Curieuse, Mignonne cette créature. Mais sévère, si lascive, comme un chat qui a pris goût à la mort. Une V, comme toi. Dans son propre genre. V. V. V. Violence. »

Peut-être en aurait-il davantage sur le cinquième membre, mais c'est à ce moment-là qu'elle sauta en arrière pour rejoindre sa proie. La posture de la créature changea et il gronda alors qu'il comprenait les intentions de la petite blonde. Il ondula nerveusement de gaucha à droite, ses longues griffes traçant des traits dans la terre à ses pieds. Encore un instant, puis il bondit vers les deux proies. Son chakra sombre se mélangea de son corps et le chasseur propulsa sa concentration sur Amamamamamaterasu, la piégeant dans un Genjutsu que la Kazekage avait manié de son vivant. Une illusion plus que vicieuse dans laquelle la fillette allait soudainement se noyer dans un lac de phosphore. Une proie aussi Vigoureuse, Vigilante, Vaillante ne serait pas arrêtée longtemps par un tel stratagème. Mais le chasseur n'avait pas besoin de longtemps. La masse noire de Meteora reprit pied sur la branche, à côté d'une blonde désormais immobile. Il propulsa son poids vers l'avant et profita de son élan pour continuer son mouvement et ainsi plaquer la deuxième proie contre le tronc de l'arbre.

Le masque la scruta de ses trois yeux en approchant son masque du visage de sa victime. Les crocs d'acier s'appuyèrent sur la gorge de la Konohajin, laissant des sillons rougeâtres. Il renifla puis recula sa tête pour la contempler encore une fois. Un frisson le secoua légèrement.

«  Pourquoi...Cette tête? Si...Belle et pourtant si....Amamamamamaterasu t'a contaminé. Savais-tu que les humains sont les seuls animaux à montrer les dents lorsqu'ils sourient? »

Il éclata de rire , gesticulant sa tête de haut en bas. Mais rapidement, le regard des yeux de son masque redevint fiévreux.

« Sourie pour moi, ma Renaissance, ma Reine, ma Resplendissante. Et peut-être que le chasseur laissera la Rivière devenir Univers avant de faire la moisson... »


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 754
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Jeu 16 Mai 2013 - 10:59

    Une frénésie malsaine habitait l’endroit.
    Penser, rester calme et même respirer portait des allures de torture à grande échelle. N’importe qui aurait succombé à la folie en entendant ces cliquetis et ces éclats de bruits que fredonnaient ces griffes de métal, armes pratiquement naturelles de la créature féroce et avide de sang. L’atmosphère absorbait le moindre doute, la moindre peur, faisant balancer dans un rythme régulier le corps non structuré de la bête, tel un pendule attendant son heure afin de fondre sur ses proies. Les proies justement sentaient leur tour venir, elles ne savaient pas comment il allait approcher, par où il comptait se jeter, mais une certitude pesait dans leur esprit, il allait attaquer. Les mots teintés d’effroi et de terreur parvinrent aux oreilles de la blondinette. Les précisions qu’il apportait dans ce discours lui montraient qu’elle se trompait sur le nombre de Furyou qu’elle connaissait. Il était devenu Celui-Qui-Chasse. Au lieu de deux noms, il lui en fallait maintenant trois. Retour à la case départ, ne touchez pas 20 000 ryos.

    Avant même de pouvoir réfléchir à ce qu’elle demanderait ensuite, l’ombre fit mine de fondre sur les jeunes filles. La kunoichi aux cheveux blonds était prête à encaisser, esquiver, contrer, dévier, elle était prête à réagir face à toutes les situations. Du moins, c’était ce qu’elle croyait. L’ennemi arrivé sur la branche, elle ne bougea pas d’un pouce. Ne comprenant pas véritablement pourquoi, elle se débattit pour ne pas perdre une seconde de plus, en vain. Un regard vers ses pieds et ses idées furent éclaircies. Elle était en train de se noyer dans un lac à l’odeur particulière mais très familière. Du phosphore. Lentement, ses jambes s’enfonçaient dans ce dit lac, mais si cela ne suffisait pas, ses bras se mirent à brûler. Elle poussa un puissant cri de douleur, sans lâcher son sabre. Quelque chose clochait dans tout ça. Quelque chose d’évident, mais qu’elle ne trouvait pas. Mais oui ! Il n’y avait aucune chance de se noyer dans un tel lac en étant sur une branche. Cependant, le savoir ne changeait pas l’horreur qu’elle subissait. Plus de doutes possibles, c’était du Genjutsu. Comme avait-elle pu être si naïve ? Oublier l’un des plus grands domaines de prédilection du Sandaime Kazekage, le Genjutsu. Manque de bol, elle n’en savait pas assez pour sortir d’un tel niveau d’illusion, pas avec sa tête en tout cas. Les larmes coulant naturellement de ses yeux, elle ne pourrait plus supporter longtemps cette sensation de brûlure qui lui rongeait la chair de ses deux bras . Une seule chose à faire. Avec son bras droit, elle se trancha le gauche au niveau de l’épaule, dans un autre cri de douleur. L’arbre revint, son bras était toujours rattaché et la masse noire au masque blanc en avait profité pour planter l’autre kunoichi contre le tronc. Essoufflée, épuisée, Amaterasu descendit de l’arbre, afin de reprendre ses esprits. Cela ne faisait pas de dégâts au corps, mais les illusions devaient être l’une des choses les plus redoutables et les plus efficaces en combat.

    Tenant à peine debout, la Nukenin ne savait pas trop quand même aider la Konohajin sans approcher trop prêt ce qu’elle indiquait comme étant la zone de combat. Elle avait peur, peur de retomber dans une de ces illusions, peur de sentir à nouveau cette puissante douleur qui lui lancinait les bras en ce moment même. Mais elle devait agir. Tenant toujours son katana en main, une idée lui parvint tant bien que mal. La lame qu’elle arborait vira du noir au cuivre, laissant quelques étincelles s’échapper de celle-ci. Son regard désormais doré posé sur l’arbre, elle n’effectua qu’une simple rotation, avant de faire mine de rengainer le sabre. Joignant ensuite les mains, elle fit apparaitre un clone d’elle-même, un seul, avant qu’elles ne prennent toutes les deux une petite pilule dont elles connaissaient les vertus. Aussitôt, les deux gamines se mirent à pousser le tronc d’arbre, afin qu’il tombe violemment au sol dans un nuage de poussières, suivant la nette coupure dont il fut victime quelques secondes auparavant. Ainsi, les deux autres protagonistes n’auraient nul autre choix que de se lâcher pour se sauver l’un l’autre.


    -"Tsura ! Je ne te laisserai pas continuer ton massacre lugubre ! Un jour, tu verras le V que je porterai sur mon visage, un V comme Vainqueur !"

    Juste après ces mots, la clarté de l’endroit toujours voilée par cette levée de poussières, la cheftaine de l’An’tei en profita pour s’éclipser. Elle ne pouvait plus vraiment se battre dans cet état, et en plus elle perdait du temps sur ses plans, plans qui seraient nocifs pour cette créature dans un futur relativement proche. L’ère des ténèbres ne verra pas le jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 243
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Jeu 16 Mai 2013 - 20:45

Au plus bas, le dos courbé, la main crispée sur son kunai, des gouttes de sueur coulaient sur son visage tellement elle avait peur de ce qui l’attendait. Elle ne savait pas en qui faire confiance, elle ne savait pas à qui s’adresser, elle était juste perdue. Après tout, elle n’avait pas sa place au cœur de cet affrontement. Ces deux ninjas la surpassaient tellement, et dans tous les domaines c’était sûr. Elle pourrait tenter de se protéger mais ça ne pourrait qu’être vain, un seul coup d’un des deux lui serait fatal très certainement, alors inutile de croire que cette fois-ci elle pourrait être l’héroïne. Non, il ne lui restait plus qu’une solution : la fuite.

Et pourtant lorsqu’on le lui avait offert, elle avait été incapable de le faire. Elle sentait que c’était trop tôt que comme toute autre tentative elle aurait été inutile et seulement motivé le monstre à la faire plus souffrir une fois entre ses mains. Non elle devait se montrer stratégique dans sa fuite, une simple course lui serait fatale, elle devrait se servir du sol, de la terre qui lui porterait conseil. Mais pour le moment, elle venait seulement de perdre une occasion, une occasion qui serait sûrement sa dernière. Mais il fallait espérer, il fallait qu’elle se relève, qu’elle réfléchisse.

Elle ne pouvait simplement pas laisser la terreur la contrôler et pourtant elle sentait encore ses jambes trembler sous la pression. Mais lentement, elle réussit à se redresser à nouveau, le regard enragé prête à sauter sur la première occasion qui lui permettrait de partir et si elle devait vivre, elle se vengerait, quand elle sera prête, elle ira à sa recherche et ce sera à son tour d’avoir peur, peur d’une vengeance qui lui serait fatal. Elle était rancunière, il lui faudrait s’y faire car lorsqu’elle viendra le voir, ce serait pour en découdre.

Mais pour le moment elle n’était que simple genin et à une vitesse folle, le monstre utilisa un jutsu sur Amaterasu qui l’a mise dans tous ses états. Les yeux de la jeune kunoichi s’écarquillaient face à la douleur qu’avait l’air de subir la nukenin. De quoi ce monstre était-il encore capable ? Elle n’eut même pas le temps de se retourner qu’elle se retrouvait plaquée contre un tronc d’arbre. Une chose la rassurait : elle avait encore son kunai en mains ce qui serait très certainement sa meilleure chance de s’en sortir.

Dégoutée, Moira ne pouvait le regarder en face, elle tournait la tête de sorte que son regard ne croise jamais le sien, elle ne voulait pas en faire des cauchemars. Il lui parlait d’une telle manière qu’elle aurait eue besoin d’un traducteur pour le comprendre. C’était énigmatique, un soupçon fou, elle était bien trop sotte pour en comprendre les subtilités. Mais d’après ce qu’il avait dit, elle était magnifique, alors forcément la jeune femme ne put s’empêcher de sourire, même dans cette situation, les compliments ne la laissaient pas indifférente. En faisant ça, il la remotiva, comme si elle venait tout juste de retrouver sa première raison de vivre : elle-même. Et les autres, bien sûr, elle ne pouvait priver ce monde d’une telle beauté.

Elle sentit alors le tronc s’effondrer, elle ne savait pas d’où ça venait mais elle venait de trouver son ouverture. Dès qu’il fut un peu déstabilisé par la chute de l’arbre, elle fit des gestes très amples avec son bras armé du kunai pour créer une distance. Elle enchaina ensuite en lui soufflant dans les yeux tout plein de particules rocheuses qui lui abimeraient la vision pour quelques temps, tellement ils étaient proches. Suite à ça, elle sauta sur le sol, sur lequel elle rebondit pour s’élancer encore plus loin. Il s’agissait soit du début d’une course poursuite, soit du sauvetage express de la belle.

Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Ven 17 Mai 2013 - 15:12

La bête respirait le cou de sa victime avec un plaisir évident. Il entendait Amaterasu se tordre de douleur derrière et cela ne faisait qu'amplifier sa joie. Il était dans son élément, le monde était son terrain de jeu, son territoire de chasse. Il rigola silencieusement, mais l'intermède ne dura pas. La créature entendit un bruit sourd, et l'arbre sur lesquels ils se tenaient se mit à tanguer. Penchant la tête comme un animal curieux, Meteora observa alors qu'il était tiré par l'arrière par les lois de la gravité. Sa proie en profita pour se libérer si on peut dire – le chasseur aurait pu jeter ses bras en avant mais il ne voulait pas la tuer trop tôt. Il avait vu son sourire gêné et il en avait goûté toute...L'humanité. Les humains étaient des créatures si imparfaites, si imbues d'elle-même. Et cette jeune fille était un spécimen fascinant. Le kunaï de la gamine siffla devant son masque, le manquant d'une ou deux centimètres.

La femme eut alors une réaction que la bête n'avait pas envisagé en lui soufflant au visage un nuage de poussière ou d'un truc du genre. Le masque le protégea partiellement mais la créature perdit la vue pendant un court instant, portant le bras à sa tête pour se couvrir de sa large manche. Il s'écrasa ainsi au sol quelques secondes plus tard. Et le chasseur ne fit rien. Du moins, au début. Un grondement sortit de sa gorge, qui se changea en rire. En moins de quelques secondes, il se tordait d'hilarité. La vérité est, Meteora ne s'était pas autant amusé depuis... Depuis quoi, une trentaine d'année? Depuis qu'il foulait ce sol à nouveau. La proie qui lui offre une nouvelle dimension... Un frisson lui secoua le dos.

Le chasseur n'avait pas non plus manqué la sortie d'Amaterasu, qui après s'être sorti de son petit piège, avait pris la fuite. Les humains ne sont pas toujours si éloignées des bêtes. Devant un prédateur plus dangereux, on prend la fuite, comme cette gamine. Et ce monde sait qu'il n'y a personne plus haut dans la chaîne alimentaire...Que Meteora.

Il se releva, se secoua comme un canidé, et bondit à la poursuite de sa cible dans la forêt qui s'assombrissait. La bête avait tout oublié de la chef de l'An'tei, de leur conversation, de sa personne même. Il ne pensait qu'à une seule chose désormais, cette traque, cette chasse. La créature respirait, goûtait l'air, ses griffes laissaient des marques sinueuses dans les arbres qu'il effleurait. Cette abondance de sens l'énergisait follement. Il se mit à rire alors qu'il poursuivait la konohajin, et le bruit de sa voix caverneuse se répercuta partout dans la forêt, même jusqu'aux oreilles de sa victime. Elle avait de l'avance sur lui, mais ça n'allait durer qu'aussi longtemps qu'il le souhaiterait. Il était bien plus fort physiquement, bien plus expérimenté. Et il était, après tout, Celui-Qui-Chasse.

Les yeux de son masque se mirent à briller d'un vert vif, et au sol, la terre se craquela , laissant sortir une longue séries de boules de phosphore aussi coloré que le village de la victime. Mais Meteora ne cherchait pas à l'atteindre mais bien à la piéger, tout simplement. Plus rapides que la cible, les projectiles allèrent s'écraser un peu partout sur son chemin , la ralentissant suffisamment pour permettre à la bête de la rattraper confortablement. Avec un peu de chance, elle s'en sortirait avec quelques brûlures chimiques, très douloureuses mais inoffensives.

Il se projeta vers l'avant alors que de son bras droit s'allongeait en une fine lame de phosphore. Il frappa alors qu'il était à porté de la femme, mais le couteau chimique ne fit que taillader son vêtement, révélant un large segment de peau blanchâtre... Le chasseur porta son bras au sol, brisant la lame qui se désagrégea en un instant.

Meteora gronda sa satisfaction et continua sa course. Le feu de phosphore propagé dans les arbres illuminait de manière verdâtre sa silhouette dans la nuit...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 243
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Ven 17 Mai 2013 - 21:28

Elle préférait courir à même le sol plutôt que de se déplacer d’arbre en arbre comme les konohajins avaient l’habitude de faire. Bien que la deuxième solution puisse s’avérer plus rapide du fait qu’il n’y a pas tous les obstacles imprévus que l’on peut rencontrer à terre, elle avait bien plus de possibilités en tant que utilisatrice du doton. Pour même faciliter le contact et l’utilisation des jutsus elle avait retiré ses chaussures en courant. Ainsi elle serait plus à l’aise, elle devait seulement se montrer prudente, si lui était dans les arbres, il la verrait plus facilement.

Elle l’entendit gronder ce qui lui glaça le sang. Comment une voix pouvait autant porter ? C’était forcément la voix d’un démon. Peut-être n’aurait-elle pas dû lui souffler au visage, peut-être que sans le vouloir elle l’avait provoqué alors qu’elle cherchait seulement à partir. Son cœur battait à une vitesse telle que ça lui était très désagréable. Elle devait se servir de cette peur pour aller plus vite, hors de question d’être tétanisée à nouveau, de toute manière elle n’avait plus le choix. Elle n’aurait jamais pensé dire une telle chose mais sa chevelure était gênante à une vitesse pareille, elle n’avait pas prévu de les attacher et n’avait donc rien pour. Sans le vouloir, des larmes coulaient sur son visage qu’elle sentait à peine. Peut-être pour la peur, peut-être cette vitesse et l’air qui pénétrait ses yeux qu’elle devait garder grand ouvert pour être sûr de ne pas être prise de court.

Elle l’entendait rire, ce sadisme la rendait mal à l’aise, c’était d’une perversité atroce, elle essayait de ne pas faire de bruit mais ce n’était pas sa priorité, rapidement elle n’eut d’autres choix que de respirer fortement et de ne plus faire attention où elle marchait, elle se contentait de foncer mais elle était bien trop lente face à un tel monstre et elle entendait ses rires se rapprochaient. Peut-être l’obscurité de cette forêt où les feuillages empêchaient toute lumière d’atteindre le sol lui serait favorable, mais rapidement le monstre trouva une parade.

Elle vit alors plein de projections de phosphores lumineux aller s’écraser sur les arbres et sur le chemin qu’elle suivait. Ayant entendu le bruit provoqué par le jutsu, immédiatement la jeune femme avait recouvert tout son dos d’une particule rocheuse suffisante pour ne pas en souffrir bien que son bras droit en reçu un peu. Et ça lui était très douloureux, elle se contenta alors de le laisser pendre et continua de courir tentant tant bien que mal de ne pas marcher sur les résidus, surtout que nu pieds, la douleur serait terrible.

Soudainement, le bruit s’intensifia, se rapprocha, il avait bondit mais c’était sûrement trop tard pour elle, elle sentit les ondes provoquées par un coup de lame de cette vitesse dans son dos. Par chance, elle n’atteignit que son haut, un haut qu’elle avait très récemment acheté et qu’elle regretterait. Mais hors de question de se remplir la tête de pensées aussi futile, elle avait maintenant le dos nu, elle était donc encore plus vulnérable à ses coups, il sentait presque sa respiration tellement il était proche et ses grondements étaient tout simplement insupportables psychologiquement. Il ne lui restait plus qu’une solution.

Sans crier gare, elle plongea dans le sol la tête la première. Elle ne se contenta pas de rester sur une ligne droite mais dévia vers l’est pour ne pas lui faciliter la tâche. Ne sachant pas trop mesurer les distances ou la direction, elle sortit à environ deux cent mètres plus loin et sans perdre de temps elle continua sa course. Elle prit une grande inspiration et effectua un nouveau jutsu et cette fois-ci, son adversaire serait désavantagé. Le terrain qui l’entourait fut recouvert de plusieurs mottes terrestres un peu partout. Tout autant d’obstacles dans lesquels il pourrait trébucher ou simplement qu’ils devraient éviter pour continuer de courir à cette vitesse.

Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle pouvait espérer à cet instant, mais elle tentait le tout pour le tout, elle n’arrêterait pas de courir à moins d’y être forcée et elle avait encore d’autres atouts dans sa manche.

Précisions:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Dim 19 Mai 2013 - 20:15

Les talents de la bête étaient nombreux, du temps de sa première vie. On avait rapidement reconnu pendant la grande guerre les traces de son passage. Des cendres et des ruines particulières, car le feu qu'il manipulait consumait la matière d'une façon bien différente des flammes conventionnelles. Un élément cruel et sournois, parfaitement adapté à son identité. Et dans la nuit, les lueurs verdâtres du phosphore étaient ses amies, ses alliées. Une morsure chimique difficile à guérir et surtout, douloureuse à souhait. Un adieu de marque pour qui serait œuvre à la collection. Comme sa proie. Au contact du sol, sa lame s'était évaporée dans un nuage scintillant qui avait capté le regard du chasseur pendant un court instant. Beauté... Mais la lueur pâle de la peau de la jeune fille , reflété par la lune naissante avait récupéré bien plus vite encore son attention. L'appel de la chasse battait dans le corps de la créature. Il avait les bras, les épaules, le dos du chasseur. Et les mâchoires...

Un instant elle était là, l'autre elle avait disparu, laissant un sillon à ses pieds. Les talons de la bête s'enfoncèrent alors qu'il freina, se retenant au sol par sa griffe qui jeta quelques étincelles au passage des cailloux sur les long couteaux. Les trois yeux d'un vert brillant scrutèrent le sol, puis il huma le sol. Le Rakhegan lui permettait de repérer les sources de phosphore, mais la blessure causée sur la jeune fille n'était pas suffisante pour la localiser avec précision. Il se mit à rire tout seul dans la nuit. Cette proie était une taupe, une bête du sol, un rampeur. Mais pas une larve, non. La larve est immonde. Dégoûtante. La proie était une chenille, éblouissante et pourtant capable de devenir encore plus. Mais le chasseur n'était pas difficile ce soir. Il s'amusait bien trop pour cela. Il reprit sa course mais ses griffes disparurent dans les confins du manteau qui couvrait son corps. Un sceau sur son épaule droite se mit à luire, puis éclata. Soudainement, le corps de la créature fila vers le ciel. Il volait.

Il dépassa rapidement la cime des arbres mais ne monta pas beaucoup plus haut. Son drap traînait tant sur son corps que l'on aurait dit qu'il ne possédait ni jambes, ni bras. Son rire se répercuta dans la forêt entière. Il était un aigle, un rapace. Et le ciel écrasait le sol de son immensité... Meteora suspendit son vol et tourna sur lui-même, son regard s'allongeant aux horizons. Il y eut un léger grondement et certains feuillages bougèrent de façon non-naturelles. La bête fonça vers le sol, croyant avoir repéré sa proie. Mais lorsqu'il émergea et frappa le sol, sa griffe ne fit que trancher dans une butte de terre. Il renifla en gronda. Le sol était parsemé de ses reliefs. La proie tentait de le ralentir, mais abandonnait toute chance de réussir à se cacher du même coup. Il pencha son masque sur le côté, fasciné. Il reprit sa course, ou plutôt son vol, alors qu'il filait entre les arbres. Se donnant un élan, il sauta vers le haut, retrouvant le confort de l'air vide. Ses triples yeux devinrent plus lumineux alors qu'il projetait son chakra. De la poussière verdâtre s'expulsa de ses manches , se dispersant dans l'air sur une zone moyenne. Soudain, les particules détonnèrent, illuminant violemment la zone. Le feu se déclara dans les cimes des arbres, mais Meteora n'y prêta pas attention. La lumière et le phosphore augmentait considérablement son champ de perception.

Et là, entre des feuilles enflammées, ce reflet furtif, cette peau de neige qui ne demandait qu'à être touchée...Tranchée...Brûlée. Un frisson le secoua, et les crocs de son masque semblèrent lui donner un faciès encore plus fiévreux qu'auparavant. Il se projeta vers l'avant puis mit fin à sa technique de lévitation et ses pieds retrouvèrent l'écorce des branches. Certains arbres étaient en flammes vertes, d'autres n'étaient que verts de leurs feuillages. À tout les tournants, il décelait le froissement du vêtement déchiré, le souffle court de sa victime, et l'adrénaline lui fouettait les sangs. Un peu plus près, un peu plus loin...Il sentait presque la sueur sur son doux visage, la fatigue qui emplissait ses cuisses, le cœur qui battait sourdement dans sa poitrine. La créature sentait la peur et la consommait comme une eau salvatrice. Son masque s'illumina comme une citrouille des fêtes d'automne et des yeux s'expulsa du phosphore liquide qui coula en une flaque sur le sol, une dizaine de mètres plus bas. Au lieu de continuer sa course, il laissa courir sa griffe traîner dans la branche pour le ralentir et le projeter vers le sol, où il plongea sa main dans la mare vert fluorescent qui s'illumina puis se mit à s'agiter. Dans un geste brutal, l'étang se rassembla dans une sphère qui fila entre les arbres. Meteora reprit sa course.

Et lorsque l'orbe fut assez près de sa cible, elle explosa en une multitude de gouttes qui se refermèrent sur la partie supérieure gauche de la proie, engouffrant le bras, l'épaule et l'omoplate de sa victime dans un liquide si acide qu'il attaquerait ses vêtements et sa peau à même sa composition atomique. Mais Meteora savait que cette attaque n'était nullement mortelle, simplement douloureuse. Extrêmement douloureuse.

Et c'était le but.

Son pas redoubla d'ardeur et son rire perça la nuit.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 243
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Ven 31 Mai 2013 - 17:11

Elle ne s’arrêtait plus de courir, l’obscurité la terrifiait, les éclairages verdâtres causés par son assaillant encore plus. Mais comment avait-elle pu en arriver là ? Pourquoi cette rencontre ? Pourquoi cette course poursuite ? Elle n’était qu’une simple genin, une nouvelle ninja, elle n’était pourtant pas très loin de Konoha, mais dans ce monde, le danger était partout. Et quel danger ! Elle sentait son corps s’épuisait, la douleur à son bras droit provoquée par les éclats de phosphores s’intensifiait, elle le laissait trainer, comme si elle en avait perdu l’usage. Elle sentit alors une bourrasque de vent s’engouffrer entre les arbres, sifflant de manière presque mélodieuse, offrant une toute nouvelle sonorité aux grondements et aux rires du monstre qui la suivait. Le vent vint frapper son visage, faisant alors ses larmes couler et tomber nonchalamment comme une trainée qui la suivait. Parfois, lorsque les larmes tombaient sur une flaque de phosphore, elle l’entendait comme un petit sifflement, comme si instantanément elle s’était évaporée, comme une cigarette qui tomberait dans une flaque d’eau.

Elle était contre le vent, ce qui fit voler ses magnifiques cheveux en arrière mais qui fit aussi ralentir sa course. Les éléments étaient contre elle, nul doute que le vent ne ralentirait pas le monstre qui suivait sa trace. De plus en plus, elle voyait disparaître les chances que cette course connaisse une fin heureuse pour elle, qu’un shinobi viendrait l’en sortir, que les portes de Konoha soient moins éloignée qu’elle ne le pensait. Mais non, aucune sortie ne s’offrait à elle, toujours plus de troncs, de feuilles, de branches qui se ressemblaient tous. Que lui restait-il à faire… à part courir en espérant un miracle. Elle l’avait déjà sentie si près d’elle qu’elle en avait eu la nausée, elle ne voulait pas avoir à le confronter une nouvelle fois, elle était terrifiée. Elle commençait à sentir un certain engourdissement dans ses membres, comme si son corps voulait à nouveau refuser d’agir et se laisser paralyser par cette peur qui la rongeait. Elle devait être plus forte, son esprit devait vaincre ce que son corps lui disait, toute la souffrance qu’il lui communiquait.

Elle sentit alors quelque chose s’approcher d’elle, à une telle vitesse qu’elle entendait un sifflement qu’elle ressentait comme l’appel de la mort. Elle était de plus en plus négative, elle voyait en ce coup surement le dénouement de cette course. Elle vit l’orbe s’approcher à sa gauche, elle ne pouvait pas le laisser mettre hors d’état son bras gauche aussi sinon elle était finie. A nouveau elle recouvrit son bras et son épaule d’une particule rocheuse, mais c’était loin d’être suffisant. Cela n’avait fait qu’atténuer les dommages, elle ne put retenir un cri de douleur intense lorsque le phosphore brûla sa peau, notamment son omoplate qui n’avait pas bénéficié d’une protection. Ses larmes s’intensifiaient, son bras était rougeâtre mais encore fonctionnel. Sans arrêter sa course, elle utilisa ses techniques médicales pour soigner son bras droit, puis son bras gauche. Comme elle avait à chaque fois atténué les dégâts, elle avait réussi à se soigner entièrement. Elle prit une grande inspiration et accéléra.

Seulement, même si son corps était à nouveau dans un état correct, bien que toujours épuisé par la course, elle sentait que son chakra devenait insuffisant. Elle n’avait plus le choix, elle devait arrêter de courir et se retourner, pas question de mourir en fuite, c’était tellement indigne pour une kunoichi. Elle se retourna subitement et composa quelques mudras. Deux colonnes jaillirent du sol pour aller attraper les membres supérieurs du monstre ainsi arrêté dans sa course. Elle ne retenait plus ses larmes, mais son regard lui n’était pas triste, il était plein de colère, de rage. Elle le haïssait.

    Même si je ne suis pas capable de te vaincre aujourd’hui, je serai vengée ! Et tu périras des mains d’un konohajin suffisamment fort pour venir à bout de toute l’horreur qui émane de toi ! Et… … kffe ke…

Incapable de prononcer ne serait-ce qu’un mot, son jutsu se rompit et son corps chuta sur le sol. Elle était allongée, comme morte, mais elle respirait encore. Difficilement et de manière très bruyante mais elle vivait. Son corps se mettait à trembler parfois, comme prise de spasmes. Ses grands yeux verts clairs étaient grands ouverts, sou bouche entrouverte, et les larmes coulaient encore sur son visage.

Précisions:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Mar 4 Juin 2013 - 22:16

La créature freina brutalement, se laissant emporter dans un petit nuage de poussière, tournant le coin de l'arbre et se propulsant à nouveau, les sens aux aguets. Un claquement sonore avait annoncé la détonation de sa technique sur sa proie, et sans être convaincu de son succès, le chasseur savait qu'il avait handicapé sa victime d'une façon ou d'une autre. Cette chasse allait bientôt se terminer, et son issue avait été inévitable, du début à la fin.

Il ne pouvait en être autrement.

Meteora retrouva sa cible à l'orée de la forêt. Il bondit et elle se retourna dans son propre élan. Le masque pouvait goûter la peur sur son visage. Un grondement secoua la gorge de la bête. Un choc fit vibrer le sol et sa vision fut soudainement obstruée alors que des colonnes de pierre se refermaient sur ses jambes. Son élan lui coupa momentanément le souffle et la créature rugissa, ses griffes patinant sur la prison de roche. Devant lui, la Konohajin s'époumonait mais cela ne dura guère alors qu'elle s'écroulait au sol, visiblement épuisée. Le chasseur cessa de remuer , intrigué par cette nouveauté. Un acte de désespoir pour une proie prise au piège. Un frisson le secoua et il posa les mains sur ses entraves, libérant de la poussière phosphore qui s'éparpilla sur le roc avant d'exploser, le libérant dans un nuage verdâtre. Ses deux pieds touchèrent le sol , la fumée se reposa. Meteora expira.

La chasse était terminée.

Lentement, il s'approcha de la fille, la tête s'inclina d'un côté à l'autre. Ses longues griffes cliquetaient entre elles. Mais si son approche fut lente, il prit soudain un léger élan et asséna un puissant coup de pied dans les côtes de la femme, provoquant de sinistres craquements alors qu'elle roulait sur le sol. Mais la bête l'avait déjà rejoint, et l'attrapa par les cheveux, la forçant à le regarder. Elle respirait toujours, ses yeux ouverts comme de petits univers. Elle voyait tout, elle sentait tout. Les trois yeux du masque scintillèrent pendant quelques instants.


« Tu veux...Tu veux savoir pourquoi il n'y a personne? Aucune feuille de l'arbre, pour te faire de l'ombre? Tu veux savoir pourquoi tu es seule, seule avec moi, ma Reine? »

Il ricana un petit instant, ses larges épaules levant et baissant. De plus près, on pouvait reconnaître la vaste musculature de celui qui avait été Kazekage jadis. La bête secoua légèrement la femme pour s'assurer qu'elle était consciente.

« Je les ai tous consumé, toutes ces feuilles qui s'accumulaient chez moi, dans mon antre. Ils ont tous servis la cause, la collection, comme tu le feras aussi... Savais-tu que les humains sont les seuls à montrer les dents lorsqu'ils sourient? »

Il la souleva par les cheveux sans effort, la tenant par l'épaule de son autre griffe. Les couteaux grésillèrent sur la peau blanchâtre de la femme , laissant de long sillons verdâtres (////) sur son omoplate. Le phosphore allait fusionner avec la peau, une cicatrice qu'aucun médecin ne pouvait espérer guérir. Il la secoua encore , penchant son masque sur le côté. La douleur semblait crisper les traits de la femme à présent.

« Souris, Souris pour moi, et tu seras UniVERT! »

Meteora éclata de rire, sa voix sembla emplir la nuit toute entière. Tant fut-elle qu'il n'entendit guère le sifflement caractéristique des armes de jets. Trois Kunaïs le percutèrent violemment et il roula en arrière, laissant tomber sa victime torturée. Il gronda devant la nouvelle arrivante. Si concentrée sur sa prise, la créature avait complètement refermé ses sens, expliquant l'effet de surprise. Mais tout cela ne faisait que l'amuser. Il se remit à rire, cette fois un peu plus pour lui-même. Les vautours, les charognards, approchaient, prêts à lui voler son trophée. Les griffes sur sa main se rétractèrent et il arracha le premier kunaï sans un bruit, puis le deuxième. Le dernier fit son chemin peu après. Meteora sentait le sang couler de ses blessures mais cela ne le gênait pas vraiment. À vrai dire, il ne s'était jamais senti aussi vivant! Toute cette adrénaline. Des frissons remontèrent dans son dos. Il inclina la tête sur le côté.

« Une feuille...Tombée loin de l'arbre...Venue prendre mon Rêve? »

Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
avatar
Informations
Grade : Nukenin
Messages : 3419
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Jeu 6 Juin 2013 - 18:19

Encore à passer sa journée aux portes comme à son habitude, l’Aburame, habituellement sur les remparts, était cette fois de garde au niveau même des portes et contrôlait avec ses collègues les entrées et sorties des villageois, ninjas et autres. Un métier passionnant… Mais dont elle devait s’acquitter pour le bon fonctionnement du village. Sa tâche lui donnait l’impression d’être une fourmi parmi tant d’autre affairée au bon fonctionnement de la fourmilière qu’était Konoha. Onpu l’avait ironiquement critiqué un jour en lui parlant de filtre dont elle était l’un des constituants. Un rapport avec la musique quelque chose comme ça. Toujours à sortir des phrases fleuries et des métamorphoses mirobolantes avec encore et toujours pour objet la sonorité, la musicalité de telle ou telle chose. D’un ennui. Elle ? Elle n’avait décidemment pas l’oreille musicale. Mais bon s’il se plaisait à se servir de sa guitare pour baratiner une jeune kunoichi à gauche à droite, allons bon. Le style musicien avait apparemment attiré Maïka après tout. Comme quoi ça devait bien marcher.

    «Deux sources de chakra importantes et inconnues en plein coeur de la foret monsieur ! Pas loin d’ici au sud-est!»


Le ninja était descendu en rappel ou presque du haut du rempart. Passé un certain moment, à quoi bon pourvoir les entrées du village d’escaliers sérieusement ? Alertant l’homme responsable de la dite porte du village caché de la feuille, celui-ci bondit, donnant des directives. Il fallait selon lui réunir immédiatement une unité pour aller à la rencontre des malotrus qui avaient osé s’aventurer aux alentours du village. Les détecter n’avait pas dû être simple… Ils devaient être là depuis déjà un bon moment. Un coup de chance ou une réelle émanation de chakra si grande qu’elle en avait alerté les guetteurs du village. Ses talents sensoriels étaient malheureusement limités, il fallait l’avouer…

    «Je pars en reconnaissance, restez-là. Que l’unité me rejoigne au plus vite.»


    «Je viens aussi.»


S’élançant à la suite de l’Hyuga responsable, la Jonin le rattrapa bien assez rapidement. Contestant ses ordres, elle s’était attendu à ce qu’il réplique. Il ne semblait pas tant que ça rassuré pour ne pas lui avoir intimé l’ordre de ne pas venir. Se fiant aux yeux de son compagnon, la Jonin accentua sa course dans les arbres. Il maintenait une cadence élevée. Simple explorateur comme il disait où il y avait autre chose ? Si les deux sources de chakra étaient importantes, cela risquait d’être problématique. Et pour lui, et pour elle. Où en était l’unité d’intervention ? Les talonnait-elle ? Etudiant le visage crispé du Hyuga, Miko s’étonna à son tour quand celui-ci fit un mouvement brusque. Qu’avait-il vu ?

    «L’autre source de chakra s’éloigne cependant… Il y en a en réalité une troisième. Totalement éclipsée par celle restante. Un d’chez nous ! Mais l’autre … J-… J’n’arrive pas à la décrire. C’est comme si elle n’était pas humaine… Non, c’est …»


    «Je m’occupe de porter secours à notre homme, le temps que l’unité me rejoigne, gagner du temps. Vous devriez continuez à pister celui qui s’enfuit.»


Acquiescement de la part du Hyuga. Leurs chemins divergèrent brusquement. Et au fur et à mesure que l’Aburame se rapprochait de l’endroit indiqué par l’Hyuga elle entendait de plus en plus d’agitation, jusqu’à distinguer un cri, un timbre de voix qu’elle avait déjà entendu. Et là, ils étaient là. Mogura, son élève et … Quelque chose. L’Hyuga avait eu raison de ne pas pouvoir décrire exactement la créature. Humaine ? Aucune idée mais elle y ressemblait. Elle était penchée sur la Konohajin, jubilait, alors que celle-ci semblait souffrir plus que de raison. Ne prenant même pas le temps de négocier ou autre, l’Aburame sortit de ses manches trois kunais qui foncèrent en direction de la bête qui recula alors sous le coup de la surprise sûrement. La voyant arracher un à un les projectiles, ma Jonin se plaça sans hésiter une seule seconde entre les deux protagonistes après avoir jeté un rapide coup d’œil à Mogura. Une sale blessure. Mais elle pourrait peut-être encore courir, s’échapper d’ici... Mais rien n'était moins certain... Son état semblait désolant, critique. Etait-elle arrivée à temps?

    «Toi. Eloignes-toi de cette fille. Qui es-tu ? Mogura tu m'entends? Mogura est-ce que tu peux marcher ? Si oui reprend la direction du village le plus rapidement possible. D’autres arrivent. Trouves-les et expliques-leur la situation.»


La situation… Elle ne savait même pas de quoi il en retournait. Mais il était bien naïf de sa part d’attendre des réponses alors que son apprentie était menacée. Ce n’était plus un entraînement parmi d’autres. Mais un sujet d’une ampleur bien plus conséquente. Laissant s’échapper des nuées d’insectes des deux manches de sa large parka beige, l’Aburame se mit en position. Prête en cas de danger, ses insectes stationnant devant elle en un maigre bouclier d’insectes. Pendant ce temps, ses kunais se désagrégeaient lentement en ridicules petits amas d’insectes qui individuellement commencèrent à tourner dans un bourdonnement incessant autour de la bête. Une vision d’horreur, tout droit sortie de nulle part.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 243
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Mer 12 Juin 2013 - 3:23

Effondrée sur le sol, incapable de bouger, elle attendait la mort qui semblait l’attendre les bras grand ouverts à quelques minutes de là. Les larmes qui restaient bloquées dans ses yeux floutaient sa vision. Mais de toute manière, elle ne voulait plus le voir, elle ne voulait plus rien voir, juste peut-être dormir et attendre. N’est-ce pas comme ça qu’est-décrite la mort idéale ? Indolore et pendant le sommeil. Enfin, pas pour un ninja digne de ce nom. Mais elle n’était pas digne de ce nom, elle avait échoué et bientôt son nom rejoindrait les pierres funéraires de Konoha sans qu’il ait mérité d’y être aux côtés de personnes ayant sacrifié leur vie pour le village. Elle n’avait rien sacrifié, elle s’était juste égaré et sa mort serait stupide et superficielle, tout comme elle. Au lieu de voir sa vie défiler sous ses yeux, elle se détestait simplement un peu plus.

Elle le sentit approcher, elle ne pouvait plus rien faire pour fuir… « Ah… » Un léger cri étouffé sortit de sa bouche lorsque le pied du monstre vint frapper ses côtes et les briser, elle n’avait même plus la force d’exprimer sa douleur, seules ses larmes démontraient qu’elle était éveillée et qu’elle ressentait bien le coup gratuit de la bête. Elle le sentit la prendre par ses cheveux et la forcer à le regarder. Pourquoi ? Tout ce qu’elle souhaitait, c’est que ceci n’arrive pas, qu’elle l’oublie comme un mauvais souvenir, qu’elle n’en garde aucune trace. Mais c’est le propre des monstres de marquer les esprits et le corps de leurs torturés, s’ils ne sont pas présents dans les plus grandes peurs dans gens, ils cessent d’exister et pour le coup, Moira allait le faire vivre pour encore longtemps. Après avoir mis l’accent sur l’effrayante solitude de la jeune femme, il marqua son dos comme l’on marque du bétail avant de l’emmener à l’abattage, comme l’on écrit sur un arbre pour bien signifier que c’est celui-là que l’on va abattre.

Elle le sentit secouer son corps comme un chiffon. Allait-il la dévorer comme le cerf de toute à l’heure ? Pourquoi fallait-il que ce soit cette image qui lui vienne à l’esprit à quelques minutes de la conclusion de cet horrible évènement. Mais la bête semblait soudainement préoccupée par autre chose et Moira reconnut une voix familière, celle de sa sensei. Malgré toute la douleur que son corps pouvait ressentir, le soulagement psychologique que la venue de la jonin venait de provoquer en elle la fit sourire, une petite marque de bonheur sur un corps mutilé par l’horreur. Elle aurait souhaité lui répondre, lui dire fièrement qu’elle allait y aller, mais elle en était incapable, au lieu de ça, elle tenta de s’éloigner du monstre en faisant rouler son corps recouvert de terre, de sang et de cette substance verte que confectionnait la bête. Mais à chaque fois que son corps roulait, la douleur dans ses cotes s’exprimait plus encore. Et puis qu’est-ce qu’elle croyait ? C’était peine perdue. Maintenant, tous ses espoirs retombaient sur les épaules de la Dame aux Insectes.

    Pardonnez-moi, Miko sensei.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Sandaime Kazekage
Messages : 1312
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Sleeping Sun [Libre] Mer 19 Juin 2013 - 22:00

La créature porta la main à son épaule pour la soutenir.Des insectes, quelle ironie. Ils bourdonnaient autour de la bête qui les suivaient des yeux, curieux par les petits volatiles.

Il aimait ce jeu, cette dynamique, cette nouvelle proie aussi pathétique que ses coléoptères, qui croyait intervenir pour sauver Celle-Qui-Fuit. La bête se mit à rigoler à travers le bourdonnement furieux des insectes. Un autre sceau sur son manteau éclata subitement, projetant un petit jet de phosphore autour de lui, grillant net et chimiquement les volatiles indésirables. Une plus grosse semblait toujours remuer au sol. Le chasseur l'écrasa d'un pied invisible sous son drap. Il  regarda sa main lourdement gantée, pleine de son propre sang. Il la posa sur son masque, laissa une large traînée rougeâtre entre les trois yeux brillants.

Meteora renifla, un frisson le secoua. Sa voix fut d'abord un grondement, un appel grave et hors de tout naturel.

« Les humains, et leurs obsessions. Savoir, Savoir. Qui, quand, comment...Pourquoi? »

Dans un tintement métallique, ses mains devinrent des griffes d'acier, rouillées et verdâtres par endroits, d'une longueur terrifiante. D'autres bruits, alors qu'il les frotte entre elles. On pourrait croire que des étincelles vertes apparaissent par endroit.

« Je chasse, je vous chasse. Tous. Les uns pour leur valeur, les autres pour leur...manque de valeur. Je suis Celui-Qui-Chasse, et vous êtes les proies. Rien de plus, mais bien moins que rien...»

Il se mit à rire à sa propre remarque, sa tête gesticulant de haut en bas. Son regard se porta sur la fille étendue au sol. Son dos nu saignait abondamment. Normal, puisque le phosphore empêchait la coagulation naturelle lorsque appliqué avec une telle concentration. Elle n'en avait pas pour longtemps. Et elle n'était pas prête. À contre-courant contre sa propre nature, la bête baissa ses griffes. La nouvelle venue était trop laide pour que le sacrifice du visage de la fille soit valable.

« Sauve cette proie, insecte. Sauve-la, pour que je puisse la récupérer à maturité lorsque le temps  sera venue. Aucun mur, aucune obscurité ne peut arrêter le premier prédateur.. Sauve-la, et expie ton manque de valeur, l'air que tu gaspilles en respirant. Sauve-la, et regarde-moi faucher tout ceux que tu aimes, un par un. De feu à nuage, de désert à rivière. »

Il fit un bond en arrière.

« Je suis Celui-Qui-Chasse, et celui qui sert la beauté de l'humanité dans cette contrée, »

Un petit rire s'échappa de sa gorge.

« Avant sa déchéance, elle portait le nom d'Amamamaterasu. »

L'instant d'après , il avait disparu. La femme pouvait le suivre,  mais alors, la petite Konohajin périrait.

Les humains. Les humains et leurs choix sans choix.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Sleeping Sun [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-