N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Trafic de drogues - C.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Messages : 146
Rang : B

Message(#) Sujet: Trafic de drogues - C. Dim 26 Mai 2013 - 2:22

Citation :
Ordre de Mission : Konoha est connue pour être le carrefour de toutes les cultures et de tous les commerces. Cela possède également ses inconvénients: ces derniers mois, on recense de plus en plus d'arrestations de civils (voire de shinobis) pour consommation de substances illicites. Votre mission, puisque vous l'acceptez, est de remonter à la source de ce mal pour participer à son éradication.
Une pré-enquête a été menée: vous trouverez donc ci-joints les noms et les adresses de trois villageois fortement soupçonnés de revendre de la drogue dans les quartiers glauques du village. L'un vendrait de l'herbe, le second des pilules douteuses, et le troisième serait plutôt branché champignons. Mettez la lumière sur leurs sombres affaires, et arrêtez-les s'ils s'avèrent effectivement aussi louches qu'ils en ont l'air.
Le dernier des trois est shinobi, mais on ignore si les deux autres le sont également: prudence.
Assise sur une chaise à regarder le plafond, j'attendais tranquillement le prochain civil témoin d'une scène douteuses, plus précisément, des échanges de champignons très bizarre, bref le rapport disait qu'il n'y avait pas que ce civil qui était témoin d'une de ces scènes mais pleins d'autres et moi qui n'avaient rien à faire, j'ai accepté cette mission d'enquêteuses, alors que ce n'est pas du tout mon genre de faire ça. Moi je suis plutôt comment dire, des missions qui ne bousculent pas trop et qui ne font pas trop réfléchir, des missions en équipes aussi, deuxième fois que je suis toute seule comme une grande.

C'est vrai que la mission de rang D qui était de décorer le sapin, c'était sympa, j'étais sadique avec le sale mioche et au final tout s'est bien passé, j'ai mis la belle étoile au sommet du beau sapin, mais j'ai du quand même courir et sauter et étrangler et crier et.... Bref. Revenons à nos moutons, il n'y avait pas que le shinobis aux champignons, on m'a informé qu'il y avait aussi quelqu'un qui vendrait de l'herbe et un autre des pilules douteuses. Mon odorat serait donc mis à l'épreuve, je saurais sûrement reconnaître les odeurs bizarres, je ne dis pas que je suis habituée à ces genres de choses, mais bon voilà, je saurais les reconnaître.

En tout cas, je dois mettre fin à cette sombre affaire qui, j'espère ne va pas trop durer longtemps, la drogue, c'est pas mon truc, les enquêtes aussi. Quoique je pensais que je pourrais jouer un peu avec eux... Finalement, j'aime bien ce type de missions, si jamais ils sont innocents et que j'ai mis cent ans à le découvrir, je ferais du rafistolage et ils seront coupables. Mais je ne le ferais pas, je ne suis pas aussi méchante que ça, c'est bizarre de pensais ça quand même, depuis ma coupe de cheveux rien ne va plus, il faut que je me ressaisisse. Pendant que j'étais dans mes pensées assez profondes, le témoin civil arrivait devant moi, il me regardait d'un air effrayé, puis il s'assit. J'ai un truc sur le visage ou quoi ? Une araignée ? Un air de ressemblance avec un démon ? Je ne pense pas, peut-être qu'il avait peur de ce qu'il pourrait éventuellement lui arrivé.

- Bonjour, je suis Tobetatsu Hikari, genin de ce village donc, vous avez était témoin de ...

Témoin : J'ai ... rien FAIT NIARF ! MOI pas d'accord N'être ici que pour le bien des autres !!!

Il s'était levé devant moi en hurlant des propos pas du tout cohérent, il m'avait coupé la parole, chose que je déteste le plus. Niarf, je ne sais pas ce que ça veut ... dire mais c'est peut-être un tic, il n'est pas d'accord et il est ici que ... pour le bien des autres. Non mais il vient de s'asseoir et il me sort des trucs incohérents et incompréhensibles alors que je venais à peine de parler. Va falloir que je le dirige celui-là.

- Bon écoutez monsieur...

Témoin : Ne m'embroche pas !!!

Puis il se mit sous la table, j'étais très surprise, alors je me suis très vite énervée, car c'était la deuxième fois qu'il me couper la parole, j'ai soulevé alors la table je l'ai jeté de l'autre coté de la pièce, j'ai soulevé l'homme par le col de sa chemise, je l'ai regardé dans les yeux fixement, puis je posais mon autre main sur sa tête pour qu'il ne détourne pas le regard et je lui parlais.

- Bon ! Toi et moi ça ne va pas le faire ! Tu vas arrêter de me couper cette satané parole ! Tu vas me laisser parler une bonne fois pour toute, ou alors je te jette dans une fosse à merde comme une de mes coéquipières et je te jure que tu vas t'y plaire, je t'enterrais petit à petit jusqu'à que tu t'étouffes compris ??

J'avais un grand sourire jusqu'au oreille, des grands yeux écarquillés, je regardais le pauvre civil traumatisé par ce que je venais de dire, traumatisé, enfin, c'était assez léger, enfin de ce que je pensais. Je lâchais le civil, il retomba sur ses deux pieds puis reculait de deux pas en me disant :

Témoin : Mais c'est une malade !

En entendant le mot qu'il ne fallait pas, je tournais pas tête, à la même vitesse qu'une porte qui grince, avec des yeux sombres. Il comprit son erreur et il s'avança pour s'excuser.

Témoin : Veuillez m'excusez demoiselle, je suis juste un peu stressé, je vais répondre à toutes vos questions pour me pardonner de mon comportement très inadmissible.

C'est moi ou d'un coup, il est devenu très calme et serein, sage comme une page d'un livre qui se tourne, non mais il ne faut pas rêver, bref, je vais l'interroger sinon, on ne va plus s'en sortir. Il fallait que je sache ce qu'il avait vu sur l'échange douteux des champignons. J'allais donc chercher la table jeter par moi-même, puis, je posais mes mains délicatement sur la table et enchainais la discussion.

- Bon, reprenons, vous avez donc été témoin d'un échange douteux de champignons ?

Témoin : Ouai, ils n'étaient pas très nets ces champignons, ils avaient tout d'abord une couleur pourpre avec des tâches blanches difformes, et comme je passais a coté de lui, je sentais une odeur assez nauséabonde, alors comme j'ai vu l'annonce qu'il y avait des vendeurs de drogue, je me suis dit que ce type était très bizarre.

Je pensais à ce moment-là qu'il se foutait pleinement de ma gueule, bon je ne parle pas de son témoignage mais j'en reviens de sa réaction, il a vu l'annonce, mais quand il ait venu devant moi c'était comme si c'était l'apocalypse.. Il ne me parla pas de la description du type, je lui posais donc une autre question.

- Et avez-vous vu le visage de l'individu, ou alors ce qu'il portait ?

Témoin : Bien sur je m'en souviens comme si c'était hier ! Étant donné son accoutrement, vous ne pouvez pas le manquer ! Il avait des yeux verts, une barbe de trois jours, un grand manteau bleu marine qui couvrait entièrement son corps, un chemisier rouge, et un pantalon marron, très multicolore et aussi, il portait sur son dos un grand sac beige.

Parfait, quelle description, finalement, j'aime bien ce type, il m'a fourni de précieuses informations sur l'homme aux champignons. Je rigolais à l'idée qui soit habillée comme ça, au moins je le reconnaitrais surement au premier coup d'œil.

- Merci infiniment de votre coopération, vous pouvez disposez à présent.

Témoin : Je n'ai pas le droit à quelque chose ? Je vous ai aidé tout de même !

- Vous aimez la terre, c'est un très bon digestif !

Témoin : C'est bon j'ai compris je m'en vais, merci de votre sympathie !

Il courait alors et s'enfuit, je n'ai pas eu le temps de répondre avec délicatesse, quel odieux personnage, si je le revois encore, je crois que mon jardin disparaitrait... Pendant que je réfléchissait, le vigil m'interpellais dans ma réflexion.

Vigil : Hikari, il n'y a pas d'autre témoin, que ce soit pour le type aux champignons ou pour les autres..

- Ce n'est pas grave, si je trouve le premier, il me dira alors ou se trouve les deux autres zigotos.

Vigil : Bonne chance.

Je sortais donc ce ce cachot très sombre et suffoquant, je prenais l'air libre. Enfin, je voyais les rayons de soleil me réchauffer mon visage pâle. Puis, je voyais au loin le témoin partir en courant, il avait décidément pris les jambes à son cou, et c'est là que je voyais un homme qui le suivait en courant lui aussi, mais c'était son sac beige et son manteau bleu marine qui m'interpellait le plus. C'était le bonhomme que le témoin m'avait décrit, mais pourquoi il le poursuivait avec une telle rapidité, il nous avait peut-être écoutés, espionner, vite, je devais l'arrêter. Je sautais alors de toit en toit, je me rapprochais des deux individus qui avaient pris des ruelles ou personnes ne traînait. Puis, l'homme qui poursuivit le témoin sortit de son sac une sorte de fouet très long et le projetait vers le témoin, qui, tombait alors sur le sol très violemment, car le fouet s'était enlacé de ses jambes.
Je descendais et je me cacher derrière des grosses poubelles, je décidais de m'ensevelir d'un sac noir pour me cacher un peu plus, car je savais qu'il y aller avoir une petite discussion qui pourrait m'intéresser.

Inconnu : Non mais ça ne va pas Anasai ! Pourquoi tu as fait ça ! On s'échange des pilules et des champignons avec de très bon prix et c'est comme ça que tu me remercies ! ?

Anasai : Shito, tu m'avais arnaqué et tu as aussi arnaqué Kisama avec tes champignons à la mords moi le nœud !

Shito : C-Comment ça ? C'est complètement faux !

Anasai : Kisama et moi on a eu une petite discussion à propos de ça, tes champignons c'est de la nioniote comparés à ceux que l'on peut trouver dans le pays ! Nous nos drogues, c'est de la bonne qualité ! Et toi, tu nous mens ! Alors j'ai décidé d'être un faux témoin et j'en ai profité pour te décrire pour que cette pauvre nièse de genin te retrouve et te mette en taule !

Puis je sentais une autre présence qui s'était glissée derrière moi, elle ne m'avait pas vu, mais c'était bizarre, je ne sentais pas sa présence avant, c'est comme s'il s'était téléporté. Je me demandais alors que c'était peut-être lui le shinobi de la bande d'alcolo. Je restais alors planquer sous le sachet plaquer contre les poubelles qui sentaient la rose, et continuaient d'écouter leur conversation, j'avais quand même un peu de visibilité et voyais comment se déroulait leur histoire.

Shito : Kisama, ne me dit pas que tu es d'accord avec lui ?

Kisama : Tais-toi et écoute moi chien. Tes champignons ne doivent être plus qu'hallucinogènes, j'ai vu divers marchands et certains champignons peuvent tuer avec une douleur que tu ne peux même pas imaginer.

Anasai : Ouai tuer tuer ...

Shito : Anasai, Kisama, mais que dites-vous, vous voulez tuer ? Mais, nous vendons de la drogue pour le fric pour leurs fare plaisir aux acheteurs, mais la mort vous n'y penser pas tout de même ?

Kisama : Tu ne comprends pas, si tu tues, tu reprends la marchandise qui n'est pas consommée, ainsi tu économises et tu vends donc beaucoup plus ! Mais cela importe peut, tes champignons ne valent rien, tu nous embobines dans tes paroles de poisons.

Anasai : Je suis totalement d'accord avec vous Kisama-sensei.

A ce moment-là, je comprenais à peu près leur discussion, Kisama le "chef" du groupe ne voulait plus faire profiter la drogue aux autres, ils voulaient leur reprendre en les tuant avec leurs propres drogues si j'ai bien compris ... Mais Shito avait menti sur le contenu de ses champignons et a donc mal vu par ses coéquipiers qui, vu leur regard, sont complètement dépourvu de pitié et veulent tuer pour leur bon plaisir, pour leurs affaires. Mais, j'avais donc les suspects en ma possession, ce qui était très bien, je devais maintenant les arrêter toute seule. Contre trois c'était très délicat, je pouvais faire quoi moi, en plus il y en avait un qui étai shinobis. Je devais les arrêter un par un.

Shito : Bon ça suffit ! Je ne veux pas tuer moi ! Je vais tout dire à la police ! Je vais me rendre, la mort, c'est ce qu'il y a de pire dans la vie, vous vouez vraiment faire mourir des personnes pour votre propre intérêt ? C'est vraiment du n'importe quoi ! Je m'en vais.

Kisama : Pas si vite sale cabot, tu me dois de l'argent et ... Ta vie aussi.

Je sentais que cela aller très mal se passait, il faut qu'ils aillent en taule, mais aucun d'eux ne doit mourir. Alors je suis sortis de ma cachette, puis je me décidai d'interrompre leur petit spectacle.

- Messieurs, suffit. Vous êtes tous coupables de trafic de drogue, moi genin de Konoha je vous arrête par l'ordre de l'Hokage.

Kisama : Bonjour jeune et belle demoiselle, vous êtes très jolie vous savez, vous ne me faites en aucun cas peur, je suis shinobi moi aussi.

- Vous, je ne vous ai pas donné l'autorisation de me répondre, vous me suivez un point c'est tout.

Shito : Genin, je dois avouer mes faits et je me rends sans plus tarder, je voudrais m'excusez de ce que je faisais avec ces champignons hallucinogènes...

- Trèves de bavardages, dépêcher vous, Shito vos excuses devront être décidées par une autre personne que moi. Mais je vous crois.

Je sentais une tension monter près de Kisama, son chakra était de plus en plus fort, il aller certainement attaquer. Alors que Anasai lui ne bougeait pas d'un seul centimètre. Puis d'un coup, Kisama sortit un énorme shuriken, il le prenais très mal, puis il se blessa et le laissa tomber par terre.

Kisama : Aie ! Bobo !!!

Euh attendez on récapitule la scène, un shinobi qui dit "aie bobo" en tenant un gros shuriken, mais attender, c'est ça le shinobi, ce n'est pas possible, il est pourtant très sérieux quand il parle, on sent qu'il s'impose en tant que chef, mais là, c'est du blabla sans nom. A peine j'eut ma tête dans mes pensées, qu'il aller faire une technique.

Kisama : Tu vas voir ! Multiclonage !

Des clônes de Kisama apparaissait petit à petit, mais ils avaient une de ses mines, cela faisait très peur, un clone marcher vers moi et tombait comme une quiche molle. Même la technique la plus simple du monde, il n'arrivait pas à la faire. Pour lui se devrait être très humiliant. Alors pour lui faire très peut, je décidais de lui montrer une vraie technique.

- C'est tout ? À moi maintenant ! Ketsueki suraido !

Avec mon Ch'iton, je faisais apparaitre un Naginata qui était ensanglanté par mon sang, quand il vit la taille de la bête, il tournait de l'œil et s'effondra sur le sol. Je voyais donc que l'affaire était réglée, il n'y avait plus que Anasai qui ne bougeait plus, figé.

Shito : Rend-toi Anasai, tu ne vaux pas mieux que lui, la genin et bien trop forte pour vous et... pour moi aussi de toute évidence.

Anasai : Jamais tu entends, jamais !

Il allait s'enfuir, mais avec un réflexe d'une vitesse époustouflante, j'avais lancé mon naginata entre ses jambes.

- Oh que si, tu vas te rendre, ou alors j'en lance un autre qui atterrira bien là ou il faut.

Shito accouru devant Anasai, lui prit les mains pour les lui bloquer, puis, le redressa devant moi. Moi, je soulevais Kisama qui ne pesait pas énormément, je le disposais sur mes épaules, puis nous nous en allâmes de l'endroit où nous étions pour ainsi les emmenait là ou il devait être jugé. Après une longue journée de rapport, les trois hommes, trafiquants de drogues, avaient été donc arrêtés, l'un s'est rendu sans faire d'histoires, alors que les deux autres ont dû être arrêter par la force. Ils ont donc eut un châtiment, celle de la prison. Les champignons, pilules et herbes ont été vite repérés dans les marchandises de marchand ambulant dans le village de Konoha. Ils ont donc été retirés du commerce. Quant à moi, je continuais ce que j'avais à faire, je pensais à ce qui allait m'arriver dans les prochains jours, plongés dans mes pensées les plus profondes, sur le toit de ma maison, à regarder la pleine lune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Trafic de drogues - C.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-