AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 L'odieux silence des macchabées [Aku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1460
Rang : SSS


Message(#) Sujet: L'odieux silence des macchabées [Aku] Mar 28 Mai 2013 - 23:07

"... Aku, t'es sérieux là?"

Le petit bonhomme sur les épaules du luthier n'était plus du tout le môme qu'il était quand il l'avait connu. Il ne s'était pas contenté de prendre du poids, mais aussi un paquet d'expérience. Il était jônin désormais, comme lui. Les rôles du cavalier et du destrier n'avaient pas été inversés pour autant.

Les camarades Konohajins avaient prévu de s'entraîner ensemble dans la forêt, sous prétexte qu'il n'avaient pas eu beaucoup d'occasions de se croiser dernièrement et qu'il fallait qu'ils se rattrapent. Mais en se racontant leurs récits de guerre sur le chemin pour faire passer le temps, leur conversation avait prit une tournure assez inattendue.

Onpu savait qu'Aku avait fait partie de l'équipe chargée d'exterminer le corbeau, inhibiteur de Makka, lors de l'assaut final. L'une des premières surprises, c'était qu'il avait fait équipe avec Yuuki Setsuna pour cette tâche, à savoir un ancien collègue du mélomane lors d'une mission tout aussi dangereuse qu'importante. Un Sunajin à leurs côtés, ils avaient combinés leurs efforts et leur chakra pour braver tous les pièges qui leurs étaient tendus dans l'antre de Makka, et ils n'avaient pas été des plus banaux! Des colonnes de chair, des monstruosités dont seule la nécromancie pouvait être responsable... Mais l'essence du récit du jeune garçon se situait plus loin.

Il y était question d'une femme. Blonde. Nommée Ava. Et de paroles, de prophéties concernant les Furyous.
En continuant de voltiger de branches en branches pour s'éloigner au maximum du village, Onpu faisait travailler ses neurones. Il était probable qu'Aku aie des informations plus ou moins vitales pour les prochains mouvements de la Racine.

"Tu peux essayer de te souvenir précisément de ce qu'elle a dit à ce moment-là? C'est important. Je t'expliquerai pourquoi après..."

Ce qu'il allait dire serait peut-être bon à classer secret défense; pour s'assurer que personne ne les écoutait dans cette vaste forêt, Onpu préféra activer sa technique d'audition. Les présences non animales étaient très éparpillées, et relativement lointaines, ils étaient tranquille. Une trace sonore avait retenu l'attention du luthier, ou deux pour être exact. Il lui semblait bien reconnaître le souffle sauvage de Kiba et son maître Aki, les deux loups devaient certainement être en pleine partie de chasse. Raison de plus pour ne pas les déranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try

avatar
Informations
Grade : Aizuyake - Chef Hyô
Messages : 1000
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: L'odieux silence des macchabées [Aku] Mer 29 Mai 2013 - 17:32

Aujourd’hui était un jour particulier, puisqu’on avait décidé avec On’ de s’entraîner ensemble. Cela faisait un moment que l’on ne s’était plus trop vu, et que l’on est plus resté ensemble. Oui, ça date de la guerre avec Suna. Comme quoi, ça fait vraiment longtemps, que nous n’avions pas eu une occasion comme celle-ci. On va dire qu’avec mon voyage à Suna, mes promotions suivies de ces nouvelles responsabilités, ainsi que les siennes… Le temps, il fallait le trouver. Entre deux missions, ou tout autre. On va dire que c’est l’occasion de rattraper le temps perdu. Une chose est sûre, je comptais en profiter, pour passer une bonne journée. Un peu de distraction ne ferait de mal à personne.

Je ressentais un certain sentiment de nostalgie. Après tout, c’est la première personne à qui je me suis attachée à Konoha. Cela me rappelait mes débuts, et cela me faisait du bien un peu. Surtout que j’étais, comme dans le bon vieux temps, à ma place privilégiée : sur ses épaules. Je me rappelle encore quand je lui tapais sur la tête à partir de cette place. Heureusement pour lui, je ne le faisais plus. J’étais toujours assez petit et léger pour qu’il puisse me supporter là-haut, à moins qu’il cache sa douleur, ce que je prendrais plutôt mal en fin de compte. Bah, n’y pensons pas, et profitons de ne pas avoir à marcher, pour une fois, et ce, depuis longtemps.

On se dirigeait donc vers la forêt de Hi no Kuni, et on parlait, de tout et de rien. À un moment donné, je me mis à lui raconter ce qu’il s’était passé de mon côté, lors de la guerre contre Makka. Cette histoire de corbeau, qui a été malencontreusement tué contre notre volonté. Enfin, ce n’est pas comme si on voulait le sauver, mais… On aurait voulu en savoir plus sur cette histoire, sur cette femme nommée Ava, ainsi tout ce qu’elle savait. Mine de rien, elle en savait beaucoup sur cette histoire de Furyou, et ne nous a sans doute pas livré tout son savoir. Pour couronner le tout, elle était restée vague sur certains détails… Ce n’était que principalement de la déduction, et il y avait donc une certaine chance d’être dans l’erreur. De mon côté, je me demandais bien comment cela s’était passé pour lui. Je savais bien qu’il a triomphé de Makka, il est entré dans la légende ce jour-là. Mais ce que je voulais, c’était des détails. Enfin, nous verrons bien le moment venu.

Mon récit fit réagir le Myakudou. Il avait l’air de s’y intéresser. Mes quelques paroles le laissèrent perplexe et pensif. Il me demandait même si j’étais sérieux. D’un mouvement de tête, j’acquiesçai.

    - Yep, j’ai jamais été aussi sérieux.


C’est le cas de le dire. Dans tout ce que je disais, il n’y avait pas un seul mensonge. Il n’y aurait absolument aucun intérêt. Surtout qu’il avait l’air de s’y intéresser. J’ignore pourquoi, mais il semblait particulièrement s’intéresser à ce qu’Ava nous a dit concernant le Sandaime Kazekage. Oui, c’est plus ce passage-là qu’il l’a interpellé. Enfin, cette femme n’avait en rien prouvé ce qu’elle avançait, donc trop s’y intéresser pourrait nous induire en erreur. Non ? En tout cas, il voulait que je lui dise ce qu’elle m’a dit exactement. Si ça lui fait plaisir. Je me concentrais quelques secondes, pour bien tout me rappeler, histoire de ne rien omettre. Il semblait y accorder une certaine importance après tout. Tout en étant pensif durant quelques secondes, je me remémorai tout ce qu’elle a pu dire, avant de lui répondre.

    - Eh bien… Elle nous a parlé de son lien avec Makka, et du corbeau déjà. Son rôle était de protéger ce dernier, afin d’assurer la survie de sa gouvernante. La suite de son récit m’a laissé perplexe par contre… Elle était persuadée que si Makka était vaincue, un nouveau « tyran » émergerait, pour prendre sa place, et qu’il se trouvait parmi nos chefs. Ce serait un plan orchestré par l’un d’eux, qui serait le « véritable danger ». Elle ne l’a pas dit explicitement, ni prouvé par A plus B, mais elle sous-entendait que le Sandaime Kazekage serait celui qui prendra sa relève. On a bien compris que c’est de lui qu’elle parlait. Elle disait également qu’il serait atteint du même mal que l’Impératrice des Flammes. Ce mal serait cette histoire de Furyou, dont j’ai entendu parler lors de cette mission… À ne pas en douter. Puis elle a mentionné qu’un certain Tsura allait causer le chaos. Ce serait… Lui ? C’est sûrement ce qu’elle a voulu dire par là…


Je marquais une petite pause, afin qu’il assimile bien tout ce que je viens de raconter. Suite à ça, je repris la parole une énième fois.

    - Au final, elle est persuadée qu’il va prendre la relève, et qu’il posséderait un Furyou en lui… Enfin, rien ne prouve qu’elle ait raison sur Raiu no Kenji. Ce ne sont que des paroles, et elle ne nous a fourni aucune preuve de ce qu’elle avançait. Elle a été tuée avant, malheureusement… Je n’en ai encore parlé à personne, car ce sont peut-être de fausses informations, je voulais en savoir plus avant. Mais bon, ton avis là-dessus aiderait bien finalement, ce n’est pas plus mal que tu demandes... Pourquoi ça t’as intéressé donc ?


Il avait promis de m’expliquer par la suite. Peut-être savait-il des choses de son côté ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1460
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: L'odieux silence des macchabées [Aku] Sam 22 Juin 2013 - 18:12

Le récit du petitou avait eu l'effet d'une gifle sur Onpu.
Pourtant, il n'y avait pas de quoi rendre tangible le pressentiment qu'il avait eu vis-à-vis de Kenji; une espèce de prophétie qui allait dans le même sens, tout au plus. Mais c'était suffisant pour lui, car il savait que son flair n'était plus la seule variable en jeu dans l'équation. Il y avait maintenant les dires d'Ava, protectrice du familier de Makka en personne.

- Bonhomme, y'a de grandes chances pour qu'elle t'aie dit la vérité. Quand Kenji a disparu, j'étais aux premières loges, et j'ai senti qu'il lui arrivait quelque chose. J'avais déjà entrevu une partie de son... autre lui, à l'examen chûnin, et avec ce que tu me dis j'ai de plus en plus de raisons de penser que c'était effectivement son Furyou qui a prit le dessus à la bataille de la Cendre. Si tel est le cas, ça veut dire que Raiu no Kenji est nécessairement plus ou moins vivant, puisque habité par une entité immortelle.

Tout ce qui nous reste à savoir, c'est...


Il s'interrompit en sentant une présence sonore alarmante se rapprocher d'eux. Il lui fallut quelques secondes pour se rendre compte qu'il s'agissait de celle d'Aki et son chien-loup. Diantre, voilà qui allait les obliger à avorter leur conversation.

Ce fut Kiba qui arriva en premier, mais étrangement il se contenta de leur couper la route, sans prendre la peine de les remarquer. Aki, un peu plus humain, se stoppa quelques secondes sur une branche de cèdre, adressant un salut gestuel à son ancien camarade de chasse, non sans s'étonner de la présence du petit lutin sur ses épaules. On' jugea bon de les présenter.

- Aki, Aku. Aku, Aki... comme c'est drôle.
- On' a du me parler de toi un jour, petit homme. Pardonnez mon incivilité tous les deux, mais je vais devoir vous laisser. Kiba est excité, il y a des vapeurs de sang dans les parages...
- Aucun problème, retourne chasser.
- Ah, mais je ne chasse pas, mon cher Onpu.


Il avait répondu d'un ton exagérément grave, comme pour signifier que son flair et celui de son animal les guidaient tous les deux non pas vers une proie, mais vers une sinistre découverte. Une nouvelle fois, Onpu eut un mauvais pressentiment, et en ce jour plus que les autres il était confiant envers ses premières impressions.

- On peut se joindre à toi ?
- Venez.

Et il repartit, sautant d'arbre en arbre à sa façon, avec cette vélocité efficace et bestiale qui le caractérisait. Kiba était déjà loin, et il préféra le rattraper, car il savait qu'Onpu n'avait pas besoin de le voir entre les troncs pour être en mesure de le suivre. A ce moment, il aurait pu reprendre la conversation avec Aku, mais s'il était certain qu'Aki avait un odorat hors du commun, il n'était en rien sûr de ses capacités auditives. Mieux valait garder le silence.

La course dura quelques minutes. Elle s'acheva quand Aku et sa monture arrivèrent dans une clairière. Au centre de cette clairière, un enclos de bois, et une demeure aux volets fermés.

[HRP : il s'agit du lieu de ce RP : http://www.shinobinohattan.com/t6705-the-hunter-s-tools?highlight=hunter ]

Kiba était assit, face à la porte d'entrée de la demeure, son maître à ses côtés. En reprenant son souffle, Onpu fit descendre Aku, et s'approcha de l'enclos. L'herbe était haute, le champ n'était plus entretenu. Une brève activation de sa technique d'audition lui permit de confirmer son a priori comme quoi le lieu n'était plus habité. Il s'approcha d'Aki, qui se tenait curieusement immobile depuis plusieurs dizaines de secondes, les yeux rivés sur la bâtisse.

- Il n'y a plus personne là-dedans, fit-il remarquer.
- Faux.

On' le dévisagea avec inquiétude.

- Tu viens de pointer du doigt les limites de ta sensorialité, ami musicien. Ton ouïe prend trop de place, elle te bouche le nez. Même ton petit camarade a du percevoir que la mort était omniprésente dans cette maison.

L'homme-chien adressa un regard furtif à Aku. On' fit de même... il était comme tétanisé en prenant conscience des réalités annoncées par l'Inuzuka – pas seulement à propos de la présence de cadavres dans la maison, mais également par rapport au fait que tout ce qui n'était pas vivant n'émettait pas le moindre son. Cette dernière idée lui glaça le sang... la porte de la maison semblait maintenant beaucoup plus grande et ténébreuse, en dépit du soleil qui déversait toute la lumière du jour sur son bois terni.

L'angoisse gagnait le luthier.

- J'imagine qu'il faut qu'on aille vérifier à l'intérieur.
- Sans moi. Je n'ai pas besoin d'aller plus loin pour savoir qu'il s'est passé quelque chose d'abominable ici. Autant prévenir le village le plus vite possible...


On' se passa la main dans les cheveux, perturbé.

- Ok. On va constater les dégâts, et on complétera ton rapport à notre retour.

L'Inuzuka acquiesça sans un mot, puis fit mine de partir vers le village. Kiba le suivit silencieusement. Le mélomane orienta à nouveau son regard vers celui de son petit compagnon, comme pour y trouver un certain soutien psychologique, ainsi que la force et la motivation pour actionner cette poignée rouillée et ouvrir cette maudite porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try

avatar
Informations
Grade : Aizuyake - Chef Hyô
Messages : 1000
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: L'odieux silence des macchabées [Aku] Lun 24 Juin 2013 - 15:00

Il savait également des choses. Des informations importantes dont je n’avais pas encore pris connaissance. Non pas que mon but premier était de retrouver le Kazekage, mais si je pouvais obtenir une base d’informations solide à son sujet, je pense que ça pourrait m’aider.  Pour lui en tout cas, il était persuadé que cette femme m’ait dit la vérité, et que Raiu no Kenji posséderait effectivement un Furyou en lui, ce dénommé Tsura. Il m’expliqua alors pourquoi il avait cette certitude : il était là lorsqu’il a disparu. Pour une personne normale qui regarde avec ses yeux, il était impossible de comprendre ce qu’il s’était passé. Pour On’ par contre, le meilleur senseur que je connaisse, il a ressenti quelque chose lors de sa disparition. Encore mieux : il était déjà sur la piste d’un « autre lui » comme il disait, et ce depuis l’Examen Chûnin. À l’époque, je n’étais qu’un Genin, c’est que ça date quand même.

On en arrivait donc à la même conclusion : il est toujours en vie, puisque son Furyou est aussi immortel. Etait-ce une bonne, ou une mauvaise nouvelle ? Une bonne pour l’humain, une mauvaise pour le démon. Voila ce que c’était. Les dires d’Ava s’avéraient justes. Jusqu’où avait-elle raison ? Et surtout… Comment en est-elle arrivée à un tel raisonnement ? Le mystère d’Ava ne cessait de grandir. Mais tout ce qu’elle nous a dit allait grandement nous aider. Encore une fois, merci. Je ferai en sorte que ta mort ne soit pas vaine. Mais pour le moment, il fallait que j’en apprenne plus auprès de On’. On possédait tous les deux des informations à ce sujet, ce serait con de ne pas se les partager. Mais alors qu’il me parlait, quelque chose l’interrompit. Ou plutôt quelqu’un. Il ne termina pas sa phrase.


- On’ ?


Et je compris bien vite. Un chien magnifique arriva, pour se poster devant nous, alors que nous étions en pleine discussion. Bon après, ce n’est qu’un chien. Ah, non. Son maître arriva par la suite, il semblait connaître le musicien. Ce dernier nous présenta… D’une manière particulière, jugeant que c’était drôle. Bof, pas vraiment. Je me contentai d’un petit coup sur son crâne, avec ma main, histoire de lui remettre les idées bien en place. Oui, j’étais un peu énervé, car je voulais savoir la suite de son histoire ! Bon, ce n’est pas vraiment sa faute. Mais je ne compte pas m’en prendre à cet Aki, qui semblait être du clan Inuzuka. Après tout, je ne le connaissais pas.


- Oui donc, Aku. Enchanté Aki !


C’est vrai que ça se ressemblait. Non, j’ai rien dit. Je préfère mon humour à celui du Myakudou, à ne pas en douter. Il s’excusa, car il devait nous laisser à cause d’une odeur de sang. Jusque là, rien d’étrange. La chasse avait beau être une pratique que je ne n’appréciais pas, je devais la respecter. Sauf que… Ce n’est pas ça. Il ne chassait pas ? Mais alors, ce sang… On’ eut la bonne idée de lui demander si on pouvait venir. De mon côté, j’acquiesçai d’un mouvement de tête, pour leur dire que j’étais de ce même avis. Il accepta volontiers de nous y guider.

On se mit donc en route, pour une destination qui nous était encore inconnue En chemin, on était resté silencieux. Bien que nous étions assez éloigné d’Aki et de Kiba, on ne poursuivit pas notre conversation. Pour ma part, j’étais bien plus intrigué par cette affaire. Je ne sais pas pourquoi. Je sentais que la découverte qu’on allait faire allait être… Spéciale. Je ne trouve pas de mot pour qualifier cela. C’est vraiment étrange comme situation.

On finit donc par arriver à destination. L’Inuzuka et son compagnon étaient déjà arrivés. Le musicien me déposa à terre, et j’observai les alentours. On était sur un terrain tout à fait normal, avec une charmante maison en plein milieu. À première vue, elle semblait abandonnée. Sauf que… Non, quelque chose. Une fois que je m’étais rapproché de l’Inuzuka, mes craintes se confirmèrent. Il y avait bien quelque chose. De très familier même. On’ nous informa qu’il n’y avait personne, avant de se faire contredire par Aki. Lui aussi… Il l’avait senti. La mort. Les deux me regardèrent alors.


- Oui. La mort empeste ici. J’en suis sûr.


Au fil du temps, j’ai appris à ressentir la mort. Travailler et se battre quotidiennement avec des cadavres a éveillé cette aptitude en moi. Suite à ça, l’Inuzuka partit immédiatement faire son rapport au Hokage, alors que nous nous apprêtions à rentrer dans la demeure. J’ignorais sur quoi on allait tomber à l’intérieur, mais je ne le sentais pas. Je parvenais encore à garder mon calme, car ce n’était vraiment pas la première fois que j’allais tomber sur des dépouilles, mais là… C’était différent. Une sorte de mauvais pressentiment m’habitait. Il fallait en avoir le cœur net. Regardant mon senpai, je mis ma main sur la poignée.


- On y va ?


Sur ces mots, j’ouvris la porte.

La porte grinça, la lumière du jour envahit alors les lieux sombres qui s’offraient à nous. Et là, plus besoin d’un Inuzuka pour sentir cette odeur de sang et de mort. Sans aucun bruit, on s’avança dans la maison, constatant les dégâts. L’odeur de sang me mena à ce qui semblait avoir été une cuisine, avant de devenir une simple boucherie. Toujours terni dans le silence, par respect pour ces défunts, je me contentais d’observer pour l’instant. Une femme s’y trouvait, avec de multiples coups de couteau dans le ventre. Je marchais donc dans la maison, pour regarder l’étendue des dégâts. Malgré tout, je gardais mon calme. Pour combien de temps ? Je ne sais pas.

On se sépara. De toute manière, il n’y avait aucun risque, sinon On’ l’aurait débusqué sans rencontrer de réels soucis. Mes pas me menèrent donc dans une salle bien différente. Une chambre, plutôt de fille. Là, un autre corps. Une fille encore plus jeune que moi. Je me mordis les lèvres en voyant cela. J’ignore ce qui leur est arrivé, mais… C’est écœurant. J’imagine que cette famille n’a rien fait pour mériter ça. D’instinct, je m’approchais de la jeune fille. Je pris sa main dans la mienne, elle était froide. Puis mon attention se porta sur son visage, qui était face au sol. Dès que je le vis, le calme dont je faisais preuve disparut aussitôt. La panique m’assaillit, et des tremblements s’ensuivirent.


- O… On’ !! V-Viens voir, vite !!


Je crois que je n’ai jamais crié aussi fort. S’il avait activé une quelconque technique de sensorialité auditive, il serait sourd à l’heure qu’il est. Transpirant, tremblotant, je m’étais reculé de cette fille, et était tombé à la renverse, sur le sol de sa chambre, tentant de garder une distance avec ce corps. En même temps, ce n’est pas tous les jours qu’on voit ça… Cette pauvre fille n’avait plus de visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1460
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: L'odieux silence des macchabées [Aku] Dim 28 Juil 2013 - 13:54

Onpu haïssait Aki et son clébard à ce moment-là. Le chasseur était bien entendu dans le vrai. Le sang, bien que séché désormais, tapissait le parquet. Aku et lui avaient tous deux gardés le silence en voyant le tronc perforé de cette femme dans la cuisine.

Le petit nécromancien avait décidé de suivre les traces de griffes dans les cloisons. Onpu, lui, continua l'inspection plus loin, dans un couloir où le sang semblait avoir moins coulé. Ses pas le menèrent également dans une chambre, au centre de laquelle trônait un corps inerte, d'homme cette fois-ci. Sa tête était tournée à cent-quatre-vingt degrés, ce qui en disait long sur l'état des os de son cou. Soit ils étaient passés à plusieurs ici, soit l'assassin aimait varier. Ou alors, il n'aimait que le sang des femmes, c'était aussi une option, il fallait s'attendre à tout avec ces malades.

Aku appela. Ni une ni deux, On' parcourut le couloir en une paire de bonds, et rejoignit le petit bonhomme dans la pièce où siégeait le point d'orgue du massacre. Une fillette sans visage. Aku, d'habitude si délicat avec les cadavres, était sur les fesses, apeuré comme un môme ordinaire. Onpu, quand à lui, n'avait pas pu regarder pendant plus qu'une fraction de seconde. Il en avait déjà trop vu. L'odieux silence des macchabées lui donnait la nausée.

- Sortons.

Dehors, la lumière et l'odeur de la nature lui fit l'effet d'une bouffée d'oxygène. Il tomba à genoux, et se prit le visage entre les mains, traumatisé.

- L'être humain qui a fait ça doit... mourir.

C'était sorti naturellement.
La situation avait pris un tournant grave. Aku ne semblait pas être ressorti plus indemne que lui de cette épreuve. On' ne voulait pas rester une seconde de plus ici, et l'urgence représentée par cette sinistre découverte le poussait à rattraper Aki pour compléter son rapport. Il se releva donc, et rejoignit Aku pour l'inciter à monter sur ses épaules.

Sur le chemin du retour, Onpu avait hésité à détendre l'atmosphère et à faire remarquer au lutin au dessus de sa tête qu'il n'aurait eu qu'à tendre la main pour se servir en cadavres une fois sur place, mais cela aurait été de très mauvais goût. Quel nécro était assez malsain pour désirer un cadavre sans visage, de toute façon ? Quoique tous les nécros étaient un peu malsain, à bien y réfléchir. Mais Aku avait encore cette innocence propre à son âge, même s'il grandissait à vue d’œil.
Il tenta de le rassurer, un peu malhadroitement :

- T'inquiète, bonhomme. On trouvera qui a fait ça, et on mettra fin à ses jours. Konoha a vu bien pire, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try

avatar
Informations
Grade : Aizuyake - Chef Hyô
Messages : 1000
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: L'odieux silence des macchabées [Aku] Dim 28 Juil 2013 - 21:55

En venant dans cette maison, et dans cette chambre, je m’étais préparé au pire. Et pourtant. Je n’ai pas été en mesure à m’attendre à voir ça. Une fille plus jeune que moi, morte, et surtout sans visage. Qu’est-ce que ça voulait dire… ? Je n’ai jamais rien vu de tel. Le tueur en question n’était pas qu’un simple assassin de pacotille. Un véritable danger. Voilà ce que c’était. Ca ne me plaisait pas du tout. Surtout lorsque l’on tombe nez à nez avec un spectacle aussi macabre. Voilà de quoi animer mes cauchemars pour quelques jours. Super. En tout cas, j’étais dans l’incapacité de me relever. Le choc avait été rude. Psychologiquement, j’ai pris un gros coup.

On’ finit par arriver, ce qui me rassura un peu. Je n’étais plus seul. J’espérais qu’il avait une explication à ce phénomène nouveau pour moi, mais il n’en avait pas l’air. Ou alors, il ne m’a rien dit. À peine avait-il posé son regard sur la tête sans visage de la gamine qu’il donna un ordre : celui de sortir. Je crois que je n’ai jamais été autant d’accord avec lui. Secouant fébrilement la tête, je parvins à me relever, et à me diriger vers la sortie. Bien entendu, je ne regardais plus autour de moi, par risque de retomber sur une victime similaire à la jeune fille. J’en ai déjà vu assez, ça m’a suffit.

Nous revoilà donc à l’extérieur de cette maison. J’avais l’impression de renaître, ou plutôt de revenir des Enfers. Cette maison était digne des plus grandes maisons hantées de ce monde. Rien qu’un seul élément pouvait traumatiser une personne. Encore moi, je ne suis qu’un enfant. Cependant, On’ avait l’air vraiment affecté par ce qu’il avait vu également. Comme quoi, ce n’était pas qu’une simple question d’âge. Il était à genoux sur le sol, mal.


- L'être humain qui a fait ça doit... mourir.


Je regardais d’un œil étonné le musicien. Je ne l’ai jamais vu comme ça. Mais ce qu’il disait était entièrement juste. Pour un tel acte, il n’y avait pas d’autres sentences possibles. La mort était la seule destinée de ce tueur. Mais comment faire pour mettre la main dessus ? Aucune idée pour l’instant. Une fois notre rapport fait, le Hokage prendra les choses en main. Des personnes plus spécialisées dans de tels cas que nous deux se chargeront de trouver une piste. Nous n’avions fait que constater les dégâts de notre côté. De mon côté, j’étais vraiment mal. Mes membres tremblaient encore, et l’image de cette fille me revenait sans cesse en tête. Je me mordais l’index sous l’effet de la tension et de l’angoisse.


- Ou-Oui.


J’étais entièrement d’accord avec lui. Il devait mourir.

On se remit donc en route pour le village. Aki et Kiba sont partis depuis quelques temps déjà pour faire un premier rapport au Godaime. Il fallait que l’on fasse le notre maintenant. En chemin, ça allait déjà un peu mieux. J’ai retrouvé ma place favorite : sur ses épaules. Je me sentais bien mieux là-haut que dans cette horrible demeure. Quand j’y pense, je me dis que j’ai eu de la chance de ne m’être pas retrouvé tout seul là-bas. Je ne sais pas comment j’aurais fait pour trouver la force d’en fuir.

Le luthier tenta de me rassurer, en me disant qu’on trouvera ce meurtrier, et qu’il ne s’en sortira pas vivant. Je l’espère de tout cœur. Si possible, j’aimerais le tuer de mes propres mains, pour venger cette pauvre fillette, ainsi que ses parents. Bien que le cas de la fille m’intriguait beaucoup plus… Comment l’assassin en question a pu ôter le visage de sa victime. C’est complètement insensé. Le meurtrier était-il seulement humain ? Ou bien est-ce une créature particulière, un monstre ? Non, je me fais des films. Ca n’existe pas… Sauf si. Et si… ?


- C’est lié… ?


Comme d’habitude, je pense à voix haute, et je parle donc tout seul. Une pensée me revint à l’esprit. J’écarquillais grand l’œil, en pensant à quelque chose. J’ai peut-être touché du doigt une donnée que j’ai failli oublier.


- On’, j’y pense… J’ai oublié de te dire quelque chose. Ava a aussi parlé d’un chasseur de visages, et elle parlait de ce Tsura, et donc de Kenji. C’est une simple coïncidence ou bien… Ou bien ce surnom a un lien avec la fillette qu’on a vue ?


Ce serait donc Kenji qui serait derrière tout ça ? Même s’il a disparu, c’est grave de l’accuser de la sorte. Seulement… Il faut dire que ça tient debout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1460
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: L'odieux silence des macchabées [Aku] Lun 29 Juil 2013 - 22:53

Le petiot était ailleurs. Sous le choc, certes, mais sa tête n'était pas totalement restée là-bas. Ça cogitait fort là-haut, ça recollait des morceaux, des souvenirs. Heureusement, il avait eu le bon goût de les partager avec On'.

Et il y avait effectivement de quoi se poser la question. Le senseur avait appris à se méfier des coïncidences. C'était la première fois qu'il entendait parler de ce délire d'arracheur de visages, et cela semblait s'insérer dans le puzzle comme une clé dans sa serrure. Cela ne fut pas suffisant pour arracher un sourire à Onpu, le visage encore un peu figé par le dégoût.

- … Encore trop tôt pour tirer des conclusions là-dessus. Mais c'est une piste à garder à l'esprit. Merci encore pour ton aide précieuse, Aku.

Son ton était anormalement monotone. Pourtant, des lueurs d'espoirs naissaient en lui, et pas seulement au niveau de l'emboîtement des pièces du puzzle. Au delà de cette sombre découverte, la dernière heure s'était révélée très enrichissante grâce au petit lutin, qui devenait jour après jour un grand lutin. Son profil évoluait, à commencer par sa maturité qui faisait manifestement des pas de géants. Les responsabilités uniques qui lui avaient été attribuées à Hai no kuni l'avaient probablement propulsé dans ce sens. Son profil de petit génie n'était par ailleurs plus à démontrer : les jônins de son âge ne courraient pas les rues. A cela s'ajoutait le fait qu'il commençait à posséder un grand nombre d'informations confidentielles. Il suffisait d'un petit quelque chose pour en faire un éventuel candidat à la Racine, mais quoi ?

En y réfléchissant, On' comprit. Le môme avait peut être du mal à tenir sa langue. Même s'ils n'entretenaient qu'une relation de forte camaraderie, Aku n'avait pas hésité à vider son sac, et étaler la totalité des informations qu'il avait au sujet de Tsura et tout ce qui allait avec, alors que l'on pouvait objectivement considérer ces infos comme bonnes à classer secret défense. La maturité avait peut-être besoin d'un ultime coup de pouce. Après tout, Onpu avait subit un test pour entrer à la Racine, et s'il projetait d'y faire entrer le gnome aux zombies, il n'y avait pas de raison pour que ce dernier y échappe. Ça serait alors l'occasion de lui transmettre quelques valeurs...

Entre les troncs des cèdres, le rouge-brun des grands remparts s'installait lentement. De retour au village.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
 

L'odieux silence des macchabées [Aku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-