AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Autre niveau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Messages : 20
Rang : C

Message(#) Sujet: Autre niveau Jeu 6 Juin 2013 - 12:32

Meutre matinal
───────────────
Je n’ai jamais demandé d’être celui que je suis aujourd’hui. Croyez bien que si on m’avait demandé si je voulais vivre avec ce secret, j’aurais refusé sans la moindre hésitation. Après tout, qui a envie d’avoir des pulsions meurtrières ? Surtout vu ce qui m’avait poussé à devenir ainsi, je préférais ne pas y repenser. Cette gêne, ce désir sanglant avait su devenir au fil du temps un secret lourd à porter. Fort heureusement pour moi, j’étais né avec un esprit dont l’intelligence était loin d’être commune. J’étais intelligent, bien plus que la plupart des shinobis et même des Hommes. C’était sans nul doute ce qui m’avait valu d’être toujours en vie et libre à l’heure actuelle. Mais aujourd’hui, tout était d’un autre niveau. Un niveau supérieur…

Car j’avais de nouveau cette envie de tuer. Pour la première fois depuis que j’étais arrivé à Konoha, l’envie s’était clairement fait sentir. Je connaissais bien mon corps à force, et il m’était devenu aisé de comprendre quand cela devenait urgent. Et ça allait bientôt être le cas.

Pourtant, je n’allais pas attendre. Je le pouvais, mais il était mieux que je tue aujourd’hui. Je connaissais déjà ma cible, et tous les éléments aussi bien extérieurs qu’intérieurs convergeaient en cette matinée. L’homme était choisi, le lieu était choisi, la façon était choisie. Tout avait été décidé.

Il fallait dire que ma proie me facilitait grandement la tâche. Yakusho Toru, un homme d’une soixantaine d’années emprisonné pour viol sur une fille de seize ans, qu’il a ensuite tué. J’avais repéré son nom lors de ma mission providentielle à la prison de Konoha. Il était celui qui devait sortir le plus tôt, et probablement l’un des criminels les plus écœurants que je pouvais tuer. Sorti depuis six jours d’une peine de quinze ans, le vieil homme était célibataire et vivait dans une ferme non loin du village de la Feuille et d’un petit lac, que j’avais eu l’occasion de voir de loin.

J’étais donc sorti une nouvelle fois du village vers 7h30, et j’avais ramassé une grosse pierre sur la route. Il fut 8h10 quand je me retrouvai apparemment seul à épier la ferme du fameux Yakusho. Elle était loin d’être imposante, ce qui était mieux pour moi. Pas d’animaux à l’extérieur, ni de passants. Je savais qu’il avait géré seul son établissement par le passé, mais il m’était impossible de savoir s’il était en compagnie de quelqu’un en ce moment. J’attendis, jusqu’à ce qu’il sorte un instant vers 8h25 seul. Je décidai d’aller voir l’homme en question, prenant alors un petit risque. Mais de toute façon, même s’il était avec quelqu’un, je savais quoi dire.

En pénétrant dans la petite ferme, le vieil homme me remarqua tout de suite, et s’approcha de moi. J’eux oublié de préciser que je ne portais rien du village de Konoha, j’avais laissé mon bandeau à l’extérieur. Aux yeux du vieillard, je ne devais normalement être qu’un jeune homme comme les autres.
    ─ J’peux p’tet vous êtes utile ?
Sans doute, pensai-je.
    ─ Je voulais juste savoir ce que c’était.
Sur quoi je pointai du doigt quelque-chose de derrière, tout en empoignant de l’autre main la pointe d’un kunaï. Lorsqu’il se retourna, je le frappai un coup fort avec le manche de mon arme. Il tomba, et il ne me resta plus qu’à le ligoter avec les quelques cordes que j’avais pris dans ma sacoche.

J’avais remis mon bandeau avant de porter le vieil homme inconscient. Simple mesure de précaution, car même si le petit lac était juste à côté, je ne pouvais pas être sûr d’être seul. Ainsi, si quelqu’un passait et me voyait, il ne verrait rien de plus qu’un Konohajin revenant de mission avec un probable criminel qu’il avait capturé.

Finalement, je ne rencontrai personne sur les quelques minutes de route que je fis avec ma proie sur l’épaule. Il en fut de même au bord du petit lac, ou grande mare selon les convenances de chacun. Je posai alors Toru, et commençai à disposer quelques parchemins explosifs sur son corps. J’attachai ma sacoche à sa taille, et y mit la grosse pierre préalablement ramassée. Ainsi, j’étais sûr qu’il allait couler.

Fier de ce qui pouvait s’apparenter à un rituel, je réveillai l’homme avec un peu d’eau.
    ─ Q- C’est quoi c’bordel ?!
Conscient de ses cris, je lui fermai la bouche de force. Ce n’est que lorsqu’il sembla se calmer que je le laissai parler.
    ─ N-non… P-pourquoi ?
Je repris le kunaï avec lequel je l’avais frappé. Un léger sourire apparut sur mon visage.
    ─ Et pourquoi pas ? Désolé mais j’ai un rendez-vous dans pas longtemps.
Sur quoi je le tuai. Après l’avoir jeté à l’eau, j’utilisai mes dons pour faire disparaître le sang présent sur le bord du lac. Un simple mudra fit exploser le cadavre sous-marin. Enfin.

***
J’étais rentré au village à 9h40, ce qui me laissa amplement le temps pour me préparer pour mon rendez-vous avec Mogura. Je fis simple : une chemise sous une mince veste. Puis j’allai la chercher chez-elle à midi pile.
    ─ Bonjour.
Je l’embrassai, puis nous nous mîmes en route le sourire aux lèvres. Direction le restaurant. Une fois encore, sa beauté m’exaltait.
A moins que ce ne soit mon meurtre matinal qui m’eut mis dans cet état ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 243
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: Autre niveau Mer 12 Juin 2013 - 3:06

Un rencard avec son chéri étant une magnifique occasion pour se faire belle, la jeune femme allait encore passer un temps fou à se préparer, rien de vraiment très exceptionnel pour elle. Enfin, cela le devenait de plus en plus, avec la hausse du nombre de ses responsabilités, sa nouvelle vie, ses nouveaux engagements, Moira perdait petit à petit ses habitudes et prenait de moins en moins soin d’elle, favorisant un peu plus l’entraînement. Cela se voyait clairement à son apparence générale. Déjà, elle ne perdait plus de temps à protéger sa peau du soleil, de retour avec l’arrivée du printemps, son teint s’était donc foncé. Elle avait diverses marques, blessures et autres sur les membres. Ses cheveux avaient perdu de leur éclat, bref elle ne se reconnaissait plus.

Ce matin-là, en faisant refléter ses mains qu’elle avait tant de mal à rendre jolie dans son miroir, elle ne savait pas trop comment réagir. Ses yeux se froncèrent à nouveau car elle était soucieuse. Encore une chose qui marquait la peau de son visage, bientôt elle serait vieille et ridée alors qu’elle s’était promise de rester toujours belle. Elle se dévisageait comme une étrangère, mais peut-être était-ce une bonne chose après tout ? Peut-être cela voulait dire qu’elle n’était plus aussi superficielle, qu’elle avait murie, qu’elle rentrait dans le moule, qu’elle aurait bientôt un physique déprimant comme Miko sa sensei… Hors de question ! Elle frappa un grand coup dans le miroir qui se brisa en une centaine de morceaux éparpillés sur le sol de sa chambre. Elle venait d’endommager une nouvelle fois ses belles mains autrefois si pures et blanches.

Sans se soucier des dégâts qu’elle venait de provoquer, elle continua de se préparer, dissimulant au mieux ses blessures et maquillant légèrement son visage. Elle passa un certain temps à se brosser les cheveux et lorsqu’elle réalisa qu’elle ne tarderait pas à être en retard si jamais elle ne se pressait pas, elle enfila la robe printanière qu’elle avait prévue de porter avec de jolies petites ballerines et quitta sa chambre d’un pas vif. Elle se sentait vide sans tout son équipement ninja et surtout sans son bandeau, mais elle ne voulait pas y penser, aujourd’hui serait une journée de civilité complète, pas de missions, pas d’armes, pas de blessures. Après un hiver si agité et si terrible, aucun doute que le printemps lui ferait le plus grand bien. Un printemps qui avait débuté par sa promotion, que de bons augures donc.

Elle attendait devant chez elle et à midi pile survint son cher et tendre. Un large sourire sincère vint combler son visage et elle répondit avec passion à son baiser. Elle glissa ses doigts dans les siens et l’air rêveur se mit à marcher en sa compagnie en direction du restaurant, la démarche quelque peu sautillante et enthousiasmée. Pour éviter d’aborder tout ce qui pouvait bien avoir un lien avec le milieu ninja, elle se mit à parler de tout et de rien. Mais surtout de rien.

    L’autre jour, et je t’assure que c’est vrai, j’ai croisé une vieille et pauvre femme qui s’est mise à lécher le sol après y avoir renversé son plat à cause de ses mains tremblantes. Je t’avoue que je ne savais vraiment pas comment réagir, je ressentais beaucoup de pitié mais un peu de dégoût aussi, alors je voulais l’aider, humainement tu vois ? Lui tendre la main et compagnie mais je n’ai pas pu, on est tellement mal à l’aise dans ce genre de situation. Je me suis simplement approché d’elle et ai glissé suffisamment d’argent dans sa poche pour qu’elle puisse se nourrir convenablement et installée à une table. Je voulais pas qu’elle sache que je lui en donne parce que sinon j’allai me retrouver dans une situation inconfortable et je ne voulais pas non plus lui jeter l’argent comme à une vulgaire clocharde. Pfiouuu ce fut dur ! Enfin bref, oh et écoute un peu ça ! La voisine, tu sais pas quel coup elle m’a fait ?

Le reste de ses paroles étant tellement déprimant d’ennui que je suis dans l’incapacité de les écrire. Même la jeune femme en parlant avait une intonation qui devenait de moins en moins dynamique tellement elle s’ennuyait. Elle se forçait tellement à ne pas évoquer le mot ninja que ça la frustrait, c’était légèrement autour de cela que sa vie tournait. Elle ne pouvait pas non plus profiter du silence parce que les silences étaient inconfortables pour elle, gênant même et embarrassants pour la dernière personne s’étant exprimée. Donc elle continua de parler de tout et de rien.

    Et sinon, toi ? Tes journées, comment ça se passe ? Tu ne me fais pas des infidélités j’espère ?

Le ton de sa voix était amusé, elle connaissait suffisamment le jeune homme pour savoir que ce n’était pas son genre, bien qu’elle ait toujours le sentiment de ne connaître que la face visible de l’iceberg, elle appréciait le temps passé avec lui et il supportait son blabla en plus, alors elle n’avait pas à se plaindre. Bien que sa curiosité risque de lui faire défaut à long terme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 60
Rang : C+

Message(#) Sujet: Re: Autre niveau Dim 23 Juin 2013 - 14:09

Tu cours, tu cours. Tu n’as pas le temps. Le printemps vient de commencer, et tu dois te hâter. Les examens ne vont pas tarder, tu dois récupérer une montagne de bouquins, avant de penser à la pratique. Vite, vite, sinon tu vas tout rater. Stressée, nerveuse, à deux doigts de tout foutre en l’air, tu cours dans les rues de Konoha avec une vitesse folle. Tu n’as pas pris le temps de prévenir Lau ou qui que ce soit, de toute façon tu te contrefiches de ce qu’il pourra dire. Il sait que tu vas bientôt devoir faire tes preuves, et s’il se met à parler, tu l’empaleras. Tu n’as plus le temps pour ses gamineries. Tu dois vite passer l’examen et faire en sorte d’être meilleure. D’être plus douée. De passer un nouveau pallier. Quoiqu’il arrive. Et s’il te met des bâtons dans les roues … Tu l’éclates en dix. Ou plus encore.

Tu traverses la rue la plus bondée, et tu arrives vers celle des restaurants. Des gens, beaucoup de gens. Ils sont là, racontent leur vie, semblent tellement intéressés les uns par les autres. Ce village est plaisant, magnifique, plein de vie, il te réchauffe le cœur mais … Bordel de merde ! Tu n’as pas le temps pour leurs récits et leurs bêtises ! Tu te hâtes un peu plus, slalomant littéralement entre les masses de gens, qui des fois montrent leur indignation par des réflexions lancées à ton égard. Tu n’en as cure. Parce que dans quelques jours seulement, tu seras là, face à ces examinateurs impitoyables qui te dévisageront et te contraindront à parler, encore et encore, des leçons que tu as tirées de ces bouquins et de tous tes entraînements.

Tu files aussi vite que possible, et là, tu heurtes quelque chose. Ou quelqu’un. Tu en tombes à la renverse. Tu relèves les yeux, sonnée, et tu le remarques. Lui. Le mec blessé. Le type de l’autre fois. Avec une femme. Une jolie demoiselle aux cheveux longs et aux yeux absolument incroyables. Tu la regardes vivement, puis reposes tes prunelles sur le deuxième membre du couple. Que fait-il ici, et surtout avec cette demoiselle ? Peut-être que tes suppositions à son égard étaient complètement fausses, finalement ? Et que tu t’es viandée violemment en l’accusant à tort et à travers ? Qui sait ? Tu aimerais bien le questionner, l’embêter, mais … Tu n’as pas le temps ! Tu ne dois pas rester. Tu dois vite courir, vite, vite ! Tu vas pour te relever, quand un autre bonhomme te heurte, chute sur toi de tout son long.

Misère. Madame la Poisse, quand tu nous tiens !
Tu pestes un long moment, dégages le monsieur qui t’écrase, et te relèves. Tu les regardes, les fixes un instant et … Tu restes bloquée. Quelque chose cloche. Quelque chose te dérange. Muette, tu restes là, sans capter ce qui te gêne. Tu réfléchis et, après un long instant de mutisme, tu décides de bouger.

    — Pardon ! Je … J’ai des choses à faire. J’voulais pas vous importuner. Passez un bon après-midi, monsieur … euh … J’ai oublié votre nom !

Et hop, tu repars. Ou du moins tu tentes de repartir. Mais quand tu vois la foule amassée, tu te demandes comment tu vas bien pouvoir faire pour en sortir sans t’y casser les pattes. Rah ces deux-là aussi ! Et tes examens ?!

    — Et merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Autre niveau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-