AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Il sentait plutôt bon pour un cadavre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Bras droit de l'Hokage - Chef de la Racine
Messages : 1445
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Il sentait plutôt bon pour un cadavre. Mer 3 Juil 2013 - 10:52

Spoiler:
 
Pour Natsuki, cette journée sortait de l'ordinaire. Son tablier de cuisine sur les épaules et derrière les fourneaux, c'était en effet rare qu'il cuisine pour ses deux parents ensemble. Les deux étaient déjà bien avant sa naissance des ninjas, et depuis la création du Village Caché de Konoha, ils effectuaient la quasi-totalité de leurs assignations en extérieur. De moyenne ou longue durée, le genin tatoué voyait ainsi ses géniteurs de façon occasionnelle, et très rarement en même temps. Aujourd'hui était l'un de ces fameux jours, comme il n'y en avait pas assez souvent. Malgré leur absence - vie de shinobi oblige - Natsuki portait beaucoup de respect et d'amour pour ses parents, tout comme eux étaient fiers de voir leur fils unique grandir et devenir un homme. Au sein du clan, il n'avait jamais manqué de rien, que ce soit en terme matériel ou affectif, mais c'est peut-être ce mode de fonctionnement au sein de sa famille qui l'a rendu très jeune autonome. Son talent en cuisine lui vient sans aucune doute de là aussi.

C'était dans la nuit que son père était rentré, et que Natsuki avait vu au matin, au moment de prendre le petit déjeuner. Et comme le voulait leur rituel, les deux hommes se retrouvèrent dans le dojo sitôt après. Depuis que l'héritier Nara avait commencé son entrainement, la première fois du mois en cours que les deux se voyaient, le père évaluait les progrès de son fils dans le dojo du clan. Un moyen pour Tajima de s'assurer que sa progéniture ne se repose pas sur ses lauriers ou ne se tourne les pouces en sont absence, et une occasion pour l'autre d'apprendre de nouvelles techniques secrètes des Nara. En effet, si son père était satisfait des résultats de leur confrontation – souvent musclée – alors il consentait à lui faire démonstration de ce qu'il était possible de réaliser en manipulant son ombre. Seulement, seuls les signes et quelques indications étaient donnés : c'était à Natsuki de parvenir par ses propres moyens au résultat final. Une méthode peu pédagogique, diront certains, mais elle enseignait la détermination, la persévérance, et l'importance d'être régulier dans ses efforts si l'on veut arriver au résultat attendu.

Ainsi, après de nombreux coups échangés – et plusieurs bosses et ecchymoses – la famille s'était retrouvée au grand complet dans la salle à manger pour midi, à profiter avec le sourire aux lèvres du plat préparé par le plus jeune d'entre eux. Un moment qui pourtant, ne dura pas. Alors qu'il commençait à débarrasser, l'attention de Natsuki fut attirée par un martèlement sur la vitre de la cuisine. Haussant alors le sourcil sur lequel était placé en travers un pansement, il s'approcha. C'était un oiseau, plutôt petit, à tête brune. Un moineau qu'il connaissait bien, et même si ce n'était pas le cas, il savait ce que cela signifiait : le Village avait du travail pour lui. Le genin tatoué déposa alors la vaisselle dans l'évier, et ouvrit la fenêtre. Le petit messager piaffa joyeusement en sautillant sur le rebord, comme s'il était content de revoir Natsuki – ou d'accomplir son travail -, avant de se décider à entrer en se posant sur le doigt qui lui était tendu en guise de perchoir. De son autre main, le ninja s'attela à récupérer le message attaché à la patte de l'animal. En lisant le contenu, il caressa distraitement le blanc plumage du ventre de son facteur aviaire. Le message était clair et concis : en l'absence de plus d'informations de la part de la commanditaire, il devait retrouver la femme à l'origine de la mission aux portes de la ville pour avoir tous les détails. Et ce n'était pas avec n'importe qui qu'il devait s'y rendre : l'assignation devant être résolut en duo, ce n'était ni plus ni moins qu'un autre membre du clan Nara qui avait été sollicité : Chõhachirõ.

Comme tout bon membre de clan, Natsuki connaissait la généalogie des Nara sur le bout des doigts, celle-ci mise à jour à chaque naissance officiel ou décès. Il situait donc très bien son partenaire dans le temps et l'espace. Mais cela s'arrêtait là. S'ils vivaient tout deux dans le même quartier – celui réservé aux Nara – et qu'ils s'étaient aperçut lors des réunions de clan, leur relation s'arrêtait là : ils n'avaient jamais prit le temps de se connaître un peu plus intimement. Et en toute honnêteté, l'attitude de Chõhachirõ n'avait jamais incité Natsuki au contact. Cette mission sera peut-être l'occasion de les rapprocher – ou de les éloigner définitivement...

Konoha avait donc décider de mettre deux cerveaux sur une affaire d'enquête. En toute vraisemblance, ils n'auront donc pas à se battre. Partant de ce constat, le genin tatoué dressa déjà mentalement la liste du matériel qui pourra lui être utile, mais le petit coup de bec affectueux du moineau le ramena à la réalité.


« Je m'en occupe, pas de soucis. »


Comme s'il était satisfait de la réponse, le messager s'envola à nouveau par la fenêtre, en direction de sa volière. De son côté, Natsuki retourna dans sa cuisine, et annonça la nouvelle. Lorsqu'il sortit de chez lui, il ne portait que son gilet tactique à poche multiple, et une sacoche de ceinture contentant des projectiles standards. De ses tonfas, il n'en aura sans doute pas besoin, mais au cas où, il avait sur lui deux parchemins pour en invoquer. Il avait maintenant le choix entre attendre à la sortie du quartier Nara la venu de Chõhachirõ, ou aller directement au point de rendez-vous. Doutant des attentions dont pourrait faire preuve celui qu'il pourrait appeler '' cousin '', il décida de se rendre aux portes de la ville. Son coéquipier y sera peut-être déjà, et, le cas échéant, cela lui laissera un peu de temps pour trouver leur contact.

Dans le ciel, le temps commençait à se couvrir.


Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 124
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Il sentait plutôt bon pour un cadavre. Ven 5 Juil 2013 - 5:02




        Le soleil se lève, les villageois commencent a se lever et les marchands ouvrent leurs commerces. La chambre de Chôhachirô était un vrai bordel, ces fringues étaient jetées partout, ses jeux de stratégie ainsi que ses dessins se trouvait par terre ... Une vrai porcherie. Mai, dès que le soleil se lève, Chôhachirô ouvrit les yeux et là, on entendit un " Aïe ! " ... Pourquoi dont ? Juste que la lumière du soleil avait aveuglé Chôhachirô, un vrai feignant celui là. Malheureusement pour lui, il se leva de son lit, ces cheveux étaient frisés, halène de ... Bref une vraie catastrophe. Il sortit de sa demeure, il trouva son oncle entrain de méditer, il croit toujours qu'il va devenir quelqu'un d'important cet enfoiré de moustachu qui n'en fait qu'à sa tête. Ensuite, le Nara sortit en se dirigeant vers la court principale de la demeure, il se glissa sans gêner son oncle vers la salle de bain pour se brosser les dents et se rafraîchir la gueule, une fois bien en forme, il se rendit vers la cuisine pour bouffer des cochonneries surgelées, tel qu'un demi bol de nouilles et un peu de lait frais. Une fois l'estomac remplit, il sortit de son chez-lui se rendant vers un terrain vague non loin de Konoha pour faire le vide dans son esprit, une fois cette étape passée, il s'entraîne un peu et se relaxe bien sûr, comme d'habitude, une demi heure d'entraînement et une heure et demi de relaxation, rhalala ... Quel feignant.

        Après une rude ... Eh rude c'est un peu abusé, disons qu'un entraînement ... Je m'y perd, bref. Une fois fini, le Nara se dirige vers sa demeure a nouveau, une fois entré, son oncle lui jeta un regard tranchant, le Nara fronça les sourcils en espérant qu'il va pas gueuler, mais c'est là que son oncle du nom de Tôjirô lui tend la main tenant une lettre, le Nara s'avança doucement vers son oncle et ouvrit cette lettre, quoi ? Une convocation de l'Hokage maintenant et tout de suite à l'instant sans tarder ? Punaise, tu es dans dans un sacré pétrin mon jeune Chôhachirô, C'est là que le Nara ouvrit à peine sa bouche laissant d'elle sortir un son bizarre.

        - Tssss ... Il ne manquait plus que ça.
        - Ferme un peu ton clapet et va servir ton Hokage, pour une fois, agit comme un homme et cesse de pleurnicher.
        - *Ferme-là toi même enfoiré, je vais te ...* ... Oui mon oncle.

        A peine entré chez-lui, il ressortit pour se diriger vers le bureau de l'hokage. Marchant dans les rues du village, il soupirait a plusieurs reprises, toujours fatigué ce jeune homme. Une fois arrivé, le Nara n'est pas surprit, comme d'habitude, l'Hokage lui fait confiance que pour des missions d'échec, pas les échecs dans les missions, mais les jeux d'échecs japonais, là où faut réfléchir pour résoudre combler le vide et bétonner les fissures. Mais, une chose l'étonna, sur cette mission, deux membres du clan Nara ont été choisi, Chôhachiro et ... Natsuki ?! J'ai déjà entendu ce nom ... Plusieurs fois même. C'est un jeune ninja tatoué qui a l'âge de Chôhachiro à peu près, il est pas assez bavard et très observateur, je l'ai vu s'entraîner dans le dojo des Nara, il est pas mal j'avoue. Sur la mélodie des oiseaux, le Nara sortit du bureau assez ... Mécontent car cette mission est nulle, en plus, y a personne à tabasser, c'est injuste, mais au moins, il aura l'occasion de parler avec ce Natsuki, soit leur relation va durcir, soit elle va se démolir tel qu'un ... Ta gueule j'ai pas d'exemple sur ça. Une fois arrivé à destination, le Nara vit la femme qu'il va aider, il tourna sa tête à droite ... Puis à gauche, aucun Natsuki en vu, c'est étonnant, le Nara est réputé pour ces retards dans les rendez-vous, mais là il est pile à l'heure. Le Nara s'avança pour parler à la femme, quand soudainement, il vit un garçon aux cheveux blancs et aux tatouages sur les bras marcher, c'est sûrement lui. Une fois Natsuki près du Nara, Chôhachirô le regarde et lui dit.

        - C'est pas trop tôt ...

        Que va-t-il se passer à présent ? Mystère.




Dernière édition par Nara Chōhachirō le Sam 20 Juil 2013 - 0:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Bras droit de l'Hokage - Chef de la Racine
Messages : 1445
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Il sentait plutôt bon pour un cadavre. Lun 8 Juil 2013 - 18:44

Leurs regards se croisèrent, et une étincelle se fit : les deux hommes venaient de s'identifier l'un l'autre. Une deuxième étincelle aurait pu jaillir, beaucoup plus hostile celle-ci, mais Natsuki n'était pas du genre à s'enflammer rapidement, même s'il n'appréciait pas le ton de Chõhachirõ. Ses yeux glissèrent de son collègue à leur cliente comme la remarque glissa sur lui, et la détailla rapidement : une brune approchant la trentaine, petite et bien proportionnée, son tailleur sobre mais élégant ne cachait pas sa silhouette très féminine. Rien d'inhabituelle en soi, si ce n'était ses yeux à l'expression absente. Encore un peu rouge, les légères irritations sous ses paupières indiquait un flot de larmes très récent. Les souvenirs rafraîchit par la vue de son '' cousin '', Natsuki décida de prendre la parole avant qu'il ouvre à nouveau la bouche.

« Bonjour madame. Nous sommes les deux ninjas dépêchés par Konoha pour retrouver la trace de votre mari, selon votre demande. »


Les présentations n'étaient pas vraiment nécessaires, pour ne pas dire totalement accessoires : pour les clients, les shinobis étaient la main d'oeuvre envoyée, et dont l'on attendait pas plus que de remplir la tâche qui leur était confiée. Ce n'était pas une impolitesse à proprement parler, mais plutôt un vice du temps : qui s'intéresse au nom des ouvriers s'occupant de bâtir sa maison ? Le plus âgé des deux Nara entra alors directement dans le vif du sujet.


« D'après l'ordre de mission que nous avons eu, vous auriez la preuve irréfutable que votre mari porté disparu pendant la guerre serait actuellement en vie. Pouvons-nous savoir de quoi il s'agit ? »


'' Pourquoi ne pas avoir communiqué l'information lors de la déposition ? '' était l'une des questions que Natsuki garda en suspend. Cela lui paraissait étrange, d'autant plus que c'était quelque chose qui apparaitra dans le rapport final, mais en regardant à l'intérieur de la bourse de cuir qu'elle lui confia, il comprit que c'était le genre de donnée quelque peu difficile à évoquer. Elle les avait amené un peu à l'écart de la circulation, et ce pour une bonne raison : au fond de la poche de cuir reposait un doigt,  assez frais pour savoir que le donneur était encore en vie au moment du prélèvement. Natsuki l'étudia du regard quelques instants sans que rien ne transparaisse sur son visage, puis tendit la bourse à Chõhachirõ.


« J'imagine que c'est son alliance ? »
demanda Natsuki en évoquant l'anneau autour du doigt. « Il n'y avait rien d'autre avec ? Une lettre ou quoi que ce soit d'autre ? »

La femme secoua la tête en guise de négation. Sur demande, elle leur expliqua comment elle s'était retrouvée avec cette bourse de cuir : en revenant des courses ce matin, elle l'avait trouvé chez elle, sur la table de sa cuisine. Quelqu'un s'était donc introduit chez elle, avec la volonté de lui faire passer un message. Le tout était de savoir lequel.


« Bien, tu vois une question à ajouter Chõhachirõ ? »
demanda Natsuki en se tournant vers son cousin.

L'interrogatoire étant terminé, les deux ninjas laissèrent la femme, en lui assurant qu'ils la tiendraient au courant, et prirent la direction de la section des archives, armés de la seule information fiable qu'ils avaient récolté : le nom du disparut. Le reste n'était que supposition.


« Je ne sais pas ce que tu en penses, Chõhachirõ... »
demanda Natsuki à voix basse en chemin. « … mais je suis d'avis que notre cliente ne nous a pas tout dit. Si son mari est effectivement en vie – jugeons cette hypothèse correcte pour la commodité de la conversation – alors quel serait l'intérêt de lui envoyer un doigt après deux ans, sans autre indication ni rien ? Si comme la situation le suggère très fortement, il a été capturé – et qu'il s'agisse bien de son doigt et son alliance – alors le fait qu'elle ai reçu ce morceau a forcément une signification autre qu'une simple preuve de la survie de son mari. Quelqu'un attend quelque chose d'elle. Et elle doit savoir quoi il s'agit. Peut-être que ce doigt était un avertissement ? Dans tous les cas, elle a préféré ne rien nous dire, alors qu'elle nous a engagé pour le retrouver. Elle a peur de quelque chose, tu ne crois pas ? Qu'il lui arrive un '' accident '' si elle parle trop. Soit parce qu'elle a des raisons de penser qu'elle est surveillée, soit parce que l'on le lui a demandé. Mais dans ces conditions, pourquoi avoir fait appel à nous ? Cette enquête ne me dit rien qui vaille, mieux vaut être prudent et surveiller nos arrières. »

Il arrivèrent tout deux à l'entrée du grand bâtiment, et en motivant leur venu ici auprès de l'accueil, ils furent conduit à l'étage où était entreposée toute sorte de paperasses, très soigneusement organisées. Comme l'avait expliqué Natsuki en chemin, il y avait une bonne raison pour eux d'être ici. Maintenant qu'il avait un nom, ils pouvaient faire leurs recherches par rapport à cette guerre d'il y a deux ans, et ainsi savoir dans quelle équipe, escouade ou régiment était affecté Kaito Teruki, l'homme qu'ils cherchaient. Si les deux Nara voulaient des détails concernant les circonstances de sa disparition, où d'autre était-il plus sensé de chercher que auprès de ses équipiers au moment des faits ? Ce genre d'informations étant gardées secrètes du public, leur cliente ne pouvait renseigner les deux genins: c'était donc en toute logique que Natsuki n'avait pas prit la peine de l'interroger à ce sujet, pas plus que de lui demander une photo. Avec le nom et le grade, ils pouvaient facilement trouver tout ce dont ils allaient avoir besoin ici.

Environ une heure plus tard, les deux Nara avaient trouvé l'identité des alliés de Kaito le jour de sa disparition. Sur les sept, cinq avait survécu à la guerre. En consultant ailleurs, ils purent apprendre que quatre étaient encore vivants à ce jour, mais seulement deux n'étaient pas assignés en extérieur du Village. Il était temps pour le duo de faire ses visites.


Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 124
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Il sentait plutôt bon pour un cadavre. Mer 10 Juil 2013 - 5:49

Natsuki décida de se la jouer un peu, mais Chôhachirô ne fit pas attention à ce petit détail qui n'est guère important. Les yeux de Natsu' se glissèrent cependant à notre brune, une femme pas très mûre, la trentaine je pense, elle est assez belle, belle taille, beaux yeux ... Bref, Chô' ne prend pas ces détails au sérieux. Il allait commencer à questionner la dame, quand soudainement, l'autre Nara prend la situation en main et commence a questionner la dame ... Chôhachirô décida de rester devant son ... Cousin pour écouter et noter quelques informations majeurs. A vrai dire, cette mission semble beaucoup plus difficile que les précédentes, les deux Nara n'ont pas assez de preuves pour achever cette mission rapidement, malheureusement pour eux. Dès que Natsu' commença l'interrogatoire, Chô' se glissa juste devant lui pour bien écouter et noter quelques informations qui vont être utiles lors de leurs recherches, donc comme indices, avons un doigt coupé avec une alliance, une femme bizarre qui ne parle pas trop et pi' c'est tout ... Pas très satisfaisant tout ça, on va morflé ma gueule. Une fois l'interrogatoire de Natsu' fini, le cousin du Nara se retourna vers lui pour lui demander si il veut ajouter une question, le Nara répondit.

- Oui. Chô' toussa puis reprit la parole. Nous voulons savoir à quoi ressemble votre mari, est-til grand gros maigre petit ? A-t-il des signes particuliers sur son corps ? C'est tout pour moi. Puis le Nara attendit la réponse de la jeune femme.

D'après ce qu'elle dit, son mari est un brun de trente cinq ans, pas très grand de taille, un petit peu musclé, les cheveux courts teintés d'un blanc sombre. Sa peut aider les deux Nara ça. Une fois la discussion finie, les deux Nara laissèrent la femme et se dirigèrent vers la forêt pour commencer leurs recherches et ainsi achever cette mission qui est vraiment un fardeau pour Chôhachirô. Marchant dans la forêt, Natsu' s'avança vers Chôhachirô et lui murmura-t-il son avis à propos de la femme ... Heureusement pour lui, Chôhacirô pense la même chose que lui, il lui répondit positivement.

- Je pense aussi, cette femme est bizarre, elle se la joue calme et peureuse, mais je pense fortement qu'elle est une vraie diablesse ... Sérieux, si j'étais à sa place, je donnerai toutes les informations nécessaires pour aider les enquêteurs, en plus, je pense que soit elle veut pas retrouver son mari, ou soit elle a peur de parler, peut-être on l'a menacé de fermer son clapet sinon les kidnappeurs tueront leur mari ... De toute façon, je pense que ces kidnappeurs vont se douter d'un truc si ils nous voient avec elle ... Soit ils viennent à nous pour nous supprimer, soit leur proie sera la femme du chûnin porté disparu ... Donc je pense que pour remonter à eux, faudrait qu'ils nous voient avec elle, ensuite, on les piége si ils montrent leur silhouettes pour tuer la femme, mais je ne pense pas qu'ils soient assez stupides pour venir de leur plein gré nous faire face, tu penses pas le cousin tatoué ?

Le plan du Nara avait l'air plutôt efficace, mais son cousin en avait peut-être un meilleur. Quoiqu'il en soit, Chôachirô a sans doute raison de dire que les kidnappeurs ou leurs sbires viendront agresser, voire kidnapper la jeune femme, ou alors, ils l'ont peut-être, pour une raison inconnue, forcée à engager des shinobis de la feuille, qui sait ? ... En tout cas, cette affaire est loin d'être terminée pour les deux Nara, ils devront encore se creuser la tête pour trouver cet enfoiré au doigt coupé.

Après quelques longues minutes de marche, Chôhachirô entendit un bruit, le Nara se retourna et vit un shuriken, arriver, il l'esquiva sans bouger de sa place, il se retourna à nouveau et vit que le shuriken est équipé d'un parchemin explosif, c'est là qu'il cria " Natsu' saute ! " et Chô' sauta et s'agrippa a un arbre, il redescendit une fois l'explosion finie, il vit deux individus sans bandeau qui portent des bonnets et des tenues crasseuses. Un petit sourire se dessina sur son visage, il va y avoir enfin de l'action.

- Cousin, allons-y, je m'occupe de celui qui est à droite.

Chôhachirô s'élança Kunaï à la main, les deux Nara vont-il sortir vainqueurs de ce combat ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Bras droit de l'Hokage - Chef de la Racine
Messages : 1445
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Il sentait plutôt bon pour un cadavre. Sam 27 Juil 2013 - 21:54

Spoiler:
 

Il était près de dix-sept heures lorsqu'ils en eurent terminé d'interroger les deux anciens compagnons de Kaito Si les détails étaient assez flous – la guerre étant rarement quelque chose que l'on souhaitait se remémorer – les deux histoires qu'ils avaient entendu sur la disparition de Teruki, le mari disparut, concordaient grossièrement. Et c'est ce qui leur donna de la valeur, au yeux de Natsuki. En effet, deux témoignages parfaitement identiques, surtout après plus de deux ans, étaient suspects. Le cerveau de chaque personne n'interprète pas le monde exactement pareil, ne relève pas les mêmes détails ou ne conserve pas des souvenirs sans les altérer. A moins d'avoir que l'histoire n'ai été préparée et répétée par les concernés, pour s'assurer un alibi. Du coup, de la liste des suspects principaux pouvaient être retirés les deux personnes que les genins venaient de rencontrer.

Maintenant ils en savaient un peu plus. La dernière fois que Kaito fut aperçut était dans une forêt à plusieurs kilomètres d'ici. Son équipe, d'autres soldats et lui-même avaient été poursuivit sur une très longue distance par une partie du front ennemi ayant réussi à prendre l'avantage. L'ordre était au repli, mais il n'avait pu se résoudre à abandonner son frère blessé, resté plus en avant car espion envoyé sur une autre affaire. C'était du suicide, mais il ne s'en était pas soucié. Et sur cette explication, il avait tenté l'impossible en se faufilant entre les mailles du filet que formaient les rangs ennemis. Ses compagnons avaient continué d'espérer avoir de ses nouvelles durant l'année qui a suivit, mais en vain. Peut-être avait-il été blessé et récupéré dans un village où il avait reçut des soins, peut-être était-il mort, impossible à dire. En l'absence d'avoir pu retrouver sa trace ou son corps pendant les opérations de déminages qui suivirent la fin du conflit, il fut déclaré décédé au combat par le Village de Konoha, bien que seule sa femme apprit la véritable version de la bouche des ninjas de l'équipe : autrement, son geste aurait pu être considéré comme de la désertion. Mais chacun savait qu'il était réellement partie chercher son frère. Au fur et à mesure des mois de la guerre, ils avaient chacun apprit à se connaître et à s'apprécier, jusqu'à devenir de vrais amis. Kaito leur avait souvent parlé de son frère et de sa femme, la seule famille qu'il avait encore, et qu'il chérissait plus que tout.

«  Bien, il n'est pas encore trop tard, nous pouvons aller vérifier dans les environs de la forêt, au lieu approximatif de sa disparition si nous trouvons quelque chose. Je doute qu'il reste quoi que soit après deux ans, surtout maintenant qu'une partie du territoire a brûlé peu de temps après la guerre, mais je n'ai pas envie de rester à ne rien faire en attendant demain, nous avons déjà exploré toutes les pistes disponibles dans le Village. Le soleil ne se couchera pas avant cinq heures, cela nous laisse largement le temps de faire l'aller retour et de fouiller un peu. Il y a quoi, peut-être une heure et demi de trajet au pas de course. C'est largement dans tes cordes, non ? » demanda Natsuki d'un ton moqueur.

C'est donc ensemble qu'ils prirent la direction de la sortie du Village, puis du dernier endroit où Kaito a été aperçu, non sans s'être équipés d'une carte au préalable. S'orientant grâce au plan, ils se déplacèrent à un rythme soutenu pendant une vingtaine de minutes, avant de se faire surprendre par une embuscade. Un shuriken se planta mollement près deux, sifflant maladroitement aux oreilles de Chôhachirô qui n'eut pas beaucoup d'efforts à fournir pour l'esquiver. Et la raison fut très simple : plutôt qu'à une kunai, qui profitait d'une très bonne force de pénétration dans le vent, c'était à une étoile ninja qu'avait été attaché un parchemin explosif. Plongeant derrière un arbre, Natsuki pu se prémunir de la majeure partie de l'explosion, sur une partie de sa jambe droite souffrant de brûlure. Mais le genin tatoué ne s'arrêta pas de courir pour autant, sitôt qu'il fut rétablit sur ses jambes après sa roulade. Il n'avait pas encore repéré d'où venait la menace, et constituait donc une cible facile, sans compter qu'un tronc pouvait, détruit par la déflagration, lui tomber dessus. D'autres projectiles filèrent dans sa direction, et après quelques acrobaties, il trouva l'ennemi, qui elle-même avait reporté son attention sur son cousin. Avant que le combat ne commence entre les deux assassins et Chôhachirô, Natsuki revint à la charge, et les dispersa d'une volée de shuriken qu'il avait calé entre ses doigts. D'un bond, ils partirent tous deux dans une direction opposée pour éviter les étoiles sifflantes, ce qui détermina au passage l'adversaire que chacun allait affronter : Chôhachiro s'occupa de celui à sa droite, le second Nara repoussa du pied l'autre, assurant un support impossible entre les deux bandits, tout comme entre les deux membres du clan des ombres.

Natsuki ne prit qu'un instant pour détailler son adversaire. C'était un homme, plus vieux que lui d'une dizaine d'années, portant une tenue légère de combat, mais dont l'aspect trahissait son grand âge. Il ne portait pas plus d'arme que l'épée courte qu'il avait en main, et les quelques projectiles attachés ici et là sur lui. Le genin tatoué ne craignait pas de l'affronter à mains nues, car depuis tout jeune, c'est la formation militaire qu'il avait reçut. Il était presque plus efficace en taijutsu qu'en kenjutsu. Pour tenir tête à un individu armé, il fallait de la dextérité, de la rapidité, mais surtout de bonnes capacités d'analyse de son adversaire, ce dont il bénéficiait. Ses tonfas lui servaient surtout à la défense, lorsqu'il était débordé. Dans quelques coups, il allait être très vite fixé sur la nécessité de les invoquer ou non.

Les cinq minutes d'échange prouvèrent que non, alors que son adversaire gisait sur le sol. Il était loin d'être un ninja, même s'il possédait un certain potentiel. Sans doute faisait-il partie de ces brigands disposant de quelques membres ninjas dans leur camps, lesquels leur enseignaient quelques arcanes avec plus ou moins de facilité. Comme il n'était plus en état d'être interrogé, Natsuki entreprit de le fouiller pour trouver des réponses. Son devoir était de venir en aide à son coéquipier, mais pour ce qu'il pouvait entendre d'ici, ce dernier s'en sortait plutôt bien. Les deux adversaires avaient l'air d'être du même niveau. Aussi, même s'il ne connaissait pas le potentiel martial de Chôhachirô, il se doutait que tout irait le mieux du monde pour lui. Et au pire, il pouvait toujours l'appeler. Après quelques minutes d'inspection, il ne trouva rien d'intéressant sur lui. Du matériel de qualité moyenne et un peu d'argent, dont il le soulagea, mais rien d'autre. Autrement dit, c'était un bandit, un coupe-gorge ou un pillard – peu importe le terme – mais il n'avait rien à voir avec leur propre enquête : il leur était tombé dessus parce qu'il cherchait des victimes à détrousser. Natsuki soupira alors. A par perdre du temps, il n'avait rien tiré de ce combat. Juste une blessure superficielle, mais non moins gênante. Jamais il n'arrivera à faire l'aller-retour Konoha-Forêt dans les délais qu'il espérait. Si sa brûlure était traitée maintenant, il pouvait espérer retrouver une marche presque normale demain, mais il fallait rebrousser chemin, ce qui l'embêtait le plus. Prenant alors sur lui, il décida de continuer. Le sabre court dans son fourreau sur l'épaule, et les munitions récupérés dans sa sacoche, il gagna la position de son cousin, qui lui-même en avait fini avec son adversaire.


« Fouille-le par principe, mais je doute que l'on trouve quoi que ce soit sur eux. Ils n'étaient que des brigands de grands chemin, rien à voir avec nous. Au moins la route sera un peu moins polluée... »


Une fois la tâche achevée, ils reprirent la route. La blessure de Natsuki était visible, mais elle ne fut à l'origine d'aucune plainte, lui contentant de lui faire trainer un peu la patte. Quand il le pouvait, il voyageait donc par les arbres, usant uniquement de son autre jambes pour se propulser et se réceptionner. C'est ainsi qu'ils arrivèrent sur place près d'une demi-heure plus tard que ce qu'il espérait. Tant pis, il fallait faire avec. La zone forestière qu'ils avaient atteint ne s'était pas très bien remise de l'incendie. La grosse végétation commençait à peine à repousser, tandis que les herbes sauvages et les fleurs poussaient un peu partout, sans aucune contrainte. Quelques petits chemins de terre traduisaient le passage fréquent d'animaux. La vie reprenait peu à peu ses droits sur la place.


« De mon propre aveu, tu sais déjà que je ne sais pas ce que l'on cherche, ni si l'on trouvera quelque chose. Mais c'est toujours mieux que de rester au Village à se tourner les pouces en attendant que la solution arrive – ce qu'elle ne fait jamais. L'on partira d'ici dans un peu moins d'une heure je pense, je ne tiens pas à rentrer de nuit, même si avec ma jambe, cela ne ratera pas. »


Les deux Nara se dispersèrent alors, fouillant chacun de leur côté sans savoir à quoi s'attendre exactement. La chance sembla de leur côté néanmoins, car après quelques terriers de lapins et autres souches vides, Natsuki trouva sous un reste de buche morte, coincé dans un trou sous les racines, une petite plaque de métal. Une armoirie pour être exacte, représentant trois oiseaux. De couleur métallique uniquement, il était impossible de les identifier. Un animal avait dût l'apporter ici, et s'en servir d'une quelconque façon. Peu importe.


« Cela te dit quelque chose ? »
demanda Natsuki à son cousin en lui montrant la petite plaque. «  Mes parents voyagent beaucoup, peut-être seront-ils plus informés. Ou peut-être que cela n'a aucun rapport avec nous. Mais cela ne mange pas de pain d'essayer, l'on a rien de mieux pour le moment. Tu as trouvé quelque chose de ton côté ? »

A l'heure convenue, ils reprirent la route vers Konoha. Ne pouvant pas agir de nuit, peut-être que cette dernière leur portera conseil.


Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Il sentait plutôt bon pour un cadavre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-