N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 L'évolution ne connaît pas la marche arrière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1030
Rang : C

Message(#) Sujet: L'évolution ne connaît pas la marche arrière Jeu 4 Juil 2013 - 2:02

Plusieurs jours étaient maintenant passés. Sûrement une semaine. Voila une semaine que mon état devenait de plus en plus inquiétant. Plus préoccupant. Des journées entières que je passais à l’extérieur. Je ne rentrais plus chez moi, bien que j’aie pris l’initiative d’en tenir au courant mon grand-frère adoptif, pour ne pas qu’il s’inquiète de ne pas me voir rentrer. Bon après, je pense qu’il me sait assez grand pour me débrouiller un peu tout seul. En fait, je n’en sais rien. Je ne sais même pas si je vaux la peine que l’on s’inquiète pour moi. Pas après ce que j’ai fait. Bien entendu, je n’en avais parlé à personne pour l’instant. Sauf à deux. Le Hokage était au courant, et… Cette fille l’était aussi.

Cette fille. Oui, elle. Yamanaka Kyara. Une fille de mon âge, que j’ai rencontrée il y a quelques semaines, avec qui j’ai tissé des liens assez importants. Elle était comme un pilier solide et inébranlable au sein du village. Bien que d’autres au village aient ce statut de soutien, je craignais qu’un jour ils partent, qu’ils me laissent seul. C’est très étrange, car je ne ressentais pas ce sentiment avec elle. On est devenu inséparables ces derniers temps, et était toujours là pour moi. Même dans cette situation. Je n’acceptais de voir personne. Personne, sauf elle, même si elle n’arrivait pas à me consoler, à me remettre sur le droit chemin.

Mal. J’étais mal. Elle avait beau m’aider comme elle le pouvait, cela ne rimait à rien. Pourtant, je suis bien placé pour savoir qu’elle fait toujours tout pour avoir ce qu’elle veut, elle m’a déjà agressé… Mais rien de bien grave. Quelques baffes par-ci et par-là par moment pour me faire réagir.  Ca faisait mal. Dans le fond, je le méritais. Je n’allais pas m’en plaindre. Elle commençait à prendre conscience qu’elle pouvait me frapper tant qu’elle voudrait, que rien n’y changerait. Mes pensées étaient essentiellement tournées vers mon élève décédée, mais il m’était impossible de ne pas craindre la colère de la jeune fille aux cheveux bleus. Elle pouvait faire peur. Très peur. Je déconseille quiconque de la contredire.

Mais cette fille n’était que le cadet de mes soucis. Autre chose me hantait. Un sentiment d’impuissance. Encore une fois. Sauf que ce coup-ci, je n’ai rien pu faire, et ce jusqu’au bout. Enfin si. La seule chose que j’ai pu faire, c’est d’abréger ses souffrances. Je ne savais toujours pas si j’ai bien agis, ou si, au contraire, j’ai fais la pire erreur de ma vie. Une erreur qui me hantait atrocement. Avait-elle était vraiment condamnée ? Ou ce n’était que des paroles pour que je l’aide… Si j’apprends qu’elle aurait pu survivre, je ne me l’excuserai jamais. Même si c’est d’un égoïsme sans pareil. Je n’aurais pas pu m’y résoudre.


- Laisse-moi maintenant. Rentre chez toi.


Ces quelques mots étaient adressés à la Yamanaka. À quelques différences près, c’était les seuls mots que je lui adressais chaque jour, depuis sa mort. Elle venait avec moi tous les jours, toujours à ce même endroit. Elle me parlait, me frappait, me secouait… Et moi, rien. Mis à part ça. Ma plus grande crainte était de me rapprocher d’elle. Si elle était proche de moi, elle serait irrémédiablement en danger de mort. On ne peut pas me faire confiance. Je refuse qu’on m’accorde un tel privilège si je puis dire ainsi. C’était pareil tous les soirs. D’un air dépité, elle partait, pour revenir me voir, le lendemain, à l’aube. Elle avait tout essayé. Mais je ne voulais plus être le même. Je voulais changer. Pour devenir quoi ? Je n’en sais rien. Le temps passait, et je grandissais de plus en plus. Même si je n’étais qu’un enfant, il fallait enfin que je me réveille. Que je change, pour de bon.

Mes gamineries m’ont couté trop cher dans le passé. Il était grand temps que je murisse. Cet état d’esprit persista plusieurs jours, j’avais même l’impression de me métamorphoser, alors qu’il n’en était rien. Juste mes envies, mes goûts. J'ai même complètement changé de style vestimentaire, pour quelque chose de bien moins enfant, de plus mature. C'est ce qu'il me fallait. Mes enfantillages devaient appartenir au passé maintenant. Le moment était venu de changer. Et c’est ce chemin-là que je comptais entreprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

L'évolution ne connaît pas la marche arrière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô-