N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 La berge mystérieuse [PV;Raki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin de Kiri
Messages : 497
Rang : B

Message(#) Sujet: La berge mystérieuse [PV;Raki] Mer 24 Juil 2013 - 10:51


Vraiment incompréhensible... je ne connaissais pas les petits caractères inscrits sur les feuilles de papier de ce que les Konohajin appelaient "livre". Depuis peu, un monde étrange s'était ouvert à moi, un monde aux couleurs et odeurs si étranges, qu'elles hantaient mes nuits au bord de la rivière. Mon bord de rivière, jamais il ne m'a effrayé, mon bord de rivière, cela faisait d'ailleurs longtemps que je n'en avais pas changé, et ma rivière, cela faisait longtemps que je n'avais pas passé une journée entière à me prélasser à l'intérieur. Oh, quelques jours, je rassure l'amical lecteur ! La cause d'un tel changement ? Le village de Konoha qui venait de m'ouvrir ses portes et dont les étrangetés me narguait de par les remparts. Tiens d'ailleurs, en parlant d'étrangetés, saviez-vous que les Konohajins avaient des maisons où des gens donnaient des vêtements ? Des vêtement ! Oui, les Konohajins portent des vêtements. J'aime bien, pour ma part, mais en obtenir n'a pas été une mince affaire étant donné l'étrange sens de l'échange que possède cette société. D'ailleurs, je n'ai pas tellement eu le choix, j'ai dérobé les vêtements. Ils étaient plutôt beaux, et c'est moi qui les avais choisi ! Enfin, pour l'instant, je me trimbalais encore en caleçon, personne n'était là pour regarder.

Aussi étrange que cela puisse paraître, le jeune Suiatsu n'était pas réticent à ce monde nouveau qui s'ouvrait à lui, bien au contraire, il le découvrait avec un certain émerveillement. Sur la berge où il avait élu domicile, non loin du village, les trésors de ses larcins se mêlaient à l'herbe mouillée. Tout d'abord, un tente, devant cette tente, un attirail pour cuisiner les viandes, le poisson. Il y avait aussi des vêtements éparpillés auxquels venaient tenir compagnie des livres et cartes d'anniversaire. Une boite contenant des armes shinobi était aussi venu se perdre par là. C'était la boite en super-promo pour les nouveaux genins. Elle faisait parti de cette gamme d'équipement shinobi dont chaque article renfermait une carte d'un shinobi connu, que ce soit au village ou dans le monde. D'ailleurs la carte qu'il avait obtenu était celle de Masao Nikkou de Konoha. C'était là une petite partie du bazar que devait supporter la berge, et Suiatsu ne semblait pas s'en préoccuper, car pour le moment, toute son attention était portée sur le manuel shinobi.

Décidément cette chose était bien étrange. Pourtant j'avais tout fait pour la déchiffrer. J'avais adopté les postures des gens qui en tenaient des semblables dans le village, je l'avais tourné dans tous les sens... enfin, tout ça pour dire que j'en ai eu marre et que je quittai la rivière pour rejoindre la berge où m'attendait encore tout un tas de choses diverses et variées. Tenez, cet étrange bonhomme appelé poupée. C'est un enfant d'enfant. Et puis...

La liste est encore longue, mes lecteurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 210
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La berge mystérieuse [PV;Raki] Mer 24 Juil 2013 - 12:19

Une sucette en bouche, sans doute la chose la plus indispensable au monde, le ninja marchait tranquillement. Enfin, tout était relatif. Étant donné qu'il ne courait pas, il considérait que cela n'était pas une allure « pressée ». En réalité, le jeune homme allait à une allure plutôt soutenue. Il évitait d'ouvrir sa mâchoire pour faire passer sa sucrerie d'un côté à l'autre. Il avait même la désagréable impression que sa joue droite commençait à s'engourdir. Une désagréable sensation.

Inclinant légèrement la tête sur la droite, Raki laissa tomber les objets qui se trouvaient dessus. Les rattrapant avec sa main, il put enfin changer sa sucette de place. Comme si de rien était, il continuait son petit voyage. Certes, ce n'était pas un voyage, plutôt une mission. Et dans la phase du retour également. Rien de très important, juste quelques réparations qui nécessitaient des compétences très particulières. En règle général, il n'était plus très sollicité pour des missions complexes. En toute honnêteté, cela l'arrangeait bien. Les dernières fois où il avait eu des misions nécessitant des compétences moins particulières -des facultés de combattants- on pouvait considérer que le mot « désastreux » était une euphémisme. Les hauts gradés avaient du se jurer de ne plus rien lui confier de la sorte. Depuis, sa vie était plus tranquille, plus agréable aussi. On l'avait muté dans une division scientifique. Certes, on lui confiait toujours des missions qui le gênaient, mais elles étaient essentiellement pacifistes. On le forçait à avoir une escorte par moment. Enfin, ces types devaient essentiellement s'assurer que Raki ne faisait pas de bêtises sur le chemin.

La dernière en date parlait d'un stupide pont. Assez inutile. Les gens n'arrivaient pas à le construire. Pas tout à fait. Le problème était que le fruit de leurs labeurs s'écroulaient très régulièrement, avant même d'être terminé. Des gens avaient même été blessés. D'abord, le village avait cru à du sabotage. Ils avaient donc demandé une équipe de garde à Konoha. Ceux-là n'avaient rien pu faire, et pour cause. Le problème venait du sol. Raki ne pouvait rien y faire. Même un utilisateur de Doton aurait du reformer une grande partie du sol pour que le pont puisse être érigé. Deux solutions avaient été proposées, la plus simple étant de déplacer le pont. La seconde était de creuser jusqu'à une couche plus stable, afin de se baser sur elle pour que le tout tienne.

Cette rivière était assez gênante. Vu la distance à laquelle il fallait déplacer le pont, Raki avait du gérer quelques problèmes. Maintenant, tout irait bien. Normalement. Si des imprévus montraient le bout de leur nez, ce serait sans doute encore pour sa pomme. Avec un soupir, le jeune homme ferma son livre, et reposa ceux tombés de sa tête sur cette dernière. Un par un pour les garder en équilibre. Il était toujours au bord de cette fameuse rivière. Fâcheuse rivière. Elle l'avait quand même forcé à se déplacer pour un problème mineur.

Une fois les ouvrages de nouveau en équilibre sur le sommet de son crâne, Raki ouvrit à nouveau celui qu'il lisait avant cette interruption. Retenant un bâillement qui aurait fait tomber ses biens, il sentit quelques larmes venir aux coins de ses yeux. La fatigue sans doute.

En plein milieu de sa lecture, son pied heurta quelque chose. Perdant légèrement l'équilibre, Raki sentit les livres glisser sur le côté gauche. Refusant de fermer son livre, il tenta de les attraper avec son coude, puis en se tordant avec sa main droite. Son ventre, son dos, son ventre, son dos. Il roulait en bas, en direction de la rivière. Il n'avait plus rien dans les mains, et ses paupières étaient fermées par réflexe. Là, il ne pouvait pas dire que cet accident ne pouvait être évité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin de Kiri
Messages : 497
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La berge mystérieuse [PV;Raki] Mer 24 Juil 2013 - 13:57

Puis revint le doux quotidien de moi, ou plutôt, mon doux quotidien. Laissant le courant m’emmener, mon corps se laissait bercer par la caresse suave et le chant perlant de l'eau que j'aimais tant. Cette situation me semblait pourtant bien éphémère... maintenant que j'avais goûté aux joies d'un village, je sentais l'époque de la rivière bien dépassée. Le livre étrange que je venais de reposer sur la berge avait tout de même quelques représentations en son sein, représentations de différents hommes assez classieux portant le bandeau avec l'insigne étrange que l'on m'avait donné pour éviter que les patrouilles Konohajins ne m’agressent. J'en étais venu à la conclusion que j'étais comme eux,  capable d'être classe. En fait, la chose qui m'avait le plus percuté, c'était cette ribambelle d'illustrations servant sans doute à mettre en image simplifiée les petits dessins que je ne connaissais pas. Ces illustrations, elles expliquaient la façon de faire tout un tas de trucs assez marrant. Je m'étais déjà servi de deux ou trois trucs du genre contre l'escouade Konohajin qui m'avait attaqué, mais j'étais loin d'avoir gagné !

Le souvenir des images que Suiatsu avait observé dans les pages de ce manuel dont tout bon genin doit avoir parcouru les explications le poussèrent à s'adonner à une nouvelle occupation. Il commença faire jouer son don pour l'élément aquatique en provoquant une petite explosion sous-marine grâce à la pression exercée par ses soins dans une sphère. Ladite explosion provoqua des éclaboussures en surface, et les millions de gouttelettes qui les formaient, à la commande de notre Izumi favori, restèrent en lévitation. Une fois cet acte prodigieux dont vous tous lecteurs rêvez d'être l'auteur, il fit prendre à ses main l'allure de deux pistolets et avec un "Pang!" propulsa les gouttelettes plus loin dans la rivière. Il avait conscience de ce don qui était le sien, de même que celui de contrôler la vapeur. Finalement le seul problème résidait dans l'application de ces très mystérieux dons. Le livre lui avait montré ce qu'il était possible de faire, et la section "Suiton" l'avait intéressé.

Avec un peu de concentration, je pouvais faire apparaître une mince couche de vapeur fraîche autour de moi. Je savais aussi qu'en utilisant l'humidité ambiante, il me serait aisé de créer tout un tas de choses sans utiliser trop d'énergie. Aussi, je commençai à me concentrer. Je sentais la vapeur qui se concentrait, l'eau qui venait s'y mêler, planant au-dessus de la rivière. La faible humidité m'aida aussi du mieux possible. Bientôt, cet être fait d'eau apparu et je rouvris les yeux. Il était là, à me regarder, les yeux vides d'émotions. Moi je me sentais ninja !

Mais cette scène fut suivi d'un événement beaucoup plus étrange que l'apparition d'un clone de nature Suiton-Futton. Un gros animal venait de tomber dans la rivière. Le sens du devoir de marcheur de rivière revint alors au grand galop chez Suiatsu. Quiconque était en danger avait droit au secours, aussi fraîche et limpide soit l'eau ! Alors nos deux Izumi coururent tels des ninjas et arrivèrent bien vite sur les lieux de l'accident -qui n'était en fait pas si loin-. Pour venir en aide à l'animal qui venait de tomber, le clone plongea et d'un mouvement rapide ramena l'animal à la surface. Ce dernier fut intercepté par Suiatsu qui, comprenant qu'il n'avait pas eu le temps de frôler la mort, le ramena à son tour à la berge, lentement.

-Vous avez de la chance, la rivière est calme aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 210
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La berge mystérieuse [PV;Raki] Mer 24 Juil 2013 - 16:30

Raki roulait, et sa tête tournait. Les couleurs avaient abandonné leur place à l'obscurité, dans un mouvement plus protecteur. En boule, Raki dévalait la petite côté jusqu'à la rivière. Qui avait l'idée saugrenue de faire le chemin surélevé par rapport au cours d'eau ? Rapidement, Raki commença à dessiner une idée dans sa tête. Le schéma de cette rivière auparavant. Sous ses paupières closes, le courant s'inversait, rapportant toutes la terre, les divers sédiments que le courant et la pluie avaient dérobé. Effectivement, ce chemin ne venait pas des hommes. Enfin, en partie. Ils avaient décidé de son tracé bien des années avant. Le temps avait juste fait son effet, et le cours d'eau avait changé. Il était sans doute plus puissant et profond maintenant.

Un goût amer en bouche, le jeune homme regrettait déjà la sucette. Par réflexe, il l'avait craché quand sa chute s'avérait inévitable. Autant éviter de mourir stupidement, étouffé par sa propre gourmandise. Au moins, ses livres ne descendaient pas avec lui, ils étaient tranquillement restés sur le chemin. Ces braves bêtes n'auraient pas aimé un petit plongeon dans l'eau. Ils auraient certainement été détruit après une telle dose.

Pourquoi ne réagissait-il pas face à cette chute ? Déjà, tout se passait rapidement. Un instant le ciel était dans son dos, la seconde d'après face à lui. Il aurait du mal à se fixer au sol grâce à son chakra s'il ne pouvait pas prévoir l'instant précis où la technique serait la plus efficace. Le temps de trouver une régularité dans sa dégringolade, et le ninja finirait à l'eau. Face à cette évidence, la lutte semblait vaine. Cela n'allait pas le tuer de faire un petit tour dans l'eau de toute façon.

Avec un bruit sourd, l'eau gicla, remplaça l'endroit où son corps se trouvait un instant auparavant. Le médecin s'enfonçait dans le corps de la rivière. Elle était fraîche, et ce pouvait être agréable si on y pensait bien. Étrangement, sa tête lui donnait encore l'impression de tourner dans l'eau. Cet horrible mouvement de rotation allait finir par lui donner la nausée. Heureusement pour lui, son cerveau s'engourdissait légèrement de la fraîcheur qui l'éteignait. Raki n'eut même pas le temps de finir de saisir ses idées.

Quelque chose passa sous son bras, le serrant jusqu'à l'autre épaule. C'était toujours aussi froid. Le jeune homme n'avait même pas pu ressentir la moindre chaleur de ce membre, que sa tête sortait à l'air libre. L'eau dégoulinait sur son visage en cascade. Lorsque le réservoir fut épuisé, son corps était entièrement sorti de l'eau. Quelle drôle d'idée de sauter à l'eau pour l'en sortir. Enfin, même si Raki le pensait, vexer une personne qui voulait lui sauver la vie aurait été malpoli.

La voix de la personne résonna dans sa tête, un peu lointaine. Il devait avoir un peu trop d'eau dans les oreilles, et de couleurs dans la tête. Encore un peu perdu, Raki cilla un moment, tentant de trouver une forme humaine à associer aux paroles. De la chance pour la rivière ? Non, ce n'était pas lui qui était chanceux, mais les livres. Ils avaient échappé à une tragique destinée.

« Merci. »

Un simple mot, mais un mensonge surtout. Raki se voyait mal donner des leçons à quelqu'un qu'il ne connaissait pas. Surtout que techniquement, essayer de sauver une vie n'avait aucune raison d'être mal vu. Aucun eau n'avait fait son chemin dans son corps. Seule la surface avait été touchée. Chassant les mèches qui lui tombaient au milieu du visage, Raki observa son « sauveur ». Il ne le connaissait pas, c'était sa seule certitude. Enfin, cette affirmation pouvait être faite depuis longtemps puisque le jeune homme doutait sincèrement qu'une de ses connaissances soit assez généreuse pour lui sauver la vie.

Jusqu'à maintenant assis, le jeune homme se laissa tomber sur le dos. Il devait attendre de sécher pour pouvoir prendre les livres et repartir. Peut-être aurait-il du réagir un peu mieux. Maintenant, il voyait diverse moyen d'éviter sa petite baignade, mais ce n'était pas vraiment important. Machinalement, il posa sa main vers son bassin. Le toucher glacial du métal lui assura que son bandeau s'y trouvait toujours attaché. D'habitude, il ne le portait pas, c'était gênant et inutile. Toutefois, vu que sa mission l'y forçait, Raki avait décidé de nouer son bandeau autour de sa taille.

« À qui ai-je l'honneur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin de Kiri
Messages : 497
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La berge mystérieuse [PV;Raki] Mer 24 Juil 2013 - 22:36

Décidément, encore ce bandeau qui revenait. Depuis que j'avais obtenu ce maudit bandeau, les ennuis me poursuivaient. Je ne dis pas que cet homme-là était un mauvais présage, mais c'était bien la première fois que je sauvais un shinobi de le noyade ! Normalement, un shinobi, ça ne tombe pas, non ? Le petit gars -sans doute bien plus grand que moi- ne semblait pas trop heurté. Rapide comme j'ai été, peut-être n'avait-il pas eu le temps de faire quoi que ce soit pour s'extirper de ce danger ! J'avais été plus rapide qu'un shinobi, cela voulait dire que je devenais ombre, et que je frappais aussi vite que l'éclair ! L'ombre de l'éclair Nocturne ! Personnellement, je trouve que ça sonne justicier, mais je n'ai malheureusement jamais adopté ce surnom. Le fait était que, bien que poli, cet être doté d'étrangetés me remerciait, demandait mon nom, la totale. Je n'ai d'abord rien répondu, puis, pris dans le jeu du shinobi, cette réplique me vint à l'esprit.

-Le shinobi ne dévoile pas son nom car il est rattaché à bien plus que sa propre vie.

Suiatsu, ayant promptement répondu, reprit ses airs de garçon sauvage et avança vers les précieux livres de ce très cher Raki. Alors qu'il les contemplait avec curiosité, il se demandait si son débiteur n'était pas en fait un maître de ces petits dessins, comme il les appelait. Intéressant... peut-être la malédiction du bandeau de Konoha n'était en fait qu'un heureux hasard qui lui offrait son ticket pour le monde de la civilisation. Du point de vue du jeune garçon, être entre deux mondes est une place de choix. Cela voulait dire pouvoir survivre dans un large panel de circonstances et de situations, cela voulait donc dire être "plus fort". Quoi qu'on en dise, tous les hommes ont quelque part dans un recoin de l'esprit cette envie d'être efficace, fort, et de pouvoir palier à tout danger. En sachant qu'il maîtrisait déjà l'art de la survie dans le monde extérieur, Suiatsu voulait maintenant conquérir le monde civilisé, par soucis d'efficacité.

Tout ce savoir qui se présentait à moi, et cet individu en était la clé. Il me fallait apprendre à connaître ses usages, lui demander de m'enseigner le monde civilisé, ses dessins, son système d'échange, la façon dont on étreint les femelles, etc... Je pris le bras du shinobi et l'aidai à se remettre en ordre.

-Vous devriez retirer vos vêtements.

Proposition quelque peu étrange venant d'un homme habillé d'un simple sous-vêtement, mais quand une telle proposition venait de Suiatsu, on ne pouvait penser à un quelconque fantasme sexuel. Suiatsu n'était pas du genre bête curieuse aux envies détournées du chemin que le commun des hommes empruntait, en y réfléchissant bien, un cannibale homosexuel en slip qui viendrait violer des Konohajins sur les berges des rivières, c'est de très mauvais goût et bien trop psychologiquement déstabilisant pour que l'humble narrateur que je suis vous en serve dans un récit de quelque nature que ce soit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 210
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La berge mystérieuse [PV;Raki] Jeu 25 Juil 2013 - 0:55

Face à lui, une bête curieuse. Plutôt mince, mais musclée. Comment Raki le savait-il ? Eh bien l'individu ne portant que le strict minimum, il semblait plutôt aisé d’apercevoir la majorité du corps de l'étrange personnage. Des cheveux gris tombait dans le dos de l'autre, tandis que deux émeraudes se posaient sur lui. En le dévisageant ainsi, Raki se sentit également dévisagé. Chacun semblait considérer l'autre comme une bête curieuse.

La nudité ne gênait gère le médecin. Déjà, car il avait l'habitude de ce genre de situation, et surtout parce que ce n'était pas une femme. Si cela avait été le cas, son cerveau aurait très certainement fait un black-out et coupé tout ses circuits. Après tout, un homme naissait nu. Il avait vu quelques accouchements jusqu'à maintenant. Autant dire qu'une guerre lui semblait préférable à cette boucherie. Enfin, cela n'avait de la métaphore que la métaphore. Raki n'aurait jamais participé à une guerre. Ou alors à l'arrière, soignant les blessés qu'on lui apporterait gentiment sur un brancard. Recoller les morceaux. On devait vraiment le prendre pour un magicien ! Si on ne voulait pas casser quelque chose, on évitait les conflits. Autrement dit, les guerres ne servaient strictement à rien. Sauf à casser.

À sa question -celle demandant son nom- l'inconnu parut bomber le torse, avant de lancer machinalement une phrase qui semblait avoir été apprise par cœur. Décidément, il était plutôt mal tombé. Quelqu'un qui refusait de lui donner son nom. Au moins, Raki avait gagné une information dans l'histoire. Ce type était... un shinobi ? C'était une blague ? Sincèrement, il n'en avait pas vraiment l'allure. Lui-même ne l'avait pas vraiment. Enfin, chacun était plutôt costaud, mais pas au point d'en imposer à leur semblables. Comment fallait-il gérer ce type ? L’assommer peut-être, l'emmener à l'hôpital, le sangler, puis l'autopsier. Enfin, seulement quand il serait mort du à la négligence de ses collègues. Raki n'avait pas vraiment envie de tuer quelqu'un. S'il ne l'avait pas fait jusqu'à maintenant, ce n'était pas pour le faire maintenant.

Son spécimen rare de... nudité semblait attiré par ses livres. À vrai dire, il n'aurait pas été étonné de le voir les renifler ou essayer de les manger. Pourtant, il semblait les « connaître ». Il avait perdu la mémoire et régressé ? Cela n'était pas impossible, ni hautement improbable. Plutôt surprenant. Voilà le mot. Il était tombé dessus par hasard. Enfin, il fallait sans doute débattre de qui tombait sur qui. Raki restait assis à l'observer. Pour l'instant, l'envie de faire une étude comportementale n'était pas assez forte. Sa curiosité était limitée par son incapacité temporaire à partir. Pour l'instant, ce type ne méritait pas non plus la perte de temps occasionnée. Après tout, il fallait sécher avant de prendre les livres. Au moins un minimum.

L'étranger s'approcha de lui, et l'aida à se relever. Déjà la rivière, et maintenant ça ? Raki avait vraiment l'impression d'être pris pour un handicapé. Il ne savait pas vraiment si l'intention y était, mais dans tous les cas, cela ne changeait rien pour lui. Il était largement assez grand pour nager et se relever. On pouvait même le considérer suffisamment grand pour dire qu'il savait lire, écrire, manger, et boire. Raki avait même mis la majorité de ses points de compétence dans la capacité passive « Sucer ». En y pensant, il chercha sa sucrerie des yeux. Honnêtement, il ne savait même pas exactement d'où il venait. Tout avait tellement tourné que son esprit n'était pas encore complètement remis.

Une proposition... particulière suivit cette aide. Enfin, plutôt un conseil amical. Raki imaginait toutefois difficilement en quoi « retirer ses vêtements » pourrait l'aider. Certes, il aurait moins de chance de tomber malade, mais pour un médecin, cela ne serait pas un problème. Le jeune homme dévisagea l'inconnu quelques secondes. Drôle d'idée. Repliant les bras sur les omoplates opposées, il se débarrassa vivement de son haut, avant de détacher son bandeau. Lançant ses bottes sans ménagement, il finit rapidement dans la même tenue. Une égalité. Il n'allait pas non plus retirer son caleçon, un minimum de décence était requis. Cela ne changerait pas grand chose au reste. Il étala ses vêtements sur le sol pour qu'ils sèchent plus rapidement. Après tout, qui volerait des trucs pareils ? Même lui n'en aurait pas donné un sou.

« Voilà, j'ai retiré mes vêtements. »

Un sourire à celui qui le lui avait conseillé, Raki s'essuya légèrement les mains sur les cuisses avant de ramasser les livres par terre. Au moins, il ne craignait plus vraiment que ses vêtements soient secs.

« Si tu ne veux pas me dire ton vrai nom, donne-moi au moins un surnom, ou un faux par lequel je puisse t'appeler. Pour moi, ce sera Seijin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin de Kiri
Messages : 497
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La berge mystérieuse [PV;Raki] Ven 26 Juil 2013 - 0:16

Le jeune Suiatsu n'avait que faire des noms, ce n'était pas utile dans le monde des rivières qu'il avait côtoyé durant ces longues années. Il s'accorda une première petite victoire, il n'était pas dépendant du nom de l'autre pour avoir ou entretenir une relation, car un nom, lorsque l'on ressent, ce n'es qu'un son, un mot sans importance. Il sourit, cet hurluberlu de Konoha était, bien qu'un peu trop civilisé, gentil, même si aimable serait un terme bien plus approprié étant donné qu'il n'avait montré aucun signe de sympathie. Ce manque de sympathie, les premières analyses du jeune les rattachaient à un esprit antipathique. Mieux valait considérer son interlocuteur comme méchant pour ne pas être déçu de lui, et, inconsciemment, être en position défensive. Le combat réglait l'ensemble de la jungle.

Décidé de le ramener là où il pourrait m'enseigner le savoir des petits signes, c'est à dire mon nouveau campement, je lui tirai le bras après avoir ramassé ses livres et vêtements. Ce gars-là était une aubaine, et je sais que je me répète, mais je n'ai rien d'autre à dire, honnetement. La seule chose éventuelle que je pourrais vous dire est que nous arrivâmes très vite dans mon chez moi, ce petit morceau de berge où j'avais décidé de me poser, passant du statut de nomade à celui de sédentaire. La vie de sédentaire, parlons-en ! Illusion de confort donnée par une stabilité mensongère, état qui perd l'esprit dans la routine et la paresse. C'est cette même routine qui engraisse le shinobi aussi bien mentalement que physiquement et qui risque un jour de lui faire oublier sa vraie nature. Le shinobi est un être organisé à l'état sauvage, sans loi, en dehors de la société, qui reste dans l'ombre et fait passer des valeurs bien plus louables qu'un village au premier plan dans sa vie. Mais afin de devenir cette ombre, ce bras décisif, et enfin, pour embrasser la légende, il fallait me munir d'armes efficaces, le savoir des petits signes en était une. Je ne comprends pas cet homme qui me suit. Il dégage des choses qui m'échappent.

Les deux shinobis arrivèrent enfin au campement. Suiatsu décida de ne pas aller s'habiller comme son hôte ne pouvait le faire et qu'il n'avait rien à lui prêter pour le dépanner. Un cercle constitué de petites pierre au centre duquel des restes de bois calciné reposaient trônait au milieu du barda du marcheur de rivière. En observant bien, les produits provenant de super-promos étaient nombreux, et une seule raison l'expliquait: L'étiquette orange qui les différenciait des autre, étiquettes qui les rendait un peu plus tape-à-l'oeil, c'était tout ce qu'il fallait pour attirer un esprit encore peut emprunt des moeurs Konohajins. Raki le remarquerait sûrement, et lui qui avait horreur des fardeaux, il allait en recevoir un en pleine face, nous verrons s'il saura prendre une décision qui saura contenter tout le monde.

Le livre que j'avais tenté de décripter était désormais entre mes mains. Je le donnai à mon invité.

-Je suis "tu" ou "toi" selon les circonstances. Pourriez-vous m'apprendre les signes des livres ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 210
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La berge mystérieuse [PV;Raki] Ven 26 Juil 2013 - 13:13

Un nom, Raki en voulait un. Même si ce n'était qu'une appellation, cela donnait un aspect individuel et intime à une personne. Peut-on apprendre à connaître une personne dont on ne connaît pas le nom ? Il n'avait pas besoin de donner son vrai nom, le jeune homme s'en moquait. Il voulait quelque chose qui le définissait en tant qu'être indépendant. Quelle caractéristique choisirait-il ? Le médecin devait bien avouer que sa curiosité était en éveil. Cette personne inconnue jusqu'à présent le sortait de l'eau, et agissait comme un sauvage.

Peut-être que ce type voulait le manger ? Du cannibalisme. Pourquoi pas après tout, il se comportait vraiment bizarrement. Lui demander de se déshabiller. Même si le jeune homme l'avait fait, rien ne lui garantissait que ce n'était pas pour voir « le meilleur morceau ». Un bon steak, voilà qui pouvait mettre l'eau à la bouche de n'importe qui. Cette perspective l'amusait un peu, Raki devait bien se l'avouer. L'idée de se faire cuisiner était particulière. Quel assaisonnement cet inconnu utiliserait-il ? Du sel, du poivre, du gingembre, de la cannelle, du curry... Les possibilités ne manquaient pas. Ce n'était là qu'une ébauche de ce à quoi il pouvait penser.

Plus sérieusement, même si la possibilité du cannibalisme n'était pas à écarter, Raki ne pensait à rien. Après tout, si l'autre avait voulu le manger, il aurait été plus simple de l'étrangler directement au lieu de risquer une révolte. Enfin, c'était son point de vue, un fou furieux psychopathe assez dérangé pour manger de la chair humaine pouvait en avoir un différent. Après tout, c'était peut-être meilleur après avoir engraissé un peu le tout. Il devait bien avouer qu'il n'était pas spécialement appétissant. Du point de vue d'un cannibale.

L'inconnu le traîna gentiment. Pour l'instant, Raki n'avait rien à redire sur son comportement, même s'il préférait rester prudent. Il pouvait dire que -même quasiment nu- ce type avait un minimum de savoir vivre. Bien qu'il refusât toujours de lui communiquer un nom. Ce n'était pas non plus un problème, un surnom était rapide. Cannibale peut-être ? Un sourire se dessina au coin des lèvres du jeune homme.

Un dépotoir, voilà où ils arrivèrent. Plus exactement, un campement permanent avec toutes sortes d'objets traînant à gauche et à droite, sans réelle organisation. Il vivait vraiment ici à plein temps ? Quelle drôle d'idée. Une maison, un lit, des conditions de vie plus décente. Ce n'était pas pour rien que les hommes s'amélioraient, mais ce type retombait bien des siècles en arrière. C'était compliqué à décrire, un mixte des époques, un choc terrifiant donnant lieu à un chaos sans nom. Un feu de bois, des emballages, des vêtements. À force de subir le passage de l'inconnu, l'herbe avait laissé place à de la terre brute. En tout cas, il ne prenait pas vraiment soin de lui. Tout ce qui se trouvait là n'avait pas une excellente qualité nutritionnelle. Des promotions qui servaient juste à attirer le regard sur des produits de moindre qualité. Pour les familles nombreuses, c'était certainement utile pour atténuer l'impact sur le budget, mais un homme seul. Pourquoi se priver d'une bonne hygiène ?

La réponse semblait simple. Ce type n'avait absolument aucune idée de ce qui se passait réellement autour de lui. Raki, qui adorait accumuler les connaissances inutiles, pouvait voir bien plus de choses que quelqu'un qui vivait en marginal.

Cannibale lui tendit un livre récupéré. Sincèrement, cela commençait à être perturbant comme situation. Seul avec un inconnu, tout deux presque entièrement nu, à parler des langages différents. Ce ne serait pas aisé de vraiment comprendre cet étrange personnage. S'il voulait manger correctement, Raki pouvait l'inviter au restaurant. Certes, ce ne serait pas de la chair humaine, mais cela contenterait peut-être le palet peu délicat de l'inconnu.

« Je suis "tu" ou "toi" selon les circonstances. Pourriez-vous m'apprendre les signes des livres ? »

Le jeune homme cligna plusieurs fois des yeux en attrapant le livre tendu par « Tu ou Toi ». Il ne semblait pas comprendre à quoi sert un nom. Peut-être que cannibale ne correspondait pas vraiment comme surnom, pour ne pas dire que c'était à côté de la plaque. Non, s'il devait donner un véritable surnom...

« Vierge. »

Oui, naturel, pur, vierge de toute civilisation. Un nouveau né. Un bébé un peu joueur, qui ne demandait qu'à apprendre les couleurs et leurs noms. Quoi de plus normal que cette étrange curiosité pour ces symboles inconnus qui jonchaient des pages entières, jusqu'à plusieurs centaines. Raki aurait été mal placé pour critiquer son désir de connaissances. Lui-même ne se retiendrait pas dans ces conditions.

Regardant la couverture du livre, Raki en lu le titre. « L'art des ninjas », un ouvrage de base que lui-même avait déjà mémorisé et étudié. Cela remontait à plusieurs années maintenant. Ce n'était pas très utile à haut niveau. Il ne comprenait sans doute même pas ce qu'il demandait à apprendre. Il y avait même des chances pour que sa maîtrise soit déjà supérieure à ce qui était enseigné dans ce livre. Peu importait après tout, cela ne concernait pas Raki. Si l'autre voulait apprendre à lire, ce ne serait pas difficile, même s'il faudrait un peu de temps pour cela.

« D'accord, je vais t'apprendre à lire et à écrire par la même occasion. »

Fermant brutalement le livre ouvert au milieu pour se rappeler quelques vieux souvenirs, Raki s'assit en tailleur et commença à écrire sur le sol avec son doigt. Il décomposait tout ce qu'il pouvait, en prononçant les lettres. Ecrir à l'envers s'avérait être assez amusant pour le distraire un minimum. Après tout, il fallait que ce soit dans le sens de l'autre, à moins de lui apprendre à lire à l'envers. Ce pouvait être intéressant de mener quelques expériences d'apprentissage sur ce pauvre inconnu, mais transmettre les connaissances basiques semblait plus important en ce moment. Inutile d'essayer de modeler un esprit qui n'aspirait qu'à comprendre un peu mieux le monde dans lequel il vivait. Évitant les questions inutiles qui n'auraient aucune réponse pour l'instant, Raki continuait vers les formes plus complexes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin de Kiri
Messages : 497
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La berge mystérieuse [PV;Raki] Ven 26 Juil 2013 - 14:58

Bien. Je n'avais pas affaire à une personne trop peureuse et trop lourdingue qui me posait des questions à répétition sur moi, mon mode de vie, ma façon de faire et tout ce genre de choses assez embêtantes. En plus, tout allait pour le mieux car Seiji commença ses explications directement. Il disait qu'il allait aussi m'enseigner l'art de l'écriture, peut-être cette discipline était indissociable avec le déchiffrage... étrange façon de voir les choses, mais je ne jugeais pas, je n'y connaissais rien, après tout. Les petits signes avaient des noms, eux aussi. Je comprenais petit à petit la symbolique du nom dans la société de Seiji. Les noms étaient illogiques, l'ordre ne m'apparaissait pas, et leur lien de parenté m'était difficile à trouver. Par exemple, l'un des mots fut écrit de la manière suivante "e-n-s-u-i-t-e", la décomposition des signes donnait "euhèneèsuitéeuh", et cela ne veut rien dire, vous êtes sans doute d'accord avec moi. Une chose me tracassait cependant un peu plus que le sens des signes: la signification de mon nom. Je savais que le nom avait une place importante dans l'esprit d'une personne, et il n'était sans doute pas choisi par hasard. Le mien, je ne le comprenais pas... "vierge"... c'était la première fois que ce son venait mer percuter les oreilles.

C'était la première fois sans doute que Suiatsu allait au bout de sa démarche d'apprentissage du monde extérieur  celui des rivières. Lorsqu'il errait sur les rivières, qu'il croisait les embarcations des voyageurs, qu'il croisait les groupes de Nukenins, il n'abordait pas la question, il était le marcheur de rivières, l'esprit errant qui venait vous rencontrer et qui disparaissait sans laisser de trace. Aujourd'hui, cette petite légende locale venait de disparaître pour de bon pour laisser place à "Vierge", l'analphabète chevronné de Konoha, le squatteur de la berge de la rivière. La curiosité qu'avait le garçon pour le monde Konohajin le poussa à prononcer ces très simples mots.

-C'est quoi "Vierge" ?
Je venais de couper Seiji dans son cours afin d'obtenir une information qui me serait sans doute plus facile à assimiler et très utile pour plus tard. Vierge était peut-être une sorte de concept charnier dans le monde shinobi, et peut-être m'avait-il nommé ainsi pour une raison tout aussi importante. Attendez ! C'était peut-être comme ça qu'on nommait les disciples ! Peut-être en m'ornant d'un titre du genre, Seiji m'acceptait-il dans sa société, peut-être... enfin bref, il me fallait vite acquérir les connaissances adéquates pour parvenir à devenir plus fort, plus efficace, et créer une légende, la mienne, celle du marcheur de rivières ! Je vois la forêt de Hi brumeuse, et les rivières calmes et mystérieuses... je vois plus de rivières, plus de mystère. Et un jour où vous vous baladeriez, alors vous me rencontreriez. Bien-sûr, je ne ferais rien, je passerais juste pour passer et faire vivre ma légende ! En parlant de légende, une question s'imposait à présent. Question que j'adressai directement à Seiji.

-Dites-moi, Seiji, vous êtes fort ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 210
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La berge mystérieuse [PV;Raki] Ven 26 Juil 2013 - 15:44

Expliquer comment lire était plus complexe que Raki ne l'avait pensé. Certes, ce n'était pas difficile, même basique. Seulement, il ne se rappelait plus vraiment comment cela s'était passé pour lui. Il avait donc décidé de montrer tous les arrangements de sonorités possibles que faisaient les lettres. Il commençait pas écrire simplement les lettres, puis les associait pour montrer les sons. Les mots n'étaient, après tout, que des suites de sons. Un arrangement particulier, qui permettait à chacun d'identifier un mot. Ce serait long, car il y avait beaucoup d'arrangements. Plus il y pensait, plus il en voyait.

Honnêtement, cela le fascinait. Il n'avait jamais songé à s'intéresser de la sorte à l'art de la lecture. C'était devenu un tel réflexe avec les années, que plus rien ne le surprenait lorsqu'il lisait. Pourtant, un étranger presque nu le sortait de l'eau, le menait dans son repère, lui demandait de lui enseigner quelque chose de simple. Et maintenant, Raki avait l'impression de tout redécouvrir en même temps qu'il expliquait. Certes, il connaissait déjà tout, mais ces arrangements ne l'avaient jamais autant émerveillé qu'en cet instant. En expliquant à Vierge, il s'expliquait aussi à lui-même, remarquant des étrangeté sur la manière de lire. C'était bien plus complexe qu'il n'y paraissait, des distinctions si naturelles et incrustées dans son cerveau qu'il ne parvenait pas à les dissocier complètement.

Pendant ce travail long, même si intéressant, son pupille l'interrompit. Son intervention fit sortir le jeune homme de son monde, rempli de mots et de sons. La question, bien que simple, était étrange. Combien d'explications devait-il donner avant que ce type soit satisfait ? Qu'est-ce que c'était que « vierge » ? Un mot. La définition semblait un peu plus compliquée à donner vu que plusieurs sens correspondait. On pouvait également le voir comme nom ou adjectif. Autant dire que les explications seraient plutôt complexes si le jeune homme ne voulait rien omettre. Finalement, on pouvait simplifier le concept, mais pas les divers sens qui s'y cachaient.

« Vierge, c'est pur, immaculé. On l'utilise dans beaucoup de cas. Par exemple, quand je dis que tu es vierge, cela peut vouloir dire que tu n'as jamais eu de relations charnelles, que ton corps est aussi pur qu'à ta naissance. Mais quand je le dis, je ne pense pas à ce qu'il y a sur ton corps, c'est l'intérieur. Tu ressemble à une histoire à écrire, quelque chose qui n'a pas encore commencé. Voilà ce que veut dire vierge. C'est pour dire que quelque chose n'est pas encore. Par exemple. »

Raki prit une feuille et la posa sur le sol.

« Cette feuille est dite vierge, car elle ne raconte encore rien. Mais si j'écris. »

Il écrivit un simple mot : « Toi ».

« Elle n'est alors plus vierge. Elle raconte l'histoire d'un moment. Celui de toi et moi, ici à apprendre à lire et à écrire. »

Ses explications lui semblaient un peu tordues. Il ignorait si son interlocuteur réussirait à comprendre ce que ses mots sous-entendaient. À moins de s'étaler plusieurs heures dans une discussion philosophique, il serait difficile de faire comprendre complètement le concept qu'avait regroupé Raki dans le surnom donné.

La question suivant le fit ouvrir des yeux ronds. La bouche légèrement entrouverte, les mots se traçaient dans son esprit, chanson d'un monde lointain. Était-il fort ? En toute honnêteté, dans le sens principal, Raki n'était pas fort. Il refusait en général de combattre, ce qui l'empêchait de jauger ses capacités par rapport à d'autres. Cependant, il n'était pas réellement faible. Il connaissait des moyens de tuer et de piéger les gens que peu auraient soupçonné. Des méthodes qu'il tairait jusqu'à la fin de sa vie. Inutile de donner aux shinobis des moyens plus efficaces de s’entre-tuer. Pourtant, dire qu'il était fort sonnait faux. Il y avait des domaines dans lesquels on pouvait le considérer fort, d'autres faibles.

« Je suis faible pour vaincre les autres, mais je suis fort pour les sauver. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin de Kiri
Messages : 497
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La berge mystérieuse [PV;Raki] Dim 28 Juil 2013 - 16:17

L'aspect poétique du personnage me séduisait. Il ne m'avait pas encore appris à lire ou écrire que j'aimais déjà l'idée d'utiliser des mots comme "vierge" et "charnelle" sur des feuilles. Dans le monde des rivières n'est poétique que le son de l'eau, la sensation de l'herbe mouillé, et tout cela reste très physique. Mais ces petits signes, ils disaient des choses allant au-delà du physique, elles touchaient l'intérieur de la tête, elles étaient plaisantes.

Suiatsu et son innocence, à la vue de la perte de virginité de la feuille, prirent un bout de bois humide et tentèrent de reproduire "toi" sur l'avant-bras de l'Izumi. Ainsi, il n'était plus vierge, comme la feuille. Cette délicate interprétation laissait clairement voir que Suiatsu était, en effet, vierge. Il n'y avait aucun problème à cela. Il est amusant de voir comment les gens réagissent quand ils comprennent que se tient en face d'eux l'innocence même. Certains en profitent, d'autres font tout pour la protéger, d'autres lui accorde du temps par principe mais aimeraient bien s'en défaire.

Si Seiji n'était pas un bon faiseur de légende -bah oui, il était nul contre les autres-, il était un agréable professeur. A l'époque j'avais déjà compris que chaque personne avait son utilité dans la société Konohajin, que chaque talent aussi farfelu soit-il était louable. Seiji était un piètre combattant selon ses dires, mais il était un bon prof', et même si avec le temps j'ai compris que les "prof'" sont assez peu intéressants, ils représentaient un corps de métier indispensable à la bonne évolution de leur environnement.

Si les professeurs étaient des gens assez lourds, il est vrai qu'ils sont l'un des vecteurs de savoir les plus importants chez l'enfant, ou l'élève. Ces personnes sont faites pour être dépassées, et Suiatsu comptait bien un jour dépasser Raki aka Seiji. Mais avant, se montrer plus habile que la bête et prendre l'ensemble de son enseignement avant de l'améliorer était obligatoire. On ne dirait pas comme ça, mais c'est un comportement très saint.

Oui c'est très saint ! Même que j'aurais bien aimé qu'il me parle de cette chose qui éveil toujours mon attention: les seins. Enfin, pour le moment, je faisais mes premiers pas dans le monde, et autant dire qu'ils étaient incertains. En parlant de seins, je me souviens avoir eu cette question qui me turlupinait "C'est quoi relation charnelle ?". D'ailleurs, c'est sans aucun remord que je lui ai posé !

-C'est quoi "relation charnelle" ?

Les mots qu'utilisait Raki fascinaient Suiatsu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 210
Rang : B+

Message(#) Sujet: Re: La berge mystérieuse [PV;Raki] Dim 28 Juil 2013 - 18:25

Être fort ou être faible. Ce n'était jamais un choix. Qui choisirait d'être stupide simplement pour le plaisir ? Raki ne savait même pas comment expliquer sa situation à la personne qui lui faisait face. C'était quelque chose de bien trop complexe pour qu'un esprit tout jeunement formé aux réflexions puisse s'en saisir. Pleins de gens ne le comprenaient pas, et cela ne le gênait pas le moins du monde. Après tout, qu'on le prenne de haut parce qu'il était incapable de tuer ne risquait pas de le blesser. À ses yeux, cela montrait bien d'autres choses qui n'avaient pas de nécessité d'être. Des barbares, voilà ce qu'étaient certains villageois. Ils ne juraient que par le meurtre, l'alcool et l'argent. Bien évidemment, il y avait aussi les relations plus charnelles, mais puisque Raki visait surtout les femmes, il ne voulait pas abuser dans ses pensées.

Son élève temporaire ne lui paraissait pas différent. Pourquoi tenait-il tant à être fort ? Pouvait-on le considérer vierge dans ces conditions ? Il pouvait très bien juste vouloir répondre à de bas instinct, avoir de l'honneur, du pouvoir, des femmes. Quand lui-même rencontrait quelqu'un, se première question n'était certainement pas « êtes-vous fort ? ». À quoi bon le demander, s'il voulait savoir si son interlocuteur était plus puissant que lui, une solution extrêmement simple pouvait régler le problème. Un combat en bonne et due forme, et tout le monde serait fixé. Une perte de temps et d'énergie en somme.

Son avis ne changeait toujours pas. Il enseignait à quelqu'un, et une question continuait de frapper dans sa tête. Elle devenait très insistante, comme quelqu'un qui refuse de partir et insiste à la porte d'entrée. Qu'il y ait une personne à l'intérieur ou pas. C'était excessivement irritant. Comment se concentrer quand un mouche n'arrêtait pas de lui tourner autour ? Elle était toute simple, toute inoffensive. Était-ce bien de transmettre son savoir ? Certes, la majorité de ses connaissances s'avéraient complètement inutiles pour la majorité des gens, une autre partie était utile sans être foncièrement mauvaise, et une toute dernière pouvait s'avérer particulièrement dangereuse. En soi, apprendre à lire ne constituait pas une menace. Si ce n'était lui, ce serait un autre. Pourtant, ce savoir lui servirait peut-être un jour à lire un ordre d'assassinat. À ce moment là, qui serait responsable ?

Le jeune homme se contentait de continuer, tout en se répétant la même phrase. Si ce n'était lui, ce serait un autre. Ce savoir pouvait être dispensé par la majorité des habitants du village et du monde. Autant dire que cela importait peu d'être celui qui lui apprendrait.

Tout se passait à merveille, Raki avait du isoler la majorité des sons, toutes les lettres, et la majorité des syllabes possibles. S'il en manquait, ce ne serait pas plus de deux, n'empêchant pas vraiment la lecture, puisque son interlocuteur réussirait à le deviner en parlant. Enfin, cela ne se passait pas si bien au final, car une question pertinente fut posée. Qu'était donc une relation charnelle ?

En entendant la voix innocente de son élève lui demander cela, Raki faillit s'étouffer. Il n'avait pas pensé que l'autre pouvait l'ignorer. Ou peut-être ne voulait-il pas admettre que lui-même n'en savait pas beaucoup sur le sujet, et récitait une définition un peu améliorée. Il sentait la chaleur lui monter au visage. Enfin, pas qu'au visage. Tout son corps le mettait mal à l'aise.

« Euh... Comment dire... Une relation charnelle c'est... naturel, mais aussi compliqué. Il faut être un minimum grand pour comprendre. »

Sa voix était bien plus hésitante et agitée que lorsqu'il expliquait le reste. Il avait plus de mal à faire des phrases sans hésitation et avait du perdre toute la prestance qu'un tuteur avait sur son pupille. N'était-il pas d'ailleurs simplement censé lui apprendre à lire ? Pourquoi ce type demandait ce genre de choses embarrassantes ? Certes, tout cela était biologiquement explicable et n'avait rien de dégoûtant mais... Mais il n'avait pas à se justifier s'il se sentait mal à l'aise ! C'était son droit le plus strict. Un instant, il songea à éluder la question, mais Vierge ne s'en contenterait certainement pas. Il reposerait le question, et lui demanderait probablement pourquoi il se mettait dans cet état.

« Une relation charnelle c'est quand deux personnes décident de... de se faire confiance l'une à l'autre. »

On ne pouvait certainement pas faire plus débile comme réponse, et même lui ne s'en serait pas contenté. Si jamais il n'avait pas eu une réponse correct, il aurait insisté. Partant de ce fait, l'autre insisterait probablement. Après tout, il n'y avait rien dans ce que disait Raki qui tendait à prouver l'intimité de ce genre de pratique.

« En bref, c'est à ce moment là que tu utilises ce qui se trouve dans ton caleçon. »

Raki baissa son visage rougissant vers les caractères, espérant profondément que cette réponse suffise à l'homme sauvage. Plus d'explications sur le pourquoi et le comment le tuerait certainement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin de Kiri
Messages : 497
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: La berge mystérieuse [PV;Raki] Lun 29 Juil 2013 - 15:26

-Mouhahaha ! Je sais ce que c'est !

Ok, ok ! Je venais de comprendre. Les Konohajin étaient des êtres très pudiques, et la pudeur ça n'existait pas dans la rivière ! La plupart du temps, je me promenais nu dans l'eau, et les poissons se fichaient pas mal de savoir à combien de centimètres culminait ma troisième jambe ! Un rire débuta. Mes yeux pleuraient devant la gêne de mon professeur de lettres; ce qu'il pouvait être niais ! C'était décidé, j'allais lui montrer qu'il ne fallait quand même pas me prendre pour un ignare et pour ce faire... travaux pratiques !

Pour commencer son cours de TP, Suiatsu se leva, toujours étouffé par le rire que lui avait occasionné son mentor. Lorsqu'il fut debout, il enleva son seul vêtement et, toujours en riant, descendit de quelques pas sur la berge et se retourna face à la rivière. Ça ne voulait pas venir, son rire étouffait aussi son urètre. Il fallait le voir, content de son savoir, innocent et sûr de lui. Quand le rire fut un peu calmé, un mince filet jaunâtre vint se jeter dans la rivière, un filet continu qui moussait au contact de l'eau. Il était fier de montrer qu'il savait ce qu'était une relation charnelle.

-Vous voyez Seiji, y'a pas besoin de deux personnes ! Hahahahahaha !

J'avais tout de même un problème... mon retour à la lucidité me fit une révélation des plus obscures. Et si les Konohajins ne savaient vraiment pas faire pipi tout seul ? Mon rire avait peut-être blessé Seiji. Bon ! Il était temps de changer de sujet ! Abordons un thème plus... masculin, plus... viril ! Il devait sans doute  y avoir des femmes avec des seins, à Konoha, et Seiji devait sans doute les connaitre ! Si seulement il pouvait m'en présenter une... ce serait parfait ! Nous pourrions parler de plein de choses ! J'ai toujours aimé parler aux femmes, parce qu'elles me mettent en confiance, elles son gentilles, elles sont belles.

-Y'a des femmes avec des seins à Konoha ?

La question de Suiatsu rejoignait un peu celle qui portait sur les relations charnelles, en définitif. Il était vraiment temps d'aborder ce sujet épineux. Épineux était le bon mot, oui. Sans même s'essuyer car ce n'était pas d'usage dans le monde des rivières, Suiatsu revint se placer près de son professeur et remit son caleçon, marque qu'il se civilisait un minimum. Puis, attentif, il guetta la réponse de Raki.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La berge mystérieuse [PV;Raki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-