N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez | 
 

 C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga] Ven 16 Aoû 2013 - 18:07

Spoiler:
 


Les feuilles commençaient peu à peu à perdre leur couleur, ce vert si vivifiant. Ce n’était là qu’un signe de plus que l’été était bel et bien terminé et qu’on se rendait inéluctablement vers l’hiver. Mais pour l’instant, c’était cet entre-deux de chaleur et de froid, cette période où la nature se prépare à s’endormir. Elle se couvre d’une couverture de feuilles morte pour la protéger du froid, voilà la raison que ma mère me donnait pour m’expliquer que les feuilles tombaient à l’automne. Je souris à ce souvenir, cela faisait longtemps que je n’avais pas pensé à eux. J’avais été tellement pris dans mon nouveau monde, à essayer e m’habituer et de m’adapter que j’en avais oublié ma famille. Accoté sur mon cadre de porte, je pris une grande bouffée d’air matinal pour me réveiller et observai le village qui s’étendait devant moi. Lui qui était si vivant pendant l’été, on sentait que ce n’était pas seulement les arbres qui se préparaient à l’hiver; l’activité avait beaucoup diminué dans mon coin.

Sentant quelque chose me chatouiller les jambes, je vis la queue d’Akamori qui allait et venait sur ma jambe. Je le vis couché à mes pieds, la tête reposant sur ses pattes antérieures. Comme s’il avait senti mon regard, le canin ouvrit son seul œil et le posa sur moi et nous nous regardâmes longtemps. Peu importe ce qui s’est passé, Aka a été la seule à rester constante dans ma vie et ce depuis notre rencontre. Je me rappelai avec un sourire que les premiers temps il nous était arrivé de nous disputer, mais cela n’avait pas duré longtemps. Je vis un signe qu’il voulait qu’on bouge lorsque je le vis se lever et s’ébrouer. J’hochai la tête et rentrai à l’intérieur pour me préparer. On pourrait dire que nous avions quelque chose de prévu aujourd’hui. Tout ce que je savais c’était que je devais me rendre au quartier Nara. Je ne savais pas trop où c’était alors je me prenais d’avance en cas que ça prenne plus de temps que prévu. Nous prîmes le temps de manger un bon déjeuner parce qu’on n’avait toujours aucune idée de quoi cette mission aurait l’air. Mais si nous devions aller dans un quartier résidentiel, j’avais la mauvaise impression que ça ne serait que ramasser les feuilles pour une famille Nara.


-J’espère que ça ne sera pas des travaux ménagers!, dis-je à voix haute, partageant mes craintes avec Aka alors que nous mangions.

Ce dernier me répondit par un jappement enthousiaste, ce qui m’étira un sourire sur les lèvres. Il avait raison, il ne fallait pas partir avec une attitude négative. Notre repas terminé, nous étions fin prêt à partir. Je regardai mon horloge et vis que j’étais pile à l’heure.  J’allai chercher mon haori, puisqu’il faisait assez frais même si la matinée était bien entamée, puis me dirigeai prestement vers l’endroit où je pensais trouver le quartier Nara, Akamori à mes côtés. Je déambulai un peu partout dans les quartiers résidentiels, espérant trouver le symbole du clan Nara quelque part, mais je ne trouvais rien qui lui ressemblait. Pourtant, c’était un clan assez important, je ne comprenais pas pourquoi j’avais autant de difficulté à le trouver. C’est Aka qui finalement trouva le quartier Nara avec son odorat, heureusement pour nous. Lorsque nous arrivâmes, un shinobi nous attendait déjà, sûrement pour nous donner notre ordre de mission. Mais allais-je être seul pour cette mission? D’habitude nous sommes au moins deux, deux shinobis pour le moins pensai-je en regardant Aka.

Je n’attendis pas longtemps pour avoir une réponse à ma question lorsque j’entendis des pas derrière moi. Je me retournai et mon visage s’illumina : c’était Tenshi. Alors c’était lui mon partenaire pour cette mission! Nous le saluâmes tous deux chaleureusement avant de rapidement nous retourner vers le shinobi, qui attendait sûrement pour nous donner notre mission. Nous amenant alors dans le quartier Nara, il commença à nous expliquer de quoi aurait l’air notre mission. Heureusement pour moi, ce n’était pas du raclage de feuilles ou tout autre travail ménager, mais plutôt de résoudre le mystère d’un arbre qui ne voulait pas jaunir. Lorsqu’il termina de parler, il nous montra un arbre qui, effectivement, avait encore un feuillage verdoyant. Mais comment était-ce possible? Alors que mes yeux observaient attentivement l’arbre, que j'identifiai comme un chêne, j’étais partagé entre l’émerveillement de voir un arbre garder son feuillage vert et l’inquiétude d’être témoin d’un tel phénomène. C'était vrai que les chênes avait une bonne longévité, mais pas autant au point que ses feuilles ne jaunissent pas. Quand on grandit dans la forêt, on apprend bien vite à reconnaître les différents arbres. Le shinobi qui avait sûrement mieux à faire nous salua et nous souhaita bonne chance avant de disparaître, nous laissant tous les trois avec l’arbre.


-Eh bien, c’est une drôle de mission que nous avons là, ne trouves-tu pas, Tenshi-kun?, demandai-je à mon ami me tournant vers lui. Qu’en dis-tu si nous allions voir ses feuilles de plus près pour commencer? Après tout, ce sont bien elles le problème.

Au pied de l’arbre, je levai la tête vers les feuilles, me demandant ce qui pouvait bien causer cela. J’avais proposé un plan d’action préliminaire à l’Hyûga qui nous accompagnait, qui avec chance nous permettrait peut-être de trouver une cause à ce problème. Jetant un regard à Akamori, il comprit aussitôt le message et commença à chercher une odeur anormale autour de l’arbre. Plus on couvrait de terrain, plus on avait de chance de trouver un indice à la cause de ce dérèglement de la nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga] Ven 16 Aoû 2013 - 21:19

C’était l’automne sur le village caché de la feuille, comme pas mal tout le Pays du Feu en y pensant bien. Je ne devais donc pas être le seul à être pris de corvée de feuille.  Je m’étais levé ce matin non pas d’avance, ni en retard non plus. Lorsque je me levai, je m’habillai en silence puis me dirigeai vers la cuisine. Je ne m’étais pris qu’un fruit, étant en route vers les terrains d’entraînements. Je n’avais toutefois pas remarqué l’ombre qui c’était installé à l’entrée  de la cuisine et qui m’épiait.  Lorsque je me retournai, je sursautai en la voyant, ne m’attendant pas à voir quelqu’un là. C’était ma mère, qui m’avait entendu me lever. La connaissant, elle ne s’est pas levé simplement pour me voir partir. Elle n’eut nul besoin de me demander ce que j’allais faire, elle le savait très bien. Je ne faisais que ça après tout. C’était pourquoi elle c »était levé, elle savait que je m’en allais et elle avait quelque chose à me faire faire. Je me retrouvai donc à racler les feuilles au lieu de m’entraîner, parce que « il commençait en y avoir un peu trop à son goût ». Je me mis donc à ma tâche le plus rapidement possible, me rendant compte que ce n’était pas le meilleur entraînement, mais ça faisait un bon échauffement. Mais ce qui me préoccupait le plus était de prendre du retard sur ma journée et arriver en retard à ma mission. On ne m’avait pas convoqué tant de fois pour une mission, je ne voulais pas me faire une mauvaise réputation.

Une fois la travail terminé, j’allais plaçai les montagnes des feuilles dans le composteur, mélangeant le tout avec soin pour ne pas empester le quartier Hyûga au complet. Je rangeai le râteau dans la remise puis, remarquant mon état, je décidai de faire un petit saut dans la douche avant de partir. Je pris donc une douche éclair et j’étais en chemin pour le quartier Nara dans les instants qui suivirent.  Étant déjà allez chez Natsuki, je savais très bien où était le quartier. Je traversai donc l’immense torii qui indiquait le début du quartier Nara puis fis mon chemin pour finalement trouver un duo qui m’étais déjà familier : un shinobi aux cheveux rouge et son ninken, de couleur identique. Comme s’ils avaient senti ma présence, ce qui devait probablement être le cas pour Aka, ils se retournèrent tous les deux en même temps et je reconnu évidemment le visage de Takeo, qui me souriait déjà. Nous nous saluâmes de loin puis attendis que je le rejoigne pour me tendre la main, que je saisi aussitôt. Un autre shinobi était là avec nous, pour nous donner notre mission. Alors qu’il commençait à parler, je saluai rapidement Akamori en lui ébouriffant la tête affectueusement. Donc si j’avais bien compris, il fallait découvrir ce qui n’allait pas avec cet arbre, qui ne semblait pas être prêt de perdre ses feuilles. Contrairement à tous ses semblables qui décoraient le quartier, celui-ci avait un beau feuillage vert, alors que l’automne avait fait son apparition. Je ne vit même pas le shinobi partir, tellement pris dans mes pensées. Ce fut Takeo qui m’en sortit, commentant qu’il s’agissait d’une bien drôle de mission.


- Tu as bien raison. Mais une mission est une mission, alors aussi bien nous y mettre tout de suite.

Hochant la tête, Takeo proposa donc d’aller voir les feuilles de l,arbre en question, peut-être nous y trouverons-nous un indice quelconque. Nous nous rapprochâmes du pied de l’arbre, levant les yeux vers la couronne de feuille de l’arbre. Takeo assigna une toute autre tâche à Aka, tirant plutôt profit de son odorat. Pendant ce temps, nous étions toujours à la recherche d’un quelconque indice. Pour ma part, je ne voyais pas grand-chose d’en bas. Je jetai alors un coup d’œil aux environs pus, remarquant que personne ne nous portai attention, j’entrepris d’escalader l’arbre. Je sautai alors sur le tronc de l’arbre puis et à l’aide de mon chakra, je montai sur l’arbre pour m’arrêter tout juste avant la cime. Je jetai un nouveau coup d’œil autour de moi, mais j ne remarquai toujours rien de l’ordinaire. Puis, pris par un éclaire de génie, je sortis un kunaï de ma poche ninja. Empoigant l’arme avec la lame vers le bas d’une main, j’approchai une branche de l’arbre avec l’autre puis soulevai un peu d’écorce pour remarquer l’aspect rosé du bois.

- Takeo, tu vivais dans les bois, pas vrai? Tu dois t’y connaître un peu avec les arbres. Dis-moi si je me trompe mais habituellement, le bois n’est pas supposé être rose, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga] Dim 18 Aoû 2013 - 19:54


L’Hyûga me regarda fixement pendant quelques secondes après que je lui aie posé ma question, comme s’il ne m’avait pas entendu, avant de finalement dire que j’avais bien raison. Ce n’était effectivement pas tous les jours qu’on avait affaire à un arbre qui semblait immortel. Enfin, immortel était un grand mot, mais j’essayais peut-être de me motiver. Tenshi continua et lui dit qu’il faudrait bien se mette au travail si on voulait trouver quoi que ce soit. J’hochai la tête, totalement d’accord avec lui. Il n’était peut-être pas immortel, mais c’était quand même assez excitant comme mystère, non? Je lui proposai donc de commencer par les feuilles, puisqu’elles semblaient être les plus touchées par le phénomène. Alors que nous marchions vers l’arbre, je regardai Akamori qui comprit aussitôt que c’était son signal pour entrer en jeu. Reniflant au début autour des deux shinobis, il commença à se promener autour de l’arbre tandis que les deux garçons s’apprêtaient à monter dans l’arbre.

Regardant autour de nous avant de grimper, nous nous assurâmes que personne ne nous voyait. Après tout, on ne savait pas trop si ce qu’on faisait était illégal, on ne voulait pas prendre de chance. Quasiment en même temps, nous sautâmes sur le tronc et commençâmes à marcher le long de l’arbre, comme je le faisais dans le temps. Mon père m’avait dit que c’était une méthode fréquemment utilisé par les shinobis pour apprendre à contrôler leur chakra, je ne fus donc pas trop étonné de voir Tenshi faire la même chose que moi. La montée fut rapide, en quelques pas j’étais bien installé dans l’intersection de deux branches. D’où j’étais, j’avais pratiquement la tête dans les feuilles alors je me mis aussitôt à examiner les feuilles. La passant sous ses moindres coutures, ou nervures serait peut-être plus exact, je regardai plusieurs feuilles avant de me rendre à l’évidence : il n’y avait absolument rien d’anormal dans les feuilles. Je jetai un regard en bas, à la recherche d’Aka.


-Hé, Aka! As-tu plus de chance de ton côté?

Même du haut de l’arbre je pus entendre son grognement, indiquait qu’il n’était clairement pas content. Je n’en avais pas besoin de plus pour avoir une réponse à ma question. Le pauvre, cela le mettait en rogne de rien trouver. C’était vrai qu’il avait toujours été un peu plus impatient et impulsif que moi. Je le rassurai qu’il finirait bien par trouver quelque chose pendant que je me reconcentrais sur mon propre travail. Mes observations furent soudainement interrompues par Tenshi, qui depuis leur ascension était resté silencieux. Lui aussi devait sûrement chercher attentivement. Il se trouvait justement qu’il semblait avoir trouvé quelque chose, me demandant si j’avais vécu dans la forêt. Intrigué, je tendis l’oreille alors qu’il me demandait mon avis sur le bois. Lorsqu’il eut terminé, je quittai mon poste pour venir le rejoindre le plus rapidement possible. Non, ce n’était pas normal.

-Non, ce n’est pas normal, commençai-je par répondre, répétant mes pensées. Habituellement, le bois qui se retrouve sous l’écorce devrait être blanc. Pas blanc comme la neige, avec une petite teinte verte.

Lorsque je me tus, je regardai Tenshi, qui en guise de réponse souleva un petit morceau d’écorce avec un kunai pour que je vois tout ça de mes propres yeux. Je n’en crus pas mes yeux; le bois était vraiment rose! Je me corrige, c’était plus rosé. Au lieu d’avoir une teinte verte, c’était une teinte rose. Je tendis la main vers le bois afin d’y toucher lorsque je remarquai quelque chose dans ma main. Surpris, ne me rappelant pas avoir ramassé quelque chose, je l’ouvris tranquillement. Ce que je vis fut une autre surprise en elle puisque j’avais maintenant une feuille morte reposant au creux de ma main. Je levai les yeux vers Tenshi, qui devait se demander où j’avais pu trouver cela. En fait, je me posais la même question, mais je ne pouvais pas lui dire ça. Je repassai les derniers événements dans ma tête et c’est là que je le vis. Lorsque Tenshi m’avait appelé, j’avais été tellement surpris que je m’étais précipité vers lui, arrachant la feuille que j’observais de l’arbre. J’ouvris grand les yeux quand cette conclusion me frappa. Toujours sous le regard inquisiteur de l’Hyûga, je commençai à lui expliquer la conclusion à laquelle j’étais venu.

-Quand tu m’as posé la question sur le bois tout à l’heure, cela m’a tellement surpris que je suis venu te rejoindre sans attendre, arrachant cette feuille que j’étais en train d’observer avant que tu ne m’appelles. Et voilà de quoi elle a l’air maintenant, à peine une minute après que je l’ai arraché. C’était comme… comme si c’était l’arbre qui gardait les feuilles vertes. Sauf qu’une fois séparées de l’arbre, elles reprennent l’état dans  lequel elles sont censées être. Je pris une pause, laissant le temps à mon compagnon de comprendre ce que je lui disais. Est-ce que ça fait un peu de sens ce que je dis?

Je lui offris un sourire compatissant, moi-même j’avais un peu de difficulté à croire ce que je disais alors je n’imaginais pas Tenshi. Ce n’était pas rien ce que j’étais en train de dire, on parlait de quelque chose qui empêcherait les arbres de vieillir. Je fermai les yeux quelques instants et essayai de réfléchir à tout ce qui se passait. Les feuilles vertes, le bois rosé et la feuille morte. Tout était relié, il devait juste trouver comment, mais aussi, et surtout, pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga] Lun 19 Aoû 2013 - 19:06

Lorsque j’interpellai mon coéquipier, ma remarque attira aussitôt son attention. Faisant lui-même sa propre recherche d’indices, il avait quitté son poste sans plus attendre pour venir me rejoindre, m’expliquant comme je le pensais que ce n’était pas normal. Normalement, les bois est plus blanc verdâtre, alors que là elle était définitivement rosé. Je soulevai de nouveau pour montrer l’incision et ainsi montré à Takeo que je n’étais pas fou. À voir sa réaction, il voyait lui aussi la teinte rosée de l’arbre. Intrigué, Takeo allait toucher le bois, qui sait pour quelle raison, mais son attention fut détourné de la découverte du bois rose. Takeo semblait réagir fortement à… une feuille morte? Je le regardai d’un air interrogateur, voulant savoir ce qu’il tramait. Il regardait fixement la feuille émietté dans sa main, comme s’il avait vu une feuille morte pour la première fois. Qu’est-ce qu’elle avait, cette feuille? Je ne voyais rien d’autre qu’un tas de miettes de feuilles. Comme s’il lisait dans mes pensées, ses yeux s’écarquillèrent grand, comme s’il avait été frappé par le Saint Esprit. Là, il commençait un peu à me faire flipper. Il m’expliqua finalement ce qui le contrariait, me révélant que cette feuille avait en réalité été arrachée de l’arbre  à peine quelques minutes plus tôt. Il l’avait arraché de l’arbre quand je l’avais appelé pour venir voir. Il m’expliqua donc la théorie qu’il avait établie, comme quoi ce serait l’arbre la source du phénomène.

Bien sûr! Même que j’irais plus loin que ça. On dirait que la sève a été modifié, ou quelque chose comme ça. La feuille, elle a vieilli en un instant car elle a été privée de sa « sève miracle ».

Mais comment cela était-il possible? Bon, je ne m’y connais pas vraiment en écologie et tout ça, mais si je ne m’abuse, la sève est un peu l’équivalent du sang pour les arbres. Celle-ci n’avait  définitivement rien de normal… Mais était-ce un phénomène naturelle, ou bien y avait-il eut intervention humaine? Si ne pouvons pas répondre à cette question, nous ne trouverons jamais ce qui est arrivé à cet arbre. Nous regagnâmes la terre ferme quelques instants plus tard, rejoins par Akamori, qui n’avait malheureusement eut encore moins de chance que nous. Mais au moins, on était maintenant un peu plus avancé dans notre enquête. Tout semblait pointé vers la sève, mais nous n’en savions toutefois pas plus. Mais dans un quartier résidentiel comme ici, il devait forcément y avoir quelqu’un qui avait vu quelque chose, quoi que ce soit.

- On devrait aller faire un petit tour des maisons dans les environs. Quoi qu’il puisse arrivé à cette arbre, il doit bien y avoir quelqu’un qui a remarqué quelque chose. Je vais partir par ici, tu prends l’autre bord, lui dis-je en séparant des bras les environs en deux.

Avec un hochement de tête, Takeo accepta puis nous nous séparâmes chacun de notre bord.  Sans attendre un instant de plus, je me mis en marche dans ma section du quartier, à la recherche d’un quelconque membre du Clan. Je me dirigeai sans plus attendre vers une petite maison près de l’arbre, où une vieille dame était assise sur le perron, regardant tout simplement vers l’avant. Je ne pouvais pas croire qu’elle ne me vis pas arriver. Ce ne fut qu’une fois rendu près d’elle que je remarquai qu’elle avait les yeux clos. Je m’arrêtai près d’elle, gardant la politesse de resté en bas du perron. D’une voie calme, je m’excusai à la dame, voir si elle dormait. Je n’eus aucune réponse, je décidai donc de la laissai se reposer ne jugeant pas nécessaire de a réveillé simplement pour cela. Je tournai donc les talons et me dirigeai vers la maison voisine. Il y avait une porte moustiquaire fermé, mais la porte d’entrée juste derrière était grande ouverte. Je m’adressai au travers de la porte à quiconque était là de bien vouloir se présenter. J’eu quelques instants plus tard une réponse, me demandant de bien vouloir attendre quelques secondes. Après lesdites secondes, une femme se présenta et s’approcha  pour finalement ouvrir la porte moustiquaire, mettant son pied pour empêcher celle-ci de refermer.


- Excusez-moi de vous déranger, Madame. Nous avons été demandés d’investiguer l’arbre dans votre quartier, qui comme vous l’avez remarqué ne change pas de couleur. Auriez-vous remarqué quoi que ce soit ces derniers temps?

La dame réfléchit pendants plusieurs secondes pour finalement s’excuser puisqu’elle n’avait rien remarqué. Je la remerciai tout de même pour son temps puis m’en allai, essuyant un deuxième revers d’affilé. Je me dirigeai tout de même vers une troisième maison, déterminé à en apprendre plus sur les événements. J’espérais que Takeo se débrouillait mieux de son bord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga] Mar 20 Aoû 2013 - 20:58


Ma théorie exposé, j’espérai que ce que je disais n’avait pas l’air d’un charabia pour Tenshi. Je n’avais évidemment rien à craindre de ce côté puisque je vis aussitôt le visage de mon compagnon s’illuminer. Heureusement pour moi, ce dernier semblait exactement savoir où j’allais avec ma théorie puisqu’il avança même que c’était peut-être la sève qui était à l’origine de tout ça et que c’était qu’une fois coupée du contact de la sève que la feuille s’est asséchée. Bien sûr, c’était tellement logique. Parcourant de haut en bas de l’arbre, c’était la sève qui permettait à l’arbre de se nourrir; c’est le sang de l’arbre qui lui permet d’avoir tous les nutriments dont il a besoin. Si le problème s’étendait sur l’entièreté de l’arbre, on pouvait supposer que le problème c’était propagé par la sève. J’hochai vivement la tête pour montrer mon accord et nous redescendîmes de l’arbre avec notre première piste.

Maintenant que nous avions une petite idée de ce qui arrivait à cet arbre, du moins c’était l’explication la plus logique que nous avions trouvé, c’était beaucoup plus facile d’avancer.  Je mis deux doigts dans ma bouche et sifflai une fois pour faire revenir Akamori. Ce dernier ne se fit pas attendre et revint la mine déconfite, signe que ses recherches n’avaient rien donné. Je m’agenouillai et le flattai dans le cou alors que Tenshi continuait en proposant une suite à notre plan d’action. Il avait raison, les gens qui vivaient autour devaient bien avoir vu quelque chose, même s’ils ne le savaient pas. Dans ce genre d’histoire, tout peut être important, il fallait faire en sorte d’avoir le plus de détails possibles. Seul, le petit détail d’un tel pouvait être insignifiant, mais si on rassemblait les témoignages de tout le voisinage on arrivera peut-être à quelque chose. Il m’indiqua un côté de la rue alors qu’il s’occupait de l’autre.


-Parfait, on se rejoint ici dans une quinzaine de minutes! dis-je en me relevant.

Prenant la direction que Tenshi-kun m’avait indiquée, je me dirigeai vers la maison qui était la plus près de l’arbre. Si quelqu’un pouvait m’aidé, c’était définitivement eux. Passant sous une petit arche, je me rendis jusqu’à la porte avant de cogner doucement. Quiconque était à l’intérieur, s’il y avait bien quelqu’un, je ne voulais pas le faire sursauter. J’attendis quelques secondes avant qu’un homme d’un âge avancé ne m’ouvre la porte. M’excusant de l’importuner, je lui expliquai la raison de ma venue et lui demandai s’il n’avait pas été témoin d’événements étranges autour de l’arbre. L’homme réfléchit pendant plusieurs secondes avant de répondre qu’il n’avait rien vu à part les feuilles. Le remerciant tout de même, je quittai sa résidence et partis vers une deuxième maison. Je passai ainsi une bonne demi-douzaine de maisons et je n’avais toujours aucune information qui pouvait nous aider. Il y avait bien eu quelques témoignages de bruits étranges pendant la nuit, mais cela pouvait être n’importe quoi. Je commençais un peu à perdre espoir, mais c’était une mission alors je ne pouvais pas tout simplement arrêter parce que j’en avais envie. Avec une nouvelle résolution, je me dirigeai vers la prochaine maison.

Je sus qu’il y avait quelque chose qui clochait avec cette maison dès le début, quelque chose dans l’aura qu’elle dégageait, mais mes soupçons furent confirmés lorsque la porte s’entrouvrît légèrement lorsque je cognai. Je jetai immédiatement un regard vers Aka et je glissai ma tête par l’ouverture. Étrangement, il faisait très sombre dans la maison, comme si on avait tiré tous les rideaux. Il y avait aussi une odeur de... bois? Laissant l'odeur familière m'emplir les narines, je reconnus alors l'odeur du bois mouillé lors de mes promenades dans la forêt après les grandes averses. Cette odeur si forte de la nature... pourquoi se retrouvait-elle dans une maison? Ne voyant rien, j’allais pénétrer dans la maison pour voir ça de plus près lorsque je sentis quelque chose tirer ma jambe. Je baissai les yeux et vit Akamori en train de tirer sur mon pantalon comme s’il voulait m’empêcher d’entrer à l’intérieur. Arquant le sourcil, je lui demandai ce qui n’allait pas et comme réponse il pointa le museau vers le bout de la rue d’où nous venions. Réalisant soudainement ce qu’il voulait dire, je reculai et me dépêchai vers l’arbre pour rejoindre Tenshi. Si j’avais trouvé une bonne piste, il était normal que je le partage avec lui avant de continuer.

Je faisais les cents pas en attendant que Tenshi revienne de son côté impatient de lui parler de ma découverte. Si les rideaux étaient tirés, c’était soit que les habitants étaient encore endormies et faisaient la grasse matinée ou bien ils n’étaient pas là. Mais dans les deux cas, pourquoi la porte était-elle déverrouillée, entrouverte qui plus est? C’étaient deux détails qui n’allaient pas ensemble, c’était louche. Je ne pouvais pas non plus enlever la drôle d’impression que j’avais eu en arrivant sur la propriété et l’odeur de bois mouillés de ma tête, ce n’étaient là que des raisons de plus pour soupçonner qu’il y avait anguille sous roche. Aka me tira de mes pensées en aboyant lorsqu’il vit l’Hyûga arriver. Avant même qu’il n’ait pu me demander comment s’était dérouler mon enquête que je lui exposai déjà ma trouvaille.


-Ça ne vaut peut-être pas la peine d’aller vérifier, mais je pense avoir trouvé quelque chose qui pourrait nous intéresser. Il y a une maison là-bas dont les rideaux sont complètement tirés, on y voit pratiquement rien. Mais même si c’est étrange, ce n’est pas ce qui m’a attiré. Ce qui m’a intéressé est le fait que malgré la noirceur, la porte n’était pas verrouillée. Elle n’était même pas fermée, je n’ai fait que cogner et elle s’est ouverte d’elle-même! Et le meilleur dans tout ça, c’est que l’intérieur de la maison dégageait une odeur de… bois mouillé.

Fier de ma trouvaille, je croisai les bras d’un air satisfait. C’est alors que je réalisai que je n’avais même pas entendu ce que Tenshi avait à dire. Et s’il avait trouvé quelque chose d’encore meilleur de son côté? Je ne lui avais même pas laissé le temps de parler que je m’étais emporté et avait déballé tout d’un seul coup. Pour essayer de me reprendre, je lui demandai ce que cela avait donné de son côté.

-Et toi, as-tu trouvé quelque chose d’intéressant de ton côté? demandai-je, impatient de voir s’il avait trouvé quelque qui pourrait nous aider à trouver une explication à tout ça. Qui sait, peut-être la maison que j’ai trouvé n’est qu’une partie de la solution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga] Mar 20 Aoû 2013 - 23:37

Malgré mon début un peu dur, le restant des maison alla même mieux que prévu. Bon, je n’avais pas tiré tant d’information que cela, mais ce que j’avais déniché, une vraie merveille. J’étais en route pour ma cinquième maison, qui m’avait été suggéré par la maison avant elle. Dans cette fameuse cinquième demeure vivait une dame, pas tellement âgé, y vivait avec son mari. Mais ce n’était toutefois pas la personne en elle-même qui nous intéressait, mais quelqu’un qu’elle connaissait assez bien qui elle, pouvait nous aider. Lorsque j’arrivai à la porte, je cognai puis attendis qu’on me réponde, me demandant comment abordé le sujet. Je ne pouvais pas vraiment lui demander des infos sur son amie comme ça. Si je parlais de l’arbre, elle ferrait le lien, si un lien il y a. Il ne s’agissait que de potins de voisinage, mais c’était la seule piste que j’avais pour l’instant. Je fus alors ramené à la réalité par le bruit de la porte qui s’ouvrait. Comme je m’y attendais, une femme dans la trentaine ouvrit la porte, une fillette accroché à sa jambe.

- Bonjour madame, je m’appelle Tenshi, du clan Hyûga. Moi et mon coéquipier avons été demandés d’enquêter sur l’arbre ici devant. Auriez-vous vu quoi que ce soit? Elle réfléchit pendant quelques instants, comme toutes les autres. Elle me confia qu’elle n’avait rien vu qui sortait de l’ordinaire. Et qu’auriez-vous vu qui serait habituelle? Il me faut vraiment tout ce que vous pouvez nous dire.

Je pense que c’était mon affiliation à mon clan qui fis finalement craquer la jeune femme, qui me révéla aussitôt qu’elle avait une amie, une amie d’enfance qui c’était installé ici avec elle quand le village avait été créé. À eux deux, avec leurs familles et amis, vinrent finalement à fonder le quartier Nara ici-même. Elle m’avoua toutefois que ça avait été elle qui avait particulièrement insisté à ce que ce soit ici. L’histoire piqua aussitôt ma curiosité, mais ça n’était rien comparé à ce qui suivit. Elle continua son histoire en ajoutant que depuis le premier jour jusqu’à présent, elle avait pris un soin méticuleux de cet arbre. Elle ne put toutefois pas m’en dire plus, à ma grande déception. Mais j’étais tout de même reconnaissant pour son aide, ayant grandement aidé notre investigation. Je la remerciai pour son temps et sa coopération puis je m’en allai puis, allant prendre la direction de la maison en question, je remarquai Takeo qui était déjà de retour, perdu dans ses pensées. Je m’approchai d’eux, ne voyant pas l’utilité de les faire attendre plus longtemps. À peine arrivai-je que Takeo s’élançait déjà dans un compte rendu de sa découverte, une maison plus que louche avec une drôle d’odeur de bois mouillé. C’était définitivement curieux, mais rien qui relie explicitement à notre cas. Moi, au contraire, j’avais de quoi accroché l’Inuzuka. Curieux comme il était, il va adorer. Il me demanda justement si j’avais trouvé quoi que ce soit de mon côté.

- Ouais vraiment! Je m’approchai de lui, formant un espèce de cocus. Il y aurait apparemment une vieille femme qui vivrait juste à côté  et qui, selon ma source, aurait insisté pour vivre ici à un telle point que le quartier Nara a finalement été bâtie ici. Toujours selon ma source, cette même dame aurait pris soin de l’arbre depuis le tout début du village. Je ne sais pas ce que tu en penses, mais selon moi si quelqu’un sait ce qui arrive à cet arbre, c’est elle.

Laissant le temps à Takeo de mettre tout cela en ordre, je me retournai vers l’arbre et ne put m’empêcher de chercher la vieille femme du regard, peu importe la réponse de Takeo. Il ne pouvait pas nier l’importance de cette vieille femme dans cette histoire, pas avec ce que nous savions. À ma grande surprise, je ne remarquai personne dans les environs. Après tout, personne ne nous avait empêché de monter dans l’arbre, et je ne me souviens pas avoir vu une vieille femme tout à l’heure non plus. Elle n’était donc pas là… Logique, son arbre est en pleine santé. Elle n’avait aucune feuille à ramasser, aucun fruit non plus. La place avait l’air déserte si ce n’était pas de nous deux et des lumière dans les maisons. Je me tournai finalement vers mon coéquipier, procédant à la prochaine étape.

- Je ne vois pas la dame en question, il va falloir aller chez elle. Je propose d’aller voir ce que la vieille dame a à nous dire et nous irons voir l’endroit suspect ensuite, ça vous va?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga] Mer 21 Aoû 2013 - 21:37


Lorsque je lui demandai de nouvelles de son enquête, Tenshi réagit immédiatement en lui disant qu’il semblait avoir trouvé quelque chose de très important. Redoutant le pire, nous nous rapprochâmes de lui alors qu’il commençait à nous raconter à voix basse qu’il avait rencontré une femme qui connaissait la personne qui avait fait en sorte que le quartier Nara se retrouvait ici, une femme d’âge mûr selon Tenshi-kun. J’ouvris les yeux, mais je ne compris pas ce que cela avait à voir avec notre mission. L’arbre serait-il la raison pour laquelle le quartier Nara s’est établi ici, lorsque Konoha a été bâti il y a de cela sept ans? Ne voulant surtout pas l’interrompre, ayant piqué ma curiosité, je continuai de l’écouter alors qu’il me révélait que cette même femme qui avait décidé de l’emplacement de ce quartier s’occupait de notre arbre depuis qu’ils étaient établis. Lorsque je compris ce à quoi il voulait en venir, j’écarquillai les yeux de surprise. Décidemment, je nous avais fait perdre du temps avec ma vieille maison.

-Bien sûr! Excellent boulot, Tenshi-kun. Non seulement elle va savoir ce qui se passe, mais elle est probablement la cause de tout ça, c’est évident! Ça ne peut pas être une simple coïncidence qu’elle décide d’installer le quartier Nara exactement où il y a un arbre dont elle s’occupe depuis la création du village.

Je souris à l’Hyûga, revigoré par les trouvailles de ce dernier. Je ne pouvais pas me lamenter sur cela, ce n’était après tout qu’une piste parmi tant d’autres. Voilà quoi ressemblait une investigation : on cherche et parfois on trouve quelque comme on ne peut rien trouver d’intéressant. À la lumière de ce qu’il avait partagé avec nous, c’était clair comme de l’eau de roche que la vieille femme était au centre de tout cela. Il m’apprit ensuite que la femme n’était pas en vue et qu’il nous faudrait se rendre à sa maison, peu importe où c’était. Mais s’il le proposait, c’était qu’il devait sans doute le savoir et j’avais confiance en Tenshi. Il me proposa aussi d’aller jeter un coup d’œil à la piste que j’avais trouvé de mon côté, ce à quoi je souris avant d’hocher la tête, étant d’accord avec le plan d’action.

-Ça me semble une très bonne idée, j’ai bien plus hâte d’aller voir cette femme que de retourner voir cette maison, dis-je en frissonnant,  ne pouvant enlever de ma tête la drôle d’impression que j’avais eu en arrivant à la maison. J’imagine qu’on te suit?

Il hocha la tête et nous partîmes donc tous en direction de la maison de la vieille dame. Je ne le savais pas, mais il s'avéra que la maison de la vieille dame était tout juste à côté de l'arbre. Je n'y étais pas allé en pensant qu'elle était plutôt du côté de Tenshi, lui non plus n'était sûrement pas allé en pensant la même. Nous fûmes devant la maison en une question de secondes et nous nous arrêtâmes devant une arche richement décoré avec le symbole du clan Nara au centre. Je regardai à l’intérieur pour voir une belle maison digne d’une personne importante du village. Si c’était elle qui avait décidé de l’emplacement du quartier, elle devait en effet être importante. Jetant un coup d’œil à Tenshi, je me demandai comment on allait faire pour entrer. Devions-nous simplement arrivé comme ça et lui poser plein de questions? J’imagine que oui, c’est bien ce que nous avions fait avec tous les autres habitants du voisinage.

D’un regard, nous nous dirigeâmes vers la porte et nous attendîmes une réponse après avoir cogné à la porte. Cela ne se fit pas attendre que la porte s’ouvrit devant nous pour laisser place à une petite femme d’âge mûr à la chevelure de neige, attachée en un petit chignon. Elle resta là, au pied de sa porte, à nous observer d’un regard perçant qui détonnait de l’air chaleureux que le restant de son visage dégageait. Finalement, ses yeux prirent un air détendu et un mince sourire s’étira sur son visage ridée.


-Bonjour, mes petits, comment puis-je vous aider? demanda-t-elle d’un air jovial.

J'haussai le sourcil devant le surnom et croisai le regard avec Tenshi, incertain de savoir qui de nous deux devait répondre. Je laisserais bien l’honneur à Tenshi, c’était bien sa piste après tout. L’honneur de poser les questions lui revenant en bonne et due forme, je le laissai nous présenter et lui expliquer ce que nous faisions ici. Le visage de la vieille femme resta imperturbable devant la mention du fameux arbre, gardant ce même sourire, et nous invita simplement à entrer pour en parler, Akamori comprit. Nous la suivîmes donc dans sa demeure jusque dans un petit salon où il y avait plusieurs coussins et une table sur laquelle reposait un ensemble de thé. Elle s’excusa le temps d’aller chercher des tasses pour nous, sans même nous demander si nous allions en prendre. Cela me parut un peu étrange, mais après tout pourquoi n’en prendrions-nous pas? Cela nous laissa aussi le temps de nous installer autour de la table. Elle revint quelques secondes plus tard et commença à verser le thé.


-Alors, que voulez-vous savoir, jeunes shinobis?

Elle nous demanda cela sans même nous regarder, son attention entièrement sur le thé. Si une chose était sûre, c’était qu’elle ne tournait décidemment pas autour du pot. Je soufflai sur mon thé, attendant que Tenshi ne lui explique plus en détails les raisons de notre visite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga] Jeu 22 Aoû 2013 - 18:55

Takeo hocha la tête positivement, alors qu’il m’annonçait qu’il était partant. Il avoua toutefois avoir de plus grandes attentes dans la visite de la dame Nara que dans sa maison abandonné. Satisfait de sa réponse, je lui souris puis je tournai les talons, prenant la direction que la femme m’avait donnait plus tôt. Nous marchâmes quelques secondes en silence. Pour ma part, je me demandais ce qui nous attendait là-bas. Il était évident que peu importe ce qu’il arrivait à l’arbre, elle était au courant. Elle ne pouvait pas ne pas avoir remarqué… Et si nous étions en train de nous enfoncer dans une histoire plus grande que nous nous y attendions? Je me calmai intérieurement, m’emballant un peu trop en m’inventant des scénarios catastrophes. Lorsque j’ouvrai les yeux, je vis la place Nara devant moi. Avec l’arche en pierre comme on me l’avait décrite. Nous nous regardâmes pendant quelques instants et je pu lire dans ses yeux qu’il se questionnait. Je lui répondis d’un simple sourire, qui devrait en théorie lui remonté le moral, puis je me dirigeai vers la porte de la maison, suivi de près par les deux Inuzuka, le long du petit chemin de pierre qui reliait l’arche à la demeure. La maison ressemblait un peu aux maisons traditionnelles de mon propre clan, mais celle-ci était vraiment grande, je n’en avais jamais vu d’aussi grande en fait. Rendu devant la porte, je regardai Takeo qui me fit signe de la main, me laissant la place. Je m’avançai donc  vers la porte puis cognai de deux bons coups puis reculai un peu, attendant qu’on nous réponde.

Une dame âgée vint nous ouvrir quelques instants plus tard, devinant aussitôt qu’il s’agissait d’elle. Elle nous fixa longuement sans rien dire, commençant aussitôt à me faire douter de notre décision. Mais la dame repris ses ais de vieille femme juste après, comme si de rien était. Elle nous souriait tout bonnement et fini par nous saluer, nous demandant ce qu’elle pouvait faire pour nous aider. Nous croisâmes de nouveau nos regards, pour savoir qui parlait. Mais Takeo n’avait pas ça en tête. Un sourcil élevé, il avait l’air perplexe, mais par rapport à quoi? Je déduis donc qu’il ne prendrait pas la parole, je pris donc le rôle de nous présenter.


- Bonjour, madame, je me nomme Tenshi Hyûga, et voici Takeo Inuzuka et son ninken, Akamori, annonçai-je en désignant le duo de la main. Nous avons été demander d’enquêter le mystère de l’arbre et nous aurions quelques questions à vous poser, si vous aviez un peu de temps.

Elle resta silencieuse pendant quelques instant puis finit par nous inviter à l’intérieur, m’annonçant qu’elle avait effectivement tout le temps qu’il nous fallait. C’était bien vrai, l’arbre étant aussi vigoureux, elle n’avait pas à racler les feuilles. Nous la suivîmes donc à l’intérieur pour aboutir dans un petit salon, avec des coussins pour s’asseoir et une table basse accompagné d’un ensemble de thé, mais avec seulement une tasse. Elle s’excusa en nous signalant qu’elle allait nous chercher des tasses,  disparaissant dans la maison. Takeo et moi prîmes place autour de la table, même si nous nous assîmes tous les deux du même bord de la table. Elle réapparut quelques secondes plus tard, prenant place à la table en face de nous. Elle se mit aussitôt au service, nous demandant ce que nous voulions savoir. J’attendis toutefois qu’elle ait fini de servir le thé pour m’expliquer. Elle déposa donc nos tasses devant nous puis je pris finalement la parole.

- Nous aurions aimé savoir ce que vous saviez au sujet de l’arbre en question, qui se trouve juste ici. Apparemment, vous avez toujours porté une grande attention à cet arbre, peut-être savez-vous ce qui lui arrive. ..

Un long silence s’installa, regrettant aussitôt mes mots. Mais je ne pouvais pas avoir fait autrement. Je trouvais même que je m’en étais bien tiré, pour quelqu’un qui n’a pas la conversation facile. Peut-être n’était-ce pas moi mais plutôt elle. Elle avait l’air concentré, en colère et triste en même temps. Elle finit par s’ouvrir, nous révélant effectivement une histoire bien plus grande que je ne l’avais imaginé. Prenant une grande inspiration, elle commença son récit il y avait une dizaine d’années, alors qu’elle avait fait la rencontre d’un jeune ninja d’un clan adverse, mais pas nécessairement ennemi : le clan Hayashi. Ils avaient commencés à se fréquenter et deux ans plus tard, ils se trouvaient sur le champ de bataille, combattant côte-à-côte contre l’ennemi Uchiwa. Mais un jour, sa vie avait basculé lorsqu’on leur avait tendu une embuscade à elle et son escouade qui comprenait son bien aimé. Ils s’étaient vaillamment battus, mais l’ennemi était plus nombreux et il ne resta plus qu’elle et lui. En un ultime effort, l’Hayashi avait essayé un puissant jutsu qu’il avait lui-même mis au point. Mais le jutsu demandait trop d chakra pour ce qu’il lui restait, il alla donc piger dans son énergie vitale, résultant en ce qui régnait au centre du quartier, l’arbre « malade ». Je recrachai la gorgé de thé que j’avais en bouche, pris de court par la révélation dont nous venions d’être témoin. J’avais l’impression que peu de gens savait ce que nous venions d’apprendre Takeo et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga] Ven 23 Aoû 2013 - 4:14


Les présentations faites, nous entrâmes dans la maison de la vieille femme pour nous installer dans un petit salon où elle nous servit e thé, après être allé chercher des tasses pour nous deux. Évidemment, puisqu’elle ne s’attendait sûrement pas à recevoir de la visite, encore moins des shinobis. Pendant quelques instants, je me demandai si nous avions vraiment fait la bonne chose, d’entrer comme ça chez une inconnue, mais je chassai mes débuts de paranoïa en m’installant sur un coussin et flattant distraitement Akamori. Notre hôtesse revint rapidement avec les deux tasses manquantes et nous demanda ce que nous voulions savoir à propos de l’arbre, nous lui avions mentionné précédemment que c’était l’objet de notre venue. Tenshi lui expliqua alors qu’ils essayaient d’en savoir le plus possible sur ce-dernier. On avait entendu entre les branches, sans vouloir faire de mauvais jeux de mots, qu’elle s’occupait beaucoup de cet arbre, alors elle devait sûrement pouvoir nous dire plus que les autres résidents.

Un silence lourd s’installa alors dans la petite salle, puisque nous attendions la réponse de la dame et que celle-ci semblait prendre son temps. Soit qu’elle rechignait à leur parler ou bien elle cherchait ses mots, mais je n’aurais pas pu dire lequel c’était. À court de chose à faire, je pris une gorgée de thé qui devait sûrement avoir eu le temps de refroidir assez pour qu’il soit buvable. Finalement, elle finit par rassembler ses idées et partit dans un récit qui datait d’il y avait une dizaine d’années, alors que tous les clans étaient encore en guerre. Elle leur parla d’une histoire d’amour qui s’était développé contre toute attente entre un Hayashi et une Nara. Lorsque vint le temps de la Grande Guerre, ils furent enfin réunis sous la même équipe, mais un jour ils tombèrent dans une embuscade. Dans un ultime effort, l’Hayashi avait tenté un nouveau jutsu pour protéger sa bien-aimée sauf qu’il n’était pas tout à fait au point : il s’était retourné contre lui et… l’avait transformé en arbre. Cette dernière annonce tomba comme une bombe dans la salle, Tenshi crachant carrément sa gorgée de thé et moi réussissant de justesse à la remettre dans ma tasse. Nous restâmes silencieux pendant plusieurs instants, afin de laisser l’information pénétrer totalement nos esprits. Ce n’était pas rien, apprendre qu’un arbre était en réalité une personne transformée par un jutsu. Ça devait tellement être horrible vivre en tant qu’arbre! Ça c’était s’il avait gardé sa conscience, bien sûr.

Mais peu importe comment je retournais l’histoire dans ma tête, il y avait quelque chose qui ne marchait pas dans tout ça. Si l’arbre avait toujours été comme ça, on aurait enquêté sur ce mystère beaucoup plus tôt. Ça fait depuis que le village était fondé que cet arbre était là, on aurait forcément remarqué un arbre dont les feuilles ne jaunissaient pas! Cela ne voulait donc dire qu’une chose, que ce nouveau revirement était récent. Maintenant que je savais qui était l’arbre, et ce qu’il représentait pour elle, j’hésitais à lui poser la question qui me brûlait les lèvres. Finalement, je me décidai à la lui demander, me disant qu’elle voudrait bien le savoir si quelque chose arrivait à son bien-aimé.


-Dites-moi, Madame, commençai-je, prenant la parole pour la première, n’auriez-vous rien remarqué d’étrange ces derniers temps à propos de l’arbre, à part les feuilles qui restent vertes?

Lorsqu’elle entendit ma question, elle soupira d’exaspération et nous répondit qu’elle aimerait bien nous aider, mais malheureusement elle ne savait rien sur ce qui arrivait à l’arbre. Elle nous révéla même que c’était elle qui avait fait la requête qu’on veuille bien enquêter là-dessus. J’écarquillai les yeux, me rendant compte que j’étais un peu en face de mon employeur. Évidemment qu’elle ne pouvait rien nous dire, puisque c’était elle qui avait demandé à ce qu’on enquête en premier lieu. Même si nous en avions appris plus sur le passé tragique l’arbre, cela ne nous aidait toutefois pas dans notre problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga] Ven 23 Aoû 2013 - 18:40

Je recrachai ma gorgé de thé que j’avais en bouche, n’ayant pas pu retenir ma stupéfaction. J’avais au moins eu le réflexe de baisser la tête, évitant à notre hôte une douche de thé non désiré. Je me sentais tellement mal, quand je levai les yeux pour m’excuser, elle ne semblait pas m’en vouloir. J’essuyai la table le plus possible avec mon manchon, mais ce n’était pas suffisant pour essuyer complètement le thé. Ne sachant pas quoi dire après ça, je portai plutôt la tasse de thé à ma bouche, buvant une longue gorgée. Alors maintenant on savait le secret qui se cachait derrière l’arbre, mais était-ce vraiment la raison pour laquelle les feuilles ne jaunissent pas?  Si oui, pourquoi avait-on attendu sept ans avant de se poser des questions? Non, il y avait autre chose, il devait y avoir quelque chose d’autre. Takeo lui demanda justement si elle n’avait rien remarqué de différent, ou d’inusité, mis à part les feuilles évidemment. Elle lâcha un long soupire d’exaspération, puis nous répondis tristement qu’elle ne pouvait rien nous dire de plus, déduisant donc que rien d’anormal était arrivé. Si on se fiait aux autres interrogatoires de tout à l’heure, tout le monde confirme qu’ils n’ont rien remarqué de spécial. Ça ne pouvait pas être quelqu’un qui fait ça alors. Ou bien c’était quelqu’un  du Clan Nara, ça évites les soupçons. Je rapportai mon attention à la conversation, sentant que je commençais  m’égarer dans mes pensées.

Comme de faits, nous apprîmes que nous avions devant nous notre employeur, celle qui avait fait la demande d’investigation. Je me sentis aussitôt idiot d’avoir pensée qu’elle pouvait être la coupable. Si elle avait fait la demande, logiquement elle nous aurait tout dit lorsque je le lui avais demandé, elle est là pour nous aider après tout. Ne pouvant donc plus rien nous apprendre de plus, nous prîmes congé de notre hôte, la remerciant pour son aide, sortant par la porte d’entrée et suivant le même petit chemin de pierre qui menait à l’arche. J’admirai la demeure une dernière fois alors que je marchais le long du chemin,  Takeo à mes côtés et Akamori aux siens. Une fois passé sous l’arche, je m’arrêtai ce qui força l’Inuzuka à faire de même.


- Et bien, ça a été constructif au moins. Bon, maintenant on va faire un tour de ton bord, c’est ça?

Takeo hocha la tête à la positive, puis prit les devants, suivi d’Akamori et de moi-même. Nous marchâmes à peine deux minutes, que je passai à regarder Akamori, le ninken de mon coéquipier. C’était vraiment un bel animal, j’étais un peu jaloux de Takeo. La relation qu’ils ont ressemble un peu à celle que j’avais, mais ce n’est pas tout à fait la même. Bon je sais qu’Akamori n’est pas humain, mais ce n’est pas dans ce sens-là. J’avais l’impression que c’était vraiment plus fort que ça. Lorsque je rapportai mon attention sur Takeo, je vis aussitôt la maison devant lui, la maison vers laquelle nous nous dirigions. J’étais un peu étonner de voir une telle place dans un quartier comme celui des Nara. Elle avait définitivement l’air abandonné, ce qui en soit était déjà assez étrange.

Euh, Takeo… C’est vraiment là-dedans qu’on entre?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga] Sam 24 Aoû 2013 - 0:31


Si nous avions sûrement tous deux imaginé un petit scénario de l’entretien que nous allions avoir avec la dame, mais ce que nous venions d’entendre était loin, mais très loin, de ce que j’étais imaginé. Non seulement l’arbre était jusqu’à date immortel, il était en réalité un shinobi qui avait été victime de son propre jutsu. Qui plus est, la vieille femme, en qui nous reposions tous nos espoirs, ne nous apprendrait rien de plus que cette histoire puisque c’était justement elle qui avait placé l’annonce pour enquêter sur l’arbre. Nous étions donc de retour à la case départ. Si je me disais à l’époque que cet entretien n’avait servie à rien, j’allais apprendre qu’au contraire il serait très important de connaître les origines de l’arbre. Nous méditâmes longtemps sur ces nouvelles informations, tentant du mieux qu’on pouvait d’en faire le plus possible avec ce que nous venions d’entendre. Finalement, notre tasse terminée, la vieille Nara nous demanda si nous n’en voulions pas une autre, que nous déclinâmes puisqu’elle savait mieux que quiconque que nous avions du pain sur la planche. Nous la remerciâmes pour toute l’aide qu’elle nous avait offerte, même si je ne m’en étais pas encore rendu compte, et nous quittâmes sa résidence.

Suivant le petit chemin de pierre qui menait jusqu’à l’arche, je sentis le regard de la vieille femme dans mon dos tout le long de ma traversée, comme si elle voulait s’assurer que nous quittions réellement. J’enlevai aussitôt cette idée de ma tête, me sermonnant intérieurement. Non mais qu’est-ce qui me prenais d’encore penser quelque chose comme ça? Après ce qu’elle nous avait dit, c’était impossible qu’elle soit impliquée dans tout ça. Sa seule implication a été de vouloir en savoir plus, comme nous en ce moment. Marchant en regardant mes pieds, je vis alors ceux de Tenshi disparaître et, relevant la tête, je vis que nous étions de retour dans la rue. Commentant tout d’abord que cet entretien avait été constructif, ce qui me fit légèrement hausser les sourcils puisque je n’avais pas encore réalisé cette évidence, il me demanda si nous allions du côté de la maison abandonnée, même si question avait plus l’air de confirmer que de demander. J’hochai la tête, sentant un petit papillon dans mon ventre à montrer ce que j’avais trouvé.


-Tout juste. Allez, c’est par ici, dis-je tout en prenant les devants avec Aka.

Nous n’eûmes pas longtemps à marcher que nous étions devant la maison que j’avais découverte. Elle était comme je l’avais laissé, il y avait à peu près une demi-heure. Sauf que cette fois-ci je remarquai le toit qui manquait quelques bardeaux et les cadres de portes et fenêtre où la peinture s’écaillait, que je n’avais pas remarqué lors de ma première visite. Mouais, l’endroit avait l’air beaucoup abandonné que dans mes souvenirs, mais c’est ce qui rendait l’endroit encore plus intriguant. Regardant Tenshi pour observer sa réaction, je vis qu’il n’était vraiment pas convaincu qu’il était prêt à entrer dans cette maison. Je souris pour le rassurer avant de lui expliquer que tout allait bien allé.


-Bien sûr, Tenshi-kun! Ne sens-tu pas l’odeur de bois mouillé, moisi même, qui émane de la maison? Et son apparence, personne n’habiterait dans quelque chose comme ça, il n’y aura personne.

Lorsqu’il me répondit par la négative, je me rappelai qu’il ne devait pas avoir le même odorat qu’Akamori et moi. Mais une fois dans la maison il n’aurait pas le choix de la sentir, je me dirigeai Sans attendre plus longtemps jusqu’à la porte, que je trouvai positionnée de la même façon dans laquelle je l’avais laissé, soit légèrement entrouverte. Je m’arrêtai pour lui laisser le temps de faire ses propres observations avant d’ouvrir lentement la porte. Nous entrâmes dans le pénombre de la maison, de minces rayons passant sur les pourtours des rideaux nous offrant un éclairage minimale. J’entendis Akamori gémir à mes pieds et je ne pus m’empêcher de grogner à mon tour en me pinçant le nez : l’odeur devenait vraiment insupportable, je me demandais bien ce qui pouvait causer cette odeur. Toujours le nez pincé, je marchai dans la maison et fit signe à Tenshi de tourner dans le salon qui s’ouvrait à notre droite alors que je continuais vers la cuisine que je distinguais au bout du couloir.

Mettant les pieds dans la cuisine, que je trouvai annexant une minuscule salle à manger, la première que je remarquai fut que c’était étrangement… vide. Pas de tables, ni de chaises et les armoires étaient ouvertes et complètement vidées. Aucuns meubles ni électroménagers non plus. Je n’avais jamais réalisé avant à quel point ça pouvait grand une cuisine. Au début, je fus déçu de me retrouver devant une salle aussi vide, n’ayant rien à chercher, quand je vis à ma gauche une porte grand ouverte qui s’ouvrait dans le noir. Me rapprochant, je vis qu’il s’agissait d’escaliers menant dans un sous-sol et je retins alors un haut-le-cœur, l’odeur de moisissure atteignant son paroxysme ici. J’appelai immédiatement Tenshi, lui annonçant que j’avais peut-être trouvé quelque chose. Lorsqu’il arriva sur les lieux, je le vis réprimer à son tour un petit haut-le-cœur. S’il ne l’avait pas senti devant la maison, il la sentait maintenant. Pendant mon exploration, j’étais passé du pinçage de nez au nez dans la manche, c’plus pratique pour respirer. C’est la voix un peu étouffé par ma manche que je fis part de mon hypothèse à l’Hyûga.


-L’odeur est vraiment écoeurante ici et j’ai vraiment l’impression que ça vient d’en bas.

Tenshi sembla être du même avis que moi, puisqu’il hocha la tête et me fit signe d’y aller. Hochant la tête à mon tour, je pris une grande respiration avant de retenir mon souffle, ce qui était parfaitement inutile, et passai en premier vers les profondeurs de la maison, sentant Tenshi juste derrière moi. Je descendis les marches jusqu’à ce que le bruit sous mes souliers m’indique qu’on était sur de la terre. C’était la seule façon que je sus que j’étais en bas des escaliers, parce que sinon nous étions dans le noir complet.

-Dis, Tenshi, tu ne verrais pas un interrupteur ou quelque chose près de toi?

Si nous voulions continuer nos recherches, alors que nous étions sur une très bonne piste, il nous fallait de la lumière. J’espérais que Tenshi puisse faire quelque chose, son célèbre Byakugan pouvant peut-être nous sortir de ce pétrin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga] Dim 25 Aoû 2013 - 23:11

Je n’étais pas du tout emballé à l’idée d’entrée là-dedans, mais Takeo avait l’air étrangement enjoué, comme s’il avait hâte d’y entré. Il essaya de me convaincre en décrivant l’odeur de bois mouillé qu’il avait eu tout à l’heure. Pour ma part, je ne sentais rien de particulier. C’était son odorat sur développé d’Inuzuka qui faisait des siennes. Remarquant bien que je ne sentais rien, il continua son fil d’idée en ajoutant que personne ne vivrait dans une telle place, c’était donc libre de pouvoir aller jeter un coup d’œil. Je ne sais pas si ça me rassurait de savoir que la place était tellement sale que personne ne l’utilisait. Mais bon, avais-je vraiment le choix? Takeo était déterminer à aller y jeter un coup d’œil, je doutais que je puisse l’en dissuader. Je le suivi donc à contrecœur vers la porte entre ouverte. Il poussa lentement la porte, comme pour ajouter du suspens à la situation qui me rendait déjà un peu anxieux. La porte s’ouvrit complètement puis nous continuâmes notre progression dans la maison abandonnée. Je n’avais pas l’odorat des Inuzuka, mais je n’en avais plus besoin pour sentir l’odeur nauséabonde que dégageait l’endroit. Nous marchâmes encore quelques pas avant de rencontrer notre première intersection. Takeo me fit signe de la main de procédé vers la droite, dans le salon, alors qu’il continuerait vers l’avant.

Lorsque je me tournai vers le salon, je remarquai la grande salle qui était vide, sans  aucun meuble. J’entrai un peu plus dans le salon puis jetai un regard circulaire autour de moi. Malgré l’absence de meubles, des bibliothèques encastrées aux murs étaient toujours là, quoique nous ne puissions pas en dire autant de leurs tablettes qui étaient pour la plupart défoncés, par le temps et la moisissure. Il y avait aussi une petite place à feu, elle aussi encastré dans le mur, avec une cheminé qui frayait son chemin vers la surface. Je me disais de plus en plus que cette pièce ne ressemblait pas à un salon. Avec les bibliothèques comme ça, ça ressemblait plus à un bureau de travaille. J’imaginais facilement la place avec un gros pupitre en bois faisant face au foyer, avec une immense chaise qui ressemblait presqu’à un trône. Je fus tiré de mes pensées par Takeo qui m’appelait. Je me précipitai vers le son de a voix, faisant tout de même attention ou je mettais les pieds, par précautions. La place était en ruines, je n’aurais pas été étonné de voir le sol se rompre sous mes pieds. Je débouchai dans une grande pièce, bien plus grande que celle que j’avais explorée. Je ne m’étais toutefois pas douté de la putridité de la pièce, qui me provoqua un haut-le-cœur. Je portai instantanément ma main à ma bouche, toujours pas précautions, mais heureusement c’était une fausse alerte. Imitant mon coéquipier, je portai mon nez à mon manchons, couvrant un peu plus l’odeur qui émanait de la pièce. Il réussit tout de même à prononcer quelques mots, me mettant au courant de ce qu’il avait trouvé alors qu’il pointait la porte en question.


- T’es vraiment sûr de ça?, lui demandai-je avec dégoût. Mais il avait l’instinct Inuzuka, je ne pouvais que lui faire confiance. Bon d’accord… Mais tu prends les devant!!

Hochant la tête, il poussa la porte grande ouverte puis descendit tranquillement les marches, Akamori sur les talons. Je fermai la marche, essayant du mieux que possible de me convaincre que c’était la bonne chose. Je ne pus dire combien de temps c’était passé ni de combien de marches nous avions descendu, mais nous arrivâmes finalement à bout de l’escalier. Posant les deux pieds sur la terre ferme, le noir avait maintenant envahi notre environnement. Nous ne voyons vraiment plus rien, même pas Takeo. Je sentais toutefois la vent produit par la queue d’Akamori devant moi, je pouvais donc savoir qu’il était là. Takeo me demanda si je ne voyais pas un interrupteur u quelque chose du genre. Mais le noir m’aveuglait autant que lui, je ne voyais rien non plus.

- C’est pas une vision nocturne que j’ai là, okay, lançai-je à la blague. Mais je peux tout de même essayé. Mais si je ne vois rien, on remonte illico presto!

Je relâchai aussitôt mon célèbre Byakugan, à la recherche de quoi que ce soit. Au départ, je ne remarquai rien de spécial. Mais en me retournant, j’aperçu alors plusieurs signature de chakra. Il y en avait trois… non, quatre grosse masse de chakra que je devinai être des hommes, dans la vingtaine ou la trentaine, je ne pouvais pas le dire d’aussi loin. Il y avait ensuite plusieurs autres signatures de taille et de concentration différente, que je ne pouvais pas identifier. Mais qu’est-ce qu’il se passait ici? Je m’adressai à voix basse à Takeo, ne voulant pas révéler notre présence par l'écho du tunnel.

- Takeo, je vois quatre personnes un peu plus loin devant moi. Il y a d’autres signatures de chakra, mais je peux pas dire de quoi il s’agit encore. Vient, utilise le son de ma voix pour t’orienter, nous ferons le restant du chemin en silence.

Je chuchotai quelques directions à Takeo, m’assurant qu’il me suivait, puis je me tus et nous fîmes le restant du chemin en silence. Quoique silence était un grand mot, car j’entendais mon propre cœur battre à la chamade. J’éprouvai un mélange de peur et d’anticipation, ressentant l’adrénaline faire son effet. J’avançais en avant ignorant vers ce quoi je me dirigeais et même dans quoi je m’embarquais. Mais je continuais à marcher quand même, ne pouvant pas déroger à ma tâche. Je m’étais engagé là-dedans, alors j’y allais jusqu’au bout. Plus nous nous rapprochâmes des signatures, la lumière faisait peu à peu son retour jusqu’à ce que nous atteignîmes finalement à l’entrée d’une immense pièce éclairé par plusieurs projecteurs, reliés à des câbles qui s’en allaient dans le tunnel d’où nous venions. Nous nous adossâmes  sur le mur, nous accroupissant pour nous dissimuler du mieux que nous le pouvions. Mais les hommes semblaient beaucoup trop occupés pour détourner le regard de ce qu’ils faisaient. Je me retournai vers Takeo alors que je détendais les muscles de mes tempes, ramenant ma vision à la normale.

- Est-ce que j’hallucine?, lui chuchotai-je. Dis-moi que tu vois ça, toi aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin - Chef Inuzuka - Chef de la Sécurité de Konoha
Messages : 913
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga] Lun 26 Aoû 2013 - 21:20


Prenant les devants, à la demande de Tenshi, je m’agrippai à la rampe de l’escalier et entamai la descente. J'entendais Akamori respirer difficilement à travers cette puanteur, lui qui a un odorat encore plus développé que le mien. Je me sentis désolé pour lui, mais une mission était une mission. Sentant mes bottes cogner contre les marches, je m’arrêtai un instant lorsque soudainement ce bruit sec fut remplacé par un bruit plus doux, un peu sourd, lors de mon dernier pas. Nous devions sûrement être rendus au bas de l’escalier, nos pieds se retrouvant sur un plancher de terre battue. Je dis sûrement puisqu’il n’y avait aucun moyen de savoir où nous étions. Déjà qu’en haut on ne voyait pas grand-chose avec les volets tirés, on avait vraiment l’impression d’être dans un trou noir ici, même si personnellement je ne suis jamais allé dans un trou noir. Je ne le recommande à personne d’ailleurs.

Bref, nous étions tous les trois à l’aveuglette au pied des marches, sans savoir où aller. J’avais beau tâtonné un peu alentour de moi, je ne trouvais rien qui pouvait ressembler à un interrupteur. Je demandai alors à l’Hyûga s’il ne trouvait pas quelque chose de son côté qui ressemblait à un interrupteur, peut-être était-il simplement de l’autre côté. À la blague, celui-ci me répondit que son Byakugan n’était une vision nocturne, mais il pouvait tout de même balayer la pièce. Sa seule condition était que nous ne trouvions rien, on remontait aussitôt à l’étage supérieur. J’hochai la tête pour montrer mon accord, mais je me rappelai que nous étions dans le noir.


-Parfait, ça me va! Je ne veux pas rester ici plus longtemps que nécessaire.

Aka me seconda dans un gémissement plaintif. Il devait vraiment avoir la vie dure, surtout qu’il n’avait pas vraiment de manches comme nous pour se cacher le museau. Je cherchai quelques instants sa tête avant de la flatter dans un geste rassurant. Puis, j’attendis que Tenshi se mettre au boulot. J’attendis ainsi pendant plusieurs secondes, qui dans le noir me parurent interminables, avant que finalement la voix de Tenshi ne rompe le silence, me faisant légèrement sursauter, vous savez ce sursaut qu’on a même lorsqu’on sait que ça s’en vient. Mais mes pensées arrêtèrent se divaguer lorsque j’entendis ce qu’il avait découvert. Quatre signatures de chakra identifiées comme humaines et plusieurs autres de nature non-identifiées. Me conseillant de suivre sa voix pour me guider jusqu’aux sources de chakra qu’il avait vues, je chuchotai doucement mon approbation, lui disant qu’il pouvait y aller et qu’Aka et moi le suivions.

Nous fîmes le restant du chemin en silence, interrompu seulement par nos respirations, jusqu’à ce que peu à peu les ténèbres se dispersent par la lumière qui venait du bout du tunnel. Parce que c’était ça, maintenant que je pouvais voir mes alentours. Un tunnel creusé dans la terre, sûrement juste en-dessous du quartier Nara. J’avais sans aucun doute marché par-dessus sans savoir que sous mes pieds un tunnel traversait le quartier résidentiel. Nous vîmes alors d’où venait toute cette lumière : plusieurs projecteurs illuminaient une salle qui ressemblait à un laboratoire. Nous nous rapprochâmes et nous accroupîmes une fois que nous eûmes une belle vue de l’intérieur du laboratoire. À l’intérieur, plusieurs hommes s’affairaient sur des espaces de travails, faisant je-ne-sais-quoi. Se retournant derrière lui et me regardant, il me demanda s’il hallucinait et me demanda de la rassurer en lui disant que je voyais bien la même chose.


-Ne t’inquiètes pas, Tenshi-kun, je vois bien la même chose que toi. Quant à savoir ce qu’ils font, fouilles-moi. Qu’en penses-tu si on allait le leur demander?

Me regardant au début avec des grands yeux, son expression se raffermit aussitôt et hocha la tête, une lueur malicieuse dans les yeux. Si on les prenait par surprise, ils n’auraient pas le temps de réagir et seraient facilement à notre merci pour répondre à toutes nos questions. Avec un dernier regard complice vers Tenshi, nous nous dirigeâmes vers l’entrée du laboratoire de fortune et nous levâmes seulement lorsqu’on était dans l’entrée. Prenant alors une voix forte, j’y mis toute l’autorité possible et demandai des explications.

-Au nom du Godaime Hokage, Hayashi Daiki-dono, j’exige des explications sur ce qui se passe ici! tonnai-je, ma voix répercutant dans le silence du laboratoire.

Suivant mon annonce, Akamori se mit en position d’attaque et grogna férocement, histoire de rajouter de la crédibilité à la mise en scène. Si cela se trouvait, la seule mention du nom de l’Hokage suffirait à leur délier la langue. Peu importe ce qu’ils faisaient ici, le fait de se cacher sous la terre n’aidait en rien leur innocence. Je sus que notre prestation eu l’effet escompté, soit celle d’une bombe, lorsque je vis les quatre hommes sauter comme s’ils avaient reçus une décharge électrique et se tourner vers nous avec des yeux de poissons frits. Tenshi intégra la scène en les menaçant de ne pas nous faire répéter, ce qui fut assez pour qu’un d’entre eux ne se jette au sol devant nous, implorant la clémence de l’Hokage.


-Allez, parles si tu veux avoir la moindre chance à la clémence.

Gardant un air impassible, qui se voulait menaçant, cela me pris toute ma volonté pour ne pas sourire. J’aimais beaucoup trop cette mascarade, voir leur expression valait toute les complications qu’ils pourraient avoir s’ils se rendaient compte du pot-aux-roses. Heureusement, rien ne se vit et l’homme commença alors à tout nous expliquer ce qui se déroulait ici. Lorsqu’il eut fini, je me mis à me demander si ce n’était pas eux qui nous menaient en bateau. Tout ceci était relié à l’arbre sur lequel nous enquêtions, ils essayaient en réalité de trouver un moyen de lui redonner sa forme originale! Ils se cachaient en-dessous de la terre pour pouvoir injecter leurs solutions directement dans les racines, ce qui n’était pas bête du tout étant donné que ce sont les racines qui absorbent l’eau et tous les nutriments. Pour ce qui était des feuilles vertes et du bois rosé, ils étaient des effets secondaires de leurs essais. Je regardai Tenshi,  incertain de savoir si je devais les croire. Toutes les pièces du puzzle semblaient être rassemblées, tout semblait avoir été expliqué. Puis, je me retournai vers les scientifiques.

-Laisser-nous un instant pour consulter sur la véracité de votre histoire. Aka, jete un œil sur eux. Sous les dernières tentatives de nous convaincre, nous nous reculâmes de quelques pas avant de finalement commencer à chuchoter. Que penses-tu de leur histoire? Tout semble logique…

Tout en parlant, je jetai un coup d’œil sur les hommes, qui se tenaient tranquilles sous le regard vigilant d’Aka. Ils avaient tellement peut de la bête que cela allait nous laisser tout le temps dont nous aurions besoin pour parvenir à un point d’entente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 678
Rang : A

Message(#) Sujet: Re: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga] Mer 28 Aoû 2013 - 23:29

Takeo me rassura en m’assurant qu’il voyait bel et bien les hommes  qui travaillaient juste devant. Il ne pouvait toutefois pas dire ce qu’ils faisaient, ce qui restaient donc toujours un mystère.  Le regard plein de détermination, il me demanda si on ne pouvait pas aller le leur demander. Après tout, ça pouvait paraître logique, mais dans notre situation, c’était risqué un peu. S’ils prenaient la peine de se cacher pour travailler, il devait sûrement y avoir une raison. Ils n’allaient sûrement pas tout dévoiler aux premiers venus. Mais en même temps, peut-être que leur raison est justifié. J’hochai finalement la tête, faisant confiance à Takeo sur celle-là. Il avait sûrement un plan quelconque ou une technique infaillible, je ne sais quoi. Suivant donc Takeo sur les talons, nous nous dirigeâmes en plein milieu de l’entré et nous nous redressâmes qu’une fois en place. Takeo intima aussitôt aux hommes de ‘expliquer, sous les ordres de L’Hokage lui-même!? C’était bien vrai qu’en y pensant, nous travaillons sous les ordres de l’Hokage en effectuant cette mission. Akamori se mit aussitôt sur l’offensive, sûrement déclenché par la voix tonnante de Takeo. Celui-ci suivit donc la lancé de son ninken et se plaça lui aussi en position offensive. Était-ce vraiment nécessaire? Si on prenait les scénarios de toute à l’heure, il avait sûrement préférer ne pas prendre de chance et se faire le plus persuasif possible. Je vins finalement à la conclusion que j’étais aussi bien joué le jeu si on ne voulait pas perdre toute crédibilité.

- Byakugan!!, m’écriai-je en déclenchant mon dôjutsu. Maintenant , il n’y a plus aucun issue  alors ne nous faites pas répéter.

Les pauvres semblaient vraiment pris au dépourvus. Ils ne s’attendaient pas à être découvert de sitôt à en voir leur visage. Ils se pensaient bien à l’abri mais une paire de genin étaient venue à bout de leur supercherie. Ils échangèrent tous un regard un peu paniqué, puis ils se retournèrent finalement vers nous après s’être longuement consultés. L’un d’entre eux se détacha du groupe en s’avançant puis il commença ses explications.  C’étaient un groupe de médecin qui avait travaillé depuis les sept dernières années de guérir les membres du Clan atteint par ce que nous apprîmes en fait être une maladie héréditaire des Hayashis. Ils avaient faits plusieurs essaies pendant les sept dernières années et celui-ci en était un parmi tant d’autre. Partout à travers Konoha, mais plus particulièrement dans le Quartier Hayashi, des laboratoires souterrains avaient été creusé pour pouvoir travailler sur des remèdes et pouvoir les injecter directement dans les racines. N’en croyant pas plus ses oreilles, Takeo se tourna vers moi avec un regard incertain. Il se retourna finalement vers les docteurs, leur demandant quelques instants avant de me tirer à l’écart par la manche alors qu’Akamori restait pour les surveillés. Une fois à l’écart, il me demanda ce que je pensais de toute cette histoire.

- Ouais, le tout est plausible…, déclarai-je d’un ton pas tout à fait convaincu. Je me grattai le menton en réfléchissant puis je m’adressai finalement à mon compagnon. Bon, écoute ça. Quand tu as mentionné le nom de l’Hokage, on a pratiquement vu leur âme sortir de leur corps, alors je doute qu’il soit au courant, étant un Hayashi lui-même. Je suggère de ramener cette bande au Palais puis ils expliqueront la situation à l’Hokage lui-même. Étant un Hayashi lui aussi, il va sans aucun doute les laisser poursuivre leur recherche au nom du Village.

Ça lui sembla être un bon plan, hochant a tête en digne de réponse. Takeo leur demanda alors de bien vouloir nous suivre au Palais, où nous allions éclaircir la situation avec l’Hokage qui n’avait pas l’air au courant de tout ce cirque. Ils hésitèrent quelques instants puis finirent pat obtempéré, voyant que nous n’avions toujours pas bougé. Ils envoyèrent toutefois que deux personnes, insistant qu’il ne pouvait pas laisser ce qu’ils avaient commencé sans surveillance. Ne voyant aucun inconvénient, Takeo accepta et nous prîmes donc le chemin du retour, cette fois éclairé par une torche. Pour le retour, j’avais pris les devants avec la torche alors que Takeo et Akamori fermaient la marche. Nous traversâmes l’escalier et la maison en ruine le plus rapidement possible, éteignant la torche  et la laissant à l’entrée de la maison. Nous nous arrêtâmes qu’une fois sur la voie publique, juste devant la maison en question. Je me retournai alors vers Takeo, sans toutefois retiré mon regard de nos amis.

- Takeo, je peux te laisser leur garde quelques instants, j’avais une dernière chose à faire avant de poursuivre. Je vais venir te rejoindre, d’accord?

Il hocha la tête, affirmant que je pouvais lui laisser  s’en charger et que je n’avais pas à m’inquiéter. Je pus toutefois remarquer la pointe d’interrogation dans son regard, se demandant où je pouvais bien aller. Je ne pouvais pas lui en vouloir de ne pas savoir, il n’avait peut-être pas entendu parler de la relation que les Nara et les Hyûga partageaient. C’est avec cela en tête que je traversai l’arche de la vieille dame pour une troisième fois maintenant, ignorant que je serais ici de sitôt. Ça ne voulait pas dire que je ne pensais pas résoudre le mystère aujourd’hui, j’ignorais seulement que je me serais déplacé aussitôt pour l’en informer. Je cognai à la porte de deux coups puis j’attendis, me retournant mais je ne voyais plus Takeo, pas d’ici en tout cas. J’entendis un cliquetis de porte qui me fit tourner la tête aussitôt puis la porte s’ouvrit, laissant apparaître la même vieille dame. Elle semblait surprise de me revoir, me demandant sans plus tarder en quoi est-ce qu’elle pouvait bien encore m’être utile.

- Oh non, madame, c’est moi qui suis là pour vous faire plaisir. Nous avons découvert que votre euh… partenaire, était en fait atteint d’une maladie héréditaire Hayashi et qu’une équipe de chercheurs non-orthodoxes étaient en train d’essayer de venir avec un remède avec votre partenaire.

Alors que je lui racontais nos conclusions, je us voir ses yeux briller, émue par la nouvelle que je lui annonçais. Elle ne versa toutefois aucune larme, essuyant le soin de son œil avec un tissu. Elle me remercia pour l’information puis je la saluai en m’inclinant légèrement puis je fis demi-tour puis m’élançai à la poursuite de Takeo, en direction pour le Palais de l’Hokage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Message(#) Sujet: Re: C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga]

Revenir en haut Aller en bas
 

C'était l'histoire d'un arbre qui ne voulait pas jaunir... [Mission rang C - Tenshi Hyûga]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Quartiers Résidentiels-