AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Ça en était moins une[PV Aburame Younah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Ninja Gardien
Messages : 615
Rang : A+


Message(#) Sujet: Ça en était moins une[PV Aburame Younah] Dim 1 Sep 2013 - 0:12

C’était une belle matinée d’automne, ni trop froide ni trop chaude. Ce fut les rayons du Soleil qui me réveillèrent ce matin-ci, me tirant de mon sommeil pour m’aveugler. Ce n’étais pas le meilleur des réveils, je me tournai donc de bord pour faire dos au Soleil. Je restai immobile pendant quelques minutes avant de finalement décider de me lever, voyant bien que je ne me rendormirais pas. Je me dirigeai aussitôt vers le placard, où je saisi ma robe de chambre noir avec l’emblème du Clan brodé sur le dos. Passant mes bras dans les manches une à la fois, je passai la robe sur mes épaules puis serrait ma taille avec un le ceinturon. Je me rendis ensuite vers ma porte, avec la cuisine comme prochaine destination. Je chaussai mes pantoufles au passage puis ouvrai la porte pour quitter ma chambre. Marchant dans la maison, je remarquai le silence étrange qui régnait dans la maison. Bon, nous n’avions pas la plus vivante des maisonnées, mais ce n’était jamais le silence total. Une fois arrivé dans la cuisine, je le trouvai vide, ce qui me surprit, mais dans le bon sens. Mes parents étaient devenu un petit peu ermite avec le temps, aller savoir pourquoi. Quoiqu’un peu inquiet au départ, n’ayant pas laisser de note ni rien, je me convaincs rapidement qu’ils étaient sûrement partit prendre une marche ou un truc dans le genre. Ça me laissait donc la maison à moi toute seule, quoi que je ne voie pas ce que je pourrais bien en faire.

Malgré ma grasse matinée, ça ne changeait pas le programme de ma journée pour autant. Comme toujours, j’avais prévu un entraînement aux terrains suivi d’un détour à l’Onsen sur le chemin du retour, un luxe que j’avais pu commencer à me payer depuis que j’avais commencé à faire des missions. Je me préparai donc rapidement quelque chose à manger, que je mangeai en chemin ver ma chambre et  en même temps que de m’habiller. J’allai portai la vaisselle dans l’évier puis me dirigeai vers le réfrigérateur pour prendre quelques gorgées de jus. Refermant la porte du frigo, je me dirigeai enfin vers la porte, mettant mes bottes à l’entrée puis prenant un double des clefs de la maison accroché sur le mur. Je barrai donc la porte derrière moi puis me dirigeai vers les terrains. Je marchai pendant quelques minutes avant d’enfin atteindre le Centre-ville, qui était sur mon chemin. Passant près des boutiques, je portai presque instinctivement la main à ma poche ninja, évaluant les quantités de mes outils. Je remarquai aussitôt l’absence de Senbon, que j’avais dut épuiser quand j’avais pratiqué mes Senbons électrique. Je pris alors la direction de mon magasin d’outil favori, qui me faisait malheureusement encore perdre un peu de temps puisque c’était un détour, mais seulement si je partais maison. Par contre, ça pouvait être sur mon chemin quand je revenais des terrains.

Quelques minutes plus tard, le magasin était déjà en vue. J’aimais bien ce magasin, pace qu’il y a  peu d’achalandage. Normalement, il charge un peu cher pour sa marchandise, même très cher si vous le prenez dans une mauvaise passe, mais moi il m’aime bien alors il me fait des réductions. Ayant toute mon attention portée sur le magasin en question, je ne vis pas la personne devant qui c’était arrêter. Non mais vous parlez n’une place pour s’arrêter? Bref, ce qui devait arriver arriva et nous nous rentrâmes l’un dans l’autre, quoi que ce fût plus moi dans lui. Je peux vous dire en tout cas que ça a ramené mon attention, ça.


- Désolé, Monsieur, je ne regardais pas où j’allais…

Il se mit aussitôt à chialer comme quoi je devais plus faire attention où j’allais et que nous les shinobi nous nous croyons tout permis parce que nous protégions supposément le village aloes que selon lui, nous ne faisions qui lui amener la guerre et les conflits. Il osa même rajouter que même mes yeux ne pourrait rien pour moi. Qu’il m’insulte moi, ça peut passer puisque je suis effectivement en tort. Mais qu’il s’en prenne à ma famille, à mon Clan… Comment osait-il? Je posai alors sur lui des yeux plein de colère, ne pouvant pas tolérer cet affront.

- Tu veux que je pète un câble, pas vrai? Juste pour te donner raison… Vraiment pitoyable. Et pour ta gouverne, sans nous, les shinobis, ce village n’existerait même pas, alors un peu de respect!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 31
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Ça en était moins une[PV Aburame Younah] Dim 1 Sep 2013 - 19:42

La journée était belle. Sûrement. La lumière traversait ma fenêtre grande ouverte, et me cognait le visage. Les oiseaux chantaient. Mais en fait non, il y avait que des immeubles et aucun arbre où se percher. Mais j'avais quand même envie de crier au meurtre. De foutre le feu à tout. C'était trop tôt. Bien, bien, trop tôt. J'essayais de me rendormir. Bel échec. Mais j'avais pas trop la force de me lever. Mëme pas de rouler sur le coté pour tomber au sol. Mais c'est qu'une illusion, après des minutes interminables j'arrive à me redresser. Pour me rendre compte que j'ai trop mal à la tête. Je regarde autour de moi. Je vois ma chambre. Qui est mon appart'. Qui est en désordre. Mais c'était normal, le contraire m'aurait étonné.

Sur la table, une bouteille d'alcool cheap vide. Ça, c'est ce que j'ai bu hier. Toute seule. Comme une alcolo. Et qui sûrement allait me causer une intoxication alimentaire vu le prix que j'avais payé pour. Je gémis. Mais ça n'arrange en rien mon mal de tête. Mes nausées. J'ai l'impression d'être un flan, alors que je pose pied à terre. Et que la vue de cet appart' miséreux me donne la gerbe. Ouais ... Je ferai du rangement ... Plus tard ... Demain ... Jamais ... Je me masse les tempes, histoire de. Toujours aussi mal à la tête. Je me dirige du coté du frigo' en esquivant les vêtements et autres merdes sur le sol. Il n'y a rien. Enfin pas totalement, mais ce qu'il y a est périmé. Soupir. Je regarde du coté du levier. Il est plein de vaisselle sale.

'faut vraiment que je me motive à ranger tout ça ...
Et que j'aille faire des courses. De la bouffe, des médocs, ce genre de trucs ... Et peut-être un peu d'alcool. Nan, pas d'alcool, pas ce soir ... J'ai pas envie de me retrouver encore une fois dégueulasse, avec pour seule compagnie mes papillons. J'réussis à trouver des vêtements à peu près propres, débardeur-pantalon-bandana, j'enfile mes rangers, et me voilà partie à l'aventure dehors où tout et surtout n'importe quoi arrive. Direction ? Une supérette. Je marche depuis quelques minutes, et le constat est que j'ai toujours envie de gerber. Et que j'ai sérieusement faim. Mais on essaye d'oublier, et on regarde le paysage pour passer le temps. Mais le paysage est à mourir d'ennui. Alors je pense à mes maux, et ça n'arrange en rien ma situation. Plus jamais j'bois ...

Et là, là, voilà qu'il y a une altercation. Juste devant moi. Un Hyûga (reconnaissable à ses pupilles blanches) qui s'embrouille avec un quelconque passant. Au début, je me dis que je vais faire genre que j'ai rien vu. Mais alors que je passe à coté d'eux, je me sens obligée. Obligée d'ajouter mon grain de sel. Et d'être infecte.

- Nan mais ces Hyûgas ils se croient tout permis, c'est une honte. Tout ça parce qu'ils ont des yeux chelous, t'sais.

Je me suis arrêtée juste pour dire ça. Et je reprends ma route.
Un petit sourire sur les lèvres, sans aucun doute sous leurs regard étonnés, alors qu'un papillon se logeait dans ma chevelure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Ninja Gardien
Messages : 615
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Ça en était moins une[PV Aburame Younah] Lun 2 Sep 2013 - 20:16

J’étais vraiment hors de moi, je n’en pouvais plus de ce misérable. Il osait se plaindre après tout ce que nous faisions pour le village. Il faisait quoi, lui, pour le village exactement? J’entendis la foule marmonné autour de nous, certains pour et d’autre contre mes propos.  Une jeune femme se démarqua toutefois de la foule, s’adressant à la foule et m’insultant délibérément devant elle pour une deuxième fois. Non mais qu’est-ce que j’avais fait au monde pour mériter ça ce matin? Elle fit comme si de rien n’était puis continua son chemin, comme si elle pensait qu’elle allait pouvoir s’en sortir comme ça. Mais ça n’allait pas ce passé ainsi! Avant même qu’elle ait le temps de s’éloigner, je lui agrippai le bras avec force puis la tirai vers moi, la forçant à me faire face. Je peux vous dire que son petit sourire c’est assez rapidement dissipé, faisant maintenant face à un Hyûga en colère.

- Hey toi, pas si vite! Tu penses vraiment pouvoir venir insulter une des familles les plus puissantes de Konoha et t’en tiré comme ça! Tes parents ne t’ont jamais appris les bonne manières ou quoi!?lui beuglai-je avant de finalement relâcher mon étreinte sur elle en lui lâchant le bras comme si je me débarrassais de quelque chose de répugnant. Et tu parles de honte, mais t’es-tu simplement vu dans une glace avant de parler? Serais-tu Nécromancienne, parce que franchement tu as l’air d’une morte…

Je la bombardai ainsi sans relâche sans le moindre remords. Elle avait osé s’attaquer à mon Clan et ça avait été son erreur. Bon, j’en avais peut-être mis un peu épais, mais disons que j’avais un peu profité de l’opportunité pour montrer à cette homme et à la foule de ne pas nous chercher des noises. Ça en allait aussi pour cette jeune femme qui se croyait apparemment tout permis. Elle avait vraiment une sale tête, et des vêtements pas sales mais pas vraiment propres non plus, comme s’il avait été porté une seule fois puis jeter au sol où il avait accumulé la poussière. Il y avait vraiment aucun autre terme : une honte. Je la regardai encore quelques instants puis je décidai que ça ne valait sûrement pas la peine que je m’attarde ici, j’avais autre chose à faire que de m’asticoter avec une gamine ou avec un villageois trop frustré. Je me dirigeai alors vers la boutique sans dire un mot de place, jugeant que j’en avais quand même  assez dis. Je ne pus toutefois m'empêcher de repenser à la jeune femme, que j'avais remise à sa place. Elle avait vraiment l'air mal fichu. Et si elle avait besoin d'aide, au final, et que je m'étais simplement fié à son apparence...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 31
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Ça en était moins une[PV Aburame Younah] Lun 2 Sep 2013 - 22:19

J'étais habituée à gérer les clients mécontents, quand je tenais l'échoppe de Papa. J'étais habituée aux sous-entendus de mauvais goût et aux remarques déplaisantes, quand je suis arrivée à Konoha. Et depuis que je m'étais libérée de tous les fers, j'étais habituée à être haïe et à ce qu'on me crache dessus. Après tout, j'étais souvent la première à prendre les devants. Alors quand soudainement, une poigne se referme sur mon bras, et qu'elle me retourne pour faire face à un Hyûga en pétard qui vient me cracher sa juste colère, je dois avouer que bien qu'un peu secouée, j'ai tenu bon. Ça m'a pas affecté plus que ça. Enfin si. Ça a pas arrangé mon mal de tête. Je ferme les yeux alors que je grimace.

Il me fait une remarque sur ma tête. Et à vrai dire, j'sais pas. Ça, ça m'a touché. J'ai pas trop pris le temps de me regarder dans la glace avant de quitter l'appart', alors je sais pas si j'ai vraiment une sale tête. Même si c'est carrément probable. Mais n'empêche que le temps que j'arrive à me concentrer entre ma migraine, mes maux de ventre et juste la réflexion pour le retourner, le voilà qu'il part. Il me laisse en plan, avec une foule qui est un peu intimidée. Certains commentent à voix haute que j'ai du cran, d'autres que j'suis pas gênée. Et d'autres finissent par se désintéresser du sujet et passent à autre chose. Normal quoi.

Et moi, moi, je peux pas rester comme ça.
Je me sens obligée de le suivre. Et de faire la même chose que lui. Le prendre par le bras, et le retourner. Et ma mine affichait la colère, par contre. Je sais pas comment elle est arrivée, mais elle est arrivée.

- Gamin, j'te permets pas de t'adresser à moi comme ça, surtout pour dire ce genre de trucs ! C'est quoi le rapport entre bonnes manières et le fait que t'ai eu la chance d'être dans le bon clan hein ? Dis le moi ?!

Je m’interromps, prise de toux. Maux de tête insupportable. Je devrais me barrer et direct partir acheter un médicament, mais je me sens obligée de continuer.

- Tu sais quoi ? J'vais t'dire la vérité ... Ton clan, c'est un clan de charognards. Comme les trois quarts qui se revendiquent puissants à Konoha. Vous vous êtes entretués il y a moins de dix ans, et maintenant vous faites genre que tout va bien alors que RIEN ne va bien. Vous cohabitez avec des gens qui ont tué des membres de votre famille, et tout va pour le mieux. Bah ouais, après tout, VOUS AVEZ LE POUVOIR !

Nouvelle crise de toux, voilà que les larmes me viennent aux yeux.
Trois papillons commencent à voleter autour de moi.

- Vous vous dites nobles, mais elle est où la noblesse à pardonner à ceux qui vous ont pris des êtres chers ? Vous vous dites puissants, mais elle vaut quoi votre puissance quand le prix c'est l'hypocrisie de supporter des gens qu'on voudrait voir empalés ?! Au moins NOUS, on a pas trempés dedans, vous vous êtes amusés à cracher sur NOUS alors qu'on a toujours étaient honnêtes avec nos principes et ...

Maux de ventre qui me plie en deux. Pas de toux étonnamment.
Mais j'ai trop mal de partout. J'arrive pas à l'admettre, mais des larmes perlent au bout de mes yeux. Et j'ai parlé d'un clan duquel je n'aurai jamais dû parler. Mon clan. Le clan qui m'a banni. Je gémis, faiblement, alors que plus de papillons viennent planer autour de moi. Je finis par tomber à genoux, impuissante.
Honteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Ninja Gardien
Messages : 615
Rang : A+


Message(#) Sujet: Re: Ça en était moins une[PV Aburame Younah] Ven 6 Sep 2013 - 17:36

La laissant poireauter là, je me rendis pour ma part vers le magasin, ce pourquoi j’étais ici en premier lieu. Mais je ne pouvais m’empêcher de repenser à la jeune femme, qui avait l’air anormalement mal en point.  M’apprêtant à monté les escaliers, je me fis soudainement attrapé par le bras. Je n’aimais pas ça…. Je me retournai et reconnu la jeune femme, qui tenait mon bras avec force. Elle n’avait pas aimé ce que j’avais dit, je le sais et je le comprends. Mais ce qu’elle m’a dit n’était pas super gentils non plus, j’avais simplement répliqué. J’agitai le bras puis me défis de son étreinte, massant l’endroit en question. Elle commença alors à parler, me demandant le rapport entre les bonnes manières et mon appartenance à mon Clan. Ne connaissait-elle pas un minimum le Clan Hyûga? Elle avait l’air de Konoha, mais elle ne possède aucun signe distinctif d’un clan en particulier. Ne me laissant même pas le temps de répondre à sa réponse, elle repris la parole pour s’attaquer encore une fois à mon clan, les traitants de charognards alors que nous nous avions autrefois fait la guerre pour maintenant vivre tous ensemble en paix. Elle continuait à chialer que nous faisions comme si tout allait bien alors que tout va mal, tout, apparemment parce que nous avons le pouvoir. Qu’il n’y avait rien de noble à pardonner des ennemis jurés. Non mais où avait-elle passée les sept dernières années? Elle n’eut toutefois pas l’opportunité de finir sa phrase, interrompue par une espèce de crampe au ventre qui la plia en deux. Elle résista un peu mais elle finit par tomber à genoux. Il était temps de l’éduquer un peu, puisqu’apparemment elle ignorait tout de l’histoire de ce village.

- Oui, nous côtoyons des anciens ennemis et oui, les débuts ont étés difficiles. Mais nous nous sommes vites rendus compte qu’il était beaucoup plus agréable de vivre tous ensemble en paix que des se livrer sans cesse la guerre pour des raisons comme celle-là justement, pour venger un membre de famille. Crois-tu être la seule à avoir perdue des gens dans cette guerre?Je pointai la foule puis la désignai au grand complet. Je pourrais pratiquement t’assurer que chacun d’entre eux ont perdu quelqu’un ou connaisse quelqu’un qui a perdu quelqu’un. J’ai moi-même perdu mon propre frère, qui était même plus qu’un frère. C’Était un ami, un rival, un partenaire, et bien plus. C’est pour éviter que d’autres perdent ceux qui leur sont chers que les grandes familles ont formé le village qu’est Konohagakure. Bien sûr, il y a les autres villages des autres pays, mais nous travaillons forts ensemble pour tenter de venir à bout de ces conflits aussi.

Je lâchai un soupir de soulagement, content d’enfin en avoir fini. Je n’aimais pas avoir l’attention sur moi. J’étais toutefois satisfais de ma réplique, étant venu avec la majeure partie de ce que j’avais dit sur le moment. La voyant ainsi par terre me fis sentir mal de l’avoir insulté sur son apparence tout à l’heure. Mais mon jugement était embrouillé par la colère. Je savais très bien qu’il ne fallait pas juger quelqu’un par les apparences. Même qu’avec une tête comme la sienne, j’aurais dû lui venir en aide plutôt que de la mépriser. Cela n’excusait toujours pas ce qu’elle avait dit. Je ne la pardonnerai pas tant que je n’entends pas d’excuse de sa part. Mais rien ne m’empêchait, en bon samaritain que je suis, de venir en aide à une personne en besoin. Je me rapprochai donc de la jeune femme puis je posai le genoux à quelques pas d’elle.

- Écoute, je sais que ce que j’ai dis n’étais pas nécessaire. Évidemment, tu aurais besoin d’un peu d’aide. Je peux t’aider à te rendre à la clinique si tu veux, et peut-être aussi nous expliquer un peu plus civilement cette fois?, lui demandai-je en me redressant, la main tendue vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Messages : 31
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Ça en était moins une[PV Aburame Younah] Mer 11 Sep 2013 - 15:48

Il aurait pu en profiter, et mettre une baffe. Ou pire. Après tout, même moi, là, j'admettais qu'il aurait eu raison de le faire. Que je sois en position de faiblesse ou non, que je sois une femme ou pas. Je me rendais compte que j'étais allée un peu loin. Mais aller un peu loin ne voulait pas dire que je n'avais pas exprimé ma pensée. Juste que, comme d'habitude, je l'avais exprimé sans y mettre aucune forme. Comme je le pensais. Mais d'un autre coté ... Pourquoi est-ce qu'on m'en voudrait de dire la vérité, hein ?! Les gens ils préfèrent vivre dans le mensonge ou quoi ! A moins que ce soit juste le fait que ce soit moi, parfaite inconnue assez rageuse, qui le leur dise.

Hem. J'aime pas quand je commence à réfléchir autant ...

Heureusement, j'ai une distraction. Sans nom est douleur, et il prend mes entrailles. Il me déchire, et me force à genoux, à contempler un sol qui n'a, il faut le dire, pas grand-chose de passionnant. Mais j'arrive pas à me fixer dessus, alors que je gémis à nouveau. Et que le Hyûga, voyant que je n'étais pas prête à continuer ma tirade ou à pouvoir me défendre face à son verbe acéré, se dit que ça serait 'achement bien d'exprimer son point de vue. La vérité ? Il m'a conquis.
Même si en fait je mens, et que ce n'est qu'une vaine tentative pour essayer de tromper ma douleur. Mais le vain fait que ça marche pas. J'accroche pas à ce qu'il dit, il ne fait qu'écho à ce que je pense. Pourtant j'ai pas la force pour lui balancer un : Nan mais tu sais rien, RIEN !

J'ai juste envie de m'écrouler. Complétement. Mais le petit Hyûga a décidé que je serai sa B-A du jour, alors il me propose de m'emmener à la clinique. J'allais pas refuser, même si, bon, je voyais pas avec quel argent j'allais la payer. Avec celle de mes courses du mois. Je ris un peu, mais mon rire sonne amer, alors que je prends sa main et arrive à me redresser, mais je dois m'appuyer sur lui. Trop mal ... Je ferme les yeux, serre les dents, laisse échapper un drôle de bruit. Pas très glorieux.

- C'est limite de ... te demander ça. Mais, ouais, s'il te plaît ... Je sais que je suis infecte hein, t'es pas le premier à me le faire remarquer, mais ... J'sais pas, j'me sens obligée ...

Et je m'humilie un petit coup, comme ça, gratuitement.
Les larmes n'ont pas séché, sur mes joues. Et une terrible honte m’accable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ça en était moins une[PV Aburame Younah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville-