AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Partie de chasse ~ [Ouvert Konohajins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1914
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Partie de chasse ~ [Ouvert Konohajins] Lun 14 Oct 2013 - 0:43


Nami. Ce trou à rats dégoulinant de boue et de vices en tout genre ne recelait pas un clou. Impossible pour Yanosa, dont l'entreprise florissante avait à présent besoin d'un minimum de capitaux, de faire l'impasse sur les salaires qu'il devrait bientôt verser, aussi minimes étaient-ils. Un employé sous-payé revenait en effet une misère, mais lorsqu'une fabrique telle que la sienne comptait pas moins d'une cinquantaine de petites mains affairées sur leur travail, l'addition commençait à se révéler plus que salée. Le Nukenin avait donc mis les voiles, littéralement, après avoir laissé Chuuji aux commandes de son nid d'infections et avoir vogué directement vers l'ouest et les terres sauvages du Pays du Feu. Quoi que, le jashiniste du rapidement revoir la définition du mot "sauvage", d'innombrables lumières et un port fourmillant d'activité l'accueillant à bras ouverts lors de son approche des côtes. Et cela aurait bien pu arranger ses affaires, si seulement le port en question avait été plus qu'un simple HUB de transfert de marchandises, où les pêcheurs de tout bord vendaient leur poisson durement pêché aux grossistes.

Mais Yanosa avait heureusement d'autres idées que de simples braquages de petits commerces pour remplir ses caisses et assurer la pérennité de son entreprise et par là même, du chaos qu'elle propagerait jour après jour. Il avait déjà arpenté à quelques occasions les forêts du pays et avait eu l'occasion de croiser moult créatures sauvages peu commodes, dont certaines auraient facilement pu l'étriper s'il avait pêché de vigilance. Certaines de ces créatures survivaient aux durs hivers locaux grâce à leur fourrure, monnayable au mètre carré, tandis que d'immenses insectes aux proportions abracadabrantesques pouvaient fournir de solides matériaux aux artisans et aux forgerons de tout poile. Le Nukenin sautait donc les pieds joints dans les rouages du capitalisme de seconde zone et projetait, non sans sueur, de revendre tout ces matériaux précieux et difficilement obtenables à ceux qui en faisaient la demande. La tâche s'annonçait difficile, physique, mais pour le jeune homme plein de fougue et d'ambition, il fallait se donner les moyens se réussir avant tout. Et les moyens, il les avait pour sûr.

Une fois à terre, après avoir garanti son anonymat grâce à ce henge qu'il affectionnait tant depuis son premier usage au Pays du Vent, Yanosa prospecta vaguement aux alentours en identifiant les points de vente qui seraient éventuellement intéressés par les marchandises qu'il aurait bientôt sous la main. Et par éventuellement, il fallait bien sûr comprendre que si les commerces en question rechignaient le moment venu à allonger les bifetons en échange des matériaux, le Nukenin ne se priverait pas pour légèrement forcer l'échange, à coup d'épée lourde s'il le fallait. Cela fait, Yanosa s'enfonça dans la forêt alors baignée par les timides rayons du soleil matinal, sautant de branche en branche à la recherche des animaux qui feraient sa fortune. Ou plus exactement, qui feraient la fortune du monde nouveau qu'il espérait, in fine, bâtir de ses mains. Assez rapidement, le jeune entrepreneur pu mettre la main sur quelques gros insectes, presque de taille humaine: ces bêtes possédaient de puissantes mâchoires capables de couper en deux le bustes des hommes les plus chétifs, mais contrairement à leurs homologues de taille raisonnable, n'étaient pas doté d'une grande mobilité. Tirant cela à profit, Yanosa désossa donc une demi douzaine de ces créatures en moins de deux heures, profitant de la journée naissante pour prendre ses proies "au saut du lit".

Les plaques insectoïdes chargées sur le dos et reliées entre elles par quelques dizaines de centimètre de filin métallique, le Nukenin se mit alors à la recherche d'un peu de fourrure pour agrémenter son butin. La peau de renard était très prisée en dehors du pays du feu, il le savait. La vendre serait un tantinet plus compliqué que de refourguer ses autres matériaux, mais la rentabilité de la chose en valait peut-être le déplacement. Sans attendre plus longtemps, Yanosa s'attela donc à la confection de quelques pièges à pression au ras du sol, en dehors des sentiers, dans les talus où avaient l'habitude de se fourrer le plus souvent les bêtes sacrées au poil orangé. En attendant que ces pièges trouvent animal à leur mesure, le jashiniste décida de rentabiliser au maximum son séjour et se lança de plus belle à la chasse au gros gibier. Cette fois, les couguars géants étaient au top de sa liste, et il comptait bien mettre un peu de viande de côté du même coup pour ne rien gaspiller...


Spoiler:
 






Dernière édition par Oterashi Yanosa le Lun 14 Oct 2013 - 17:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 816
Rang : B+


Message(#) Sujet: Re: Partie de chasse ~ [Ouvert Konohajins] Lun 14 Oct 2013 - 1:22

    Mon altercation avec la personne ayant eut l’envie de me voir mort s’était plutôt bien déroulé : ses coups m’avaient provoqué quelques égratignures tandis que je m’étais laissé allé par la violence qui avait prit possession de mon corps pour le mettre hors d’état de me nuire. Un pic de métal planté dans le thorax l’avait rendu inoffensif mais les troupes d’élites m’étaient tombés dessus à ce moment : les rôles s’étaient inversés et j’étais considéré comme le méchant. Par chance, le Rokudaime s’était montré compréhensible et m’avait laissé une chance que je devais saisir à tout prix : chose que j’avais fait. J’avais accepté sa proposition tandis que je m’évadais maintenant à l’extérieur du village dans un seul et unique but : celui de connaître davantage les frontières. C’est ce qu’on appelle militairement parlant : de la topographie.

    Dans les ruelles du village, certains civils me regardaient étrangement. Je commençais à croire que les ANBU avaient ouvert leur gueule et avaient parlé de ce que j’avais fait… C’était une idée que j’envisageais mais j’avoue que je doutais qu’ils aient fait ça : ils n’étaient tout de même pas aussi cons ? Peut-être que quelqu’un d’autre m’avait vu ? Je devais m’assurer de tout cela et revenir sur les lieux du pseudo crime. La forêt de Hi no Kuni : c’était là que je me rendais afin d’analyser le tout, me remettre les idées en place… Par chance, ce n’était pas si loin… En quelques minutes j’y serais…

    L’entrée dans la forêt : ce moment que je n’aimais pas réellement… C’est pendant ce moment que le soleil qui tapait mon visage s’absentait… La fraicheur régnait dans la flore tandis que des frissons me parcouraient le corps… J’allais m’habituer mais pour le moment, c’était désagréable… La forêt de Konoha était tout de même un magnifique paysage : les arbres aux feuillages verts qui brillait sous les rayon du soleil, l’odeur de l’herbe, des troncs, de la terre qui se dégageaient sentait délicieusement bon… Un sentiment de joie m’envahissait.

    Après une dizaine de minutes de marches, j’étais au pied d’une marre de sang. Debout, les bras le long du corps et le regard incliné vers cette flaque, je me remémorais ce moment où mon pic lui transperça le thorax sous un craquement d’os qui me fit vibrer le tympan. Mes yeux vagabondèrent de droite à gauche tentant de trouver un endroit où une tierce personne avait pu me voir, mais je ne voyais nullement où… Bon, peut-être me faisais-je des idées et qu’effectivement, personne ne m’avait vu… Je décidai d’abandonner la piste tandis que je vis un animal fuyant… Je connaissais ce genre de fuite : il y avait quelqu’un aux alentours et il chassait. Intrigué, je décidai d’aller pister cet homme.

    Je me projetai dans les airs pour finir sur une épaisse branche sur laquelle j’avais une bonne vue aérienne. Attentif à tout ce qui pouvait se passer, je ne quittais pas la zone des yeux. Mon avant bras gauche me tenait en équilibre sur le tronc d’à côté tandis que j’étais accroupi, prêt à agir en cas d’attaque suspecte. C’est alors que je vis une ombre un peu plus loin. La réactivité dont j’avais fait preuve était à la hauteur de ce qu’attendait le Rokudaime. Je me projetai en sa direction, allant assez vite pour le rattraper en quelques secondes.

    Désormais devant l’individu suspect, l’analyse visuelle était rapidement faite : un homme blanc, les cheveux bruns et courts, vêtu de larges tissus tâchés de gris. Il avait l’air d’une personne banale, pourtant mon expérience forçait ma méfiance à son égard… Malgré le fait que je ne sois pas bavard, je devais m’assurer de ses faits et gestes…

    « Je ne t’ai jamais vu par ici… Nouveau peut-être ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1914
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Partie de chasse ~ [Ouvert Konohajins] Lun 14 Oct 2013 - 17:10

Yanosa venait de dénicher un couguar géant, une créature magnifique aux dents aussi tranchantes que des rasoirs et qui d'ordinaire était le seul chasseur en ces terres sauvages. Seulement aujourd'hui, le guerrier rouge était là pour se placer au dessus de lui dans la chaîne alimentaire, le supplantant en agressivité, en rapidité et en prédation. Sans doute pour la première fois de sa vie de félin, l'animal était donc contraint de fuir face à la funeste entreprise que le jashiniste comptait bien mener à terme. Un maigre kunai à la main, il ne voulait pas risquer d'abîmer ses prises avec son tranchoir géant, qui ne passait pas inaperçu qui plus est, et s'apprêtait à fondre sur le couguar en fuite qui slalomait entre les arbres touffus et les bosquets aussi épais que nombreux. Quand soudain, une intervention extérieure vint tout gâcher. Méfiant, ses sens en alerte comme toujours lorsqu'il menait la chasse, Yanosa perçu un chakra s'approcher vaguement de sa position. Mais le Nukenin n'était pas dupe: il n'y avait que lui et ce couguar à des dizaines de mètres à la ronde, la personne qui s'approchait venait donc précisément à sa rencontre.

Yanosa brisa donc sa course, alerte, et fut surpris par l'arrivée fracassante de ce qui ne pouvait être qu'un shinobi, là, face à lui. L'homme en question était en effet arrivé bien trop rapidement sur lui pour n'être qu'un autochtone lambda et l'absence apparente de bandeau ne signifiait plus rien de nos jours. Grand, des cheveux blancs comme la neige passée de la mi-saison, l'individu qui venait de ruiner plusieurs minutes de traque à néant ne s'étala pas en monologue. Direct, il voulu tout de suite s'enquérir de l'identité du jeune guerrier, demandant implicitement ce qu'il fichait ici par la même occasion et s'arrêtant là dans ce qui paraissait être un banal contrôle policier de mauvais goût. S'il avait eu à parier, Yanosa aurait misé sur un garde frontière aux ordres du village caché de Konoha, mais il ne pouvait avoir aucune certitude. Mais quelle que fut la vérité, tout son intérêt résidait à présent dans la soumission. L'individu ne s'était pas présenté, mais il était plus prudent pour le Nukenin de supposer qu'il soit porteur d'une forme d'autorité: ses rapports -aussi brefs que possible il l'espérait- avec le shinobi ne pourraient en être que facilités. Et avec ses matériaux à rapatrier, il ne pouvait se permettre d'engager le combat. Pas maintenant, pas ici.

Époussetant sobrement sa tunique, Yanosa repris son souffle de façon à peine exagérée, appuyant ses mains contre ses genoux pour rendre le tout plus crédible. Relevant le regard vers son invité surprise, il parla alors en entrecoupant ses phrases de grandes bouffées d'oxygène, tentant un coup risqué.

" J'ai... Je chassais le.... Ouuuuf... J'me présente, Takeo Kikuta. Mon maître veut que je lui rapporte des peaux d-.... Des peaux de couguars, entre autres choses. Il m'a fait faire toute la route depuis Yuki pour en trouver, si je reviens bredouille....! Aaaaa... Il faut absolument que j'arrive à en attraper au moins trois !

Dites, je me débrouille bien à la chasse mais... Vous vous z'êtes du genre hyper rapide ! Vous pourriez me filer un coup d'main ? Je suis qu'un larbin j'ai pas d'quoi vous payer mais j'peux vous offrir une pinte au port après ça si on s'en sort !
"

Et tandis que le guerrier rouge sous couvert d'anonymat parlait, le couguar qui était la proie quelques instants plus tôt décidait de laver son honneur bafoué de prédateur. Tapi dans les fourrés à quelques mètres de là, guettant son heure, le fauve avait soif de sang. Yanosa, lui, aurait simplement voulu, pour une fois, qu'on le laisse travailler en paix.



Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 816
Rang : B+


Message(#) Sujet: Re: Partie de chasse ~ [Ouvert Konohajins] Sam 19 Oct 2013 - 20:10

    J’étais donc arrivé près d’un homme qui me semblait essoufflé par la course effrénée qu’il avait engagé dans le but de satisfaire sa soif de supériorité en chassant le gibier. Après lui avoir demandé s’il était nouveau ici – ne l’ayant jamais vu, sans préciser que moi-même, j’étais un immigré – il me répondait qu’il avait été envoyé ici par son maître et qu’il devait ramener au mois trois peaux de couguars. Je le regardai, intrigué. Après m’avoir dévoilé son identité, il se vanta rapidement en me disant qu’il était un bon chasseur mais que j’étais visiblement plus rapide que lui. Enfin, il me proposa de l’aider en échange d’une pinte au port, à défaut de pouvoir me remercier de façon pécuniaire.

    Je souriais intérieurement tandis que je lui montrais un visage indifférent, presque effrayant… Il était vraiment tombé sur la mauvaise personne aujourd’hui : je ne buvais pas, et je n’aimais pas la chasse car tuer les animaux, je ne trouvais pas ça amusant : que ce soit un entrainement, ou non… Je lui fis un signe de main précisant la négation quant à sa requête avant de lui expliquer les raisons de ce refus.

    « Je n’aime ni boire, ni chasser… »

    Je me grattais la tête tout en inclinant le regard vers le bas avant de remarquer la présence du couguar dans les fourrés situés à ma droite… Je fronçais les sourcils tout en restant attentif à ses faits et gestes tout en continuant ma discussion avec Kikuta. Observant l’étranger une énième fois, mon honnêteté le fera surement fuir…

    « Et pour tout te dire… Voir un étranger chasser dans la forêt de Hi no Kuni, je ne saurais le tolérer… »

    Le bras le long du corps, je serrais mon poing droit tandis qu’un craquement raisonna dans la forêt où le silence avait prit place. Je devais me retenir, retenir ma soif de combat et l’envie de sang. Peut-être était-il une personne importante ayant un certain pouvoir hiérarchique, et si tel était le cas, je ne pouvais me permettre de le mettre hors d’état de nuire : je ne devais pas mêler Konoha à tout cela…

    « Tu n’es peut-être pas au courant, aussi je te laisse le choix… Soit tu insistes en souhaitant continuer de chasser, et ton jeu se retournera contre toi : tu deviendras la proie… Soit tu acceptes de t’en aller et de laisser le couguar tranquille… »

    Je lui montrai alors la direction du couguar en tendant mon bras vers ce-dernier. Il était toujours là, se pourléchant montrant clairement son envie de chair fraîche. Néanmoins, j’avais une condition à soumettre à l’étranger afin d’être quelqu’un de juste…

    « Cela dit, Kikuta… Je serais disposé à fermer les yeux si jamais ce félin attenterait à ta vie… »

    Je respirai un grand coup, le jaugeant du regard avant de reprendre la parole d’une voix que l’on pourrait considérer comme non amical…

    « Quel sera ton choix, Kikuta ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1914
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Partie de chasse ~ [Ouvert Konohajins] Dim 20 Oct 2013 - 10:54

La réponse du supposé shinobi ne se fit pas attendre et pris simplement la forme d'un mouvement de doigt, balayant à la foi de gauche à droite et les espoirs de Yanosa de simplifier sa partie de chasse. Le Nukenin ne su trop à quoi se fier ensuite lorsque l'individu commença à adopter un comportement des plus ferme, interdisant implicitement à "Kikuta" de poursuivre son travail sous peine... Et bien, sous peine de quoi, il ne l'avait pas dit, mais Yanosa était coutumier de ce genre de procédé et savait très bien à quoi s'en tenir. Devait-il pour autant prendre ce refus pour argent comptant et accepter l'idée que ce shinobi avait les moyens de l'arrêter par la force ? Dans le doute, la prudence était ici de mise pour la jashiniste qui, si il engageait un combat contre un adversaire de valeur, perdrait sa couverture déjà précaire et pourrait perdre le fruit de ses traques déjà réussies. Le choix était donc vite fait: il allait devoir se plier aux exigences de cet homme et trouver un moyen de rassembler les fonds qui manqueraient autrement. Il lui en manquerait peu, à vrai dire, une fois son butin actuel vendu, et dépendant du succès de ses pièges à renards, il pouvait même déjà entrer dans ses frais. Mais l'incertitude seyait peu au Nukenin, qui aurait bien eu besoin de ces trois peaux de couguars pour être sûr de remplir ses objectifs.

Mais alors que Yanosa se perdait dans ses hypothèses, un regard penaud vissé sur le shinobi face à lui, ce dernier lui intima une proposition qui était loin d'être dénuée d'intérêt, une proposition inespérée à vraie dire, dans cette situation. L'individu abhorrait donc la chasse, mais n'avait rien contre la légitime défense, une nuance qui revêtait ici toute son importance et qui arracha un mince sourire gêné au "jeune Kikuta". L'offre était franche, mais elle supposait malgré tout la tutelle du shinobi pour surveiller ses faits et gestes, et tandis que Yanosa tournait lentement la tête en direction du couguar, dont on devinait à peine la présence derrière les fourrés, il se dit que cette partie de son interprétation du personnage de Kikuta allait se révéler assez épineuse. Il ne pouvait pas attaquer. Il ne pouvait pas non plus utiliser son épée, bien au chaud dans son sceau, ni même utiliser ses pouvoirs de guerrier qui feraient immédiatement voler en éclat sa couverture de chasseur délégué. Résigné, Yanosa brandit de plus belle son couteau, pliant les genoux et entamant une approche frontale suicidaire vers le couguar embusqué.

" Le fouet ou le martinet, tu parles d'un choix... Je respecte votre autorité m'sieur mais cette situation est vraiment... " dit-il à voix basse en tournant à présent le dos à son interlocuteur, son attention braquée sur sa proie, qui devenait pour le coup le chasseur.

A mesure qu'il approchait, Yanosa pouvait percevoir de plus en plus distinctement le souffle chaud du félin géant, revanchard et aigri de la précédente poursuite. Un pas, puis un autre... Le Nukenin ne cherchait même pas à couvrir leur bruit, bien conscient que l'enjeu de ce face-à-face meurtrier se situait ailleurs et serait d'ailleurs réglé en une fraction de seconde. Le silence pesant n'était à présent rompu que par les grognements sourds de la bête, impatiente de déguster ce repas qui lui était offert. Le jashiniste n'était à présent plus qu'à cinq mètres, à peine, une distance que le félin jugea plus que suffisante étant donné son gabarit. Sans autre forme de procès, il bondit alors, toutes griffes et crocs à l'affût, droit vers Yanosa et son pauvre kunai. Il connaissait ces bestiaux... Il savait où porter son coup, comment déchirer la jugulaire et stopper net l'animal empreint de furie, mais il n'avait clairement pas le droit à l'erreur. Le temps s'étira alors comme un élastique, le bras droit de Yanosa se tendant énergiquement vers sa cible tandis que son avant-bras gauche s'opposait à la gueule de la créature pour la bloquer au cou.

Tout se passa, à quelques détails près, comme Yanosa l'avait espéré. Le choc au sol fut lourd, très lourd, et le Nukenin dut redoubler de concentration pour ne pas laisser son henge se dissiper, écrasé qu'il était par le poids du félin, bel et bien mort. Ce qui s'était un peu moins bien déroulé, c'était sa tentative de garde. Au sang giclant du félin se mêlait en effet le sien, suintant abondamment d'une sérieuse entaille sur le flanc et s'écoulant de son épaule, où un croc avait réussi à se planter sur plusieurs centimètres. Non, il ne valait vraiment pas mieux pour le guerrier rouge que cette rencontre fortuite tourne au pugilat. C'était, à vrai dire, à présent hors de question. Yanosa, poussant quelques complaintes bien naturelles qu'il gardait d'habitude pour lui, tentait à présent de se soustraire à la carcasse encore chaude du couguar.

" Aaaahh ! J'ai mal ! Bordel, ce truc pèse une tonne... ! "




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 816
Rang : B+


Message(#) Sujet: Re: Partie de chasse ~ [Ouvert Konohajins] Dim 20 Oct 2013 - 16:01

    Le jeune Kikuta était du genre subtil et je m’étais fait avoir à mon propre jeu. Alors que je lui avais précisé que j’étais disposé à fermer les yeux en cas de légitime défense, celui-ci provoqua littéralement le félin par sa proche présence tandis que ce-dernier lui sauta dessus avant de se faire trancher la jugulaire retombant sur l’étranger, un croc qui semblait avoir été enfoncé profondément dans son épaule… Je souriais de façon ironique… Je me déplaçais lentement dans sa direction, une main dans la poche, l’autre balançant au rythme de mes pas. Une fois à ses côtés, je me mis accroupie et incliné la tête sur la droite montrant ma concentration sur ce qui s’était déroulé devant moi…

    Tentant de pousser le couguar en posant ma main sur ce-dernier, sa fourrure douce cachant une masse de muscle et de graisse conséquente m’empêcha de l’enlever de l’étranger… Je me relevai profitant de l’handicap de mon interlocuteur pour me mettre du côté ou le croc du félin s’était planté. J’observai la plaie avec grande attention avant de me rapprocher de celle-ci…

    « Ca m’a l’air sérieux dis moi… » Dis-je d’un ton ironique.

    Du bout de mes doigts, je caressais la blessure sur ces extrémités me pourléchant de voir ce spectacle sous mes yeux… Cela faisait tellement longtemps que je n’avais plus vu de sang… La couleur de l’hémoglobine me faisait tellement vibrer, l’odeur me frappait les narines… Je fermais les yeux inspirant un grand coup pour sentir cette odeur… Ma main n’avait pas bougé de la plaie de l’étranger… Tout s’arrêta net, je le regardais maintenant fixement avant d’enfoncer mes doigts dans la blessure de Kikuta…

    « Je n’apprécie pas réellement la subtilité dont tu as fait preuve… Par contre, tu viens de remettre mon compteur à zéro : cela faisait si longtemps que je n’avais pas vu, ni senti de sang… Le toucher à nouveau, le sentir, le voir… » Je frissonnais rien qu’à ces paroles… « Tu n’imagines même pas dans quel état ça me met… » Dis-je tout en me pourléchant…

    Je devais reprendre mes esprits, je retirais mes doigts immaculés d’hémoglobine de la blessure de Kikuta tandis que je m’adossai au couguar poussant de toutes mes forces pour dégager l’étranger de là. Concentrant mon chakra, la plante de mes pieds s’enfonça dans la terre mais le félin commençait à basculer avant de tomber sur le côté relâchant l’étreinte sur Kikuta. Reprenant mes esprits et mon souffle, je fis face à mon interlocuteur tout en lui tendant ma main pour l’aider à se relever… Le côté sombre de ma personnalité avait prit le dessus le temps d’un instant, ça ne devait plus recommencer : durant tout ce temps j’avais réussi à la contenir, résistant à la vue du sang…

    « Il faut éviter l’infection et stopper la petite hémorragie… J’ai ce qu’il faut dans ma sacoche pour les premiers secours, mais je pense qu’il faut l’intervention d’un médecin… Si tu le souhaites, je t’invite à venir à l’hôpital de Konoha sous ma surveillance pour t’y faire soigner, mais après ta partie de chasse, je suis d’avis qu’il serait préférable que tu retournes d’où tu viens… Qu’en penses-tu ? »

    J’avais chaud, je sentais que j’étais devenu blanc… Mes mains tremblèrent… Voilà une sensation que je n’avais plus vécut depuis pas mal de temps…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1914
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Partie de chasse ~ [Ouvert Konohajins] Lun 21 Oct 2013 - 0:42

Qu'il fut en train de feinter l'impuissance ou de simplement la subir, il fallait admettre que Yanosa n'était ici clairement pas à son avantage et qu'il se sentait plutôt mal à l'aise, coincé qu'il était sous cette carcasse de couguar géant. Il aurait pu, au prix d'un effort qui aurait trahi sa véritable nature, se dégager et décamper aussi sec. Mais l'individu, qui n'avait pas daigné se présenter et qui se dirigeait à présent lentement vers lui, avait manifestement le dessus en termes de vitesse et dans son état, une tentative de fuite serait peine perdue. Et quelque chose commençait à lui intimer l'idée que l'homme n'était pas plus enclin que cela à lui venir en aide. Le ton qu'il adoptait revêtait en effet une forme d'émotion, d'affect, alors que ses yeux se braquaient sur la plaie à l'épaule du Nukenin anonyme et sur le sang qui en émergeait. Yanosa fronça les sourcils, observant celui qui devenait presque malgré lui son tortionnaire poser ses doigts autours de sa plaie... puis les plonger à l'intérieur. Et que l'on soit un guerrier aguerri ou non, un tel traitement faisait mal, très mal, et si cela n'avait pas été pour son penchant naturel pour les scarifications et auto-mutilations en tout genre, le jashiniste aurait sans doute pousser un abominable hurlement. Résigné, ce ne fut qu'un râle profond et guttural qui s'échappa de sa bouche après avoir écarquillé les yeux de surprise, alors que sa vision de l'individu à côté de lui se troublait, dans les deux sans du termes.

En sus du flou qui lui voilà momentanément les yeux, Yanosa reconsidérait l'opinion qu'il avait de cet homme, résolument attiré par le sang et qui semblait lutter contre une bien sinistre addiction. Et d'une certaine façon, cette étrange facette que lui présentait là son tortionnaire intéressa le Nukenin au plus haut point. Il n'y avait en effet rien de plus vrai, rien de plus brute et d'aussi beau que de telles pulsions affichées au grand jour et malgré la douleur, le guerrier rouge dut se retenir d'afficher un léger sourire en coin jusqu'à ce qu'enfin les doigts étrangers ressortent de la plaie. Le « spectacle », pour ainsi dire, était terminé. Pendant que l'individu reprenait ses esprits et semblait adopter le comportement d'un adjuvant lambda, poussant et soulevant pour dégager Yanosa de son couguar géant, ce dernier vit plusieurs idées se bousculer dans sa tête. Encore une fois, Jashin avait placé sur sa route un être particulier digne d'un certain degrés d'attention et qu'il faudrait peut-être, un jour, d'une façon ou d'une autre, amener à contribuer à l'avènement du Nouveau Monde. Mais Yanosa n'eut pas le temps de penser plus avant à cette possibilité: le couguar n'était plus sur lui et une main, la même qui venait de lui retourner la chair, se proposait pour l'aider à se relever.

Yanosa ne pipa mot, préférant pour le moment vaguement donner le change en affichant une mine effrayée par la prestation pour le moins particulière de son hôte et acceptant l'aide proposée. Ses blessures n'étaient pas mortelles, loin de là, mais elles restreignaient quelque peu ses mouvement -tout du moins s'il désirait garder son corps en un seul morceau-.

« Je sais pas si... Enfin... Vous avez eu comme un coup d'sang j'ai l'impression, sans mauvais jeu d'mot, hein !... J'accepterais volontiers votre aide... Mais... Je crois que cette foutue bestiole m'a donné l'excuse qu'il me fallait pour pouvoir revenir bredouille si vous voulez mon avis... Raah, bordel ça fait mal... Je crois que ça ira, finit-il par dire en faisant mine de repartir en direction des côtes.

Yanosa ne comptait en effet pas demander son reste. Il avait réussi à négocier un virage relativement serré, au prix de quelques cicatrices supplémentaires, et avait décidé de s'en remettre aux peaux de renard pour rentrer dans ses frais. Il n'avait, à vrai dire, pas vraiment le choix. Mais alors que le jashiniste semblait s'accommoder plutôt bien de blessures qui auraient certainement accablé un simple chasseur, il ne put refréner l'envie d'envoyer une invitation au féru de sang qu'il venait de rencontrer.

« Tu sais... Qui que tu sois... Reste comme tu es. Un amoureux du sang comme tu sembles l'être ne peut que se révéler bénéfique à ce monde, et je serai ravi de t'aider à épancher ta soif...Si tel était ton désir. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 1914
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Partie de chasse ~ [Ouvert Konohajins] Mer 23 Oct 2013 - 19:45

Sans un mot de plus, il s'était retiré dans la forêt, jetant hasardeusement quelques regards en arrière pour s'assurer que le shinobi, dont il ne connaissait même pas l'appartenance avec certitude, ne le suivait pas. Avec le recul, Yanosa se dit que conclure son "entrevue" avec cet homme comme il l'avait fait comportait une part de risque inutile, dans sa situation, mais il n'avait pas pu s'empêcher de faire savoir, de façon légèrement sibylline, que leurs intérêts ou tout du moins leur passion pourraient un jour se retrouver. Cela, le Nukenin le souhaitait de tout coeur. En d'autres circonstances, dans un avenir peut-être pas si lointain, dans un contexte propice au pugilat le plus décomplexé qui soit, ils pourraient tout deux s'adonner à de violents échanges de coup sans se préoccuper de l'étiquette ou d'une quelconque forme de politesse. Yanosa n'avait certes pas dévoilé son visage, mais c'était une initiative inutile: lui saurait reconnaître le shinobi avide de sang. Quoi qu'il en fut, ce dernier ne sembla pas suivre le jashiniste d'une quelconque façon: Yanosa se hâta donc de vérifier ses pièges, injectant par intermittence de petites doses de chakra de feu dans ses plaies pour les cautériser. Les soins attendraient, si il y avait bel et bien besoin de soins...

Son historique de blessures lui permettait en effet, d'une façon ou d'une autre, de passer outre la douleur et la peur intrinsèque qui vous gagne lorsque vous posez vos yeux sur votre propre chair mise à nue. Après avoir frôlé la mort plus d'une fois, et de part sa connaissance approfondie du corps humain, le guerrier rouge savait quels mouvement faire ou ne pas faire, de quel délai il disposait avant l'infection et bien sûr du besoin ou non d'une tierce personne pour suturer ou opérer. En l'occurrence, pas de quoi l'alarmer: aucune artère n'était touché, la plaie à l'abdomen était presque superficielle et le croc n'avait pas atteint de ligament ou d'os au creux de son épaule. N'en restait pas moins qu'un manque de vigilance de la part de Yanosa pouvait aggraver ces blessures quasi bénignes, c'est donc à allure mesurée qu'il traversa la forêt, les peaux et matériaux insectoïdes déjà collectés chargés sur le dos. Et, à son grand bonheur, son savoir chasser avait fait mouche ce jour-là. Sur les cinq pièges à renard qu'il avait mis en place, trois avaient trouvé preneur. De beaux bestiaux, d'un gabarit bien plus modeste que les couguars géants et dont la peau était, au final, presque aussi chère à l'achat.

Sans se presser, sous le soleil de midi qui commençait à taper à travers les épais feuillages du bois, Yanosa dépeça alors les créatures, en soustrayant soigneusement la peau comme il l'avait déjà fait tant de fois sur d'autres animaux pour pouvoir se chauffer, durant les rudes hivers de Yukigakure notamment. Il ne manquait de rien, mais d'instinct, le Nukenin sauvegarda également les plus beaux morceaux de viande, assez peu garnis mais dont le fumet, il était dit, restait sans équivalent. Une expérience gustative de plus à venir pour le guerrier amateur de viandes rouges, qui reprit ensuite aussitôt sa route vers le port. Là, en début d'après-midi, il retrouva sans peine les contacts qu'il avait déniché lors de son arrivée au petit matin. Malgré le fait que les commerçants en question ne firent pas d'histoire pour payer les peaux et matériaux au prix juste, les quelques remarques lancées à son encontre par les acheteurs de peaux concernant sa démarche quelque peu "boiteuse" lui donnèrent une furieuse envie de laisser tomber le masque et de déchiqueter lui-même une partie de la population, à la manière d'un couguar géant enragé. Il se retint bien sûr et encaissa son argent, une somme suffisante, qui lui permit même de garder pour lui quelques carapaces et mandibules d'insectes géants. Traités comme il fallait, ces matières pouvaient tout à fait faire office de protections aussi diverses qu'utiles. Car si Yanosa il était vrai ne craignait aucune blessure, les handicaps en combat que certaines pouvaient entraîner, eux, étaient son pire ennemi. C'est donc avec des idées plein la caboche sur la manière dont il ferait usage de ces matériaux que le Nukenin reprit ensuite le large vers Nami, à quelques miles de là, prêt à rémunérer ses vaillants employés...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Partie de chasse ~ [Ouvert Konohajins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-