N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Premier Meurtre [rang A PV SHORD]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

Message(#) Sujet: Premier Meurtre [rang A PV SHORD] Mer 30 Oct 2013 - 14:52

ordre de mission:
 

Devenir plus fort est presque le moteur le plus répandu dans tout le monde shinobi. Tous ninjas, lorsque vous leur demandez quel est leur souhait caché vous disent un jour où l’autre, que ce soit au début ou en fin de carrière : je veux devenir le plus fort. Et pourtant qu’est réellement la force. On dit que la force va de paire avec la puissance du ninja. Mais savent-ils seulement ce qu’est la puissance. On peut être le ninja le plus fort du monde et ne pas savoir maitriser le ninjutsu, le taijutsu ou le genjutsu. Pour cela, il faut savoir se servir de sa tête comme aucun individu ne sait le faire. Il est aisé d’utiliser ses capacités intellectuelles dans un combat mais pouvoir analyser chaque acte, savoir où poser son piège et pouvoir déceler sur le visage de l’ennemi où se cachent ses faiblesses, ça c’est la vraie puissance. Moi, je ne suis pas un géni. Tout ce que je sais faire, c’est trancher et analyser. Je ne suis pas bon lorsqu’il s’agit de poser des pièges et je ne sais pas comment trouver le point faible de mon adversaire. Cela signifie donc que je vais devoir me surpasser pour acquérir une plus grande force et cela, je vais devoir le faire au détriment de ma santé physique. Mais mon amour du combat et de ma patrie peut franchir toute les barrières, même celles que m’impose mon corps…

Voilà déjà une journée que nous sommes partis. Je ne suis pas vraiment sûr de ce que nous faisons. Lorsque j’ai reçu l’affectation pour cette mission j’ai d’abord cru qu’il y avait eu une erreur quelque part. Certes je suis chûnin mais une mission de rang A ! Heureusement que mon coéquipier est un ninja que je connais bien parce que je ne me voyais pas faire une mission de ce calibre tout seul ou juste accompagné d’un officier présomptueux qui refuserait de collaborer efficacement. Mon compagnon pour cette mission, je l’ai appris en me rendant au port, est Kyu Shord, mon cher maitre. Celui qui m’a tout appris va donc avoir la chance de me superviser lors de cette mission. Je ne suis pas sûr si je suis heureux de le savoir à mes côtés ou si j’ai peur de le décevoir. Toujours est-il que le fait de connaitre son partenaire est toujours un plus dans mon métier je ne vais donc pas cracher sur cette opportunité.

L’ordre de mission était simple et concis. Il n’avait cependant rien à voir avec mes anciens contrats. Ici, la tâche était bien plus ardue et on me demandait clairement de tuer. Tuer… ce sera la première fois. Je me suis déjà préparé psychologiquement au meurtre mais je ne sais pas encore quel impact cet acte aura sur ma psyché. Même si je suis sûr que je saurais garder le contrôle de moi-même, je reste perplexe. Je n’ai pas envie de faire honte à mon maitre. Je suis chûnin à présent et ce grade vient avec de nouvelles responsabilités dont celle d’avoir du sang sur les mains. La mission consistait à décimer un gang et tuer leur chef tout en sauvant une femme s’étant faite enlevée lors de son mariage. Il fallait également retrouver un bijou : un diadème. Cette quête me faisait curieusement penser à ces jeux où il faut sauver la princesse, tuer l’ogre et rapporter l’anneau. Non pas que je trouve la mission ridicule. Loin de là ! La captive était certainement en train de souffrir le martyr et dieu seul sait quel genre de sévices ces porcs de pirates avaient pu lui faire subir. Mais son clavaire allait s’arrêter en même temps que ma lame allait plonger dans le cœur de ce fameux Gang Nin ! D’autre part, j’ai pu lire sur le parchemin que l’on m’a remis que ce chef de fripouilles possédait une lame intéressante. Que serait la vie sans tranchoir me direz-vous. Mais toujours est-il que passionné d’arme comme je le suis j’ai bien envie d’aller voir de plus prêt cette fameuse lame. Qui sait, peut-être m’amouracherais-je d’elle.

Nous sommes partis tôt ce matin. Shord et moi nous sommes retrouvés sur le port, nous avons échangés quelques banalités mais n’avons pas parlé de la mission en tant que tel. Je ne sais pas, peut-être était-ce le fait que ce serai notre première mission sérieuse en duo. Peut-être n’avait-il pas envie de me mettre encore plus la pression. Je sais que ses intentions sont toujours louables mais il est tout de même difficile à comprendre par moment. Nous embarquons sur le navire quelques minutes après nous être retrouvés. Pour cette mission, Kiri n’a pas vraiment sortit les grands moyens. Lorsque je demande au capitaine du voilier pourquoi notre embarcation est si petite, il me répond d’une telle façon qu’il me fait croire que la réponse était évidente : « Ben sur un petit bateau on vous verra pas arriver ! »

Nous embarquons donc et nous voguons sur l’eau pendant toute la journée. Je ne sais pas si c’est le fait d’aller loin ou quoi mais nous ne disons pas un mot de tout le voyage. Nous ne sommes que trois sur l’embarcation et pour cause, le voilier est déjà trop petit pour nous garder tous à bord. La mer est plutôt calme heureusement et nous ne ressentons pas trop les secousses. Vers la fin de la journée, lorsque le soleil commence à se coucher et que sur l’eau la lumière se reflète comme une toile de Monet ou de Rousseau, je me mets à délier ma langue, posant enfin la question que j’avais toute la journée dans la tête :

«Comment c’était votre premier meurtre maitre ? »

J’attends sa réponse avec impatience. Et pour dire les choses comme elles sont, j’espère qu’il me donnera les détails. Je ne sais pas pourquoi mais je sens que plus j’en saurais sur cet acte plus je serais apte à le gérer. Bien entendu, il m’est déjà arrivé plein de fois de vouloir tuer quelqu’un mais jamais je n’étais passé à l’acte jusqu’à maintenant. Qu’adviendra-t-il de moi une fois que je serais passé de l’autre coté de cette barrière que l’on appelle l’innocence ? Toujours est-il que je n’hésiterais pas, je hais les brigands et les pirates et à chaque fois que j’en vois un, j’ai le sang qui bouille intérieurement. Je n’ai nullement l’intention de me laisser impressionner par une bande de malfrat puant. Je sauverais cette diplomate, je récupérerais son bijou, je tuerais ce sal fils de chien et je repeindrais les murs du pays de Nami no Kuni avec le sang de tous ceux qui ont trempé dans ce crime!

Je ne m’en rends pas compte mais sans le vouloir, je me suis mis à respirer de plus en plus fort et mon visage à virer au rouge. Je crois que je suis allé trop loin dans mes pensées et cela, je pense que Shord l’a remarqué. Désormais je dois faire attention. Je me contente d’écouter mon maitre, cela va certainement me remettre les idées en place…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Premier Meurtre [rang A PV SHORD] Ven 1 Nov 2013 - 12:31

Une mission. On me la confie avec la personne que je choisis. Cette mission, n'est pas confier à l'homme qui régit la section dans l'ombre en cherchant à collecter encore et toujours des informations des plus intéressantes. Non, cette fois c'est l'homme qui a la responsabilité des affaires externes. Un enlèvement des plus importants fut fait aux yeux de toute. Beaucoup de Kirijin en ont eu la connaissance. Pour faire cours, un groupe d'hommes sous la tutelle d'un dénommé Gang Nin a enlevé en plaine cérémonie de mariage la fille d'un grand seigneur. Ce mariage était signe de joie et d'une fête réjouissant beaucoup de monde. Même des Kirijin furent venus pour voir cet évènement. Un évènement qui finit par un massacre d'homme. Les restants en sont choqués.

Quelle triste description pour une mission. J'avoue que si je mets la main sur un mec de ce genre, je lui tordre le coup. On me laisse le choix. Choisir une personne qui va venir avec moi. Je peux opter pour le Kage ou Aoji, mais si j'en fais la demande à ses deux idiots, il est certain qu'il m'enverrait voir ailleurs. Puis j'ai une autre personne en tête. Cet homme qui à notre dernière rencontre m'a avoué vouloir être épéiste. Je ne suis pas du genre à surestimer un homme pour la simple raison que cela peut le faire avancer dans son objectif personnel. Je le choisis aussi, car je le pense capable de beaucoup de choses. C'est donc sous mes ordres que la mission se met à débuter. Un petit voilier avec navigateur nous fait le trajet maritime. Le bateau semble solide et cela malgré le fait que ça taille ne permet pas d'avoir une ou deux autres personnes sans avoir une proximité gênante. Nous discutons de tout et de rien, comme beaucoup d'homme qui s'apprécie ont. Pourtant nous ne parlons pas de cette mission et cela malgré le haut rang qu'elle a. Planifier ce genre de mission trop en avance ne sert à rien. Souvent même dès le début de mission sinon beaucoup de changèrent s'opère et cela rend les actions plus difficiles à cerner. Pour moi, seuls quelques petits détails se doivent d'être sue. Du genre un lieu précis de rendez-vous si l'on se perd de vue, ou un signal d'alarme en cas de danger. Ce genre de détail pour moi devrons se faire quand l'on sera arrivé.

Après un certain temps à déverser, je vois mon élève devenir rouge et commencer à être pas mal excité. À la suite et surement en me voyant me gratter la tête, Katano se lance dans une question qui semble le perturber. Il veut savoir mon premier meurtre. Un sourire abaissé je me mis à me poser sur le fond de la barque et à mettre ma capuche sur ma tête :

Ce n'est pas une bonne idée que je t'en parle maintenant. Ça ne ferait que te perturber dans notre mission. Je t'en parlerais quand nous reviendrons de mission.

C'est vrai que je ne lui aie jamais parlé de mes histoires. Je ne sais même pas comme je n'ai pu le faire avec le temps que je passe avec lui. Surement le fait du sérieux que l'on mets dans nos entrainements. Puis en y réfléchissant nous n'avons rarement fait de sortie entre hommes pour la seule raison de se divertir. C'est bien dommage, mais là si je me dois de lui dire cela ne pourrait qu'être pénalisant et mentir n'est pas mon fort. Je le regarde puis réponds :

La seule chose est que tuer un homme, même s'il a tous les défauts du monde est un acte difficile. En le tuant nous continuons à engendrer la haine et cela même si cet homme est le pire des hommes. Il aura toujours des gens qui le soutiendront et donc voudrons une vengeance. Puis l'acte en lui-même nous montre une toute autre facette de notre personnalité. C'est loin d'être un simple geste ou un morceau de métal se plante dans la chaire. Je dis ça, mais ne t'en fait pas, si tu as à le faire tu t'en sortiras. Puis je suis ici pour te montrer le chemin, donc tu n'as pas à t'en faire. Enfin arrivé aux lieux nous nous reposerons et ensuite traquerons nos cibles. Au nombre qu'ils sont on n'aura pas de mal à les traquer. Les corps ne furent pas touchés, j'espère que tu as l'estomac qui tient bien à sa place car un cadavre qui n'a pas bougé depuis quelques jours ça sent fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Premier Meurtre [rang A PV SHORD] Ven 1 Nov 2013 - 13:47

La relation que peut entretenir un maitre avec son élève est assez singulière. En effet, toute la relation ne dépend pas que du prof mais également de son apprenti. Parfois, l’élève déteste son maitre et cela entrave gravement son apprentissage. D’autre part, lorsque le disciple est particulièrement proche de son maitre, les entrainements se font naturellement et le maitre n’a quasiment plus à demander à son élève de faire des efforts. Dans ce genre de situation, l’élève donne le meilleur de lui-même rien que pour que son professeur approuve et soit fier d’avoir un élève tel que lui. A cet instant, le maitre devient mentor, un modèle, un exemple à suivre. De toute évidence, il devient l’objectif à atteindre et donne à son apprenti la motivation nécessaire pour traverser tous les obstacles. Voilà ce qui fait un bon binôme professeur/élève : la proximité. Bien entendu, comme toute chose à ses avantages, elle a aussi ses inconvénients. Mais nous ne nous étendrons pas sur cela pour le moment dans un souci de contexte du récit qui n’est pas (encore) approprié.

Mon maitre et moi sommes toujours sur la mer. Je jette mon regard vers l’horizon, mon point de chute atteint une sorte de terre. Finalement, nous ne sommes pas si loin que ça de notre destination, je vois déjà la terre de l’îlot sur lequel nous devons accoster. Le pays des vagues. Voilà qui devrait m’être utile en combat, Maitrisant l’affinité Suiton, je suis quasi-sûr de partir avec un avantage vu que ce pays est entouré et parcouru par les eaux. Mon regard ne lâche plus le bout de terre et, tout en le fixant, je me mets à écouter le bruit des vagues. Quel bruit harmonieux et relaxant, je pourrais presque m’endormir. Pendant un instant, j’en oubli jusqu’à ce qui me faisait si peur il y a quelques secondes. Mon maitre n’a pas voulu répondre à ma question. Pourquoi, je me le demande bien. Sans doute se dit-il qu’il s’agit là d’une expérience que l’on doit vivre seul, sans préparation. Après tout, je m’en fais peut-être trop pour quelque chose de si banal. Tous les ninjas doivent un jour tuer quelqu’un et ça n’a pas l’air de beaucoup les affecter. Au final, tout est une question de perspective et de point de vue. Si on ne prend pas en compte le côté immoral, cela passe comme une lettre à la poste. Néanmoins mon maitre m’a également averti sur le danger du meurtre. Lorsqu’on tue quelqu’un, n’importe qui, on doit s’attendre, presque dans chaque cas, à des représailles sanglantes. Alors le cercle vicieux se referme et on passe sa vie à tuer, tuer et tuer encore. Tout cela est bien sanglant.

Le temps passe et, durant ce qui nous reste du voyage, nous échangeons des banalités sur le village, sur Yuki et sur les différents dignitaires de notre village. Nous accostons ensuite et nous descendons, Shord et moi, de notre embarcation. Le sable sous nos pieds est recouvert de cailloux. On ne peut pas dire qu’il s’agisse d’une plage à but touristique. Je jette un regard rapide à mon maitre, cherchant dans son regard l’approbation que nous pouvons nous reposer ici. Il me fait un non de la tête et nous commençons à marcher. Nous nous éloignons de la plage et trouvons un endroit propice à une halte. Nous nous arrêtons, posons nos affaires et sortons chacun une ration que nous dévorons. Il faut avoir le ventre plein si l’on veut tenir toute la journée et peut-être, ne pas dormir. Une fois le repas consommé, nous nous levons et nous mettons en route. Mon maitre m’indique du doigt la route et nous commençons notre randonnée. D’après les informations que j’ai perçues de celui qui m’a donné l’ordre de mission, le lieu de la cérémonie est une sorte de place en pleine air. Personne n’a touché au cadavre depuis leur sanglante exécution et, de mon point de vue, il s’agit d’un bon point. Nous sommes les enquêteurs, nous devons être en mesure d’observer les choses telles que les criminels les ont laissées.

Nous marchons quelques minutes avant que nos narines ne soient titillées par une odeur des plus désagréables. Je regarde autour de moi, vu que c’est moi qui suis en tête de notre convoi, et peut voir, à quelques dizaines de mètres, une sorte de structure blanchâtre. D’instinct je pars dans cette direction. Plus je fais de pas et plus l’odeur se fait puissante et nauséabonde. Nous arrivons finalement sur le lieu tant redouté du massacre. C’est en effet une sorte de place en pleine air avec des bancs, une estrade et des structures et des colonnes de pierres blanche. Quel endroit magnifique si barbarement souillé par le sang de toutes ces victimes. Pour être honnête, je ne suis pas vraiment dérangé par l’odeur. Certes, celle-ci n’est pas très plaisante mais je ne ressens aucun besoin de vomir en la sentant. Sans doute y étais-je habitué depuis mon enfance et je n’en ai aucun souvenir… Je commence à me déplacer entre les corps. Il y en a tellement que je ne tente même pas de les compter. Il y a des membres par terre, des mains et des pieds. Tous ont étés coupés vulgairement à l’aide de tranchoir ou autre arme blanche. Je ne peux m’empêcher de constater que tout ce travail manque cruellement de précision. En tant que sabreur, je peux aisément identifier le travail brouillon du travail d’orfèvre. Cependant, au milieu de cette boucherie irréfléchie, je remarque sur un homme placé au milieu de la salle, le dos au sol, une incision des plus précises au niveau du poignet. Cette coupure est nette et particulièrement propre. L’homme qui l’a accompli est très certainement doué d’une bonne connaissance des armes blanches et de leur maniement. Il m’a fallu longtemps avant d’être capable de trancher aussi précisément. Sans doute est-ce l’œuvre d’un sabreur dans le gang. Mais, en repensant à l’ordre de mission, je me rappelle qu’il y faisait mention du chef. Celui-ci, d’après l’ordre était possesseur d’une arme tout à fait unique. Serait-ce cet homme qui aurait causé cette coupure ? Je continue d’observer les corps et, au milieu de tous ces cadavres qui se ressemblent, je remarque que trois autres victimes sont serties de coupures similaires à l’œuvre d’art au milieu de la place. De toute évidence, ce chef de gang ne se contente pas de rester en arrière mais se bat avec ses troupes. Il aime le massacre, je le vois dans les yeux de ses victimes. Mais malgré cela, il n’aime pas salir le travail, il aime la précision. Ce n’est pas un bretteur quelconque, c’est un chirurgien. Des coupures et incision que je peux voir il doit être très doué à l’épée et au couteau, si ce n’est pas plus. A Kiri, les soldats de son espèce font directement parti du corps éclaireur. Surement agile comme un singe, il ne sera pas facile à appréhender et, encore moins facile à tuer.

Je me mets à sourire, je suis grisé par ce spectacle qui s’offre à moi et je dois avouer que j’aime l’idée de devoir affronter un individu dans son genre. D’ailleurs, je suis si absorber par mes contemplations que j’en oubli pratiquement mon partenaire. Je me relève, le cherche des yeux et lorsque je le retrouve en train d’examiner un cadavre qui s’ai fait coupé le bras, je me mets à lui faire mon rapport.

« De ce qu’on peut observer, je dirais qu’ils étaient nombreux. Certainement plus qu’une vingtaine. Je ne suis pas sûr de leur nombre mais je suis quasiment sûr que l’un d’eux est un très bon sabreur. Les diverses incision sur ce cadavre, celui-ci, et deux autres sur cette place ne peuvent avoir étés faites par un amateur. Le coup était net, particulièrement précis. Les artères et veines principales ont étés sectionnées. Les amateurs visent les organes vitaux comme le cœur ou les poumons. Les vrais sabreurs eux, savent que pour tuer une victime proprement et sans surprise il faut couper les vaisseaux sanguins. De plus, je dirais que cet homme fait certainement quelque chose avec les membres de ses victimes. Je ne sais pas si vous l’avez remarqué mais il y a ici une quinzaines de mutilés et on ne retrouve qu’environ dix membres dans toute la salle. On a l’impression qu’il y en a plus mais c’est le sang qui fait cet effet. Je dirais qu’il se sert des membres de ses victimes pour quelque chose même si je ne sais pas exactement quoi. »

Mon rapport est clair et je ne pense pas en avoir trop dit. Non, je crois au contraire que j’ai dit ce qu’il fallait. Néanmoins, il y a une question que j’ai cruellement envie de poser à mon cher maitre. Même si cela se rapproche plus d’une requête que d’une question : «Maitre, qui que soit ce sabreur dans ce gang, et je crois que c’est Gang Nin, je souhaiterais l’affronter seul. Ne me demandez pas pourquoi mais j’en ai vraiment envie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Premier Meurtre [rang A PV SHORD] Ven 1 Nov 2013 - 16:26

Le bateau nous amenant au lieu prévu. Le soleil n'est pas encore couché et donc nous ne nous coucherons pas. Après un petit temps de marche, une halte s'impose. Un arrêt pour se reposer du trajet, mais aussi pour manger. Nous ne devons pas être amenuisés à cause d'une mauvaise nutrition. Je me remets de nouveau à penser aux paroles de mon élève me demandant ma première expérience personnelle du meurtre d'autrui. Mon expérience ne fut pas un exemple à prendre même sans explication ultérieure de mon origine et de mon passé cela aurait pu causer des doutes sur la confiance que l'on peut me donner. Je préfère me taire, laisser ce passage s'obstruer pour le moment afin de lui dévoiler la vérité d'une manière plus facile à comprendre et surtout plus poser et moins risqué. Pour le moment, nous devons nous concentrer sur le moment présent sur la façon d'agir et sur nos cibles.

Plus le temps passe, plus le fait d'avoir choisis Katano pour me seconder dans ce travail est pour moi un bon choix. Un maitre d'arme aguerrie et qui sais garder son sang-froid et un atout majeur. Dans cette mission il n'y a rien de difficile à comprendre. On n'a pas à jouer finement. De une on les trouve, de deux on les débusque, de trois on sécurise la cible et en dernier on zigouille tout ce que l'on trouve et pour cela la lame de Katano va m'être d'une grand utilisé. Malgré, cela j'ai déjà entendue la notoriété de cette épéiste et elle est bien reconnue pour avoir la force d'une Juunin. Je ne sais pas si Katano s'en rend compte, mais cet homme qui dirige les opérations est un vrai danger. Pour le village, mais aussi pour nos deux vies. Après une longue marche au loin se dessine un toit blanc. Nous arrivons à destination une sorte de tente géante faite pour le mariage qui était prévu. Pourtant ces draps blancs furent tachés du sang de plusieurs invités. Une trentaine de victimes sur les cent invités. Ce genre de spectacle me dégoute au plus haut point. Voir des gens capables de faire de tels massacres sans la moindre vergogne c'est, immorale. Le visage d'une ou deux personnes me sont familiers et donc je peux en conclure que des Kirisien furent la victime de leurs sabres. Marchant en évitant les morceaux de chairs mutilés, je dis à voix haute :

Après nos recherches vous identifierais toutes les victimes, ensuite vous irez chez chaque proche pour leur annoncer la mauvaise nouvelle et ça que ses gens soit de Kiri ou non m'est égal. Vous traitez toutes ses personnes avec la dignité qu'il se doit. Dite aussi ça. Katano et moi-même faisons la promesse que toutes les personnes ayant fait cette atrocité payeront cher cet acte odieux. Pas vrais Katano ?

Je le regarde puis fis un hochement de tête avant de reprendre mes recherches. Après avoir observé graduellement les lieux, j'ai remarqué le nombre de membres qui semble manquer. Pourquoi plusieurs choses peuvent être à l'explication, dont certain plus probable que d'autre. Les deux qui me viennent pour le moment à l'idée. Celle de la nécromancie et l'autre d'une pseudo-collection. Bon, sauf s'il à la nécromancie comme faculté, le reste nous importe peu. Le nombre de personnes qui fus intégré dans le massacre, le souci de les suivre ne va pas du tout poser de problème. Pour le reste, je me pose proche d'un cadavre en vérifiant le chakra qu'il possède encore. Je vois que le flux fut changé avant la mort. J'attends donc que mon élève donne ses idées qui semblent plutôt bonnes. Pour les idées de coupure d'épée. J'ai rapidement vue, mais je ne suis pas un pro dans ce domaine et donc Katano a poussé l'idée de manière bien plus pofinée que je ne l'aurais faite. Vingt personnes dans leur groupe il dit ? Oui c'est le nombre que je donnerais aussi après ses dires je lui réponds :

Oui je pense aussi la même chose, à quelque chose prêt. Je pense aussi qu'il y a de grandes chances qu'un groupe est resté en retrait au cas où et donc nous devons les compter comme plus nombreux. Ils maitrisent aussi le Genjutsu, avant l'attaque toute l'assemblé fus plongé dans un Genjutsu. Surement un coup de ses prestidigitateurs.

La suite que dit mon élève m'étonne un peu. Enfin au premier abord, car je sais pertinemment que l'envie de combattre un homme d'un calibre des plus puissant est son dada, mais je ne pensais vraiment pas qu'il métrait cette envie en avant. Je le regarde, puis réponds :

Ce Gang Nin, ça réputation le précède, il est dit sur les peu d'information que l'on a qu'il pourrait affronter un Juunin de Kiri à arme égale. Je ne veux pas t'abaisser, mais il semble plus puissant que toi. Te laisser l'affronter seul serais une idiotie. Puis dans une mission on ne peut prévoir une telle chose. Prépare-toi à l'affronter, mais ne prend pas cet affrontement comme une nécessité.

La mission est claire nous devons éliminer cet homme et surement la totalité du gang si les arrêter ne peux être possible. Mes dires sont fermes. Je ne veux pas que Katano parte dans des idées qui peuvent le mettre dans une mauvaise position. Cette mission est surement la mission la plus dangereuse qu'il a eux à faire et donc je me dois de lui faire comprendre ce qu'il en est. Bien sûr, si la mission donne une tournure qui lui donne à affronter cet homme seul, je lui ferais confiance pour revenir vainqueur, mais de là à lui donner la promesse de le mettre sur un potentiel bucher, il est hors de question :

Ne soit pas impatient, tu auras beaucoup d'adversaire de valeur surtout avec les tensions qui commence à se montrer. La vie est un don des plus précieux, ne le gâche surtout pas.

Oui même s'il est Chuunin j'arrive encore à lui faire la morale et il se peut même que quand il sera Juunin ou même un grand épéiste je sois toujours amené à le remettre dans le bon côté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Premier Meurtre [rang A PV SHORD] Sam 2 Nov 2013 - 0:13

Le niveau d’un Junin… lorsque Shord m’annonce cette nouvelle, le désir d’affronter cet individu se fait encore plus pressent que tout à l’heure. J’ai toujours eu envie de faire mes preuves. Le fait que je puisse aujourd’hui me battre dans un combat à mort avec un ninja ayant ce niveau, cela m’excite au plus haut point. J’aime l’idée de prendre de gros risque et j’ai, de toute évidence, une âme de tueur aujourd’hui. Bien sûr, ce serait trop beau si cet homme était ma première victime. Cependant, pour me frayer un passage jusqu’à lui, il va bien falloir que je tue ses congénère. Cependant, l’objectif principal de cette mission est de sauver la fille. La mise à mort du ravisseur ne vient qu’ensuite bien que pour moi, les buts sont inversées.

Nous ressortons bien rapidement de la bâtisse en pleine air et nous nous mettons à la recherche d’éventuelles traces laissées par les ravisseurs. Tout en cherchant, j’essaye de faire l’inventaire de ce que nous savons sur les membres de ce gang si imposant. D’après ce que m’a annoncé il y a quelques minutes mon maitre, ils seraient aptes à utiliser le genjutsu. Cela fait donc d’eux des ninjas en quelques sortes. Nous allons devoir affronter plus d’une vingtaine d’entre eux avant d’arriver jusqu’au chef, si pas plus. Soudain, la perspective de l’échec vient titiller mes pensées. Je sais bien que nous ne seront pas aptes à les battre s’ils s’y mettent tous ensemble. Peut-être pourrons-nous en tuer dix mais nous périrons surement au bout de la dizaine. Nous devrons donc utiliser une approche plus subtile que le simple affrontement à la loyale. En cherchant bien, je trouve finalement une sorte de sentier où je peux distinguer quelques gouttes de sang. Sans doute les brigands, une fois leurs méfaits accomplis ont laissés le sang de leur victime s’écouler sur le sol. Je ne sais pas vraiment si c’est un piège ou une piste mais jusque là, c’est la seule option qui nous vient pour retrouver nos criminels : suivre ces gouttes de sang.

« Maitre, j’ai trouvé du sang par ici. On dirait bien que ces brigands se sont enfoncés dans les mangroves. »

Je n’attends pas particulièrement l’avis de mon maitre et je m’engouffre dans la végétation. Certes, cet endroit n’est pas une forêt comme une autre vu que le sol est humide comme de la boue et que les arbres sont remplacés par des mangroves de taille imposante. Je suis certains que si je me trouvais être un brigand, j e trouverais aisément un endroit dans lequel me terrer, moi et ma bande. Nous avançons en suivant les gouttes de sang pendant de longues minutes qui me semblent une éternité. Parfois, nous perdons la piste et nous devons nous avancer un peu plus pour la retrouver. Nous nous arrêtons finalement lorsque les gouttes, devenues très fines, disparaissent totalement devant une énorme mangrove, beaucoup plus grande que les autres. Celle-ci doit faire au moins 5 mètres de larges et il faudrait au moins vingt personnes pour l’entourer complètement. Je ne suis pas sûr de ce que nous trouverons derrière ce colosse végétal mais j’en ai déjà ma petite idée.

Moi et mon maitre faisons furtivement le tour de la mangrove et nous ne sommes pas déçus. Derrière celle-ci brillait un feu de camp avec autour, une dizaine d’hommes gueulant à plein poumon et savourant de la bière. Je cherche rapidement du regard mais je ne vois ni la fille, ni le fameux homme portant une épée. Cependant, près d’un coffre, au beau milieu de la foule, entre des dizaines d’autres bijoux et bagues en or, je vois le diadème. Je montre à mon maitre de la tête l’un de nos objectifs et je me demande comment nous allons faire pour décimer toute cette horde et surtout, où se trouve le reste. Sans doute ont-ils une autre planque où ils gardent les otages. Je ne sais pas vraiment ce qu’il faut faire mais je suis chûnin aujourd’hui, il faut donc que je prenne une décision. Je jette un regard rapide vers mon maitre et me met à grimper, via l’adhésion de chakra sur la mangrove. Une fois arrivé en haut, j’ai une vue panoramique sur l’ensemble de la clairière sans que personne ne puisse me voir. Il me faut décider d’un plan d’action et rien de mieux qu’une vue aérienne pour faire ce genre de choix. Je regarde quelques minutes la scène puis je redescend vers mon maitre.

« Nous n’avons pas le choix, il faut les éliminer tous en même temps. Nous n’aurons aucune autre chance. Il faut trouver un moyen de tous les tuer au même moment. Je propose la chose suivante. J’ai dans ma sacoche une oreillette et un micro. Je vous donne le micro, je place un brouillard aqueux sur la zone, vous sonder les ennemis et moi-même et vous me guiderez dans la brume. De mon côté, avec mes sabres, l’assassinat dans la brume devrait être une partie de plaisir. Qu’en dites vous maitre, on tente le coup ? Cela ne devrait pas prendre plus que trente secondes pour tous les exterminer si on fait ça bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Premier Meurtre [rang A PV SHORD] Sam 2 Nov 2013 - 14:12

Les missions sont des ordres donnés par nos supérieurs. Elles sont catégorisées selon leurs niveaux de difficulté et sont données selon le niveau de l'équipe. Les missions de rang D et C n'est composé que de tache sans risque potentiel pour les ninjas et autrui. Les missions de rang B sont en sorte un palier entre deux niveaux. Ils ont une difficulté et peuvent causer des pertes, mais cela reste des missions qui sont plutôt correctes et d'une difficulté médiocre. Les missions ou ça commence à chauffer c'est les missions de Rang A et S. Dans ses missions il faut vraiment faire attention à nos vies et à nos décisions. Une erreur peut nous mener à la mort. Après des recherches faites par mon disciple, il trouve des traces de sang. Je pars le rejoindre et vois de quoi il parle. S'en est navrant de voir comment ses mecs ne sont pas discrets. Je vais même conserver mes techniques sensorielles pour préserver mon chakra. Courant en cherchant les taches nous partons rapidement dans les lieux. Je vois mon élève après mes mots se réjouir encore plus de pouvoir affronter un tel adversaire. Pour ma part ça m'attriste. Éviter un combat est une victoire en soit. Cependant, même si un combat contre un valeureux adversaire et grisant, le fait de risquer sa vie pour rien est vraiment stupide. Pourtant je comprends bien son excitation, moi-même je la sens rien qu'à l'approche d'un combat des plus risqués Combattre l'homme qui a invoqué Sanbi fus l'un de ses combats palpitant dont j'ai risqué ma vie à chaque assaut. Je ne peux le blâmer, mais seulement faire en sorte qu'il contrôle cette envie et non l'inverse, car sinon un jour, il tombera dans un piège grossier par ça simple envie du combat.

Les taches arrivent jusqu'à une grosse plante. En la regardant et en sentant l'odeur de bois bruler la logique veut que derrière ça il y a nos adversaires. Enfin au moins une petite partit. Faisant le tour, on peut voir ses rigollots festoyer. Ils rigolent ils sont à peine cachés ? Plusieurs idées me viennent à l'idée, mais j'en vois qu'une qui semble logique. Un piège. Sinon pourquoi rester ici ? La fatigue ? Nous sommes arrivées largement après eux et ils auraient pu faire bien plus de chemin. Puis dix hommes ce n'est même pas le groupe au complet qui a attaqué pendant le mariage. Les traces de sang grossier. S'en est certain. Katano lui se met à réfléchir du fait de comment les attaquer. Je me mets pendant ce temps à voir une possibilité de fuite au cas où si j'ai juste. Mon sensoriel ne trouve personne. Montant rejoindre mon disciple, il me donne son plant. Dix hommes, je pense être capable de les avoir moi-même, surtout s'ils ne savent pas que je suis ici, mais son idée est bien plus sécurisante et trente secondes pour tousses les éliminer et une bonne chose surtout que nous économiseront du Chakra :

Tu as raison, mais dépenses le moins possible de Chakra et fais attention aux alentours. Je ne sens pas de présence, mais je sens mal le coup. C'est trop beau pour être vrais.

Mes mots dit, je fais signe de débuter l'opération. La brume de pose rapidement et à peine les brigands ont compris ce qui se passe que l'on se met à l'attaque. Je prends mon couteau à dépressage, puis l'imbibe de Raiton. La suite vous pouvez aisément la deviner. Je coupe artère et autre point qui peuvent tuer ses brigands. Bien sûr je faisais en sortent qu'il ait le temps de poser leurs mains sur les plaies pour qu'il n'en meure pas mais qu'ils soit neutraliser de mouvement. Cela en donnant les positions de ses cibles. Je peux voir comment se débrouille mon élève et je ne peux qu'être fière de ses exploits. La brume se dissipe le sol boueux s'imbibe du sang des adversaires qui se vide de leur sang. S'ils n'ont pas de soin rapidement, la mort sera leur libération. Avant que nous retrouvions la totalité de notre vision je sens comme des petites parcelles de chakra autour de nous :

J'ai l'impression que nous sommes encerclées, mais quelque chose me gêne dans ma perception.

La brume se dissipe et voilà que maintenant on peut voire une vingtaine d'hommes et se dénommer Gang nin nous entourer. Les rires de ses hommes se firent entendre. Je regarde cet homme qui tient cette lame légendaire. Ce qui est certain c'est que s'il était de notre village. Il ne perdrait pas le titre de sabreur tellement que son épée est connue. Cet homme tien un autre objet et en me concentrent dessus, je peux voir que c'est ça qui gêne ma perception. Ce chef de troupe se met à dire :

Hé, hé Voilà qui est intéressant, je savais que l'on allait nous mettre des personnes aux basques. J'ai donc préparé les lieux pour vous accueillir comme il se doit.

Pourquoi vous donner tant de mal. C'est vrai, prendre si peu de distances feront qu'après nous, d'autres hommes pourront se mettre à vos trousses c'est idiot.

Sauf si ce coup-là n'est pas le seul que l'on souhaite faire. J'ai laissé la femme plus loin, je compte l'abattre en banc public dans un village où il y aura assez de monde pour faire de moi un homme encore plus célèbre et vous savez quoi. Ce village n'a aucun Ninja pour m'arrêter Ha,ha,ha . Ils vont pouvoir vois les boyaux d'une noble. Voir l'homme qui a rigolé au nez des ninjas de Kiri. Votre village en prendra une sale renommée.

Tu penses vraiment y arriver aussi facilement ?

Bien sûr, car je ne vais pas participer à votre extermination et pendant que vous. Vous êtes occupé à combattre ses hommes je serais plus à portée pour que vous puissiez me traquer et cela grâce à ce magnifique collier que j'ai dérobé. Tu as dû t'en rendre compte non ?

Je ne réponds, pas je cherche à savoir comment je pouvais le neutraliser car dans ses dires il ne faut pas dire, mais il a raison nous sommes dans une impasse. Je regarde Katano puis réfléchis. Cet homme se mettant à partir les autres commence à rigoler. Je pose ma main sur le dos de Katano, puis dis :

Tu as intérêt à rester vivant.

Des ailes de dragon se mettent à se poser sur lui. Je ne sais pas si je suis capable moi-même de tuer autant d'homme qui possède des capacités de ninja. Leur aura ne semble pas être des hommes qui sachent vraiment bien l'utiliser. Mais sachant qu'ils ont le Genjutsu en possession Katano n'aurait pas pu faire grand-chose contre eux. Sera-t-il mon dernier affrontement ? Je vais perdre mon élève par une erreur grotesque ? Je ne peux le savoir. Par contre ce qui est certain c'est que notre peau, ils ne l'auront pas aussi facilement. De plus un professeur n'est pas là pour faire confiance à ses élèves ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Premier Meurtre [rang A PV SHORD] Sam 2 Nov 2013 - 16:45

Le plan est bien incrusté dans ma tête ainsi que dans celle de Shord. Je dois poser un brouillard aqueux sur la zone et bien que cela consomme habituellement beaucoup de chakra, je ferais en sorte de n’en consommer qu’une minime partie. Je n’ai pas le choix, il faut que je garde mes forces pour le reste de la bande. Je ferme donc les yeux, me concentre et visualise chacune des particules d’eau se trouvant sur le terrain. Je commence mes mudras et exécute ma technique tout en murmurant «Ninpô, camouflage dans la brume » Je réduis au maximum la quantité de chakra utilisée ce qui a pour effet de ne créer qu’une brume peu épaisse mais on ne voit pas suffisamment pour connaitre la position de ceux qui nous entoure. On ne distingue ainsi que des ombres et, si on est proche, des silhouettes. Une fois le sort lancé et, sans donner le temps à nos adversaires de se rendre compte de ce qui se trame, nous nous lançons dans un assaut fulgurant. De mon côté, j’écoute chacune des indications de Shord avec une extrême concentration afin de ne pas me tromper. Il m’annonce qu’un ennemi se trouve à quarante-cinq degrés sur ma droite, je lui enfonce mon tranchoir dans la peau. Je passe de brigand en brigand en prenant bien soin de viser certains organes vitaux pour certains mais qui ne les feront mourir que dans quelques heures. Ce n’est pas que je n’ai pas envie de les tuer mais leur fournir une mort rapide serait leur faire une trop grande faveur et puis, ils pourraient encore se montrer utiles pour la suite des évènements. Mon estimation temporelle était plutôt exacte, il nous faut environ vingt-cinq seconde pour en finir avec tous les malfrats. Dès que le massacre prend fin, j’annule mon sort pour ne pas épuiser plus longuement mes réserves de chakra. Il m’en faudra encore beaucoup pour m’occuper du reste de ces sales types.

Le sort est levé par moi-même et je manque de faire un arrêt cardiaque lorsque je vois que nous sommes encerclés de toute part par le reste de la bande de ce malandrin de Gang Nin. Je vois enfin son visage. Je ne m’attarderais pas dans une description de sa personne car je ne vois pas l’utilité de vous décrire un futur moribond mais son regard avait quelque chose de particulièrement malfaisant. Je n’aimais pas ce regard. On le voyait dans ses yeux, ce genre d’homme pouvait torturer des heures durant en prenant plaisir à sa tâche sans se soucier de l’ordre moral de ses actions. Ce genre de marginal représente tout ce qui va mal dans la société d’aujourd’hui et je me ferais un plaisir de l’éradiquer tel un vulgaire cafard !

Mais il y a plus urgent que mon désir de meurtre. En effet, nous sommes tombés vulgairement dans une embuscade et nous voilà dans de beaux draps. Je cherche désespérément une solution tandis que mon maitre tente de gagner du temps avec des questions posées au chef de la bande ennemie. Si nous ne faisons rien, nous finirons vite en déjeuner pour prédateurs de cette nature mais cela, il n’en est pas question. Soudain, alors que la conversation entre Shord et Nin trouve sa conclusion, je vois le bretteur s’en aller. Je ne peux m’empêcher de rager intérieurement. Cela nous prendra, même si nous le faisons vite, au moins une bonne vingtaine de minutes pour venir à bout de tous ces brigands. D’ici là, ce sale type aura déjà eu le temps de décamper. Soudain, la main de mon maitre vient frapper mon dos et je ressens comme une oppressante chaleur sur mon épine dorsale. De nulle part sortent alors des ailes de vapeur que je parviens, étonnamment aisément à faire battre. Je comprends directement à quoi mon maitre pense lorsqu’il me dit de ne pas mourir. Je lui fais un signe de tête confiant et fait un bond en l’air. Je n’ai pas besoin de faire d’effort, les ailes sont parfaitement aérodynamiques et me permette facilement de traverser le mur de brigands. Je profite de ma position aérienne pour balancer deux kunais dans la tronche de eux de ces bandits ce qui leur explose la tête. Et de deux ! C’est le moins que je puisse faire pour mon maitre après le cadeau qu’il m’a fait. Mais suis-je réellement prêt pour ce genre de combat ? Je n’en suis pas sûr moi-même. Aujourd’hui je mets ma vie dans la balance. De l’autre côté de l’appareil se trouve celle de Gang Nin. De quel côté pencheront les faveurs du destin ?

Je ne mets que quelques secondes à rattraper Gang Nin et je lui balance une ribambelle de shurikens alors que je me pose au sol. Il les entend venir et, alors qu’il était en train de courir de dos, se retourne dans un bond et bloque ma salve avec son épée. Quelle grosse épée ! Elle fait au moins deux fois la largeur de mes lames réunies. J’ai intérêt à faire attention à cet individu. A présent nous sommes face à face, immobiles. Il n’y a personne pour nous déranger, personne pour empêcher la mort de prendre l’un de nous aujourd’hui. Mon adversaire est plus vieux et a donc une plus grande expérience des combats que moi. Je suis incapable de dire si je suis en mesure de terrasser ce colosse mais en tout cas, si je n’y arrive pas, je mourrais en essayant. Pour le moment, nous nous scrutons. Aurore et sa lame blanche sont dans ma main droite tandis que ma main gauche est encore libre de ses mouvements. Crépuscule est encore dans son fourreau, je préfère ne pas la sortir tout de suite.

« Joli cure-dent que tu as là Nin »

Je dis ça d’abord pour lui faire comprendre que je ne suis pas impressionné et ensuite pour le provoquer un peu. Je ne sais pas si la démarche va fonctionner mais en tout cas, je décide de lancer le premier assaut. Pour le moment, je préfère attaquer à distance et voir comment mon adversaire va réagir plutôt que de me lancer dans un échange d’arme qui pourrait bien, vu la taille de son tranchoir, m’être fatale. En prenant avantage du terrain, je me lance dans une suite de mudras qui, je l’espère seront la clé de ma victoire.

«Mange toi ça ! Suiton trombe aqueuse.»

De la source d’eau derrière lui (il y a de l’eau partout sur le terrain) jaillit une grosse trombe aqueuse. Je suis sûr qu’il va tenter de la contrer avec son tranchoir c’est pourquoi je profite de la diversion de cette attaque pour en lancer une seconde, presque instantanément. Je ne veux pas qu’il puisse avoir le temps d’esquiver.

« Raiton Phénix de Foudre ! »

De mes mains sort mon énorme phénix qui va tout droit s’écrasé sur mon adversaire qui, surement après l’impact avec la trombe aqueuse s’est pris de plein fouet la décharge. Je profite de l’explosion électrique pour utiliser sur ce sale type ma technique de taijutsu de la danse de la lune, histoire de rester à distance. J’avais profité de l’attaque pour sortir Crépuscule de son fourreau. Je ramène après avoir senti le fait de perforer quelque chose, mes deux sabres à moi et je jette mon regard dans la direction de mon adversaire, là où la fumée commence à se dissiper.

Ailleurs dans le pays des vagues, les brigands font face à Shord et se mettent en cercle autour de lui. Il l’encercle littéralement. Pour le moment, aucun d’eux ne lance l’assaut. Il le scrute littéralement. La plupart d’entre eux sont stupides mais deux ou trois ont l’étoffe d’un chef et se décide à attaquer. Deux commence par foncer sur mon maitre, une masse à la main. Ils tentent de lui asséner un coup. Le reste des brigands eux, poltrons, restent en retraits.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Premier Meurtre [rang A PV SHORD] Sam 2 Nov 2013 - 19:02

Parfait Katano a réussi à passer et en même temps arrive à tuer deux des brigands, je n'en demande pas tant. J'espère maintenant qu'il va s'en sortir sinon je pense que je m'en voudrais éternellement. Enfin ce n'est pas le moment de penser à ça. Je me dois d'avoir une confiance aveugle en ses capacités et en ça résonnement, avec les entrainements que je lui ai fournis et la pratique qu'il à eux il a sa chance. Le temps passe et laissant un petit sourire sur le bord des lèvres, je me mets à dire :

Mhh vous être déjà plus que dix-huit alors que je n'ai même pas commencé. Je n'ai pas besoin de mon disciple pour vous mettre tousses K.O. Bon qui veut danser avec moi ?

S'ils s'y mettent tous, je suis mal barré. Je me dois d'éliminer quelqu'un et de prendre la tangente et de les éliminer discrètement. Je suis loin de maitriser les combats de front. Je suis plus pour tuer discrètement et repartir sans que l'on ne s'en aperçoive. Trois hommes se mirent à prendre du courage et à foncer vers moi. C'est très bien ça. Venez chacun votre tour tant qu'à faire. Ses hommes se mettent à foncer vers moi je pouvais voir deux ou trois autres se mettre à siffler. Je sens mon chakra perturber et donc j'use d'une technique pour rompre les sorts de Genjutsu. Je suis dans la panade. Ils doivent tousse connaitre ce genre de sort, je me demande même si ce n'est pas la seule technique qu'ils connaissent. Dans un sens ils méritent leur nom de bande. Le problème c'est que seul ou même accompagné avec le nombre qu'ils sont-ils peuvent aisément mettre sous Genjutsu le même nombre d'adversaires qu'ils sont dans le groupe. En gros j'aurais beau invoquer une invocation cela n'empêchera pas qu'il me faudra user perpétuellement de mon sort pour rompre leur Genjutsu et vus que je suis seul ils ne risquent pas d'être à cour de chakra. Pas comme moi. Je me dois donc de faire ce combat avec des techniques de bas étage, si je ne veux pas être épuisé trop rapidement. Trois hommes se mirent à prendre courage et à foncer sur moi, ces hommes munis de marteau se mettent à tenter une offensive. Ma lame toujours imbibée de Raiton je coupe le marteau en deux, tout en lui donnant un coup-de-poing dans le nez afin de pouvoir m'occuper des deux autres. Pendant qu'un autre se met à foncer sur moi. Celui-là, je me mets à l'ouvrir comme un porc. Une belle ouverture le long du ventre en pleins milieux. Cela fut bien assez profond pour que toutes ses entrailles se mettent à gire au sol. Prenant place avec le sang et les corps des hommes qui ne sont toujours pas morts. L'homme qui maintenant peux voir ses entrailles sortir de son ventre s'écroule sur un des hommes que j'avais ultérieurement tranché une artère pour qu'il ne bouge plus et qu'il arrête tant bien que mal son sang se sortir de son corps. Cette action étouffant l'homme avec le reste des entrailles qui viennent s'engouffrer dans la bouche et les narines de cet homme ne pouvant bouger. Une mort des plus cruelle et pourtant je n'ai guère le choix, c'est ça ou j'y laisse ma propre peau et autant le dire je préfère garder en vie un homme comme moi me battant pour les bonnes choses de ce monde que ceux de malfrat sans scrupule.

Le dernier homme. Il eux un bref petit arrêt en voyant son pote se faire ouvrir, puis tente sa chance sur une ouverture que j'ai laissée faire croire. Non je n'ai que leurrer un pseudo marque d'inattention pour reprendre les reines en esquivant le coup d'une arme, le temps qu'il tente de soulever son arme qui est maintenant au sol. Je me mets à sauter sur lui mettant mes deux pieds sur le dessus de son crâne qui vient s'écraser sur son propre marteau ce qui l'assomme. Je pris le marteau ce qui fait tomber la tête de l'homme au sol le laissant s'étouffer dans la gadoue qui est mélangé avec le sang de ses anciens compatriotes jusqu'à que son corps n'ai plus assez d'oxygène pour qu'il reste en vie. Il me reste se dernier homme que j'ai engourdi. Plantant la lame entre les deux yeux se fus je pense la mort la plus douce que j'ai dû donner dans ce combat. Les hommes autour de moi semblent comme furieux. Mince moi qui pensais que j'allais les effrayer, je les fais plus motiver qu'autre chose. Je me dois de prend mes jambes à mon cou. Faisant des signes incantatoires. Je me mets à faire jahir du sol une masse de vapeur faisant valdinguer toutes les personnes autour de moi ainsi qu'une parti du sang qui coulais au sol. Autant dire qu'il y avait une vraie marre autour de moi. Tous les hommes furent éclaboussés de sang et moi aussi. Autant dire que je ne suis plus vraiment présentable, car mon manteau et mes vêtements ainsi que mon visage et mes cheveux ont pris la couleur rouge hémoglobine, mais au moins j'ai pu prendre la fuite pour pouvoir éliminer ses mecs de manière plus furtifs.

Pendant ce temps. Plus loin Katano se bats contre son adversaire. Par chance il réussit à le rattraper grâce à l'idée et les ailes que Kyu lui a offertes. Pourtant malgré cela, l'affrontement n'est pas gagné. Je dirais même qu'elle semble difficilement portée à l'avantage du jeune sabreur. L'étendue du répertoire du malfrat Gang Nin est loin d'être comparable à celui du jeune katano. Même l'expérience et les affrontements qu'il eux sont aussi des atouts que notre héros ne semble pas porter de son côté. Katano se mettant à rattraper son l'adversaire qui semble lui être désigné par obligation. L'homme s'arrête après quelque lancé raté de son poursuivant, puis se mets à lui faire face. Une attaque venant de derrière. Un coup de sabre. Sa longue épée de couleur dorée. L'épée légendaire du nom de Cathos la lame des cieux. Le coup donné à la vague semble réchauffer par son coup. Une chaleur provoquer par la combinaison du reflet faite de la lame avec le soleil et de la chaleur de l'or produite pas se même reflet. Une arme redoutable pour la raison qu'elle est dite légendaire pour avoir la possibilité de maitriser la force des cieux. L'attaque de derrière maitriser l'homme rompt un sceau qui fait apparaitre devant l'attaque la jeune fille que l'on doit secourir. Une action qui fait prendre le coup de l'attaque a cette dame. D'un rire machiavélique l'homme se met à dire :

Tu veux faire le preux chevalier, tu n'as cas venir en plaine estrade, je me ferais un plaisir de faire de toi la première personne à mourir devant des milliers de personnes tu ne feras qu'augmenter ma réputation.

Oui, car c'est là qu'est la seule motivation de cet homme la réputation. L'homme prix la jeune fille dans les mains lui posant une lame sur le coup. Il est certain que si le jeune homme tente quoi que ce soit avant d'arriver aux lieux qu'il nomme « place publique » celui-là n'hésitera pas à tuer cette femme. Il veut et cela maintenant ne fait plus un plit faire du combat qui est maintenant inévitable entre le blond aux deux lames et lui un combat qui restera dans les mémoires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Premier Meurtre [rang A PV SHORD] Sam 2 Nov 2013 - 22:08

Parfois je me demande vraiment si le ciel ne cherche pas à me mettre des bâtons dans les roues. Moi qui croyais faire un combo parfait voilà que chacune de mes attaques se fait contrer et par n’importe comment. La première, la trombe d’eau, il la contre d’un simple revers de l’épée qui semble d’ailleurs devenir plus puissante au contact des rayons du soleil. La seconde, mon adversaire utilise carrément la personne que je suis censé sauver comme bouclier humain. Inutile de dire que la pauvre femme a morflé comme ce n’est pas possible. Se prendre un phénix de foudre en pleine face d’une telle manière, je me demande comment elle est toujours consciente, voir en vie. Je ne perds néanmoins pas le nord et continue de me concentrer sur mon objectif principal : écraser ce sale type dans l’heure et sauver la pauvre demoiselle qui semble, dans son étreinte brutale, souffrir douloureusement des brûlures que je lui ai infligé. Je regarde avec impuissance mon adversaire placer une lame sous la gorge de son otage. Il me somme de le suivre sous peine de saigner la pauvre femme comme une vulgaire truie. Je n’ai pas le choix, je dois céder à ses conditions. Je n’aime pas ça du tout. Je n’aime pas me faire tirer par la laisse comme un simple clébard. Je jure sur ma vie que cet enfoiré le payera !

Le malfrat me fait marcher longtemps, chaque pas me séparant un peu plus de mon maitre que j’ai laissé en arrière. Je me demande d’ailleurs ce qui a bien pu lui arriver. Nous sortons bientôt de la forêt de mangrove pour nous retrouver sur une place publique, une sorte d’estrade grandiose au entourée de gradin. Une fois que je monte sur l’estrade, le malfrat refile l’otage à l’une des ses petites frappes qui est là. Je ne pense pas que ce tiers est un brigand mais en tout cas, il a trop peur de Gang Nin pour s’opposer à la capture de la pauvre femme qu’il emmène loin de l’estrade et attache à un poteau en bois. Les hommes aussi lâches me font pitié. Ils me donnent carrément envie de vomir. Je ne sais pas ce qui me retient de descendre et de le cogner jusqu’à ce que ces globes oculaires ne sortent de leur orbite.

Je suis donc en face de ce très distingué Gang Nin. Je le fixe dans le blanc des yeux. Ici, il n’y a pas vraiment d’eau à proximité. Il va donc falloir que je donne tout ce que j’ai sans utiliser le Suiton. Ce combat prend une tournure des plus intéressantes. Je me bats contre un individu à première vue beaucoup plus fort que moi, avec un tranchoir à pouvoir, capable de renverser une situation n’importe comment et je n’ai pas usage de mes sorts aquatique. Disons que comme situation, j’ai connus mieux. Heureusement, ma grande force c’est la volonté. Et ma volonté est vouée à une seule et unique chose en ce moment : la mort de Gang Nin.

Nous sommes face à face, je lance l’offensive. Je dégaine Aurore et Crépuscule et commence à attaquer. Mon adversaire semble certains de gagner. Il n’hésite pas à interposer son énorme tranchoir sur la route de mes épées. Celui-ci est clairement renforcé par une force étrange. Je ne sais pas exactement comment il tire cette énergie du soleil mais je sais une chose, ce n’est pas une affinité banale. Je dois faire attention. Je continue en contrant avec un sabre son arme et en attaquant au niveau de ses flancs avec Crépuscule. Par chance, je le touche exactement là où il le faut. Certes il ne s’agit pas d’une entaille très profonde mais cela le fait quand même saigner. Je fais un bond en arrière et plonge ensuite mon regard dans le sien. Je croirais me voir en face d’un chien enragé. Les chiens enragés, on les fait piquer !

A présent, je décide d’utiliser la puissance de mes sabres. Via mon chakra, j’emboite leur pommeau l’un dans l’autre. Je me retrouve au premier abord avec une lance mais ce n’est pas ce que je prévois pour mon clébard d’adversaire. Il est temps d’utiliser le Haiton de mes sabres. Je détruis la lame de mes sabres que je transforme en petits grains de cendre que je modélise par la pensée. Je donne à ma double lame l’allure d’une grosse épée aussi épaisse que celle de mon adversaire. A présent, nous nous battons à arme égale. La sienne se termine en pointe, la mienne également. La cendre contre la lumière. Nous verrons bien qui de nous deux est le plus puissant.

Je fonce sur mon adversaire de toutes mes forces. Je commence à frapper de toutes mes forces. Contrairement à son arme, la mienne est très légère et particulièrement résistante. Voilà l’avantage d’avoir une arme qui n’est pas faite d’acier. Nous échangeons plusieurs passes d’arme. Dans ce genre de combat, la moindre erreur peut être fatale. Certes, l’homme en face de moi est très doué avec son gros sabre. Il parvient aisément, malgré le poids de son épée à contrer chacune de mes charges. Cependant, il commence à s’essouffler alors que moi, je m’amuse encore. Je prends plaisir à le forcer à contrer des attaques improbables pendant que je le pousse petit à petit vers le bout de l’estrade. Plus que quelques pas et il tombe. Il faut cependant que je fasse attention à ne pas me faire avoir à mon propre jeux. Le but n’est pas de le faire tomber mais de le tuer.

Dans l’une de mes dernières attaques, je passe mon tranchoir dans ma main droite. Certes, avec une main l’arme est plus difficile à manier mais je peux tenir quelques secondes. En libérant ma main gauche, j’en profite pour déverser du chakra dans ma chaine gauche et l’envoyer s’enrouler autour du cou de Gang Nin. Je le tiens enfin ! Malheureusement, même si je l’ai en ma possession, je suis incapable de le tuer dès maintenant, du moins pas à cette distance. Il bloque toujours la progression de mon attaque armée avec son épée. Je fais un bond en arrière tout en le maintenant avec ma chaine. Il profite bien sûr de cette fenêtre d’action pour tenter de briser la chaine. Cependant, le métal dans lequel est faite cette chaine est spécial, il ne peut être brisé que par ma propre épée.

« Tu es fait comme un rat Gang Nin. Tu vas mourir ! Il ne te sert à rien de menacer davantage l’otage. Relâche là et je consentirais peut-être à te donner une mort rapide »

Je jette mon regard dans le sien et je peux y voir la même fureur dont il avait fait preuve tout au long de la bataille. J’y vois également de la malice, la touche personnelle du malin qui s’est installé dans son cœur. Je suis presque sûr qu’il me prépare un mauvais coup. Mais c’est si bon de jouer avec le feu de temps en temps. Je prépare néanmoins une quantité de chakra en réserve au cas où il s’énerverait et tenterais une dernière folie. A présent, je sais que la victoire est à portée de main. Il ne peut rien contre mes sabres. Après tout je suis un épéiste. Mais je sens quelque chose de louche…

Ailleurs, plus loin sur l’archipel des vagues, les brigands se sont fait expulser par le Kirijin et sa technique à base de vapeur. Lorsqu’ils se relèvent, le ninja n’est plus là. Ils commencent à hurler et à gueuler comme des diables, cherchant partout autour d’eux. L’un d’eux tente de chercher plus loin mais il est vite rappelé par l’un de ses compères, sans doute le plus intelligent de la bande.

« Si tu t’éloigne, t’es mort, moi je te le dis. Restons groupés et il ne pourra rien faire. Attendons le retour du boss. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Premier Meurtre [rang A PV SHORD] Dim 3 Nov 2013 - 20:08

Me voilà maintenant éloigné et hors de vue de ses hommes. Je suis bien plus dans mon élément comme ça. Pouvant tuer ses hommes de manière furtive. J'étais posé plus loin, regardant ce que propose ses hommes se séparer ou rester tousses au même endroit. Ils décident de rester ensemble. Avec ma position, j'aurais très bien pu partir voir si Katano se débrouille, mais je ne saurais pas trouver leur trace et cela à cause de ce satané pendentif. Je n'ai donc qu'à lui faire confiance et d'éliminer ses types. Me mettant sur l'arbre le plus proche, je monte le plus haut possible gardant mon anti Genjutsu des sifflements pouvant me mettre dans le pire des sales draps. En hauteur, je me mets à prendre tous les parchemins explosifs que j'ai et les attaches toussent sur trois Kunai. Trois Kunais que je lance aux milieux de la troupe. L'explosion fait plusieurs morts et d'autre avec des jambes en moins. Il n'en reste plus que dix. Dix hommes aptes au combat qui se sont maintenant séparés. L'explosion faisant une déflagration, les mecs qui sont encore intacts se voient projeter tousses plus loin. Une action qui sépare ses hommes encore en état. Ceux ayant perdu leurs jambes ne pouvant plus faire grand-chose que beugler et donc me permettre de me mouvoir sans que l'on ne m'entende, de plus que de poser une ambiance encore plus tendue dans le sein de leur groupe. S'autant sur une autre branche, je me mets à me poser juste devant un autre. Je prends une ficelle de ninja fait d'un métal résistant. Je regarde l'homme qui est juste sous l'arbre. Je lance un Kunais qui est attaché à ce fil. Je me mets à le lancer en sorte que la ficelle se met à s'entourer autour du cou de ma cible. Cela fait, l'homme peut toujours tenter de l'enlever. J'agrippe la corde, puis d'un coup je me mets à sauter de la branche pour pendre l'homme. Ma respiration lente, je regarde l'homme monter à la même allure que je descends. À quelques centimètres du sol, la tête de l'homme se sépare du reste du corps, laissant une parti de la colonne vertébrale se balancer sous la tête. Le corps inerte tombe comme un point mort. Moi j'attache la ficelle pour que si l'un d'entre eux se met à voir la tête, qu'il crie de peur et donc révèle ça position. La chute du corps fit du bruit et plusieurs regards arrivent en ma direction, mais je ne laisserais pas une seconde fois me faire encercler. Reprenant la voix de la hauteur, je courus de branche en branche jusqu'à ma prochaine cible quand je la vois. Je ne perds pas de temps en banalité et lui saute dessus sans même lui laisser le temps de comprendre. Une main sur la bouche, l'autre tenant un Kunai qui lui est planté en plein cœur. Ma main touchait son torse et sent les derniers battements de son cœur battre. De plus en plus lentement jusqu'à la fin.

Plus que huit. Je ne dois pas rester ici. Se fus trop tard, je croîs que mon saut ne fut pas assez discret. A peine j'ai eu le temps de me relever qu'une flèche se plante dans mon épaule. Merde. Voilà une chose qui a compliqué encore plus les choses. Je regarde l'homme qui semble vouloir remettre ça. Le Kunai en main. Je me mets à lui lancer l'arme qui vient se planter dans sa main tout en faisant une belle entaille sur une bonne partit du bras. Me cachant derrière une souche, je me traine pour trouver une autre planque qui ne sera que plus difficile de me croire là. Le cri de l'homme fait rappliquer deux autres qui viennent voir ce qui se passe. Lui demandant ce qu'il se passe. Il donne la position de la souche ou je me suis planqué juste avant celle où je suis maintenant. Elle est à peine à deux mètres de ma planque. Je respire, puis regarde les hommes s'avançant lentement avec les mains qui tremblent. J'ai réussi à leur poser la peur dans leurs âmes. C'est une bonne chose, mais le fait qu'ils commencent de nouveau à se réunir est une chose moins bonne. Faisant des signes incantatoires, je me mets à préparer une technique celle qui me donne dix petits dragons téléguidés. Quand ses deux hommes furent proches, je me mets à lancer ses dragons sur l'un des deux hommes exactement cinq sur lui et les autres sur l'homme blessé. Pour le dernier, je m'occupe de lui directement. Mon arme à dépecer, je plante cette lame qui est arrondie à l'extrémité sur le haut du crâne. Ceci fut fait tellement profondément que l'on peut voir la lame ressortir par la bouche. Laissant l'arme ou elle est, je lâche le cadavre pour attaquer l'autre homme à côté. Je donne un grand coup de poing dans l'abdomen de celui juste à côté tout en relançant un Kunai sur celui qui est éloigné. L'homme au loin mort d'un Kunai planté sur le visage, il ne me reste plus qu'à finir se dernier. Il ne reste plus que cinq hommes en vie. Ce n'est plus qu'une formalité.

Katano lui de son côté semble plus que bien partit dans son combat. Un combat qui semble plus aisé que ce que son maitre ne le pensaient. La foule garde leurs souffles de peur que cet avantage ne change de main. L'homme étant au bout, prêt à avoir le coup de grâce ne semble pourtant ne pas avoir peur. Pourquoi ? C'est simple, cela se voit même dans ses yeux, il a un dernier atout dans la poche. Son arme brandit, d'une main sur le côté, il semble désarmer et à la merci de notre brave héros. Pourtant après quelques petites secondes le soleil tapant sur l'arme une sorte de raison se met à apparaitre par le reflex du soleil et de l'arme allant en direction du guerrier de Kiri. Ce projectile est clairement menacent et semble vraiment puissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Premier Meurtre [rang A PV SHORD] Dim 3 Nov 2013 - 23:41

Il y a une erreur commune à presque tout les shinobis, quel que soit leur âge et quel que soit leur sexe. Parfois, au cours d’un combat le plus souvent, ils font preuve d’un peu trop de vantardise et donne à leur adversaire la possibilité de répliquer une dernière fois avant de le mettre à mort. C’est là la plus grande erreur qu’un ninja peut commettre. Un homme qui est déjà à bout de force n’a plus rien à craindre, puisqu’il n’a plus rien à perdre. Il sait pertinemment que son heure est arrivée. Il va néanmoins tenter quelque chose pour ne pas partir les mains vides. Voilà pourquoi on retrouve parfois des ninjas revenant de leur mission avec le cadavre de leur compagnon dans les mains. Ce genre de morts ne sont dû ni à la bravoure des uns, ni à un acte héroïque. Ils sont simplement la cause d’un surplus d’orgueil et d’une erreur grossière stupide. Cependant, peut-on vraiment blâmer ces vantards de shinobis ? Cela est si bon de se vanter parfois…

Je n’aurais pas dû lui laisser une occasion de riposter ! La lame de mon adversaire est pointée vers moi et je sens bien qu’il se passe quelque chose. Je n’ai pas le temps de retirer ma chaine… Je ne sais pas comment je vais m’y prendre. Tout d’un coup, un rayon lumineux sort de l’épée. Qu’est ce donc que cette attaque. Le rayon à l’air très puissant ! Un simple contact avec lui devrait m’infliger d’énormes dégâts. Je ne sais pas comment je vais faire pour esquiver, je ne peux pas partir très loin vu que son cou est attaché à ma chaine. Je n’ai pas le choix, je lance mon épée dans les aires et effectue des signes incantatoires. Cette technique va puiser profondément dans mes réserves mais c’est mieux que de mourir bêtement à cause d’une idée stupide. J’ai à peine le temps de lancer mon sort que l’éclair lumineux vient me percuter. Un énorme flash de lumière recouvre alors la scène. Je ne sais plus vraiment si mon adversaire est en face de moi mais je sens clairement qu’il essaye de se défaire des liens de ma chaine.

« Inutile. Cette chaine est indestructible, je crois te l’avoir déjà fait comprendre. Tu n’as plus aucune chance de t’échapper. Cette fois, je vais t’écraser. Tu vis tes derniers instants. »

Mon armure de foudre est la seule chose que mon adversaire peut voir lorsque le flash se dissipe. Je le regarde d’un air supérieur. Apparemment sa technique n’était pas suffisamment puissante pour détruire mon armure et m’écraser par la même occasion. Je ne sais combien de fois cette protection m’a sauvé la vie jusqu’à maintenant mais il faut dire qu’elle est particulièrement utile. Ce n’est pas tout les jours que l’on peut se sauver soi-même la vie. Je m’approche lentement de ma victime. Il semble avoir compris qu’il ne survivrait pas. Je peux voir dans ses yeux la résignation de celui qui comprend qu’il va mourir. Tout d’un coup, je ressens comme un sentiment de pitié. Je ne sais pas pourquoi mais je n’ai pas vraiment envie de le tuer. Cet air abattu m’en a retiré tout le plaisir. Soudain, je ne vois plus la foule. Il n’y a que moi et mon adversaire dans un univers parallèle. Je le vois, la tête baissée, il attend sa sentence. Je dois bien trouver la force de le tuer car je ne peux pas me permettre de lui laisser la vie sauve. Je saisis son sabre de ses mains et lui dit ce qui sera surement ses dernières paroles écoutées.

«Tu t’es bien battu soldat. Tu as vécu en brigand mais tu meurs comme un homme de valeur. Trouve la paix avoir purgé tes fautes. C’est tout ce que je te souhaite. »

L’épée de lumière s’enfonce dans l’épaule de mon adversaire avec facilité, le tuant sur le coup. Le corps jusque là à genoux tombe au sol dans un lourd bruit sourd. Je n’aime pas donner la mort de cette manière. Si j’avais eu le choix, je l’aurais laissé vivre, ne serais-ce que pour la hargne qu’il a mise au combat. Certes, c’était le pire des salopards mais tout de même, c’était un guerrier, à sa façon. Le corps est au sol et j’entends alors une foule en délire applaudir et hurler sa joie. Je ne peux pas leur retirer cette satisfaction après ce qu’ils ont certainement vécu à cause de Gang Nin et sas bande. Je n’y prête néanmoins pas attention et je fais un signe à l’homme prêt de l’otage pour qu’il la libère. Je laisse le chef déchu sur la scène et je redescends pour aider l’otage. Je profite de cette occasion pour faire face à l’homme lâche que j’ai lu tout à l’heure.
«Vous allez donner une sépulture descente à cet homme où je met votre village à feu et à sang la prochaine fois que je viens. »

Je lui fais peur et il acquiesce nerveusement de la tête. Je m’approche de l’otage, m’assure qu’elle n’est pas blessée et lui dis :

Nous allons devoir retourner dans la forêt. Je dois voir ce que mon maitre fabrique. Vous devriez rester avec moi. De toute façon, vous ne craignez plus rien à présent. Gang Nin était le seul qui représentais une réelle menace pour vous autres. D’ailleurs je suis désolé pour votre mariage. »

Mon ton solennel témoigne de mes pensées profondes et de ma compassion vis-à-vis des épreuves qu’elle a vécues. Mais je n’ai pas de temps à perdre dans des phrases sentimentales, il faut que je retourne voir ce que fout mon maitre. Nous devons retourner au pays après tout !

De son côté, Shord s’en sort bien. Il ne reste plus que 5 brigands. L’un deux possède le diadème qui permet de brouiller les sorts de repérage de Shord et c’est d’ailleurs celui qui semble le plus fort. En effet, il est noir et fait près de deux mètres. Les survivants se sont réunis pour ne pas se faire avoir comme les autres… Comment notre héros les exterminera-t-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Message(#) Sujet: Re: Premier Meurtre [rang A PV SHORD] Lun 4 Nov 2013 - 17:12

Larme, douleur, déception, peine. Voilà ce que font certaine personnes à autrui et même certain en prennent plaisir. Comme quoi la nature humaine n'est pas toujours aussi pure que ce que l'on veut nous faire croire. J'avais devant moi ce genre de type. Des gens sans scrupules qui font ça pour des raisons personnelles. Souvent pour des idées idiotes et sans valeur. Aujourd'hui, j'ai donné la mort à plusieurs personnes et d'autre des blessures dont ils ne devraient pas se relever. Dans mes cibles restantes j'ai encore cinq hommes à abattre. Mon sang coule et je sens comme une paralysie au bras. Il y avait du poison sur l'arme ? Ça semble être un poison paralysant. Si c'est le cas mon bras risque d'être paralysé pendant un sacré moment. Enfin je n'ai donc plus la possibilité de mouvoir mon bras gauche et j'ai encore cinq cibles qui semblent en plus être de nouveau ensemble. Plus que cinq, je dois bien pouvoir y arriver. Je me dois de faire ça vite. Je fis un garrot à ma plait puis repart en chasse. Des hommes se parlant me donnent leur position. Ils sont donc bien cinq et ses cinq hommes sont tousses réuni en un seul point. Ce qui est encore plus gênant c'est que dans le lot il semble en avoir un qui semble un poil plus puissant que ses amis. Cinq Kunai, vingt Shuriken, vingt senbon et là un peu moins de la moitié de mon chakra. Je me dois d'être tout de même prudent. Je me mets donc à poser une forte brume qui faisait que même les membres de leur groupe ne se voient pas les uns des autres.

Je me mets aussi à user d'une technique de perception. Dans tous les cas se sera mes dernières techniques. Bon, j'y vais, courant vers mes adversaires, je me mets à prendre le sabre d'un de mes ennemies tout en me glissant derrière son dos collant le mien de dos sur le sien. Je me mets à trancher le coup d'un de ses brigands à côté, ce qui fait rouler la tête pour pousser le pied d'un autre qui en le regardant se met à pousser un cri. Pendant que le grand costaud se met à vouloir me donner un coup de marteau j'utilise l'homme que je tiens comme bouclier. Il en recrache même ce boyau avec la force de l'impact et moi-même avec cette défense j'en ressue un sacré coup dans la colonne vertébrale. L'impact me fait voler sur un autre adversaire que j'égorge rapidement à l'aide d'un Kunai. Par la suite, je lance sur celui qui à braillé en voyant la tête de son amie une vingtaine de Shuriken. Juste après mon lancé, le balourd se met à me donner un coup en pleine tête. Je n'entends plus rien d'une oreille et je suis totalement déboussolé. Il reste qu'un seul brigand. Bordel, je les avais presque tousses eux. Je me mets à tenter de fuir en vain. Je reçus un grand coup de pied dans les côtés. Trainant au sol, je m'approche d'un arbre au rire de mon bourreau. Je me retourne assis sur les racines avec le dos posé sur le tronc. L'homme s'avançant se met à dire :

Tu vas payer pour tous mes potes.

Tu croîs ? J'ai tué dix-neuf hommes et tu penses qu'à toi seul tu peux me vaincre ?

Tu t'es vu tu es à bout. Je vais t'achever rapidement.

Un petit sourire sur mes lèvres quand l'on entend le son d'un débranchement de piège. Un piège que j'ai posé au cas où si j'étais mal parti. Un peu comme dans cette tournure. À peine l'homme se met à regarder en hauteur qu'il se voit tomber dessus une trentaine de Senbon. Son corps s'écroule par terre je ne bougeais pus. Il me faut reprendre des forces avant de repartir. J'attends Katano. Enfin, j'espère qu'il s'en et sortit lui aussi. Je me mets à tenter de bouger mon bras paralysé, puis vois que la paralysie commence à s'estomper. Après une petite demi-heure d'attente j'entends du mouvement. Je sens le chakra de Katano et la présence d'une jeune femme à côté de lui. Avant qu'il n'arrive à mon niveau je commence à dire d'une voix forte :

Katano, arrête-toi.

Maintenant qu'il a dû arrêter son avancée, je me mets à tousser une fois puis à redire derrière mon arbre :

Bravos, tu as donc réussi à mettre à terre ton adversaire. S'en est de même des brigands. Enfin, je te laisse terminer la mission. Pose l'arme de ton adversaire si tu l'as. Sinon, j'irais la chercher. Je te laisse ramener cette charmante dame prés de son époux dite lui que j'ai le collier et qu'un ninja de notre village viendra lui apporter. Je ne suis pas vraiment présentable Katano donc je vais rester caché. Madame a assez vu d'horreur pour une journée qui aurait dû être des plus joyeuse. Je te demanderais pour la même raison de faire un décalage d'une centaine de mètres au sud avant de reprendre la route.

Après tout, je suis imbibé de sang. Je ne peux me présenter de cette manière face à cette femme. J'attends donc que ses deux-là partent pour finir la tâche ingrate de notre travail. Celle de faire disparaitre les corps et de récupérer ce que l'on doit prendre. Soit cette épée si légendaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Premier Meurtre [rang A PV SHORD] Lun 4 Nov 2013 - 18:53

Enfin… je peux dire que cette mission à été particulièrement difficile. Elle méritait amplement son rang de mission A. Je ne peux qu’être fier de mes performances aujourd’hui. Néanmoins, même si j’ai accompli ma tâche, il me reste une dernière chose à accomplir. Ramener la gentil dame chez son mari et les laisser être heureux jusqu’à la fin de leurs jour. Mais peut-on vraiment être heureux lorsqu’on a vu des choses comme celles qui se sont produites sur cette île ? Je ne sais pas vraiment. En fait, je préfère ne pas y penser. Me laisser aller au sentimentalisme avec toutes les victimes de mes missions m’amènerait bien vite à la fatale issue d’ouvrir un établissement pour traumatiser quelque part dans le pays de l’eau. Mais je suis ninja et même si je suis sensé garder une distance avec ces personnes là, je ne peux m’empêcher de compatir quelque part avec eux. Je ne suis pas une simple machine, je comprends ce qui les pousse à sauter des ponts et je me dis que peut-être, je pourrais faire quelque chose. Mais le combat d’un shinobi se fait sur le champ de bataille et non dans la tête des gens. Cela, je l’ai compris lorsque j’ai tué Gang Nin.

Gang Nin… mon premier véritable meurtre. Et quel meurtre. L’homme m’a vraiment offert un combat spectaculaire. Tout le long de la route qui me mène à la maison de la pauvre femme, je ne fais que repenser à ce magnifique affrontement qui m’a laissé, et c’est peu de le dire, une magnifique trace. J’ai aimé combattre à mon maximum pour finalement remporter la victoire. Je ne dis pas que j’ai pris du plaisir à tuer surtout en voyant la résignation de mon adversaire. Quelque part j’aurais aimé qu’il reste un moins que rien jusqu’à la fin de notre affrontement. Je n’aurais ainsi pas eu à me demander si je ne l’ais pas tué trop vite.

La femme, une fois chez elle saute au cou de son mari et la scène à quelque chose de particulièrement émouvant. Me dire que j’ai contribué à ce genre de retrouvaille me fait vraiment quelque chose. Je leur annonce avec fierté que leurs agresseurs sont bel et bien morts et que nous avons retrouvé le fameux bijou. Je leur explique ce qui s’est produit sans pour autant rentrer dans les détails et puis je décampe. Je vais retrouver Shord près de notre embarcation pour rentrer au village. Peut-être qu’un de ces jours il me parlera de son premier meurtre… mais pas aujourd’hui, j’en ai assez vu !

Mission terminée!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Premier Meurtre [rang A PV SHORD]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Nami no Kuni-