AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les trois Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Un air de déjà vu [ Rang C ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Informations
Grade : Bras droit de l'Hokage - Chef de la Racine
Messages : 1444
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Un air de déjà vu [ Rang C ] Jeu 31 Oct 2013 - 20:47

Ordre de mission
Spoiler:
 

C'était un matin comme les autres qui commençait. Pas de flèche embrasée traversant sa vitre pour se ficher entre ses jambes et enflammer la couette de son lit, pas de sauvage aux cheveux roses enfonçant les portes de sa maison pour le trainer dans la boue encore en pyjama sans son accord, pas d'oiseau le tirant hors de son lit bien plus tôt que de raison pour lui confier une mission à l'autre bout du pays en plein hiver. Non, rien de tout cela. Juste un soleil presque estival émergeant lentement d'au-delà l'horizon, et réchauffant de ses premiers rayons le visage de Natsuki. Leur douce caresse l'incita à ouvrir ses yeux pétillants de vie, et à quitter sa couche, prêt à se lancer dans ce jour nouveau qui s'annonçait très bon. Comme toutes celles qui ne débutaient pas une catastrophe, un cataclysme, ou un imprévu très embarrassant, la journée sera consacrée par le ninja à la maîtrise de la nouvelle technique dont il avait acquit les bases il y a peu au cours d'une formation... particulière à l'Académie des Shinobis. Comme le climat semblait clément, et même plus qu'agréable – un ciel bleu à peine clairsemé de quelques rares nuages blancs – l'héritier Nara avisa de s'exercer du côté de la forêt aujourd'hui. Les arbres lui offriront un ombrage plus que bienvenu lorsque la température montera, et suffisamment d'intimité pour que tout le Village de la Feuille ne soit pas au courant de l'information d'ici deux jours.

Du moins, c'était ce qu'il avait planifié lorsque ses pieds s'enfoncèrent dans l'épais tapis qui bordait son lit. Car une heure plus tard, lorsqu'il ouvrit la prote d'entrée de chez lui pour partir, il tomba nez à nez avec une femme qui s'apprêtait à frapper à ladite porte. A en juger par sa tenue, sa coiffe et la moité basse de son visage dissimulée derrière un foulard sombre, il n'y avait pas de doute possible sur son statut : elle était une messagère chargée de dépêcher le courrier militaire officiel. Rien à voir avec les postiers courants qui essayaient toujours de vous refiler un calendrier avec des photos de chatons et autres invocations jugées comme mignonnes. La femme lui tendit un parchemin enroulé avec un sourire – du moins ses yeux laissèrent supposer qu'elle souriait –, échangea trois mots sympathique avec le destinataire, puis s'en alla d'un déplacement instantané comme seuls eux savaient le faire. Au moins la nouvelle n'était pas mauvaise, supposa Natsuki en refermant la porte d'entrée. Habituellement, les messagers venaient avec une expression aussi sympathique qu'une pierre tombale sous la pluie, déposaient leur paquet sans un mot, et repartaient. Certes, ils ne connaissaient pas le contenu du message, mais l'humeur de l'expéditeur en indiquait toujours beaucoup, et avait la particularité de se répercuter sur celle du livreur...

Ouvrant le sceau qui maintenait le rouleau fermé, Natsuki étudia le contenu. Il s'agissait d'une mission, cela il n'en doutait pas, mais c'était les détails qui l'intéressait. Non pas qu'il la jugeait indigne de lui, loin de là, mais depuis qu'il avait prit du grade au sein du Village, il se voyait plus souvent confier des assignations de rang B plutôt que C. La lecture entre les lignes lui en apprit la raison, et lui tira un sourire. Outre le fait qu'il y avait éventuellement un lien possible avec un incident sans rapport survenu au cours d'une mission passée, c'était surtout qu'on lui demandait de chaperonner un genin durant l'opération, un jeune homme portant le même patronyme que lui. Ainsi, l'on commençait à s'intéresser à ses capacités à former ses paires sur le terrain, le faisant ainsi passer de celui qui reçoit à celui qui donne. Amusant. Lui ne se voyait pas encore dans le rôle du formateur, étant encore loin d'avoir l'expérience de ses ainés, mais d'autres pensaient autrement visiblement. Cette mission sera donc plus une mise à l'épreuve de ses capacités pédagogiques pour lui, alors que ce sera un véritable travail physique pour son cousin. Et qui mettra leurs capacités de discernement à l'épreuve à tous les deux. Un souvenir pas si nostalgique traversa brièvement le cours de sa pensée.

Natsuki fit marche arrière, et regagna sa chambre où il déverrouilla la porte donnant accès à son armurerie. C'était une assignation clairement orientée sur le combat, il devait donc s'équiper en conséquence. Comme il était sur le point de sortir, il avait déjà sur lui sa sacoche de projectiles standards accrochée à sa ceinture, et son gilet de combat tactique à poches multiples. Il ajouta au tout ses deux armes de prédilection – des tonfas à l'alliage particulier – dans les sangles dorsales prévues à cet effet. Dans presque chacune de ses poches de gilets, il plaça un rouleau de parchemin, lequel servait d'explosif, de leurre, ou de sceau pour convoquer une arme de rechange. Il n'était pas un grand pratiquant du Kenjutsu, préférant très largement employer le Taijutsu pour se battre, mais il ne pouvait nier que dans certaines situations, avoir une arme sous la main apportait certains avantages. Beaucoup moins que de se battre à mains nues, certes, mais en fonction des événements, un seul avantage pouvait faire basculer la donne. Et un shinobi devait être capable de s'adapter et jongler avec tous les facteurs s'il espérait vivre vieux. Quant à ceux qui pensaient qu'une lame était bien plus meurtrière qu'un coup de poing, ceux là n'avaient jamais rencontré un véritable artiste martial – ou n'étaient plus en état de témoigner.

Une fois fois paré à partir, avec un étrange sac porté à main en plus, Natsuki quitta sa maison, et patienta sous le portail géant qui marquait l'entrée du quartier Nara. Il avait rendez-vous ici avec son '' cousin '' Tanjiro.


Ce que je déteste avoir raison...


Dernière édition par Nara Natsuki le Mar 11 Fév 2014 - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Messages : 29
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Sam 2 Nov 2013 - 13:52

Réveil... Avant même d'ouvrir les yeux, je me remémore le cauchemard... Vraiment étrange cette fois. Il a commencé comme les autres fois, le Senju soignait ma mère, et celle-ci, avant de mourir, attaquait elle-même son médecin devant moi et m'ordonnait de l'achever. Cependant, cette fois, je ne me réveillais pas à ce moment là, mais j'exécutait l'ordre maternel, et l'homme se laissait faire. Je fus ensuite félicité par mon frère, et c'est ceci qui me réveilla.

Ouvrir les yeux, regarder la réalité pour se la remémorer et la confronter à l'illusion cauchemardesque... Le plafond blanc, aucune tapisserie, ma chambre est sobre, presque comme si la pièce elle-même se trouvait en deuil. Le mobilier, il y en a très peu. En effet, en plus du lit je ne possède qu'une armoire/penderie dans cette pièce, contenant mes habits et mon équipement de ninja.Enfin, pour toute décoration je possède un grand tissu marqué du signe de feu le clan Senju, et un autre marqué du symbole de notre village.

Après m'être habillé, je descend tranquillement pour manger, lorsque quelqu'un frappe à la porte. Ma mère va voir, puis revient avec un rouleau entre les mains. Elle m'explique que c'est une mission m'étant destinée, alors je termine mon repas plus vite que prévu, pour aller me préparer en lisant l'ordre de mission. Ce sera la première mission ou je pourrais utiliser mes techniques, et je serais chaperonné par un cousin j'ai l'impression. J'espère au moins qu'il sera patient.

La préparation terminée je sors pour me rendre à l'entrée de notre quartier. Pendant le trajet, je vérifie mentalement de n'avoir rien oublié, rassuré par la présence de ma trousse de premiers soins, et celle d'armes de jet, je me détends.

Arrivé à proximité du porche, j'aperçois mon compagnon de mission. Cheveux gris, et veste multi-poches de chûnin. Il a l'air plus vieux que moi, mais je ne suis pas vraiment sûr pour l'instant, mais il y a peu de chances que je me trompes vu son grade.

- Bonjour. Je suis Tanjiro. Enchanté!

Que dire de plus... Je ne suis vraiment pas doué avec les présentations, comme l'autre fois, avec ce fou du combat. Je me demande encore comment j'ai survécu à son "entrainement", ce souvenir douloureux m'arrache d'ailleurs une légère grimace.

- On y va?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Bras droit de l'Hokage - Chef de la Racine
Messages : 1444
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Dim 3 Nov 2013 - 12:23

Natsuki n'eut pas à attendre longtemps avant de voir arriver à lui un ninja qui semblait chercher son partenaire de mission. Il l'accueillit alors avec le sourire, en lui tendant une main à serrer.

« Natsuki, comme tu as sans doute pu le voir sur ton ordre de mission. »


Pour des raisons évidentes, il ne jugea pas utile de préciser son nom de famille. Il hocha la tête, puis gagna la porte du Village de la Feuille avec son coéquipier. En chemin, il eu l'occasion de discuter un peu avec lui, tout comme il l'aura beaucoup durant le reste de la mission : au vu des indications fournies avec leur ordre de mission, il savait déjà où commencer à chercher.


« Comme c'est la première fois que nous sommes amené à travailler ensemble Tanjiro, j'aimerai que l'on prenne le temps de se connaître un peu. Ca ne pourra être que bénéfique pour nous organiser. Alors peux-tu déjà me parler de l'aspect technique : quels sont tes domaines de prédilections et champs de compétences ? »


A défaut de faire partie du vaste réseau d'espionnage de Konoha, ou d'avoir atteint un niveau qui assure une certaine notoriété parmi ses paires, l'on connaissait très rarement les capacités des individus avec qui l'on était amené à travailler pour la première fois. Les missions étaient donc un bon moyen de créer des liens avec les autres shinobis au sein du Village, mais cela avait aussi des défauts : il y avait tout à découvrir de l'autre. Pour ceux qui se contentaient de charger dans le tas et d'aviser sur le moment, cela ne posait pas de soucis, mais cette variété de ninja était devenu plutôt rare, faute d'avoir survécu. Ne restait donc que des shinobis plus avisés, s'accordant plus ou moins de temps de réflexion pour développer une réelle stratégie avec leurs coéquipiers du moment. Car souvent, lorsque l'on envoie plusieurs ninjas sur une même mission, c'est que le travail d'équipe est la clef pour la mener à bien. Et pour en obtenir un efficace, il est essentiel de connaître ses alliés : leurs forces, leurs limites, leur manière d'agir. Car au sein de l'action, l'on ne peut pas se permettre le doute. L'on doit être capable de se dire '' je lui fais pleinement confiance '' ou '' il n'y arrivera pas '', et non rester sur une hésitation. Bien sûr, ce facteur est d'autant plus important lors des missions de haut rang, il ne s'agissait ici que d'une classée rang C. Mais le danger n'était pas à négliger pour autant. Le rang d'une mission n'est que purement indicatif – les imprévues ou les informations erronées arrivent - , et même porté par le plus démunit des hommes, un coup de hache qui touche reste mortel : il suffit d'un instant d'inattention pour que mort se fasse.

Une fois arrivés au portail des grands remparts, Natsuki indiqua une direction à son cousin, et lui fit part de ce qu'il savait déjà – ou du moins, qu'il supposait fortement.


« A à peu près... on va dire une demi journée de marche en pressant le pas, il y a une sorte de village très utilisé par les voyageurs qui se dirigent vers le sud du pays. C'est un point relais. Il a de quoi se défendre efficacement, mais il n'en reste pas moins une cible privilégiée pour les bandits de grands chemins. Enfin, avant en tout cas. Il y a quelques mois, il s'est passé un.... petit quelque chose, et depuis, je soupçonne que moins de coupe-gorges s'y sont essayés. Mais je sais que cela ne durera pas. Comme le point-relais est à la périphérie de la forêt, ça correspond à une partie du secteur que l'on doit inspecter. Je propose donc que l'on commence par voir si on peut apprendre quoi que ce soit de ce côté-là. Et si ce n'est pas le cas – ce serait une bonne nouvelle en soi –, j'ai déjà ma petite idée sur comment nous y prendre pour continuer. Mais je n'en dis pas plus pour le moment. J'ai d'abord envie de savoir quel est ton avis sur la question. »


En agissant ainsi, Natsuki ne remettait pas toute l'autorité sur lui, mais la partageait avec son coéquipier. Ce dernier devait pouvoir sentir qu'il était libre de parler, de s'exprimer et d'émettre des idées. D'expérience, il savait quand dans une équipe, ses alliés avaient tendance à se reposer entièrement sur ses idées à lui. Comme si, juste parce qu'il était un Nara, ses propositions étaient forcément meilleures que celles des autres. C'était, en plus d'être faux, passer à côté d'une diversité intellectuelle importante. Chacun avait son point de vue, son avis sur une question qui pouvait révéler la situation sous un jour nouveau lorsque ces connaissances étaient mises en commun. Aussi, Natsuki avait prit cette habitude de toujours demander ce qu'en pensaient ses coéquipiers avant de prononcer son propre avis.

Et vu la route qui les attendait, Tanjiro aura tout le temps qu'il désire pour s'exprimer.


Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Messages : 29
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Mar 5 Nov 2013 - 8:42

C'est donc bien lui, Natsuki. Je ne sais pas pourquoi, mais je ne l'imaginais pas comme ça... Ce n'est pas une histoire du style "Les Nara sont bruns". C'est juste que son prénom ne me faisait pas penser à sa tête... Je pourrais donc lui dire qu'il n'a pas une tête de Natsuki pour moi.

« Comme c'est la première fois que nous sommes amené à travailler ensemble Tanjiro, j'aimerai que l'on prenne le temps de se connaître un peu. Ca ne pourra être que bénéfique pour nous organiser. Alors peux-tu déjà me parler de l'aspect technique : quels sont tes domaines de prédilections et champs de compétences ? »


Hein? Ah! Je comprends, il veut simplement connaître mes points forts, je crois que je suis légèrement tête en l'air des fois.

- D'accord... Pour faire simple, je suis plus spécialisé en Genjutsu qu'autre chose, même si je possède une petite technique doton et l'entrelacement.

Bien que je ne précise pas, je me doutes bien qu'il aura facilement compris de quel entrelacement je parle. Après tout, nous sommes entre Nara alors je l'expliquerais mieux.

- J'allais oublier. Je suis en train d'essayer "d'apprendre" la télépathie, depuis un cours qui m'a intéressé sur ce sujet. Je ne suis par contre pas encore très doué, actuellement, il faut que je me fasse une idée préceise du caractère et de la façon de penser du destinataire, et qu'il soit dans mon champ de vision. Après... C'est tout ce que je vois, si tu veux plus d'explications, n'hésite pas. Maintenant, j'aimerais aussi connaître tes points forts s'il te plaît.

Comment demander ça de façon moins pressante, je n'en ai aucune idée pour l'instant, mais je suis sûr que ça va me revenir, au beau milieu de la mission... J'en suis presque sûr de ça. En tout cas, nous voilà en route, traversant le village jusqu'à la grande porte.

« A à peu près... on va dire une demi journée de marche en pressant le pas, il y a une sorte de village très utilisé par les voyageurs qui se dirigent vers le sud du pays. C'est un point relais. Il a de quoi se défendre efficacement, mais il n'en reste pas moins une cible privilégiée pour les bandits de grands chemins. Enfin, avant en tout cas. Il y a quelques mois, il s'est passé un.... petit quelque chose, et depuis, je soupçonne que moins de coupe-gorges s'y sont essayés. Mais je sais que cela ne durera pas. Comme le point-relais est à la périphérie de la forêt, ça correspond à une partie du secteur que l'on doit inspecter. Je propose donc que l'on commence par voir si on peut apprendre quoi que ce soit de ce côté-là. Et si ce n'est pas le cas – ce serait une bonne nouvelle en soi –, j'ai déjà ma petite idée sur comment nous y prendre pour continuer. Mais je n'en dis pas plus pour le moment. J'ai d'abord envie de savoir quel est ton avis sur la question. »

Il y a quelques mois, il s'est passé un "petit quelque chose"? Vu comme il l'a dit, je suppose qu'il à fait partie de ce petit quelque chose, ou qu'au moins il connais quelqu'un en ayant fait partie. Mais bon, de toute façon ce n'est ni le lieu ni le moment pour le lui demander. Peut-être en chemin?

- Pour le village, je te suis. Après tout, tu a plus d'expérience que moi. Après, je n'ai pas vraiment d'idées, excepté passer dans les autres villages ayant subi des "incidents", pour y chercher des similitudes dans la manière d'agir, dans les victimes, qui pourraient nous aider à les comprendre un peu mieux et donc à leur tendre une embuscade.

Après lui avoir expliqué la façon dont j'agirais, je lui demande comment il ferait, vu qu'il m'a dit avoir déjà une idée de la marche à suivre. Je n'ai pas parlé longuement, nous sommes d'ailleurs encore en vue du village, mais je ne vais pas non plus m'amuser à parler pour ne rien dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Bras droit de l'Hokage - Chef de la Racine
Messages : 1444
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Mer 6 Nov 2013 - 19:22

Natsuki arqua un sourcil en tournant la tête vers Tanjiro.

« Attends, tu veux dire que tu maîtrises l'entrelacement des ombres, mais pas la prise des ombres, qui est la technique à la base de tout ? »


Il avait du mal à y croire, il devait y avoir méprise. Il avait mit des mois avant de parvenir à faire jaillir les lances d'ombre, alors que la prise des ombres – la technique qui est à l'origine de toutes les autres, pour ainsi dire – était la plus facile à exécuter. '' Facile '' était bien sûr à prendre avec des pincettes. Il ne s'agissait après tout ni plus ni moins que d'une technique clanique secrète : développée au sein du clan Nara, des années d'apprentissages et d'exercices étaient nécessaire pour parvenir à manier avec aisance l'art unique du contrôle des ombres.


« Enfin, tu m'expliqueras cela plus tard. On va avoir le temps. En ce qui me concerne, je suis un spécialiste du combat au corps-à-corps. Tu peux aussi compter sur moi pour ce qui est d'assurer le rôle de ninja de support. Je peux donc m'adapter en fonction des besoins, que ce soit offensif ou défensif. Enfin, je placerais un bémol sur la défense tout de même : c'est surtout la mienne que je peux assurer en terme de techniques, plus difficilement celle des autres. Mais au moins tu peux te dire que tu n'as pas trop à te soucier de ma sécurité. »


Le chûnin tatoué marqua une pause réflexive quelques instants, le temps d'évaluer leurs aptitudes.


« Mmh... Nous n'avons pas un potentiel offensif brut très important. Mais cela ne devrait pas nous poser de problème. On est pas connu dans la famille pour charger de front en première intention, n'est-ce pas ? Ce n'est d'ailleurs plus le cas de grands monde. Encore en vie je m'entends. »


Tanjiro sur ses talons, Natsuki le guida jusqu'à la grande route qui traversait le pays, et lui indiqua la direction qu'ils allaient suivre pour atteindre le point relais en milieu d'après-midi.


« Ton plan me semble tout à fait pertinent. Pour le moment, nous n'avons que des informations imprécises, à savoir qu'une bande très organisée de brigands un peu trop gourmands s'est établit dans les environs, et fait régner sa loi. Mais nous ne connaissons pas leur nombre – ou du moins, de combien leurs groupes d'attaque sont composés. Si cela se trouve, ils ne sont qu'une poignée. Il faut savoir que les bandits qui vivent le plus longtemps en liberté sont ceux qui bougent en permanence, qui à peine un vandalisme effectué sont déjà prêt à opérer ailleurs, de sorte à faire croire qu'il s'agit de groupes différents. Et c'est ce que l'on va chercher à découvrir. Je te propose donc de faire comme suit : lorsque l'on va atteindre le point-relais, on va se renseigner après des voyageurs. Comme c'est un gros point de passage, les nouvelles viendront d'un peu partout, ce qui nous permettra de dresser un début d'organisation, et savoir vers où se diriger à peu près. Maintenant, je te propose, si tu es d'accord, d'ajouter une particularité à notre mode de déplacement une fois que nous en aurons fini avec le point-relais. Je comptais acheter une petite charrette là bas, le genre qui peut se tirer sans bête de somme. Et j'aimerai que tu t'en charges. L'idée serait que, si l'on passe par des petits chemins, tu attires l'attention d'éventuels pillards embusqués sur la route. Je te propose pas d'aller au casse-pipe bien sûr. Je resterai dissimulé dans les environs pour te couvrir, voire les débusquer avant que tu arrives. Si l'on peut en attirer l'un ou l'autre à nous, ce sera plus simple que de voir les chercher partout dans les bois, ou attendre quelque part au hasard qu'ils se pointent. »


Natsuki laissa à son cousin le temps d'assimiler l'information et de lui donner son avis dessus.


« Je t'aurais bien dit que je prends le risque moi-même, mais cela me semble plus sensé d'agir ainsi. Supposons que cela fonctionne. S'ils viennent à ton contact, tu seras plus à même, je pense, de les neutraliser avec du genjutsu, pendant que moi je me chargerai discrètement de ceux qui sécuriseront leur petite affaire avec des armes à distance. Ce n'est qu'une théorie bien sûr, je ne peux que évoquer une configuration possible parmi tant d'autres. Mais c'est celle qui me semble la plus judicieuse, et qui comporte le moins de risque pour eux. S'ils ont affaire à des marchands et des gens ordinaires, tout du moins, ce qui n'est pas notre cas. »
précisa-t-il avec un sourire. « Alors, ça te tente, ou tu préfères passer ton tour ? »


Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Messages : 29
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Sam 9 Nov 2013 - 15:35

« Attends, tu veux dire que tu maîtrises l'entrelacement des ombres, mais pas la prise des ombres, qui est la technique à la base de tout ? »

Après cette remarque, je m’arrêtes de marcher quelques secondes... Le temps de réfléchir.

- Autant pour moi. J'ai toujours nommé la prise des ombres "entrelacement", c'est juste ça...

J'ai l'impression, vu la tirade qu'il effectue en même temps que moi, qu'il ne m'a pas entendu, et que je devrais répéter plus tard. Avec son explication, je comprends qu'il essaie de me dire que pour ma défense, je ne pourrais lui accorder qu'une confiance limitée.
Sa dernière phrase m'a tiré un sourire, qui tenta bien vite de se transformer en fou rire vu l'ironie de la situation, étant donné qu'il a raison. En effet, lors d'une mission, l’aîné, ou le plus gradé, est souvent plus en danger car il doit protéger les autres.

« Mmh... Nous n'avons pas un potentiel offensif brut très important. Mais cela ne devrait pas nous poser de problème. On est pas connu dans la famille pour charger de front en première intention, n'est-ce pas ? Ce n'est d'ailleurs plus le cas de grands monde. Encore en vie je m'entends. »
- Pas faux, alors soyons prudents.

Pendant que nous parlons, je le suis sur la route avant qu'il ne me montre la direction que nous allons emprunter sur l'artère principale.

« Ton plan me semble tout à fait pertinent. Pour le moment, nous n'avons que des informations imprécises, à savoir qu'une bande très organisée de brigands un peu trop gourmands s'est établit dans les environs, et fait régner sa loi. Mais nous ne connaissons pas leur nombre – ou du moins, de combien leurs groupes d'attaque sont composés. Si cela se trouve, ils ne sont qu'une poignée. Il faut savoir que les bandits qui vivent le plus longtemps en liberté sont ceux qui bougent en permanence, qui à peine un vandalisme effectué sont déjà prêt à opérer ailleurs, de sorte à faire croire qu'il s'agit de groupes différents. Et c'est ce que l'on va chercher à découvrir. Je te propose donc de faire comme suit : lorsque l'on va atteindre le point-relais, on va se renseigner après des voyageurs. Comme c'est un gros point de passage, les nouvelles viendront d'un peu partout, ce qui nous permettra de dresser un début d'organisation, et savoir vers où se diriger à peu près. Maintenant, je te propose, si tu es d'accord, d'ajouter une particularité à notre mode de déplacement une fois que nous en aurons fini avec le point-relais. Je comptais acheter une petite charrette là bas, le genre qui peut se tirer sans bête de somme. Et j'aimerai que tu t'en charges. L'idée serait que, si l'on passe par des petits chemins, tu attires l'attention d'éventuels pillards embusqués sur la route. Je te propose pas d'aller au casse-pipe bien sûr. Je resterai dissimulé dans les environs pour te couvrir, voire les débusquer avant que tu arrives. Si l'on peut en attirer l'un ou l'autre à nous, ce sera plus simple que de voir les chercher partout dans les bois, ou attendre quelque part au hasard qu'ils se pointent. »

Hein? Attends... Que je reprenne l'info... Ah! ok!

Voilà en substance l'état de mes pensées après son monologue. J'ai cependant réussit à récupérer et ordonner les informations importantes. D'abord on suivra mon plan jusqu'au premier village, mais ensuite je tirerais une charrette a bras sur les routes, tandis qu'il resterait camouflé dans les fourrés alentours. Le but étant d'appâter les bandits plutôt que de les chercher. C'est vrai que c'est logique, mais pourquoi ce ne serait pas lui, le spécialiste en taïjutsu, qui s'en chargerait?

J'obtient la réponse peu de temps après, alors qu'il reprend son explication stratégique... Alors comme ça il attend de moi que je puisse piéger les ennemis avec le genjutsu? Alors que lui, à côté, s'occuperait des autres, les tireurs à distance... Pourquoi pas après tout...

- Mouais... Encore faut-il qu'il n'y ai qu'un ennemi qui attaque de front, car je ne suis pas encore assez doué pour en piéger plusieurs, mais sinon ton plan m'a l'air bon. Alors je compte sur toi pour assurer mon soutien.

La dernière phrase, prononcée avec le sourire, est la pour lui prouver que je vais faire mon boulot en ayant confiance sur sa capacité à atteindre les tireurs ennemis embusqués.

Nous ne serons pas dans le petit village avant un bon moment d'après ce qu'il m'a dit, donc nous risquons de vite nous trouver à cours de sujet de discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Bras droit de l'Hokage - Chef de la Racine
Messages : 1444
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Sam 9 Nov 2013 - 23:14

« Maintenant que j'ai l'information, c'est bon. Et puis ne t'en fais pas, tous les bandits ne sont pas des sauvages qui te sautent à la gorge pour te dévaliser. Si tu as l'air d'une faible femme en haillons par exemple, ils tenteront une approche beaucoup plus subtile peut-être. » glissa-t-il avec un sourire entendu

Puis, l'essentiel ayant été dit, il se concentra désormais sur la route. Au pas de course, les deux shinobi avançaient milieu de la circulation assez peu dense pour une fois. Natsuki resta silencieux pour le reste de trajet, son expression souriante s'étant muée en un visage neutre. Bien qu'il regardait où il allait, il gardait un œil sur les autres voyageurs, à la recherche d'un signe quelconque. Il ne cherchait rien en particulier, mais mieux valait se montrer attentif à son entourage, l'on ne savait jamais sur quoi l'on pouvait tomber. Le début de l'après-midi défila dans le silence. Ils firent une brève halte dans un restaurant nomade le temps d'avaler le contenu de leur bol de nouilles, puis repartirent, pour arriver une paire d'heures plus tard au point relais mentionné par le chûnin tatoué. Ce dernier ne se ressemblait plus, soit dit au passant. Une bonne demi-heure avant leur arrivée à destination, il avait usé de la technique de métamorphose pour modifier ses traits. Les tatouages imprimés sur la peau de son corps disparurent, tandis que sa chevelure passa du bleu terne à plus de cheveux du tout. Le soleil luisait désormais sur son crâne chauve, la pilosité semblant s'être déplacée vers le bas. Il arborait une moustache et un bouc taillé qui entouraient ses lèvres. La transformation avait eu lieu si vite que si quelqu'un qui l'avait observé, il aurait pu croire l'avoir perdu de vue s'il avait cligné des yeux au mauvais moment. Il ne donna pas d'explication à Tanjiro sur le pourquoi, si ce n'est un bref :


« Les détails ne sont pas intéressants, mais je préfère ne pas me montrer à visage découvert là-bas. »


Au point relais, rien n'avait changé par rapport aux souvenirs que Natsuki en avait. En même temps, l'endroit était resté le même après un an, il n'allait pas être différent après seulement deux saisons. Le duo de Nara passa alors les palissades qui atteignaient péniblement les trois mètres de hauteur sous le regard vigilent de la garde en faction – de simples hommes d'arme dont un avait le visage cruellement balafré. C'était le moment de se séparer.


« Je pense que le plus simple, c'est que tu t'occupes de la partie auberge. Comme je connais déjà les environs, ce sera plus simple pour toi de centrer tes propres recherches là bas. C'est le point d'arrêt de tous les voyageurs, même si à cette heure-ci il ne doit pas y avoir grand monde. S'il y a bien un moyens par lequel les nouvelles se propagent vite, c'est eux. Je te les confie donc. L'on se retrouve ici près de l'entrée dans une heure, ça te convient ? »


Laisser de l'autonomie aux moins expérimentés étaient toujours une bonne chose pour leur permettre de progresser, et prendre confiance en eux. Bien que pour le dernier point, Natsuki doutait que son cousin en ai besoin : les Nara doutaient rarement de leur propre potentiel, un trait de caractère qu'ils devaient probablement à leur éducation. Les ninjas claniques étaient toujours un peu en marge des autres après tout, pour le meilleur comme pour le pire parfois...

Ceci dit, le Natsuki chauve à poils courts s'aventura de son côté dans la partie un peu plus '' village '' du point-relais, là où vivaient les sédentaires. Il se renseigna l'air de rien sur les attaques de bandits et les nouvelles récentes, amenant subtilement le sujet dans des conversations anodines, notamment lorsqu'il se procura la petite charrette qu'il voulait : à peine assez large pour que deux hommes puissent tenir assit dedans, et plutôt facile à pousser grâce aux deux longues poignées terminées par une barre perpendiculaire qui les reliaient entre elles. Avec à la métamorphose, l'héritier Nara passait inaperçu, ayant transformé jusqu'à ses vêtements en simple tenue qu'un homme ordinaire porterait au quotidien. Bien sûr, le fait qu'il ne voulait pas provoquer d'hostilité dans le village en y entrant à visage découvert n'était pas la seule raison du subterfuge. Comme lui et Tanjiro étaient à la recherche d'une troupe de bandits, il valait mieux pour eux deux qu'ils ne fassent pas remarquer en se renseignant sur eux. Il n'était en effet pas impossible que l'un des coupe-gorges de la bande flâne en ville tout comme lui l'air de rien, tout en observant ceux qui allaient et venaient, repérant les grosses cargaisons ou les proies faciles pour le reste de son groupe. Natsuki avait déjà eu l'occasion d'assister à cela il y a près d'un an, alors qu'il s'était arrêté dans une auberge comme celle-ci au cours d'une mission avec un autre shinobi de Konoha. Il n'avait jugé utile de souligner ce point à Tanjiro d'ailleurs : il n'avait pas envie de faire insulte à l'intelligence de son cousin. Ce dernier devait déjà se douter que l'éventualité était possible, et agit en précaution de.

Ayant eu tout ce qu'il désirait, ainsi qu'une poire, il amena son nouveau véhicule bâché près des remparts d'entrées, où il attendit le retour de son cousin en croquant le fruit. Lui était un peu en avance sur l'heure convenue, l'autre ne devrait donc pas trop tarder pour lui rapporter ce qu'il avait apprit.


Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Messages : 29
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Lun 11 Nov 2013 - 22:14

« Maintenant que j'ai l'information, c'est bon. Et puis ne t'en fais pas, tous les bandits ne sont pas des sauvages qui te sautent à la gorge pour te dévaliser. Si tu as l'air d'une faible femme en haillons par exemple, ils tenteront une approche beaucoup plus subtile peut-être. »

Une faible femme? En haillons? Je comprends où il veut en venir... Puis nous continuons à avancer le long de la route, alors que le peu de monde alentour ne fait pas attention à nous. J'en profite pour dissimuler mon bandeau. Regardant et avançant, je fais pour l'instant plus attention à ce qu'il se passe ailleurs que chez mon aîné, bien que je le regarde de temps à autres. Tout d'un coup, en regardant à mes côtés, je vois un vieil homme allant à ma vitesse, mais plus de Natsuki.

« Les détails ne sont pas intéressants, mais je préfère ne pas me montrer à visage découvert là-bas. »
- D'accord, tant que je suis au courant de ton apparence, c'est bon.

Prononçant cette phrase, c'est à moi de me transformer. Mes cheveux s'allongent à peu près jusqu'à mes épaules, mais grisonnants et aux traits tirés, comme par une grande fatigue, alors même que mes habits sont usés, aux couleurs légèrement délavées. Ma sacoche de kunais est modifiée de façon à ce qu'ils s'entrechoquent un peu, pour ressembler au tintement de l'argent dans une bourse.

Une demi-heure plus tard, arrivant au village, j'ai une petite idée de ce que je peux faire, puis mon cousin me demande de faire mes recherches à l'auberge tandis qu'il s'occuperait du reste... Personnellement, je n'ai rien à y redire, alors je m'y rends, avec une idée vague de ma prochaine façon d'agir...

Une fois à l'auberge, je commence par m'asseoir à une table et écouter les ragots et les plaintes des villageois, voyageurs, et autres piliers de bars... Je n'apprends pas grand chose de cette manière, excepté que les insectes reviennent en force chez les villageois, que l'alcool n'est pas assez fort, etc...

Je m'avance alors vers le bar et commande une boisson rafraîchissante, puis je lance discrètement le débat sur les attaques de brigands, en expliquant simplement que je vais rentrer chez moi. Cette simple déclaration (un peu mieux tournée que ça, quand même) suffit à entamer une discussion animée sur les lieux à éviter ou non... Ce qui en ressort est que les bandits sont un groupe, mais aucun paysan ne s'accorde sur leur nombre. Bon, je vais devoir faire sans cette information cruciale, mais je possède néanmoins une vague idée de l'endroit où ils opèrent.

Ensuite, voyant l'heure du rendez-vous approcher, je m'éclipse discrètement de ce lieu bondé, pour retrouver mon cousin chauve. Je l'aperçoit m'attendant, une poire entamée à la main, au côté d'une "belle charrette rien que pour moi".

- Bonjour. Tu as la charrette à ce que je vois. Qu'as-tu découvert? De mon côté, il s'agit presque d'un choux blanc. Tout ce que je sais c'est que d'après les discussions du bar, ils opéreraient quelque part au nord-est d'ici... Rien de très précis quoi.

Je le laisse ensuite parler pour voir si nos informations se recoupes, un peu honteux de n'avoir rien trouvé de mieux dans un lieu ou les informations sont censées foisonner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Bras droit de l'Hokage - Chef de la Racine
Messages : 1444
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Mar 12 Nov 2013 - 19:21

Natsuki hocha la tête d'un air satisfait. Tanjiro avait fait de son mieux, c'était l'essentiel.

« C'est plus ou moins ce que j'ai pu apprendre moi aussi. Et honnêtement, je ne pensais obtenir davantage. Tu peux difficilement attendre de civils qu'ils te décrivent une organisation ennemi, ou même te chiffrent le nombre d'assaillants qui s'en sont prit à eux. Car en général dans ces moments-là, outre la panique et la peur qu'ils n'ont pas apprit à gérer, ils n'ont qu'une idée en tête, c'est sauver leur famille et leur vie – ce qui est tout à fait louable. Aussi, ne considère pas comme un échec ta collecte de renseignements : nous savons un peu plus où orienter nos recherches désormais. »


Natsuki attrapa alors sa charrette, et commença la tirer seul. Il était encore assez tôt dans l'après-midi pour que le duo de Nara puisse se permettre de reprendre la route.


« Qui plus est, la chance est de notre côté. Je m'explique : Les attaques les plus récentes ont été relevées au nord-est d'ici, et nous sommes déjà en bordure du territoire '' forêt de Konoha ''. Or nous savons, selon les informations figurant dans notre ordre de mission, que les bandits que nous cherchons se terrent très probablement dans cette forêt. Nous ne sommes donc pas si loin d'eux. Nous pouvons nous douter qu'ils ne manifesteront peut-être plus trop dans le nord-est justement, s'ils ont déjà fait leurs affaires là-bas. Ils vont attendre que ça se tasse un peu, et attaquer ailleurs en attendant. »


Confiant sa carte de la région à Tanjiro, il indiquait de son bras libre les différentes zones auxquelles il faisait allusion.


« Soit nos cibles vont donc se déplacer dans notre secteur, cas dans lequel nous saurons les accueillir comme il se doit, soit ils vont partirent vers une zone voisine, situation dans laquelle nous allons les traquer encore un peu. Enfin, je dis ça, ça reste de la théorie, une façon comme une autre de penser. Car s'ils sont en cavales depuis assez longtemps pour faire parler d'eux comme ça, je n'écarte pas l'éventualité qu'ils ne suivent pas un paterne définit afin d'être moins aisément localisés. Et comme nous n'avons aucun moyen de confirmer ou d'infirmer ces hypothèses pour le moment, contentons-nous de les garder à l'esprit, et d'aviser en fonction de ce que nous apprendrons. C'est ça aussi, être ninja. Ne pas se laisser porter par un schéma, une méthode figée pour mener à bien ta mission, mais t'adapter en permanence à la situation qui évolue. Car crois-moi, tu seras plus d'une fois confronté à des événements qui dépassent totalement la logique. Bon, assez de théorie. Je pense qu'il est temps de passer à la pratique, nous nous sommes assez éloignés du point relais. Nous devons atteindre ce petit village-là avant le coucher du soleil d'été. Ce qui ne sera pas difficile. Je te laisse la charrette pendant que je t'ouvre la voie et assure tes arrières. Garde l'œil ouvert bien évidement. »


Sur ses mots, Natsuki disparut dans un petit nuage, laissant apparemment seul Tanjiro sur une pseudo route assez peu empruntée en lisière de forêt. Il en allait sans dire, il n'était pas partit bien loin. D'un shunshui, il avait gagné un taillis touffu à une dizaine de mètres de là. Légèrement en hauteur par rapport au chemin, il avait une bonne vue d'ensemble, autant sur le passage lui-même que ce qu'il y avait de proche autour. Usant à nouveau de sa métamorphose, il adopta cette fois-ci une transformation particulière. Il avait reprit son apparence initiale mais uniquement de silhouette. Telle une tenue de camouflage, il avait choisit de porter les couleurs majoritaires des environs, se fondant ainsi aisément dans la nature. Du moins, pour des yeux normaux. Car le premier observateur venu doté d'un talent de sensorialité le détecterait aussi aisément que l'on repère un phare dans la nuit. C'était un risque que Natsuki pouvait se permettre de prendre cependant, car les probabilités que quelqu'un parmi les bandits disposant de dons de perception soit actuellement sur cette route et usant précisément de ses techniques de détection en ce moment étaient plutôt minimes.

Un bruit sur la route lui indiqua que Tanjiro avait commencé à avancer. Il était temps pour lui de se mettre aussi en chemin. Comme une ombre, il se déplaça en choisissant soigneusement son trajet sous le couvert de la topographie locale, sans jamais baisser sa vigilance. Tout en observant du coin de l'œil la charrette et Tanjiro lorsqu'il s'approchait assez de lui, il ne cessait de scruter l'horizon et les environs dans toutes les directions. Tantôt il prenait de l'avance, parfois il revenait sur ses pas pour s'assurer de n'avoir rien raté ou que son cousin ne rencontrait pas de soucis, bien qu'il se doutait que ce dernier ne manquerait pas de se signaler s'il avait un problème : sa sécurité reposait en bonne partie sur Natsuki, lequel savait pertinemment que s'en remettre de la sorte à quelqu'un que l'on ne connaissait pas n'était pas facile, même s'il s'agissait d'un membre du même clan. Même s'il doutait que les bandits leur donnent beaucoup de fil à retordre, la prudence était de mise : mieux valait qu'il repère les coupe-gorges avant que eux ne le voient.

Ainsi, les insectes bourdonnaient, le vent soufflait à peine et le soleil frappait de tout son saoul la terre de ses rayons, laissant grimper la température bien haut. Une très belle journée, quoique lourde, mais pas la moindre trace de brigands embusqués. Natsuki avait, tout au mieux, repéré ici ou là des traces de pas. Mais le sol était plutôt sec, et à quand bien même, les empruntes pouvaient ne pas signifier grand chose : si la route était peu empruntée, de temps à autre elle voyait tout de même quelques personnes passer. Des chasseurs notamment. Mais aujourd'hui, elle ne vit que deux voyageurs. L'un tirant une petite charrette, l'autre caché à l'affût du danger. Un danger apparemment en congé. Quand au soir, les deux shinobis arrivèrent à proximité du village que Natsuki avait indiqué sur sa carte, et que ce dernier avait rejoint son cousin, le soleil était déjà à moitié engloutit par l'horizon.

Et pas de trace de pillage récent ici...


Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Messages : 29
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Jeu 14 Nov 2013 - 13:52

Il n'a pas l'air étonné, ni déçu, que je revienne bredouille. Il m'explique d'ailleurs qu'il s'attendais à ce que les villageois n'aient pas d'informations concrètes à nous fournir...

Je me sens un peu moins honteux lorsqu'il m'avoue ne pas avoir eu beaucoup plus de chance de son côté, ce qui me prouve ses dires, et m'informes donc qu'il n'essaie pas simplement de me rassurer. Ensuite, m'expliquant sa déduction, je me rends compte que je n'avais pas pensé à y réfléchir, alors même que la réflexion constitue la partie principale de cette mission... Il faut vraiment que je me reprennes.

Je récupère la carte qu'il me tends, et mémorise les divers villages indiqués par mon sempai. Le plus proche se trouve tout de même à plusieurs heures de marche.

- D'accord, je prends le relais pour la charrette. A plus tard.

Il disparaît rapidement, et je me retrouves seul(e) sur la route, avec ma charrette à bras. Il n'y a apparemment que moi sur la route, vu que Natsuki est dans les fourrés alentours, alors j'avance. Pendant le chemin, je commence à préparer différents plans en cas d'attaque surprise, d'embuscade...

Voyons d'abord le type d'ennemis... S'il s'agit de ninjas, en groupes de deux ou trois, je penses utiliser le labyrinthe pour gagner du temps, en effet, si je me débrouilles bien, je devrais réussir à en coincer deux de cette façon, mais je serais alors dans l'incapacité totale de bouger et je devrais faire confiance à natsuki pour le troisième. Et encore, cela passerais sans tireurs, mais avec, c'est presque une stratégie suicide...

Voici l'une de mes réflexions stratégique, qui furent nombreuses et basées avec les variables inconnus "nombre d'ennemi" et "puissance des ennemis". Peu après, la température augmentant et le soleil cognant fort, je m’arrêtait quelques instants, pour faire plus réaliste si quelqu'un venait à nous suivre.

Je n'avais pas précisé que, en avançant, je surveillait le sol pour tenter de distinguer un éventuel piège. Il n'y en eut pas besoin aujourd'hui, mais au moins je commences à prendre le coup de main et à mieux entrer dans le personnage.

Il commence à se faire tard... Au moins, comme l'air ambiant se rafraîchit, je n'ai plus besoin de faire semblant de faire des pause aussi souvent que tout à l'heure. Ces arrêts font peut-être perdre du temps, il faudra qu'on en parle avec natsuki, mais je penses qu'ils sont nécessaires à la bonne continuation de la traque.

J'aperçoit, de loin, le village se trouvant être notre destination du jour. Quelques instants plus tard, mon cousin me rejoint.

- Rien de particulier de mon côté. Et du tien?

Après sa réponse, je me remet à avancer en direction du village. Cette fois, je m'arrangerait pour obtenir plus d'informations, mais sans oublier de réfléchir. Mais avant cela, nous devrons chercher un hôtel où dormir.

- Pour cette nuit, comment faisons-nous? On reste avec nos apparences actuelles?

Cette question m'est venue d'un coup, en pensant à l'hôtel, pourtant je crois en connaître la réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Bras droit de l'Hokage - Chef de la Racine
Messages : 1444
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Ven 15 Nov 2013 - 23:44

« Des traces de pas et de passage, mais qui ne sont pas forcément significatives. » répondit Natsuki en observant le village.

Ce n'était qu'une petite agglomération qui avoisinaient la vingtaine de maisons, pas le genre à voir souvent passer des voyageurs hormis les marchands avec qui ils pratiquaient le commerce d'échange. A supposer même que les habitants d'ici le pratiquaient : à observer les alentours, ils avaient de quoi vivre en autarcie, entre la forêt, les champs et une rivière qui coulait à moins d'une heure d'ici. La question était maintenant celle de Tanjiro : '' que faire pour passer la nuit ? '' Les options se limitaient à deux : essayer de trouver un habitant assez aimable pour les loger contre rémunération, ou se trouver une grange pour s'y faufiler incognito. Le premier choix pouvait encore se tenter, dans la mesure où le soleil n'était pas encore tout à fait couché. De nuit, Natsuki ne l'aurait même pas envisagé, car avec les rumeurs d'attaques de bandits ces derniers temps, personne ne se serait risqué à ouvrir leur porte. Cela dit, même sans, l'on ouvre rarement sa porte une fois le soleil couché, et ce n'est pas cette dernière qui peut retenir un brigand décidé à entrer. Dans le second cas, la grange, c'était l'assurance de n'être pas dérangé la nuit pour peu que personne ne les repèrent entrer dedans. Dormir sur la paille était loin d'être inconfortable, et pourvu que l'on supporte l'odeur, la chaleur des nuits d'été suffisait amplement à un sommeil de bonne qualité.


« Essayons le village en premier. En fonction de l'accueil que l'on reçoit, nous aviserons. Dans le meilleure des cas la nuit se passera donc chez l'habitant, dans un autre cas de figure, il doit bien y avoir une étable ou autre quelque part. Pour ton apparence, fait comme tu veux, mais souviens-toi juste d'une chose. Nous sommes des shinobis de Konoha, donc si nous apparaissons comme tels, nous devons faire honneur à nos couleurs. Chacune de nos actions peut ternir ou dorer le blason du Village de la Feuille. Enfin, j'imagine que tu sais déjà tout ça, puisque nous avons entendu le même discours de la part des nôtres vis-à-vis du clan dans notre enfance. »


Le monde était avant tout une question d'image de marque, et c'était d'autant plus vrai dans certains domaines comme la politique. Konoha, comme n'importe quelle autre force militaire louant ses services ou même établissement commercial, se devait d'avoir bonne réputation pour espérer faire croître sa clientèle. Et cette image justement se véhiculait par ses exécutants à l'extérieur, les shinobis. Paradoxalement, c'était sans doute le monde des ninjas qui était le plus sombre, que l'on engageaient pour les pires atrocités, qui se devait d'avoir une apparence irréprochable pour inspirer la confiance. Tout est vraiment une question d'image de marque...

Reprenant la charrette à Tanjiro qui avait dû la tirer depuis leur départ du point-relais, Natsuki s'avança dans le village sous son apparence habituelle, à la différence près qu'il ne portait aucun tatouage visible. En effet, il craignait que l'histoire de l'incident survenue lors de sa dernière mission justement ne se soit ébruité jusqu'ici, et qu'on le reconnaisse pour un trait que l'on cite toujours en premier lorsqu'il s'agit de le décrire : des tatouages sur le visage et les bras. Très peu les avaient vu dans leur totalité... Malgré l'heure avancée, quelques personnes circulaient encore dans les rues grossières de l'agglomération. Les villages très ruraux vivaient souvent en rythme avec le cycle du soleil plutôt que celui de l'heure. Et bien sûr, comme un chaque fois que quelqu'un arrivait dans leur lieu de vie, les habitants cessèrent en grande partie leurs activités pour observer les nouveaux venus. Avec une méfiance qu'ils ne se donnaient pas la peine de dissimuler. Natsuki n'eut pas longtemps à réfléchir sur la conduite à tenir, car c'est un sexagénaire qui fit le premier pas vers eux.


« Qu'avons-nous là ? »
demanda-t-il avec cette même méfiance.

Une entrée en matière que l'on rencontrait plutôt aux portes des grandes villes, lorsque les hommes d'armes s'occupaient de réguler les entrées, mais le chûnin ne s'en offusqua pas, car il comprenait parfaitement la réaction de chacun ici. Alors il présenta ce qu'il y avait là : deux shinobis de Konoha envoyés faire une patrouille dans les villages environnants, afin de s'assurer que la population du Pays du Feu se portait bien. Qu'il soit cru ou non, le regard que les autres portaient sur eux ne changea pas. C'est que leur situation ne devait pas être si mauvaise, et que l'absence de traces de pillage ne s'expliquaient par leur ancienneté. Natsuki ne tourna alors pas autour du pot, et demanda s'il était possible, contre dédommagement financier, de bénéficier du gît et du couvert. Pour toute réponse – déjà plus aimable depuis l'évocation monétaire – une grange leur fut proposée. La paille y était encore fraîche, et l'air plutôt agréable à respirer pour peu que l'on aimait l'odeur du grain tout juste fauché. Le duo de Konoha n'eu pas besoin de guide pour la trouver. Il leur avait été dit que les restes du repas leurs seront apportés sous peu, une fois qu'ils se seront installés, ce à quoi Natsuki avait répondu en tendant une petite bourse.


« Une bonne chose de faite. »
lâcha-t-il en se laissant tomber sur un très gros tas de pailles sèches qu'il s'était préparé.

La situation s'était plutôt bien goupillée. Il avait pu obtenir avec Tanjiro un endroit pour passer la nuit avec un toit au-dessus de la tête plutôt que leur charrette. Non pas que dormir à la belle étoile était un problème, surtout en été, mais c'était toujours plus agréable ainsi. Les yeux tournés vers le plafond, Natsuki resta pensif un moment, en élaborant la journée de demain. Si dans deux jours, l'astuce de l'appât ne donne rien, il y renoncera, et passera à un mode de traque plus conventionnelle, plus rapide, et un peu plus risqué. A moins que Tanjiro ne se lasse avant. Il n'avait l'air très emballé initialement, et son cousin n'allait pas le forcer à continuer si là n'était pas son désir. En parlant de lui d'ailleurs...

Natsuki se redressa d'un bond souple sur ses pieds, et posa les deux bougies qui leur avaient été confiées sur une caisse de bois qui lui arrivait à hauteur de hanche. Puis, d'un simple mudra, il créa à partir de la terre du sol une sorte de boite grossière de la taille d'une tête, dont il manquait deux faces mitoyennes. Soulevant alors sa création, il la posa par-dessus les deux bougies, qui n'éclairèrent alors plus que dans une seule direction, tel un projecteur, vers le mur du fond, bien dégagé.


« Si tu me montrais un peu ce que tu sais faire avec ton ombre Tanjiro ? »
demanda Natsuki d'un ton amusé

Illustrant son propos, il passa ses mains devant le faisceau lumineux, et projeta ainsi l'ombre chinoise la plus pitoyable que le monde ait sans doute porté : celle de la tête de chien. Puis curieusement, la forme se transforma, évolua. Le museau s'allongea un peu, et les oreilles se dressèrent. Des poils dressés s'hérissèrent derrière la tête et sous la gorge, tandis que la mâchoire tomba un peu, et révéla une dentition redoutable. L'ombre plus que réaliste du loup hurla silencieusement vers le ciel, puis disparut en même temps que le chunin retira ses mains de devant les bougies.

Il s'agissait là d'un peu de détente, certes, mais aussi de voir si Tanjirô était à l'aise avec la manipulation de son ombre. Car mine de rien, même s'il s'agissait là d'un des exercices de base chez les Nara pour s'entrainer à prendre le contrôle de son ombre, la qualité des productions était révélateur du niveau du pratiquant – ou de son imagination. Du moins, Si Tanjiro voulait bien participer.


Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Messages : 29
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Ven 22 Nov 2013 - 14:02

- Rien de plus que moi alors...

Il ne s'agissait là que d'une constatation, et non une critique, mais je me rends compte rapidement, pour ne pas dire immédiatement après l'avoir prononcée, que cette phrase peut être extrêmement mal perçue selon la personne à laquelle je m'adresse.

Ensuite, il m'explique en quoi mes actions peuvent faire tourner en bien ou en mal la réputation de konoha, en utilisant ce que l'on me rabâche depuis que je suis petit au sujet du clan. "En chaque chose que tu fais, que tu dis, il faut avant tout penser à la répercussion que cela aura sur le clan." Je revois encore mon père me le dire après que nous soyons entré dans le village caché de la feuille.

- Ok, j'ai compris.

Ensuite, le voyant reprendre son apparence presque normale, les tatouages en moins, j'en déduit qu'il va nous présenter au village comme shinobis de konoha. Je stoppe dès lors ma transformation pour redevenir le Tanjiro que ma famille connais. Ensuite, lorsque nous entrons dans le village, je suis surpris que tout le monde s'arrêtes pour nous regarder, comme si nous étions deux animaux de foire. Un vieil homme nous abordes, en nous demandant notre identité, à la manière d'un garde.

Natsuki commence à lui répondre, et je le laisse faire car je ne vois pas trop quoi dire, je me contente donc juste de renforcer ses propos en acquiesçant. Ceci nous permet donc d'obtenir une étable pour la nuit. Une fois à l'intérieur, nous commençons à nous installer lorsqu'il se met à préparer quelque chose au centre de la pièce. Une bougie? Une boite? Je comprends, il va nous faire une démonstration de manipulation de son ombre...

« Si tu me montrais un peu ce que tu sais faire avec ton ombre Tanjiro ? »

Hein? Ok, il me met à l'épreuve alors... Pendant que je penses à ce que je vais faire, il commence sa présentation, de la tête de chien, il arrive au loup complet, puis s'en va. C'est donc à mon tour de montrer de quoi je suis capable...

M'approchant de la lampe improvisée, je commence par rejoindre mes mains pour faire la figure de l'oiseau, puis j'en projette l'ombre en passant les mains devant la bougie. L'oiseau se met à battre des ailes, puis donne l'impression de tourner pour enfin s'immobiliser en posture d’atterrissage, les serres en évidence et les ailes écartées. La partie imagination me réussit plutôt bien dans cet exercice, vu que c'est ce que demande au maximum le genjutsu, mais c'est avec la précision de mon ombre que cela bloque, je ne peut faire les détails de la façon exacte dont je l'imagine, mais on peut bien repérer déjà que c'est un oiseau de proie désormais.

- Voilà, c'est tout ce que je peut faire...

Je retourne alors sur la paille, attendant le verdict de mon Senpaï.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Bras droit de l'Hokage - Chef de la Racine
Messages : 1444
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Mar 26 Nov 2013 - 17:55

Installé sur son tas de pailles, Natsuki observa comment Tanjiro manipulait son ombre. Partant d'une simple représentation d'un oiseau, celui s'anima pour se muer progressivement en prédateur aviaire, prêt à foncer sur sa victime. L'exercice ne relevait pas tant de la qualité que l'on parvenait à produire, mais de la facilité avec laquelle l'on arrivait à la qualité finale produite. Et pour ce qu'avait pu en voir Natsuki, ce n'était pas si mal. La figure manquait quelque peu de détails, certes, mais animer de la sorte un rapace n'était pas aisé. Globalement, le résultat n'était pas mauvais du tout. L'on sentait que Tanjiro n'avait pas investit le plus clair de son temps dans le ninjutsu clanique, mais il n'en était pas moins porteur du sang des Nara. Le chûnin hocha alors simplement la tête.

« Et vous les enfants, qu'en pensez-vous ? »
demanda-t-il en pivotant du buste vers l'entrée.

A peine visible dans l'ombre, deux gamins d'une dizaine d'années approximatives avaient observé la scène depuis l'entrée de la grange. Ils portaient avec eux chacun une assiette, et l'un avait enroulé autour de son bras un petit sac en toile de jute tandis que l'autre avait procédé pareil avec une outre .


« C'est notre repas ? »
questionna-t-il avec un sourire qui n'attendait pas vraiment de réponse. « Vous arrivez à point nommé. Je commençais à avoir faim, et le spectacle débute tout juste. Peut-être voulez-vous rester ? »

Il délesta le premier de son assiette et de son sac, et tendit le tout à son cousin avant de récupérer son propre plat. Un peu de salade, une tranche de viande chauffée à la va-vite, un navet et deux moitiés de carotte. A en juger par la forme du sac de toile, il devait y avoir une pomme ou deux dedans, lesquelles n'auraient pas tenu dans l'assiette de terre cuite. Ce n'était pas un repas de roi, il fallait l'avouer, mais c'était bien assez. Même alors qu'il se débrouillait bien en cuisine, Natsuki n'était pas très difficile en ce qui concernait la nourriture. Il s'installa de nouveau près de son projecteur de fortune, puis après un dernier coup d'oeil aux enfants encore debout qui n'avaient pas bougé d'un iota, recommença à jouer de son ombre. Ses doigts agités devant le faisceau n'était bien sûr que de l'esbroufe, mais personne n'y prenait vraiment gare, emporté par les images du récit qu'il entama. Son histoire était plutôt simple, voire même très bateau, et contait le récit d'un prince dont le royaume comptait depuis peu l'arrivée d'un redoutable loup géant. N'étant pas mauvais orateur, il narra l'aventure dans laquelle le jeune couronné s'était lancé, traversant ses terres pour trouver une solution à la menace qui pesait dessus. Par moment, l'on aurait pu croire qu'une dizaine de personnes se tenaient devant la lumière, à produire des ombres improbables, mais au final, l'on ne retrouvait parfois devant le faisceau qu'un doigt ou qu'une main, l'autre servant à son propriétaire pour se nourrir. Des moments où le récit devenait silencieux, mais où les images animées suffisaient pour la compréhension.

Spoiler:
 
Néanmoins, la fin ne fut jamais connue. Car alors que le souverain était enfin parvenu à faire face à son ennemi, une voix forte retentit derrière Natsuki : celle d'un parent inquiet venu chercher un enfant qui ne revenait pas. Ce qui était compréhensible. Mettre plus d'un quart d'heure pour juste déposer une assiette de restes à deux étrangers logeant dans une grange, il y avait de quoi. S'en suivit alors une courte confrontation, opposant des parents naturellement méfiants à des enfants fascinés – c'était sans doute ici que le mal était vu - par un spectacle peu courant. Et lorsque les reproches en arrivèrent à se porter sur le ninja tatoué et son compagnon, Natsuki ne se releva que pour s'incliner bas, et présenter ses excuses. Il garda cependant un sourire détendu, qui montrait presque que la situation ne l'inquiétait pas. Il libéra alors simplement les deux bougies du socle, ramenant une lumière presque vive pour des yeux habitués à l'obscurité dans la grange, puis acheva de terminer son repas. Et sur la fin de cette courte parenthèse qui l'avait amusé, il s'allongea dans sa couche de paille.


« Tâche de te reposer un peu, demain va être une nouvelle journée sur les routes. »
lâcha-t-il amicalement en guise de bonne nuit.

Puis il se laissa doucement sombrer dans le sommeil du ninja, celui où seul un œil dormait, et où la main restait fermée sur le manche de son tonfa. La nuit fut sans incident, et lorsqu'elle céda sa place à l'aube, les deux Nara étaient déjà sur les routes, cherchant à rejoindre le village suivant en passant par de petits sentiers. Nul ne doutait que leur départ ne s'était fait pas sous le regard méfiant d'un ou deux villageois ayant veillé à ce qu'ils restent dans leur grange durant tout le cycle lunaire. Comme la veille, Natsuki se chargea de la sécurité de son coéquipier pendant que celui-ci cherchait à attirer l'attention en tirant la petite charrette achetée au point-relais. Bien que vide, la bâche laissait entendre le contraire. Et il n'y avait pas besoin de plus. Camouflé grâce à sa métamorphose, le chûnin se fondait habilement dans le décors, et s'assurait qu'aucune surprise ne les attendait sur leur chemin. Précaution nécessaire, bien qu'infructueuse la veille, qui prouva tout son sens quelques heures après que les deux ninjas se soient remit en marche. A moitié camouflé dans la terre, ou sous une couverture de mousse, Natsuki trouva finalement en amont du chemin un homme allongé à même le sol sur une légère butte. A moins de le chercher précisément des yeux, il était effectivement difficile de le trouver. L'héritier Nara ne l'avait vu que parce qu'il se trouvait à moins de trois mètres de lui. Aucun des deux n'avait été conscient de la présence de l'autre pendant une bonne minute, durant laquelle le ninja en avait profité pour observer les alentours. Il avait un bon point de vue de là où il était, et c'est sans doute ce qui expliquait la présence du bandit. Et s'il y en avait un, c'est que d'autres devaient rôder non loin. Sans un bruit, Natsuki tomba de tout son poids sur sa victime, et la priva en un instant de tous ses mouvements jusqu'au plus élémentaire, celui de respirer. Il était simple de maintenir quelqu'un à terre en répartissant son propre poids sur des points précis du corps, de sorte à immobiliser les articulations. Avec les bras bloqués et la bouche couverte, le brigand ne tarda pas à perdre connaissance. Le tuer n'était pas nécessaire, mieux valait le garder vivant pour le moment. Par quelques gestes, l'héritier Nara vérifia que ce n'était pas un chasseur qu'il avait asphyxié, à savoir le découvrir et vérifier l'équipement qu'il avait lui. L'arc laissait place au doute, l'épée courte à la rigueur en cas de mauvaise rencontre ou pour achever sa proie, mais l'absence de quoi que ce soit d'autre de matériel de chasse tendait vraiment à ranger l'inconscient dans le groupe que Natsuki traquait.

Tanjiro arrivera à proximité dans une poignée de minutes, ce qui signifiait que lui n'avait plus beaucoup de temps pour repérer d'autres bandits dissimulés. En avançant un peu, il repéra un chariot retourné, et deux hommes assis contre, l'air de discuter. De loin, cela pouvait simplement ressembler à des voyageurs ayant eu un problème avec leur animal de somme et attendant de l'aide, mais avec la position embusquée du brigand découverte non loin, Natsuki trouvait que la scène sentait plus le piège qu'autre chose. Un rapide tour d'inspection lui permit de repérer un autre voleur dissimulé, lequel sentit arriver le ninja cette fois-ci, principalement lorsque le poing percuta sa tempe, et le fit sombrer dans le même monde que son camarade. A priori, il n'y avait plus que les deux hommes à découvert désormais. Et de là où il était, Natsuki pouvait voir Tanjiro arriver ainsi que les deux comédiens se mettre en place pour leur numéro de charme.

Avec un visage dépourvu de sourire, il décida d'attendre, et d'observer comment son cousin allait gérer la situation.


Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Messages : 29
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Mer 27 Nov 2013 - 11:29

« Et vous les enfants, qu'en pensez-vous ? »

La voix de Natsuki me sort de mes pensées. Alors comme ça des enfants nous regardaient? Me tournant vers eux, je vois que ce sont deux enfants du village nous apportant une sorte d'assiette avec de la nourriture (enfin j'imagine, vu qu'il y a l'assiette) dans un sac chacun. Vu la taille du sac que me fit passer Natsuki, il n'y aurais pas grand chose au repas de ce soir, mais bon, au moins les villageois ont fait l'effort de nous fournir de quoi manger, pas besoin de se plaindre en plus sur la quantité, alors qu'ils doivent avoir besoin de nourriture eux aussi.

Mon cousin les invite alors à regarder la suite du "spectacle", qu'il commence donc à réaliser devant eux. C'est une histoire bateau, mais réalisée en ombres animées alors les enfants, non habitués à ça, sont restés ébahis devant l'histoire, pendant que Natsuki faisait parfois des pauses dans les paroles pour manger, alors que les ombres continuaient leur travail. J'ai fini de manger et commence à m'approcher du sommeil lorsque j'entends des éclats de voix. Je me relève d'un bond, prêt à bloquer un projectile, avant de me rendre compte que ce ne sont que les parents qui viennent chercher leurs enfants car ils ont trop tardé pour amener la nourriture. Je me recouche pendant que Natsuki leur explique la situation. Je sais, c'est lâche, intolérable, etc... Mais il s'est fourré dans ce pétrin tout seul, et j'interviendrait (du haut des mes basse compétences en combat) pour l'aider.


Le lendemain, c'est le retour au train-train de la veille. J'avance lentement sur la route en tentant de trouver toute trace suspecte. Petit à petit, je finit par arriver devant un chariot retourné au sol, mais n'ayant pas eu de nouvelle de Natsuki, je reste sur mes gardes et regarde autour (j'avais repris l'apparence de femme peu après être sorti du village), pour repérer quelque chose de louche, sans encore savoir de quoi il s'agit. Ensuite, deux hommes arrivent, pour me demander de l'aide, au moins à décharger leur chariot pour qu'il soit plus simple de le remettre debout.

Je fais alors mine d'accepter et commence à faire le tour du chariot, avant de comprendre ce qui me chiffonnait depuis tout-à-l'heure. Il n'y a aucune trace! Normalement, un chariot, lorsqu'il se retourne et tombe, ça laisse des traces sur le sol, surtout s'il s'agit de terre.... Je comprends tout de suite le piège, et saute sur le côté pour m'éloigner d'eux.

C'est pour ça qu'il n'est pas venu... Il s'occupe des embusqués.

Etant deux, et puisque Natsuki n'est pas revenu, je choisi d'applique la stratégie du labyrinthe. Après tout, il y a deux possibilités. Soit il s'est occupé de tous les embusqués et il me surveille pour pouvoir m'aider en les surprenants si j'ai un souci, soit il s'est fait repérer par un brigand doué qui le retient.

Ayant les deux hommes dans mon champ de vision, je reprends mon apparence normale, commence les mudras et applique les mains au sol. La technique est lancée, et vu leur condition physique, je doute qu'ils puisse sauter aussi haut que les murs, alors ils ne penserons même pas à y essayer, ce qui réduit leurs chances de s'échapper du genjutsu.

Restant ensuite extrêmement concentré sur eux, en suivant leurs déplacement des yeux, je commence à m'approcher lentement, car si je bouge plus vite, je perdrais ma concentration. De plus, la sensation de perte de chakra me ralentit encore plus.

Reste à voir ce que fera ou dira Natsuki.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Informations
Grade : Bras droit de l'Hokage - Chef de la Racine
Messages : 1444
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Mer 27 Nov 2013 - 17:21

Accroupit devant un arbre, la métamorphose de Natsuki lui offrait un plutôt bon camouflage tant qu'il restait immobile. Et c'est ce qu'il fit, à quelques mètres seulement des futurs hostilités. Sa position lui permettait de rejoindre rapidement son cousin en cas de besoin, mais il souhaitait avant tout que ce dernier apprenne à se débrouiller seul, s'il en était capable. Une occasion de danger réel pour voir ce qu'il valait donc.

Comme il s'y attendait de la part d'un Nara, il pu voir la vivacité d'esprit de Tanjiro lorsque celui-ci s'approcha sous les traits d'une femme des deux individus. Ils semblaient avoir été prit au dépourvu de l'arrivée de quelqu'un, sans doute dû à l'absence d'un signal convenu avec les sentinelles, mais s'organisèrent bien vite pour accueillir leur délicieuse proie. En tendant les oreilles, Natsuki parvenait à capter le discours général qui se tenait. Les deux hommes avaient demandé au shinobi déguisé de les aider à faire quelque chose avec leur chariot, mais Tanjiro flaira visiblement le traquenard. D'un bond rapide, il creusa la distance avec ses adversaire, et dans une explosion poussiéreuse digne d'un pétard mouillé reprit son apparence normale. D'un point de vu extérieur, la scène apparaissait de façon étrange : son cousin fixait deux hommes habillés comme des voyageurs en train de marcher à tâtons, comme aveugle, dans des directions hasardeuses. Son fameux genjutsu. Le chûnin ne jugea pas utile de faire durer l'attente plus longtemps, car Tanjiro pouvait probablement les garder un bon moment ainsi. Il sembla alors apparaître soudainement au milieu des deux bandits, et frappa le premier avec force directement dans la tempe. Le corps n'avait même pas encore commencé à chuter qu'il s'était déjà retourné d'un bond pour balayer l'air du pied autour de lui. Il atteignit le second en pleine poitrine, et le projeta contre un arbre. Le rude contact entre la solide écorce du tronc et la plus fragile boite crânienne de la victime interrompit à mi-chemin le gémissement de celle-ci, qui sombra à son tour dans l'inconscience.


« Belle réaction. »
complimenta-t-il en se tournant vers son cousin. « Tu as su repérer le guet-apens, et agir en conséquence sans te faire blesser. Nous allons pouvoir les attacher et les interroger maintenant. »

Natsuki fouilla leurs affaires, et trouva en plus des provisions et probablement produits de pillage une corde qui fera amplement l'affaire pour l'usage qu'il avait en tête. Il la lança alors à Tanjiro, et le demanda de s'occuper de ces deux là déjà pendant que lui ramena les deux autres comparses qu'il avait neutralisé en chemin. Les uns après les autres, il les porta sur son épaule, et les amena un peu plus profondément dans la forêt, là où les passages humains étaient presque nulles. En coupant la corde, ils en avaient eu tous les deux assez pour leur entraver poings et pieds dans le dos, dans une position des plus inconfortables qui ressemblait beaucoup à celle des gibiers attrapés les quatre fers en l'air. A la différence que les captifs présents ne gisaient pas sur leur dos.

Lorsque les deux premiers reprirent conscience, ils purent apercevoir accroupit devant eux - en se tordant assez le cou pour lever la tête – un Natsuki à l'expression méconnaissable : il n'avait plus rien à voir avec celle d'il y a quelques minutes. Hier soir encore, Tanjiro avait pu voir son cousin avec un grand sourire sur les lèvres. Une expression sympathique perpétuellement dessinée sur les traits de son visage, il renvoyait l'image de quelqu'un d'agréable, voire de plaisant à fréquenter. Il avait même prit le temps d'amuser deux gamins dans une grange à l'aide de sa manipulation des ombre, leur offrant un peu de bonheur à sa façon dans un quotidien qui pouvait ne pas être toujours facile. Mais maintenant, ce côté de Natsuki semblait avoir complétement disparut. Son visage s'était entièrement fermé en une expression neutre.


« Je veux savoir où sont les autres. »
dit-il d'une voix évoquant le claquement du porte de plomb au premier qui croisa son regard.

Rien dans ses paroles ne laissant entendre une quelconque menace, mais le ton posé de sa voix compte tenu de la situation était dérangeant. Les yeux vides, la vie semblait avoir déserté son corps pour ne laisser qu'une coquille derrière, n'éprouvant plus la moindre émotion. Il ne s'offusqua même du chapelet de jurons fleurit qui s'échappa des lèvres de son prisonnier, rapidement rejoint par le second, lequel prétendait alternativement ne rien savoir et ne jamais trahir les siens. Le masque impénétrable de Natsuki resta immuable lorsqu'il se leva, puis posa le pot de miel trouvé dans les affaires de ses captifs devant le premier d'entre eux. Il ne proféra aucune menace, aucun avertissement, et se contenta, toujours avec la même expression qui donnait l'impression de contempler le néant, de relever sans ménagement le visage du criminel par les cheveux. De sa main libre, il plongea ses doigts dans le miel, et commença à le lui étaler sans douceur, en insistant bien sur les orifices naturels comme les yeux ou les oreilles. Sa victime jura de plus belle, et tenta de se débattre, mais sans succès. Ce n'est que lorsque que son tortionnaire acheva les préparatifs qu'elle comprit ce qui l'attendait. Le bandit fut trainé sans ménagement sur quelques mètres, avant de se retrouver la tête au-dessus d'une fourmilière plutôt impressionnante. Quiconque vivait dans le Pays du Feu connaissait cette espèce de fourmi, dont les spécimens pouvaient atteindre deux phalanges de doigts de longueur. Le pillard attaché en tout cas les connaissaient, à en juger par ses jurons qui se changèrent soudainement en supplications alors que son visage se tenait impuissant juste au-dessus de l'une des petites cheminées de terre, uniquement retenu par les cheveux.

Même sans s'y connaître en torture, il était aisé d'imaginer ce que des fourmis voraces pouvaient faire à un visage recouvert de douceur sucré, et surtout, jusqu'où elles étaient prête à s'enfoncer pour le prélever. S'ajoutait à cela leur intérêt pour les charognes, elles n'allaient donc pas refuser un peu de viande gracieusement offerte. Malgré ses yeux irrités par le miel, et ses oreilles bouchées de la même façon, le bandit n'éprouvait pas de grand peine pour comprendre ce qu'il allait advenir de lui. Il ne trouva aucun réconfort dans le regard de Natsuki, qui attendait toujours avec un visage dénué de vie. L'attitude dérangeante de son tortionnaire lui fit comprendre que ce dernier n'éprouverait aucun remord à mener son action jusqu'au bout, pas même la moindre hésitation s'il ne jouait pas tout de suite cartes sur table. Il se montra alors soudainement beaucoup plus loquasse, parlant précipitamment d'une voix éreintée par la peur, la douleur et le miel sans que Natsuki n'ai eu besoin de réitérer sa demande. Le chûnin le rejeta alors sur le côté, éloignant sa tête de l'entrée de la fourmilière dont quelques unes des occupantes avaient déjà commencé à flairer une douce odeur dans l'air, et agiter leurs antennes. Le miel coulait sur son visage en longs filaments collants, où se mêlaient poussières et autres spores que le vent portait au gré de ses souffles, mais cela n'empêcha le bandit de parler, et de révéler ce que voulait savoir le duo de Konoha. Ainsi la bande de brigands tant recherchée était actuellement à moins de deux kilomètres d'ici. C'était le moment ou jamais de frapper, avant qu'elle ne lève son camp provisoire. Cela dit, même si elle partait, maintenant que Natsuki avait leur piste, il finirait tôt ou tard par leur mettre la main dessus avec Tanjiro.

Restait à voir ce qu'ils allaient faire de leurs quatre prisonniers.


Ce que je déteste avoir raison...


Dernière édition par Nara Natsuki le Mer 12 Fév 2014 - 18:01, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Bras droit de l'Hokage - Chef de la Racine
Messages : 1444
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Mer 5 Fév 2014 - 1:13

Les mains sur les hanches, Natsuki observa d'un air satisfait le résultat de son travail. Devant lui se dressait une toute petite colline, jonchée de verdure, de feuilles et autres composant d'une nature printanière. A croire qu'elle avait toujours été là. Sauf que bien évidemment, ce n'était pas le cas. Emprisonnés derrière le dôme de pierre, quatre bandits attendaient pieds et poings liés dans une obscurité quasi-totale que leur geôlier daigne revenir. Ne voulant pas s'encombrer d'eux pour le moment, l'ainé Nara du duo avait utilisé le cordage qu'il gardait dans son sac et une technique dôton pour les maintenir tranquilles et à l'abri des regards le temps qu'il s'occupe du campement principal.

« Prenez le temps de méditer un peu sur vos actes. »
leur avait-il dit. « Et évitez de trop bouger, cela déclencherait les explosifs. »

D'explosifs bien sûr, il n'y en avait aucun. Mais lorsque l'on se retrouvait immobilisé et bâillonné dans le noir, il suffisait de donner une petite étincelle à l'imagination pour que celle-ci s'embrase instantanément.


« Bien. Nous allons pouvoir y aller Tanjiro. Nous nous occuperons d'eux plus tard. J'espère que tu te sens d'attaque pour prendre d'assaut un groupe de brigands, parce que nous allons leur tomber droit dessus dans très peu de temps. Bien sûr, nous n'allons pas charger de front, ce sera suicidaire. Mais si nous conservons l'avantage de la surprise, nous allons pouvoir leur causer de lourds dommages avant qu'ils ne s'organisent pour la contre-attaque – à supposer qu'il y en aura une. »


Prenant une voix plus sérieuse, Natsuki termina sur un conseil à l'attention de son cousin.


« Ne retiens surtout pas tes coups, et ne prends pas tes adversaires en pitié, car eux ne se poseront probablement pas la question. Il y aura des blessés, voire des morts, mais cela fait et fera toujours partie de notre quotidien. Alors agit en sorte pour que ce ne soit pas toi qui soit fauché. »


Sur ces mots, ils reprirent la route au pas de course. Natsuki prit un peu d'avance, et se chargea d'ouvrir la voie tout en s'assurant de ce qui se passait autour d'eux. Si le bandit ne leur avait pas mentit – ce dernier savait probablement que ce serait une sotte idée – alors ils n'étaient plus très loin de l'emplacement qu'ils cherchaient. Slalomant entre les arbres hors des sentiers battus, le shinobi tatoué ne tarda pas à plonger d'un coup, et se réceptionner derrière un large tronc étalé à même le sol. A en juger par la végétation qui avait élu domicile dessus, l'arbre s'était déraciné il y a plusieurs années. Mais ce n'était pas ce détail qui intéressait Natsuki. Retrouvant l'expression fermée qu'il avait arboré plus tôt dans la journée, il indiqua d'un signe de la main à Tanjiro de le rejoindre sans bruit. D'un murmure à peine audible, il lui indiqua qu'à quelques mètres d'eux était postée une sentinelle. Le bref coup d'œil du plus jeune du duo lui apprit que le garde en faction s'ennuyait ferme, au point de tracer quelque chose dans la terre du bout de son épée, preuve qu'il s'attendait plus au retour de ses compagnons restés sur la routes qu'à une intrusion. Il n'allait pas être déçu... Lorsque Tanjiro ramena son regard sur Natsuki pour proposer un plan d'action, il ne trouva plus personne à ses côtés. Englouti par la terre, son cousin tatoué avait utilisé sa technique de déplacement souterrain pour se déplacer furtivement jusqu'à sa cible inconsciente du danger.

Plutôt doué en dessin, et compte tenu des moyens rudimentaires dont il avait à sa disposition, la sentinelle était parvenu à tracer sur le sol le portrait d'une femme. Si la terre empêchait de déterminer la couleur de ses cheveux, tout ceux qui eurent l'occasion de poser leur yeux sur le dessin s'accordaient sur le fait qu'elle était agréable à regarder. Cependant, de personne à le voir il n'y en en qu'une – l'auteur – , et c'est donc ce qui expliqua qu'il fut le seul à se faire surprendre lorsque le portrait se déchira, laissant à sa place jaillir hors de terre le regard de la Mort précédé d'un poing. Poussé en avant par ses jambes solides, Natsuki n'avait eu qu'à bondir une fois la position de son adversaire confirmé. Il ne lui avait laissé le temps de rien, si ce n'était de le voir un court instant avant qu'un coup droit dans le nez ne le fasse sombrer dans l'inconscience. Les os du visage craquèrent dans un bruit sinistre lorsqu'ils se brisèrent sous la force d'impact qui les écrasa, mais là où il était, le garde ne devait plus sentir grand chose.

Poussé par son élan, Natsuki se réceptionna hors du sol avec pour seule tâche notable le sang qui maculait son poing gauche. Accroupis, il guetta les environs, et repéra un autre garde à bonne distance qui appela son compagnon pour savoir si tout allait bien, alerté par ce qu'il avait cru entendre. Il n'allait pas tarder à remarquer ou le corps inconscient de son ami étalé par terre, ou le shinobi qui se trouvait près de lui. Mais avant qu'il n'atteigne la porté effective d'un lancé de kunai efficace de l'héritier Nara, le cadet avait déjà prit la situation en main. Prompt à la réaction, il avait débusqué et commencé à contourner le deuxième garde sitôt que son cousin avait disparut, pour le neutraliser finalement à l'aide de l'Emprise des Ombres dans son dos. Une main sur la bouche en guise de bâillon se chargea d'étouffer ses cris le temps que Natsuki arrive sur lui et ne le neutralise d'une frappe précise.

Au travers des arbres, le campement que le duo cherchait était invisible à la vue. Mais les deux Nara entendaient distinctement une activité humaine toute proche. Se fiant à leur ouïe pour s'orienter, et sûrs que les bandits n'étaient pas loin, ils ne tardèrent pas à trouver des bivouacs dans un renfoncement de terrain, et quelques uns de leur propriétaires juste à côté. Dénombré à un total de six, le camps des brigands se voyait être très clairement en supériorité numérique face aux ninjas. Néanmoins, comme l'avait dit plus tôt Natsuki, tant qu'eux avaient l'avantage de la surprise, ils avaient très largement les moyens de l'emporter. Le tout était de savoir l'exploiter.

Et cela tombait bien, l'équipe de Konoha était justement composée exclusivement de membres d'un clan connu pour son sens inné de la stratégie.


Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Bras droit de l'Hokage - Chef de la Racine
Messages : 1444
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Mar 11 Fév 2014 - 17:55

Le déguisement ne fonctionnera pas longtemps, Natsuki le savait, mais suffisamment pour ce qu'il comptait faire. Sûr de lui, il marcha droit sur le campement en compagnie de Tanjiro et de deux autres clones. Les résidents actuels leur lancèrent un regard surpris, puis accoururent vers eux, sans la moindre animosité dans le regard. Et pour cause : eux ne voyaient que leurs quatre compagnons restés sur la route pour taxer l'honnête voyageur égaré. Aidé de la technique de métamorphose la plus basique, l'ainé Nara avait prit l'apparence du bandit qu'il avait torturé un peu plus tôt dans la journée, tout comme ses clones et Tanjiro avaient imité leurs compères. La transformation était probablement imparfaite, car elle n'avait pour référence que les souvenirs des deux shinobis : ils n'avaient pas détaillé plus que cela leurs prisonniers lors de la rencontre. Néanmoins, Natsuki avait ajouté un petit quelque chose afin de détourner l'attention. Si globalement, il arborait la même peau mâte que sa victime, sa courte barbe négligée et sa coupe de cheveux au carré, ce qui marquait sur son corps était surtout les traces de coups. Coupures, saletés, hématomes, plaies ouvertes, tout autant de signes qui laissaient entendre qu'une rude bataille avait eu lieu pour le quatuor de bandits. Et surtout pour l'un d'entre eux, incarné par l'un des clones de Natsuki, qui reposait sur l'épaule de celui-ci inconscient ou mort. Le mot passa très vite, et les six bandits visible du camp ne tardèrent pas à être tous autour du groupe d'arrivants pour leur demander des explications. Sans un mot, Natsuki déposa le '' corps de son compagnon d'arme '' à même le sol, puis balaya la foule massée autour d'eux du regard. Tous étaient là, c'était le moment d'agir.

L'ainé Nara se déploya en une fraction de seconde comme un ressort devant lui, et frappa d'un déluge de coups de poings le bandit qui lui faisait face, tandis que le clone qu'un des bandits examinait au sol frappa rudement son médecin improvisé en plein visage. L'effet de surprise dura une seconde. Durant la deuxième, chacun chercha à comprendre quelle mouche avait piqué leur compagnons pour qu'ils les agressent ainsi. Et c'est ce doute qui changea l'issu du combat. Profitant de la position regroupé de ses ennemis, Natsuki les écarta tous d'un bond au cours duquel il tournoya sur lui-même une jambe tendue, rompant au passage sa métamorphose. Les clones comme Tanjiro se jetèrent alors chacun sur leur cible. Certains succombèrent sur le coup, un autre parvint à occire le double qui l'agressait, mais au final, chacun eu droit à son combat. Et visiblement, le Natsuki original écopa du plus talentueux du groupe.

« Un ninja...
 » comprit-t-il dès que les premiers coups furent échangés

Quelque chose dans la façon de se battre du bandit indiquait très clairement qu'il n'avait simplement toujours vécu sur les routes, et développé son habilité à la lame en pillant son prochain. Il tenta de rompre le combat en prenant du recul, mais Natsuki ne le quitta pas d'une semelle, enchainant les bonds pour ne pas laisser l'écart se creuser. Ce petit jeu les amena à s'éloigner des autres combats, mais le shinobi de Konoha ne s'en formalisa pas. Il avait encore un clone sur place, et faisait confiance à Tanjiro pour se débrouiller. Son esprit n'était focalisé que sur une seule chose : vaincre son adversaire. Un éclair fusa soudainement des doigts de celui-ci, confirmant les soupçons de l'ainé Nara alors qu'il esquiva de justesse l'arc électrique d'une acrobatie latérale. Il ne s'était même pas encore réceptionné tout à fait sur ses pieds que son adversaire était déjà sur lui, son épée argentée tirée au clair. Il frappa d'estoc, mais Natsuki para le coup à l'aide de l'un de ses tonfas dégainé, puis se voûta pour se projeter vers l'avant. Son coude le cogna en plein visage, suite à quoi il déplia son bras tel un serpent pour l'enrouler autour du cou de sa victime. Il l'attira à lui avec d'autant plus d'aisance, et abattit son genoux sur son entre-jambe. Un coup de son arme de prédilection fut destiné à la tempe droite qu'il visait, mais le bandit l'esquiva en se jetant tête en arrière plutôt que de se recroqueviller après la frappe vicieuse – frappe qu'il ne donna même pas l'impression d'avoir senti -, et se dégagea de l'étreinte en repoussant le ninja tatoué de ses deux pieds. Natsuki fut contraint de le lâcher lorsque la rude attaque l'atteignit dans le ventre, ce qui marqua la premier temps de rupture de ce combat.

Le nukenin décrivit plusieurs arcs avec son sabre après sa réception en position de garde, puis commença à marcher en demi-cercle autour de son adversaire, accélérant progressivement la cadence, contraignant ainsi l'autre à tourner sur lui-même pour ne pas le perdre de vue. Le silence régnait entre eux, même si les combats dans le campement continuaient de faire rage. Un nouveau clone venait d'être détruit, ce qui informa Natsuki que tout était presque sous contrôle là bas. Le chef des criminels recherchés accéléra encore le pas. Par les gestes fluides, souples de son arme, il cherchait à tromper, mystifier, hypnotiser. Ou plus exactement, à préparer son prochain coup, car il avait très vite comprit que ce genre de tours ne prendra pas avec le shinobi tatoué. Il fit siffler son épée, et raccourci de deux pas rapides la distance qui le séparait de son opposant. Il frappa avec force en circulaire. Natsuki se replia en exécutant une pirouette, et se redressa en atterrissant avec assurance sur sa jambe droite. D'une brève impulsion de chakra, il chargea immédiatement pour surprendre. Et avant même que son tonfa ne se heurte à la parade du bandit, il virevoltait déjà autour de lui, avançant légèrement sous les coups sifflants. Il frappa encore, sans élan, mais en tordant son coude d'une manière surréaliste, stupéfiante. Le nukenin dévia l'assaut, mettant à profit son propre élan pour riposter aussitôt par la gauche. Natsuki s'y attendait, et profita d'une légère flexion des genoux et d'un balancement du corps pour glisser tout entier, en une fraction de seconde, sous la lame. La contre-attaque, un fauchage de la jambe, fut immédiate, mais cette fois-ci, ce fut le criminel qui l'attendit au tournant. L'ainé Nara ne rencontra aucune résistance, simplement la froide lame de son adversaire dans le bras malgré sa tentative de s'extraire d'un bond fulgurant. L'instant d'après, il sentit un liquide chaud couler sous son aisselle. Le combat se poursuivit de plus bel.

Le bandit reprit l'offensive en se jeta à nouveau sur lui brusquement et assena de multiples coups en croix à une vitesse fulgurante, agitant son arme dans des feintes éclaires. Une mauvaise parade ou une autre erreur de la part de Natsuki entrainerait la fin du combat, il le savait. Ce qui n'empêcha pas son adversaire de prendre un risque calculé. Le Konohajin se déploya adroitement vers l'avant, écarta la lame dressée contre lui du dos de son poing libre, et toucha d'un coup sur la droite. Une soudaine libération de l'énergie de son pied, similaire à ce qu'il utilisait pour voler, souleva un nuage de poussière. Le bandit hésita une fraction de seconde, Natsuki non. Il frappa à nouveau sur le côté droit, si vite que le criminel chancela après sa parade de justesse. Il en profita, et attaqua de sa deuxième jambe, qui produisit un impact violent du talon au niveau de la mâchoire inférieure. Il continua, se fendant vers l'avant, allongeant au maximum son bras dans l'arc de cercle de son tonfa. Le bandit ne trembla même pas quand la soudaine lame de vent apparut sur l'arme de son adversaire lui déchira la poitrine et le bras gauche. Le sang coula abondamment de sa large entaille, mais pas très longtemps. La vie avait déjà déserté son corps lorsqu'il s'écroula dans l'herbe rapidement prise d'une teinte écarlate, son épée tombée près de lui. Natsuki ne lui accorda même pas un regard, certain d'avoir tranché le cœur lors de son attaque.

Ce combat était terminé, il devait maintenant s'assurer que tout allait bien pour Tanjiro.


Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Informations
Grade : Bras droit de l'Hokage - Chef de la Racine
Messages : 1444
Rang : SSS


Message(#) Sujet: Re: Un air de déjà vu [ Rang C ] Mer 12 Fév 2014 - 17:45

Quand Natsuki atteignit le campement où s'étaient battu Tanjiro et ses clones, les hostilités étaient déjà terminées. Il ne restait plus que son cousin Nara encore debout, au milieu des bandits étalés dans la terre. Tous les doubles qu'il avait créée s'étaient fait battre à un moment ou à un autre de l'affrontement, mais au final, la victoire appartenait tout de même à Konoha. Tanjiro portait quelques blessures, mais à première vue rien qui ne mettait sa vie en danger, ce qui n'était pas le cas de tous ici. En évaluant l'état des victimes du combat, Natsuki en compta deux avec de sévères blessures, et un qui ne relèvera sans doute jamais. Les autres étaient simplement prostrés par-terre, vaincu et ayant jugé bon de ne plus bouger. Sans aucun doute, les deux victimes les moins amochées s'étaient frottées à Tanjiro, qui soit par retenu, soit par incapacité encore de faire mieux ne les avait pas plus mis à mal. Les clones eux, avaient fait démonstration de la même façon d'agir que leur créateur, et s'étaient battu au maximum de leurs capacités, conscients qu'ils n'avaient pas droit à l'erreur : s'ils avaient tous disparut avant la fin du combat, il auraient laissé leur jeune cousin seul contre tous les autres. Nul n'avait besoin d'être très imaginatif pour envisager ce qu'il serait advenu de lui dans ce cas là.

La mission touchait à sa fin, il était temps de séparer le groupe. Utilisant alors à nouveau la technique de clonage, Natsuki forma cinq nouveaux réceptacles qu'il gorgea au maximum de chakra avant de les envoyer avec Tanjiro récupérer les premiers bandits neutralisés. Avec la charge qu'ils avaient reçu, les clones avaient de quoi tenir plusieurs heures, ce qui au cœur d'un combat n'avait bien sûr pas d'intérêt. L'héritier Nara de son côté se chargea de ramener ceux qui gisaient ici. Mais pas tout de suite. Commençant par activer un sceau sur un parchemin qu'il transportait dans l'une des poches de son gilet tactique de combat, il fit apparaître le nécessaire de premier secours, et avec l'aide d'un autre clone s'occupa de sa blessure au bras. Il n'était pas médecin, aussi ses connaissances dans le domaine médical se limitaient à la base : immobiliser une fracture, panser une plaie, remettre en place une articulation, le tout avec un succès qui n'étaient pas toujours garantie. Dans le cas de sa coupure, c'était plutôt simple : du sang s'en écoulait, le but du jeu était qu'il reste à l'intérieur. Ceci fait, il s'attela de son mieux auprès des bandits qui en avaient besoin. Quoi qu'ils aient fait durant leur carrière sur les routes, ils ne méritaient pas que l'on les laisse mourir ainsi sans rien faire, pas alors qu'ils gisaient désormais sans défense. Mais une fois encore, ce n'étaient pas des mains expertes en soins qui s'occupèrent d'eux. Natsuki avait plus l'habitude de causer les blessures que de les soigner, et savait davantage faucher les vies que les préserver. Pour autant, il ne tenait pas à accumuler les cadavres derrière lui : quand ce n'était pas nécessaire, il ne donnait pas de travail supplémentaire au fossoyeur.

Le bandit avec une fracture ouverte refusa les soins de la part de celui qui l'avait battu, auquel cas Natsuki n'insista pas : ce n'était qu'une affaire de minutes avant qu'il ne perde assez de sang pour sombrer dans l'inconscience. Un autre écopa de coups supplémentaires, mais seulement juste assez pour tarir la fontaine de jurons qui lui servait de bouche. Les autres allant relativement bien, ils prirent la route en direction de Konoha sous l'étroite surveillance d'une nouvelle série de clones de l'héritier Nara. Les bandits en état de marcher eurent le droit d'user encore un peu leurs bottes, tandis que les inconscients furent portés à même l'épaule de leurs collègues en meilleure forme. Quant aux deux cadavres, Natsuki se chargea personnellement de leur transport après les avoir emballé respectivement dans un sac de couchage. Deux doubles enfin se chargèrent de porter dans des sacs le butin qu'ils avaient amassé en inspectant l'ensemble du camp. Il y avait ça et là de l'argent, des bijoux, et tout un tas d'autres babioles que l'on trouve habituellement dans un campement – babioles elles-même récupérées avant cela dans les poches des voyageurs pillés. N'appartenant plus à personne, le magot finira sûrement dans les caisses mêmes du Village. Pour le reste – armes, bivouacs, ustensiles, carnets etc... -, sans doute sa récupération fera-t-elle l'objet d'une autre assignations pour de jeunes genins. L'on ne pouvait laisser trainer tout cela dans la nature après tout, qui sait qui pourrait tomber dessus ?

Lorsqu'il s'agissait de livrer des criminels, des cadavres ou plus globalement tout ce qui n'avait pas besoin d'être vu par la population générale de Konoha, les shinobis ne se présentaient pas aux Grandes Portes du Village, mais à une entrée annexe réservée à leur usage. C'est donc vers celle-ci que Natsuki apporta dans la soirée sa '' livraison '', tout comme l'avait fait Tanjiro une demi-heure avant lui. Ce dernier n'avait d'ailleurs parut pas semblé nécessaire de l'attendre pour faire valider leur assignation, à en croire le souvenir qui germa dans son esprit quand ses clones disparurent. Tant pis, il lui proposera à une autre occasion de l'entrainer dans l'art de la Manipulation des Ombres. Mais pour l'heure, il avait d'autres projets en tête : avec la quantité de chakra qu'il avait dépensé en clonage aujourd'hui, il n'aspirait qu'à aller se coucher après une bonne douche. Ne restait qu'à espérer que l'hôpital ne contrarie pas sa perspective d'une longue nuit salvatrice en le gardant dans ses murs à cause de sa blessure.

Quelques points de suture devraient suffirent...


Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Un air de déjà vu [ Rang C ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Forêt de Hi no Kuni-