N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Château d'Azuchi : La guerre du corps et de l'esprit !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Informations
Messages : 39
Rang : C

Message(#) Sujet: Château d'Azuchi : La guerre du corps et de l'esprit ! Mar 10 Déc - 16:51

Comment définir cette journée autrement que par le mort merdique ? Ouais en fait non, y avait pas d'autre mot ! Ma journée était merdique.

Voilà maintenant un mois que je suivais les cours de l'académie shinobi. Un mois d'enfer si je puis me permettre. Je dois avouer qu'être la nana la plus âgée de la classe était assez pénible. Non-content de devoir supporter les regards plein d'idées malsaines de minots incapables de bander leurs arcs (ou autres choses) correctement était légèrement agaçant, mais bon ... Comme l'avais dit Kyosuke, il fallait à présent suivre une éducation traditionnelle pour parvenir à devenir genin.
Soit, je m'étais pliée à ses désirs, supportant toutes les incommodités de la situation avec aisances.

La preuve, mon calvaire s'arrêter là à présent et je tenais fermement mon petit bandeau de Kumo entre mes mains, les yeux remplies de fiertés et d'avidité.
J'aurais normalement assez rapidement mon affection dans une équipe afin de pouvoir continuer, j'espérais juste que les choses seraient moins déplaisante à présent et que mon sensei serait mignon, célibataire et disposés à ... Non à rien en fait ...

Voilà que mon esprit divagué, mais je devais me hâter de rentrer au palais, nous recevions le raikage ce soir.
Un nouveau soupir m'échappa malgré tout, la soirée promettait d'être ... Ennuyante, mais bon ! Je dîne avec eux et je m'en vais prendre un bon bain dans le rotemburo ! J'espérais au moins que le nouveau raikage ne serait pas un vieux grigou sans dent. J'avais assez donné dernièrement.

Bref, je remontais donc tranquillement, telle une gentille écolière vers le château où je rejoignais immédiatement ma chambre afin de me préparer. Kyosuke avait bien insisté sur le fait que je devais être impeccable et parfaitement à mon avantage pour recevoir le dirigeant de notre pays. Encore un vieux... Je me coiffais habillement avant d'enfiler une longue robe de soirée mettant tout à son avantage ma jolie poitrine et les formes de mon corps en les moulants habillements.

Je réajustais alors l'un des jupons avant de laisser une servante me draper les épaules d'une fine cape de soie et finir d'arranger ma longue chevelure en un chignon sophistiqué.
Mon maquillage était déjà à la pointe de la perfection, soulignant habillement mon regard et rendant mes lèvres pulpeuses à souhait par une rose pâle presque invisible. J'étais prête à accueillir comme il se devait le nouveau dirigeant du pays.

Je me permis alors de prendre mon temps pour traverser les longs couloirs du château avant d'attendre dans la cuisine en compagnie du cuisinier, toujours prêt à satisfaire ma gourmandise, l'arrivée de notre hôte.

La cloche sonna soudain et des gardes m'informèrent de son arrivée. C'est donc d'une démarche tranquille, que je m'avançais à sa rencontre, prête à devoir tenir la main à un papi de plus de soixante ans.


Dernière édition par Hiyori Maeda le Jeu 12 Déc - 19:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Château d'Azuchi : La guerre du corps et de l'esprit ! Mer 11 Déc - 21:43

Les relations, la paperasse, les entrevues… Karasu Tsumei avait toujours aimé être au cœur de son sujet. Accomplir sa mission, récolter des informations, aller sur le terrain… Il n’était pas de ceux qui pouvaient se contenter de rester derrière son bureau. Mais à cela s’ajoutait un côté droit et respectueux. Ainsi, lorsque le Daimyô de Kaminari no Kuni et ses deux conseillers eurent décidé de le nommer à la tête du village de Kumo, il n’eut même pas le loisir de penser à refuser. Dès lors, il avait accepté la charge de Yondaime Raïkage avec toutes les choses, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, qui y étaient liées.

Aujourd’hui, et après quelques temps de marche accompagné d’un Jônin, la nouvelle Ombre s’était dirigé vers un château, pour y exaucer une énième requête. Une famille importante du pays, qui faisait fortune dans l’armement militaire. En ces temps de guerre, il était tout à fait logique de se montrer courtois. C’est ainsi qu’en recevant une lettre de la sœur du Daimyô de cette famille, le Karasu sut bien qu’il allait devoir mettre cette visite à l’ordre de ses priorités.

Cependant, Tsumei n’avait pas pris son nouveau rôle comme un changement imposé. Non, il avait depuis le début décidé de rester avant tout lui-même. Homme de terrain, Kumojin, homme tout court… C’est pourquoi il se contenta simplement d’informer la sœur par une simple lettre formulée à l’affirmatif. Rien de faux, aucun compliment de trop. Il resta simple, comme à son habitude.

La demeure était grande. Un vrai petit château, dont les gardes s’empressèrent de prévenir les locataires de l’arrivée du Kage. Ce n’était pas trop le genre de ce dernier, qui aimait les choses simples. Heureusement que son palais était lieu de nombreux bureaux et autres lieux importants, car il ne pourrait se permettre de vivre dans un si grand espace.

On vint lui ouvrir, et c’est non pas l’un des quelques gardes que Tsumei remarqua mais bien la jeune femme qui se présenta à lui. En repensant à sa lettre, elle s’était décrite comme une nouvelle kunoïchi. La vingtaine d’années dans un corps qui n’avait rien d’exceptionnel ou d’hors du commun, contrairement à la bâtisse où elle vivait. Car oui, le Karasu avait vite compris qu’il avait en face de lui la fameuse sœur. La rédactrice de cette lettre…
    Hiyori Maeda je présume ? Je suis Karasu Tsumei, Yondaime Raïkage, enchanté.
Il lui tendit sa main qu’elle serra, puis se tourna vers son gradé. Un léger abaissement de tête lui fit comprendre qu’il pouvait rester dehors, en attendant les prochaines instructions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Informations
Messages : 39
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Château d'Azuchi : La guerre du corps et de l'esprit ! Jeu 12 Déc - 20:25

Lorsque j'ouvris la porte, je restais de marbre ... Pétrifiée de surprise et de stupéfaction devant l'homme se tenant devant moi. Mes yeux marquèrent sans le cacher l'ahurissement qui m'avait envahi à la vue du nouveau raikage et je ne bougeais pas durant de longue seconde, ma bouche allant même jusqu'à s'ouvrir et à marquer mon état d'esprit :


"Oh !"


Tel une enfant effrayée, je reculais d'un pas, beaucoup trop intimidée pour oser parler. De la jeune fille assurée et fière, j'en redevenais une jeune adolescente prise par les méandres de la confusion. Je finis cependant par reprendre convenance et écartant d'un geste souple et habile ma large robe, je me saisis de la main tendue du raikage avant de faire la révérence tout en tenant sa main pour le saluer :


"Bienvenue dans notre demeure monseigneur !"


Je me redressais alors et je rougis de plus belle. Non mais il était passé ou mon vieillard super moche et repoussant !!! Pourquoi diantre le nouveau raikage était un ... wooowwww ...
Il venait de passer devant moi suite à mon invitation et me laissa tout le loisir d'admirer son splendide, sculptural, trop beau fessier.
Oulà, ça va plus ma chérie, rentre-moi cette langue, élégance et dignitier ... Dur quand l'homme que vous pensez être n'est pas tout à fait ce à quoi vous vous attendiez. J'avais tous les sens en éveil et je commençais à me demander si je pouvais ... Je ne sais pas moi ... Lui faire genre une prise de Taijutsu, je le coince contre un mur et je glisse ma main dans son carquois voir si ses flèches sont prêtes à l'emploi.
Nouvelle gifle mentale, je pousse un petit soupir afin de contrôler mes émotions, bats des cils avec applications et propose à mon hôte de me suivre :


"Je vous en pris seigneur, mon frère vous attend au salon !"


Il était d'usage de faire la conversation à une convive, aussi, j'entrepris de faire en sorte de lui complaire avant que le sujet ne devienne plus technique. Le petit diablotin qui avait quelques secondes avant envahit mon esprit avait disparut :


"Nous ne savions pas quels étaient vos gouts en matière de mets culinaires, aussi notre cuisinier à préféré préparer un panel de plats en provenance de tout Kumo."


J'avais retrouvé petit à petit mon coté sage et lorsque nous pénétrâmes dans le salon, je laissais tout le loisir à mon frère de reprendre en main les hostilités, ce dernier s'avançant vers nous pour saluer le raikage alors que moi-même, je restais légèrement en retrait, parfaite potiche dans cet univers masculin.
Soirée bonne ou non, je l'ignorais et je préférais finalement me retirer pour vaquer à mes propres occupations, ressortant du palais pour retrouver le serviteur du raikage que j'invitais à rentrer avec moi dans l'enceinte du château :


"Mon frère à fait préparer une chambre pour votre maître ! Puis je vous en proposer une aussi afin que vous puissiez vous reposer ?"


Voilà toutes les mondanités de faites pour la journée, je pouvais enfin me reposer et me laisser aller comme j'en avais envie.
C'est donc uniquement vêtu d'un fin Yukata, que je traversais l'ensemble des couloirs pour rejoindre notre rotemburo, notre fierté.
La vaste pièce donnant sur l'extérieur était remplie d'un épais nuage de vapeur chaude et je n'attendis pas plus longtemps pour jeter mes vêtements au travers des vestiaires avant de me plonger dans l'eau bouillonnante.
La chaleur sur mon corps me fit un bien fou et alors que je m'immergeais totalement, j'en oubliais presque mes tracas, mes pensées.
Cependant, ces dernières ne tardèrent pas à revenir au galop.
Je me saisis alors d'une serviette avant de m'enfoncer dans la brume chaude, allant me positionner à mon endroit favori. Sur un rebord à moitié immergé dans l'eau chaude tout au fond de la salle, se trouvait un petit bassin rempli de carpes japonaises que j'affectionnais tant. Les poissons étaient bêtes, mais reposants.
Mes yeux se fermèrent et je me laissais aller au repos et à la sérénité ... Du moins ... Pas pour très longtemps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Château d'Azuchi : La guerre du corps et de l'esprit ! Jeu 12 Déc - 22:15

Une prise de main et des politesses qui firent honneur à la famille Hidori. Peut-être même qu’il y en avait un peu trop. Tsumei ne savait pas trop pourquoi, mais il avait encore du mal avec les marques de noblesse et autres mots honorifiques. Le « monseigneur » ou même « seigneur » lui paraissaient non pas inappropriés mais plutôt… dérangeants. Lui qui avait toujours agi dans l’ombre, le voilà sous la lumière depuis qu’il était devenu Ombre. De plus, son caractère franc et direct ne rentrait clairement pas avec les excès de politesse et de faux-semblants. Mais ce n’était pas ce qui semblait primer aujourd’hui. La famille qu’il rencontrait avait toujours aidé Kaminari no Kuni et Kumo.

Les discussions s’enchainèrent rapidement autour d’un repas bien savoureux. Le frère et donc le Daimyô s’était montré très compréhensif et il semblait que ses budgets autant que ses souhaits rentraient en parfaite cohésion avec ce qui avait été décidé au préalable par le Conseil des Nuages. C’est pourquoi l’entrevue alla rapidement vers d’autres sujets, plus simples, plus personnels. Ce n’était pas forcément déplaisant pour le Kage, qui resta tout de même imbu de lui-même et professionnel… voire secret.

A la fin de ceci, le frère proposa vu que la nuit commençait à tomber de la relaxation au Raïkage. Ce dernier, intéressé par le bain chaud acquiesça aussi pour ne pas paraître impoli en refusant une offre amicale et écouta pour en savoir plus. Ainsi il sortit de la salle où les pourparlers s’étaient finalement très bien déroulés. Il se dirigea vers l’entrée du château, et y apprit que son shinobi avait été autorisé à rentrer. Tant mieux. Il ne tarda pas à le retrouver dans un couloir proche de la salle à manger.
    Maître, est-ce que tout va comme vous voulez ?
    Oui. Tu aurais déjà pu t’installer dans ta chambre, mais j’apprécie le fait que tu m’aies attendu. Tu peux prendre congé, je vais pour ma part prendre un bain.
    Bien Yondaime, je serai dans la chambre à côté.
Sur quoi les deux shinobis se saluèrent, avant d’aller chacun vers une destination différente. Ayant bien écouté le Daimyô de la famille, le Karasu n’eut pas de mal à trouver la pièce voulue. Mais comme ce dernier l’avait soupçonné, sa sœur était probablement en train d’en profiter actuellement.

En effet, un vêtement laissé par terre indiqua clairement que quelqu’un utilisait déjà la source chaude de la famille. La sœur, probablement, à moins que les gardes ne soient autorisés à prendre un bain si tard, ou qu’il y ait d’autres membres de la famille présents. Peut-être des amis ? Dans tous les cas, le Yondaime se voulut prévenant.
    Excusez-moi de vous déranger, mais pourriez-vous venir dans ma chambre me prévenir une fois que vous aurez terminé ? Surtout ne vous pressez pas. Merci.
Et bien entendu, il n’était pas rentré, ayant dont dit tout cela en restant sur le seuil, dans le couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Informations
Messages : 39
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Château d'Azuchi : La guerre du corps et de l'esprit ! Ven 13 Déc - 12:37

J'étais occupée à la contemplation des merveilleuses carpes lorsque soudain une voix se fit entendre dans mon dos. Surprise je me redressais d'un bond sans pour autant me retourner, mes longs cheveux faisant cascade dans mon dos, je restais un instant surprise par ce que je venais d'entendre.
Soudain, je réagis plus à l'instinct qu'à la réflexion, je traverse le bassin en courant comme une folle, attrape une serviette m'enroule dedans à la va vite et ouvre la porte presque en même temps :


"Exc... Excusez-moi Raikage sama !"


Je failli presque me cogner contre lui dans ma précipitation et lorsque je redressais le visage, je n'étais qu'à quelques centimètres de lui. Alors là, je fis la seule chose à ne pas faire. Je rougis, devenant aussi écarlate qu'une pivoine en fleur avant de reprendre une distance respectable en même temps que ma respiration. Il me fallut quelques secondes avant de me mettre à parler, remettant une mèche de cheveux en place tout en évitant le regard de l'homme en face de moi :


"Vous ne me dérangez pas ! C'est plutôt moi !"


Hiyori ou comment se retrouver à moitié à poil devant le dirigeant du pays et être soudain prise d'une crise de panique sans précédent au point d'en perdre la parole.
Que devais-je dire ? Lui proposer un massage ? Non, ça serait déplacé ... Mais terriblement excitant ... Retourne dans ton panier toi l'esprit pervers è_é ! Ce n'est pas le moment !
J'essaye de sourire, timidement, tout en me dandinant sur place avant de proposer une solution qui me semble à la fois poli et convenable :


"Euh ... J'ai presque fini, mais si vous le souhaitez, le rotemburô est immense, si cela ne vous gênes pas, nous pouvons partager ! Je m'en voudrais de vous faire faire un aller-retour inutile, je sais que votre temps et précieux et vous ne devez pas disposer de beaucoup pour vous reposer à présent !"


Bien entendu, je garderais ma serviette, et je m'écarte un peu pour le laisser rentrer dans l'imposante pièce tout en baissant la tête, une nouvelle mèche de cheveux se glissant devant mon visage.
Alors, avec un petit sourire, je m'en retourne vers les bains, lui laissant profiter d'un peu d'intimité et d'une vue agréable sur mon postérieur alors que je m'enfonce doucement dans l'eau, m'en retournant vers mon bassin poissonneux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Château d'Azuchi : La guerre du corps et de l'esprit ! Sam 14 Déc - 12:46

Ayant prévenu la personne utilisant la source chaude, Tsumei se retourna simplement et commença à marcher. Pourtant, un bruit l’invita à s’arrêter, et même à se retourner. Une voix se fit alors entendre, confirmant alors ce qu’il avait au préalable pensé : c’était bien la sœur qui s’était pris une séance de relaxation. La porte s’était ouverte, et avait dévoilé Maeda Hiyori d’une autre manière. En effet, seule une serviette lui servait de vêtement. De quoi embarrasser le Raïkage, qui se contenta d’écouter et de garder son sérieux.

Elle se disait désolée, et qu’il ne la dérangeait pas. Des politesses probables qui venaient s’ajouter à celles déjà énumérées au court de cette soirée qui restait tout de même plaisante. Un silence s’installa pendant un court instant, et la jeune femme reprit. Du respect et des politesses encore et encore… mais cette fois-ci elle fit une proposition des plus… délicates.

Partager la source chaude ? Un piège dans lequel le Karasu aurait bien voulu éviter de tomber. Il n’était pas spécialement fatigué, mais il était vrai qu’à présent, la source lui faisait terriblement envie. Mais il pouvait être clairement déplacé de partager cette dernière avec une femme. Pourtant, la buée rendait les petites parties du corps à peine visibles. Les pensées du Raïkage s’emmêlèrent.
    Bien si vous y tenez.
Mais il avait fini par accepter, considérant que personne ne pouvait voir l’autre à cause de la buée et de l’eau des sources chaudes, et aussi parce qu’il ne voulait pas vexer la jeune kunoïchi.

Il pénétra dans la pièce, et alla chercher deux serviettes qu’il trouva sans difficulté. Caché, il se déshabilla et s’entoura d’une des deux serviettes, et garda la seconde sur son avant-bras.

Il pénétra ensuite dans l’eau, gardant sa serviette pour ne pas dévoiler son anatomie à Hiyori. Une fois cela fait, il ressortit la serviette trempée et la posa sur le rebord du bain.
    Ah…
Cela faisait vraiment du bien. Mais le Karasu était toujours légèrement gêné de partager ce bain avec une femme. Surtout lorsque celle-ci était une Kumojin qui était la sœur apparemment adoptive d’un chef d’une des familles importantes de Kaminari no Kuni…
Il fallait juste ne pas y penser. C’est ce qu’il se répéta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Informations
Messages : 39
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Château d'Azuchi : La guerre du corps et de l'esprit ! Sam 14 Déc - 13:32

Nous y voilà donc. J'entendis les bruissements caractéristiques de quelqu'un pénétrant dans l'âtre liquide de l'eau et un petit sourire curieux s'afficha sur mon visage alors que je continuais à jouer avec les carpes. Cette activité m'occupait pour le moment, mais plus pour très longtemps selon mes pronostics.
Telle, une diva, je prends soin d'enrouler mes cheveux autour d'eux même pour former un gros chignon à l'arrière de mon crâne, dévoilant ainsi cette partie si sensuelle qu'est la nuque d'après les livres. Je compte bien en vérifier l'exactitude ici et maintenant, mais d'abord, je dois m'assurer de quelques choses.
Me laissant aller dans l'eau, je flotte, mais surtout j'observe la lourde armature en bois qui retient le toit protégeant le rotembûro.
Comme je m'y attendais, les gardes habituellement chargés de ma protection et de mon chaperonnage on disparut pour faire place à l'intimité du raikage. Si j'avais un jour pensé que cela soit possible. Me voici enfin seule, libre de mes mouvements et de faire ce que je veux !
Je ne peux retenir un petit éclat de rire cristallin devant cela et je me retourne dans l'eau avant de nager doucement vers l'endroit ou le raikage à pris place.
Mes yeux firent alors le tour de l'étendue d'eau avant que finalement, je me mette à parler en l'apercevant. Je fis alors que preuve une nouvelle fois de timidité, cette dernière revenant au galop quand je m'y attendais le mien :


"Excusez mon impertinence, mais je me suis dit que nous pourrions peut-être faire la conversation !"


Je baissais les yeux, pleine d'embarras :


"C'est que j'ai rarement l'occasion de voir du monde ici ! Habituellement, je vis seule avec les domestiques depuis que j'ai commencé mes études ce n'est pas très plaisant, mais je ne veux pas non plus vous importunez !"


L'air de rien, je me rapproche un peu de lui et m'installe à environ deux trois mètres en face de lui en prenant soin de garder ma serviette serrer autour de ma poitrine. C'est que j'en deviens timide intérieurement aussi. Je porte par contre un intérêt tout particulier à la musculature prédominante que je peux apercevoir sur son torse. Miam. Mais le rouge me monte vite aux joues alors que je décide de lancer un sujet :


"On m'a dit que vous étiez un épéiste de grande renommée ! Cela doit être assez impressionnant à voir ! Peut-être un jour me montrerez-vous comment vous maniez votre épée, je suis assez curieuse de voir ça !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

Message(#) Sujet: Re: Château d'Azuchi : La guerre du corps et de l'esprit ! Sam 21 Déc - 18:56

L’eau était chaude. Une température à laquelle il fallait s’accoutumer pour les premiers instants, mais presque parfaite ensuite. La douceur de la pensée, la relaxation des muscles… tant de sensations délicieuses qui devinrent à coup sûr le meilleur moment de cette journée. Karasu Tsumei avait presque oublié avec le temps ce que les simples sources d’eau chaude pouvaient procurer. Un plaisir si intense et si simple. La simplicité… Encore et toujours. Un Raïkage noble et simple, voilà ce qu’on disait du Yondaime depuis sa récente nomination. Un lien intéressant.

La jeune femme nagea jusqu’à lui. Il l’avait presque oubliée. Mais non, la sœur adoptive était bien là, et désirait faire la conversation. Embarrassé était un sentiment juste ressenti par le chef de Kumo, mais rien ne le trahissait. Ses joues ne rougissaient pas, par exemple. Il avait depuis longtemps su atteindre un puissant contrôle de lui-même. Mais son utilité avait souvent fait ses preuves dans d’autres conditions.


Mais ce n’était pas la même chose pour elle. Le teint de ses joues se marqua alors qu’elle avait posé une question plus qu’ambiguë. Manier son épée ? Il était vrai que les talents de sabreur du Karasu avaient été l’objet de nombreuses rumeurs au sein de Kumo et de Kaminari no Kuni. Mais de là à tourner cette phrase ainsi…
    Ah bon ?
Une question qui n’en était pas une. La réponse idéale, pour bel et bien répondre dans relancer le sujet. Une réponse bien indirecte, c’était chose sûre. Pour autant, il se devait de poursuivre la conversation. Car peut-être que cette phrase n’était qu’une maladresse de la part de la kunoïchi. Et Tsumei était toujours dans l’optique d’être poli surtout envers la famille de ce château.
    Mais dis-moi, si tu passes la majorité de ton temps ici, comment fais-tu pour être également une kunoïchi de Kumo ?
Une question intéressante pour poursuivre la discussion. Le Karasu n’avait pas jeté de coup d’œil au dossier de son interlocutrice, ce qui rendait son interrogation réelle. Et grâce à cette dernière, le sujet avait été délicatement et professionnellement changé. Une bonne chose de faite d’ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Informations
Messages : 39
Rang : C

Message(#) Sujet: Re: Château d'Azuchi : La guerre du corps et de l'esprit ! Mer 25 Déc - 22:48

Me voilà reprenant un peu de contenances lorsqu'il me répond enfin et malgré mes joues rouges, ce qui peut largement se justifier par la chaleur du bain, je me contente d'un petit hochement de tête approbatif. Après toutes mes paroles ne sont pas dénuées de vérité. Tout le monde à l'académie parle du nouveau kage et de son maniement exceptionnel de l'épée. Après, j'avoue que c'était une autre épée que je mentionnais dans mes paroles, mais comment dénouer le vrai du faux ?

Je me rapproche doucement de lui, mes traits se faisant plus fins, mes cils battant la cadence de façon langoureuse et les battements de mon cœur s'accélérant légèrement .
Voilà qu'il abandonne le vouvoiement, c'est plaisant et je m'empresse de lui répondre tout en continuant de me rapprocher de lui centimètre par centimètre jusqu'à m'asseoir à une trentaine de centimètres de lui, lui donnant une vue dégagée sur ma nuque découverte et la naissance de ma poitrine parfaite.
Un petit rire cristallin s'échappe d'entre mes lèvres à l'entente de sa question et je lui réponds en regardant mes pieds au travers de la transparence de l'eau :


"Oh et bien ... "


Je lève mes yeux de biche vers lui et un léger sourire se dessine sur mon visage :


"Je fais le trajet jusqu'à la capitale tous les matins et je rentre tous les soirs sous bonne escorte !"


L'une de mes jambes sort alors du bain, dévoilant un galbe "parfait" et je m'empresse de savonner cette dernière avec des gestes lents et langoureux, tout en évocation et en provocation pour aiguiser ses sens.


"Cela à de nombreux avantages bien que quelques inconvénients !"


Je trace doucement les contours de mon mollet, fin et musclé :


"J'ai une très bonne endurance pour ainsi dire ! Mon passé m'aide beaucoup dans cela ! Mais bon, je suis sans arrêt sous surveillance ! En n'importe quelles circonstances ... Dans n'importe quelles situations ! Les gardes de mon frère m'escortent partout où je vais ... C'est parfois pénible et je manque d'intimité, mais je comprends qu'il veuille qui ne m'arrive rien ..."


Je soupire d'aisance et laisse ma jambe retomber dans l'eau avant de moi-même me coucher dans cette dernière, laissant ma serviette se détendre légèrement au contact du liquide alors que mes yeux regardent le plafond. Quelques secondes, voir minutes s'écoulent avant que je ne reprenne la conversation :


"Vous avoir ici à tout de même des avantages bien que j'en déplore la situation ... Les gardes ont disparu ... Pour préserver votre intimité raikage Sama ..."


Je lui souris, comme si j'étais heureuse de cette nouvelle. Avoir un peu d'intimité, il n'y a que ça de vrai, mais j'avoue que j'aimerais en avoir un peu plus, histoire de conserver des souvenirs, rien qu'à moi, dont mon frère ne serait pas immédiatement informé.
Je rougis et finalement, je lui demande :


"Accepteriez-vous que je vous masse pour vous remerciez de ce moment que vous m'offrez monseigneur ?"


Mais je ne lui laisse pas vraiment le temps de répondre que déjà, je me dirige vers l'extrémité du bain où je sais que se trouvent multitude d'onguents et huiles aux multiples propriétés ainsi qu'une table de massage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Château d'Azuchi : La guerre du corps et de l'esprit !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni :: Montagnes de Kaminari no Kuni-