N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Groupe #D [Hi no Kuni]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Spécial
avatar
Informations
Grade : Staff
Messages : 1287
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Groupe #D [Hi no Kuni] Sam 4 Jan 2014 - 21:24


Contexte :
    Kentaro Hattan n'eut pas de réelle difficulté à se créer un itinéraire tranquille jusqu'à Konoha. Mais il avait été repéré, sans qu'il ait réellement voulut qu'il en soit autrement. C'est directement Myakudou On' qui vint l'attendre à l'entrée du village. Des discussions importantes allaient arriver, tandis que Kaguya Tenzö était toujours dans les geôles du village caché de la Feuille.

    Description du terrain : Konoha.

Règles :
    ○ Respectez l'ordre de post, et privilégiez ce RP pour ne pas le faire traîner.
    ○ Vous avez 36h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, le Maître du Jeu viendra poster pour vous laisser une seule et unique fois 12h supplémentaires. Si vous n'avez toujours pas posté, vous serez exclu du groupe.
    ○ Chaque personnage a droit à un seul délai de 24h s'il le demande dans le Bureau de SNH.
    ○ Le premier tour est un tour d'introduction, vous devez décrire tout ce qu'il s'est passé jusqu'à maintenant. Pas de technique donc.
    ○ Si combat il y a, résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide.
    ○ N'hésitez pas à utiliser le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.

Ordre de post :
  • Kentaro Hattan
  • Myakudou On'
  • Kaguya Tenzö (interviendra lorsque nécessaire)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Godaime Mizukage
Messages : 229
Rang : E

Message(#) Sujet: Re: Groupe #D [Hi no Kuni] Mar 7 Jan 2014 - 0:16

Kentaro Hattan, épéiste du Daimyo et représentant de Kiri, fit son entrée dans son propre destin.

Pour en arriver là, il avait imaginé bien des avenues, mais aucunes ne ressemblaient à celle qui prit véritablement place : depuis le début, le Kentaro était convaincu que Konoha, à défaut d’avoir un chef désormais bien plus intelligent et puissant que ses prédécesseurs, n’avait pas changé depuis qu’elle avait été conquise par Suna jadis : endormie et pacifique à outrance. Un peu lâche, à la limite. Mais c’était sa première erreur, qu’il comprit lorsque des éclaireurs lui rapportèrent les actions militaires des Konohajins partout sur le continent. Même repoussé à l’opération amphibie, ils semblaient avoir les forces nécessaires pour constituer une résistance, lorsque allié avec Kumo. Le Kentaro était surpris d’autant plus qu’il croyait qu’avoir le Mizukage en captivité pousserait Myakudou On’ à tout misé sur les négociations. Konoha était davantage qu’un vieux chêne, semble-t-il. Aussi longtemps que son chef actuel reste en place, du moins. Les Kages venaient et partaient bien souvent.

Un destin qui semblait avoir pourtant épargné les Mizukages jusqu’à aujourd’hui. Mahan avait connu une mort honorable, même si elle avait également prouvé sa faiblesse. Les lutins avaient fait leur temps de façon beaucoup plus douce, l’âge d’or de la Brume certains auraient prétendus. À un moment, Kiri avait été, de loin, le plus redoutable des villages. Mais Hattan voyait les choses d’un œil plus gris : âge d’or signifie également sans vrai conflit. Après la chute de Makka, Kiri s’était contenté de voguer, de s’engraisser. Elle avait étendu son territoire. Mais pourquoi ? Pour un successeur qui n’a pas trouver mieux que de tenter de les rendre indépendants. Le crédo de Kiri semblait être mort avec Kaguya Tenzö…

Le diplomate respectait pourtant cet homme. Profondément. Il avait les qualités d’un grand chef et avait su gérer la rivalité éternelle des Samui. Alors pourquoi cette erreur si profonde ? Peut-être qu’il ne voyait pas les choses de la même façon. Ou qu’il avait tenté une révolution des valeurs. Mais c’était un droit qu’aucun Mizukage n’avait jamais saisi. Et le pouvoir d’un chef de la Brume n’avait jamais été aussi diminué que maintenant, avec l’implantation d’un conseil clanique par exemple. Tenzö ne semblait pas vouloir mener par l’exemple, mais plutôt par la confiance du peuple derrière lui.

Les portes de Konoha. Il n’était jamais approché si près de cet endroit. Ses voyages l’avaient amené partout sur ce territoire mais jamais à proximité des villages. Il n’était qu’un pèlerin et n’avait rien à y faire après tout. Les temps changent, mais il n’y a aucune surprise : uniquement le destin. L’épéiste sortit du boisé pour avancer dans la clairière qui entourait la grande porte, couvée par les murailles et entourée de fleurs. Des fleurs ? L’homme lissa ses cheveux noirs et rajusta l’épée accrochée à son dos. Saitan était lourde et le long périple pesait sur ses épaules, malgré son habitude. On ne s’habituait jamais vraiment à une arme de ce genre… C’est elle qui finit par vous connaître, au contraire.

L’entente voulait que l’Hokage l’attende aux portes. Et c’était le cas. Il était seul en apparence, mais Hattan était tout aussi adepte de la sensorialité que le luthier. Quelque part, dans les ombres des plantes, des lianes et des orchidées, quelques shinobis d’élite prêts à se jeter sur lui s’il dégainait la longue lame qui se balançait sur son dos. Mais Hattan ne ferait pas la même erreur que Tenzö. Même le plus grand des conquérants doit savoir sur qui pointer son arme. Il fit un signe de tête au luthier. On lui avait raconté que son combat avec la bête légendaire Meteora l’avait blessé de manière permanente, mais c’était bien pire que ça : Myakudou On’ , autrefois un homme bellâtre, était défiguré, enlaidi pour toujours. Aucune technique de soin n’en viendrait à bout.

« Hokage, je suis Kentaro Hattan, représentant du Daimyo de la Brume, et intérimaire à la direction de Kirigakure no Sato. Le vrai diplomate. On m’a raconté que vous avez eu quelques visiteurs. Il faut les pardonner.»

Il épousseta un peu ses vêtements de voyage d’une simplicité bénigne.

« Un paradis que ce village. Kaguya Tenzö est-il encore en vie, Hokage ? Si je dois risquer ma vie en entrant chez l’ennemi, autant le faire pour une bonne raison. »

Il eut un petit sourire inoffensif.

« Ce serait bête d’avoir fait tout ce chemin pour partager son destin, si c’est le cas. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1461
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #D [Hi no Kuni] Mar 7 Jan 2014 - 6:28

Silencieux, le luthier laissait l'émissaire s'approcher en le fixant avec un regard pétillant d'énergie. Sans dire un mot lorsque ce Hattan mentionna subtilement le passage de Yuki et son parent au village, il fut rassuré par l'apparence sage du personnage. Ce n'était pas un fougueux, le dialogue allait pouvoir commencer. Il s'agissait là d'un grand soulagement pour l'Hokage, car il y voyait déjà une espèce de victoire.

- Il est en vie, évidemment. Merci à vous d'avoir fait le déplacement.


Son instrument accroché en bandoulière dans son dos, il croisait les bras, tranquille, s'adaptant au rythme de son interlocuteur puisqu'il avait fixé la tonalité avec son courrier. Cet homme était un sabreur, la longueur de son arme faisait froid dans le dos. En la voyant, Onpu comprenait que les ANBU dissimulés dans les irrégularités des remparts ne lui serait que d'un maigre secours si elle venait à s'aventurer hors de son fourreau.

- J'espère vous l'avoir bien fait comprendre dans mon courrier : je ne lui veux aucun mal, pas plus qu'à ses soldats. Tout ce que je désire, c'est une chance d'être écouté.

L'attaque amphibie s'était révélée une mise en situation foudroyante, presque une forme de chantage pour On'. En remportant son combat contre Tenzö et son mystérieux petit partisan masqué, il avait réussi à renverser la situation et montrer qu'il avait lui aussi le droit de fixer quelques règles du jeu. Pour lui, Konoha et Kiri étaient quittes sur ce plan.

- Je pense que cette guerre est partie un peu trop vite. Il a suffit d'une étincelle, et pour reprendre les mots d'Otenba-dono, « Kumo était une poudrière ». Vu la situation actuelle du village des nuages, il était hors de question pour nous de les abandonner. Mais nous sommes fondamentalement étranger à cette problématique « d'indépendance » qui semble liée à cette guerre, jusque dans le nom que l'on a tendance à lui attribuer.
C'est de ça que j'aimerais parler avec vous aujourd'hui. Votre Quatrième et son homologue Kyoshi Rei semblaient s'être entendus sur ce projet quelque peu inattendu de rendre leur indépendance à l'ensemble des territoires dits « neutres », mais j'aimerais beaucoup connaître votre position sur le sujet. Ainsi que celle de l'ensemble des Kirijins.


A quel point la désinformation avait-elle empoisonné les esprits des soldats de l'eau? C'était là la question centrale, celle qui allait conditionner toute la suite des négociations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Godaime Mizukage
Messages : 229
Rang : E

Message(#) Sujet: Re: Groupe #D [Hi no Kuni] Mar 7 Jan 2014 - 19:39

« Je suis prêt à coopérer , Hokage. Mais ne vous méprenez pas sur moi. »

Le Kentaro repensait aux soldats qu’il avait dû étendre sur le territoire pour contrer les actions militaires kumojins et konohajins. Il se devait d’être prudent ici, mais il n’était pas pour autant un animal en cage. Tenzö n’était qu’un homme après tout. Hattan devait éviter de trop accentuer la renommée du personnage, ou encore son importance aux yeux de son peuple. Plus le Kaguya devenait important, plus le luthier s’en servirait comme levier.

« Je suis un homme plus simple que le Mizukage. Plus ancré dans la tradition de la brume. Je serais venu avec une armée derrière moi si je l’avais pu, l’arme à la main. Nous sommes en guerre après tout. Mais vous l’aviez prévu, comme le reste.»

L’épéiste modéra ses mots immédiatement en s’aidant de signes de main pour améliorer sa communication.

« Guerre que je n’approuve pas, si vous souhaitez vraiment connaître mon opinion. J’aurais sauté à pieds joints pour prendre vos territoires et ceux de Kumo. Mais les libérer, et perdre les nôtres du même coup ? Aucun Kirijin traditionnel ne saurait approuver. »

Il fit quelques pas pour s’approcher davantage, son arme cliquetant sur son dos.

« Mais Kiri compte tout comme tout autre village une majorité de shinobis modernes, qui croient davantage en le porteur de voix que son message. Kaguya Tenzö, notre Mizukage, inspire un grand respect. Beaucoup sont portés à le suivre en toute confiance. »

Il s’arrêta un instant pour regarder les murailles et les fleurs. Quelque part derrière, le chef de la brume subsistait, à proximité de la mort et de la vie à la fois. De quel côté serait-il quand le Kentaro franchirait à nouveau cette enceinte ? L’épéiste croisa les bras.

*On dit que vous cultivez la volonté du feu, Hokage. Mais on dit aussi que vous menez un peuple de chasseurs d’étincelles. Si vous tombez, tout s’effondrera. Il est de même de Kiri de veiller à la vie de son souverain. C’est pour ça que je suis là.*

« Ce que je pense de cette guerre importe peu. Si Kiri repousse vos hommes sur le territoire, le Mizukage deviendra véritablement votre seul atout dans cette guerre. Vous êtes déjà au pied du mur. Je sais que vous demanderez de moi une trêve. Et vous savez que je n’y aurais pas avantage avant de savoir si notre armée vaincra la vôtre. Mais… »

Il porta la main à sa bouche pour réfléchir un instant.

« Les conséquences de notre victoire n’apaisent pas davantage mon esprit. Mais comme je l’ai dit, ce que je pense importe peu. Je devrai suivre la décision du Mizukage. Même le Daimyo doit se soumettre aux décisions du chef de Kiri en matière de guerre. Tant qu’il est en vie. »

Il baissa les mains.

« J’aimerais voir le Mizukage, à présent. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1461
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #D [Hi no Kuni] Jeu 9 Jan 2014 - 4:30

Seul face au sérieux et au calme déroutant de cet homme, le luthier habituellement flegmatique se sentait bien la pression imposée par l'épéiste. Qu'il fut au pied du mur ou non n'était pas la question, mais entendre de tels propos de la part de l'émissaire de la brume montrait bien à quelle point la situation était tendue.
La tonalité proposée ne plaisait pas à l'invité, il était donc de bon ton de souffrir une petite concession.

- A la bonne heure.

Il leva alors la main, signal que les ANBU ne manquèrent pas.
Une poignée de seconde plus tard, un volume de fumée grisâtre se déploya aux côtés du sixième. Dissipé, on pouvait distinguer la silhouette du Mizukage à genoux, soigneusement enchaîné et maintenu immobile par un jeune Yamanaka qu'Onpu connaissait bien.

Iji adressa un message télépathique à On', auquel il répondit d'un signe de tête confiant. Le blondinet relâcha alors son genjutsu soporifique, et Kaguya Tenzö revint peu à peu à la raison.

C'était sans doute une erreur de croire que la présence du Mizukage arrangerait les choses, mais Onpu ne s'était pas vraiment laissé le choix. Hattan voulait une preuve de confiance, il en avait une ; restait à croiser les doigts pour que cela ne ruine pas la qualité des négociations.

Alors qu'Iji gardait le contrôle sur la chaîne pour permettre tout juste au Kaguya de se lever sur ses deux jambes, le luthier haussa de nouveau la voix, presque avec un curieux soulagement.

- Voilà, Mizukage-dono. On est finalement venu vous chercher.

Il laissa le silence s'installer pendant quelques secondes.

- La répétition est à la fois une puissante figure rhétorique et musicale, mais je m'en passerai aujourd'hui. Je veux juste que l'on cesse ces absurdités, et que l'on arrête d'accuser mon pays et celui de la foudre de crimes que nous n'avons pas commis.
S'il est des sujets dont nous devons discuter ensemble, notamment en ce qui concerne la pertinence de nos alliances respectives, je serai ravi de le faire avec vous tous, calmement et autour d'un excellent thé ; en attendant, je demande à ce que le pays de l'Eau se retire immédiatement du conflit.


Le conflit, dans le fond, ne concernait que Suna et Kumo, qui avaient visiblement un différent à régler depuis l'incident Ao Kuroi. Il aurait été inutilement imprudent d'en faire mention ici, ce n'était pas le centre du sujet.
Presque à reculons, il sollicita l'avis du Mizukage, dont il connaissait la probable réponse.

- Kaguya Tenzö ?

C'était tendre le bâton pour se faire battre. Le luthier avait horreur de ça, mais c'était là l'unique marche à suivre : il s'agissait bien de proposer un prix d'échange, quitte à le revoir à la baisse par la suite. C'était une pratique dont il avait l'habitude avec les kotos, les sitars ou les shamisens, mais guère avec les chefs d’états...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Spécial
avatar
Informations
Messages : 2140
Rang : Par

Message(#) Sujet: Re: Groupe #D [Hi no Kuni] Dim 12 Jan 2014 - 18:28

Délais de 12 h exceptionnel pour Cédric vu son petit bobo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Groupe #D [Hi no Kuni] Lun 13 Jan 2014 - 15:02


Seul dans une cellule, enchainé comme un animal, il n y a pas grand chose à faire. Hormis peut-être penser... Penser à soi, à ses actes, au passé et au futur, à ce qui nous manque et ce qui nous manque pas... Un trompe ennuie inutile, car la seule question qui demeure toujours est alors "que va t-il advenir de moi maintenant ?" Les jours passant la réponse à cette simple question se fit clair. Je m'en foutais... Après de multiples réflexions, je compris une vérité plus brutale de la situation dans laquelle je me trouvais. Mais aussi et surtout le sens réel de cette guerre. Pourquoi avait-elle lieu ? Tout était plus simple... Que l'on vienne me chercher ou non d'ailleurs... L'ignorance de la suite des évènements me permettait sans doute d'apprécier les conditions de ma charge avec plus de mesure. Dans l'état physique où je me trouvais il ne pouvait en être autrement de toute les façons. Quand on vint à moi pour me chercher, plongé dans un sommeil profond, tant on craignait les mains d'un blessé enchainé du fait de son seul titre, je me dis que peut-être Kiri avait finalement apprécier la seule bonne chose que j'avais faite durant mon court mandat...

Je me retrouvais sale, enchainé, bandé en plusieurs endroit, devant le Hokage et un Kirijin. On venait me chercher me disait-on tandis que le poids des chaines et des blessures me maintenait à genou devant eux. Mes cheveux crasseux et tombant ne laissaient entrevoir qu'un seul de mes yeux que je redressais légèrement vers le Hokage un instant. Pourvu d'une lueur étrange, entre la vie et la lumière. Mais le regard restait tristement neutre et désintéressé, encore plus à l'écoute attentive de son discours. Tournant ensuite un bref instant cet oeil sur le Kirijin que je n'avais jamais vu. Je fis l'esquisse d'un sourire à l'appelle de mon nom. Il me demandait mon avis ? Quelle bande d'hypocrite me disais-je à moi-même... Je fis alors retentir ma voix gravement au sens propre comme au figuré pour lui donner ce qu'il cherchait sans doute sans le savoir. La vérité...


-Tu juges cette guerre absurde ? La guerre quelque soit sa raison pourrait être donc différente qu'absurde ? Sale hypocrite. La raison de cette guerre. Ce n'est pas les villages neutre. Tout le monde s'en fou en réalité. C'est la paix la raison de cette guerre... Vos jeux d'alliance tout le monde s'en tamponne autant en réalité aussi.

Le cliquetis des chaines retentit lorsque que je redressais mes deux mains en montrant les paumes. Dévoilant par ce geste l'ouverture de mon âme à ces deux hommes. Pouvais-je montrer encore plus de sincérité que de cette façon ? J'en doutais.

-La seule chose bien que j'ai faite, c'est de stopper le conflit entre Kaguya et Samui. Le reste n'est qu'une bête raison pour se battre. Parce que nous sommes des Shinobis ! Si la guerre n'existe plus, a quoi servons-nous ? Nous donnons des raisons aux guerres pour justifier notre gout du sang. Celui des hommes. La paix mon seigneur, ce n'est qu'une intermittence entre deux guerres. Il faut étancher la soif de sang des hommes qui grandit en temps de paix, pour que la guerre suivante apporte une nouvelle période de paix. Plus la guerre sera longue plus la paix le sera aussi. Et peu importe les raisons. On créé des héros pour donner de la conscience et du civisme à nos actes guerriers, mais personne ne devient grand par la guerre en réalité... Maintenant faites ce que bon vous semble. J'ai trop perdu et donné pour me soucier de la suite. Kiri le village sanglant réclamait ce conflit de ses vœux. Je le lui est donné et mon cœur et mon corps avec. Le prochain Kage comprendra le reste de lui-même...



Mon regard s'affaissait enfin au sol. Vaincu était le mot juste pour le décrire. Je ne me faisais plus d'illusion depuis longtemps. Depuis que j'avais vu ce qu'il en coutait de croire en le cœur des hommes. C'est à dire avant même la bataille de Yu no Kuni...

-Essayez de ne pas régner. De partager vos pouvoirs. Essayer d'inculquer aux clans guerriers des villages le sens du partage et de l'écoute. Vous verrez leur vrai visage. Nous ne sommes jamais que des bêtes, et peu importe les raisons que nous donnons à nos actes. Nos instincts n'en demeurent pas moins les mêmes que ceux des animaux. Vous verrez qu'après la paix découlant de cette guerre. Une autre surviendra. Et ainsi de suite. Tant que les shinobis, des soldats, dont le but de la vie est de savoir se battre, existeront... Le reste je m'en fou.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Godaime Mizukage
Messages : 229
Rang : E

Message(#) Sujet: Re: Groupe #D [Hi no Kuni] Mar 14 Jan 2014 - 20:14

L’épéiste observa le Mizukage apparaître, et sentit le poids sur ses épaules se multiplier tout à coup. Il avait fort travaillé pour ce moment, avait longuement médité pour se préparer à cette rencontre, et pourtant… Le destin était comme la guerre ; aucun entraînement ne pourrait jamais l’émuler à sa juste valeur.

L’état du souverain de la brume était lamentable. Une autre facette que l’Hokage semblait dissimuler de la part de son propre village : l’ampleur de la cruauté de la feuille. Dans cette ombre, Konoha n’apparaissait plus comme le paisible sanctuaire qu’on vouait à lui affubler. Le Kentaro ne pouvait que songer à utiliser ce trait contre eux désormais. Chaque chose en son temps. Le ton du Kaguya était acerbe et semblait le viser autant lui que le luthier de la feuille. Il en fut un peu surpris. Ce n’était pas lui qui parlé à Tenzö ; c’était le Myakudou. Qu’importe. Il pouvait comprendre le ressentiment d’un homme qui avait tout donné ce qu’il avait et se sentait maintenant abandonné des siens. Un homme qui avait échoué à faire passer son propre message. Les mots du guerrier étaient également fatalistes ; il parlait du prochain Kage. Avait-il senti que son règne était terminé, même avant qu’on ne vienne le chercher. Il jeta un regard vers l’hokage, finit par soupirer.

« Je me trompais peut-être, Hokage. Un paradis ne laisse aucun homme sortir de son antre en un tel état. Une illusion et des fleurs. »

Son visage montrait une colère sourde mais contrôlée. Il se retourna vers le Mizukage.

« Je suis Kentaro Hattan, un épéiste égaré de la brume, Mizukage. Je représente le Daimyo, qui m’a donné la charge de représenter votre village en votre absence. Il s’inquiète pour vous… Ou plutôt, de la légitimité de votre gouvernance désormais. Vous avez échoué. »

Le silence s’installa pendant quelques secondes, mais l’Instant ne laissa pas l’Hokage le combler.

« Votre vision est vraie. Elle incarne Kiri dans toute sa force. Pour cela, vous êtes un grand homme. Un saint de la guerre. Mais vous avez perdu. Vous avez été vaincu. Vous connaissez les conséquences. Même le plus grand des prédateurs doivent choisir leur proie. Vous respirez devant moi, et pourtant nous savons tous deux que vous êtes mort. Est-ce ainsi que vous voyez la paix ? »

Son regard erra sur les fortifications, la grande porte, les fleurs et le luthier. Il rajuste son arme et indiqua des mains tout ce paysage.

« Ce que j’ai à vous dire, Mizukage , n’a cependant rien à voir avec l’honneur. Les lois sont claires : aussi longtemps que vous vivrez, vous serez notre chef, notre meneur. Votre mot est donc notre destin : vous pouvez obtempérer au souhait de l’Hokage et mettre fin à cette guerre. Kiri vous obéira à travers moi jusqu’à ce que vous soyez libéré. Nous serons pieds et poings liés par la feuille, comme Konoha le fut par Suna jadis. Aussi longtemps que vous serez leur otage. Il n’y a qu’une alternative. Elle ne dépend ni de la moralité de cette guerre, ni de son bien-fondé. »

Il croisa les bras. Même l’Hokage devait saisir le sens de son raisonnement à présent. Si Tenzö cédait son titre et nommait un successeur, Konoha perdrait levier de négociation. Le luthier pouvait-il avoir prévu une telle situation ? La bataille en cour actuellement céderait le destin de cette guerre. Il soupira encore.

« Quel est votre message pour Samui Yuki ? Nous savons tous deux que vous ne la reverrez probablement jamais. Pourquoi ne pas nous laisser discuter entre nous, Hokage ? Il est évident que nous n’arriverions pas à sortir d’ici vivant.»

Il avait appris le nom de la gamine après son retour de son escapade précipité au village de la feuille. Le diplomate n’avait pas eu le temps de lui parler, encore moins de parler de conséquences, il s’était contenté de la renvoyer sur le champ de bataille. Mais il avait vite compris que son importance pour le Kaguya était élevée. Comme Tenzö venait de le dire, sa résolution du conflit entre Samui et Kaguya était le plus grand succès de son règne.

Quel serait le prochain ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
avatar
Informations
Messages : 2140
Rang : Par

Message(#) Sujet: Re: Groupe #D [Hi no Kuni] Ven 17 Jan 2014 - 18:44

12 h pour Myakudou On'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Konoha
avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1461
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #D [Hi no Kuni] Ven 17 Jan 2014 - 19:30

Le temps manquait pour mastiquer, ingurgiter, digérer le discours de Kaguya Tenzö. Mais en l'écoutant, Onpu eut un frisson glacé à l'idée qu'il pouvait éventuellement avoir raison, qu'il était en réalité un visionnaire. Après tout, quel visionnaire n'avait pas été accusé de folie ?

Sans relâcher son attention, le luthier s'interrogeait sur la pertinence de sa propre place ici. Un mal-être s'emparait de lui, pas parce qu'il sentait que le contrôle de la situation lui filait entre les doigts, mais parce qu'en cet instant précis il se sentait comme un élément du décor, avant même que Hattan lui demande d'en devenir un. Pourquoi était-ce lui, et pas un autre, en train de mener les négociations ? D'innombrables ANBU l'auraient sûrement fait mieux que lui, et auraient évité l'écueil de présenter le prisonnier aussi tôt.

Son nindô lui jouait des tours, Tenzö s'en servait contre lui. A force de vouloir s'adapter et se montrer à l'écoute de ses homologues, il avançait, aveugle, droit vers le ravin.

L'image du ravin évoqua en lui le souvenir des têtes d'Hokage sculptées dans la roche...

***

- Un jour, les soldats se rendent compte que ce qu’ils ont fait n’a rien de bon, ni de glorieux, ni de juste et bla bla bla. La vérité, c’est que ce qui nous intéresse sûrement, c’est la méthode. Le but est sans importance.


Suguato avait parlé avec ses habituelles mimiques saugrenues, presque gênantes. Chûnin à l'époque, On' et lui parlaient sur la tête sculptée de Masao Nikkou, alors que celui-ci était encore au pouvoir.

- Ce qu’on aime n’est qu’un mélange de souvenirs et d’associations, ça n’a rien d’absolu. Se convaincre que oui, c’est être un sacré névrosé. Mais utiliser la passion, la névrose, c’est ce qui permettra à chaque acte, aussi terrible qu’il soit, d’avoir un intérêt, de nourrir notre corps, de chasser l’ennui, de motiver notre existence, comme le plaisir.

Le mot « névrose » revenait sans cesse dans le discours de son sensei. Il avançait ses propos à la lumière de son expérience très riche et très sombre, avec autant de philosophie que de bizarrerie gestuelle.
Juste après avoir dit ça, il lui avait saisi la main, et avait passé sa langue sur le bout des doigts du luthier. Toute l'estime et tout le respect qu'il avait pour la personne de Suguato ne lui permit jamais de repenser à cette scène sans un certain dégoût.

- Tu as de la corne pour jouer un instrument. Le but c’est la musique, ça te semble justifiable. Parce que c’est ta névrose. À la guerre, les buts sont autres. Ne t’use surtout pas pour un but, use toi pour la méthode. La plupart de mes sens sont engourdis, je sais qu’on me touche, quelle saveur a une pomme, je pourrais le décrire, mais c’est un ressenti de cendre. Oublie un peu le but des guerres, contente-toi d’être un musicien. Tu seras bien plus satisfait au lieu de chercher un sens de bien ou de mal qui n’existe pas.

***

Bien de l'eau avait coulé sous les ponts.

Il releva le regard vers Hattan, sans crainte.

- Vous serez sur écoute quoi qu'il arrive, que je sois là ou non n'a aucune espèce d'importance. Contentez-vous de m'ignorer.

Il releva sa manche jusqu'à révéler la partition tatouée son épaule, et libérer le sceau qu'elle contenait. Attrapant sa basse par le manche, il s'assit en tailleur, et aligna une mélodie sombre, en ternaire, sans l'amplifier, comme pour la garder pour lui. « Contente-toi d’être un musicien » .

Tenzö pouvait bien dire ou faire ce qu'il voulait, Onpu avait déclamé son texte. S'en retourner dans son monde de vibrations et d'oscillations était la meilleure chose à faire.

Derrière les buissons, certains ANBU étaient sceptiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Message(#) Sujet: Re: Groupe #D [Hi no Kuni] Sam 18 Jan 2014 - 16:08

Plan d'infortune, le malheur à l'appelle divin, les genoux pour repos et les visage comme réceptacle de la misère. Le sens et l'ironie de cette journée, est que l'homme le plus bas du monde et le plus simple était au centre d'une mascarade qui se jouait en sonorité Konohajin. On venait me chercher mais on me demandait quel message livré à Yuki... Quel message pouvais-je donc livrer en une situation pareille ? Pris entre deux feu. Chef de Kiri me disait-on toujours ? Chef de la bêtise peut-être. Le Daimyo s'inquiétait certainement plus pour sa sécurité que la mienne. Envoyé ce jeune homme ne changeait rien à cet état de fait. Ajoutons à cela que la mort planait sur ma tête. Les blessures et la maladie sont deux entités dangereuses si on les allient contre une personne. Que me restait-il à Kiri ? Ma femme n'était plus, l'enfant qu'elle portait avec Elle. Yuki, je l'avais évincé par le poids de la charge que l'on m'avait imposé. Les clans, les hommes et les femmes... Le bilan de tout ceci ? Moi ici, dépourvu de toute grandeur, de la moindre reconnaissance. Je ne ressentais même pas la compassion.

Ils m'avaient dévorés le cœur ces Kirijin. Je n'avais aspiré qu'a la simplicité. Qu'a une vie sans restriction. Pourtant je devins l'homme le moins libre du monde... Quelle ironie tout de même. Et que ferais-je une fois libéré ? Ces clans ingrats qui n'ont jamais aimés me voir leur donner le pouvoir et la parole, ce peuple qui n'a jamais apprécier que je mette au leur service gratuitement mes Shinobis. Ce monde est si paradoxal. Il cultive la haine pour les bien faits de l'amour. Cette réalité n'était pas si mauvaise. Mais maintenant que j'en avais pris conscience. Je ne la supportais plus. Une retraite m'était mérité... Mais qui allaient-ils mettre sur le trône de Kiri ? Un nouveau fou, mis en place par complot politique. Un sanguinaire qui mettrait à mal le peu de bien que je parvins à accomplir. Je redressais le visage pour présenter mon seul œil visible au Kirijin. Puis je répondis enfin.

-Entre régner en enfer et servir au ciel j'ai préféré vivre sur terre... Yuki peut choisir sa vie. Elle le doit. C'est mon message. Quant à Kiri. Puisque le Daimyo te confit ma vie Kirijin, je te confie Kiri. La malédiction se transmet ainsi. Tu as maintenant tous les pouvoirs. Y compris celui de me laisser là. De continuer cette guerre où de l'interrompre. Que je sois exécuté ici ou que je meurs dans quelques temps de la maladie Kaguya, c'est du pareil au même.

Simple, franc et cru. Ainsi avais-je vécu après tout. C'est alors que je me retournais aussi sur On'. Lui offrant un sourire étrange. Pourvu d'une satisfaction malsaine.

-Village de la paix hein ? C'est pourtant moi qui suis enchainé. Tu n'es jamais qu'un pantin. Comme tous les Kage. Un jour, quand la guerre frappera à nouveau tes portes. Que tu devras choisir entre ton âme et ton monde, tu comprendras pourquoi il est si terrible de croire au destin des Shinobis. Et toute ta musique n’adoucira aucune meure. Maintenant c'est avec lui qu'il faut négocier. Moi je serais bientôt mort de toute façon et j'ai tenu tête au puissant Onpu. Qu'espérer de mieux... J'ai hâte de voir comment vous allez gérer ce bordel. Vous qui vous pensez sans doute comme si sage. Alors que Suna et Kumo s'entre-tuent. Alors que vos Shinobis sont encore sur le front. Ha ha. La voilà la vérité de cette guerre. C'est atroce et hilarant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Grade : Godaime Mizukage
Messages : 229
Rang : E

Message(#) Sujet: Re: Groupe #D [Hi no Kuni] Mar 21 Jan 2014 - 15:03

« Vous mériteriez de mourir à cet instant, Kaguya Tenzö. »

Il avait dit ça avec une franchise assumée. Un conflit d’émotion avait lieu en lui. Kentaro Hattan avait réussi, contre toute attente, son plan. C’est lui qui guiderait le destin de Kiri à présent, pour le meilleur et pour le pire. Mais malgré ça, une rancœur subsistait. Parce que le Kaguya était toujours en vie. Même s’il venait de lui remettre son titre, bien des habitants de Kiri ne l’accepterait pas. Pas tant que Tenzö était en vie. Les habitants de la Brume ne semblaient pas voir derrière le souffle de leur ancien meneur : le Kaguya était mort de l’intérieur depuis quelques temps déjà. Puis, Hattan n’était-il pas venu ici avec l’idée de le tuer au premier moment venu ? Oui. Mais le voilà à l’instant ultime et il hésite…

Mais s’il le laissait ainsi, c’était du pareil au même. Quel était le plus grand honneur, mourir à la main d’un compatriote, ou à celle de la maladie ? Myakudou On’ avait un caractère trop faible pour exécuter le Kaguya, du moins c’était l’idée qui revenait le plus à son esprit. L’épéiste ferma les yeux un instant pour s’apaiser et méditer sur ce qui venait de se passer. C’était une habitude de sa part pour faire le vide avant d’être submergé. Saitan cliqueta dans son dos. La lame aurait sans doute préférer se gorger de sang. L’épée à implosion n’était pas dotée d’une voix charmante ou même d’une intelligence propre comme certains contes racontaient à propos des armes légendaires. Mais Hattan aimait penser qu’elle avait un instinct presque animal, et communiquait par sensation plutôt que vibration. Il soupira.

« Hélas, votre destin n’appartient plus à la Brume. Comme tout le reste. J’ignore ce que l’Hokage fera de vous, mais voici ce que moi je ferai : avec les pouvoirs dont vous venez de me faire don, je vous déclare banni de Kiri, et du pays de la Brume, jusqu’à votre mort. Lorsque ce jour viendra, votre dépouille sera accueillie avec l’honneur qu’elle mérite. Mais aujourd’hui, je ne vois qu’un cadavre au cœur brisé. Un cœur qui bat toujours. Certaines choses ne savent pas ce qui est préférable pour elles… »

Il s’arrêta, puis hocha la tête.

« Je transmettrai votre message à Samui Yuki. Mais n’oubliez pas qu’elle est à mon service désormais. Sa vie m’appartient. »

Il était temps de tenter un dernier jeu. S’il ne pouvait pas sortir d’ici vivant, toute cette histoire serait une belle perte de temps. Hattan jeta un regard au Kage de la feuille, qui semblait profondément écœuré par la situation. Cet homme croyait vraiment à la paix… Comment pouvait-on être si puissant et pourtant tout aussi naïf qu’un enfant. Le Kentaro songea qu’il aurait aimé compter un tel homme dans ses amis. Peut-être n’en avait-il pas l’air actuellement, mais Hattan se considérait comme un homme simple, humoristique, détendu, solennel. Mais tout Kage connaissait la démarcation entre son rôle de chef et celui d’humain. Il s'interrogea tout de même sur cet homme au visage détruit. Combien de temps lui restait-il à lui ? Être Kage était un poste maudit. Et Myakudou On' semblait le plus malheureux des hommes à cet instant.

« Vous n’avez plus rien désormais, Hokage, hormis ma propre vie désormais. J’ignore si vous seriez prêts à tuer ou capturer un diplomate pour la paix, mais je n’ai pas l’intention de le découvrir. Je vous propose un marché, un compromis. La guerre continuera. Les fronts sont déjà en cours, alors j’ignore si nous aurions pu l’arrêter maintenant de toute façon. Ce que je propose est simple : le vainqueur obtiendra son dû, mais laissera intact le village de ses opposants. Votre pays et le mien seront ainsi sauf. Les contrées captives des nations seront libérées, ou gardées selon le résultat des batailles en cours. Je n’approuve pas ce conflit, mais je souhaite honorer la mémoire de son ancien Mizukage en la terminant proprement. »

Il croisa les bras, plus détendu, son arme cliquetant dans son dos.

« Vous pouvez toujours me capturer à mon tour. Mais ne soyez pas surpris quand une nuée de Shinobi de la Brume viendront chercher Tenzö en tuant tout sur leur passage. Je suis votre rempart entre ce village….Et eux. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
avatar
Informations
Grade : Rokudaime Hokage
Messages : 1461
Rang : SSS

Message(#) Sujet: Re: Groupe #D [Hi no Kuni] Jeu 23 Jan 2014 - 21:18


En réponse à la provocation verbale que Tenzö venait de lui cracher à la figure, On' s'arrêta de jouer, leva ses doigts cornés des cordes de son instrument.

- C'est atroce et hilarant.


- Je suis plié en deux,
répondit-il machinalement sur un ton d'enterrement.

Puis il posa délicatement deux doigts sur les points rouges au front du Kaguya, sans détourner son regard du sol.

- Vous aviez des buts honorables, je suppose. Ce sont vos méthodes qui vous ont conduit ici. Et j'ai davantage confiance en les miennes qu'en vos prophéties.

Son regard rejoignit finalement celui de Tenzö.

- Je préfère donner sa chance au présent, tant pis si ça ne fait pas de moi quelqu'un de sage. Au moins, j'aurai essayé.


L'onde qu'il libéra du bout des doigts tonna dans le crâne de son prisonnier, le plongeant dans l'inconscience avec autant de force qu'un coup de matraque. Onpu n'avait pas voulu le tuer, juste le faire taire. Son corps n'avait plus aucune valeur marchande, mais sa vie valait autant que celle d'un autre.

En s'appuyant sur sa basse pour se relever, il fit signe à Iji de s'écarter avec le prisonnier pour le ramener en cellule.

- Hattan-dono, j'ose vous avouer ma frustration. Voilà mon point de vue : cette guerre n'est pas un mal nécessaire, c'est un mal tout court. Elle n'aura aucun vainqueur, et le « dû » dont vous parlez est une chimère. Rompons le pacte entre Tetsu et Kumo, cela n'empêchera pas les Samurais de rester ancrés dans Kaminari.
Moi-même, je pourrais abandonner la guerre au nom de Konoha, ici et maintenant. Mais même si demain j'ordonnais aux Sabakyô de rentrer à Ame, ils préféreraient me tuer que de le faire : les conditions que Shiajin Suguato leur a offert ici, à l'hôpital de la feuille, pour contrôler et canaliser leurs pouvoirs sont un luxe que nous sommes les seuls à leur offrir.


Il marqua une pause en pensant à Suguato, songeant ce qu'il aurait fait à sa place. Sa main gauche serra le manche de sa basse.

- Mais j'en ai fini avec ces âneries. La finalité de la guerre m'a un peu trop aveuglé, je crois.
Et même si accepter votre deal va encore à l'encontre de mes principes et de ma vision du shinobi moderne, je vais le faire.


Onpu et cet homme s'engageaient en cet instant à continuer de jouer à un jeu dont ils n'approuvaient pas les règles et dont le gain n'intéressait plus personne. « La raison de cette guerre, ce n'est pas les villages neutre. Tout le monde s'en fout en réalité » . Kaguya Tenzö.

- J'aurais tendance à dire qu'associer la sécurité d'un pays à celle du village caché qu'il abrite, c'est réducteur, voire un peu malsain. Mais je suppose que je devrais me contenter de ça... au moins jusqu'à ce que l'inspiration me revienne. Quand ce sera le cas, vous aurez de mes nouvelles, et j'attendrai les vôtres.

Sur ces mots, le luthier brandit sa basse et l'accrocha d'un geste dans son dos, après quoi il s'inclina respectueusement face à celui qui semblait être son nouvel homologue. Puis il lui fit un signe de la main pour lui souhaiter bon voyage, et commença à se retirer lentement, à reculons.


L'aura et le discours de Hattan combinés à ceux de Tenzö avaient déchaîné en lui un cocktail explosif de pensées contradictoires, qui s'étaient finalement recyclés en une sorte d'abnégation, cette étape si essentielle à la voie du Shinobi selon Shiajin Suguato. Mais l'abnégation était sous-tendue par autre chose, un sentiment plus fort, plus chaleureux, une sorte de confiance aveugle, presque religieuse.

Cela lui apparaissait comme une évidence. A défaut de pouvoir se projeter dans l'avenir avec lucidité, la solution n'était pas de lui chercher une alternative à son image, mais tout simplement de ne pas s'en préoccuper. Oublier l'horizon pour mieux apprécier la beauté du chemin, et surtout bien regarder où l'on met les pieds.
Cette perspective l'emplit d'un courage flamboyant, si bien qu'il sentait déjà l'inspiration lui revenir, et une nouvelle mélodie pleine de fraîcheur lui brûler au bout des doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
 

Groupe #D [Hi no Kuni]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Guerres :: Guerre pour l'Indépendance :: Rebondissement #2 : Visages-