N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez | 
 

 Promenons-nous dans les bois, tant que le loup...-Ikaysaro et Hyô Hitomi-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 269

Message(#) Sujet: Promenons-nous dans les bois, tant que le loup...-Ikaysaro et Hyô Hitomi- Sam 3 Déc 2011 - 12:27

La nature dans sa robe la plus pure a tendance à transcender la moindre de ses créations. Ainsi, une simple brindille au sol, une feuille qui tombe innocemment sur un tapis de verdure, la pluie qui ruisselle le long des petits arbustes, la brume qui s'installe le long de la canopée, ou même le lotus qui s'ouvre doucement pour se gorger de soleil, ce sont autant de détails insignifiants qui, mis côte à côte, participe à la beauté du paysage. Imaginez-vous alors dans ce décor, où d'épais nuages grisâtres aurait prit ses quartiers près d'une haute cascade. Imaginez-vous ces gerbes d'eau qui se délitent sur les rochers en créant un léger arc-en-ciel. Imaginez-vous un bruit sourd mais tellement reposante comparée au bruits citadins. Imaginez-vous dans cette clairière, foulant du pied un parterre meuble et fertile, humide et grouillant de vie. Il ne serait pas fou de considérer ce havre de paix comme un haut-lieu du repos, prémices de ce que certains appellent paradis. Une femme comme Hitomi serait alors une perle dans cet écrin cosmique.

Alors évidemment, la beauté et la grâce de notre protagoniste n'avait que peu d'égale dans ce monde de paix fragile et de guerres interminables. C'était, pour ceux qui la connaisse, une véritable bouffée d'oxygène dans un univers pouvant être laid à de nombreux égards. Mais force était de constater qu'elle semblait telle un ange parcourant son domaine. Ses longs cheveux de jais, délicatement mouillés par l'atmosphère, peinait à s'envoler en suivant la brise de midi. Sa peau, d'une infinie pâleur, donnait cette impression qu'un halo lumineux entourait sa personne. Entre illusion et réalité de l'instant, qui aurait su si les anges -ou les fantômes- existaient?

Hitomi, donc, avait décidé, après son retour de mission du pays des rivières, de prendre sur son temps libre pour parcourir Hi no Kuni en long, en large, et en travers. Ne pouvant cependant pas tout faire d'une traite, la Brume Opaline avait ciblé la veille le quart nord-nord-ouest de sa région natale. Evidemment, elle ne pouvait se permettre de fouler chaque centimètres carrés de la forêt, mais un collègue de boisson lui avait chaudement recommandé une cascade qui s'élevait en bordure d'une gigantesque clairière. Alors, la demoiselle s'était évadé du quotidien des shinobis pour deux jours, trois maximum, pour profiter du panorama et des richesses que renfermaient la nation du feu.

Et là, arrivée dans cette clairière qui s'étendait loin tel un lagon de terre verte au milieu d'un océan forestier, la titanesque cascade, qui assourdissait les environs. Le spectacle l'ébahissait, notre amie de petite taille n'ayant jamais vu pareille splendeur. La chute, qui s'étalait en plusieurs étages, était tout simplement magnifique. Comme elle, se disait-elle en son for intérieur. Elle s'approcha de la source avec cette pointe d'appréhension que tout le monde ressent lorsque l'on est sur le point d'aborder une chose délicate, sensuelle, belle. Mais avec audace, également. Elle trempa les mains dans cette eau glacée, et y buvant une gorgée de ce liquide, d'une pureté inimaginable. Loin de la désaltérer, elle y éprouvait néanmoins un plaisir certain, ce qui n'était pas commun, elle qui devait se contenter de saké pour sa propre survie. Et puis, après un jour et demi de marche peu soutenue, une idée lui traversa l'esprit.

Elle se dénuda une épaule de son kimono pervenche, fit glisser ses cheveux le long de sa peau de nacre et s'approcha de l'endroit où l'eau tombait avec le moins de violence possible. Puis, saisissant avec ses doigts fins et manucurés le peigne de jade qu'elle conservait en toute circonstance caché dans les plis de son épaisse ceinture, elle passa l'objet sur sa crinière de jais. Elle inclinait la tête vers la droite afin de disposer le moins de liquide sur sa tenue. Agenouillée sur la roche humide, elle ouvrit les pans de son yukata afin de laisser le moins possible le phénomène de capillarité faire son office.

Ses paupières closes et le bruit assourdissant ne l'avait pas empêché de distinguer au loin le bruissement des feuilles. Cela n'avait rien à voir avec le vent, elle le savait. Le sixième sens féminin n'était pas une légende, surtout en ce genre de circonstance. Tomber sur un pervers était si facile, de nos jours. Elle ouvrit alors ses yeux, tout en continuant son office. Elle crut distinguer alors une ombre dans les fourrés. Aussi réajusta-t-elle ses vêtements avec calme et austérité, et se releva-t-elle avec l'élégance qui la caractérisait tant. Ses cheveux, encore mouillés, perlaient le long de sa poitrine, alors qu'elle se préparait intérieurement à user de son savoir et de son chakra.

[Hitomi] -"Qui va là? Je sais qu'il y a quelqu'un!"

Avertissement sans conséquence, pour l'instant. Elle éleva sa voix d'alto de sorte qu'elle ne soit pas cachée par le son de l'eau qui se fracassait sur la roche noire et creusée par l'érosion.

[Hitomi] -"Je suis une shinobi de Konoha! Qui que vous soyez, annoncez votre identité, et rendez-vous visible. Autrement, j'ai l'autorisation de vous mettre hors d'état de nuire!"

La belle demoiselle se méfiait. Non pas qu'elle ne se sentait pas les épaules, elle avait pleine confiance en ses propres capacités. Pour autant, on l'avait bien mise en garde, le pays du feu n'était pas très sécurisé par endroit, et il valait mieux être préparé à toutes les éventualités. Alors, l'un dans l'autre, elle préférait qu'elle eut affaire à un pervers. Au moins, il serait moins compliqué d'en prendre la température...

[Hitomi] -"Dernier avertissement!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 62

Message(#) Sujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant que le loup...-Ikaysaro et Hyô Hitomi- Sam 3 Déc 2011 - 14:58

C'était une magnifique journée dans le pays du feu, le village de Konoha resplendissait de mille feux. Les gens avaient le sourire, les enfants jouaient dans les rues, des voyageurs de passage s'attardaient dans les boutiques... C'était toute cette activité et cette bonne humeur qui plaisait beaucoup à Ikaysaro, il adorait sa nouvelle vie dans le village des feuilles, ça ne faisait que quelques années qu'il y était et pourtant, il avait l'impression d'y avoir toujours vécu, comme si il était partie intégrante de ce village. Le jeune genin après sa dernière mission de traque dans la forêt avait décidé de se promener un peu dans les environs du village, histoire de se vider la tête et d'apprendre un peu à connaitre sa propre région qu'il ne connaissait que très approximativement. Il passa la porte principale et marcha longuement à travers les arbres, une carte en poche bien sur, car avec sa maladresse habituelle, Ikaysaro serait capable de se perdre au milieu de cette épaisse masse végétale.

*Ah... Une bonne journée de repos bien méritée...*

Le jeune garçon marcha sans s'arrêter à travers la forêt, il regarda autour de lui, contemplant la nature dans son état le plus brut. Il s'enfonça si loin dans la forêt que les rayons du soleil commençaient à se faire rare. Aussi Ikaysaro décida de méler l'utile à l'agréable et d'atteindre la cîme des arbres pour profiter du soleil tout en s'exerçant à maitriser son chakra. Le jeune ninja joignit ses mains et se concentra quelques instants, le chakra atteignit rapidement la plante de ses pieds. Il commença l'ascension, lentement mais surement, juste en marchant à la verticale. Il arriva au sommet de la forêt, le soleil brillait haut dans le ciel, on pouvait voir du vert à perte de vue. Au loin, on apercevait la falaise de Konoha, et de là où il était, Ikaysaro n'apercevait que le front du visage d'Hayashi Miyu sculpté dans la roche. Il s'élança dans les airs, prenant appuis sur les branches les plus hautes de chaque arbre. Il sentait le vent fouetter son visage à chaque impulsion, une sensation de liberté forte agréable. Au loin, le genin aperçut une sorte clairière avec une grande cascade, aussi décida-t-il de s'y rendre pour se raffraichir et profiter pleinement de cette belle journée. Le genin redescendit de son perchoir et prit la direction de la cascade en marchant. il sifflotait tranquillement, admirant autour de lui la vie calme de la forêt.

*Ah nous y voilà!*

Ikaysaro pouvait apercevoir à travers la végétation l'eau qui coulait le long d'un rocher et la petite étendue d'eau que celà formait en dessous. Il s'avança à travers les branches, le bruit de l'eau commençait à devenir sourd et à occulter le moindre bruit. Il écarta les feuilles et les fougères sur son passage avant de déboucher sur la clairière, la cascade en face de lui.

*Mais qu'est ce que...?!*

Ikaysaro aperçut dans la trombe d'eau qui tombait une jeune fille à moitié dénudée qui se raffraichissait dans la cascade. Par politesse et par embarras, le genin plaqua sa main contre ses yeux et tenta de faire rebrousser chemin discrètement, afin de ne pas être perçu comme un mateur pervers. Du bruit sourd de l'eau s'abattant sans cesse, il entendit une voie aigue et puissante qui déclara être un shinobi de Konoha. Trop tard, Ikaysaro était repéré, aussi décida-t-il de s'identifier pour se justifier. Il se retourna et avança à taton, la main sur les yeux et mit un premier pas dans l'eau glacé. La température lui fit aussitot retiré son pied, de l'eau, il s'emmela les pieds et toujours la main sur le visage tomba en arrière, ridicule.

"Euh je suis moi aussi un ninja du village de Konoha, je m'appelle Ikaysaro, je peux ouvrir les yeux? Euh je suis pas un pervers hein!"

L'explication n'était pas très convaincante, aussi Ikaysaro toujours les yeux cachés attrapa son bandeau qui était accroché autour de son bras et le détacha avant de le secouer en l'air pour bien montrer qu'il ne mentait pas. La situation était assez grotesque pour le genin, il était allongé par terre, il s'était fait mal en tombant, une jeune fille qui en plus était ninja elle aussi le prenait pour un pervers...Ca commençait à faire beaucoup de détails embarassants pour lui. Au comble du ridicule, il attendit une réponse de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 269

Message(#) Sujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant que le loup...-Ikaysaro et Hyô Hitomi- Dim 4 Déc 2011 - 18:02

Une voix voilée par le vrombissement de l'eau sur la roche parvinrent aux oreilles de la Brume Opaline, alors que cette dernière faisait entendre son dernier avertissement. Un timbre masculin, confus, à en juger au son grave qui flottait, laissait comprendre que son possesseur s'approchait toujours un peu plus de sa position. L'ombre sortit alors des fourrés, bandeau brandi dans une main et l'autre cachant son regard. L'homme, à peine délivré du fardeau de l'adolescence d'après son physique, se nomma, déclarant également son appartenance au rang des shinobis de Konohagakure no Satô. Evidemment, Hitomi ne découvrit pas pour autant sa garde, même si elle se sentait rassurée. Elle balança la tête vers la gauche, de sorte à faire glisser sa longue chevelure sur son épaule. L'intrus, un dénommé Ikaysaro, continuait à marcher en direction de la genin à l'aveuglette, au point qu'il trempa un pied dans la source claire et fraîche. Il se ravisa alors, s'emmêlant les pinceaux, et tomba à la renverse, alors que la belle Hyô se trouvait à quelques mètres sur sa droite. La situation, au demeurant cocasse, la fit sourire, sans lui retirer ce sentiment d'avoir été violée dans son intimité. Le voyeurisme était une de ces choses qu'une dame de son rang, une princesse comme elle aimait à le penser, ne pouvait en aucune façon tolérer.

Aussi se rapprocha-t-elle du garçon brun d'au moins une tête de plus qu'elle, avec la discrétion, la malice et l'élégance d'un félin. Celui-ci, fesses sur le sol, s'était à peine relevée. Et, une fois parvenue à moins d'un mètre de lui, Hitomi observa attentivement le bandeau qu'il tenait, et plus particulièrement le motif qui le ornait. Après quoi, rassurée, elle lui susurra d'une voix calme et posée qu'il pouvait retirer regarder. Ce qu'il ignora, c'est qu'elle avait décidé de lui jouer un tour afin de remettre les compteurs à zéro, ou du moins essayer de faire comme si. D'un geste sec, elle frappa de sa paume le torse du garçon. Le coup n'avait d'autres buts que de faire basculer le centre de gravité de son vis-à-vis afin de le déséquilibrer. Ainsi, avec le petit bassin juste derrière lui, il ne pouvait que tomber dans le liquide transparent.

[Hitomi] -"A présent, nous sommes presque quitte."

Jusque là bougonne, la kunoichi se dérida un peu, osant un petit sourire. Elle s'en retourna vers l'orée de la forêt, un peu plus loin des chûtes. Elle s'agenouilla alors sur l'herbe, humide et meuble, et reprit son office alors interrompue un peu plus tôt. Elle saisissait le peigne en jade aux motifs finement taillés et travaillait sa masse de cheveux, aidée de sa main libre. Une aura paisible et gracieuse émanait de la demoiselle aux pupilles indigos, alors qu'un vent du sud soupirait dans les environs.

[Hitomi] -"Ninja de Konoha, hein? Je ne t'ai jamais vu, pourtant. Il est vrai que je ne connais pas tout le monde, mais tu ressembles plus à un nouveau qu'à un shinobi comme Teichirô-sensei..."

Parfaitement détendue, ou du moins en donnait-elle l'impression, elle continuait à arranger sa chevelure mouillée. Elle fit un court temps mort, qu'elle accompagna d'une sorte de soupir de lassitude.

[Hitomi] -"...mais je suppose qu'il ne faut pas se préoccuper des apparences."

La petite brune leva les yeux vers son interlocuteur, qu'elle toisa et grava dans sa mémoire. Peu d'expressions se lisaient sur son visage fin et jeune. Sa carrure, ni musculeuse, ni fine, en faisait quelqu'un qu'elle jugeât de commun, de passe-partout. Ses cheveux bruns mi-longs coiffés vers le haut, en faisait, outre une impression de grandeur, l'archétype selon Hitomi du ninja. Ce n'était pas en soi un reproche, bien entendu. Elle se hasardait même à imaginer les atouts que pouvaient avoir ce genre de physiologie. Pour sa part, la première impression comptait beaucoup. Et même s'il n'avait pas volontairement profité de la situation précédente, la réputation de vicieux du village lui collerait au front pendant bien des années.

[Hitomi] -"Pour moi, ce sera Ero-san. N'y voit aucune malice, je suis rancunière dans mon genre. je m'appelle Hitomi, mais tu peux me nommer Princesse."

Elle dévoilait une belle rangée de dents toutes aussi blanches les unes que les autres. La demoiselle paraissait tester le visiteur, mais en réalité, elle était ainsi au naturel: Gonflée d'ego et incroyablement présomptueuse. Elle était sûre d'elle et de ses faits, et même si sang qui coulait dans ses veines n'était bleu, elle restait issu d'une famille plus ou moins noble. Seulement confondait-elle caprices et assurance...Mais peu importait ici présent. Elle se dévoilait sans concessions, ce qui n'aurait pas été le cas si son auditeur n'était pas digne de confiance à ses yeux.

Elle arrêta de se peigner, posant le peigne d'un vert magnifique sur un rocher à côté, et décrocha la gourde qui gisait sur sa ceinture. Elle posa ses lèvres charnues sur le goulot en cuir, et en absorba le liquide translucide qui coulait. Au loin, la cascade soufflait quelques gerbes d'eau qui parvenait jusque là dans un bruit devenu nettement plus supportable. Elle passa ensuite sa langue sur ses lippes rougeâtres. Avec légèreté et verbe, elle continua de parler avec sa voix d'alto mélodieuse, sourire en coin.

[Hitomi] -"Alors...Ero-san a t-il une raison d'être ici en train d'espionner une faible femme comme moi? Il aime les voyages? Ou bien est-ce pour une mission? Oh, je sais. Hokage-sama demande à me voir, c'est ça?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 62

Message(#) Sujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant que le loup...-Ikaysaro et Hyô Hitomi- Dim 4 Déc 2011 - 19:00

Ikaysaro avait reçu l'autorisation d'ouvrir les yeux, ce qu'il fit immédiatement, sa main se décolla doucement de son visage pour laisser apparaitre en face de lui le visage d'une très jolie jeune femme à peine plus âgée que lui. Ikaysaro lacha un sourire un peu réveur avant de tomber à la renverse, poussé par la jeune kunoichi visiblement rancunière. Le genin tomba dans l'eau et bû à moitié la tasse avant de remonter en toussant.

*La peste!*

Ikaysaro sortit rapidement de l'eau glacée en tremblotant, il était frigorifiée. Le joli sourire du genin se transforma en expression neutre, qui pour une personne comme Ikaysaro traduisait de l'agacement. La jeune fille visiblement satisfaite de son coup s'était assise dans l'herbe et peignait tranquillement ses cheveux, apparemment elle prenait toujours Ikaysaro pour un pervers voyeur. Le jeune genin n'était pas du genre à se préoccuper de ce que les gens pensaient de lui, il fit comme si de rien n'était et enleva son haut pour l'essorer.

"C'était vraiment nécessaire?"

La jeune fille se présenta comme Hitomi, une kunoichi du village de Konoha. Elle lui demanda de l'appeller "princesse", chose qu'Ikaysaro releva naturellement comme un signe d'orgueil surdimensionné, ce qui visiblement était le cas selon lui. Elle le nommait Ero-san, donc elle le prenait toujours pour un voyeur, aussi Ikaysaro décida de se laisser aller dans le jeu de la taquinerie et décida de l'appeler uniquement par son prénom, Hitomi. Le jeune garçon réenfila son haut qui était encore trempé et retira ses chaussures pour les vider de l'eau qu'elles contenaient. Il lança un regard furieux à Hitomi avant de s'approcher d'elle, il s'asseya à ses côtés et remit ses chaussures tout en l'écoutant.

"Qu'est ce que je fais ici? La même chose que toi, je me promenai et j'ai eu envie d'aller me baigner, mais tu étais là avant. Contrairement à ce que tu pense, je ne suis pas venu pour mater, de toute façon..."

Ikaysaro préféra arrêter sa phrase ici avant de se faire frapper réellement par la jeune femme qui semblait ne pas aimer le genre de réflexions qu'il allait prononcer. Le genin la regarda attentivement, elle était très jolie certes, mais le coup de la baignade forcée avait légèrement altéré son jugement sur elle.

"Enfin bref, moi non plus je ne t'ai jamais vu au village, tu étais à l'académie ninja? Pour ma part ça fait déjà deux ans que je suis à Konoha, je viens juste d'être promu genin, et toi?"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 269

Message(#) Sujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant que le loup...-Ikaysaro et Hyô Hitomi- Lun 5 Déc 2011 - 14:44

La genin rigola de bon coeur à chacunes des réponses de son interlocuteur. En effet, il avait du répondant, et il savait manier l'ironie. En aucune manière il n'avait voulu se baigner, ou plutôt avait-il goûté à ces plaisirs de force. Pour autant, ses paroles n'étaient pas plus réconfortantes quant à l'incident de milieu de journée. Hitomi possédait toujours dans son regard ce soupçon de méfiance dans ses prunelles indigos, même si, au fond d'elle, le cas était clos. Les préjugés avait la vie dure, même à cette époque. Un jeune homme à peine sorti de l'adolescence ne pouvait qu'être obsédé par la plastique féminine. Cela dit, cela tenait plus à des observations personnelles qu'à une conclusion arrêtée.

Quoi qu'il en fut, Hitomi secoua la tête de gauche à droite lorsqu'il ouvrit à nouveau la bouche. Avalant plusieurs gorgées de saké contenu dans la gourde, elle emmagasina les informations que lui livrait Ikaysaro, quelque peu perplexe. Elle essuya une goutte d'eau qui perlait le long de son front d'un doigt agile. Elle répondit aux interrogations du visiteur d'une voix assurée bien que fluette.

[Hitomi] -"Une académie? De ninja, tu veux dire? Je ne savais pas qu'ils en avait une vraie à Konoha..."

Sceptique, elle fronça les sourcils. Celle dont elle était passée d'était pour ainsi dire qu'une simple école hors-la-loi, dans le sens où il ne s'agissait que d'un dojo dans lequel des anciens shinobis usés par les guerres, et donc rompu dans le combat et les arts spécifiques à la furtivité. En somme, on pouvait assimiler cela à une bibliothèque clandestine dans laquelle on y enseignait diverses choses théoriques et pratiques. Mais au fond, peut-être y faisait-il allusion au quel cas elle n'aurait pas eu souvenir du visage du brun.

[Hitomi] -"Personnellement, je suis dans le coin bien avant la proclamation de Konoha. Mon clan y est établi alors que le village caché n'en était pas encore un. Je me souviens..."

La demoiselle se remémorait avec délice de l'endroit telle qu'il était avant de devenir le centre politique du pays du feu. Se délectant des images qui apparaissait dans son esprit lorsqu'elle courait à en perdre haleine dans les larges ruelles poussiéreuses, elle racontait.

[Hitomi] -"Peux-tu imaginer le parfum des cerisiers en fleur qui parsemait l'endroit où se trouve l'échoppe de Kimimaro? Dire que maintenant, c'est celui de l'huile et du souffre qui empeste le coin. Il n'y avait rien en lieu et place du palais de l'Hokage, si ce n'est un champ de pomme de terre. Et le vieux Taketsu qui grognait à chaque fois qu'on allait cueillir des chrysanthème dans son jardin, là où les murailles Est se dressent à présent. Lui et ses coups de bâtons...Qu'est-ce qu'on a pu manger avec lui!"

Un brin nostalgique, la kunoichi se mit à sourire alors qu'elle but la dernière goutte contenue dans la gourde. Elle pouvait déjà sentir les effets de l'alcool brouiller légèrement son champ de vision et doucement altérer son élocution. Hitomi se releva lentement, gracieusement -et maladroitement également, à cause de l'alcool-, et s'approcha de son vis-à-vis. Légère comme si elle marchait sur un nuage, elle continua.

[Hitomi] -"Le village a bien grandi, et assez rapidement, je dois avouer. Mais ce n'est pas plus mal, c'est devenu plus glamour."

Après avoir adressé un clin d'oeil malicieux au garçon, elle tourna les talons et rejoignait sa précédente place. Elle secoua sa gourde en faisant la moue. Il n'y avait plus ce doux bruissement de l'eau qu'elle aimait entendre quand elle remuait le contenant en cuir. Elle tourna alors la tête vers son collègue.

[Hitomi] -"Bon...Il est tant de faire le plein, sinon je pourrais pas tenir longtemps. Tu accompagnes la jeune et belle femme qui est devant toi au village? Ou bien doit-elle craindre les brigands?"

Et, sans aucun autre mot, s'apprêta à partir.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 62

Message(#) Sujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant que le loup...-Ikaysaro et Hyô Hitomi- Lun 5 Déc 2011 - 23:07

Ikaysaro écouta la jeune kunoichi, fasciné par la manière dont elle parlait de "l'avant Konoha", lui n'avait connu qu'un petit coin perdu du pays du feu, il n'était jamais allé là où Konoha avait été bati, lorsqu'elle en parlait, Ikaysaro s'imaginait tous les détails, il la voyait, elle, courant dans les champs. Tout ceci le laissait un peu rêveur... Hitomi prit sa gourde et la porta à sa bouche, au début, le genin pensait que ce n'était que de l'eau, mais au vu de la démarche de la jeune demoiselle après avoir gouté le breuvage, il penchait plutôt pour de l'alcool, et pas du doux visiblement. Ikaysaro fronça les sourcils, la question semblait un peu bête mais il se risqua à la poser.

"C'est de l'alcool que tu bois?"

La kunoichi pendant ce temps lui indiqua qu'elle souhaiter rentrer au village, et Ikaysaro qui voulait en connaitre plus sur elle décida de l'accompagner. Elle marchait assez maladroitement, ce qui était assez comique parfois, Ikaysaro souriait discrètement chaque fois qu'elle manquait de tomber à la renverse. La jeune fille le fascinait, surement car il n'avait jamais cotoyer de vrai femme, depuis son plus jeune âge, il avait eut quelques copines de classe mais rien de plus. Il découvrait réellement ce qu'était la grâce féminine, la douceur de chacun de ses mouvements, les lignes fines de son visage, les petites vagues que faisaient ses vêtements fins au grès du vent. Il ne la quitta pas du regard, chose qui n'allait pas l'aider à se défaire de cette image de pervers qu'il s'était donné sans le faire exprès.

"Toi qui parlait de cette région avant la création de Konoha, connais tu le coin près du village de Mitsuki, enfin... Je dis village mais on pourrait plutôt qualifier ça de hameau. C'est là que j'ai grandit, mes parents sont ébénistes, ils avaient un atelier là bas, quand le village a été fondé, ils se sont installés à Konoha où leur commerce s'est développé, et moi je suis devenu ninja. C'était un bel endroit aussi, des fois ça me manque..."

Sans s'en apercevoir, Ikaysaro retombait dans la même nostalgie qu'Hitomi il y a quelques instants, il repensa à son enfance, cette période d'innocence, loin des affaires politiques des villages, des notables et problèmes. Les deux genin continuaient leur route vers le village, ils discutaient, de tout et de rien, de choses importantes, d'autres moins. Hitomi était la première véritable ninja avec qui Ikaysaro parlait depuis son arrivée au village. Il avait cotoyé quelques fois les chuunin du bureau des missions, parler à quelques ninjas de niveau supérieur pour avoir des conseils mais rien de plus. Tout à coup, Ikaysaro s'arreta net, il posa sa main sur l'épaule d'Hitomi et fronça légèrement les sourcils.

"Tu as senti comme moi?"

Ikaysaro regarda à sa droite, un buisson venait de bouger, rien d'extraordinaire jusqu'ici sauf qu'il avait senti une présence. Un homme sortit du buisson, il était grand, chauve, sale, bref répugnant. Deux de ses amis sortirent eux aussi des fourrés, ils furent bientôt rejoins par trois autres de leurs petits camarades. Ikaysaro fit légèrement glisser son pied droit en arrière pour se mettre en appuis et se tenir près à quoi que ce soit. Il mit son bras en évidence, montrant ainsi son bandeau du village de Konoha.

Homme inconnu: "Ce n'est pas très prudent de se promener tous seuls dans les bois mes jolis. Allez donnez nous votre argent et on ne vous fera rien... Quoique la demoiselle a peut être plus à nous offrir héhé!"

La première impression d'Ikaysaro était la bonne, ce type était répugnant, il sortit un kunai et le fit tourner autour de son doigt avant de le prendre pleinement en main. Les hommes en face de lui firent deux pas en arrière, ils avaient déjà repérer le bandeau d'Ikaysaro, et rares étaient les simples brigands dans leur genre qui se sentaient capable d'affronter un shinobi, aussi jeune soit-il.

"Nous sommes tous deux shinobi de Konoha, je n'irai pas jusqu'à dire que vous avez signer votre arrêt de mort en nous menaçant mais en tout cas un bon petit séjour à la prison de Konoha vous fera le plus grand bien, je vous conseille de ne pas opposer la moindre résistance et de nous suivre bien gentiment. Quant à toi le gros porc je veux que tu t'excuse auprès de la demoiselle tout de suite sinon je pourrai être moins indulgent qu'avec tes amis."

Ikaysaro adorait prendre cet air sérieux et menaçant, ça ne lui ressemblait pas du tout mais ça lui donnait un air cool, enfin c'est ce qu'il pensait. En plus, Hitomi était là, et comme tout garçon de son âge, Ikaysaro cherchait à impressionner les filles. Pas sur que ça fonctionne avec une femme comme Hitomi, fière et indépendante, enfin bref, ça avait permit à Ikaysaro de mettre la pression sur ces charmants messieurs et surement d'éviter un affrontement inutile.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 269

Message(#) Sujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant que le loup...-Ikaysaro et Hyô Hitomi- Jeu 8 Déc 2011 - 13:13

La demoiselle répondit à l'affirmative lorsque le garçon lui posa la question quant au liquide qui eut reposé dans la gourde, bien qu'il n'eut pas fallu faire de longues études pour s'en persuader. Il n'en était pas moins vrai que se poser la question était légitime. Pour autant, Hitomi n'avait cure de ce que le ninja brun pensait de tout cela. Après tout, beaucoup avant lui s'étaient interrogés sur son goût prononcé pour le saké. En outre, elle avait suffisamment à faire entre l'opinion du Shodaime Hokage et celui de toute son équipe. Quoi qu'il en fut, Ikaysaro suivit sa compère lorsqu'elle fit route vers le village, tout en commentant les souvenirs qu'elle avait évoqué peu avant.

La belle Hyô se posa une question, tout en écoutant d'une oreille plus ou moins intéressée les paroles du visiteur. L'avait-il suivi par pur amabilité? Etait-il finalement de la race des gentilhommes? Ou bien y trouvait-il son compte dans l'affaire? Peu importait au final, mais Hitomi cherchait des indices dans le but de se faire une opinion moins surannée, moins superficielle sur Ikaysaro. Non pas que cela faisait partie de ses priorités du moment, mais elle s'interrogeait malgré tout. Notre protagoniste soufflait le chaud et le froid, comme vous le constaterez...Légèrement moins assurée dans ses pas, cette dernière arpentait le sentier en compagnie de son ange-gardien improvisé, subissant les premiers effets de l'alcool. Sous les broussailles de la canopée qui laissait passer quelques rayons de soleil ici et là, notre amie aux pupilles indigos jouait du doigt avec ses cheveux, tantôt les vrillant, tantôt les caressant. Elle se prit même au jeu, prenant une mèche dans sa bouche, telle une enfant qui s'ennuyait.

Et puis, en chemin, un groupe de brigands se mit au milieu de la route. Ces derniers, au nombre de six, avaient les dégaines des mauvais jours. Même l'odeur qu'ils répandaient autour d'eux, nauséabonde, donnait des hauts-le-coeur à la kunoichi. Car si Hitomi ne daignait pas les regarder, c'était bien parce qu'ils étaient bien trop répugnants à observer pour une femme qui appréciait la beauté des choses. Or, d'un seul coup d'oeil, elle ne parvint qu'à une seule et unique réponse: Leur cas était désespéré, et rien d'un tant soit peu joli n'émanait de leurs personnes. En tout état de cause, le genin se mit immédiatement en position, ce que la jeune Hyô se refusait, même lorsque les fourbes indiquèrent immédiatement leurs intentions. Le garçon, en bon prince à l'armure rutilante, osa répondre aux crapules suintant de crasse, intimant en outre de s'excuser de l'attitude grossière déployée. La petite à la peau de nacre posa doucement une main sur le torse de son collègue. Ce geste prit tout son sens dès lors qu'elle ouvrit ses lèvres pulpeuses.

[Hitomi] -"Je n'ai pas besoin d'accorder autant d'importance à un porc de son acabit. En plus, je suis capable de me défendre toute seule. Sauf que là, en l’occurrence, je suis las...mais las..."

Les bandits, perplexes, se regardèrent. Ils semblaient intrigués par la tournure que prenait les évènements. En effet, Hitomi se désintéressait complètement des assaillants, tous autant qu'ils étaient. Elle était même prête à reprendre sa marche vers Konohagakure no Satô. Elle continua d'une voix fluette et fatiguée, secouant la tête de gauche à droite comme pour désapprouver.

[Hitomi] -"...alors allez braquer des poissons à votre mesure. Personnellement, c'est ma journée, je n'ai donc aucune raison de vous emmener en prison, et je n'en ai aucune envie, d'ailleurs. Rien que l'idée de vous toucher me donne la nausée...Beurk!"

Un frisson parcourut son échine, comme si elle s'imaginait la scène. C'était fort désagréable, et cela se lisait sur son visage, qui arborait une expression de dégoût prononcé. Elle s'avança vers le groupe de brigands, sans peur, mais baissant éternellement.

[Hitomi] -"Par contre, le monsieur, là, il semble prêt à vous y embarquer. C'est mon homme de main, et il est zélé. Donc si vous tenez tant à en découdre..."

Tout en montrant Ikaysaro du doigt, Hitomi démontrait là encore son esprit malicieux et coquin. Il s'agissait là une blague fort plaisante à son goût, et elle ne put réprimer un léger sourire. Elle attendit la réaction de ces sacripants vis-à-vis du garçon qu'elle eut désignée comme chevalier servant. Elle jaugea tout le monde afin de déterminer le moindre signe d'agressivité, en conséquence de quoi elle s'agenouillerait afin d'apprécier le spectacle et de juger si une quelconque intervention de sa part était nécessaire. Une sorte de test, si vous préférez. Mais dans le cas contraire, elle n'aurait d'autre réaction que de continuer son chemin, celui-là même qui menait au village caché de la feuille.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 62

Message(#) Sujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant que le loup...-Ikaysaro et Hyô Hitomi- Jeu 8 Déc 2011 - 21:51

Hitomi ne joua pas du tout le jeu d'Ikaysaro, ce qui le décrédibilisa totalement, elle semblait n'en avoir rien à faire, d'ailleurs ce n'était pas qu'une impression, elle s'en fichait complètement. En attendant, les brigands en face d'eux prenaient moins au sérieux Ikaysaro et se sentaient comme insultés des réflexions d'Hitomi, ils se préparaient visiblement à insister lourdement. Ikaysaro se retrouvait donc seul face à six hommes, il était certain d'Hitomi en avait fait exprès. Le genin était plutôt parti sur l'idée de simplement les accompagner jusqu'à la case prison, mais devant leur insistance, il décida de simplement leur mettre une raclée et de les laisser seuls avec leur honte. Hitomi alla jusqu'à s'agenouiller pour admirer le spectacle, à ce stade, c'était une certitude qu'elle l'avait fait exprès. Ikaysaro fronça les sourcils, le premier de ces charmants messieurs s'approcha de lui en courant, un couteau à la main.

"Hitomi tu pourrais m'aider plutôt que de rester là à regarder!"

Ikaysaro fit un pas de côté et laissa le malheureux continuer son mouvement dans le vide, il se contenta simplement d'interposer son pied au niveau de la cheville du malheureux qui s'écrasa au sol, se poignardant tout seul par la même occasion. Ikaysaro ne s'en était même pas rendu compte, ses camarades venaient en même temps pour venger leur "ami". Ikaysaro esquiva habilement la plupart des coups, parant de temps à autres, c'était fluide et bien coordonné, mais il n'avait aucun mérite face à des ivrognes dans leur genre. Le genin leva son pied et toucha l'un de ses adversaires au visage qui tomba à la renverse, machoire fracturée. Les autres étaient déjà moins enclins à attaquer le jeune konohajin, il prit donc l'initiative d'aller à eux, d'un saut périlleux avant, il se retrouva dans leur dos et recula les deux bras d'un coup pour porter un coup de coude dans le dos de ses assaillants qui tombèrent au sol vers l'avant. Ikaysaro termina rapidement l'affrontement en mettant à terre le dernier des brigands. C'est à ce moment qu'il constata que le premier d'entre eux s'était poignardé en tombant et qu'il se vidait de son sang.

"La gaffe! Tu peux m'aider à le porter, on va le laisser mourir ici!"

Ikaysaro laissa le couteau dans la plaie, ainsi le sang ne coulerait pas à flot. Il attrapa l'homme par les bras et le hissa doucement sur son dos, l'absence de réponse d'Hitomi lui fit clairement comprendre qu'elle n'entrerait pas en contact avec l'un de ces types. Le jeune genin plia sous le poids de son agresseur qui était lourd dans tous les sens du terme, le sang coulait à flot, tachant par la même occasion tous les vêtements d'Ikaysaro.

"Je suis désolé de t'avouer ça, mais tu porte la poisse Hitomi...La probabilité pour qu'on rencontre des voleurs de passage était déjà faible, mais pour que l'un d'eux soit assez idiot pour se planter lui même, ça j'avoue que c'est au dessus de la malchance."

Ikaysaro se mit rapidement en chemin vers Konoha, suivit de près par Hitomi, en espérant que l'homme qu'il tenait à bout de bras ne succombe pas à sa "stupide" blessure, auquel cas Ikaysaro aurait tué un homme, disons...presque innocent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 269

Message(#) Sujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant que le loup...-Ikaysaro et Hyô Hitomi- Ven 9 Déc 2011 - 21:31

La belle Hyô, agenouillée sur l'herbe douce et moelleuse, se prit au spectacle. Amusée, excitée, elle sifflait ou criait pour tout et n'importe quoi, tels les personnes qui payaient dans les grandes arènes hors-la-loi du pays du feu, celles-là même qui hurlaient rageusement de bonheur en brandissant les billets de banque. Certes, cela semblait tapageur, voire extrêmement déplacée et particulièrement vulgaire pour une femme de son acabit, mais elle tentait simplement de donner un peu de courage à son 'poulain'. Par ailleurs, elle devait bien reconnaître que la façon de faire du jeune brun lui plaisait. Cela lui semblait un ersatz intéressant quant à sa manière de combattre tout en esquive. Pour autant, jamais elle n'avait eu l'habileté de tuer, et, dans le cas présent, blesser violemment et indirectement les grossiers personnages.

En tout état de cause, Ikaysaro, une fois défait des brigands, semblait se sentir gêné de la situation. Il pesta par ailleurs contre le mauvais sort qui s'acharnait sur lui, et le faisait bien comprendre à son équipière. En premier lieu, cette rencontre impromptu avec Hitomi, qui, mue d'une volonté de vengeance, envoya le genin dans l'eau fraîche du bassin de la cascade. En second lieu, ensuite, la venue du groupe de voleurs. Et, en troisième lieu, la kunoichi qui, dans un élan de caprice, laissait ladite bande aux bons soins de son collègue après avoir au préalable les avoir quelque peu énervée. Bien entendu, tomber sur des bonhommes aussi empotés pouvait être un cadeau, sauf que dans le cas présent, ils l'étaient tellement que la majorité d'entre eux se tuèrent eux-même. Comble de l'ironie, tout de même...Ainsi donc, avec le recul, notre protagoniste avait de quoi s'en vouloir, ou au moins faire une sérieuse introspective.

Mais, trop fière d'elle, et contente au final de ce qu'elle avait vu, elle n'en fit rien. Mieux, elle tapota l'épaule du konohajin, alors que celui-ci tentait de son côté de traîner sa malencontreuse victime, tout seul. Il fallait préciser que la Brume Opaline n'était aucunement encline à l'aider, tant elle craignait de se salir. Le sang était une de ces taches les plus pénibles à faire partir. Non pas que son kimono lui était précieux, mais c'était là une question de principe. On pourrait s'interroger sur ses motivations à être une kunoichi qui n'hésite pas à aller au charbon, dans les faits en tout cas. Pourtant, la réalité n'était pas aussi manichéenne, et elle l'avait montré par le passé. Et c'était précisément la raison pour laquelle elle se refusait à se remettre en question sur ce plan-là.

Quoi qu'il en fut, elle souriait, continuant à marcher aux côtés du jeune brun. Et, cela allait de soi, elle ne portait rien d'autre que sa gourde qui ne pesait guère lourd en comparaison du barbare.

[Hitomi] -"Voyons, Ero-kun, ne sois pas aussi pessimiste. Il le méritait indubitablement, ce goujat. Prend cela comme un entrainement. Non seulement tu as travaillé ton équilibre et ton sens de l'anticipation, et là, tu développe tes dorsaux et les muscles inférieurs. Un shinobi pourrait-il rêver meilleur exercice, franchement..."

Dans la continuité, elle se reposa brièvement sur l'épaule du garçon, après s'être relevée cinq ou dix minutes auparavant. Elle était copieusement coquine, et d'humeur taquine.

[Hitomi] -"Et puis tu es galant, n'est-ce pas? Tu ne vas pas me laisser porter ce tas saindoux, quand même."

Et là, Hitomi restait pareille à elle-même. Sa science du verbe l'avait amené à retourner ce qui ressemblait à un reproche en une situation qui pouvait profiter à son compère. Elle bonifiait ainsi ses actes, cherchant perpétuellement à montrer aux autres qu'elle agissait alors pour le bien des siens. Fort heureusement pour elle, ses compétences ne s'arrêtaient pas là, au quel cas elle aurait occupé un poste administratif, ou de courtisane.

De temps à autre, elle intima à son collègue de marcher plus vite, voyant à travers la canopée que le soleil déclinait dans le ciel bleu. Par moquerie, plus que par une certaine volonté de presser Ikaysaro. Mine de rien, elle avait de l'empathie. Hitomi, par un léger sentiment de culpabilité, avait eu à un moment l'idée de soulager le garçon de son leste odorant et rougeoyant. Mais finalement, ils entrevoyaient les hautes murailles du village caché de la feuille se dessiner au loin. La fin n'était donc plus très loin.

Une fois parvenue à l'entrée de Konohagakure no Satô, la demoiselle s'inclina bien bas pour lui montrer tout le respect qu'il lui avait inspiré en faisant ces quelques kilomètres avec ces quatre-vingt kilos -facile- de graisse sur le dos. En outre, inspirée par son style de combat, elle l'invita un de ces jours à rencontrer le maître du clan Hyô pour qu'il l'aide à affiner son art.

[Hitomi] -"Tout à l'heure, tu m'as impressionné, vraiment. Misuki-sensei serait plus qu'honoré si tu pouvais lui montrer de quoi tu es capable...Bon allez, sur ce, je vais te laisser. Mais t'as vraiment eu du courage de prendre avec toi ce type. Si ça n'avait tenu qu'à moi..."


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 62

Message(#) Sujet: Re: Promenons-nous dans les bois, tant que le loup...-Ikaysaro et Hyô Hitomi- Ven 9 Déc 2011 - 23:11

Le type pesait vraiment lourd, Ikaysaro pliait littéralement sous son poids, il devait contracter tous ses muscles en permanence pour soutenir une telle masse, disons...graisseuse. S'il n'y avait que ça, mais il devait en plus subir les brimades d'Hitomi qui prenait un malin plaisir à lui demander d'aller plus vite, ou simplement à le regarder porter son "poids" en s'étirant doucement pour montrer "qu'elle" ne portait rien. Ikaysaro marcha longuement, continuant de discuter avec sa nouvelle connaissance. Malgrès ses pics et ses réflexions, il appréciait Hitomi, elle était belle, jeune, sympathique, ou en oubliait vite son côté...Hitomi!

"On ne devrait plus être très loin du village, si jamais ce type meurt avant d'arriver, je le laisse pourrir dans la forêt!"

Ikaysaro entendit un gémissement qui provenait de son épaule, l'homme souffrait visiblement. Il suffoquait et tentait de parler, mais du sang coulait de sa bouche et un bruit absolument immonde sortait en guise de paroles. Ikaysaro déposa un peu violemment l'homme au sol et lui administra un léger massage cardiaque, visiblement l'homme était en train d'y passer. C'est à ce moment qu'Ikaysaro tenta un vieux truc qu'on lui avait apprit avec son chakra raiton. Il se concentra, malaxant son chakra en joignant les mains et apposa sa main sur le torse du malheureux agonisant. Son chakra se déversa par petite quantité à travers sa paume, allant directement dans le coeur du mourrant. Mais la technique ne se limitait pas à ça, Ikaysaro utilisa son affinité naturelle et transforma son chakra en électricité, de sorte que sa main devienne un véritable défibrillateur. L'homme poussa un râle inaudible avant de recommencer à respirer normalement.

"Il fait une hémorragie interne, il faut qu'on se dépèche, il va se vider complètement de son sang, et encore je n'ai pas enlevé la lame, il serait déjà mort sinon...."

Ikaysaro reprit l'homme sur ses épaules, adressant au passage un regard noir à Hitomi qui de nouveau le regarda faire. Il se dépecha, tout en continuant de discuter avec la jeune femme. Au passage il jeta un bref coup d'oeil à ses vêtements, encore humides de sa baignade forcée, couverts de sang et désormais de sueur, bref il pourrait les jeter en arrivant, voire même à ce stade les bruler carrement! Les deux genin arrivèrent enfin aux portes du village des feuilles, et chose étonnante, Hitomi complimenta Ikaysaro, une première. Elle lui indiqua que s'il le souhaitait, il pourrait rencontrer son sensei afin de perfectionner ses techniques de combat. Ikaysaro étant toujours à la recherche d'une amélioration quelconque nota la proposition et la garda en mémoire, dès qu'il aurait du temps libre, entre deux missions, il irait voir ce fameux Misuki dont elle lui avait tant parlé. Le jeune garçon fit un effort surhumain pour se libérer une main et la tendit vers Hitomi, il se rendit compte assez rapidement du ridicule de la situation, il était tellement habitué à fréquenter des garçons qu'il s'apprétait naturellement à lui serrer la main. Voyant de toute façon dans quel état il était, Ikaysaro ne pourrait pas dire au revoir physiquement à sa nouvelle connaissance. Il se contenta d'un signe de main et d'un bref clin d'oeil.

"A la prochaine, ravi de t'avoir rencontré, bon allez je me dépeche ce type va y passer."

Ikaysaro se dépécha de rejoindre l'hopital et déposa le brigand, tout en prévenant de qui il s'agissait, il pourrait donc se réveiller aux côtés de charmants messieurs qui l'escorteraient en prison. Ikaysaro avait passé une journée surprenante, vivifiante au début, étonnante sur la suite et physique sur la fin. Il était content d'avoir rencontré Hitomi et esperait bientôt la revoir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Promenons-nous dans les bois, tant que le loup...-Ikaysaro et Hyô Hitomi-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Cascades de Hi no Kuni-